Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Immigré et sa ville

 | 
Azouz Begag

Conclusion

Texte intégral

1Au terme de notre recherche, il importe de dégager quelques conclusions générales ainsi que des hypothèses de travail susceptibles d'orienter de futures investigations concernant la population Immigrée.

  • 21 MENDRAS (H.). Éléments de Sociologie. Paris, Armand Colin 1975, p. 250.

2La population immigrée installée en France constitue bien une entité hétérogène dans les degrés et les formes d'insertion à la société française sont de nature différente. Au sein de cette population étrangère, les maghrébins ne constituent pas une communauté au sens "d'une collectivité dont les membres sont liés par un fort sentiment de participation"21. Au contraire, on trouve dans les ménages, des situations très opposées : certains, malgré leur ancienneté en France, restent fermement attachés à la culture originelle et aux valeurs qu'elle véhicule. D'autres recherchent une "assimilation" totale, tendant à se faire accepter à tout prix par la société d'accueil. Chez ces derniers, on trouve un désir clairement affirmé de distanciation spatiale et sociale vis-à-vis des ménages maghrébins, porteurs de conflits.

3Bien entendu, ces deux types de ménages révèlent des mécanismes de mobilité urbaine très contrastés - les désirs de participation des personnes à des activités hors-domicile ne peuvent être appréhendés sans une connaissance fine de leur perception de l'environnement psycho-social dans lequel ils évoluent.

4Entre ces deux situations extrêmes, il existe néanmoins une gamme de ménages pour laquelle on est obligé de tenir un discours plus nuancé. Ici, les positionnements des personnes par rapport à de multiples références : la France, Vaulx-en-Velin, le quartier résidentiel, la ville, le voisinage...sont plus ambigus. Sans aucun doute, cette ambiguité reflète le déracinement de ces immigrés maghrébins, Installés en France depuis plus de dix ans pour la plupart. Beaucoup de ces ménages subissent leur situation : piégés dans leur logement, piégés par le phénomène irréversible de la deuxième génération, frappés par la crise économique et le développement du racisme qui lui est lié.

5On ne peut être surpris de constater qu'une enquête de transport débouche immanquablement sur la situation psychologique de l'immigré en "milieu hostile". Le logement, on l’a vu à maintes reprises, symbolise le refuge, la sécurité. La mobilité conduit par conséquent l'individu dans un milieu où on ne le reconnaît plus, un milieu où règne une insécurité permanente. Et cela est parfaitement explicite pour le ménage maghrébin soucieux de préserver les valeurs de sa culture d'origine : la mobilité hors-foyer rend perméable cette culture et porte le germe d'un danger de "perversion".

6Cette piste de recherche mérite certainement d'être approfondie.

7Toutefois, dans la vie quotidienne de beaucoup de maghrébins vaudais, la mobilité intra-communale et extra-communale est souvent limitée par un blocage important : la cherté des transports collectifs. Cet aspect ne peut être négligé. En effet, nous avons constaté au cours de notre travail de terrain, un nombre important de ménages pour lesquels la situation économique est très grave. Ces derniers se caractérisent par un cumul de handicaps en matière de transport : un nombre élevé d'enfants, un taux de chômage critique, des revenus modestes, des obstacles culturels importants (information, analphabétisme...). C'est à partir de ces observations de terrain que nous avons souligné l'inadéquation de la tarification des transports collectifs à la population immigrée. Bien sûr, on peut arguer du fait que les immigrés ne sont pas les seuls à subir de tels handicaps, qu'il existe aussi des ménages français qui habitent à Vaulx-en-Velin, qui ont de nombreux enfants, qui subissent la crise de l'emploi...On ne peut néanmoins nier que la population immigrée cumule "massivement" les handicaps. C'est cet adverbe qui donne un contenu à la particularité de leur situation dans l'économie des transports.

8Qui plus est, cette minorité connaît des problèmes d'insertion sociale et urbaine qui se posent en des termes plus aigus que pour les nationaux auxquels on pourrait les comparer. C'est pour cela que nous affirmons qu'il faut accorder à ses problèmes de mobilité une attention plus soutenue qu'elle ne l'est actuellement.

9Une autre notion importante est apparue maintes fois dans nos développements : l'invisibilité sociale. Ce n'est pas un hasard si c'est dans les quartiers "dégradés" de Vaulx-en-Velin que les ménages recherchant une certaine invisibilité sociale sont les plus présents. Tant vis-à-vis des voisins français que maghrébins, ces ménages tiennent à garder une distance. Les relations sociales sont ici génératrices de conflits de voisinage. En conséquence, le repli sur soi est important dans ces quartiers.

10Cependant cette notion d’invisibilité sociale suggère plus de questions qu'elle ne parvient à en résoudre. À Vaulx-en-Velin par exemple, des familles maghrébines envoient leurs enfants dans des établissements scolaires privés, situés en dehors de la commune. Ce phénomène est nouveau. Il démontre en tout cas la capacité d'initiative de quelques ménages refusant de "subir" le sort.

11À cette notion d'invisibilité sociale, on associe également l'image du ménage qui, à chaque occasion, s'enfuit de sa commune en voiture, pour des achats, des loisirs, des visites. L'invisibilité sociale peut donc générer des pratiques de déplacements importantes hors de l'environnement immédiat. Elle peut aussi être à l'origine d'une immobilité totale.

12Cette autre piste de recherche sur la liaison mobilité - perception des relations sociales, semble prometteuse.

13Enfin, et nous terminerons sur ce point il faut rappeler que la parole des maghrébins que nous avons recueillie, est celle des Immigrés de la première génération. Cette population est analphabète dans sa grande majorité. Elle connaît des problèmes particuliers quant à l'usage des moyens de transport : peur du métro, honte de la bicyclette. Elle maîtrise mal la langue française. Sa rationalité économique n'est pas toujours vérifiée. Cependant, ces problèmes de transport ne vont-ils pas disparaître avec la première génération d'immigrés ? En effet, les enfants de la deuxième et troisième génération sont déjà largement alphabétisés, parlent le français. Ils n’ont jamais connu de pratiques de transport différentes de celles qu'ils vivent en France, contrairement à leurs parents. Le cumul de handicaps dans le champ de mobilité qui caractérise leurs parents ne semble pas les concerner, bien qu'ils soient eux aussi durement touchés par les effets de la crise économique.

14Les handicaps à la mobilité des nouvelles générations d'immigrés ne seraient-ils plus que de nature économique ? À quoi renvoient les notions d'errance sociale et d'errance spatiale que l'on voit apparaître depuis peu à propos des enfants d'immigrés ?

Notes

21 MENDRAS (H.). Éléments de Sociologie. Paris, Armand Colin 1975, p. 250.

© Presses universitaires de Lyon, 1984

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site