Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Immigré et sa ville

 | 
Azouz Begag

Chapitre II. Des perceptions de l'espace

Texte intégral

1Le contexte de l'analyse de la mobilité des banlieusards maghrébins de Vaulx-en-Velin est présenté sous trois angles d'approche qui constituent en fait un triple positionnement des ménages par rapport :

  • à leur environnement Immédiat (quartier, voisinage...) ;
  • à l'espace urbain considéré ici sous la problématique des attitudes liées à l'habitat urbain par rapport à l'habitat "à la campagne" ;
  • au "goût à la sortie" qui conditionne pour une large part les comportements de déplacements des individus.

2À chaque instant et pour chacun des ménages, il est possible de déterminer des formes diverses d’intégration à la société locale, ou à la Société Française en général, et, par la même, des modes de vie différents les uns des autres dont la diversité interpelle le socio-économiste des transports. Dans la population immigrée maghrébine comme dans celle des personnes âgées, des personnes à mobilité réduite, des handicapés physiques, etc..., l'hétérogénéité des "modes de vie souhaités" prédomine. Certains ménages valorisent l'aspect non-visibilité sociale de la vie urbaine, d'autres les relations sociales que permet la ville en tant qu'agglomération d’hommes. Mode de vie "sociable" ou repli sur soi peuvent l'un et l'autre caractériser les ménages appartenant à la communauté immigrée maghrébine. Il n'existe pas d’archétype.

3Le "goût à la mobilité" du ménage dépend donc de ses caractéristiques objectives : situation socio-économique, composition familiale, forme d'intégration à la société française, histoire de vie,...mais aussi de la perception :

  • de l’environnement immédiat, qui peut expliquer l'usage, préférentiel ou non, de l'espace de proximité (la commune),
  • de l'espace urbain qui révèle l’ensemble des attributs associés à l'habitat en ville.

4Ce triple positionnement de la population maghrébine constitue un préalable indispensable à l'étude des phénomènes de déplacements eux-mêmes.

SECTION 1 – PERCEPTION DU QUARTIER ET CHOIX RESIDENTIEL

1. La logique de l'entretien

5En France, les marchés du logement français et immigrés sont disjoints. Du marché libre de la location, l'immigré est exclu. De plus, le marché du logement accessible aux immigrés est organisé et balisé par l’institution publique.

  • 1 Qui plus est, depuis la réorganisation juridique du marché du logement de 1982 (loi Quillot), le m (...)

6L'immigré demandeur d’un logement ne correspond donc en rien à un agent opérant un "choix optimal" dans la localisation de son domicile ou de son lieu de travail de manière à réduire au minimum les temps de déplacement entre ces deux pôles1.

7Pour tous les ménages maghrébins résidant à Vaulx-en-Velin, l'attribution d'un logement (surtout dans la ZUP) a constitué une véritable aubaine, une promotion, dans la mesure où très souvent, ces ménages proviennent des cités de transit de la région ou des foyers de sans-abri. Souvent aussi, ils ont été les victimes des opérations de rénovation urbaine. Contrairement à la population pour qui le logement dans la ZUP de Vaulx-en-Velin a constitué une simple étape dans la mobilité résidentielle, les immigrés sont en grande partie piégés dans leur lieu d'habitat.

8La population des jeunes maghrébins vaudais d'aujourd'hui constituera la population communale âgée de demain !

9Compte-tenu de ce constat de captivité résidentielle, la première question de notre guide d'entretien s'est attachée à mesurer l'attachement des ménages maghrébins à leur domicile, à leur environnement. Elle permet de positionner l'échantillon sur une "échelle de sociabilité", tant vis-à-vis de la communauté d'appartenance qui constitue son voisinage immédiat, que des autres populations.

10En outre, à partir de l'analyse de l'échelle des représentations relatives à l'environnement immédiat, on peut associer une diversité des formes d'usage de l'espace urbain, donc de mobilité.

11En premier lieu, nous avons donc interrogé les ménages sur la façon dont ils se situaient par rapport à leur localisation résidentielle actuelle. La question a été formulée de la façon suivante : "si on vous proposait un logement ailleurs, où voudriez-vous aller ?"

12Quatre grands types : de réponses ont été dégagés :

  1. Satisfaction résidentielle et refus de déménager,
  2. Insatisfaction résidentielle chronique. Demandeur d'un autre logement,
  3. Indifférence,
  4. Constatation d'une situation de captivité au logement.

1375 % des ménages sont regroupés dans ces types 1 et 3. Une très grosse partie de l'échantillon n’est donc pas prête à quitter son logement sans condition. Il s'agit donc de relever les facteurs économiques, familiaux, sociaux, physiques...dont l'influence est décisive dans la satisfaction ou l'insatisfaction résidentielle.

2. Les attitudes liées à la perception du lieu de résidence

21. Les facteurs explicatifs du refus de déménager

14Pas loin de la moitié de l'échantillon refuse l'alternative d'un logement "ailleurs". Ce résultat important en soi, doit néanmoins être interprété avec circonspection en raison des caractéristiques particulières de chacun des quartiers enquêtés. Parmi tous les facteurs avancés par les ménages pour marquer leur "attachement" au quartier, celui exprimé en terme "d'habitude" apparaît le plus fréquemment. Il contient souvent l'idée d'une appréciation favorable du voisinage et du réseau d’interaction sociale qui lui est associé.

"...Dans le quartier, il y a une très bonne ambiance...une bonne organisation. On s'entend bien avec tout le monde... Souvent les gens descendent en bas pour discuter, même en hiver... Il n'y a que trois bâtiments dans notre cité, c'est calme... Ici c'est une grande famille...non, je ne quitterais pas le quartier... à Villeurbanne peut-être...mais à Villeurbanne dans ces grands immeubles, je sais que c'est froid, il n'y a pas le contact... Ici par exemple, si on a un ennui, on appelle et tout de suite quelqu'un descend...dans les autres quartiers non...d'abord je n'ai jamais vu un quartier comme le nôtre..."
(Jeune fille. Cité G. ROUGE)

15On peut relever dans le discours de cette jeune fille dont la famille habite le quartier depuis 1964, l'appréciation favorable portée sur le caractère peu concentré du lieu d'habitation, de la solidarité entre les familles qu'il rend possible, mais aussi la comparaison qui est faite avec le "froid" social qui règne dans les grands immeubles des autres quartiers.

16On retrouve cette argumentation dans d'autres témoignages :

"...ça fait 25 ans qu'on habite le quartier...Je ne pourrais pas partir d'ici. Je suis habituée. Les autres quartiers me paraissent fades à comparer d'ici...bien que les immeubles ne soient pas beaux à regarder, ailleurs il n'y a que du béton, du béton... Ici, il y a des petits jardins..."
(Jeune fille. Cité TASE)

17La cité TASE semble présenter en effet une certaine spécificité du point de vue des réseaux de solidarité qui se sont créés entre les familles maghrébines. Cela n'est certainement pas sans rapport avec l'histoire de la cité. Tous les discours recueillis dans ce quartier font apparaître, explicitement ou à l’état latent, l'idée d'une entraide familiale inter-maghrébine qui motive dans bien des cas l’attachement à la cité. Les deux interventions suivantes illustrent fort bien ce propos :

"Personnellement je ne fréquente personne ici... Du boulot à la maison et de la maison au boulot. C'est déjà un bon principe pour moi. En ce qui concerne les voisins, je peux dire que de toutes façons il n'y a pas de problèmes, on est comme une famille là...on se connaît déjà depuis longtemps puisqu'on travaillait là ensemble dans le textile... Question de logement, on ne peut pas dire que c'est bien...avant j'habitais en face et on nous a fait changer...
...On habite là depuis 10 ans... Si on me donne (un autre logement) ailleurs, çà dépendra du quartier... la ZUP de Vaulx-en-Velin ? non, non je ne vais pas là-bas... C'est une question d'ambiance... ici on est une grande famille... Si je suis malade ici par exemple, je peux compter sur mon voisin. Là-bas, c'est des tours seulement, personne ne connaît l'autre. Je ne pourrais pas vivre là-bas...on est habitué dans ce quartier..."
(Un père. Cité TASE)

"Ca fait 16 ans qu'on habite dans ce quartier... Je suis venue là d'Algérie... Je me suis habituée à ce quartier, maintenant je ne peux plus le quitter... De toutes façons, je ne fréquente pas beaucoup. Quand c'est des choses graves comme un décès ou une naissance, on se rend visite avec les voisins arabes. S'il n'g a pas de telles occasions, on ne se rencontre que dans la rue... on ne se rend pas souvent visite autrement, chacun reste chez soi..."
(Une mère. Cité TASE)

18Ce père et cette mère de famille semblent montrer qu'il n'existe pas de trop forte pression de la communauté sur la vie privée de chacun dans la mesure où l'on peut vivre dans ce quartier "sans fréquenter", mais que malgré tout un esprit communautaire existe toujours à l'état latent et s’exprime à l’occasion de certaines manifestations importantes.

19L'existence de grands espaces de jeux pour les enfants et le niveau relativement peu élevé des prix des loyers sont autant de critères que l'on retrouve également dans les témoignages des résidents de la Cité TASE et qui contribuent à créer une perception d'ensemble relativement bonne du quartier.

20On pourrait presque dire la même chose de la zone d'habitation de l'avenue de Böhlen où ne vivent presque que des familles maghrébines. Cependant, les ménages rencontrés là semblent disposer d'une argumentation moins fournie que ceux de la Cité TASE et ils soulignent parfois un développement de la délinquance des jeunes qui commence à dévaloriser le quartier :

"Ca fait 10 ans qu'on habite dans ce quartier. Avant on habitait aussi à Vaulx-en-Velin... Dans ce quartier il g a un problème avec les jeunes, mais c'est pas des jeunes de notre quartier, ils viennent d'ailleurs..."
"...Autrement ici, avec les voisins on est comme des frères. S'il y a une fête on est tous ensemble, on s'aide entre nous...ici c'est comme au bled, on fait la fête, on reste parfois jusqu'au petit matin à faire la fête...le problème c'est mon fils, il a 16 ans, il fréquente trop..."
(Une mère. Avenue de Böhlen)

21Les deux autres mères de famille rencontrées avenue de Böhlen soulignent également les bonnes relations de voisinage qu'elles entretiennent avec les autres maghrébins et l'image négative qu'elles associent à un lieu d'habitation tel la ZUP de Vaulx-en-Velin.

"Ici, ca va... On est bien ici. Je me suis habituée avec les voisins, ils sont gentils...des Arabes ? Oui. Moi je déteste les bâtiments..."
"...Ca fait 9 ans qu'on habite là... On est tranquille là... Si on me donne un logement à la Grappinière ou aux Minguettes, alors je préfère rester là. On m'a déjà donné un logement à la Grappinière, j'ai refusé. Ici, c'est mieux... C'est vrai, ici aussi il y a beaucoup d'Arabes mais là c'est plus tranquille...".

22Le type de quartier, son développement historique, sa population, son degré de concentration, jouent bien évidemment un rôle influent dans le vécu de ses habitants. En effet, ce n'est pas sans raison que l'on retrouve dans les quartiers de la Cité TASE et de l'Avenue de Böhlen, tous deux situés dans la partie Sud de Vaulx-en-Velin, un attachement à leur environnement plus prononcé qu'ailleurs. De là à affirmer que la majorité de ces ménages fondent leur perception positive à partir de leur situation au sein d'une micro-communauté maghrébine serait une interprétation hâtive.

23L’établissement de réseau de solidarité interfamiliale n'est qu'un élément d'appréciation parmi un ensemble : le jardin, les espaces de jeux, le loyer bon marché, la possibilité de faire la fête sans contrainte horaire. Il convient de citer à l'appui de cette thèse, les témoignages de deux femmes résidant Avenue de Böhlen, qui font état d'une mention favorable au voisinage maghrébin dans leur attachement au quartier, mais qui, toutefois, soulignent :

"...Je veux rester là parce que mon mari ne travaille pas loin et les enfants sont habitués ici" et "j'aimerais bien retrouver un logement aux Brotteaux où j'habitais avant...".

24Il convient de pondérer les facteurs selon l'ampleur de leur influence.

25Cela dit, les résidents des quartiers de l'Avenue de Böhlen et de la Cité TASE ne sont pas seuls à rejeter l’alternative d'un changement de résidence. On trouve également dans la ZUP des ménages qui ne veulent plus quitter leur quartier. Les motifs de ces derniers sont-ils de même nature que ceux des familles résidant dans les autres quartiers ? Sans ambiguité, on peut répondre à cette question par la négative. Il y a en effet une scission très nette entre les thèmes évoqués par les ménages rencontrés dans les divers quartiers de la ZUP et ceux de la Cité TASE et de l’Avenue de Böhlen. On peut dégager un trait tout à fait caractéristique des réponses émises par les ménages de la ZUP ayant invoqué leur désir de ne pas quitter leur logement : leurs relations de voisinage sont très limitées. À ce titre, la fréquence d'apparition de la formule : "avec les voisins c’est toujours bonjour bonsoir, c'est tout ! "...dans les témoignages recueillis au sein de la ZUP est considérable.

...Je ne veux pas quitter mon quartier...Je suis habituée...J'habite là depuis 8 ans...mais avec les voisins c'est bonjour, bonsoir c'est tout...avec les français comme avec les arabes, oui,... Dans mon allée je fréquente bien une française et une algérienne, c'est tout...on se rend des visites..."
(Une mère. ZUP-ECOIN/COMBE)

"Avant c'était bien ici, maintenant ça ne va pas...il y a trop d'histoires...les gens entre eux ne sont pas corrects... Les gens vivent chacun pour soi et Dieu pour tous..."
(Un père. ZUP-MAS DU TAUREAU)

26Ces deux extraits sont révélateurs de la difficulté ressentie chez certaines personnes pour exprimer une opinion sur leur quartier, sur leur voisinage. Il est bien difficile à partir de telles réponses de repérer les motivations qui poussent quelques familles à affirmer leur désir de rester où elles se trouvent alors qu'elles jugent leur environnement hostile. On ne peut véritablement à partir de ces cas, affirmer la prééminence d'un quelconque facteur, ni considérer que ces ménages réalisent sans pour autant l'exprimer, qu'elles sont captives de leur logement.

27Le témoignage de cette mère de famille marocaine dont le mari travaille à Paris et qui semble vivre complètement coupée du reste du monde, est explicite. Pour elle, l'opinion sur le quartier se résume ainsi :

"...J'habite le quartier depuis 1973. Le quartier c'est bien...j'ai pas de problèmes avec les voisins, français et arabes oui...moi je suis tranquille ici, j'ai pas d'histoires ni avec le gardien ni avec les HLM, ni avec personne...
...Je veux rester à Vaulx-en-Velin parce que j'ai pris l'habitude..."
(ZUP-NOIRETTES)

28Il est clair que pour cette femme, ne pas avoir d'histoires ni avec le gardien, ni avec l'organisme de HLM, ni avec les voisins, constituent les éléments d'une bonne intégration dans le quartier. Cependant d’autres enquêtés rencontrés dans les divers quartiers de la ZUP avancent à propos de l'attachement à leur environnement des arguments beaucoup plus originaux, précis, développés, et qui renvoient à d'autres dimensions que celle des relations de voisinage avec le milieu maghrébin.

..."On est bien ici, mais il y a beaucoup d'étrangers...Il n'y a que des étrangers, c'est chacun pour soi...(le père)".
..."Il n'y a pas de loisirs pour les femmes... (la mère)... On a de bonnes relations dans l'immeuble avec les voisins...arabes et français oui... (la mère).
...Moi ça fait 10 ans que je suis là, je n'ai jamais eu de problèmes...(le père).
Un logement ailleurs ?
..."Bof !, à quoi ça sert de changer de quartier... ? (le père).
...Non, on n'est pas mal ici, on a tout à la portée de la main...les magasins, les médecins,...tout quoi... (la mère)
..."Oui, on a l'habitude...Il y a l'école juste devant...moi personnellement, j'ai la voiture et je ne travaille pas avec parce que j'ai le car de l'usine qui me prend ici le matin à 6h30. Le soir à 15h30 je suis chez moi...J'utilise la voiture juste le week-end. On a le transport, on a juste ce qu'il faut ici...(le père).

29Ces extraits du discours d'un jeune couple avec enfants résidant dans le quartier des Noirettes est encore une fois révélateur d'un fait : lorsque l'on n'a pas de problèmes avec les voisins c’est que l'on a de bonnes relations de voisinage avec eux. En effet, ce n'est pas l’institution d'un réseau de relations dans l'allée, l’immeuble ou le quartier, qui est à l'origine du refus de ce ménage de changer de lieu de résidence. Le "Bus...À quoi ça sert de changer de quartier" évoqué par le père semble signifier qu'un déménagement vers un autre logement ne peut procurer aucune utilité supplémentaire au ménage. L'évocation de la proximité de nombre d'équipements commerciaux, sociaux, scolaires...mais surtout de l'utilisation du ramassage ouvrier par le père pour ses déplacements domicile-travail justifient largement pour ce couple "l'habitude" du quartier. Sans doute faut-il encore préciser que si l'on offre à ce ménage un logement de meilleure qualité dans un autre quartier, avec les mêmes avantages en termes d'équipements, il y a de fortes chances que rien ne le retienne dans le quartier des Noirettes. L'existence d'un ramassage ouvrier dans le secteur de résidence de ce ménage constitue un élément important dans l’appréciation du logement actuel, a fortiori pour le chef de famille. Il faut préciser qu'assez rarement à propos de cette question préliminaire, il est fait allusion à l’aspect "opportunité en terme de transport" du lieu de résidence. Un autre ménage, relativement jeune lui aussi, résidant dans la ZUP à l'Ecoin-sous-la-Combe, fait mention des avantages en matière de déplacements domicile-travail, dans l'appréciation de son lieu d'habitation, avec de surcroît, une opinion originale ayant trait à la concentration des familles maghrébines :

"Nous dans le bâtiment, y'a pas de problèmes... on est tranquille étant donné qu'il n'y a pas trop d'arabes... On peut dire que là c'est la planque, on nous a vraiment donné là où il n'y a pas d'arabes : les boîtes aux lettres sont en état, l'ascenseur est propre...Il n'y a pas de gamins, y'a rien...Tu vas un peu plus loin c'est tout massacré, plus de vitres, plus de boîtes aux lettres...Là c'est juste des F3...ça va faire 3 ans qu'on habite là...
...Étant donné que je suis à 5 mn de mon travail...je travaille vers le marché aux Puces, je veux rester ici...là où on est, on est bien...
...Ici on ne connaît que les gens du pallier... des français... on va des fois manger chez eux, ils viennent manger chez nous..."
(ZUP-COIN-SOUS-LA-COMBE)

30La proximité du lieu de travail est un des éléments d'appréciation très important pour le père. (La mère qui travaille au centre de Lyon n'a pas fait de commentaires à ce sujet). Encore une fois, il faut noter que ce ne sont pas les caractéristiques propres du quartier qui sont appréciées pour elles-mêmes, mais surtout sa situation par rapport à des quartiers dégradés qui lui sont attenants. Pour ce ménage, la tranquillité d'un lieu d'habitation se mesure à l'absence d'un nombre trop important de ménages maghrébins. Ce type de discours est tout à fait spécifique à la ZUP de Vaulx-en-Velin. En aucun cas, en effet, il ne pourrait être tenu par un résident de la Cité TASE ou de l'Avenue de Böhlen.

31L'"attachement" au quartier est donc déterminé par la proximité du lieu de travail du père.

32Un autre ménage, des Noirettes, plus vieux celui-là, dont le père et la mère sont tous deux actifs, assigne à l'élément "distance par rapport au lieu de travail" une place déterminante dans leur appréciation du quartier.

...Notre quartier il est bien...ça va...c'est la vérité. Les voisins ? Depuis qu'on est là, ce sont des gens bien...nous on ne les dérangent pas et eux ne nous dérangent pas...on habite là depuis 1973, on est venu dans les premiers. Avant on habitait à Lyon, rue Tête d'Or...
Un logement ailleurs ? Tu veux dire en France ou en Algérie ? Si on me donne un autre endroit, j'irais...Je veux retourner à Lyon où j'habitais avant. C'est pour mon travail, d'ici ça fait trop loin...Pour le travail, c'est tout, pas pour autre chose...(la mère).
...Moi je veux rester là parce que je travaille là, vers le casino..."(le père). Mais le quartier est bien...de toute façon, c'est chacun sa route ici, bonjour, bonsoir c'est tout...(le père).
...Je ne fréquente pas...deux ou trois familles algériennes, c'est tout. On se rend des visites...les autres quand je les vois, je me tourne et je me sauve.......Quand j'ai besoin de quelque chose, je vais toujours chez ces deux ou trois familles..."(la mère).
(ZUP-NOIRETTES)

33Dans ce témoignage, les avis s'opposent selon l'un ou l'autre des deux actifs quant à l'alternative d'un changement de résidence. On pourrait dire que c'est seulement "l'habitude" et le petit réseau de relations qui s'est créé entre familles de même origine géographique (SETIF) qui retiennent ce ménage dans le quartier, si l'on ne tient pas compte du phénomène de captivité. Pour le reste, le "on ne dérange personne et personne ne nous dérange" semble encore bien illustrer le positionnement d'une fraction des ménages de l'échantillon dans le tissu social environnant.

34En règle générale, on peut retenir que pour ceux des ménages ayant déclaré refuser l'alternative d’un changement de résidence et habitant dans la ZUP, la notion d'attachement au quartier renvoie beaucoup moins à la dimension "vie sociale" comme on a pu l’observer dans d'autres quartiers, mais en revanche, beaucoup plus souvent à des aspects "fonctionnels" tels la proximité de certains équipements ou du lieu de travail ou à sa situation plus avantageuse par rapport à d'autres quartiers de la ZUP.

..."on est bien ici. D'ailleurs ce quartier c'est le meilleur de la ZUP. Tout le monde le dit, même les médecins... C'est le plus calme, il n'y a pas de voyous...ici même les enfants sont habitués, ils ne veulent plus partir".
(ZUP-PRE DE L'HERPE)

22. Insatisfaction résidentielle chronique

35Un certain nombre de ménages ont exprimé un net désir de changer de lieu de résidence. A cet effet, la plupart d'entre eux ont déjà entrepris les démarches nécessaires auprès des organismes concernés. Toutefois, cette catégorie est peu nombreuse puisqu'elle compte environ quatre ménages dont trois résident dans les deux quartiers les plus dégradés de la ZUP, le Mas-du-Taureau et les Noirettes, et l'autre à La Grappinière dont on connaît la gravité des problèmes sociaux. On observe donc une forte corrélation entre la demande de mobilité résidentielle et l'état de dégradation sociale du quartier d'habitation.

36Le caractère spécifique de La Grappinière en tant que "ghetto", les explosions de violence de l'été 1981 dont il a été le siège, leurs impacts sur la population, expliquent largement le désir de "fuite" de ce ménage.

"...On est bien maintenant que les flics sont partis...c'est calme un petit peu. Mais autrement, quand il y avait les flics, on aurait bien voulu partir...parce que le bon paie pour le mauvais. Mais pour le moment, ça va. Il y a deux ans, c'était pas possible de dormir... (la mère)
...C'est préférable de déménager...(un des fils)
...oui, oui, j'ai déjà fait une demande...(la mère)
...ici, ils viennent (les flics) t'emmerder pour rien du tout...tu peux plus rouler tranquille ici...(un des fils)
...moi de toute façon comme je travaille, je ne fréquente personne. Quand il faut beau, les femmes algériennes discutent un peu dehors, mais c'est tout. Il n'y a pas de contact, c'est froid...comme l'hiver...il n'y a rien... (la mère).
"...J'ai déjà demandé un autre logement... je voudrais aller derrière Record...sur Vaulx-en-Velin oui, mais pas dans la ZUP, c'est vraiment pas beau... Comme je travaille à la mairie, je ne peux pas perdre mon boulot à cause du logement, alors je demande dans le secteur, juste à côté pour éviter de prendre les cars parce que je commence à 6h le matin...
...Pas dans la ZUP. Les appartements ils sont bien mais c'est les gens qui sont pas bien si vous voulez... trop de racistes... il y a un an dans la ZUP, un français a tué un algérien... Dans la ZUP il y a trop de monde, les flics y sont trop souvent là-bas à emmerder le monde...là c'est pareil...
Habiter aux Minguettes ? Je préfère rester ici, je ne connais pas ce quartier de toute façon...et puis ça me ferait trop loin de mon travail... ça fait onze ans que je suis là à mon travail, si je vais habiter ailleurs, comme je commence à 6h du matin, alors à quelle heure, il faut se lever ? C'est ça ! Voilà, comme on disait que les cars c'est cher, je préfère habiter à côté de mon travail et aller à pied pour éviter de prendre le car...(la mère).

37Dans le discours de cette mère de famille, divorcée, active, c'est là encore la proximité du lieu de travail qui détermine principalement le désir de trouver un autre logement, mais toujours dans la commune de Vaulx-en-Velin. Cette rationalité correspond à celle qui guide le comportement de l'homo-œconomicus dans son "choix" résidentiel : minimisation du temps de déplacement domicile-travail. L'accessibilité au lieu de travail à pied constitue le facteur dont l'influence est décisive dans cet exemple.

38Quant au désir de fuir la cité, il s'explique par le phénomène de vacance des logements dans la cité, des relations très réduites entre les familles maghrébines du quartier, un contrôle policier trop vivement ressenti.

39Pour les trois ménages de cette catégorie, résidant de la ZUP, les problèmes de vandalisme, de délinquance, les risques encourus par les enfants, la concentration, ...sont mis en relief de façon prononcée. Aucun de ces discours ne fait par ailleurs allusion à l'offre d'équipements du quartier ou à la proximité du lieu de travail. L'état de dégradation avancé de ces deux quartiers, leur forte présence étrangère, le taux élevé des logements vacants, la jeunesse de leur population, tels sont les principaux griefs retenus par les ménages dans leur discours.

40Ce père de deux petits enfants, relativement jeune (35 ans) qui, avant d’occuper son logement actuel en 1976, habitait dans le "ghetto villeurbannais" de la rue Olivier-de-Serres, malgré les difficultés éprouvées pour construire un discours cohérent, révèle cependant un fait : il vivait plus heureux dans le ghetto d’où il provient !

"...Le quartier, c'est pas trop mal. Un peu mal fréquenté c'est tout...moi de toute façon je cherche à partir d'ici... C'est mal fréquenté et puis je pense pour mes enfants aussi...
...moi je travaille, je rentre chez moi, je n'ai de contact avec personne ici...
...le problème c'est pour mes enfants, ici il y a trop d'enfants qui ne sont pas commandés par leurs parents. Maintenant les enfants de 10-12 ans ça volent, ça cassent tout...Maghrébins, espagnols, portugais, c'est tout le monde pareil...c'est mal fréquenté.
...dans l'allée, je n'ai de rapports avec personne : bonjour, bonsoir, c'est tout ! J'aimerais aller à Villeurbanne...mais Vaulx-en-Velin à comparer des Minguettes, de St-Priest, tout ça... c'est mieux. Je préfère le quartier de la rue Olivier-de-Serres, c'était renommé mais c'était mieux que Vaulx-en-Velin.
...J'aimerais aller à la Duchère aussi, j'ai des amis qui habitent là-bas...
(ZUP-MAS-DU-TAUREAU)

41Les risques encourus par les enfants et l'impossibilité d'échapper au contrôle du groupe constituent les deux critères les plus importants du discours de cette mère de famille dont l'époux travaille à l’étranger :

"...En ce qui me concerne je suis tranquille ici. Le problème c'est avec les enfants. Ils fréquentent d'autres enfants pas respectables et j'ai peur pour eux.
...Avec les voisins c'est tranquille... Ca fait 10 ans que je suis ici... J'ai un F5 ici. Moi je ne veux pas rester à Vaulx-en-Velin. Je cherche un coin tranquille. Ici je n'ai pas d'histoires mais le problème c'est avec les enfants. Je n'aime pas quand ils me ramènent de mauvaises paroles...mes enfants fréquentent trop les autres...
...Si on avait trouvé un logement à Villeurbanne, on y serait allé. Je cherche un coin tranquille... ici les voisins arabes, ils sont bien, mais dans d'autres endroits ils sont pas bien. On se surveille, on surveille les enfants, moi, j'aime pas quand les gens vous surveillent. J'aime que chacun fasse ce qu'il a envie de faire...nous les arabes, on se surveille toujours, on regarde où va le fils, la fille de Untel...on regarde ce que l'autre a acheté, on parle de tout le monde ici. Moi je n'aime pas ça. Quand je sors, je vais directement faire ce que j'ai à faire. J'en n'ai rien à foutre des histoires de quartier !"
(Une mère - ZUP MAS-DU-TAUREAU)

42C'est surtout la tranquilité, définie ici comme un environnement sans risque pour les enfants et sans contrôle du groupe sur la vie privée que cette mère recherche dans un ailleurs situé hors de Vaulx-en-Velin. Pratiquement inexistantes, les relations de voisinages ne sont pas considérées comme fondamentales.

43Le quatrième ménage qui cherche à quitter son lieu de résidence actuel, confirme cette dernière idée :

"Ca fait 10 ans qu'on habite là...dans notre quartier on est bien...on n'a pas de problèmes. Notre bâtiment il est bien, les voisins sont bien, on les fréquente mais on n'a jamais eu de problèmes avec les gens..."(Le père)
"...Oui on a déjà demandé un autre logement, ça fait un an, mais on n'a pas encore reçu de réponse. Ils nous ont dit, vous êtes trop nombreux à vouloir partir de Vaulx-en-Velin ! (la mère).

44Si le ménage se trouve bien dans son quartier, qu'est-ce qui le pousse donc à chercher un autre logement ?

"...Moi j'ai demandé à aller à St-Priest ou Meyzieu. Il y a moins de monde..." (lepère).
"...Ici, c'est bien, mais il y a beaucoup de bruit, de mouvements, de vandalisme, ils cassent tout, le téléphone, les portes, tout est cassé... On s'est dit que s'ils nous donnaient un appartement, on changerait, c'est tout..." (la mère).
(ZUP - LES NOIRETTES)

45C'est donc bien le constat d'une dégradation progressive de l'environnement qui accule quelques ménages maghrébins résidant dans les quartiers de Vaulx-en-Velin les plus marqués en termes de présence étrangère (Noirettes, Mas-du-Taureau, Grappinière), à rechercher un lieu de résidence moins dangereux pour les enfants, d'une manière générale, plus calme. Ce ne sont pas, contrairement à ce que l’on aurait pu supposer, des problèmes de cohabitation ou de relations conflictuelles, que ce soit avec les voisins maghrébins ou français, qui influencent négativement la "perception" du quartier.

23. Acceptation conditionnée d'un changement de lieu de résidence

46Cette troisième catégorie de ménages se distingue par des réponses à l'éventualité d'un changement de lieu de résidence se situant entre l'acceptation spontanée (expression d’une Insatisfaction résidentielle) et le refus catégorique (expression d'une certaine satisfaction liée à l'actuelle localisation résidentielle). Ces ménages conditionnent leur acceptation à une perception d'un certain nombre d'avantages liés au déménagement. Cette catégorie est relativement nombreuse puisqu'elle est la deuxième à recueillir le plus de suffrages.

47Quelles sont les conditions avancées ? Elles se caractérisent par une diversité qui renvoie aux situations particulières dans lesquelles ces ménages évoluent. Par exemple, une conjointe qui exerce une activité professionnelle à Lyon depuis vingt ans, dont l'arrivée dans la ZUP a été contrainte par les opérations de rénovation urbaine dans le quartier de la Part-Dieu, affirme qu'elle accepterait volontiers un logement qui la rapprocherait de son lieu de travail :

"...Si on me donne une autre place, je déménagerai... je voudrais revenir à Lyon où j'habitais...c'est pour le travail, c'est trop loin d'ici, c'est tout..."
(ZUP - NOIRETTES)

48Le refus de la séparation du domicile et du lieu de travail s'expriment nettement, à la fois dans le discours de cette femme, mais aussi dans celui de son époux qui, lui, travaille dans la commune de Vaulx-en-Velin...en voiture !

49Parfois, lorsque le changement de lieu de résidence est considéré comme une "promotion" en ce sens qu'il permet au ménage de ne pas être victime des effets pervers de la concentration des étrangers, l'alternative est alors acceptée. Un couple dont les enfants ont été placés dans des établissements scolaires privés de Villeurbanne après avoir subi plusieurs échecs successifs, témoigne de ce type de situation :

"...Moi je déménagerais si vraiment ce n'est pas concentré comme ici...Les étrangers...parce que là il y a pas mal d'étrangers, beaucoup d'algériens...si je dois vraiment changer, c'est pour être un peu écarté de tout ça...si c'est pour retomber sur le même truc, alors je préfère rester là..."
(Une mère - ZUP-NOIRETTES)

50La concentration spatiale des immigrés est donc mal supportée, même si ce ménage fait partie de ceux qui, dans le quartier des Noirettes, ont développé un réseau de relations sociales entre familles de même origine géographique (SETIF). L'assurance d'un avenir scolaire moins risqué pour les enfants inciterait cette famille à quitter son quartier malgré la pénibilité générée par l'abandon d'un voisinage apprécié.

51Dans le quartier de la Grappinière une jeune fille pose une condition très significative à l'éventualité d’un changement de logement :

"S'il faut qu'on déménage pour rester toujours à Lyon, c'est pas la peine, mieux vaut rester ici...partir loin d'ici, d'accord".

52L'idée d’un changement de quartier rebute en elle-même parce qu'on ne sait pas ce que l'"ailleurs" réserve et que, de surcroît, tout changement nécessite le passage d'un état d'équilibre à un autre, donc une certaine rupture dont on ne peut prévoir l'effet. C'est ainsi qu'il convient d'interpréter ce discours comme un besoin exprimé par cette jeune fille d'instaurer un espace le plus large possible entre le logement actuel à La Grappinière, et un logement ailleurs. C'est la seule condition à l'acceptation d'un déménagement : "loin" de La Grappinière et de tout ce qu'il représente, c'est-à-dire le chômage des jeunes, la violence, les contrôles policiers, un quartier qui se meurt...

53Dans un autre ménage, typique de ce groupe, la mère est très malade. Ce problème spécifique structure tout le discours du ménage et notamment celui relatif au "choix" de la localisation résidentielle. Cet exemple illustre avec éloquence une situation singulière dans laquelle cette famille se trouve entièrement piégée et isolée : le père et les enfants compensent l'incapacité physique de la mère, les sorties sont rendues impossibles, le ménage est non-motorisé.

"...on habite là depuis 1974...avant on habitait à Caluire. Ma femme a fait une allergie au foin alors on m'a dit de déménager... on est venu là. On croyait que ça irait mieux, mais c'est toujours pareil. Nous, on ne fréquente pas... (le père).
- non, je suis malade, et je n'aime pas beaucoup les histoires... (la mère).
- Moi, j'aimerais à Bron, il paraît que le climat est bon... là il fait trop humide, on est trop près du Rhône... (le père)
...Moi je vais du travail à la maison et je n'ai jamais d'histoires. Je le jure, depuis que je suis arrivé, je ne connais pas le commissariat de police... Du travail à la maison, je n'ai rien à faire...
...Nous c'est bonjour, bonsoir et chacun chez lui...et le Bon Dieu pour tous comme ils disent les français...
...les arabes, ils manquent de savoir-vivre : tu les fais rentrer chez toi, tu les nourris, tu les abreuves, un jour ou l'autre, ils diront du mal de toi... Qu'est-ce qui a rendu ma femme malade à Caluire ? C'est ça, les on-dit..."
(ZUP-PRE DE L'HERPE)

54Le cas précédent est peu courant dans l'échantillon, bien que l'isolement et le repli sur soi qui caractérise le mode de vie du ménage ne lui soient pas spécifiques. Il faut noter tout de même que rien n’attache cette famille à son logement, pas plus le domicile en lui-même que l'environnement du domicile (voisinage). C'est, d'une manière générale, l’élément distinctif de cette troisième catégorie de réponses. Le repli sur sol est relativement prononcé chez une large fraction des ménages, comme en témoigne la fréquence d'apparition dans les interviews des expressions du type : "ici, c'est bonjour, bonsoir avec les voisins..." ou bien "moi je vais de mon travail à la maison et vice-versa", des expressions qui résument en définitive le peu de signification que revêt pour ces enquêtés la localisation résidentielle actuelle, en termes de "vie sociale" tout au moins. Lorsqu'un certain nombre d'avantages fonctionnels sont associés à l'éventualité d’un changement de domicile, il y a acceptation de la proposition (rapprochement du lieu de travail par exemple...).

55On ne peut dire si ces ménages ignorent ou pas que le marché du logement leur est fermé. Il n'en demeure pas moins que le type de réponses qu'ils ont émis les distingue radicalement de la catégorie suivante, au sein de laquelle les ménages expriment une situation de captivité, de non-choix, pour les immigrés vis-à-vis de leur logement.

24. Perception d'une situation de captivité

56Sur la trentaine de ménages enquêtés, trois seulement ont considéré qu'ils n'avaient pas le choix de leur localisation résidentielle et que par conséquent, la question posée était peu pertinente par rapport à leur statut d'immigré. Le trait distinctif de cette catégorie est cette prise de conscience, qui, du reste, structure fortement l'ensemble du discours. Aussi n'est-il pas surprenant de noter une référence systématique au pays d'origine quand on parle à ces immigrés d'un logement "ailleurs". Cet ailleurs renvoie inéluctablement à l'Algérie, le Maroc ou la Tunisie. Le logement à Vaulx-en-Velin constitue ainsi un terme à la mobilité géographique résidentielle de ces ménages. L'après Vaulx-en-Velin, c'est le retour au point de départ, la seule alternative crédible, espérée.

"...de savoir d'où viennent les nuages ou des choses comme ça, moi, ça ne m'intéresse pas ! ce qui m'intéresse c'est ma santé, mes enfants, voilà ! Le retour dans mon pays, un jour...c'est tout. Je n'ai pas d'autres choses à discuter...".
(ZUP-PRE DE L'HERPE)

57C’est ainsi qu'exprime un père de famille, inactif depuis quelques mois à cause d'une grave maladie, les choses auxquelles il accorde de l'importance. Le reste, dont le vécu dans le quartier, les transports... lui parait être des préoccupations "de luxe" par rapport à sa santé, ses enfants et le retour dans son pays natal. Cet enquêté est l'un des rares à avoir structuré tout son discours sur la perception de l'environnement, à partir de son statut d'étranger en France, il illustre de la sorte l'isolement et l'impuissance qui peuvent caractériser la vie quotidienne d'un immigré maghrébin sans travail, qui vit avec sa famille, dans une ZUP.

"... Dans le quartier, je me sens comme un étranger, c'est la vérité. Quand je suis dans mon pays, j'ai 1'impression que tout m'appartient, je retrouve ma famille, mes amis, le soleil. Je suis heureux. Quand je viens là par contre je me sens comme un étranger... et c'est vrai que je suis un étranger parce que même si je restais cent ans, je serais toujours un étranger. On entend des réflexions du type "rentre chez toi". Même dans l'allée où j'habite il y a peut être deux personnes à qui je dis bonjour, les autres non. Chacun tourne la tête".
"...Un autre logement ? Pour aller où ? Partout c'est pareil. J'ai deux amis ici à St-Priest... des arabes... on va parfois chez eux aux Minguettes et à St-Priest. Ils viennent aussi chez moi. On se téléphone, on demande des nouvelles, c'est tout, autrement pour le reste, je me sens isolé, un étranger et c'est tout".
"...Si je meurs ici, c'est pas les français qui vont porter mon cadavre. Non. Les français ne vont pas me porter. Ils vont appeler le croque-mort et c'est tout... c'est pas eux qui vont venir à deux cents ou trois cents à mon enterrement...".
(ZUP - PRE DE L'HERPE)

  • 2 REMY (J.)
    - Structure spatiale et structure sociale. Aude (EURE), Centre de Sociologie des Organisa (...)

58Alors qu'on lui demande de parler du vécu dans son quartier, cet homme nous parle de son pays en essayant de faire comprendre qu'il n'y a qu'en Algérie qu'il est vivant. En France, il n'existe pas. Il n'a pas envie d'exister. Dans son pays, il compte pour les autres, il n'est pas anonyme. La nostalgie du pays d'origine qui transparaît dans cet entretien agit de telle façon que l'individu limite volontairement son réseau de relations sociales, cela afin de prévenir d'éventuels conflits qui viendraient envenimer une vie quotidienne déjà difficile. On rejoint un phénomène social déjà mis en lumière par certains auteurs2 : "la non-visibilité sociale devient un élément très valorisé par certaines catégories de population. On se retrouve à l'opposé de la vieille idée de communauté qui reposait sur le plaisir d'être constamment avec des gens qui vous connaissent personnellement et dans votre histoire individuelle, sur le plaisir de faire l'effort de comprendre l'étranger qui passe". L’exemple de l'enterrement cité par l'enquêté explicite très fortement cette idée. À cette occasion, il est d'usage dans les pays du Maghreb, comme dans les pays latins, du reste, d'accompagner la dépouille funèbre jusqu'à sa dernière demeure. En rappelant cette coutume, l'enquêté veut montrer que s'il meurt en France, ce sera dans l'anonymat. Pas dans son pays, où même dans la mort, il existe encore. Cette image est significative de la solitude sociale dans laquelle peuvent vivre des immigrés.

"...Des amis, quels amis ? Des amis arabes ou français ? Des arabes, si...mais c'est boujour bonsoir c'est tout...trop fréquenter c'est pas bien. Tu vas chez les uns et les autres, ils viennent chez toi, après il y a des ragots, la bagarre et tout... Quelqu'un qui tient sa langue c'est mieux, il veille sur sa maison, il veille sur ses enfants, c'est mieux... Un ami, deux amis, ça suffit..." (le même enquêté).

59Ainsi s'exprime pour cet immigré l'invisibilité sociale nécessaire à la vie en France : veiller sur son foyer, sur ses enfants et "tenir sa langue", telles sont les trois conditions qui définissent une "vie tranquille".

60Au Mas-du-Taureau, un second chef de famille nombreuse, handicapé physique à la suite d'un accident de voiture, dont le ménage ne compte aucun actif, tient visiblement le même discours que le précédent.

"...Dans ce quartier, je trouve qu'il y a trop de laisser-aller de la part des familles... Les enfants sont trop dévergondés. Je ne me trouve pas très bien dans ce quartier. J'aimerais changer de logement si c'était possible, mais je n'ai pas le choix. J'aimerais surtout rentrer au pays...
"Mon premier quartier, c'était bien, rue Rabelais dans le 3ème. Mais ici tout le monde se cotoie, il y a surtout des bagarres, tandis que là-bas c'était chacun pour soi, bonjour bonsoir quand on se rencontrait... Ici j'essaie d'éviter les relations avec les voisins, français ou arabes... J'évite les histoires...".
(ZUP-MAS DU TAUREAU)

61La logique est exactement la même que la précédente : la non-visibilité sociale, nécessité à laquelle doit se plier l'immigré pour s'adapter au mode de vie français, passe par une limitation des relations sociales.

62Les deux ménages dont il vient d’être question font tous deux références au retour au pays natal. L'évocation de ce retour l'est sous forme d'un vœu car il semble que ces chefs de famille dont la première compte sept enfants, et la deuxième dix, sont malgré tout conscients de la nouvelle donnée créée par la "nouvelle génération". Il n'en a cependant pas été fait allusion au cours des entretiens. Dans le troisième ménage qui clôt cette quatrième catégorie, cet aspect est évoqué par la mère de famille.

63Ce dernier représentant compte quant à lui six enfants. Aucun actif. Le père est invalide.

"...On est bien obligé de se trouver bien ici...où peut-on aller ? En Algérie, ? On peut pas avec le chômage en plus...on peut pas...mon mari est invalide...

64Non seulement ce ménage est piégé à Vaulx-en-Velin mais de plus le pays d'origine ne constitue même plus une voie d'issue crédible. Dans un tel cas de figure, il apparaît quelque peu inopportun de s'enquérir sur le vécu dans le quartier. Pour cette famille qui survit grâce à la pension trimestrielle du père invalide, il n’existe plus d'autres alternatives que de se contenter de l'existant. La ligne d'horizon s'arrête à La Grappinière.

La fille (16 ans) : mon père ? Il voudrait partir loin de ce quartier...
La mère : "c'est vrai, mon mari il n'aime pas là...lui c'est plutôt l'Algérie, il est dégoûté...il veut rentrer...il est renfermé...beaucoup de problèmes...tu vois on a beaucoup de problèmes : les enfants veulent pas aller en Algérie, le mari veut rentrer...on est venu là en 1962, maintenant c'est beau là-bas…".

65Une des caractéristiques commune à ces trois ménages est l'inaptitude du père à travailler et l'absence de personnes actives au sein du foyer. La situation socio-économique est critique. Il convient de préciser encore que les chefs de famille ne sont pas des travailleurs ayant perdu leur emploi pour des raisons économiques, mais essentiellement des invalides, définitifs ou temporaires, du travail. Ce sont ces situations de déficiences physiques (accident, maladie) qui, sans doute expliquent le désarroi caractéristique de ces trois discours, car dans la culture arabo-islamique, l'un des rôles essentiels de l'époux est de prodiguer à sa famille les biens matériels qui lui sont nécessaires, donc de travailler. Dans une situation caractérisée par l'incapacité physique du conjoint à exercer une activité professionnelle, non seulement l'organisation interne du ménage est bouleversée, mais la présence en France devient également inutile.

SECTION 2 – PERCEPTION DE L’HABITAT URBAIN

1. La logique de l’entretien

66On peut faire l'hypothèse qu'il existe des phénomènes agissant de telle façon qu'un immigré dont les origines culturelles se situent ailleurs qu'en France, construit et entretient une image de la ville qui traduit son statut d’immigré.

  • 3 BAILLY (A.). La perception de l'Espace Urbain. Paris : C.R.U., 1977.

67La connaissance de la perception par un individu de l'espace urbain, perception entendue ici comme "la fonction par laquelle l'esprit, le sujet se représente, pose devant lui les objets"3 (permet la compréhension des réactions provoquées chez l'homme par les stimuli du milieu. Ainsi, s'il est admis que les perceptions de la ville que peut avoir un individu, déterminent largement l'usage de cet espace urbain, un questionnement de la mobilité urbaine d'un groupe de population donné passe nécessairement par une analyse de tous les attributs dont il use pour définir l'urbain.

68Cette investigation doit pouvoir vérifier l'hypothèse selon laquelle il n'existe pas d'homogénéité des comportements urbains chez les, immigrés maghrébins, pas plus qu'il n'existe une unicité des modèles de "processus cognitifs" de l'espace urbain. La perception de la ville peut renvoyer à autant d'images, de symboles qu'il n'y a d’individus, car en effet, toutes les références qui sont utilisées pour la définition de la ville renvoient à une diversité de facteurs subjectifs tels le statut socio-économique, le sexe, l'âge, l'ancienneté en France, dans le quartier, l'éthnocentrisme, le nombre d'enfants, la possession d'une voiture, la psychologie personnelle...

2. Méthode d'approche

  • 4 Nous renvoyons le lecteur au premier chapitre, et notamment au bilan de la littérature existante s (...)

69L'approche d'un tel objet dans une population d'immigrés Maghrébins était par avance rendue fort délicate, tout d'abord en raison de la difficulté d'exprimer en des termes suffisamment simples l'idée de "perception de la ville", en langue arabe, ensuite en raison des difficultés d'une partie de cette population à percevoir les tenants et les aboutissants d'un tel questionnement4.

70La méthode d'investigation a été définitivement mise au point après une phase de tests. Dans l'élaboration préliminaire du guide d'entretien, la question relative à la perception de la ville avait été transcrite en ces termes :

  • "qu'est-ce qui vous plaît dans la ville" ? puis,
  • "quels avantages associez-vous au fait d'habiter en ville" ? enfin,
  • "pourquoi n'aimeriez-vous pas habiter en ville" ?

71Les tests préliminaires du guide d'entretien ont montré que les ménages maghrébins éprouvaient de grosses difficultés pour répondre à des questions ainsi formulées. Presque systématiquement, l'enquêteur a dû intervenir pour préciser sa demande et ainsi orienter la réponse de l'interviewé. Cette démarche dénaturait inévitablement la qualité du discours. Il semble que les difficultés exprimées soient surtout dues au fait que "la ville" en elle-même ne signifie rien pour un maghrébin, la ville en France tout au moins. Formulées telles qu'elles l'étaient à l'origine, les questions ne fournissaient aucun point de repère, de référence, pour construire une appréciation sur l'objet.

72C'est donc pour pallier cette difficulté que "LA CAMPAGNE" a été définie comme élément de référence dans la formulation définitive de la question. A priori, on pouvait penser qu'il était plus prometteur de provoquer la parole d'un immigré sur la ville, à partir de l'objet moins complexe dans son approche que constituait la campagne. Ainsi, après la précédente question du guide d'entretien qui traitait de la perception du quartier résidentiel : "Si on vous proposait un logement ailleurs, ou souhaiteriez-vous aller ?", le discours sur la ville a été engagé de la manière suivante :

73"Et si on vous proposait un logement à la campagne ?"

74Il faut préciser que la technique qui a consisté à interroger négativement les enquêtés dans le but de soulever plus promptement une réponse, s'est avérée très fructueuse parce que l'image de la campagne vient en opposition de celle de la ville.

75En résumé, on se rappellera donc que la perception par les ménages maghrébins des avantages liés à la localisation résidentielle en milieu urbain (Vaulx-en-Velin), telle qu'elle est menée dans notre investigation, est une représentation par opposition à la campagne, et que d'autres types d'approches auraient pu mener à des résultats différents.

3. Le discours sur la ville en passant par la campagne

  • 5 Généalogie de la pendularité...op. cit. p. 41.

76L'examen des discours révèle l'influence de nombreux facteurs quant à l'appréciation des avantages et des inconvénients associés respectivement à l'habitat en ville et à la campagne, parmi lesquels il faut citer la présence d'enfants dans le ménage, la motorisation, la situation économique, le vécu social dans l'environnement actuel... D'ores et déjà, on peut mettre en exergue un résultat important : environ les trois-quarts des enquêtés font mention de la proximité actuelle du lieu d'emploi pour justifier leur refus de résider à la campagne. C’est dire à quel point, dans le milieu des immigrés maghrébins, la ville est largement perçue sous l'angle économique et ses opportunités en matière d’emploi : la ville symbolise le travail et donc la motivation profonde de la présence en France des travailleurs immigrés. Ce résultat confirme la thèse de Buffard et Regazzola5 selon laquelle pour un immigré primo-arrivant..."il n'y a d'espace que continu : travail et logement ne peuvent donc être séparés". En effet, les trois-quarts des ménages refusent effectivement l'éclatement de l'espace entre le pôle du domicile et celui du travail.

77Cependant, la diversité qui caractérise la formulation des réponses ayant fait allusion à l'emploi, mérite quelques approfondissements. Une distinction doit être opérée entre les ménages qui ont articulé leur réponse exclusivement sur le facteur travail et ceux lui ayant adjoint certains autres dans l'arbitrage en faveur de l'habitat urbain.

31. La primauté du facteur travail

78Dans un certain nombre de familles Immigrées maghrébines, la ville est essentiellement perçue sous une dimension unique : le travail. Tous les témoignages qui suivent en attestent.

"...Et gui va nous donner du travail ? Non, à la campagne ce serait trop loin, surtout pour le travail, le mien surtout...ça fait 20 ans que je fais le même travail, bientôt la retraite... Si je vais à la campagne, je vais tout perdre...".
(ZUP-NOIRETTES. Une mère travaillant à Lyon)

"...la campagne, c'est trop loin pour mon mari...il travaille juste à côté vers le feu rouge..."
(Av. de Böhlen. Une mère)

"...l'avantage ici c'est d'être près du boulot c'est tout...les gens ici, c'est surtout les boîtes qui les intéressent, le boulot quoi..."
(Cité TASE. Un jeune)

"...et où je travaillerais ? Comment je ferais pour mon travail ? Ici je suis à cinq minutes de mon travail. Je travaille dans une école devant le casino...Si je trouve un logement à la campagne avec un travail à côté, j'y vais..."
(ZUP-MAS DU TAUREAU. Une mère)

"...un logement à la campagne ? Eh bien ça m'arrange pas pour le travail. On aurait un gros problème de transport...Déjà là on en a un ! Je me tape tous les jours deux kilomètres à pied tous les matins pour prendre mon car..."
(Cité TASE. Un père)

"...un logement à la campagne ? Si j'avais un boulot juste à côté oui...ici je prends la voiture... cinq minutes...à midi je rentre chez moi en voiture... Si je vais à la campagne, j'aurais les frais d'essence... À la ville l'intérêt c'est d'être près du travail c'est tout..."
(ZUP-COIN SOUS LA COMBE. Un père)

"...on ne peut pas à cause du travail..." (la mère)
"...je ne peux pas parce que je n'ai pas de voiture particulière...Je vois très mal...alors pour le travail...j'ai le code mais pas le permis à cause de mes yeux" (le père)
(ZUP-PRE DE L'HERPE)

79L'habitat à la campagne, dans ce premier groupe de ménages, symbolise exclusivement un éloignement par rapport au lieu de travail. Il apparaît irrationnel à ce titre, a fortiori pour les actifs qui travaillent à Vaulx-en-Velin. On est donc en présence d'une approche typiquement fonctionnelle de la perception de l'habitat urbain, la campagne symbolisant un "désert économique".

80Un second groupe de ménages se distingue de ce dernier par le fait qu'au facteur "proximité du lieu de travail", il associe d'autres éléments de natures diverses comme la situation du lieu de résidence par rapport à l'offre d'équipements scolaires, sociaux et commerciaux, les transports en commun, la possession d'une voiture, etc...

"...Un logement à la campagne ? Et le travail, comment vous allez faire ?" (le père)
"...la campagne ? Non... À la ville ce qui me plaît, c'est que j'ai tout à la portée de la main...les commerces...j'ai pas besoin de prendre la voiture, le car, rien du tout..." (la mère)
(ZUP - MAS DU TAUREAU)

"...Moi, j'irais pas..." (la mère)
"...Personnellement moi j'irais pas...non...cette fois si je quitte l'appartement c'est pour retourner chez moi..." (le père)
"...A la campagne, on pourrait pas...bon ben l'école ça serait déjà loin...le travail de mon mari c’est ici...ici on a tout aussi...le casino, le centre Leclerc, on est bien placé..." (la mère)
"...pour à oui, à Vaulx-en-Velin on a tout. Il nous manque rien. On est bien placé... Par exemple au sujet du car, le 51, il passe toutes les cinq minutes, on va à Bonnevay, on prend le métro, un autre car..." (le père)
"...au centre-ville...moi j'aime pas...pour les enfants ça poserait des problèmes... ils pourraient pas courir comme ici...ici il y a des chemins piétonniers, là-bas non (la mère)...et puis là-bas, ils seraient toujours à la maison, ici non..."
(ZUP-NOIRETTES)

"...Oui bien sûr...si on trouve du travail là-bas...c'est calme... (la mère)
"...nous les jeunes on ne peut plus vivre sans nos distractions...on est dans un quartier comme celui-là, on changera jamais voilà...il y a tout à Vaulx-en-Velin...tout...je sais pas moi... (la fille)
(LA GRAPPINIERE)

"...À Vaulx-en-Velin, c'est plutôt la campagne, c'est pas la ville...en ville je peux pas rester, c'est comme une prison... (la mère)
(LA GRAPPINIERE)

81La perception de la ville dépasse le cadre exclusif du travail. Après ce facteur prépondérant, ceux perçus le plus fréquemment par les ménages (surtout par les femmes en l'occurrence) sont la proximité des équipements commerciaux de Vaulx-en-Velin, grands magasins essentiellement, et la proximité de l'école des enfants. La localisation résidentielle actuelle s'apprécie donc en termes de distance par rapport aux équipements scolaires et commerciaux exclusivement. À cet effet, il convient tout de même de noter qu'il n'est jamais fait allusion aux équipements socio-culturels ou de loisirs par exemple, qui semblent renvoyer à des activités "de luxe", mais toujours aux équipements nécessaires à la réalisation d'activités contraintes (écoles, achats, travail). Il y a donc tout lieu de nuancer les réponses du type : "À Vaulx-en-Velin on a tout !"...À la campagne on est loin de tout et à Vaulx-en-Velin on est bien placé...", devises qui se dégagent le plus fréquemment du discours de ce groupe de ménages. Il n'est pas rare de retrouver à propos de Vaulx-en-Velin, l'évocation de l'avantage tenant à sa position intermédiaire entre le centre-ville et la campagne, le premier site étant symbolisé comme un lieu d'agitation :

"...De toute façon, ici on n'est pas tout à fait en ville...j'aimerais pas habiter au centre-ville, j'aime mieux là...ici on n'est pas vraiment à la campagne, et pas vraiment en ville...en ville c'est déjà beaucoup plus bruyant...là c'est déjà plus éloigné, c'est plus calme, tout en ayant tout ce qu'on a besoin quoi..."
(ZUP-NOIRETTES. Une mère)

"...À Vaulx-en-Velin c'est plutôt la campagne, c'est pas la ville...en ville je peux pas rester, c'est comme une prison..."
(LA GRAPPINIERE. Une mère)

"...En ville, il y a plus de distractions qu'à la campagne...t'as les cinémas...moi j'aimerais pas beaucoup habiter en ville, là c'est déjà beaucoup plus calme...c'est pas vraiment la ville, c'est la campagne..."
(CITE G. ROUGE. Une jeune fille)

82L'aspect "campagnard" de la banlieue peut cependant être apprécié diversement selon l'âge des enquêtés. Les jeunes soulignent plus facilement l'absence d'équipements de loisirs sur la commune comme ces jeunes filles de la Cité George Rouge :

"... J'habiterais à la campagne si j'avais une voiture seulement, sinon non...on dépend totalement des bus...nous-mêmes si on veut se distraire à Vaulx-en-Velin, on est obligé de partir, soit en bus, soit en voiture, parce qu'il n'y a rien ici...rien à Vaulx-en-Velin. Donc si on veut faire quelque chose, il faut partir...soit aller en ville, soit aller quelque part...Ici à Vaulx-en-Velin, c'est parfait dans la semaine jusqu'à minuit, on est vraiment bien desservi...le problème pour les jeunes c'est le soir...Ici qu'est-ce qu'ils font les jeunes à part aller traîner à Auchan, y'a rien à faire... À Vaulx-en-Velin y'a pas un cinéma, pas une boîte, rien..."
(Cité Georges ROUGE)

83Ce sont donc essentiellement les carences de la commune en matière d'équipements de loisirs que soulignent ces jeunes filles. Bien évidemment il faut préciser qu’il existe une forte corrélation entre l'âge des interlocuteurs et ce type de discours car dans aucun autre témoignage, il n'est fait mention de ces critères. Cela tient à la nature de notre échantillon qui est presque exclusivement composé d'adultes ayant une famille à leur charge et qui, pour la plupart ne formulent aucune demande en matière de loisirs.

84En règle générale, les ménages qui ont porté des critiques quant à l’éloignement de leur logement actuel par rapport à un certain type d'équipement sont en nombre très limité. Avec le discours précédent, dénonçant le manque d'équipements de loisirs, il faut signaler celui d'une mère de famille résidant Avenue de Böhlen, donc dans la partie sud de la commune, et qui habitait auparavant aux Brotteaux, à Lyon, quartier dont elle a été exclue par suite des opérations de rénovation.

"...La campagne j'aime pas...c'est trop loin...quand le mari travaille, les enfants à l'école...Ah non ça va pas, en ville c'est mieux. Mais ici par exemple c'est pas comme aux Brotteaux où on habitait. Là-bas, il y avait tout...c'est pas comme ici où on est obligé de prendre le car pour aller à Record...Pour aller faire des courses on est obligé de prendre le car...ici où on est, on est loin de tout. Aux Brotteaux, il y avait tout, les magasins...tout, c'est pas comme ici...Il y avait des choses comme le dégraissage, comme...Ah non..."
(Avenue de Böhlen)

85C'est surtout le fait d'avoir connu une situation jugée meilleure qui permet à cette femme de porter des critiques sur son actuelle localisation résidentielle au sud de la commune qui, il est vrai, est nettement moins bien pourvue que la partie nord en matière d'équipements.

  • 6 Nous en ferons une présentation des principales caractéristiques dans l'analyse des déplacements d (...)

86Dans l'examen des réponses relatives à la perception des avantages liés à l'habitat urbain par rapport à la campagne, l'un des principaux enseignements est donc constitué par la prééminence du facteur "proximité du lieu d'emploi". Dans ce premier type de ménages, la ville est essentiellement conçue en termes de DISTANCE ECONOMIQUE. La rationalité qui guide l'appréciation émise par ces ménages sur leur localisation résidentielle est conforme au comportement de l'homo-œconomicus tel qu'il est posé en hypothèse des modèles désagrégés de transport6 ( : l'individu tend à minimiser la distance qui sépare son domicile de son lieu de travail. De la même façon, il cherchera à optimiser son rayon d'action par rapport à la localisation de son domicile : minimisation de la distance domicile-école, domicile-centres d’achats.

87La rationalité économique est donc prépondérante dans ce premier modèle. On peut toutefois dégager un second groupe de ménages dont les membres ne mentionnent en aucun cas le facteur travail dans leur discours. Il s’agit donc de s'interroger sur les éléments qui fondent cette attitude "atypique".

32. Absence du facteur travail. De la distance économique à la distance sociale

88Les deux témoignages suivants émanent de deux pères de la famille nombreuse au chômage. Cela explique pourquoi dans le discours sur la perception des avantages liés à l'habitat urbain, le facteur travail n'apparaît pas comme dans le groupe précédent ("A la ville ou à la campagne, c'est mort partout pour le travail"). Ce sont alors les enfants qui deviennent le centre d'intérêt principal :

"... Moi j'aimerais bien...mais étant donné que les enfants ils vont à l'école, ils trouveraient pas de l'arabe, ils seraient obligés de venir de loin pour aller à l'école par ici... (le père)
(ZUP - PRE DE L'HERBE)

"...Un logement à la campagne, ça c'est encore mieux...les gosses peuvent s'amuser...je pourrais faire des poules, des lapins, le jardin... (le père). De toute façon, que ce soit à la ville ou à la campagne, c'est mort partout pour le travail..."
(CITE G. ROUGE)

89Toutes les deux, les femmes de ces chômeurs, font allusion à la nécessité de disposer à la campagne d'une voiture. En ville, cette nécessité s'estompe grâce à la proximité des équipements :

"...moi je trouverais ça chouette d'aller à la campagne...mais il faudrait avoir une voiture particulière...quand une femme habite à la campagne sans voiture, elle se sent perdue...moi en fait j'aimerais pas tellement parce que j'aime pas la solitude..."
(ZUP - PRE DE L'HERPE)

"...En fait la vérité c'est que moi j'habiterais jamais à la campagne, mais lui (mon mari) il voudrait bien y aller...premièrement il manque les magasins...deuxièmement c'est loin pour les courses...troisièmement pour les enfants, faut les amener à l'école faut avoir la voiture...si on n'a pas les moyens on n'a pas de voiture..." (la mère)
(CITE G. ROUGE)

90L’allusion commune faite au mode de transport que constitue la voiture renvoie certes à la notion de distance, mais si la deuxième évoque l'aspect économique de cette distance (minimiser les efforts et le temps dans les déplacements pour les achats et les déplacements domicile-école), la première fait expressément référence à un contenu social de la distance, une distance sociale. Cette notion structure très fortement les réponses de quelques ménages comme celui de ce père de famille, au chômage lui aussi :

"...Non la campagne, je peux pas vivre...j'aime la campagne mais j'aime vivre justement là où il y a du monde...j'aime le monde. C'est pas pour ça que j'ai déjà dit que j'aime l'Algérie parce qu'il y a beaucoup de monde... C'est pour ça que je vais m'attacher à tous les gens, autrement on n'en finit plus... A la campagne je vais crever...ici à l'hôpital, ils ont voulu m'envoyer en maison de repos, je leur ai dit jamais...en maison de repos je vais me retrouver avec des vieux qui marchent sur des cannes...je vais prendre une crise encore plus ! Ici à la maison, je mets des cassettes, des choses comme ça...je passe mieux mon temps à la maison..."
(ZUP - PRE DE L'HERPE)

91Cet homme appartient au groupe des ménages résidant dans la ZUP et pour lequel nous avons déjà montré que la limitation des relations sociales était un des principes importants, confirmant ainsi la valorisation d'une certaine invisibilité sociale. A présent, il est surprenant de remarquer que ce type d'individu exprime fortement un besoin de se "sentir" au milieu d'une foule, même s'il garde ses distances vis-à-vis d'elle. Il s'agit de l'expression d'une proximité psychologique nécessaire à l’équilibre affectif de l'individu, rendue possible par le logement en ville, en habitat collectif. L'approche fonctionnelle spécifiant le groupe précédent est remplacée par une approche psychologique.

92D'autres témoignages de femmes ceux-là, vont dans le même sens :

"...la campagne, j'aimerais pas y aller parce que j'aime pas la campagne...j'aime le monde...je veux habiter au milieu des gens, pas toute seule. C'est une idée de français d’aller habiter seul à la campagne avec les arbres. La campagne c'est bon pour les vacances pas pour tous les jours...les épiceries sont loin,...si des fois mon fils tombe malade...non, non, pas la campagne ! Moi déjà que je m'ennuie parce que je suis loin de chez moi (la Tunisie), je vais pas aller habiter à la campagne toute seule. Ici, on a tout, les magasins, les marchés..."
(ZUP - ECOIN SOUS LA COMBE)

93"Invisibilité sociale, oui, mais au milieu d'une foule". Ainsi pourrait-on résumer l'idée forte de ces discours. L'anonymat, la solitude sociale sont souvent associés au mode de vie français mais on trouve cependant chez ces enquêtés une résistance à cet individualisme, qui s'exprime par une référence systématique à l'attachement aux relations humaines tel qu'il prévaut encore dans les pays du Maghreb. La campagne est symbolisée par son aspect écologique essentiellement.

"...hou là là...on m'a déjà proposé et j'ai refusé...à Bourgoin-Jallieu, dans un petit chalet comme ici. Mais qu'est-ce que je vais faire là-bas ? Surveiller les moutons ?..."
(Av. de Böhlen. Une mère)

94Cette enquêtée, attachée à son voisinage maghrébin, redoute l'isolement et l'inactivité qui lui semblent les traits distinctifs essentiels de la campagne. La non-allusion à la proximité du lieu de travail s'explique encore une fois par l'absence d'actifs au sein du ménage : le père est invalide depuis de nombreuses années.

33. Les "campagnards"7

  • 7 Nous ne pouvons toutefois pas préciser si en Algérie, les ménages résidaient à la campagne ou non.

95Ce dernier groupe de ménages se présente comme le contraire du précédent en ce sens qu'il se distingue par une évaluation positive de la localisation résidentielle à la campagne. Ce n'est pas par hasard que l'on retrouve dans ce groupe la quasi-totalité des ménages qui, à propos de la perception de leur quartier, avaient déjà souligné une franche hostilité et évoqué un désir de changement de résidence. L'habitat urbain est en effet perçu négativement parce qu'il est un univers concentrationnaire et que cet état de fait imprègne trop fortement la vie privée de chacun (contrôle social) et présente des risques graves pour l'évolution des enfants. C'est dans les quartiers les plus dégradés de Vaulx-en-Velin, le Mas du Taureau, La Grappinière que l'on retrouve le plus cette idée.

"...Oui j'aimerais habiter à la campagne, je serais tranquille...en ville avec les gens, on a beaucoup d'ennuis...à la campagne, je serais seul, je serais bien...moi de toute façon, j'ai ma voiture, je descendrais toutes les semaines en ville pour faire mes courses...le week-end je serais bien avec mes enfants, j'aurais pas besoin de sortir puisque je serais à la campagne déjà...on pourrait faire beaucoup de choses...(...)
(ZUP - MAS DU TAUREAU. Un père)

"Ah je vous jure que j'irais habiter à la campagne, tranquille...le seul problème que je vois pour les enfants, si l'école est trop loin..."
(MAS DU TAUREAU. Une mère)

"...Ah c'est bien la campagne...Ah oui, moi je veux...si j'étais à la retraite,...je voudrais...c'est plus calme...
(LA GRAPPINIERE. Une mère)

"...Si je trouve un logement à la campagne avec un travail à côté, j'y vais...les voisins ? ça fait rien si je suis toute seule, au contraire, j'aurais pas de soucis..."
(MAS DU TAUREAU. Une mère)

96Ces trois femmes vivent seules avec leurs enfants. L’époux de la première travaille à l'étranger et elle doit donc gérer toute seule son foyer. Les deux autres sont divorcées depuis plusieurs années et exercent une activité professionnelle à Vaulx-en-Velin. C'est sans doute cette situation qui explique que ces femmes sont moins attachées à leur environnement que d'autres. Seule la proximité de l’école ou du lieu de travail les lie à la ville. L'approche est encore une fois typiquement fonctionnelle.

SECTION 3 - "GOUT DE LA SORTIE" OU "ATTITUDE DE MOBILITE" CHEZ LES MENAGES MAGHREBINS

1. La logique de l'entretien

97Il est vrai qu'un mode de vie caractérisé par la participation de l'individu à diverses activités, sociales, culturelles, sportives, apparaît plus "souhaitable en soi" qu'un mode de vie où le repli sur soi prédomine. Le transport doit donc représenter un outil disponible pour l'individu et capable de satisfaire sa demande de participation à des activités. Cela dit, il n'est en réalité pas concevable d'imposer au nom d'un quelconque principe, un mode de vie "souhaitable en soi" à des individus dont les aspirations vont à l'encontre de la participation sociale : c'est le cas notamment des ménages maghrébins qui à Vaulx-en-Velin, valorisent la non-visibilité sociale.

98Il convient donc de cerner "le mode de vie souhaité" de l'individu avant d'envisager une politique destinée à promouvoir sa mobilité. Notre investigation sur la population immigrée nord-africaine s'insère totalement dans cette orientation. Elle se donne pour ambition de poser des embryons de réponses à divers questionnements liés aux déterminants sociaux, culturels ou économiques de la décision de mobilité chez ce type de population urbaine.

99On ne pouvait envisager de formuler indistinctement une problématique des besoins latents de transport dans une population allogène et dans une population autochtone, cela même en raison des référents culturels dissemblables de ces ethnies. La formulation définitive de la question a concrétisé une volonté de mise en relief de certaines particularités culturelles de la mobilité telles que l'on pouvait les concevoir dans le ménage maghrébin immigré, chez qui les valeurs arabo-islamiques sont fortement ancrées.

100En langue française ou maghrébine, la formulation a été la suivante : "Pourquoi ne sortez-vous pas beaucoup de chez vous" ?. Volontairement engagée, elle avait pour but de provoquer une réaction chez les interlocuteurs vis-à-vis de la prise de position adoptée par l'enquêteur, mais surtout de relever toutes les images associées par les hommes et les femmes à la notion de "sortie".

101"L'attitude de mobilité" ou le "goût pour la sortie" chez les individus ont déjà intéressé la recherche en socio-économie des transports. Un bref rappel des enseignements essentiels pourra permettre de situer l'apport éventuel de l’analyse consacrée à ce phénomène en milieu immigré maghrébin.

2. "Ne nous déplaçons-nous que pour aller quelque part" ? La problématique de M. MATALON

  • 8 IRT. La mobilité dans la vie urbaine. Colloque international d'Arc-et-Senans, op. cit. p. 45.

102Les principaux commentaires qui servent à cette mise au point sont extraits d'une intervention de M. Matalon au colloque international tenu à Arc-et-Senans en septembre 19788.

103La communication de l'auteur vient enrichir l’approche fonctionnelle qui prédomine dans les études de transport classiques en lui adjoignant des aspects non fonctionnels. Le point de départ se situe dans l'hypothèse courante des modèles comportementaux désagrégés considérant le déplacement comme un coût, "une désutilité qu'on cherche à minimiser". M. Matalon affirme en fait que cette hypothèse revient à dire que "l'on préfère se déplacer peu plutôt que beaucoup et rester chez soi plutôt que sortir". En témoigne dans différents types de modèles, la notion de "valeur du temps" qui est perdu pendant le trajet ou bien l'idée selon laquelle plus une distance est grande et moins elle incitera de personnes à effectuer le trajet. L'auteur se donne alors un objectif :

104"...Il faut pouvoir préciser dans quelles conditions on cherche effectivement à minimiser les déplacements, et ce qui est en jeu lorsque ce n'est pas le seul objectif poursuivi".

105Et l'auteur de donner de nombreux exemples caractéristiques de situations où minimisation de la distance et du temps de trajet ne constituent pas l'unique rationalité de l'individu :

  • on peut aimer "être ailleurs" ou "aimer sortir"
  • parfois le temps de déplacement peut faire partie de l'activité de destination
  • le temps de transport peut être apprécié et devenir source de satisfaction : se retrouver, réfléchir, rêver...
  • plaisir de conduire, de la vitesse, de l'effort physique...
  • parfois ce n'est pas tellement la valorisation du déplacement lui-même qui est recherchée mais une distance par rapport à son domicile ou...un environnement familier...
  • certaines personnes préfèrent utiliser leur quartier d’autres en sortir...
  • etc...

106"Dans les grandes lignes, conclut M. Matalon, on peut considérer que l’existence de comportements de déplacements non-strictement fonctionnels est suffisamment établie. Il reste à les étudier en détail...". C’est dans cette perspective que nous abordons maintenant les attitudes de mobilité des ménages enquêtés.

3. Attitudes de mobilité sous l'angle de la "sortie"

107La diversité des discours tenus par les ménages maghrébins sur le phénomène de la "sortie" atteste une fois de plus de la non-homogénéité des Jugements, opinions, attitudes et comportements des membres de cette communauté dans leur situation de migrants. Les réponses sont multiples en effet ; elles ont trait à la présence d'enfants en bas âge, à l'absence de moyens de transport, à la cherté des transports...

108On pouvait prévoir que, confrontés à une telle interrogation, les ménages allaient au préalable se distinguer les uns des autres par leur attitude vis-à-vis de la prise de position de l’enquêteur :

109Première attitude : acceptation implicite de la prise de position de l’enquêteur et Justification,

110Deuxième attitude : réaction d'opposition du sujet.

111Par rapport à cette distinction, l'analyse fait nettement ressortir une concentration massive des réponses dans le premier groupe, celui dans lequel les ménages reconnaissent implicitement qu'ils ne sortent pas beaucoup de chez eux. Parmi eux, une dizaine développe le même thème : celui de la motivation de la "sortie". C'est l'un des enseignements principaux de cette analyse : les ménages maghrébins ne sortent que pour aller quelque part et faire quelque chose.

112Pour bon nombre d’enquêtés, la notion de "sortie" ne revêt aucune signification si on ne lui a pas associé auparavant une fin, un motif clairement déterminé. On peut d’ores et déjà préciser que ce sont essentiellement des femmes maghrébines qui tiennent ce type de discours. Cela révèle sans doute une répartition des rôles au sein de la famille maghrébine dans laquelle la femme reste encore largement attachée au foyer. Dans ces conditions, le temps passé par la femme hors du domicile représente un temps perdu pour la gestion du foyer, d'où l'importance que revêt l'association systématique d'une activité FONCTIONNELLE à la mobilité de la mère de famille.

"...Celui qui reste chez lui, c'est mieux...moi je n'aime pas sortir…je sors pour mes affaires...je vais faire mes courses au marché, je fais des papiers..,"
(Vaulx-Village, Une mère active)

"...Quelqu'un qui reste chez lui, c'est normal...on ne sort pas quand on n'a rien à faire...on va chez les amis ou en sort quand il y a des courses à faire...autrement où veux-tu aller ?"
(CITE TASE. Une mère)

"...Pourquoi on sortirait ? On reste chez nous pour nous occuper de la maison et de nos enfants, c'est mieux... (la mère)
...Si elle sortait, elle irait où, franchement ? (la fille)
(Av. de Böhlen)

"...Pourquoi nous on ne sort pas beaucoup de chez nous ? Nous on sort pas pour aller se promener, on sort pour faire des courses...dans un but précis quoi, autrement on ne sort pas..."
(ZUP - ECOIN SOUS LA COMBE)

113Relevons tout d'abord dans ces deux témoignages, l'affirmation d'une "normalité". Dans l'arbitrage entre la sortie et les tâches domestiques, c'est la seconde activité qui doit occuper la "bonne mère de famille maghrébine". Trois motifs principaux sont alors systématiquement associés à la sortie : les achats, les affaires administratives et les visites familiales. La sortie pour elle-même, telle qu’elle apparaît dans l'analyse de M. Matalon, celle qui n'a pas de destination préalable déterminée, est synonyme d'errance, d'irrationalité. C'est notamment le cas de la sortie de promenade, une sortie de loisirs : la mère de famille maghrébine appartenant à ce groupe ne sort jamais pour se promener : elle perd du temps qu’elle aurait dû consacrer à son foyer et à ses enfants.

114Le domicile et le lieu de travail apparaissent comme les deux pôles essentiels de la vie quotidienne de ces ménages. Tout écart par rapport au trajet fonctionnel domicile - travail peut devenir générateur de "désutilités" (les histoires...). L’exemple suivant est explicite à cet égard :

"...Qu'est-ce que tu veux que je sorte faire ? Ca m'attire des histoires et c'est tout...je pars le matin, je rentre à midi pour faire à manger à mes enfants, c'est tout...Si quelqu'un fait une fête et qu'il vient m'inviter, là d'accord, j'y vais, mais pour aller traîner dans les rues toute seule, ça non... Pour aller me promener ? non, non...quand il fait beau, oui, je sors pour aller chez ma fille, je ne vais pas aller me ballader au centre-ville. Ca ne me dit rien du tout de me ballader..."
(ZUP - MAS DU TAUREAU)

115Lorsque la mère de famille vit sans conjoint comme c’est le cas ici, et que, de surcroît, elle est active, la gestion du temps quotidien se pose avec plus de rigueur. La rationalité de la sortie est encore plus prononcée que chez les femmes non actives.

116Cette autre mère de famille active qui vit avec son mari, actif lui aussi, âgée de plus de 50 ans, met au premier plan, ses références culturelles sur la question de la sortie des femmes arabes :

"...On ne sort pas beaucoup parce que c'est la coutume de nos ancêtres...on est des arabes et c'est tout. On suit notre religion, nos coutumes...pas celles des français...moi, hélas il n'y a que le travail qui me fait sortir...ou alors je vais faire le marché...mais sortir sans but, jamais..."
(ZUP - LES NOIRETTES)

117Si l'on interprète quelque peu les propos de cette mère de famille, la sortie sans motif est un phénomène occidental qui ne concerne en aucune façon les "arabes". Le substrat culturel joue par conséquent un rôle très important dans la mobilité de ce type de femme.

118On retrouve dans un autre témoignage, le poids culturel de la répartition des tâches, et donc de la mobilité, au sein de la famille maghrébine. Il faut préciser que si l'on n'avait considéré que les réponses des individus à la question de la "sortie", ce ménage n’aurait pas été classé dans cette catégorie mais dans celle où les interviewés rejettent l’engagement implicite de l'enquêteur. En effet, c'est le père de famille qui a répondu :

"...Nous ? Pourquoi on sort pas beaucoup. Si on sort ! on aime sortir...voir la famille, à Vileurbanne, Décines, Meyzieu..."

119Or, ce n'est que plus tard, sur la fréquentation des marchés par les femmes maghrébines, qu'apparaît au grand jour, le système qui régit la vie quotidienne de ce ménage, et surtout la conception liée à la mobilité de la femme et celle des enfants :

La mère : "...les marchés ? moi je ne vais jamais au marché...
Le père : non, non elle sort pas...elle va pas au marché...le marché non...elle quand elle sort, elle accompagne sa fille à l'école, pas plus, mais le marché, non...
La mère : oui, quand ma fille était petite, j'étais obligée de l'accompagner à l'école, maintenant qu'elle est grande, je ne l'accompagne plus...elle va avec son frère...
Le père : elle sort aussi quand elle doit aller chercher du pain et du lait...au casino...
La mère : les enfants vont aussi faire des courses...quand mon mari n'est pas là, qu'il me manque quelque chose, c'est les enfants qui y vont...si j'ai mes enfants qui peuvent aller faire les courses, pourquoi j'irais aussi ?
...moi, aller passer mon temps au marché ? C'est pas au marché que les femmes doivent aller passer leur temps, c'est chez elles...si on sort, c'est bien pour aller acheter quelque chose et revenir...on sort pas pour rien, pour passer le temps...les loisirs des femmes c'est à la maison que ça doit se passer...en Algérie, les femmes ne passent pas leur temps dehors !
...Ma grande fille, quand elle sort, elle doit sortir avec moi...elle sort pas toute seule...si elle suit notre loi à nous, elle sort pas toute seule...je vais pas la laisser aller à Lyon toute seule sans qu'elle ait rien à faire...pourquoi qu'elle irait ?
Le père ; s'il manque des commissions, oui elle peut sortir...
La mère : autrement, pourquoi elle prendrait le car et qu'elle irait en ville ? pour aller se promener...sans but... ! non !
...Place du Pont ? non, non je ne vais jamais là-bas...pourquoi j'irais là-bas ? l'homme y va, pas moi...

120Que l'on ne s'y trompe pas, c'est l'un des rares enregistrement réalisé où la répartition des rôles paraît acceptée et enracinée à ce point dans un ménage immigré nord-africain. Il est tout à fait remarquable de noter que c'est la question de la fréquentation des marchés par les femmes qui a déclenché ce long discours dans lequel l'homme et la femme sont parfaitement synchronisés, l'un complétant ou illustrant les propos tenus par l'autre. Il faut encore relever que la référence à l'Algérie faite par la mère (..."en Algérie, les femmes ne passent pas leur temps dehors) signifie sans aucun doute que la distance physique qui sépare le ménage du pays d'origine n'affecte nullement l'attachement aux valeurs culturelles, mais les exacerbe au contraire. Habiter à Vaulx-en-Velin ou bien dans un village algérien ne change en rien la personnalité de ce ménage. Un seul élément risque de dérégler ce mécanisme, c'est la transmission autoritaire de toutes les règles de conduite véhiculées par les valeurs arabo-islamiques, aux filles qui, elles, sont nées à Lyon. Ce dernier point soulève le phénomène de génération et sa dimension dans cette investigation relative à la mobilité des femmes immigrées maghrébines.

121L'affirmation selon laquelle ce sont les femmes les plus âgées qui font le plus souvent appel aux valeurs culturelles dans leur argumentation, ne surprendra personne. En revanche, les quelques jeunes que nous avons rencontrés au cours de cette enquête parlent désormais de "loisirs", de concerts, de "boîtes", de "rencontres avec les amis", de cinéma...ce qui montre sans aucun doute que de nouvelles valeurs tendent à s'intégrer dans la vie quotidienne des enfants d'immigrés maghrébins. La notion de "sortie" ne se différencie plus de celle de loisirs, alors qu'elle ne signifiait rien dans les ménages affiliés au groupe précédent.

"...Qu'est-ce que tu appelles sortir ? sortir pour quoi faire ? les loisirs ? sortir c'est les loisirs... quand on s'emmerde à la maison, c'est pour les loisirs qu'on sort...mes parents quand ils sortent, c'est pour les courses... en été, tu as le Grand Large, les Iles de Miribel...ils emmènent les enfants et ils y vont. Sinon en période creuse comme l'hiver...c'est les courses, t'as rien d'autre...les visites de familles aussi...
(CITE TASE. Un jeune chômeur)

"...Quand je sors, je vais chez des amis... jamais en boîte parce qu'on a trop de problèmes pour rentrer... autrement les concerts, le ciné...
(ZUP - MAS DU TAUREAU. Un jeune)

122Les signes d'un certain changement de comportements des maghrébins selon les générations sont déjà largement perceptibles, sur le plan de la mobilité, de l'usage de l'espace urbain, de la participation à des activités en dehors du foyer...les femmes maghrébines semblent sortir de plus en plus de chez elles comme le regrette cette mère de famille âgée :

"...Maintenant toutes les femmes arabes sortent de chez elles, les jeunes plus que les vieilles encore...".

123Un couple "moderne" résidant aux Noirettes confirme la tendance :

"...La plupart des femmes qui sont ici, là, y en a combien qui restent là ?...elles travaillent toutes...y en a pas beaucoup qui sortent pas...si, on en a une qui sort jamais dans notre allée mais son mari c'est un sauvage... (la mère)
"...celle du bas ? c'est vrai, quand ses gosses étaient petits, ils étaient toujours enfermés...maintenant qu'ils sont grands, ils ne rentrent plus du tout..." (le père).

124On peut rapprocher deux autres témoignages de ce dernier. Le premier confirme l'existence de ce type d'hommes qualifiés plus haut de "sauvages", farouchement attachés à l'intégrité culturelle, et qui s'opposent autoritairement à la sortie de la femme.

"...Avant, quand mon mari était vivant, je ne sortais jamais parce qu'il était dur...je ne connaissais rien...depuis qu'il est mort, ça fait deux ans et demi, je sors avec mes enfants...je sors quand c'est des choses obligées...des vêtements pour les enfants...quand mon mari est mort, il a fallu que j'apprenne à sortir...je suis obligée de sortir mais je n'aime pas sortir..."

125Depuis qu'elle est arrivée en France, Il y a une vingtaine d'années, cette femme de la Cité Tase ne connaît rien de l'Occident, résultat du véto de son mari. En fait c'est comme si elle n'avait jamais émigré. Ne parlant nécessairement pas un mot de français, on peut imaginer aisément le vide social dans lequel se trouve plongée cette mère et toute sa famille, depuis la mort du père. Il était le seul actif.

126Bien entendu, depuis plus de deux ans, cette femme qui est incapable de sortir toute seule sous peine de se perdre véritablement dans la ville, ne sait plus que faire en France. C'est le résultat de l'isolement, de l'enfermement forcé dont elle a été la victime depuis son arrivée en France.

127Une autre femme nous parle des difficultés qu'elle a eues avec ses filles parce qu'elle a tenté de limiter leurs sorties :

"...Il y a des femmes qui aiment sortir...tout le monde n'est pas comme moi...par exemple toutes mes filles sont dehors. Je ne peux pas les retenir. Elles partent, elles fuguent quoi, si jamais on les retient...j'ai une fille qui est partie à Béziers..."
(ZUP - MAS DU TAUREAU)

128Deux autres extraits de discours font état d’une conception de la sortie originale : la mobilité de la femme en tant qu'obligation. Cette conception n'est pas radicalement différente de la précédente dans la mesure où, à la sortie, elle rattache toujours un motif : les achats, l'accompagnement des enfants...elle s'en écarte seulement parce que la sortie est définie comme une nécessité, un passage obligé pour la femme, dans la gestion du foyer.

129Le discours de cette mère de famille arrivée en France, il y a seulement quatre ans, présente des intérêts particuliers à cet égard :

"...moi, regarde, je sors beaucoup...mes enfants...je dois sortir quatre fois par jour pour l'école...les courses, le mari il est au travail mais la femme elle est obligée de sortir pour s'occuper de la maison...En Algérie, c'est pas pareil, t'es pas obligé d'accompagner les enfants à l'école, mais ici, si...Mes enfants si je ne vais pas les chercher à l'école, ils ne les laissent pas sortir, c'est eux qui en sont responsables...
...La sortie, qu'on le veuille ou non, c'est obligé... Si on ne va pas faire les courses, qui va les faires ? Le mari ? il est au travail...

130C'est certainement parce que cette femme n'est en France que depuis peu qu’elle est encore capable de faire remarquer qu'en Algérie par exemple, l'accompagnement des petits enfants à l'école n'est pas chose commune pour les mères de familles. Ce sont surtout les aînés qui ont la responsabilité des petits sur le chemin de l'école et non pas la mère. Cela est rendu possible par la taille même des familles maghrébines : les enfants uniques sont rares. L'obligation soulevée par cette mère de famille de sortir quatre fois par jour pour accompagner les enfants à l'école est donc spécifique du pays d'accueil. Il y a découverte pour cette femme de nouvelles pratiques de mobilité qui s'ajoutent à celles nécessaires à l'approvisionnement du ménage. Ces rôles sont spécifiquement dévolus à la femme, et acceptés de surcroît, dans la mesure où le mari travaille. La sortie des femmes maghrébines n'est donc plus dans cette conception une affaire de choix subjectif.

"...les tâches, normalement ça doit être partagé dans une famille, c'est normal...le "patron de la maison" comme on dit, il travaille à l'usine...il a assez travaillé donc quand il rentre à la maison, il doit trouver quelques patates, c'est la maman qui les fait..."
(CITE TASE. Un père)

131En fait, la mobilité de la femme devient une nécessité organisationnelle qui doit permettre à l'époux, à la sortie du travail, de retrouver un foyer "bien géré" : approvisionnement, préparation des repas, accompagnement des enfants à l'école.

132Dans le milieu maghrébin l'une des principales caractéristiques démographique est constituée par la taille importante des familles, on aurait pu penser que les enfants représentaient un obstacle évident de la mobilité des parents. Ce n'est pas le cas. Seulement trois ménages citent explicitement et exclusivement la présence d'enfants en bas âge quant à leur limitation de mobilité.

"...on sort pas beaucoup nous...c'est rare qu'on sorte...à cause des enfants...on a peur...c'est pas qu'ils ne veulent pas que je sorte mais c'est parce qu'on ne peut pas sortir tranquille, sans crainte..."
(Av. de Böhlen/11 enfants)

"...Moi je ne sors pas beaucoup parce que je m'occupe de mes enfants. J'ai du travail à la maison. Mois je sors le samedi après-midi et le dimanche. La semaine je suis comme une prisonnière à la maison, jamais je ne sors...même pour la boîte aux lettres, je donne les clefs à ma fille..."
(ZUP - ECOIN SOUS LA COMBE/7 enfants)

133Le nombre très Important d'enfants dans ces deux ménages détermine à l'évidence une situation de "piège" pour la mère, spécialement pendant la semaine parce qu'elle doit assumer seule la charge des plus petits, les aînés étant à l'école et le mari au travail.

134Un père de famille qui a, lui, seulement deux petits enfants en bas âge, associe à la notion de sortie toute sa famille :

"...c'est mes enfants, uniquement ça...on peut pas faire ce qu'on veut... quand on est marié, on doit sortir ensemble moi j'estime...moi je reste chez moi avec mes enfants ou alors je sors avec mes enfants, mais je ne donnerais pas mes enfants à garder pour pouvoir sortir..."
(ZUP - MAS DU TAUREAU)

135Il faut remarquer dans ces trois interventions que sur la notion de "sortie" en elle-même aucun jugement n'est porté. On ne sait pas à quelles pratiques ces ménages rattachent le phénomène de la sortie mais on découvre seulement que l'évocation de la simple notion renvoie immédiatement les ménages à leurs enfants. La sortie est perçue ici comme une distance par rapport aux enfants et non plus une perte de temps par rapport à la gestion du foyer comme c'était le cas auparavant.

136Pour clore le premier groupe de réponses à la question du goût de la sortie chez les ménages maghrébins, il faut encore signaler un certain nombre d'arguments qui ont été également avancés pour Justifier des limitations de mobilité. Parmi ceux-là, on retrouve l'évocation du coût financier de la sortie dans le discours de deux mères de famille où l'on ne compte aucun actif :

"Moi je sors pas...toujours à la maison...à cause de l'argent...j’ai deux enfants qui travaillent pas...et puis si je sors, les petits vont trouver la porte fermée...le car aussi c'est cher, on n'a pas d'argent pour prendre le car...alors je suis obligée de rester toute la journée à la maison"
(LA GRAPPINIERE. Une mère)

"...Premièrement, y'a pas assez moyens, deuxièmement on peut pas se permettre de sortir tous les jours...mon mari est au chômage, moi je fais des ménages. Je peux pas faire autre chose parce qu'on peut pas se permettre d'acheter ce qu'on veut...si j'avais une bonne paye d'accord...mais quand on sort, les choses ça vous attirent...moi ça m'attire...j'ai envie d'acheter. J'ai peur d'avoir envie..."
(CITE G. ROUGE)

137Ce sont les conditions difficiles dans lesquelles évoluent ces ménages qui sont à l'origine de l'orientation des discours. Ici, il n'est plus question ni de motivation, ni de garde d'enfants dans la perception de la sortie, mais exclusivement des coûts financiers de la mobilité. Si la première femme évoque simplement son impossibilité d'acquitter le prix d'un ticket de bus, la deuxième évoque la tentation de la consommation de produits non-prioritaires pour son ménage.

138Dans trois autres ménages, ce sont des problèmes de santé de l'un ou de l'autre des conjoints qui sont évoqués. Par exemple, dans une famille, le père, à la suite d’un accident de voiture, est devenu pratiquement aveugle. Ce sont alors essentiellement sa femme et les filles aînées (beaucoup plus que les garçons) qui gèrent la vie quotidienne du foyer et qui, en conséquence, sont les plus mobiles. Dans un autre ménage, c'est au contraire la mère qui est épileptique et vouée à rester cloîtrée à la maison : le père et les filles aînées compensent son immobilité.

139Dans le deuxième groupe sont rassemblés les ménages qui ont réagi par rapport à la prise de position que contenait la formulation de la question. En fait, ces ménages sont en nombre très limité, deux exactement. C'est seulement leur point de vue original qui méritait d'être souligné, plus que le contenu de leurs réponses.

140Pour ce couple relativement jeune, motorisé, il n'existe pas d'obstacles à la mobilité. Les activités génératrices de déplacements sont encore les visites familiales et les achats :

"...y'a rien gui nous empêche de sortir...nous on sort quand on en a envie..." (la mère)
"...je prend mes enfants, ma femme...j'ai la voiture..." (le père)
"...οn va voir ma mère. Elle habite à la campagne, dans l'Isère, vers Grenoble...j'ai mon beau-frère gui habite à Caluire...Sinon, on va faire les magasins... (la mère)
"...je vais partout moi...le samedi...le dimanche...toujours avec la voiture... (le père)

141Cette autre femme qui s'occupe de ses cinq enfants parce que son mari travaille en déplacement à Paris, a réagi en énumérant une série d'activités qu'elle était capable de réaliser, même seule.

"...Moi ? pourquoi je sors pas ? Si, je sors, moi...je vais faire mes commissions, je vais au marché, au Casino, au Grand Vire, chez le médecin, à l'hôpital...Pourquoi je sortirais pas... Je suis pas en prison...mon mari il travaille en déplacement à Paris...je suis toute seule à la maison et je dois m'occuper de mes enfants..."
(ZUP - LES NOIRETTES)

142En réalité, la mobilité de ces deux types de ménages n'est pas différente des autres. Seul le discours revêt une certaine originalités Elle peut au demeurant être le résultat d'un effet pervers dû au principe même des enquêtes auprès des ménages. C'est l'attitude de la dernière enquêtée qui nous fait penser, intuitivement certes, que la réponse reflète une volonté de "paraître" devant les enquêteurs. On peut faire la même observation à propos du discours tenu par cette autre mère de famille dont l'ancienneté en France semble constituer un signe de valorisation.

"...Moi ?...moi je sors...j'ai 55 ans, ça fait 28 ans que je suis en France...non je ne sors pas souvent...un peu quoi, je vais au Record...parce que je n'ai pas la santé. J'ai été opérée. Quand je sors, je vais au Record, je vais à Vénissieux... Hou là, je connais beaucoup la France... je suis venue jeune...mais je sors pas beaucoup..."
(ZUP - ECOIN SOUS LA COMBE)

143Le positionnement des ménages maghrébins par rapport à leur environnement immédiat, l'habitat urbain et le goût à la sortie, permet de dégager une typologie générale de la population enquêtée selon les trois descripteurs analysés. En réalité, il n'est possible de ventiler véritablement l'échantillon que par rapport aux deux premières attitudes, celles relatives à la localisation résidentielle et à l’espace urbain, car pour ce qui relève des attitudes de mobilité, les ménages maghrébins apparaissent très homogènes : il n'y a pas de sortie que si elle est déterminée au préalable par une destination et un motif !

144Ayant schématisé les discours concernant le "goût à la sortie" et mis en relief ce qui, pour cette population pouvait être considéré comme des obstacles à la mobilité donc des handicaps à la mobilité (contenu social), il convient à présent de mettre en correspondance les deux autres descripteurs.

145Trois groupes de ménages apparaissent nettement : le groupe des "fonctionnels", celui des "éternels étrangers" et celui des "revendicateurs en retrait".

146Le premier se définit par une appréciation positive dans l'ensemble, de la localisation résidentielle actuelle vis-à-vis de son environnement immédiat et de sa situation dans le cadre urbain. La notion de fonctionnalité est suggérée par une référence systématique des ménages à l'idée de distance par rapport à leur domicile : le quartier et la ville en eux-mêmes symbolisent la "proximité sociale" (agglomération d'hommes, relations sociales, entraide familiale, solidarité de quartier), mais aussi une "proximité économique" particulièrement évoquée par rapport au lieu de travail, aux équipements commerciaux et scolaires.

147Les "éternels étrangers" comme leur nom l'indique ne peuvent concevoir pour eux-mêmes d'insertion sociale dans la société française pour la bonne raison que la plupart de ces ménages sont confrontés à de redoutables problèmes socio-économiques (chômage...) qui remettent en cause leur présence en France. Ce groupe est en réalité piégé en France à cause du phénomène des enfants dits de "la deuxième génération".

148La référence systématique à leur statut d'étranger leur fait dire qu’ils n'ont pas le choix de leur localisation résidentielle et, par ailleurs, la question de la préférence entre l'habitat urbain ou à la campagne ne revêt plus de signification pour eux, car désormais le retour au pays constitue le seul débouché possible, tant sur le plan économique que psychologique.

149Les ménages "revendicateurs en retrait" sont ceux pour qui la non-visibilité sociale constitue le passage obligé pour une bonne intégration sociale dans la société d’accueil. Dans son ensemble, ce groupe critique la localisation résidentielle actuelle et la ville en tant qu'univers concentrationnaires. Plus exactement, ce sont les concentrations spatiales d'étrangers qui sont redoutées et qui remettent en question le projet d'insertion sociale "anonyme" de ce type de ménages. Les quartiers à problèmes de Vaulx-en-Velin se voient ainsi souvent dénigrés (La Grappinière, le Mas du Taureau, Les Noirettes) et leurs résidents sont nombreux à la recherche de "tranquilité".

150En règle générale, c'est dans ce groupe que les plus vives critiques à l'encontre des comportements des membres de la communauté d'appartenance sont émises.

151La mise en relief de ces types de ménages positionnés dans leur environnement résidentiel permet d'aborder avec plus de clarté la problématique de leur "spécificité" comportementale dans le champ transport et déplacements proprement dit.

152L’analyse des discours relatifs à "l'attitude de mobilité" ayant permis de soulever l'importance des activités travail et achats, il convient donc à présent de s'interroger sur les déplacements induits par ces deux activités.

Notes

1 Qui plus est, depuis la réorganisation juridique du marché du logement de 1982 (loi Quillot), le marché est devenu absolument hermétique aux demandeurs immigrés, et plus particulièrement ceux dont la présence physique est la plus visible.

2 REMY (J.)
- Structure spatiale et structure sociale. Aude (EURE), Centre de Sociologie des Organisation. 1974.
- La ville, phénomène économique. Bruxelles. Éditions Vie Ouvrière, 1966.

3 BAILLY (A.). La perception de l'Espace Urbain. Paris : C.R.U., 1977.

4 Nous renvoyons le lecteur au premier chapitre, et notamment au bilan de la littérature existante sur la mobilité des immigrés.

5 Généalogie de la pendularité...op. cit. p. 41.

6 Nous en ferons une présentation des principales caractéristiques dans l'analyse des déplacements domicile-travail des ménages maghrébins.

7 Nous ne pouvons toutefois pas préciser si en Algérie, les ménages résidaient à la campagne ou non.

8 IRT. La mobilité dans la vie urbaine. Colloque international d'Arc-et-Senans, op. cit. p. 45.

© Presses universitaires de Lyon, 1984

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site