Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Immigré et sa ville

 | 
Azouz Begag

Introduction générale*

Texte intégral

  • * Ce livre provient d'une réécriture d'une thèse de troisième cycle d'économie des transports soutenu (...)

1Pourquoi les gens se meuvent-ils ? Où vont-ils ? Avec quelle fréquence ? Comment organisent-ils leurs déplacements au sein de leur famille ? Quels moyens de transport utilisent-ils pour aller d'un lieu à un autre ? Pourquoi celui-là plutôt qu'un autre ? Et ceux qui n'ont pas de moyens de transport particuliers, que faut-il faire pour eux ?

2À toutes ces questions, l'économiste des transports a besoin de trouver des réponses, des solutions. Il doit organiser, prévoir. Mais seul, il ne peut mener à bien sa tâche tant l'approche de la mobilité urbaine est rendue difficile par la diversité et la complexité des facteurs qui la déterminent. Il doit requérir l'aide du sociologue, du psychologue, de l'anthropologue, de l'ethnologue, du géographe.

3Depuis quelques années, les chercheurs ont abandonné la tentative d'une explication globale de la mobilité. Ils tendent désormais à isoler les différents problèmes, à les fractionner. L'étude de la mobilité est ainsi restreinte à des groupes sociaux particuliers dans lesquels on cherche à repérer des facteurs explicatifs pertinents, des mécanismes spécifiques.

4Ainsi ont été isolés, les personnes âgées, les handicapés, les jeunes, les bas revenus..., autant de catégories sociales exclues de l'usage de l'automobile et captives des transports en commun. On trouve déjà à leur propos une littérature plus ou moins abondante dans la socio-économie des transports.

5Et les immigrés ? Ne sont-ils pas partie intégrante de ces groupes sociaux défavorisés sujets à des difficultés en matière de mobilité ?

6Jusqu'à présent, il faut reconnaître que cette population a soulevé peu d'enthousiasme auprès des chercheurs. Il est dès lors bien difficile de se prononcer sur la mobilité de cette minorité. Or, il semble clair que si l'on ne comprend pas les mécanismes dans lesquels les immigrés se meuvent, on peut difficilement envisager des politiques d'insertion sociale et urbaine.

7La diversité des mots utilisés pour définir le statut de tous les "non-français" caractérise bien l'ambiguité dont témoigne la situation de cette population : émigrés, immigrés, migrants, étrangers, allogènes... Ces individus ne forment pas une communauté homogène dont on pourrait dire que le mode de vie est différent de celui des nationaux. C'est en fait le qualificatif "étranger" qui est ambigü.

8Malgré la multiplicité des situations qui prévaut dans cette population, le signifiant "immigré" renvoie dans le sens commun, à quelque chose qui est collectif, qui forme un bloc : "ce sont tous les mêmes"... Notre ambition vise justement à renverser ce préjugé.

9Les immigrés ne constituent pas une population homogène, pas plus que les personnes âgées ou les handicapés. Les facultés d'adaptation à la société française, les désirs d'insertion sociale varient largement d'un immigré à un autre, d’un ménage à un autre. Dès lors, il devient difficile de parler globalement des besoins de mobilité de la population immigrée, de ses aspirations à participer à des activités sociales, culturelles...plus nombreuses.

10Toutefois, et c'est là un argument important qui a motivé notre intérêt, rien ne permet d'exclure les immigrés, des personnes à mobilité réduite. Du moment que l'on ne connaît rien de leur mobilité, tout invite à s'interroger sur cet aspect de leur vie quotidienne.

11On peut alors se poser plusieurs questions :

  • Existe-t-il des handicaps spécifiques aux immigrés en matière de mobilité ?
  • quelles sont les particularités de la mobilité des immigrés ?
  • quels rapports unissent insertion sociale et mobilité urbaine lorsqu'on évoque les conditions de vie des immigrés ?

12C'est à ce type de problèmes que nous allons tenter d'apporter quelques éléments de réponses. Cependant, ce n'est pas à l'ensemble de la population immigrés que ces propos seront consacrés, mais uniquement à la communauté maghrébine. Quatre raisons ont guidé ce choix :

  • sur la scène urbaine, les ressortissants du Maghreb vivent des situations de nature différente de celle des autres immigrés (racisme anti-arabe, problème des enfants, déracinement culturel, concentration spatiale...),
  • ils forment le groupe le plus nombreux au sein de la population étrangère,
  • ils proviennent d'une région fortement imprégnée par la culture arabo-islamique. À ce titre, ils présentent une homogénéité culturelle au départ. D'autre part, cette caractéristique religio-culturelle nous intéresse tout particulièrement, tant du côté de l’intégration des ménages dans leur environnement d'accueil que de celui de l'organisation des activités quotidiennes au sein des foyers,
  • la dernière raison est plus subjective. Elle repose sur notre propre statut d'enfant d'immigré algérien, un enfant de la deuxième génération, comme on dit assez maladroitement. Cette situation nous place à la fois à l'intérieur et à l'extérieur du problème auquel nous nous intéressons. Mais nous sommes conscients des avantages et des biais que peut créer cette position. Notre expérience dans la ZUP, somme toute classique pour des immigrés, a également beaucoup influencé notre recherche.

13C'est en effet à partir d'une enquête de terrain que nous avons cherché à connaître ce qui, chez des ménages maghrébins de banlieue, guidait la mobilité ou l'immobilité de ses divers membres. Nous avons choisi une commune périphérique "orientale" de l'agglomération lyonnaise : Vaulx-en-Velin. Elle connaît, autant que les Minguettes de Vénissieux, de redoutables problèmes sociaux, qui, sans aucun doute, exercent une influence sur la mobilité de ses habitants, qu'ils soient français ou immigrés.

14Entre ce que les gens racontent de leur quartier, de la ville, de la France, et la manière dont ils vivent leur vie en dehors de chez eux, il y a une affinité, une interaction. C'est elle que nous voulons analyser à propos des nord-africains. C'est sur elle que nous avons tenté de recueillir leur parole, en arabe, en français, souvent en français-arabe...

15Mais avant de mettre en route le magnétophone, laissez-nous vous présenter comment nous sommes passés de la mobilité des groupes sociaux défavorisés à celle des immigrés.

Notes de fin

* Ce livre provient d'une réécriture d'une thèse de troisième cycle d'économie des transports soutenue à l'Université Lyon II en avril 1984.

© Presses universitaires de Lyon, 1984

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site