Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Immigré et sa ville

 | 
Azouz Begag

Avant-propos

Texte intégral

"Sortir sans sa voiture c'est comme sortir sans ses chaussures.. "
Un enquêté

"Celui qui garde la bouche fermée ne risque pas d'avaler de mouches..."
Un enquêté

"...Un jour, moi, à Bonnevay, quand je suis arrivée à l'arrêt de bus, il partait, alors j'ai couru et j'ai levé le bras...il s'est arrêté. Une française courait derrière moi...elle a fait un signe au chauffeur pour qu'il s'arrête, eh bien il ne s'est pas arrêté...si le contraire s'était passé, j'aurais dit c'est du racisme...on ne peut donc rien dire..."
Une enquêtée

1Aujourd'hui plus que dans le passé, la présence de millions d'étrangers sur le territoire français soulève des polémiques.

2Lorsqu'on associe deux termes, celui d'immigré et celui de ville, on évoque très souvent un déséquilibre, un dérangement. On fait souvent allusion à des populations marginalisées, rejetées dans les cités en voie de déstructuration à la périphérie des grandes agglomérations. Des cas extrêmes tel que celui de la ZUP des Minguettes à Vénissieux contribuent à cristalliser une image particulière des immigrés : celle d'une population enfermée.

3Face à l'exclusion spatiale et sociale que subissent certaines franges de la communauté immigrée, la société française s'interroge. Et lorsqu'on parle des immigrés, ce sont surtout des maghrébins qu'il s'agit. On se demande ce qu'il faut faire de ces "cités d'arabes" en voie de délabrement. On cherche des solutions : démolir le bâti ? Le rénover ? Que faire de ces familles dont le nombre très important choque "la tolérance", déséquilibre le tissu social ? Certains préconisent de les regrouper. D'autres de considérer qu’il faut les essaimer parmi les "gens normaux".

4Mais au fait, s'est-on véritablement interrogé sur les désirs des membres de cette communauté ? Ou plutôt, les a-t-on déjà sollicités ?

5À travers la question de la mobilité urbaine, ce débat peut être judicieusement évoqué, comme le suggère l'anecdote que BOUZID a vécue il y a quelque temps.

UNE ANECDOTE SUGGESTIVE

6BOUZID a quitté son village de l'Est algérien en 1949. Depuis cette date, il habite à Lyon. Il est analphabète.

7Ce matin, il voulait aller à Villeurbanne. Il a pris le bus "44" devant son immeuble pour se rendre Place du Pont ; il a acheté au passage de la viande chez un boucher maghrébin, puis s'apprêtait à rejoindre Villeurbanne. Retraité du bâtiment et âgé de 67 ans, il bénéficie de la gratuité sur le réseau lyonnais de transports collectifs. Muni de son titre de transport, il utilise parfaitement les bus qui desservent le quartier car il sait reconnaître où descendre : le Hammam, les Galeries Lafayettes, le Grand Bazar, la Place Bellecour...

8Cependant, ce matin, il a pensé qu'il pouvait utiliser le métro : il savait où le prendre, mais comment choisir entre la direction Bonnevay et la direction Perrache ? Seuls les noms sur les panneaux rouges permettent aux voyageurs de choisir. "Bism'Allah" : Bouzid a fait le choix pour la deuxième. Le métro roule. Lorsque tous les voyageurs se lèvent et se préparent à descendre, Bouzid sait qu'on arrive au terminus. Il descend aussi et découvre, étonné, qu'il est arrivé à la gare de Perrache, a l'opposé de sa destination. Il a donc repris la rame qui faisait Perrache-Bonnevay et s’est enfin retrouvé à Villeurbanne.

9Il faut dire que bien qu'il soit en France depuis 35 ans, il parle très mal le français. Il a toujours pensé qu'il était là pour quelques années seulement...

© Presses universitaires de Lyon, 1984

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site