Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Ciel des Fouriéristes

 | 
Michel Nathan

Avant-propos

Texte intégral

« Voici pour les plaisants un beau sujet d’ironie. “Vous allez donc nous apprendre, diront-ils, ce qui se passe dans les autres mondes, dans le Soleil, la Lune, Jupiter, Sirius, les Lactées et tous les astres !”. Oui, certes, et vous apprendrez en outre ce qui s’y est passé et ce qui s’y passera pendant les siècles ; car on ne peut pas lire partiellement dans les destins ; on ne peut pas déterminer ceux d’un monde, sans posséder le calcul qui dévoile les destinées de tous les mondes.
Cette connaissance du sort des autres globes ne vous est point indifférente : il vous sera démontré par les lois du mouvement social que vos âmes parcourront ces globes pendant l’éternité, et que la félicité éternelle dont les religions vous donnent l’espoir, dépendra du bien-être des autres globes, dans lesquels vos âmes se rejoindront encore à la matière après avoir passé quatre-vingt mille ans sur celui que nous habitons. »
Fourier, Théorie des quatre mouvements (1-33)

« Adam n’est autre chose qu’un essaim de colonisateurs venu des mondes supérieurs »
Hugh Doherty, La Phalange, septembre 1846.

1Les plus grands écrivains du XIXe siècle ont été obsédés par l’idée que le cosmos était constitué d’une substance unique, sujette à une infinité de métamorphoses. Refusant la matière inorganique et morte, ils ont rêvé subtilité, fluidité, puissance vitale et mouvement spontané. Dans leur désir de tout unifier, ils ont évoqué les astres en expansion qui se dilatent, se disloquent, se désagrègent pour se concentrer en nouveaux agrégats. Ils ont vu les mondes qui naissent et les mondes qui meurent, frémi à la pensée de l’infiniment grand reflété par l’infiniment petit. Et, pour ne point se sentir étrangers à ce dynamisme cosmique, ils ont déduit des sciences de la nature et des sagesses d’autrefois l’idée du « Tout se tient »

« Si je m’avise de déplacer, ne fût-ce que la trillionième partie d’un pouce, le grain microscopique de poussière posé maintenant sur mon doigt... j’ai accompli un acte qui ébranle la lune dans sa marche, qui contraint le soleil à n’être plus le soleil, et qui altère pour toujours la destinée des innombrables myriades d’étoiles. » écrit Edgar Poe dans Eureka.

2On pourrait citer bien des pages de Ballanche, de Fourier, de Balzac, de Nerval, de Lamennais, de Leroux, de Reynaud, de Victor Hugo et de Flammarion dans lesquelles l’individu se sent au cœur d’un réseau de forces qui le dépassent. Perdu dans un coin de l’infini, l’être humain est lié aux éléments de l’espace qui l’entoure.

3Fait de leur substance, il est lieu de convergence. A lui aboutissent les vouloir-vivre des pierres et des bêtes, des plantes et des corps décomposés qui l’ont précédé sur la planète. De lui émanent les éléments qui constitueront autre chose, « au-delà du visible ». Il s’ensuit entre l’individu et les éléments qui lui sont proches des inter-relations qui tiennent de la sensualité et de l’échange. Sur la terre comme au ciel, l’être est à la fois réceptacle qui accueille, laboratoire qui transforme et transcende, engrenage, maillon d’une chaîne et créature bercée par la pulsation cosmique, blottie dans une infinité vivante où règne l’Harmonie.

  • 1 Hélène Tuzet, Le Cosmos et l'imagination, Corti, 1963.

4Hélène Tuzet a montré ce qui sépare les cosmogonies des Lumières des cosmogonies du XIXe siècle. Dans les premières, chez un Robinet, un Restif de la Bretonne ou un Delisle de Sales, les habitants des astres sont des parasites nullement indispensables à la vie des planètes. Dans les secondes au contraire, l’habitant des astres est une créature privilégiée sans laquelle l’existence des mondes ne se justifierait pas. C’est que les cosmogonies vitalistes des Lumières étaient soumises à l’Harmonie « équilibre biologique » et que cet équilibre est devenu, peu à peu, « équilibre social »1.

5L’œuvre de Fourier témoigne du passage d’une cosmogonie à l’autre.

6L’inventeur du phalanstère n’a pas eu le temps de mettre au point ses théories astronomiques. Il s’est contenté de les ébaucher avec une jubilation narquoise et agressive pour montrer à ses contemporains qu’il ne fallait pas espérer le bonheur dans l’autre monde si l’on ne faisait pas de sa propre planète un véritable paradis. Les âmes se réincarnent alternativement dans ce monde et dans l’autre, puis dans les autres. Après la mort de la Terre elles deviennent âmes d’astres dont elles partagent la destinée. Charles Fourier promet la satisfaction de tous les sens avec une allégresse qui sonne comme un défi. Le bonheur dans les astres est à l’image du bonheur que connaîtront les hommes après l’avènement de l’Harmonie. En provocateur, Fourier le préfigure et le caricature, publiant ou gardant par devers lui des textes subversifs qui sont autant de « parodie[s] avant la pièce ».

7Les théories cosmogoniques du Maître furent présentées timidement par ses disciples — quand elles ne furent pas passées sous silence. Ou elles dégénérèrent. On voulut montrer que tel élément du système était conforme à la doctrine de Swedenborg, à l’esprit d’un christianisme bien compris, au magnétisme, aux tables tournantes. Et les ébauches de doctrine sur la pluralité des mondes furent intégrées à des systèmes dans lesquels entraient des éléments parfaitement étrangers à la pensée du Maître. Il y a donc une littérature fouriériste faite de textes de Fourier lui-même, de résumés et « aperçus » de disciples, de théories d’émules émancipés, d’articles publiés dans divers périodiques, de gros livres et de petites brochures, enfin et surtout de citations et de charges dont astronomes et feuilletonistes se servirent pour égayer leurs lecteurs. Les œuvres du Maître, celles des disciples embarrassés ou émancipés, le sottisier. Toujours, lorsque la parole de Fourier est un tant soit peu respectée, s’impose l’idée que les habitants des mondes ont une âme et un corps, que l’âme immortelle vivra d’astre en astre et que le bonheur dans les autres mondes dépend de la manière dont l’homme se sera acquitté de sa mission de gérant de sa planète. Ce qui implique, sur le plan religieux, philosophique et politique, d’importantes remises en question.

8A une époque passionnée d’astronomie et de métempsychose, les propos fouriéristes ont fait scandale parce qu’ils s’opposaient aux deux discours cosmogoniques généralement tenus. Celui des scientifiques favorables à l’hypothèse de la pluralité des mondes habités et celui des adeptes du christianisme interplanétaire fondé sur la réincarnation de l’âme dans les étoiles.

9Les sciences étudiaient depuis longtemps la constitution physico-chimique des planètes ainsi que les conditions nécessaires à l’apparition de la vie sur la Terre.

10De la densité des astres, de leur atmosphère, de leur distance au Soleil, de leur relief et de leur climat étaient déduits des possibilités d’existence et des portraits d’habitants des mondes dont l’anatomie était adaptée à ces conditions d’existence. Le corps des habitants de Mercure devait ainsi pouvoir résister à une chaleur extrême, celui des habitants de Neptune aux rigueurs du froid et de la nuit. De là à donner aux habitants des planètes proches du Soleil la pétulance stupide de nos Noirs et aux habitants des planètes froides la sérénité méditative et taciturne des peuples du Nord, il n’y avait qu’un pas, allègrement franchi par Fontenelle et Flammarion, comme par Kant et Herschel. Au XIXe siècle, les astronomes sans dire explicitement que les astres sont habités par des créatures intelligentes qui ont une âme, affirment que, si les astres étaient habités, ils le seraient par des créatures adaptées à la constitution physico-chimique de leur milieu. Citant le « Pourquoi non ? » de Fontenelle, ils émettent des hypothèses qui semblent logiques puisque faites exclusivement de déductions logiques. De cette tournure d’esprit naît une littérature qu’on trouve dans les ouvrages les plus divers, signés des plus grands noms de l’astronomie comme de feuilletonistes plus obscurs. Des ouvrages comme ceux d’Arago, du docteur Plisson, de Lecouturier ou de Babinet formulent prudemment des hypothèses mais ne laissent pas de citer avec complaisance des textes audacieux ou cocasses qu’ils désavouent et abandonnent à la littérature. Des naturalistes comme Boitard et des dessinateurs comme Grandville créent des personnages d’autres mondes à l’image de nos travers les plus stéréotypés. Chez les uns comme chez les autres, ni le problème de l’âme ni celui de sa réincarnation ne sont posés. Les habitants des mondes sont le fruit d’hypothèses savantes parfois radicalisées jusqu’à l’absurde ou reflet de nos ridicules.

11Interprétant la pensée de Laplace, Auguste Comte parle dans la 19e leçon du Cours de philosophie positive de « nos concitoyens » les habitants des planètes. Evoquant dans Star ou Psi de Cassiopée les civilisations des étoiles, Defontenay écrit : « Là, comme partout, l’homme est l’homme ; la nature jusqu’alors n’a rien produit de plus parfait ». « Les habitants de toutes les planètes qui peuplent l’espace doivent être des hommes » déclare l’abbé Orse dans ses Nouveaux entretiens. Le ciel devient ainsi la grande banlieue de la terre. Les illustrations qui suivent, extraites des Etudes astronomiques de Boitard publiées dans le Musée des Familles entre 1838 et 1840 donnent le ton des propos tenus dans la première moitié du siècle sur la pluralité des mondes. Un groupe de voyageurs, visitant le système solaire constate que « C’est à peu de choses près ici comme chez nous ».

1. Les habitants du Soleil

1. Les habitants du Soleil

« Figurez-vous deux personnages hauts de quatre pieds ayant les jambes courtes et très grêles, des pieds très gros et sans doigts, mais cuirassés par un seul ongle, fort dur et fort épais, garnissant le contour de l’extrémité du cou-de-pied à peu près comme un petit sabot de cheval. Quant à leur mains, c’était tout à fait différent : elles avaient six doigts longs et forts à peu près comme les nôtres. Ce qui m’étonna le plus dans ces singulières créatures, c’est leur tête ; elle eût fait tomber dans le ravissement un phrénologue parisien » (I-77).
Boitard, Etudes astronomiques.

Habitants et habitantes d’Uranus

Habitants et habitantes d’Uranus

« Je crus voir de loin un troupeau d’oies blanches prenant leurs ébats sur les eaux. Je pensai que ce devait être des oies domestiques, car je vis sur le rivage une quantité de petites cabanes ressemblant à des maisons de castors.
En approchant, je vis que ces oies différaient des nôtres par la grosseur de leur tête et l’absence d’un long cou.(...)
Toutes s’envolèrent en Kankannant dans les airs, à l’exception d’une seule, qui resta prise par la patte dans une touffe de jonc (...). Elle leva vers moi sa tête blanche parée d’une magnifique aigrette de longues plumes et me montra le plus joli visage de jeune fille que j’aie vu de ma vie. Par la vertu de la béquille du génie, je compris de suite ses kankans, et elle me disait d’un air suppliant :
— Monstre étranger, je t’en supplie au nom du ciel, ne me fais pas de mal ! Je suis une pauvre petite oie bien innocente et bien jeune, car je n’ai que deux mois (à peu près seize ans), et je ne suis pas encore sortie de dessous l’aile de mes parents »(IV-132).
Boitard. Etudes astronomiques.

Les habitants de Saturne

Les habitants de Saturne

« Je crus d’abord qu’ils étaient enveloppés dans des peaux de chèvres d’Angora, mais je ne tardais pas à m’apercevoir que tout leur corps était couvert d’un poil épais, blanc comme de la neige et que je prenais pour la fourrure d’un animal. Ce qu’ils avaient de plus curieux, c’était les yeux et les oreilles : les premiers étaient rouges comme ceux d’un lapin blanc, très grands, ronds, et leur pupille, au lieu d’être ronde était linéaire et transversale, comme dans nos hiboux et autres animaux nocturnes ; cette pupille était susceptible d’une très grande dilatation, d’où il résultait que les Saturniens, sur notre globe terrestre, y eussent vu parfaitement la nuit, mais non le jour. (...)
Quand ils écoutaient ce que nous leur disions, ils avançaient vers nous leurs oreilles mobiles, comme celles d’une biche, et fermaient les yeux, crainte de distraction, ce qui leur donnait un air d’amabilité charmante » (IV-131).
Boitard, Etudes astronomiques.

Les habitants de Mars

Les habitants de Mars

« Je ne vous ferai pas la description des habitants de Mars, par la raison que vous avez sans doute vu leurs analogues identiques sur la terre : ils ressemblent à s’y méprendre à des nègres du Congo, à cette seule différence que leurs cheveux, au lieu d’être crépus et laineux, étaient longs et flottants.
Le démon, s’adressant au Soleilien, lui demanda en riant à quoi il reconnaissait que ces brutes, allant tout nu et mangeant de la chair crue, pouvaient être des hommes. (...)
Le Soleilien, sans se déconcerter, se contenta pour toute réponse de montrer un objet du doigt : c’était un vénérable vieillard agenouillé devant un morceau de bois grossier sculpté et représentant un monstre effroyable. En nous apercevant, il se leva et vint à nous pour nous offrir l’hospitalité.
— Que faisiez vous là-bas ? lui demanda l’habitant du soleil.
— J’adorais Dieu, répondit le vieillard ».
Boitard, Etudes astronomiques.

Un habitant de Mercure

Un habitant de Mercure

« Il avait à peu près huit pieds de hauteur, et, en général, il ressemblait assez à un homme ; mais, vu dans ses détails, c’était un monstre tout à fait extraordinaire. Son corps était long, grêle, couvert de poils ; ses pieds étaient plats, fort longs, munis de cinq doigts capables de saisir les objets, absolument comme ceux d’un singe ; sa tête était fort petite, beaucoup plus que celle d’un homme proportionnellement : elle se prolongeait en avant en une sorte de museau proéminent fendu par une bouche ou plutôt une gueule qui s’étendait de chaque côté jusque sous les oreilles. Ses mains, larges et robustes étaient armées d’ongles plats mais très forts et se terminant par une pointe aiguë » (III-142).
Boitard, Etudes astronomiques.

Une habitante de Jupiter

Une habitante de Jupiter

« Nous pénétrâmes dans une sorte de boudoir où nous trouvâmes, nonchalamment couchée sur un canapé, une créature rose et blanche, ressemblant un peu à une femme et beaucoup à une guêpe. Quoiqu’elle ne pût pas se tenir debout à cause de la petitesse de ses pieds délicats, on voyait qu’elle avait à peu près trois pieds et demi de hauteur. Sa taille était si fine qu’on l’eût aisément entourée avec le bracelet d’une enfant de huit ans, et comme elle avait la poitrine aussi large qu’un enfant de cinq ans, et les hanches énormément développées, on aurait pu croire que son corps était composé de deux cônes courts et gros, dont l’un aurait été collé par la pointe sur la base de l’autre au moyen d’un peu de cire à cacheter. Sa tête était fort petite, et néanmoins elle ne pouvait la porter qu’à peine, car elle la soutenait constamment soit sur une de ses mains, soit sur un moelleux coussin (...). La figure de cet ange-céleste (tel est le nom que l’on donne aux femmes sur Jupiter) eût fait tourner la tête à un poète romantique, car elle avait un air souffreteux, poitrinaire et fantastique qu’il me serait impossible de décrire ici. » (III-46).
Boitard, Etudes astronomiques.

12D’autres textes, tenant compte des acquis de la science et d’une sérieuse étude des textes sacrés font de l’espace intersidéral le lieu des réincarnations de l’âme immortelle. Chaque monde est un séjour, une étape. D’astre en astre, d’expiation en expiation, l’âme se purifie. Il y a des ascensions et des rechutes. Des « astres-bagnes » écrit Hugo et des lieux de récompense peuplés par des êtres qui sont tous solidaires puisque créatures de Dieu en marche vers le salut.

13L’Eglise catholique a refusé d’accepter de telles doctrines qui remettaient en cause le récit de la Genèse, la notion de péché originel, interprétaient la Révélation et la Rédemption à la lumière des grandes hérésies, refusaient la pérennité des séjours en Enfer ou au Paradis. Les théologiens crurent devoir rappeler l’esprit et la lettre des Evangiles. Ils furent contestés de toutes parts au nom d’une tradition antérieure à l’Eglise romaine, usurpatrice du message de Jésus-Christ. On fit des recherches sur les Druides pour prouver que les Gaulois croyaient en la doctrine de la pluralité des existences de l’âme. On expliqua que cette doctrine était conforme aux grands textes sacrés de l’Orient et de l’Occident, au mosaïsme, au christianisme bien compris. On crut, selon l’expression d’André Pezzani qu’était venue « l’heure du second avènement de l’esprit ». L’idée de pluralité des mondes fut si fortement ancrée dans les esprits qu’elle devint sous le Second Empire « idée reçue ». Madame Dambreuse croyait à la transmigration de l’âme dans les étoiles, ce qui « ne l’empêchait pas de tenir sa caisse admirablement ».

  • 2 Voir J.M.C Prévost, La Déomanie au XIXe siècle, Paris, Ledoyen, 1860.

14L’ouvrage de référence était Terre et Ciel de Jean Reynaud reprise d’articles de l’Encyclopédie nouvelle. Mais furent consacrés au sujet, tout au long du siècle, les textes les plus divers depuis ceux de Ballanche jusqu’à ceux de Camille Flammarion en passant par ceux de Boucher de Perthes, spécialiste de préhistoire qui expliquait, en cinq forts volumes toute la création, par ceux de Pelletan, de Lecouturier, d’Esquiros qui firent de la pluralité des mondes le fondement du socialisme, par les articles d’Henri Martin publiés dans Le Siècle, par les feuilletons d’Eugène Sue ou d’Alexandre Dumas et, bien sûr, par les poèmes les plus célèbres des Contemplations. L’idée maîtresse de tous ces textes est relativement floue. L’époque atteinte de « déomanie2 », aime les prophètes, les idées vagues. Au thème de la réincarnation dans les astres sont liées toutes les théories qu’on découvre ou qu’on exhume : la révélation primitive, le magnétisme, le swedenborgisme, le druidisme, le spiritisme, la magie, un certain fouriérisme, un certain socialisme. Il faut bien entendu respecter cette diversité mais sans en être dupe. En fait, tout s’organise autour des notions de chaîne des êtres et d’expiation. L’homme, coupable, doit se racheter. S’il souffre sur cette terre, c’est pour jouir dans l’au delà de tous les plaisirs que la décence autorise.

15L’œuvre de Fourier s’oppose aux anecdotes uranographiques qui réduisent les spéculations cosmogoniques à de plaisantes illustrations de théories scientifiques. Et elle réfute à l’avance toute tentative de foi nouvelle fondée sur les notions de péché et de rachat.

Notes

1 Hélène Tuzet, Le Cosmos et l'imagination, Corti, 1963.

2 Voir J.M.C Prévost, La Déomanie au XIXe siècle, Paris, Ledoyen, 1860.

Table des illustrations

Titre 1. Les habitants du Soleil
Légende « Figurez-vous deux personnages hauts de quatre pieds ayant les jambes courtes et très grêles, des pieds très gros et sans doigts, mais cuirassés par un seul ongle, fort dur et fort épais, garnissant le contour de l’extrémité du cou-de-pied à peu près comme un petit sabot de cheval. Quant à leur mains, c’était tout à fait différent : elles avaient six doigts longs et forts à peu près comme les nôtres. Ce qui m’étonna le plus dans ces singulières créatures, c’est leur tête ; elle eût fait tomber dans le ravissement un phrénologue parisien » (I-77).Boitard, Etudes astronomiques.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/758/img-1.jpg
Fichier image/, 308k
Titre Habitants et habitantes d’Uranus
Légende « Je crus voir de loin un troupeau d’oies blanches prenant leurs ébats sur les eaux. Je pensai que ce devait être des oies domestiques, car je vis sur le rivage une quantité de petites cabanes ressemblant à des maisons de castors.En approchant, je vis que ces oies différaient des nôtres par la grosseur de leur tête et l’absence d’un long cou.(...)Toutes s’envolèrent en Kankannant dans les airs, à l’exception d’une seule, qui resta prise par la patte dans une touffe de jonc (...). Elle leva vers moi sa tête blanche parée d’une magnifique aigrette de longues plumes et me montra le plus joli visage de jeune fille que j’aie vu de ma vie. Par la vertu de la béquille du génie, je compris de suite ses kankans, et elle me disait d’un air suppliant :— Monstre étranger, je t’en supplie au nom du ciel, ne me fais pas de mal ! Je suis une pauvre petite oie bien innocente et bien jeune, car je n’ai que deux mois (à peu près seize ans), et je ne suis pas encore sortie de dessous l’aile de mes parents »(IV-132).Boitard. Etudes astronomiques.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/758/img-2.jpg
Fichier image/, 252k
Titre Les habitants de Saturne
Légende « Je crus d’abord qu’ils étaient enveloppés dans des peaux de chèvres d’Angora, mais je ne tardais pas à m’apercevoir que tout leur corps était couvert d’un poil épais, blanc comme de la neige et que je prenais pour la fourrure d’un animal. Ce qu’ils avaient de plus curieux, c’était les yeux et les oreilles : les premiers étaient rouges comme ceux d’un lapin blanc, très grands, ronds, et leur pupille, au lieu d’être ronde était linéaire et transversale, comme dans nos hiboux et autres animaux nocturnes ; cette pupille était susceptible d’une très grande dilatation, d’où il résultait que les Saturniens, sur notre globe terrestre, y eussent vu parfaitement la nuit, mais non le jour. (...)Quand ils écoutaient ce que nous leur disions, ils avançaient vers nous leurs oreilles mobiles, comme celles d’une biche, et fermaient les yeux, crainte de distraction, ce qui leur donnait un air d’amabilité charmante » (IV-131).Boitard, Etudes astronomiques.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/758/img-3.jpg
Fichier image/, 376k
Titre Les habitants de Mars
Légende « Je ne vous ferai pas la description des habitants de Mars, par la raison que vous avez sans doute vu leurs analogues identiques sur la terre : ils ressemblent à s’y méprendre à des nègres du Congo, à cette seule différence que leurs cheveux, au lieu d’être crépus et laineux, étaient longs et flottants.Le démon, s’adressant au Soleilien, lui demanda en riant à quoi il reconnaissait que ces brutes, allant tout nu et mangeant de la chair crue, pouvaient être des hommes. (...)Le Soleilien, sans se déconcerter, se contenta pour toute réponse de montrer un objet du doigt : c’était un vénérable vieillard agenouillé devant un morceau de bois grossier sculpté et représentant un monstre effroyable. En nous apercevant, il se leva et vint à nous pour nous offrir l’hospitalité.— Que faisiez vous là-bas ? lui demanda l’habitant du soleil.— J’adorais Dieu, répondit le vieillard ».Boitard, Etudes astronomiques.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/758/img-4.jpg
Fichier image/, 260k
Titre Un habitant de Mercure
Légende « Il avait à peu près huit pieds de hauteur, et, en général, il ressemblait assez à un homme ; mais, vu dans ses détails, c’était un monstre tout à fait extraordinaire. Son corps était long, grêle, couvert de poils ; ses pieds étaient plats, fort longs, munis de cinq doigts capables de saisir les objets, absolument comme ceux d’un singe ; sa tête était fort petite, beaucoup plus que celle d’un homme proportionnellement : elle se prolongeait en avant en une sorte de museau proéminent fendu par une bouche ou plutôt une gueule qui s’étendait de chaque côté jusque sous les oreilles. Ses mains, larges et robustes étaient armées d’ongles plats mais très forts et se terminant par une pointe aiguë » (III-142).Boitard, Etudes astronomiques.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/758/img-5.jpg
Fichier image/, 412k
Titre Une habitante de Jupiter
Légende « Nous pénétrâmes dans une sorte de boudoir où nous trouvâmes, nonchalamment couchée sur un canapé, une créature rose et blanche, ressemblant un peu à une femme et beaucoup à une guêpe. Quoiqu’elle ne pût pas se tenir debout à cause de la petitesse de ses pieds délicats, on voyait qu’elle avait à peu près trois pieds et demi de hauteur. Sa taille était si fine qu’on l’eût aisément entourée avec le bracelet d’une enfant de huit ans, et comme elle avait la poitrine aussi large qu’un enfant de cinq ans, et les hanches énormément développées, on aurait pu croire que son corps était composé de deux cônes courts et gros, dont l’un aurait été collé par la pointe sur la base de l’autre au moyen d’un peu de cire à cacheter. Sa tête était fort petite, et néanmoins elle ne pouvait la porter qu’à peine, car elle la soutenait constamment soit sur une de ses mains, soit sur un moelleux coussin (...). La figure de cet ange-céleste (tel est le nom que l’on donne aux femmes sur Jupiter) eût fait tourner la tête à un poète romantique, car elle avait un air souffreteux, poitrinaire et fantastique qu’il me serait impossible de décrire ici. » (III-46).Boitard, Etudes astronomiques.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/758/img-6.jpg
Fichier image/, 290k

© Presses universitaires de Lyon, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540