Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Lycéens dans la ville

 | 
Bernard Belletante

Chapitre 4. Mobilité, travail et activités domestiques

Texte intégral

1Le chapitre 1 nous a montré que le travail consommait une part importante du temps des lycéens. L'analyse des structures des programmes d'activités a également révélé un phénomène de pendularité entre les pôles domicile et lycée. Nous consacrerons un paragraphe 1 à la place du travail dans les modes de vie urbains et à l'examen de la mobilité qu'il impose.

2Nous terminerons ce chapitre en nous intéressant aux loisirs individuels et à la télévision que les analyses du fichier-images ont situés quasi-exclusivement à domicile. Leur pratique est significative des modes de vie des scolaires et n'est pas sans influence sur leur mobilité.

1. Mobilité et travail

11. Le travail dans les programmes d'activités

3Plusieurs activités de travail sont possibles pour les lycéens : un premier type leur donne leur statut social (il peut être réalisé au lycée, au domicile ou chez des camarades), le deuxième type recouvre des activités rémunérées (saisonnières ou régulières), et un troisième correspond à des activités bénévoles.

*Le travail scolaire

4Nous sommes en présence de l’activité présentant le plus de rigidités dans l'organisation des programmes d'activités. Plus ou moins facilement acceptés par les scolaires, le contenu et les modalités du travail leur sont totalement imposés par le lycée et leur famille. Leurs marges de liberté sont nulles : ce qui est confirmé par l'absence quasi-totale de comportements particuliers sur les faces du fichier-images. Le repérage de comportements non conformes à la normalité (qui est la présence aux cours) est immédiat : c'est le cas d'une élève, fatiguée, qui reste à domicile, c'est aussi le cas de quelques garçons qui substituent au travail des relations sociales en zone proche lycée (le cours est abandonné pour aller au café). Cette uniformité fait qu'il n'y a pas de commentaires particuliers sur cette activité si ce n'est que le travail scolaire est homogénéisateur des programmes d'activités des scolaires.

5Le lycée n'est pas le seul lieu d'exercice. Nous avons essayé de repérer les autres pratiques spatiales dans le fichier-images. Leurs conditions d'apparition dans les programmes d'activités ne sont pas régulières. Elles sont plus nombreuses en Terminale qu'en Première, et apparaissent généralement dans l'heure suivant le retour au domicile lors d'une journée complète de cours. Sur cette plage horaire les séquences sont plus nombreuses qu'en soirée. Lorsque les scolaires travaillent chez eux le mercredi, les séquences courtes se situent principalement en début d'après-midi, quant aux séquences longues elles en occupent la quasi-totalité. Sur le fichier-images, nous constatons de très rares pratiques en zone autre : dans ce cas, elles sont le fait de scolaires se déplaçant et ayant dans la soirée d'autres activités, notamment des relations sociales.

*Travail non scolaire

6Le tableau no 34 regroupe les différentes participations au travail non scolaire bénévole ou rémunéré. Ce dernier est pratiqué plus ou moins régulièrement par au moins 70 % de notre échantillon. Les précisions obtenues pendant et après enquêtes montrent qu'il y a une pratique saisonnière où l'intérêt de l'activité est secondaire par rapport à la rémunération. Mais il existe aussi une pratique régulière, en soirée pour de nombreuses filles (gardes d'enfants), mais aussi pendant les jours laissés libres par l'école (mercredis, samedis et dimanches) où sont pratiquées des activités de vente (petit commerce, garage...), jugées plus intéressantes. Nous remarquons que les enfants des patrons de l'industrie et du commerce sont plus concernés par ce type d'activités que ceux des autres catégories socio-professionnelles.

7Absent de nos journées d'enquêtes, ce type de travail est souhaité par les scolaires car il est synonyme d'une plus grande autonomie financière. En laissant une petite place à l'anecdote, nous pouvons signaler qu'il peut être pratiqué à l'intérieur du lycée : lors des années d'enquêtes quelques élèves assuraient la représentation de produits cosmétiques pendant les récréations !

8L'accès au travail non scolaire n'est pas possible pour tous les lycéens. Interrogés sur les critères déterminant la pratique (Cf. Annexe no 9), ils mettent en avant l'intérêt de l'activité (19 % des garçons et 12 % des filles) ainsi que l'âge (10,3 % des garçons et 12,4 % des filles), qui joue, encore une fois, dans les modes de vie urbains des scolaires un rôle de seuil. Celui-ci est confirmé par un croisement des fréquences de pratique avec l’âge : répondent jamais ou ne répondent pas en majorité les élèves les plus jeunes. Nous notons également que ce travail non scolaire est favorisé par l'influence familiale et la connaissance de personnes : il semble donc que lorsque les scolaires expriment leur désir de travailler, la famille, autorisant ou provoquant (enfants de commerçants) ce choix, aide sa réalisation.

Tableau no 34 : Fréquence du travail non scolaire (en %)

Tableau no 34 : Fréquence du travail non scolaire (en %)

9Pour conclure sur le travail non scolaire, nous constatons que sa pratique, qui autorise l'apprentissage de certains rythmes et conditions de travail, ainsi que l'accès à un budget personnel, est plus facile pour les garçons (47 % de réponses souvent) que pour les filles, qui sont plus nombreuses à mettre en avant le seuil de l'âge.

12. La mobilité liée au travail scolaire

10Seul type de travail présent dans nos enquêtes, le travail scolaire est, nous l'avons vu dans le chapitre 1, à l'origine de nombreux déplacements des lycéens. Dans un premier temps, nous étudierons donc les temps de transport nécessités par l'accès au lycée et le retour au domicile. Dans un deuxième temps, nous verrons comment les scolaires organisent la mobilité liée à leur travail.

*Temps de transport et travail scolaire

11L'étude de la mobilité en fonction du travail scolaire présente des aspects particuliers. En effet, la mobilité ne peut prétendre imposer une caractéristique conditionnelle à l'exercice du travail. Celui-ci rend les déplacements obligatoires, et, en liaison avec les éléments spatiaux de l'habitat, fixe leurs horaires. Pour ces raisons, l'analyse des données quantitatives de mobilité ne peut être significative et ce d'autant plus que le temps de travail est en principe le même. Nous nous intéresserons donc aux éléments sur lesquels le scolaire peut exercer son choix, notamment le mode.

12Pour réaliser cette étude, il nous fallait trouver un indicateur cohérent des caractéristiques d'utilisation des modes en fonction du travail. Dans notre analyse globale de la mobilité, nous avons mis en évidence un phénomène de pendularité, caractérisé notamment par une distribution symétrique des modes de transport lors des mouvements aller-retour domicile-lycée. Dans la mesure où les trajets retours, autorisant d'autres activités (Cf. nos paragraphes précédents), et présentant des contraintes et des expressions des marges de liberté ne se référant pas au travail, comportent des caractéristiques chronologiques différentes, nous avons choisi de saisir les modes et les temps des trajets aller, plus susceptibles de refléter les liens avec le travail scolaire. De façon à ne pas saisir d'éventuels choix modaux réalisés en fonction de l'après-midi sans classe, se dégageant ainsi du travail, vue également l'existence en Terminale d'une journée totale sans cours pour certains, nous nous sommes intéressés uniquement à la journée complète de classe.

13Nous avons rassemblé les résultats dans le tableau no 35. Nous remarquons tout d'abord la stabilité des temps moyens de transport de notre échantillon, ainsi que celle des temps moyens par mode. Cela traduit une habitude des comportements liés aux déplacements, visible également dans une utilisation presqu'identique des mêmes modes.

Tableau no 35 : Modes et temps moyens d'accès au lycée

Tableau no 35 : Modes et temps moyens d'accès au lycée

Nota : - les nombres supérieurs indiquent le nombre de scolaires utilisant les modes
- les nombres entre parenthèses représentent le temps moyens du déplacement vers le lycée par mode (en minutes)

14Le tableau no 35 ainsi que le fichier-images classé selon les temps de transport, montre qu'aux durées de déplacement les plus courtes (dans l'allocation quotidienne comme dans le trajet lycée) correspondent des séquences monobloc de transport, traduisant l'utilisation d'un seul mode. Ainsi, le temps du déplacement peut apparaître dépendant des contraintes de l'offre de transport. Il ressort également de ce tableau et du fichier-images une utilisation importante des transports en commun, diminuant quelque peu pour les garçons en Terminale, autre façon de repérer l'amélioration de l’accès aux modes privés de ces derniers. Image de la captivité des scolaires aux réseaux publics, le fort pourcentage d'utilisation des transports en commun montre également qu'un certain nombre d'entre eux, ayant accès à des modes privés, choisissent les transports en commun. A cela, nous pouvons apporter plusieurs explications, chacune d'elles s'inscrivant d'une façon différente dans les processus d'apprentissage des modes de vie urbains. La première réside dans l'interdiction d'origine parentale d'utiliser les deux roues dans le centre-ville, à la fois pour des raisons de sécurité et des motifs financiers. La deuxième explication est liée à un processus de décision propre au scolaire, s'appliquant surtout aux possesseurs de voiture particulière, le refus de l'utilisation du véhicule étant motivé par des raisons physiques et financières de stationnement. Il est à noter que certaines de ces contraintes étant assouplies le samedi matin, l'usage de la voiture particulière est plus important. La troisième explication recouvre le désir pour les scolaires de rapprocher le degré de contraintes de l'activité et du mode qui la dessert. Nous assistons donc à un processus volontaire de renforcement des contraintes ressenties.

15Nous devons maintenant voir si ces caractéristiques des transports vers le lycée sont mémorisées et réfléchies par les scolaires dans l'organisation de la mobilité liée à leur travail.

*Organisation de la mobilité et travail scolaire

16Le premier critère d'organisation retenu (Cf. Figure no 36), auquel les garçons sont plus sensibles est la recherche d'un temps de transport le plus bref possible. Ce choix s'explique en posant aux scolaires la question suivante : s'il vous est offert un temps de transport domicile-lycée plus court, que ferez-vous de la durée dégagée ? Les réponses sont nettes pour les programmes d'activités du matin. Le temps ainsi gagné est systématiquement affecté à des activités domestiques, essentiellement le sommeil. Les réponses pour l'après-midi sont beaucoup plus dispersées. Derrière cette recherche apparaît un élément important des modes de vie urbain des lycéens en liaison avec la volonté de raccourcir la distance du temps. En effet, le fichier-images nous a montré que la gestion du temps de transport de l'aller, le matin, est plus stricte et plus régulière que celle du retour en fin d'après-midi. La face transport du fichier-images et les budgets-temps montrent que si des scolaires habitant la même rue peuvent, mémoriser différemment leur temps de transport, nous retrouvons le même temps de déplacement pour chacun d'eux pour le trajet aller matinal sur les différentes journées d'enquêtes. Il y a donc une cohérence personnelle du vécu de ce temps. Ce dernier est toujours égal ou inférieur à celui du trajet retour. Un gain de temps sur le transport ne permettrait pas le matin l'introduction d'une plus grande souplesse vis-à-vis des contraintes horaires. Les lycéens enquêtés semblent ne pas souhaiter un gain de temps disponible en matinée, mais l'accepteraient plus volontiers en fin de journée. Il y a donc une rigidité très forte des comportements scolaires liés au déplacement aller du matin vers le lycée. La recherche du temps court est caractéristique de la mobilité, qui apparaît comme un moyen de retarder le départ du domicile. Il est important de remarquer que les composantes de la mobilité n'ont donc pas seulement une influence sur l'activité desservie, mais peuvent en avoir sur les activités qui la précèdent.

Figure no 36 : Mobilité et travail

Figure no 36 : Mobilité et travail

17Le deuxième critère retenu par notre population est l'habitude. Les caractéristiques du déplacement vers le lycée sont totalement intégrées et pratiquement jamais remises en cause. La similitude, sur les faces transports des quatre journées d'enquêtes du fichier-images, des structures de déplacement domicile-lycée est particulièrement étonnante.

18Ce pourcentage accordé à l'habitude, dans l'organisation de la mobilité liée au travail, traduit l'efficacité des processus d’apprentissage des rythmes de vie urbains, qui, dépassant la simple intégration (volontaire ou non) dans la ville, sont des éléments de reproduction sociale, inculquant des comportements nécessaires à une certaine efficience des systèmes de production. Le premier critère (recherche du temps le plus court) appartient lui aussi à ces processus d'apprentissage.

1933,4 % des filles et 11,8 % des garçons ne peuvent organiser librement leur mobilité liée au travail. Il y a une absence totale de choix quant aux heures et aux modes. C'est le plus fort degré de captivité ressentie que nous ayons rencontré pendant nos recherches et qui s'impose plus aux filles qu'aux garçons. L'analyse de ces réponses, selon les accès aux modes, montre qu'elles ne concernent pas que des élèves totalement captifs des transports en commun. Des scolaires ayant un accès au statut de passager en voiture particulière ont également choisi comme critère d'organisation "l'absence de choix". Les caractéristiques de la captivité à un mode (choix des horaires, absence de maîtrise de l'itinéraire) n'apparaissent donc pas systématiquement imputables aux transports en commun, mais peuvent concerner des modes privés.

20L'analyse des critères d'organisation de la mobilité liée au travail selon les accès aux modes révèle également que seuls les propriétaires de motos ont un choix commun : le temps de transport le plus court, confirmant ainsi la valorisation de ce mode par la rapidité. Nous devrions retrouver ce comportement dans l'étude des formes modales de la mobilité liée au travail.

13. Travail scolaire et formes modales de la mobilité

*Le choix du mode

21L’étude des critères (Cf. Figure no 36) de choix modal confirme la rigidité des contraintes horaires du travail et leur traduction, dans les composantes de la mobilité par des contraintes de temps. Le mode doit avoir des caractéristiques de rapidité, non pas tant pour satisfaire des désirs de vitesse (exception faite des motos), que pour minimiser l'allocation de temps au transport, et ce de façon à retarder le départ du domicile.

22Le critère de temps lié au mode a été choisi par plus de scolaires que celui lié à l'organisation générale de la mobilité. Cela vient essentiellement du fait qu'un certain nombre de ceux organisant leur mobilité par habitude demande au mode une caractéristique de rapidité, montrant ainsi que les contraintes horaires peuvent être considérées comme habituelles.

23Le deuxième critère modal est la commodité d'accès au mode, sur lequel la sensibilité des filles est plus élevée. Les entretiens post-enquêtes ont montré qu'elles souhaitent réduire les externalités dues aux attentes, aux faibles fréquences, aux longues marches à pied pour rejoindre un point d'arrêt. Nous pouvons remarquer que toutes ont pour conséquence de provoquer un départ plus précoce du domicile de façon à bénéficier de marges de sécurité.

2411,8 % des garçons n'ont aucun choix modal pour se rendre au lycée : des tris croisés nous montrent qu'il s'agit de ceux qui avaient répondu "absence de choix" pour l'organisation de la mobilité. Ce n'est pas le cas des filles : des 33,4 % totalement captives dans l'organisation de leurs déplacements vers le travail, il ne reste que 17,6 % qui mémorisent une absence de choix modal. Cette diminution s'explique premièrement par le fait que la captivité n'est peut être pas qu'un accès à un mode unique, deuxièmement par ce que certaines lycéennes ayant une possibilité de choix modal, ressentent comme totalement contrainte la mobilité liée au travail scolaire.

25En croisant les critères de choix du mode selon l'accès à un mode privé, nous obtenons les résultats suivants (Cf. Tableau no 37).

Tableau no 37 : Critères de choix du mode selon l'accès aux modes privés

Tableau no 37 : Critères de choix du mode selon l'accès aux modes privés

NB : PDR - 2,2

26Ce tableau montre que la propriété d'un mode privé, si elle ne se traduit pas par son utilisation systématique, influence l’analyse que les scolaires font de leur mobilité. Elle donne (dans une moindre mesure pour les vélomoteurs) un sentiment fort d'autonomie même si celui-ci ne peut se concrétiser. Les réponses des personnes n'ayant aucun accès à un mode privé est une démonstration à-contrario de cette impression. Nous retrouvons également un certain nombre de résultats connus : relation moto-vitesse, réponses ambigües en ce qui concerne les vélomoteurs,...

27Il nous faut terminer cette étude des critères de choix modal liés au travail scolaire en constatant que les réponses fournies par les scolaires traduisent une conception très fonctionnelle du déplacement conduisant au lycée, les amenant même à ne pas envisager un aspect convivial de ce déplacement. Or pourtant ce dernier existe : les attentes en fin de cours de camarades voyageant sur la même ligne de transports en commun sont fréquentes. Prouvant le tort degré de la contrainte sous jacente, l’aspect fonctionnel du déplacement annihile totalement une possibilité de vécu collectif non mémorisée par les lycéens que nous avons interrogés.

*L'utilisation habituelle d'un mode

28Le tableau no 38 rassemble les réponses à la question : "Pour vous rendre sur les lieux du travail, quel mode utilisez-vous habituellement ?" (Cf. Question 44, annexe no 4).

Tableau no 38 : Modes habituellement utilisés pour se rendre au lycée

Tableau no 38 : Modes habituellement utilisés pour se rendre au lycée

29Les résultats obtenus permettent de confirmer des hypothèses précédemment avancées.

30Le choix du critère de rapidité, tant pour l'organisation de la mobilité que pour le mode, reflète bien la décision de retarder au maximum le départ du domicile, puisqu'il n’implique pas une utilisation des modes privés, pourtant synonyme de rapidité dans l'esprit de notre échantillon.

31Par ailleurs, l'utilisation habituelle des transports en commun par 55 % des scolaires interrogés montre également la recherche d'une adéquation du degré de contraintes entre le mode et l'activité (c'est le plus fort taux d'utilisation des transports en commun), ainsi que la correspondance entre le mode et le rôle social. Ceci explique en partie la désaffection des modes privés en tant que conducteur.

32Dans l'ensemble, 82 % de notre échantillon a une pratique habituelle des déplacements liés au travail, ce qui confirme les caractéristiques de routine et de subi de ce type de mobilité. Lors des entretiens post-enquêtes nous avons tenté de cerner les motivations des 18 % qui n'ont pas un comportement modal habituel. L'étude des utilisations selon les zones d'habitat montre que les scolaires n'ayant pas une pratique habituelle d'un mode se divisent en deux espaces géographiques : ceux qui habitent le quartier Terreaux-Croix Rousse et sur le parcours du métro à une distance "raisonnable" du lycée, et ceux qui habitent en moyenne et lointaine périphérie. Pour le premier segment, le choix est possible entre l'utilisation de la marche à pied ou d'un transport en commun (réseau de surface ou métro). Les critères de choix dépendent des conditions climatiques, d'éventuels achats à réaliser, et de la rencontre de camarades de lycée. Pour le second segment, le choix s'effectue entre la possibilité d'accompagnement ou l'utilisation d'un deux roues face aux transports en commun. Il est fonction essentiellement des décisions des accompagnateurs ou des conditions climatiques. Cette étude des non-réponses nous permet d'expliquer les faibles taux d'utilisation rencontrés pour la voiture particulière passager et le métro, ce que contredisaient les faces transport du fichier-images.

Figure no 39 : Fréquences de pratiques des loisirs individuels

Figure no 39 : Fréquences de pratiques des loisirs individuels

33La répartition des réponses selon les zones d'habitat montre que 50 % des utilisateurs de vélomoteurs et 60 % des pratiquants de la marche à pied habitent à proximité du lycée, confirmant ainsi la nécessité d'une distance spatiale faible pour que ces deux modes connaissent une pratique habituelle.

34L'analyse des utilisations modales habituelles pour les déplacements vers le travail, selon l'accès à un mode, montre que les propriétaires de motos sont ceux qui utilisent le plus systématiquement leur moyen de transport, et qui ont les pratiques de déplacement les plus précises (en effet, au cours de ce travail nous ne les avons jamais vus ne pas répondre à une question concernant leur mobilité). Le signifiant social et le vécu hédoniste de la moto sont donc plus forts que l'adéquation du degré de contraintes mode-activité et que la volonté d'assimiler un mode au rôle social que l'on joue.

2. Les loisirs individuels

35Nous avons constaté dans le chapitre 1 que les scolaires consacraient à ces activités une durée importante (de 30 mn à 2 h 30 quotidiennes selon le sexe et le jour). Les loisirs individuels sont ainsi une composante non négligeable des modes de vie urbains des lycéens. Leur contenu, leur place dans les programmes d'activités sont un reflet du vécu du quotidien des jeunes, leur pratique a des incidences sur les autres activités, et par là même sur l'ensemble des composantes du système urbain. Notre objectif sera de définir leur place dans les processus d'apprentissage et d'insertion sociale, ainsi que de repérer leur influence sur la mobilité urbaine des scolaires.

21. Contenu et fréquence des loisirs individuels

36Sous la notion de loisirs individuels, quelles activités retrouvons-nous ? Parmi celles que nous avions proposées aux enquêtés (Cf. Question 23, annexe no 4) il ressort que le cinéma, le théâtre et le sport sont très peu pratiqués individuellement. Musique, lecture, radio, bricolage sont pour notre échantillon des loisirs individuels. Nous en avons regroupé les fréquences de pratique dans la figure no 39.

37Garçons et filles interrogés, lisent souvent, écoutent très fréquemment la radio et pratiquent ou écoutent de façon très variable la musique. L'analyse de ces activités nous posent un premier problème : peut-on valoriser et connaître leur contenu ? Selon que le scolaire choisit d'écouter une émission de radio ou "laisse filer le temps" sur un fonds sonore, nous aurons affaire à des périodes de temps construit ou subi ; il en est de même pour la lecture et l'écoute de la musique. Si cette dernière fait l’objet d'une production, nous serons en présence, comme pour le bricolage, d'une volonté individuelle de pratique, signe d'une construction et d'une appropriation du temps. Il est d'autant plus difficile de cerner le rôle de ces loisirs qu'un même individu pourra avoir dans la même journée des pratiques ayant des rapports au temps différents, dans la durée comme dans le vécu.

38Les scolaires que nous avons interrogés accordent une place importante à leurs loisirs individuels, dont les critères favorisant la pratique sont très liés à l'activité et montrent que celle-ci est un élément important dans l'apprentissage (Cf. Annexe no 9). Ainsi les critères "habitude" et "rôle des activités précédentes et suivantes" signifient un apprentissage de la structuration du temps, de même que les références à l'intérêt et à l'émancipation sont parties prenantes de l'apprentissage de la valorisation et de l'appropriation de ce même temps. La saisie des caractéristiques socio-économiques des individus et des facteurs de l’environnement favorisant et expliquant chez soi des loisirs individuels révèle un taux d'absence de réponses très faible, caractéristique d'une participation élevée et d'une connaissance de ces comportements. Les lycéens lient les loisirs individuels à l'habitat, au niveau de vie, aux contraintes familiales et au fait d'être sur place. Tandis que le rôle de l'habitude est confirmée, nous constatons que ce sont des situations héritées du milieu familial qui sont à l'origine de la pratique de ces loisirs.

39Ainsi, selon leur contenu, les loisirs individuels prendront des formes diverses dans les processus d'apprentissage, formes que nous ne pouvons pas appréhender actuellement. Il nous faut regarder les conditions d'apparition de ces loisirs dans les programmes d'activités pour mieux connaître leur rôle dans les modes de vie de notre échantillon.

22. Les loisirs individuels dans les programmes d'activités

40Mise à part une localisation quasi-totale de la pratique au domicile, il n'est pas aisé de faire apparaître des types de comportements vu je très grand nombre de séquences de petites durées, ceci montrant déjà un caractère de remplissage (forcé ou volontaire) du temps.

*En matinée

41Lorsque des cours au lycée existent dans la matinée, les loisirs individuels sont pratiqués à domicile selon deux séquences : "sommeil-besoins privés-loisirs individuels-déplacements" et "sommeil-loisirs individuels-besoins privés-déplacements". Les garçons allouent plus de temps que les filles à ces activités, dont la pratique peut être volontaire (écouter la radio pour être informé) ou passive (attente de l'heure du déplacement par exemple).

42Dans le cas où il n'y a pas de cours dans la matinée, les loisirs individuels sont d'une durée plus longue et succèdent aux besoins privés.

*Entre 12 h et 14 h

43Le mercredi, le fichier-images révèle deux types de loisirs individuels. Premièrement, des séquences courtes (5 à 15 mn) ont précédé des besoins privés ou précèdent les activités motrices de l'après-midi. Ces loisirs individuels autorisent le passage entre deux groupes d'activités principales. Deuxièmement, parmi les plus forts allocataires quotidiens de temps aux loisirs apparaissent des séquences d'une demi-heure, apparemment indépendantes des autres activités.

44Lors d'une journée complète de cours, les loisirs individuels sont essentiellement pratiqués par les élèves rentrant déjeuner chez eux, où ils succèdent au repas en attendant le déplacement vers le lycée. Il existe aussi quelques moments isolés au lycée, qui, n'offrant que des activités collectives, autorise ainsi des pratiques individuelles. Dans ce cas, la volonté personnelle est forte car les scolaires doivent se démarquer par rapport aux activités potentielles et aux pratiques de leurs camarades.

*L'après-midi

45Le mercredi après-midi, si les scolaires sont amenés à quitter leur domicile, les loisirs individuels existent en début ou en fin d'après-midi. Il peut y avoir plusieurs séquences de courte durée pour un même individu. Il y a là une pratique réelle de remplissage du temps laissé libre par les autres activités.

46Si les scolaires ne quittent pas leur domicile, nous voyons apparaître des séquences longues (certaines dépassent les deux heures), également réparties sur l'après-midi. Cette pratique connaît une forte diminution, surtout pour les garçons, entre la Première et la Terminale : le travail scolaire et les promenades se substituent aux loisirs individuels.

47Quel que soit le comportement de l'après-midi, il y a une pratique générale des loisirs individuels, dans des séquences très diverses, avant le repas du soir.

48Lors d'une après-midi où les scolaires sont au lycée, les loisirs individuels s'exercent entre le retour au domicile et les besoins privés. Cette pratique, quelle que soit l'heure de l'arrivée au logement, dénote une forte habitude, liée à un processus d'insertion dans l'univers domestique et à la recherche d'un moment personnel après une journée de travail. Si cette séquence n'aboutit pas au repas du soir, elle est interrompue soit par du travail scolaire, soit par des travaux ménagers (filles uniquement).

*En soirée

49Nous distinguons deux types de loisirs individuels. Composés de séquences de courte durée (inférieures à 15 mn), ils sont une activité "tampon" entre la télévision et le sommeil. Une allocation de temps supérieure leur confère un statut d'activité majeure de la soirée : cette pratique est en augmentation entre la Première et la Terminale.

50Avant de conclure sur la place des loisirs individuels dans les programmes d'activités, il nous faut préciser que les recherches de typologie menées à partir de la face caractéristiques socio-économiques du fichier-images mettent en avant le rôle de l'habitat. Les scolaires habitant en type individuel appartiennent au groupe des fortes allocations de temps aux loisirs individuels, et ce quelle que soit l'importance des cours dans la journée. Ce résultat reflète à la fois la possibilité d'exercer plus d'activités individuelles (jardinage, bricolage...) et l'éloignement par rapport aux espaces de pratique des loisirs collectifs.

51Les différentes manipulations du fichier-images montrent que les loisirs individuels s’opposent aux relations sociales entre 12 h et 14 h un jour complet de classe, et à la télévision en soirée et lors de l'après-midi du mercredi.

52Nous devons donc considérer les loisirs individuels comme une activité à double caractère. Ils favorisent d'une part les attitudes individuelles et l'affirmation d'un pouvoir personnel de décision, et ce d'autant plus que la durée des séquences est longue. D'autre part, lorsque leur pratique est brève, ils semblent avoir un statut d'activité d'attente.

23. Loisirs individuels et mobilité

53Sur les deux années d'enquêtes, mais le phénomène est plus sensible le jour avec une après-midi sans cours et pour les garçons, nous remarquons sur la face transport du fichier-images (classé selon le temps croissant de loisirs individuels) une courbe en cloche verticale. Cela signifie que, quand les loisirs individuels ont un faible poids ou, au contraire, une place importante dans les programmes d'activités, la mobilité n'est généralement pas élevée. Par contre, une allocation moyenne de temps aux loisirs individuels va de pair avec une mobilité moyenne ou élevée. Ainsi, des loisirs individuels d'une durée importante impliquent souvent de rester au même endroit, mais rester au même endroit ne signifie pas pratique intensive de loisirs individuels.

54L'étude des composantes chronologiques et des déplacements n'aboutit sur aucune tendance significative, montrant ainsi l'indépendance de la mobilité vis à vis des loisirs individuels.

3. Mobilité et télévision

55Le chapitre 1 nous a déjà montré le rôle de la télévision en soirée. 71 % des garçons et 73 % des filles reconnaissent avoir une pratique soutenue de la télévision. Nous étudierons dans un premier temps sa place et ses conditions d'apparition dans les programmes d'activités quotidiens. Puis dans un deuxième temps, nous repèrerons ses influences possibles sur l'organisation de la mobilité.

31. La télévision dans les programmes d'activités

*Le mercredi

5664 % des garçons en Première et 55 % en Terminale, 55 % des filles en Première et 58 % en Terminale ont alloué du temps à la télévision, et ce avec des temps plus faibles en Terminale qu'en Première.

57Sur ces deux années, quel que soit le sexe, nous nous apercevons que plus l'allocation quotidienne est importante et plus l'activité commence tôt dans l'après-midi ; précisons tout de suite que les cas d'écoute entre 12 h et 14 h sont marginaux.

58Il est rare que des séquences de plus de 60 mn aient lieu dans l'après-midi. Dans ce cas, les activités les précédant sont essentiellement des loisirs individuels ou du travail scolaire, ainsi que des travaux ménagers pour les filles. Il est donc remarquable que les pratiquants de la télévision soient déjà fixés à leur domicile. Lorsque nous nous intéressons aux activités qui suivent la télévision, nous trouvons essentiellement les loisirs individuels et le travail scolaire, seuls 50 % des filles interrompant le programme suivi pour se déplacer pour des achats ou pour des promenades.

59Pour expliquer cet ancrage au domicile, nous avons réalisé différents classements des fichiers-images selon les caractéristiques socio-économiques des individus. Il apparaît que 94 % des garçons pratiquant en après-midi la télévision en Première (100 % en Terminale), ainsi que 79 % des filles en Première (88 % en Terminale) sont logés en habitat de type collectif. Faut-il en déduire que ce mode d'habitat induit plus de rigidités dans les comportements que le type individuel ? Est-ce dû à une offre plus faible de pratiques individuelles ?

60Le rôle de l'habitat est difficile à saisir d'autant plus qu'en parallèle l'âge influence les comportements des scolaires : la pratique de la télévision est moins forte dans les tranches d'âges supérieures et les séquences sont plus souvent interrompues par les plus âgés.

61Lors du paragraphe 12 du chapitre 1, nous avions montré le rôle de contrôle social unilatéral de la télévision en présentant ces conditions d'apparition dans les programmes d'activités de la soirée. Interrogés sur leurs contraintes par rapport à ce média (questionnaire graphique 5.1, annexe no 4), 30 % des filles et 57 % des garçons reconnaissaient ne pas prendre une décision totalement personnelle lorsqu'ils regardent la télévision.

62Autant une certaine autonomie peut apparaître dans les pratiques de l'après-midi, autant l'absence de pouvoir de décision et la domination socio-culturelle du scolaire nous semblent flagrantes en soirée : les processus d'intégration et de reproduction sociale sont présents dans la pratique de ce que Euzensberger appelle "l'industrie de la conscience".

*Jour de scolarité complète

63Mis à part quelques cas très isolés d'écoute de la télévision au domicile entre 12 h et 14 h, l'essentiel de la pratique de ce média est réalisé après la fin des cours, et à domicile.

6452 % des garçons en Terminale (57 % en Première), 70 % des filles en Terminale (59 % en Première) ont regardé la télévision avec une allocation de temps plus élevée que le mercredi soir. Ceci peut être dû soit à une absence de pratique dans la journée d'activités individuelles ou collectives et les scolaires ne les débuteront pas en soirée, soit à la possibilité d’une activité facile (dans la mesure où le scolaire ne joue que le rôle passif de récepteur) après une journée de cours.

65Il faut néanmoins distinguer certaines pratiques, notamment celles qui ont lieu avant le repas du soir. Elles intéressent 14 % des garçons en Terminale (17 % en Première), et 27 % des filles en Terminale. La télévision constitue ici la principale activité entre le retour au domicile et les besoins privés.

66En conclusion la télévision est donc un instrument puissant d'homogénéisation des programmes d'activités, notamment en soirée. Elle joue ainsi un rôle réducteur des particularités et des personnalités, notamment en imposant des structures identiques des programmes d'activités.

67La télévision apparaît sur nos quatre journées d'enquête comme étant très étroitement liée au domicile (d'autant plus s'il s'agit d'un habitat de type collectif). Elle n'exige aucune mobilité mais n'est pas plus regardée par les non-possesseurs de modes personnels de transports. Elle est entièrement opposée à la pratique des relations sociales (et ce quelles que soient l'heure, la journée, la zone de pratique) et dans une moindre mesure aux loisirs individuels,

32. Télévision et mobilité

68Nous avons étudié les caractéristiques de pratique de la télévision en fonction de la mobilité pour le mercredi. En effet vu le poids fortement homogénéisateur du travail scolaire sur les structures des programmes d'activités et de la mobilité, son étude sur un jour de classe complet est inutile.

69Nous avons regroupé dans le tableau no 40 les principales données quantitatives de mobilité selon le temps consacré à la télévision.

Tableau no 40 : Caractéristiques quantitatives de déplacement selon le temps de télévision (en mn)

Tableau no 40 : Caractéristiques quantitatives de déplacement selon le temps de télévision (en mn)

70La liaison inverse entre temps de télévision et caractéristiques quantitatives de mobilité apparaît aussi nettement sur ce tableau que sur la face transports du fichier-images. Contrairement aux loisirs individuels, et jouant là un rôle différent de celui d'une activité tampon, la télévision a une fonction de fixation au domicile. Dans ces effets directs d'asservissement du lycéen récepteur des émissions, la télévision joue un rôle rigide de contrôle social. En fixant au domicile, elle réduit les possibilités d'analyse et de choix des modes de transport, de maîtrise de l’espace et d'organisation des activités. Elle isole le scolaire dans un univers clos et le coupe des processus dynamiques d'apprentissage du système urbain.

71Il est important de noter que les lycéens totalement captifs des transports en commun ne sont pas systématiquement des pratiquants à haute dose de télévision. Le fichier-images nous montre que l'accès aux modes publics ou privés de transport n'a pas de conséquence sur l'écoute de la télévision. Il est donc nécessaire de nuancer l'importance des libertés induites par les modes privés dans l'organisation des programmes d'activités.

Conclusion

72Le but de ce chapitre sur des activités fortement domestiques et sur le travail a été de montrer qu'elles pouvaient ne pas être neutres sur les caractéristiques de la mobilité des lycéens.

73Les déplacements liés au travail scolaire sont marqués par l'habitude et vécus selon une modalité très fonctionnelle, qui n'envisage que l'espace à desservir. Ils donnent lieu à une pratique élevée des transports en commun. Nous retrouvons ici la volonté d'adéquation des scolaires entre le degré de maîtrise d'une activité et la valorisation de l'usage d'un mode.

74Ce vécu très fonctionnel du déplacement aboutit à un mouvement de pendularité domicile-lycée, qui subit une pression temporelle plus forte pour les trajets allers.

75Les faits ci-dessus montrent que l'homogénéisaiton des programmes d'activités, induite par le travail scolaire, se retrouve dans la mobilité qu'il implique, et ce, d'une manière forte puisque seuls les propriétaires de motos contredisent parfois ces résultats.

76La pendularité est un élément de la bipolarisation de la vie des scolaires. Un pôle est constitué par le domicile et les activités qui y sont pratiquées. L'unité de lieu n'implique pas, pour des activités différentes, un rôle identique dans les programmes d'activités. Ainsi, les loisirs individuels peuvent aussi bien correspondre à un "remplissage" forcé ou à une appropriation personnelle du temps. Leur impact sur la mobilité est difficile à cerner, contrairement à celui de la télévision qui est une activité puissamment fixatrice au domicile. Il existe une corrélation inverse nette entre le temps d'écoute de la télévision et les temps de déplacement. Diminuant la pratique des activités conviviales et l'intensité des processus d'apprentissage du système de transport et de l'espace urbain, la télévision isole les scolaires de leur environnement et donne à leur mode de vie des caractéristiques individuelles et spatialement limitées.

Table des illustrations

Titre Tableau no 34 : Fréquence du travail non scolaire (en %)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7559/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Tableau no 35 : Modes et temps moyens d'accès au lycée
Légende Nota : - les nombres supérieurs indiquent le nombre de scolaires utilisant les modes- les nombres entre parenthèses représentent le temps moyens du déplacement vers le lycée par mode (en minutes)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7559/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 182k
Titre Figure no 36 : Mobilité et travail
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7559/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Tableau no 37 : Critères de choix du mode selon l'accès aux modes privés
Légende NB : PDR - 2,2
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7559/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Titre Tableau no 38 : Modes habituellement utilisés pour se rendre au lycée
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7559/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Titre Figure no 39 : Fréquences de pratiques des loisirs individuels
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7559/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 127k
Titre Tableau no 40 : Caractéristiques quantitatives de déplacement selon le temps de télévision (en mn)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7559/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 76k

© Presses universitaires de Lyon, 1983

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site