Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Les Lycéens dans la ville

 | 
Bernard Belletante

Chapitre 3. Mobilité et achats

Texto completo

1Activités peu chronophages (Cf. Les budgets-temps, Chapitre 1), réalisés souvent dans des petites séquences inférieures ou égales à 10 minutes, les achats retiennent malgré tout notre attention. Premièrement, ils ont une présence particulière dans les programmes d'activités des scolaires, qui souhaitent fortement réaliser ceux qui les concernent. Deuxièmement, pour acheter, les lycéens doivent disposer d'un budget (personnel ou familial), le gérer, choisir l'heure et le lieu de l'activité : la réalisation de ces choix est un élément lourd de l'apprentissage des rapports marchands et de l'insertion sociale.

1. Contenus, pratiques et espaces des achats

11. Contenus, fréquences et critères de pratiques des achats

2L'analyse des types d'achats et de leur fréquence respective (Cf. Figure no 27) conduit à une première remarque : la rareté des réponses "jamais", surtout pour les filles, suggère que l'acquisition des rapports marchands est réelle. Elle suppose l'accessibilité et la maîtrise d'un budget ainsi que la connaissance de l'appareil commercial lyonnais.

3Les catégories d'achats retenues se séparent en deux selon leur degré (possible mais non systématique) de contraintes. D’un côté, nous avons les achats vestimentaires et de loisirs dont le scolaire ressent plus personnellement le besoin et où le poids de sa propre décision quant à la réalisation est important, de l'autre nous sommes en présence des achats alimentaires, fortement influencés par les besoins de la cellule familiale, et ceux liés à la scolarité, dont le besoin est créé par le lycée.

4Nous voyons immédiatement que les filles ont une participation plus fréquente aux catégories d'achats les moins personnels. La rareté de la présence des garçons dans ceux concernant l'alimentation est nette. Nous voyons dans ce simple résultat l'apprentissage de ce que J.K. Galbraith appelle le rôle crypto-domestique de la femme, où les tâches de gestion et de consommation qui lui sont conférées sont des éléments nécessaires au fonctionnement du système économique.

Figure no 27 : Activités d'achats et fréquences de pratiques

Figure no 27 : Activités d'achats et fréquences de pratiques

5Interrogés sur les critères déterminant les pratiques des achats (Cf. Annexe no 9), les garçons montrent qu'ils sont sensibles à des caractéristiques individuelles (âge : 8 %), à l'influence domestique (catégorie socio-professionnelle d’origine et pression familiale : 21 %). Pour eux, cette activité se conçoit à proximité du domicile (11 %), et la disposition d'un mode privé la favorise (11 %).

6Quant aux filles, leurs réponses se dispersent sur tous les critères. Elles reconnaissent l'importance de la catégorie socio-professionnelle d'origine (12 %), montrant ainsi que la famille est souvent à l'origine des budgets disponibles. Connaître les lieux et être à proximité du domicile est déterminant dans la réalisation des achats féminins (23 %), qui semblent étroitement liés au système des transports (20,5 % des enquêtées).

7Connaissant mieux ce que recouvre la notion d'achats pour des scolaires, nous devons étudier leur place dans les programmes d'activités.

12. Les achats dans les programmes d'activités

8Le classement du fichier-images en piles catégoriées selon le jour d'enquête et le sexe, et organisées selon le temps croissant consacré aux achats fait apparaître de nettes différences selon ces critères.

*Le mercredi

- en matinée

9Le fichier-images conduit à réaliser des distinctions selon l'existence des cours. Sa sélection sur ce critère nous montre deux types d'achats.

10Avant les cours, ils sont presque inexistants des programmes d'activités. S'ils sont présents, ils ont lieu sur le trajet domicile-lycée et au moment de la rupture d'une séquence de transport véhicule particulier-passager/transport en commun.

11Plus fréquente est la catégorie des achats réalisés après les cours (14 % des garçons et 25 % des filles en Première, 14 % et 2 % respectivement en Terminale). Tous sont réalisés lors du déplacement lycée-domicile ; la comparaison de cette séquence de transport avec celle de l'aller montre une rupture. Celle-ci a lieu en zone proche domicile et la séquence de déplacement se termine après l'achat par de la marche à pied. Ces achats, d'une durée très brève, sont réalisés par des scolaires ne déjeunant pas au lycée. Ils sont habituels, voire quotidiens (constatation d'une répétition pour les mêmes enquêtés), certainement liés aux besoins privés alimentaires. Utilisant les infrastructures de la zone proche domicile, ce type d'achat confère au scolaire une responsabilité économique et le conduit à gérer les caractéristiques modales et temporelles de son déplacement. Nous sommes en présence de l'apprentissage de comportements économiques et d'utilisation de l'espace, qui sont liés aux contraintes familiales demandant le retour au domicile et la réalisation de l’achat. Nous remarquons aussi que les demi-pensionnaires ne participent pas à cette activité.

12En Terminale, parmi les élèves qui ne sont pas allés au lycée, 14 % des garçons et 10 % des filles ont quitté leur domicile pour réaliser des achats (de 15 à 20 mn) et revenir, sans exception, au domicile.

13La zone proche domicile a été plus investie par les garçons (66 %) et la zone autre par les filles (80 %). Ces dernières auront de nouvelles activités d'achats dans l'après-midi, contre seulement 1/3 des garçons ayant participé en matinée.

- l'après midi

14Les taux de participation à l'activité (32 % des garçons et 55 % des filles en Première ; 38 % et 52 % respectivement en Terminale) révèlent le rôle du temps libre dans les pratiques d'achats.

15L’analyse du fichier-images montre clairement que les achats sont soit indépendants, soit dépendants des autres activités.

16Lorsqu'entre le départ et le retour au domicile, les scolaires ne réalisent que des achats, généralement d'une durée soutenue, nous avons qualifié ces derniers d'indépendants. Il s'agit de décisions réfléchies, l'acte a été prévu et préparé. Il y a donc indépendance de l'activité, volonté de réalisation et maîtrise de l'espace urbain. Ce comportement intéresse presque 50 % de l'échantillon des participants aux achats dans l'après-midi.

17Cette activité peut être aussi dépendante des autres. Nous la repérons parce qu'entre les mouvements de départ et de retour au domicile, existe une activité principale dont la durée est nettement supérieure à celle des achats, qui se situent avant ou après dans le même espace, avec ou sans déplacement, en une ou plusieurs séquences. Le fichier-images précise que l'activité "motrice" recouvre en général des relations sociales ou des promenades (uniquement en Terminale). Dans ce cas, les achats ne déterminent pas leur lieu d'exercice. La maîtrise de l'espace étant liée à d'autres activités, cela dénote la capacité des scolaires d'affecter à une même zone plusieurs activités concommittantes. Le vécu spatial peut être multiple, cette multiplicité étant le signe d'une intégration des caractéristiques spatiales urbaines.

18La figure no 28 résume la répartition des achats le mercredi après-midi. Qu'ils soient indépendants ou non, leur principal espace d'accueil est la zone autre. Il sera intéressant de savoir si nous sommes de nouveau en présence d'une volonté de distanciation par rapport au domicile et au lycée, ou s'il s'agit d'une méconnaissance ou d'un mauvais équipement commercial des espaces environnant ces deux pôles.

Tableau no 28 : zones d'exercice des achats le mercredi après-midi

Tableau no 28 : zones d'exercice des achats le mercredi après-midi

19Pour la journée du mercredi, la dernière information du fichier-images est l'absence totale d'achats en soirée, ce qui ne saurait surprendre vues les habitudes de fonctionnement de l'appareil de distribution, mais il est intéressant de remarquer que notre échantillon ne participe pas sur les deux années d'enquête aux nocturnes des grandes surfaces.

*Jour de scolarité complète

20Entre la Première et la Terminale, le taux de participation des filles reste à peu près stable, celui des garçons passe de 0 à 25 %. Nous allons voir comment cela se traduit dans une jounée où le temps alloué aux achats est en diminution par rapport à un jour laissant une plage importante de temps libre.

- en matinée

21Les caractéristiques des achats sont identiques à celles du mercredi. Sur le trajet aller domicile-lycée, il y a rupture de la séquence de déplacement, la zone proche lycée accueillant 75 % de ces pratiques qui intéressent les filles en Première et les garçons en Terminale.

22Lors du retour au domicile, nous rencontrons les mêmes achats répétitifs, dont les conditions d'apparition dans les programmes d'activités sont identiques à celles du mercredi.

- entre 12 h et 14 h

2314 % des garçons et 29 % des filles en Terminale (23 % en Première) réalisent des achats sur cette tranche horaire. Ce sont des personnes qui ne regagnent pas leur domicile, qui déjeunent au lycée ou dans ses environs. Pour la quasi-totalité des séquences, l'espace d'accueil est la zone autre, les transports en commun étant le principal support modal. La présence au lycée peut favoriser la pratique d'achats mais dans un espace différent : est-ce par absence d'unités de distribution correspondant aux biens ou aux services recherchés ? Est-ce l'occasion de réaliser une promenade doublée d'une recherche d'appropriation du sens (par exemple être à la mode) du vécu du centre-ville ou de galeries marchandes ? Nous constatons également une pratique collective : le décalage du fichier-images sur le début de l'activité montre des structures des programmes d'activités identiques à tous les niveaux d'analyse (temps, horaires, espaces, modes, retour), ceci pour 12 % des participantes. Cette pratique collective d'achats nous a d'ailleurs été confirmée par nos entretiens post-enquêtes.

24Le temps laissé libre par l'institution scolaire n'est pas seulement créateur d'opportunités de relations sociales, les achats vont permettre également la mise en place de processus (qui peuvent être collectifs) de décision, de pratique et de vécu de l'espace.

- en fin d'après-midi

25La majeure partie des achats de cette journée se situe après la fin des cours et avant 20 h (plus de 70 % des participants à l’activité). Les manipulations du fichier-images font apparaître trois types.

26Premièrement, certains achats sont réalisés juste après le travail, en zone proche lycée. Ils sont d'une durée brève (10 mn maximum).

27Le deuxième type est représenté par des achats réalisés pendant le retour au domicile ou pendant le trajet conduisant à la zone de localisation de l'activité suivante. 70 % ont lieu en zone autre et 30 % en zone proche domicile. Nous remarquons qu'ils sont d'une durée plus longue que ceux du premier type et apparemment (selon le temps de la dernière séquence de transport visualisée sur le fichier-images) plus éloignés du domicile que ne le sont les achats réalisés sur le retour lycée-domicile à midi.

28Le troisième type intéresse 29 % des garçons ayant alloué du temps aux achats dans la journée. Ce sont des individus rentrant chez eux, qui sortent ensuite en zone proche domicile pour acheter, ils regagnent ensuite leur foyer. Les séquences sont courtes (5 à 10 mn).

29Sur la même plage horaire, nous avons donc trois comportements différents où le type se croise bien avec l'espace.

30Les tentatives de diagonalisation à partir de la face caractéristiques socio-économiques du fichier-images confirment d'une part l'incapacité des catégories socio-professionnelles de dégager des comportements spécifiques, d'autre part que l'habitat collectif est rencontré fréquemment pour les participants aux activités d'achats : ce sont eux qui interrompent, par exemple, les retours (midi et après-midi) lycée-domicile. Une première explication est liée à la structure du réseau des transports en commun qui dessert plus et mieux les poches d'habitat collectif que les diverses réalités de l'habitat individuel. Les scolaires en habitat collectif bénéficient de l'installation des unités de distribution à proximité de leur domicile et d'une commodité d'accès. Nous notons par ailleurs que lorsque les scolaires habitent en type individuel, la réalisation des achats sur le trajet du retour en fin d'après-midi a comme support modal le statut de passager en voiture particulière. Ainsi, les rigidités imposées aux scolaires de l'habitat individuel par leur captivité à un réseau de transport en commun peu favorable à leur desserte et les logiques d'implantation et de concentration commerciales ne peuvent être assouplies que par des modes privés.

31Nous terminons cette étude des achats dans les programmes d'activités en nous intéressant aux activités qui les remplacent dans les structures où ils sont absents.

32Le travail scolaire a un double statut. En matinée, son existence provoque la réalisation de quelques séquences d'achats. Par contre, dans l'après-midi c’est l'absence ou l'arrêt du travail qui favorise l'apparition des achats. Cette ambiguité se rencontre aussi pour les relations sociales, qui s'opposent à des achats "indépendants" et provoquent par ailleurs des petites séquences qui leur sont étroitement liées.

33Nous notons que les activités typiquement domestiques (télévision, loisirs individuels) ne s'opposent pas aux achats. L’impossibilité de mettre en évidence une liaison provient, à notre avis, de la faible chronophagie des achats.

34Connaissant les conditions de leur présence dans les structures des programmes d'activités, il nous faut connaître tes motifs de la réalisation dans un espace donné.

13. Critères d’investigation spatiale

35Nous avons remarqué dans tes paragraphes précédents que la plus grande partie des activités d'achats n'ont pas lieu à proximité des deux potes des modes de vie urbain des scolaires, te domicile et te lycée. Une question se pose : est-ce par manque de structures commerciales ou est-ce la recherche volontaire d'un éloignement ?

36Le dépouillement du questionnaire-graphique 5.1, celui de la question no 32 (Cf. Annexe no 4) et les entretiens post-enquête nous conduisent à une réponse. Une grande partie des achats en zone proche domicile est demandée par la famille : souvent te scolaire se voit préciser ensemble des variables de décision : objet, budget, lieu et heure. Les garçons supportent mal cette contrainte qui est présente parfois pour tes filles en zone autre. En zone proche lycée, tes achats sont plus personnels. Mais l'établissement étant dans un quartier ancien et traditionnel de la ville au pied de la Croix-Rousse, l’organisation commerciale répond au vécu quotidien des habitants. Commerces de bouche, drogueries et quincailleries en forment la trame. C’est en ce point précis qu'il y a inadéquation par rapport aux biens et services demandés par tes scolaires, qui sont amenés à se déplacer vers d'autres espaces.

37Ceci précisé, il nous faut connaître leurs raisons d'investigation spatiale. Comme pour tes relations sociales, nous leur avons demandés quelles sont leurs caractéristiques personnelles et tes facteurs d'environnement qui favorisent l'usage de telle ou telle zone.

38Des résultats, rassemblés dans la figure no 29, émerge la primauté du critère "niveau de vie", c'est-à-dire l'accessibilité à un budget, et ce quels que soient tes sexes et tes espaces. Il y a une conscience réelle de aspect marchand. Le chapitre suivant nous montrera que tes scolaires ne comptent pas que sur leur famille pour tes doter d'un budget : développer ses achats personnels implique l'obtention de moyens financiers propres. Si l'unanimité se fait sur te niveau de vie, elle se fait également sur l’absence d'influence du niveau scolaire, de la durée de l’activité, et de l'habitat. Ce dernier point nous paraît contestable vus tes renseignements issus du fichier-images. Cela peut donc signifier que la forme modale de la mobilité liée aux achats, pour des scolaires logeant en habitat individuel, permet l'assouplissement des rigidités soulignées dans te paragraphe précédent.

*Achats en zone autre

39Garçons et filles sont d'accord sur te rôle primordial du mode de transport, plus précisément celui de la voiture particulière. Dans tes structures des programmes d'activités rendues par te fichier-images, ce mode apparaît dans quelques achats "indépendants" du mercredi après-midi ainsi que pour ceux qui se déroutent en fin d'après-midi d'un jour de scolarité complet. Le statut du scolaire est celui de passager. Ce sont ces achats, où ils sont accompagnés, que tes lycéens mémorisent principalement. En nous intéressant aux questionnaires du budget-temps (Cf. Annexe no 2) nous pouvons préciser qu'il s'agit généralement d'achats dans les grands centres commerciaux dont l'organisation et l'implantation sont étroitement liées à un mode de vie urbain indissociable de l'automobile (situation périphérique, facilités de parking, regroupement des achats,...). Ces lycéens ont donc intégré dans la construction de leurs programmes d'activités la réalité de cette liaison étroite entre développement du capitalisme commercial et accessibilité de ses zones d'implantation.

Figure no 29 : Critères d'investigation spatiale pour les activités d'achats

Figure no 29 : Critères d'investigation spatiale pour les activités d'achats

40La connaissance de ces lieux est, par ailleurs, un élément non négligeable de la pratique spatiale. Il en est de même pour le critère "hasard". Privilégier ce dernier signifie capacité d'analyse et de choix des informations et des opportunités produites par l'environnement. Les entretiens post-enquêtes et les réflexions que nous avons menés nous font penser que cette faculté d'adaptation joue plus sur l'objet de l'acte d'achat que sur les lieux où il se réalise. Mettre en avant la connaissance des lieux et le hasard, loin d'être une contradiction, révèle au niveau de notre échantillon une capacité d'analyse des variables du système commercial, qui est partie prenante de l’apprentissage de la consommation.

*Achats en zone proche lycée

41Bien que prenant moins d'importance que pour la zone autre, les critères liés au transports sont mis en avant, notamment les modes privés et ce plus particulièrement chez les garçons. Même si nous n'avons pas la prétention que nos quatre journées d'enquêtes soient une représentation exhaustive des programmes d'activités et de l'usage des modes par les scolaires, il nous semble qu'il y a contradiction non seulement avec nos études du fichier-images mais avec le vécu quotidien. Le choix de ce critère représente plus un souhait qu’une réalité. Cela signifie aussi que si l'accès au mode est réalisé nous pouvons nous trouver face à des "activités-alibis" dont la fonction principale est de permettre l'usage d'un mode.

42La pratique des achats dans cette zone est fortement liée à des variables de lieux : la connaissance du quartier et le fait d'être sur place sont importants. Ces deux critères traduisent une double réalité : l'activité d'achat, dans sa forme et son objet, peut être réalisée pour elle-même ou pour "occuper" du temps laissé libre par les horaires scolaires et les fréquences des transports publics (ou l’attente de l'accompagnateur).

*Achats en zone proche domicile

43Comme pour les autres zones, les caractéristiques d'accès à des modes privés de déplacement ont la primauté. Contrairement à la zone proche lycée, nous avons constaté un usage de ces modes dans cet espace, usage croissant avec l'âge et significatif d'autonomisation. Ces réponses montrent que les scolaires ont conscience du développement des comportements visant à regrouper en une séquence les achats de différents types. Ce regroupement nécessite l'utilisation de modes de transports adéquats, qui est facilitée par la présence à proximité du domicile de moyennes et grandes surfaces. A ce sujet, il est intéressant de noter que dans les paysages spatial et mental des scolaires, les limites de la zone proche domicile ne sont ni immuables, ni identiques selon l'activité. Quelques tests simples sur l'appréciation des distances nous ont montré que ces dernières étaient sous-estimées pour des spectacles et des achats, et sur-estimées pour le travail et certaines activités de relations sociales. Elles sont également fonction de la forme modale de la mobilité : un vécu positif du mode (moto) "raccourcit" les distances.

44Cet ensemble de faits conduit donc les lycéens à relier étroitement achats-modes privés-zone proche domicile.

45Les achats dans cette zone sont habituels et favorisés par la connaissance des lieux : nous retrouvons les caractéristiques de répétitivité révélées par nos analyses du fichier-images. La plus grande proportion de filles sur ces facteurs confirme le rôle spécifique, déjà souligné, des achats dans les processus féminins d'apprentissage. Quant aux garçons, nous constatons que leur pratique est liée au fait d'être sur place.

*Achats à domicile et au lycée

46Les activités d'achats peuvent avoir lieu au lycée (journal local, "bahut bar", marché des "occasions"...) et au domicile (vente par correspondance). Cette dernière n'est pas sans influence sur la mobilité puisqu'elle substitue un flux informationnel à des déplacements de personnes. Seules les filles se sentent concernées par ces types d'achats. Elles en ont assimilé la réalité puisque leurs réponses se regroupent sur la caractéristique "sexe" et sur le facteur "être sur place".

47En conclusion de ce paragraphe 1, comme pour les relations sociales, nous devons insister sur la diversité du contenu et du rôle dans les programmes d'activités d'une séquence d'achats. Sa réalisation est l'expression d'un apprentissage multiple : économique, territorial, usage du système de distribution et d'un mode de déplacement. Il nous faut remarquer que cet apprentissage est en cours, et ce pour deux raisons. Premièrement les séquences d'achats consomment peu du temps disponible des scolaires, le vieillissement de l'échantillon se traduisant neanmoins par une plus grande allocation de temps. Notre échantillon est donc à l'âge où il commence à accéder aux activités d'achats et ce grâce au franchissement de certains obstacles : majorité, mode privé, possibilité de travail saisonnier... La deuxième raison qui nous fait penser que cet apprentissage est récent vient de la difficulté de notre échantillon de répondre précisément aux interrogations sur leurs comportements d'achats (les taux d'absence de réponse sont parfois élevés), dont nous pouvons tirer une liaison étroite entre cette activité et une mobilité (potentielle ou réelle) issue d'un usage (réel ou souhaité) de modes privés de déplacement.

2. Modalités et organisation de la mobilité liée aux achats

48Après avoir restitué les conditions réelles de transport des lycéens pour des activités d'achat, nous étudierons leurs modalités de choix et d'organisation de leurs déplacements.

21. Temps et modes de déplacements

*Le mercredi

- garçons

49L’étude des caractéristiques quantitatives des déplacements selon le temps consacré aux achats montre que le temps de transport s'accroît avec la durée de l'activité. Cela signifie soit que les achats augmentent les temps de déplacement, soit qu'ils ne sont réalisés que par des individus se déplaçant beaucoup.

50Entre la Première et la Terminale, la mobilité des achats s'est transformée sur le plan modal : le support transports publics passe de 50 % à 19 % des séquences. L'accès à une meilleure mobilité potentielle (qu'elle soit réelle ou ressentie comme telle), s'appuyant sur le passage à des tranches d'âges supérieures, favorise l'inclusion, dans les processus d’apprentissage, des pratiques de l'échange marchand.

51Le tableau no 30 qui regroupe les conditions d'accès aux zones selon les modes traduit bien l'accroissement de la privatisation et sa conséquence sur la diminution du temps moyen d'accès par mode, le temps moyen d'accès aux zones ne variant pas. Le classement du fichier-images selon les modes utilisés et son décalage sur le début de l'activité montre que les utilisateurs de modes privés ont tendance à réaliser leurs achats en plusieurs petites séquences successives (surtout pour les deux roues), alors que ceux qui pratiquent la marche à pied et les transports en commun pour atteindre le lieu des achats les réalisent dans des séquences "monobloc". Le mode influence les aspects formels des achats et de la mobilité qu'ils impliquent, les moyens privés de déplacement permettant le fractionnement de l'activité ou la recherche d'informations en des endroits différents. Les entretiens post-enquêtes ont confirmé ces comportements chez les utilisateurs de deux roues (plus particulièrement la moto). Chez les garçons scolarisés apparaît donc la volonté de faire correspondre la forme de l'activité aux caractéristiques qu'ils attribuent au mode (souplesse, rapidité...).

- filles

52Contrairement aux garçons, l'analyse des données quantitatives de mobilité en fonction du temps alloué aux achats ne fait pas apparaître de tendances globales. Nous remarquons simplement que les modes privés semblent plus utilisés pour des temps d'achats moyens ou faibles. Le classement du fichier-images par mode confirme que les séquences d'achats de petite durée sont réalisées en Première et en Terminale par des utilisatrices de modes privés. L'usage de ces derniers est moins fréquent que chez les garçons. Cela est très net pour les deux roues, mais totalement inversé pour le statut de passager en véhicule particulier, qui connaît une progression entre les deux années d'enquêtes. Le fichier-images montre que la plupart des achats réalisés en zone proche domicile le sont lors des trajets retour au domicile, en provenance d'autres zones. Ce n’est pas le cas chez lez garçons où le déplacement a pour origine le domicile. Nous avons là un élément explicatif du temps plus élevé d'accès aux achats de la zone proche domicile (Cf. Tableau no 30) constaté pour les filles et de la moindre utilisation des deux roues, ceux-ci étant plus utilisés à partir du domicile.

Tableau no 30 : Achats. Temps moyens d’accès aux zones selon les modes utilisés. Première (1) Terminale (T)

Tableau no 30 : Achats. Temps moyens d’accès aux zones selon les modes utilisés. Première (1) Terminale (T)

Nota : Le nombre supérieur est le nombre de séquences d’achats repéré sur le fichier-images. Le temps moyen d’accès à la zone par le mode est indiqué entre parenthèse.

53Bien que participant plus largement aux achats que les garçons, la pratique féminine ne semble pas se traduire par une plus grande autonomie de la décision sur les variables spatiales et modales de la mobilité.

*Jour de scolarité complète

54L'analyse des données quantitatives de mobilité ne permet pas, quel que soit le sexe, d'établir une relation entre temps de transport et d'achat. Cela confirme les résultats de l'étude des programmes d'activités de cette journée qui montraient que les achats étaient dépendants des autres activités et de leurs déplacements.

55Malgré tout, nous constatons, quels que soient les sexes et l'année d'enquête, un nombre moyen de déplacements plus élevé pour les scolaires ayant réalisé des achats, et ce à temps moyen quotidien de transport équivalent. Cela confirme leur comportement propre au niveau de l'organisation de leur déplacement qui sera interrompu pour pouvoir acheter ; les non-participants ne substituant pas aux achats des activités à déplacements.

56Les garçons ayant participé aux achats utilisent plus les modes privés et moins les modes publics, cela nous confirme définitivement le rôle décisif de l'aspect modal de leur mobilité pour qu'ils participent à cette activité. Quant aux filles, la meilleure accessibilité aux modes privés, que nous avons déjà constatée pour la Terminale, ne se traduit pas par leur usage plus important. Ce fait est très sensible pour la zone autre. Cela s'explique premièrement par le fait que leur utilisation de modes personnels est réservé à la zone proche domicile. Deuxièmement, à l'aide du fichier-images, nous avons mis en évidence une pratique collective des achats, supportée par les transports en commun ; nous avons dans ce cas un exemple d'une possible dépendance du mode à l’aspect formel (et peut-être objectai) de l'activité.

57Le tableau no 30, rassemblant les temps moyens d'accès aux zones selon les modes, confirme le rôle de la marche à pied pour les achats en zones proche domicile et proche lycée. Le temps moyen d'accès est très bref puisqu'inférieur à quatre minutes. La face espace du fichier-images montre que les scolaires quittent leur domicile pour les achats. Ces derniers ont donc lieu dans un espace très proche de la cellule familiale. Cela est identique pour les filles en zone proche lycée. Il s'agit là d'achats rapides, reflètant une habitude de pratique et un processus de décision simplifié. Ce n'est pas le cas de ceux réalisés en zone autre, qui ont une dimension chronologique plus importante. Certains ont la marche à pied comme support modal. La durée du déplacement est relativement longue (25 mn), la marche à pied a ici une caractéristique plus autonomisante et traduit une investigation particulière de l'espace.

58La forte dépendance des achats aux autres activités révélée par le fichier-images ne nous permet pas de dégager des éléments supplémentaires de compréhension des modes de vie urbain des lycéens. Il nous faut retenir que la pratique des achats n'est pas seulement liée à l'absence (achats indépendants) ou à la présence (achats répétitifs) de cours, mais également à l'existence de modes de déplacements privés. Ce sont les faces d'un même processus d'autonomisation dont il est difficile d'établir avec certitude le sens de la corrélation. Cela est plus sensible pour les garçons que pour les filles dont les différents éléments d'apprentissage des pratiques d'achats ne s'accompagnent pas systématiquement d'une mobilité autonome. Ces différences comportementales confirment la fonction sociale de la mobilité, puisqu'elle traduit l'existence de processus ségrégatifs d’apprentissage des modes de vie. Il nous reste à étudier les modalités de son organisation.

Figure no 31 : Mobilité et achats

Figure no 31 : Mobilité et achats

22. L'organisation de la mobilité liée aux achats

59Nous reprendrons ici la démarche méthodologique utilisée pour les relations sociales (Chapitre 2, paragraphe 22).

*L'organisation du déplacement

60La richesse d'une interrogation sur les caractéristiques d'organisation de la mobilité, afin de connaître les comportements socio-économiques urbains des scolaires est confirmée par la diversité de leurs réponses. Au hasard pour la vie sociale, à un mode privilégié pour les loisirs collectifs, succède pour les achats (Cf. Figure no 31), comme critère principal d'organisation, la recherche du temps de transport le plus court. A ce désir de réduire la distance du temps, s'ajoute une volonté de réduction de la distance spatiale. 53 % de notre échantillon organise sa mobilité liée aux achats d'après un critère de brièveté spatiale ou chronologique, et cela pour deux raisons. Premièrement, la brièveté est souhaitée pour réduire l'importance des achats (et des déplacements qu'ils impliquent) dans les programmes d'activités. Ce souhait touche plus les achats de type alimentaire en zone proche domicile et c'est un comportement plus masculin. Deuxièmement, la mobilité conduisant aux achats est voulue brève pour allouer le maximum de temps possible à l'activité elle-même. Cette volonté recouvre plus les achats du mercredi après-midi, qui dépendent en général de besoins très personnels, et c'est un comportement plus féminin.

61Par ailleurs, les filles acceptent plus facilement la réalisation d'achats. Elles sont seules à avancer l'habitude comme critère d'organisation de leur mobilité, qui pour près de 10 % d'entre elles est totalement imposée. Cela s'oppose aux réponses des garçons, dont 24 % s'en remettent à des opportunités (ou à des contraintes passagères) et à une absence d'habitude dans la structure des déplacements, qui est sensible au mode utilisé, vue l'importance des modes privés dans la participation des garçons aux achats.

62L'analyse des réponses selon les possibilités d'accès à des modes privés montre que les lycéens captifs des transports en commun sont nettement moins sensibles à la réduction des distances spatiale et temporelle : en effet seulement 46 % d'entre eux choisissent ces critères contre 66 % à 84 % (selon les modes) de ceux qui accèdent à un mode privé. La forme modale de la mobilité des achats nous semble donc difficilement dissociable de leur pratique. Voyons comment cela traduit au niveau du choix du mode.

*Le choix du mode

63La figure no 31 montre que le désir d'une mobilité brève se retrouve dans les critères de choix du mode.

64En effet 35 % des garçons et 24 % des filles souhaitent que le mode de déplacement vers des activités d'achats ait une caractéristique de rapidité. Celle-ci doit assurer les fonctions de diminution des contraintes ou de maximisation du temps propre de l'activité en permettant une mobilité brève.

65Ensuite, garçons et filles se rassemblent, mais de façon inverse, sur les critères de commodité d'accès au mode de transport et de desserte du lieu d'achat. Il nous semble possible de réaliser la conjonction de ces deux critères sur la nécessaire proximité spatiale du lieu d'achat, du lieu d'utilisation et de stationnement du mode. Notons que cela est un moyen de réduire le temps global de déplacement par la réduction de ce que nous appellerons les "marches d'approche". Il est important de voir que les lycéens intègrent dans leur paysage mental, dans leur apprentissage socio-économique des modes de vie urbains, à la fois un comportement d'adultes et une des réalités des structures économiques de la distribution moderne. Le Centre Commercial de la Part-Dieu et sa non-dissociation du métro, les changements tarifaires et le subventionnement de ses parkings, ainsi que la constitution de comités de défense (avant qu'ils ne se transforment en comités d'animation !) des commerçants de la presqu'île, touchés par les rues piétonnes sont autant de faits prouvant la persistance de cette condition de proximité spatiale. Nous remarquons aussi que les filles, privilégient la face localisation de cette proximité spatiale, tandis que les garçons sont plus sensibles à son aspect modal.

66Les lycéennes avancent comme troisième critère de choix modal en vue de la réalisation d'achats la possible réutilisation du mode dans la journée. Les scolaires ayant choisi cette réponse doivent donc prévoir l'intégration de leurs achats dans les structures de leurs programmes d'activités.

67L'analyse des réponses selon les catégories socio-professionnelles ne permet pas de dégager des tendances significatives. Il n'en est pas de même selon la zone d'habitat.

68Nous remarquons en effet que le critère de la commodité de l'accès au mode est retenu à 77 % par des gens habitant Lyon intra-muros. 70 % des scolaires ayant choisi comme critère de choix modal la rapidité du mode ont leur domicile familial en lointaine et moyenne périphéries. Ils sont également les plus nombreux parmi ceux s'étant prononcés pour la possible réutilisation du mode dans la journée (75 %), et parmi ceux privilégiant les problèmes de desserte des lieux d'achats (70 %). Nous voyons donc que l'éloignement géographique des zones commerciales renforce la condition de proximité spatiale des lieux d'exercice de l'activité et celle de rapidité du mode. Une seconde influence de l'éloignement sur l'organisation de la mobilité vient du regroupement d'activités différentes ou du fait que l'on tire profit des caractéristiques d’une autre activité, ce qui nécessite des modes pouvant être facilement réutilisés.

69Pour terminer cette étude des critères de choix du mode, nous nous sommes intéressés à l'incidence de la possibilité d'accès à un mode privé sur les réponses faites. Nous en avons regroupé les résultats dans le tableau suivant.

Tableau no 32 : Critères de choix du mode selon l'accès à un mode privé de déplacement. Achats.

Tableau no 32 : Critères de choix du mode selon l'accès à un mode privé de déplacement. Achats.

70Sans préjuger bien évidemment de l'utilisation possible, l’accès à un mode privé n'est pas sans influence sur les critères de choix modal pour des déplacements vers des achats. Les propriétaires de deux roues sont les moins sensibles aux problèmes d'accès au mode, ce qui peut s'expliquer par le fait que celui qu'ils possèdent est un de ceux réduisant le plus les "marches d'approche" et les problèmes de stationnement. Mais leur sensibilité reste centrée sur la rapidité, ce qui ajoute du poids à l'hypothèse que nous avons déjà avancée : dans quelle mesure la possession d'un deux roues n'implique-t-elle pas la projection du sentiment de rapidité de ce mode sur les caractéristiques de la mobilité nécessaires pour desservir une activité ?

71La rapidité du mode ne sensibilise pas, au contraire, les scolaires captifs des transports en commun, qui privilégient pour leur mobilité d'achat la proximité spatiale et la réutilisation du mode. Quant aux propriétaires de voiture particulière, si la desserte du lieu d'achats n'est pas considérée comme problématique, il n'en est pas de même des éventuels problèmes d’accès au mode. Les entretiens post-enquêtes ont d'ailleurs montré que l'usage de la voiture particulière se doit de minimiser autant que faire se peut l'usage de la marche à pied rendue parfois obligatoire par les stationnements éloignés du lieu d'achat.

72En conclusion de cette étude des critères de choix, nous pouvons dire que l'accès à un mode privé influence le choix modal d'un déplacement vers les achats, et ce d'une façon plus nette que pour les relations sociales. Nous retrouvons les couples pratique individuelle/mode privé et pratique collective/transports en commun, que les relations sociales avaient dissociés.

*Utilisation habituelle d'un mode

73Le fichier-images ayant révélé des différences modales selon les zones de pratique, nous étudierons les manières dont les scolaires ressentent leurs déplacements habituels pour des achats selon l'espace où ils sont exercés. Nous avons regroupé les résultats dans la figure no 33.

Figure no 33 : Modes habituellement utilisés pour les achats

Figure no 33 : Modes habituellement utilisés pour les achats

- zone autre

74La mobilité ressentie par les scolaires pour leurs achats dans cet espace a une forme modale qui ne leur confère pas une maîtrise de l'itinéraire : 60 % d'entre eux sont conduits sur les lieux de l'activité. L'usage d'un véhicule particulier en tant que passager est important. Les entretiens post-enquêtes ont montré que la ou les personnes que les scolaires accompagnent sont des membres de la cellule familiale, et que leur mémorisation des achats en zone autre recouvre ceux qui sont réalisés hebdomadairement ou bimensuellement par la famille en grande surface. Ce type d'achats recueille plus facilement l'adhésion des garçons que celui ayant lieu aux environs du domicile. La pratique des achats en grandes surfaces situées en périphérie de la ville est généralement bien ressentie quel que soit le sexe. A notre avis, leur signification dépasse le simple rapport marchand ; n’y a-t-il pas divertissement, promenade, contacts avec l'opulence, recherche d'informations, rêve : autant d'éléments qui font que le scolaire accompagne volontiers le ou les membres de sa famille dans les grandes surfaces, quitte à les abandonner pendant la durée des achats pour se réfugier aux rayons "son" ou "bandes dessinées". Cette hypothèse explique la participation importante, cas peu fréquent dans cet ouvrage, des garçons au statut de passager de voiture particulière, ainsi que leur meilleure adhésion à ce type "d'achats" qu'à ceux les impliquant personnellement dans leur réalisation.

75Mais lorsqu’ils participent de façon autonome à des activités d'achats, la mobilité des garçons s'appuie alors sur des modes privés, se différencant ainsi des filles. Seuls les propriétaires de moto utilisent celle-ci de façon quasi-systématique pour des achats en zone autre. Le vélomoteur est abandonné au profit du statut de passager dans une voiture particulière. 29 % seulement des propriétaires de voiture particulière en font un usage ayant trait à des achats.

- zone proche lycée

76Les analyses du fichier-images nous ont montré que les achats réalisés dans cette zone sont de petite durée. Ils recouvrent des domaines divers : boulangerie, tabac, journaux... La figure no 33 révèle un usage modal mieux mémorisé chez les filles que chez les garçons.

77Quel que soit le sexe, la marche à pied est le mode le plus utilisé. Elle est la meilleure expression d'une mobilité très réduite dans ses distances chronologiques et spatiales. C'est elle qui permet le mieux la réalisation des critères d'organisation et de choix du mode. Les autres réponses confirment d'une part le rôle important des deux roues dans les comportements urbains masculins, d'autre part que le contenu de l'activité et le vécu du mode peuvent influencer la notion de frontières d'une zone urbaine (l'usage du métro, même limité à une station, conduit à des zones différentes de l'environnement du lycée).

78Nous conclurons en constatant qu'une fois encore les activités ayant lieu en zone proche lycée sont étroitement dépendantes du travail scolaire et de ses rythmes, les mobilités qu'elles impliquent se ressentant de cette dépendance.

- zone proche domicile

79La figure no 33 montre que la marche à pied est le principal support modal de la mobilité engendrée par des achats dans cet espace, les scolaires confirmant par leurs réponses ce que nous avons mis en évidence par le fichier-images. La marche peut être utilisée à partir du domicile comme à partir de l’abandon d'un mode de transports en commun, lors d'un retour au domicile. C'est également un mode qui permet de réaliser l'adéquation des critères d'organisation du déplacement et de choix du mode : brièveté spatiale et chronologique, commodité d'accès, desserte du lieu. L'utilisation des deux roues est plus importante que pour les autres zones, l'absence de certaines contraintes dans l'espace proche du domicile étant ainsi confirmée. Le croisement des réponses selon l'accès à un mode révèle que les 2/3 des propriétaires de moto les utilisent régulièrement. Par contre, seulement 32 % des possesseurs de vélomoteurs en ont un usage habituel pour des achats : nous retrouvons le statut ambigu de ce mode.

Conclusion

80Au cours de ce chapitre, le sexe est la variable qui définit le plus de types de comportements d'achats. Ayant un taux de participation à cette activité plus élevé que les garçons, les filles vivent un apprentissage des relations marchandes plus centré sur les besoins de la cellule familiale. En vieillissant, les garçons participent plus aux achats. Cette progression est à relier à l'amélioration de leur taux d'utilisation des modes privés de déplacement. Nous sommes en présence d'une liaison très nette entre une activité et l'aspect modal de la mobilité qu'elle engendre. Globalement, et quel que soit le sexe, nous avons d'ailleurs constaté une très forte relation entre les achats et les composantes de leur mobilité. La recherche d'une briéveté spatiale et chronologique du déplacement et de la commodité de l'accès au mode et au lieu d'achat privilégient systématiquement les variables du système de transport dans la détermination de la place des achats dans les programmes d'activités des scolaires interrogés. Cela conduit, entre autres conséquences, à une mobilité particulière selon la zone spatiale de réalisation des achats et à la réapparition du couple, détruit par les relations sociales, pratique individuelle de l'activité/mode privé de déplacement (sauf au niveau de la cellule familiale où la voiture particulière est souvent le support modal de la mobilité liée aux achats réalisés en famille).

81L'analyse de la structure des programmes d’activités a dégagé plusieurs types d'achats selon le type de biens achetés et les activités concomitantes. L'intégration de l'échange marchand chez les scolaires ne se fait donc pas de façon uniforme : à chaque type d'achat correspondent des budgets dont l'origine peut être différente, des espaces et des caractéristiques de déplacement non identiques.

Índice de ilustraciones

Título Figure no 27 : Activités d'achats et fréquences de pratiques
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7553/img-1.jpg
Archivo image/jpeg, 181k
Título Tableau no 28 : zones d'exercice des achats le mercredi après-midi
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7553/img-2.jpg
Archivo image/jpeg, 60k
Título Figure no 29 : Critères d'investigation spatiale pour les activités d'achats
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7553/img-3.jpg
Archivo image/jpeg, 140k
Título Tableau no 30 : Achats. Temps moyens d’accès aux zones selon les modes utilisés. Première (1) Terminale (T)
Leyenda Nota : Le nombre supérieur est le nombre de séquences d’achats repéré sur le fichier-images. Le temps moyen d’accès à la zone par le mode est indiqué entre parenthèse.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7553/img-4.jpg
Archivo image/jpeg, 259k
Título Figure no 31 : Mobilité et achats
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7553/img-5.jpg
Archivo image/jpeg, 124k
Título Tableau no 32 : Critères de choix du mode selon l'accès à un mode privé de déplacement. Achats.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7553/img-6.jpg
Archivo image/jpeg, 66k
Título Figure no 33 : Modes habituellement utilisés pour les achats
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7553/img-7.jpg
Archivo image/jpeg, 193k

© Presses universitaires de Lyon, 1983

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Leer

Freemium

open access

Brindado por L’éditeur de ce site