Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Lycéens dans la ville

 | 
Bernard Belletante

Chapitre 2. Mobilité et relations sociales

Texte intégral

1Pour étudier plus en détail les relations entre les systèmes d'activités, de transports et d'espaces urbains, lors du vécu de relations sociales par des scolaires, nous nous interrogerons premièrement sur la place de ces activités dans les processus d'apprentissage et d'insertion sociale et deuxièmement sur l'organisation de la mobilité qui leur est liée.

1. Contenus, pratiques et espaces des relations sociales

11. Contenus, fréquences et critères de pratiques des relations sociales

2Nous avons regroupé sous le terme de relations sociales des activités de vie sociale (café, MJC, foyer socio-éducatif, associations...) et de loisirs collectifs (cinéma, théâtres, sports...). Pour chacune des activités nous avons demandé aux scolaires les fréquences et leurs critères de pratiques (Cf. Questionnaires annexe no 4 et figures no 18, 19).

3Pour la vie sociale, les taux les plus élevés de fréquence concernent le café. Pierre Bourdieu note qu'on se rend au café pour être "en compagnie", ce de façon soit populaire pour rentrer en contact avec toutes les personnes présentes, soit "petite bourgeoise" en délimitant entre amis un territoire symbolisé par la table et les chaises. L'existence de clans au niveau du choix et à l'intérieur même des établissements d'accueil (différents selon les classes par exemple) nous amène à penser que les scolaires de notre échantillon vivent le café de la deuxième façon. Les filles participent plus : le fichier-images nous révélèra que leur pratique s'exerce en zone proche lycée, loin des contraintes familiales et grâce au temps laissé libre par l'école. L'analyse des critères d'exercice (cf. Annexe no 9) montre l'importance du facteur spatial pour plus d'un tiers de l'échantillon, le rôle de l'heure et des activités concomittantes. Ces moments de rencontre sont importants car ils sont un moyen d'utiliser les creux des emplois du temps.

4Les fréquences de pratique des autres activités de vie sociale mentionnées sont faibles. Cela surprend pour le foyer socio-éducatif du lycée et les MJC. Les filles accordent une grande importance aux critères spatiaux, rappelant ainsi leur problème de rapport à l'espace. Les garçons privilégient l'environnement social. Le foyer socio-éducatif et les MJC peuvent satisfaire ces exigences. Une étude plus affinée en fonction de l'âge montre que ce sont les tranches les plus jeunes qui ont les taux de fréquence les plus élevés : il y a dans un premier temps l'attrait de territoires enfin autorisés, auquel succèdera le refus de l’institutionalisation d'une pratique, à laquelle sont préférées les rencontres basées sur les personnes. Notons que ce type de refus est très net pour les mouvements politiques.

Figure no 18 : Activités de vie sociale et fréquences de pratiques

Figure no 18 : Activités de vie sociale et fréquences de pratiques

5Une analyse des activités de vie sociale selon les catégories socio-professionnelles montre que ce sont les enfants des milieux ouvriers et cadres moyens qui ont les plus fortes fréquences, les plus faibles étant rencontrées chez les employés. Il est possible que ces différences s'expliquent selon la vigueur du projet d'intégration sociale et selon la volonté d'identification à une classe.

6Quant aux loisirs collectifs, la faible pratique est généralisée sauf pour le sport (garçons) et le cinéma (les deux sexes). Ce dernier a une forte capacité d'évoquer pour les individus des modèles de référence : c'est donc un lieu d'apprentissage privilégié où s'instaure en plus un rapport marchand. Celui-ci se traduit moins par une quête vers les parents que par une recherche d'activités susceptibles de procurer des revenus : l'indépendance financière est vivement souhaitée par notre échantillon, qui apprécie fortement cette activité (Cf. Annexe no 9). Il est remarquable aussi que les filles et garçons privilégient parmi les critères de pratique les modes de transport. La forte centralisation des installations cinématographiques au centre de Lyon fait qu'on se rend au cinéma "en ville". Pratiquer le cinéma revient à pratiquer le centre, à s'intégrer à un pôle culturel et administratif. Le mode qui y conduit, en groupe, est déjà un lieu de spectacle et d'expression sociale collective. A ce sujet, il nous semble qu'une des causes du rejet des foyers socio-éducatifs et MJC par notre échantillon est que ces équipements sont décentralisés et restent ainsi périphériques. Notons que ce phénomène est à la base des galeries marchandes où la qualité de pôle est plus importante que les équipements mis en oeuvre ou que le contenu même des activités qui s'y déroulent.

7Les sports collectifs sont une activité plus masculine que féminine. Les garçons ont des critères de pratique essentiellement liés à l'activité, montrant ainsi qu'ils investissent beaucoup dans cette activité, conservant de fortes capacités de mobilisation (les tournois de sport interclasses sont un élément précieux dans l'animation du lycée) et véhiculant des clichés classiques, dus à ses origines militaires, tels que force, endurance... Ce sont "ces images" qui éloignent généralement les filles qui pratiquent plus à proximité du domicile (influence familiale ?) et si elles connaissent les autres participantes.

8Les activités théâtrales connaissent une adhésion, notamment féminine, non négligeable. Cela s'explique par l'organisation par des professeurs de lettres de déplacements dans les théâtres lyonnais et par l'existence au moment des enquêtes d'une troupe interne au lycée. Cela montre bien que les activités de loisirs collectifs se développent principalement à partir de personnes ou de lieux connus.

9Comme pour la vie sociale, ce sont les scolaires des milieux ouvriers qui ont les plus fortes fréquences de pratiques des loisirs collectifs. Ils sont accompagnés par des enfants de cadres moyens ou de commerçants (danse, MJC). Nous remarquons aussi la faible adhésion des élèves originaires de familles d'employés. Dans notre saisie de la mobilité des scolaires, c'est uniquement dans cette analyse des fréquences de pratique que le critère catégorie socio-professionnelle est créateur de tendances Cela peut s'expliquer par un mimétisme du monde des adultes et par une volonté et une capacité d’intégration, qui sont peut-être mal cernées par les couches moyennes de la population. Ces processus d'apprentissage liés aux relations sociales sont donc profondément marqués par les caractéristiques de l'origine sociale. Nous devons maintenant les intégrer dans les programmes d'activités.

Figure no 19 : Activités de loisirs collectifs et fréquences de pratiques

Figure no 19 : Activités de loisirs collectifs et fréquences de pratiques

12. Les relations sociales dans les programmes d'activités

10Les manipulations concernant les relations sociales dans les programmes d'activités ont été réalisées sur des fichiers-images construits ainsi : classement des cartes par ordre croissant de durée consacrée aux relations sociales dans la journée, séparation selon le jour de classe, puis si besoin était selon le sexe.

*le mercredi

- en matinée

11Quel que soit le sexe, les relations sociales, sont en articulation étroite avec les déplacements et le travail scolaire. La présence au domicile se traduit par l'absence de ces activités, qui, lorsqu'elles existent, se traduisent par l'investissement de l'espace proche du lycée.

- entre 12 h et 14 h

12Le retour massif, déjà signalé, au domicile fait que les relations sociales ne concernent que 20 % des garçons et 23 % des filles en Terminale, contre 25 % des deux sexes en Première. Les faces du fichier-images révèlent qu'il s'agit de scolaires déjeunant au lycée et investissant l'espace proche de leur lieu de travail. L'apprentissage du quartier se double d'une intégration économique : les entretiens post-enquêtes nous ont précisé que ces relations sociales s'appuient souvent sur des prestations de services (café, salles de jeux électroniques). Ces activités sont toutes suivies d'un déplacement conduisant soit au domicile, soit en zone autre où des activités importantes en durée (1 h minimum) commencent. Liées fortement à l'espace de l'activité précédente, de courte durée, suivies de déplacements débouchant sur des structures temporelles longues, les relations sociales pratiquées entre 12 h et 14 h présentent, comme celles du matin, des caractéristiques d'attente, et sont totalement soumises à la structure des activités les entourant.

- l'après-midi

13C'est la plage où les relations sociales sont le plus présentes dans les programmes d'activités du mercredi et où les lycéens leur allouent une part non négligeable de leur temps.

a) les garçons

14La pratique passe de la Première à la Terminale de 76 % à 55 % des individus. Une comparaison des fichiers-images explique qu'aux relations sociales se sont substituées des promenades ou du travail scolaire. Quelle que soit l'année, les relations sociales se séparent en deux types.

15Le premier concerne les scolaires qui ont vécu ces activités a domicile ou en sa proximité en y consacrant une durée moyenne (41 % des participants à l'activité en Première et 57 % en Terminale). Le deuxième type concerne les individus appartenant aux tranches les plus élevées d'allocation de temps aux relations sociales. Ces dernières sont systématiquement précédées d'un déplacement en zone autre. La zone proche lycée a été abandonnée en Terminale du fait de la disparition d'activités du foyer socio-éducatif. Ainsi nous pouvons nous poser la question suivante : cet éloignement du domicile et ces déplacements systématiques lies à des relations sociales de longue durée sont-ils voulus par les scolaires (volonté de distanciation et de séparation de son territoire avec celui de la famille) ou imposés par l'absence de locaux d'accueil pour ces activités à proximité du domicile ? Nous tenterons une réponse dans l'étude des critères de pratique spatiale (Cf. Paragraphe suivant).

16La fin de l'après-midi implique l'arrêt des relations sociales, suivies d'une séquence "déplacements-loisirs individuels-besoins privés", et marque le retour général au domicile.

b) filles

17De Première en Terminale, le pourcentage de participantes aux relations sociales le mercredi après-midi passe de 48 à 58 %. Les fichiers-images révèlent deux types de comportements.

18Le premier correspond aux personnes n'ayant pas besoin de se déplacer pour réaliser ces activités car leurs programmes d'activités les ont déjà conduites sur les lieux d'exercice (50 % des participantes en Première et 29 % en Terminale). Les relations sociales succèdent aux besoins prives, aux achats ou au travail scolaire et s'exercent en zone autre (50 % en Terminale et 41 % en Première) ou au domicile. Elles sont composées de séquences très fragmentées, d’une durée généralement inférieure à une heure. Les relations sociales ne sont pas une activité "motrice" : elles dépendent des activités précédentes et prolongent leurs caractéristiques spatiales. Par exemple, celles qui succèdent à des activités d'achats recouvrent souvent ta pratique du café, accentuant ainsi les caractères marchands du programme d'activités correspondant, ainsi que sa dimension spatiale.

19Le deuxième type correspond aux filles dont la pratique des relations sociales a impliqué un déplacement et recouvre généralement les plus fortes allocations quotidiennes de temps. Les séquences sont en petit nombre et d'une durée soutenue (de 1 h à 4,5 h). Activité motrice et principale de l'après-midi, ces relations sociales sont génératrices du déplacement qui aboutit pour 80 % des participantes en Terminale en zone autre (41 % en Première) et 20 % en zone proche domicile (18 % en Première). Ces différences proviennent de l'abandon de la zone proche lycée (41 % en Première) et ce pour ta même raison que les garçons, montrant ainsi l'étroite dépendance des relations sociales à une proposition ponctuelle d'activités et à une offre de locaux. Comme pour les garçons la fin de l'après-midi est synonyme d'arrêt des relations sociales et de retour au domicile.

- en soirée

2021 % des garçons en Première et 20 % en Terminale pratiquent des relations sociales après 20 heures, la zone d'accueil étant la zone autre. D'une durée longue (supérieure à 1,5 h), celles-ci sont l'activité principale de la soirée et sont réalisées par des individus ayant les plus fortes allocations quotidiennes de temps aux relations sociales. La pratique après 20 h semble donc soumise à une habitude d'exercice. Qu'elles soient d'attente ou motrices, les relations sociales sont autonomisantes : rapports collectifs, rapports marchands, choix de lieu, décision d'occuper un temps libre, éloignement du domicile. Plus elles sont pratiquées et plus l'individu acquiert une maîtrise des variables de décision et de gestion de ses programmes d'activités. Cela va lui conférer une plus grande aptitude à intégrer et à proposer une réponse aux contraintes familiales sur les activités en soirée à l'extérieur du domicile. Nous verrons que cet apprentissage a des répercussions directes sur la mobilité (cf. Paragraphe 2).

21L'apprentissage est plus difficile pour les filles, mais est facilité par le vieillissement. De 4 % en Première, elles sont 19 % en Terminale à pratiquer des relations sociales qui entraînent des déplacements courts (zone autre et zone proche domicile) pour 1/3 d'entre elles, les 2/3 restant réalisent ces activités à domicile. Si nous ajoutons à cette contrainte de lieu la nécessité d'un accompagnement en véhicule particulier, nous pouvons affirmer que l'apprentissage de l'autonomie par les relations sociales en soirée est beaucoup plus restrictif pour les filles que pour les garçons.

22En conclusion, nous retenons que deux critères de temps identiques de relations sociales recouvrent des différences. Etroitement liées au travail et aux déplacements le matin, activités d'attente ou motrice l'après-midi, elles sont un élément des processus d'apprentissage de l'autonomie puisqu'elles placent les scolaires en position de décideur (activité, temps, espace, mobilité).

*Journée normale de scolarité

- en matinée

23Les relations sociales sont pratiquées avant le début des cours par 13 % des filles en Première (21 % en Terminale) et 20 % des garçons (30 % en Terminale). Elles ont lieu après le déplacement domicile-lycée et se déroulent en zone proche lycée. Nous avons par les fichiers-images une diagonalisation sur trois variables (espace, activités, sexe) auxquelles, pour 80 % des pratiquants, nous pouvons ajouter une variable transport public (les 20 % restant étant accompagnés). Ce type de relations sociales est caractérisé par une situation d'attente entre deux activités totalement imposées et créatrices de rigidités : les transports (contraintes de fréquences ou d'accompagnement) et le travail (horaires).

- entre 12 h et 14 h

24En Première 85 % des garçons (73 % en Terminale), 93 % des filles (68 % en Terminale) exercent cette activité sur cette plage horaire, la moitié des individus n'ayant des relations sociales qu'à ce moment là.

25La quasi-totalité des séquences ont lieu en zone proche lycée et au lycée, après des besoins privés ayant eu lieu au même endroit. Pour les demi-pensionnaires, la marge de temps existant entre le repas et la reprise des cours est un temps disponible, totalement libre : bien que présents dans l'établissement et soumis aux heures de reprise des cours, les lycéens gèrent leurs activités comme ils le désirent. C'est donc dans une situation dont ils ne maîtrisent pas les caractéristiques spatiales et temporelles que sera testée leur capacité de prendre des décisions, de choisir et de vivre un temps laissé vide. Cafés, tournois de sports, salles de jeux électroniques sont les aboutissants de ces choix.

26La diminution de pratique entre la Première et la Terminale a pour conséquence une augmentation du travail personnel et des loisirs individuels pratiqués au lycée.

- l'après-midi

27Dans les programmes d'activités, les relations sociales apparaissent après les cours et concernent 52 % des garçons et 55 % des filles en Première, contre 33 % et 65 % en Terminale (pourcentages calculés sur les individus ayant alloué du temps aux relations sociales dans la journée). Pour les garçons (quelle que soit l'année) et les filles en Première, 50 % des séquences sont réalisées en zone proche domicile ou au domicile et 50 % sur le trajet lycée-domicile en zone autre. Aucune pratique n'ayant lieu en zone proche lycée, nous sommes en présence soit de prolongements de relations avec des camarades du lycée, soit de rencontres avec d'autres jeunes dont la connaissance, indépendante du travail, est liée au quartier. Quant aux filles de Terminale, 27 % des pratiquantes ont réalisé ces activités en zone proche lycée, fait nouveau sur les deux années. Le fichier-images nous fournit un élément d'explication : la durée de la séquence pour chaque enquêtée est la même et elles sont de la même Terminale. Ce fait de classe est significatif d'une réunion ponctuelle dont les entretiens post-enquêtes n'ont pas pu préciser le contenu.

- en soirée

28Des modifications sont constatées entre les deux années d'enquête : le pourcentage des filles double de la Première à la Terminale (de 4 à 8 %), alors que celui des garçons reste stable (21 à 23,5 %). Le vieillissement favorise les pratiques féminines.

29Quelle que soit l'année, nous constatons que les relations sociales féminines sont d'une durée plus courte et réalisées en zones proche domicile et autre, la fréquence du statut de passager d'un véhicule étant élevée, alors que les garçons se déplacent systématiquement, par leurs propres moyens (privés), en zone autre et pour une durée plus longue.

30Pour conclure cette étude de la place des relations sociales dans les programmes d'activités, nous nous sommes intéressés à ce que faisaient les scolaires qui ne participaient pas à ces activités. En matinée, les relations sociales s'opposent principalement aux besoins privés, au sommeil, ou à des déplacements. Cette opposition se traduit aussi par des investigations spatiales différentes. Entre 12 h et 14 h, si les scolaires restent au lycée ils travaillent, ont rarement des loisirs individuels, ou se promènent. S'ils rentrent chez eux, l'opposition se cristallise sur les besoins privés, les loisirs individuels et les travaux ménagers pour les filles.

31Pour l'après-midi, il faut s'intéresser au mercredi. Ceux qui n'ont pas de relations sociales travaillent, se promènent, ont des loisirs individuels ou regardent la télévision. L'analyse des espaces pratiqués montre une plus grande présence au domicile ou en zone proche domicile.

32En soirée, la principale opposition est la télévision, puis dans une moindre mesure les loisirs individuels. Nous sommes en présence de deux comportements typiques : "relations sociales-éloignement du domicile-vie collective" face à "télévision ou loisirs-domicile-pratique individuelle".

33La place des relations sociales dans les programmes d'activités étant précisée, nous avons voulu aller plus loin en interrogeant notre échantillon sur ses critères d'investigation spatiale pour ces activités (Cf. Annexe no 4, questions 31 et 34).

13. Relations sociales et pratiques spatiales

34Pour mieux connaître les pratiques spatiales des lycéens, nous avons, pour chaque activité, essayé de leur faire préciser quels étaient les critères, liés à leur personne (que nous appellerons caractéristiques socio-économiques), et les facteurs (liés à leur environnement socio-économique urbain et à leur expérience) qui influence pour eux la pratique spatiale d'une activité. Pour la vie sociale et les loisirs collectifs, nous avons regroupé les résultats dans les figures no 20 et 21.

*Relations sociales en zone autre

35Principal espace d'accueil des relations sociales, en dehors de la zone proche lycée entre 12 h et 14 h un jour complet de classe, la zone autre est riche de processus d'apprentissage : connaissance et insertion de lieux nombreux et différents, choix et gestion du déplacement y aboutissant, éloignement du lycée et de la famille.

36Pour la vie sociale et les loisirs collectifs, la principale caractéristique socio-économique et le principal facteur favorisant leur pratique appartiennent au système des transports. La mobilité et ses formes modales sont précisément liées à l'activité. Cela peut être dû aux implantations géographiques des équipements d'accueil (rappelons-nous l'importance du centre pour les loisirs collectifs), comme au souhait de renforcer les caractéristiques autonomisantes des relations sociales par une distanciation spatiale par rapport aux pôles lycée et famille.

37Alors que les loisirs collectifs sont essentiellement influencés par l'accès à un mode privé, la vie sociale est fonction de l'âge, les garçons étant plus sensibles à cette caractéristique que les filles. L'âge constitue donc bien un seuil d'accès à des pratiques collectives, pour lesquelles quelques filles ont besoin d'une autorisation familiale. Nous rejoignons les différentes informations issues des fichiers-images qui montraient des différences d'accès selon le sexe.

Figure no 20 : Critères d'investigation spatiale pour la vie sociale

Figure no 20 : Critères d'investigation spatiale pour la vie sociale

38La pratique en zone autre doit beaucoup au hasard, critère plus masculin que féminin. Les relations sociales peuvent aussi être vécues de façon habituelle (notamment les loisirs collectifs), mais cela concerne plus leur pratique intrinsèque que leur situation spatiale qui est fonction d’opportunités. Ces résultats dénotent une capacité des scolaires à s'adapter, à percevoir et à analyser les informations et les modifications du système urbain tant dans ses composantes spatiales que socio-culturelles. Les relations sociales autorisent donc l'émergence de processus d'apprentissage qui dépassent le simple domaine de gestion du temps libre.

39Les résultats obtenus nous permettent aussi d'affirmer que les scolaires ont acquis la connaissance des caractéristiques infrastructurelles d'une zone spatiale. L'existence et la connaissance des capacités d'accueil est un facteur non négligeable de pratique des relations sociales.

*Relations sociales en zone proche lycée

40Les scolaires ont des difficultés pour cerner leurs caractéristiques socio-économiques qui favorisent une pratique près du lycée des relations sociales.

41Pour la vie sociale, les garçons mettent en avant les critères de transport ; or nous avons vu dans les fichiers-images que les déplacements liés à ces activités à proximité du lycée sont peu nombreux et d'une durée réduite. Cela signifie d'une part l'importance du facteur motorisation dans les mécanismes masculins d'insertion sociale, d'autre part que la proximité du lycée est plus vécue à travers un critère temps qu'un critère distance : l'accès à un deux-roues permet d'accéder à des activités de vie sociale plus éloignées sans avoir l’impression de quitter les alentours du lycée. Les filles lient leur vie sociale dans l'espace proche du lycée à l'âge. Cela concorde avec notre expérience professionnelle qui nous a permis de constater que maquillage, mode vestimentaire, pratique du café vont en se renforçant avec les passages en classe supérieure. Nous avons également noté une décroissance de la fréquentation du foyer socio-éducatif de la Seconde à la Terminale. Le passage Seconde-Terminale se traduit donc d'abord par un apprentissage du lycée, puis petit à petit de son environnement, l'appropriation de l'espace étant synonyme de changement d’activités. (Nous rappelons que les classes de Seconde accueillent des élèves provenant de CES, vivant pour la première fois la rupture de l'unité d’espace travail/domicile).

42L'analyse des loisirs collectifs met en avant l’âge pour les garçons, et pour les deux sexes apparaît le niveau de vie, la pratique de cette activité (notamment le cinéma) exigeant un budget personnel.

43Interrogé sur les facteurs liés à son environnement et à son expérience favorisant la pratique des relations sociales en zone proche du lycée, notre échantillon met en avant la connaissance des lieux et le fait d'être déjà sur place. Nous sommes face à une maîtrise de l'espace : l’environnement immédiat du lycée est intégré dans les variables de construction des programmes d'activités. Mais le fait d'être sur place, et le critère d'habitude pour la vie sociale, confèrent à ces activités un caractère forcé, confirmant ce que nous ont appris les manipulations du fichier-images. Cette dépendance aux lieux et aux contraintes scolaires est confirmée par l'absence de référence à la durée et au mode.

Figure no 21 : Critères d'investigation spatiale pour les loisirs collectifs

Figure no 21 : Critères d'investigation spatiale pour les loisirs collectifs

*Relations sociales et zone proche domicile

44L'étude des relations sociales dans les programmes d'activités a montré que celles-ci se déroulent peu dans cet espace, mises à part quelques pratiques en fin d'après-midi, après les cours.

45L'analyse des caractéristiques socio-économiques montre que notre échantillon ressent deux limites : l'âge et les contraintes familiales. Quelles que soient les différences selon le sexe pour la vie sociale et les loisirs collectifs, il y a une concordance révélatrice : aux alentours du domicile le contrôle familial est présent. Il ne s'exerce que jusqu'à une certaine limite d'âge pour les garçons mais il est plus permanent pour les filles : cela nous est confirmé par un tri des réponses selon la tranche d'âge.

46Les scolaires vont, encore une fois, privilégier les modes privés. C est une constante pour les garçons. Un ensemble de questions peut être avancé. Est-ce que les modes privés (surtout les deux roues), dont nous avons vu que la possession était un facteur d'enrichissement, ne peuvent être utilisés qu'en zone proche domicile ? Est-ce qu'ils autorisent des pratiques dans des lieux de mauvaise accessibilité ? Doit-on lier modes privés et relations sociales, comme cela est le cas pour les filles vivant ces activités en soirée ? Répondre précisément demande l'intégration dans l'analyse du système de transports, ce que nous ferons dans le paragraphe 2 de ce chapitre.

47La connaissance des lieux et le fait d'être sur place sont les principaux facteurs de pratique de la vie sociale et des loisirs collectifs (pour lesquels les filles privilégient aussi les possibilités d'accueil) en zone proche domicile. Face à ces réponses, le faible taux d’usage de cet espace peut signifier que les scolaires ne trouvent pas près de chez eux des structures d'accueil, à moins que la volonté de distanciation, déjà repérée, soit supérieure à la connaissance des infrastructures socio-culturelles et des activités proposées non loin de la cellule familiale.

48Nous retrouvons chez les garçons l'ambiguité d'un taux important de réponses "habitude et hasard". Il peut s'agir de deux comportements tout à fait différents ou de réactions complémentaires : il existe une habitude de pratique des relations sociales mais le choix et la décision sont fonction d'opportunités.

*Au lycée

49L'âge est la caractéristique socio-économique favorisant la pratique des relations sociales (essentiellement foyer socio-éducatif et tournois de sport) à l’intérieur du lycée. Nous retrouvons à un degré plus fort ce que nous disions pour la zone proche lycée. La variable âge recouvre un mouvement d'adhésion dont l'intensité se modifie selon les classes : pour la vie sociale il y a diminution de la Seconde à la Terminale, pour les loisirs collectifs (exclusivement du sport), les garçons participent de plus en plus en vieillissant. Cela se reflète aussi dans le choix du critère "niveau scolaire" pour expliquer ces pratiques.

50L'habitude et le fait d'être sur place sont les deux facteurs les plus cités, montrant une intégration des contraintes issues de la création de temps libre par l'école.

*Au domicile

51Les fichiers-images nous ont montré une pratique quasiment nulle des relations sociales à domicile. Ces activités sont soumises à des contraintes puissantes : les caractéristiques de l'habitat et le contrôle familial. Le domicile, aux yeux des scolaires, ne peut pas accueillir des relations sociales dont les fonctions d'autonomisation, d'appropriation du temps et d'apprentissage de leur statut ne sont développées que si ces activités s'exercent dans des lieux spécifiques.

52Pour conclure cette étude des espaces de pratique des relations sociales, il apparaît que les scolaires ont un vécu socio-économique de la ville qui oscille en permanence entre contraintes et autonomie. La connaissance des facteurs de cette oscillation est un élément d'insertion sociale puisque l'apprentissage consiste notamment à accroître leur degré de maîtrise. Ainsi l'importance accordée aux modes privés est le signe de la recherche d'une meilleure accessibilité des lieux d'exercice des relations sociales. Accéder à leur conduite et plus encore à leur propriété est ressenti comme un passage de la contrainte à l'autonomie. Cela est également significatif de l'intégration par les scolaires des réalités des organisations urbaines spatio-économiques et de la logique propre des politiques d'échanges urbains : ils en vivent et mémorisent les contraintes et ils adhèrent (par mimétisme ?) à la solution globalement proposée : privatiser son déplacement. Face à cela, il est temps que notre analyse des relations sociales appréhende les variables du système des transports.

2. Modalités et organisation de la mobilité liée aux relations sociales

53Ce paragraphe a pour objectif de répondre à deux questions. Premièrement, en fonction des analyses précédentes des relations sociales dans les programmes d'activités et des espaces de pratique, quelles ont été les conditions réelles de transport des scolaires pour ces activités ? Deuxièmement, ayant pris connaissance de cette réalité, comment les lycéens choisissent-ils et organisent-ils les modalités de leur déplacement ?

21. Temps et modes de déplacements

*Le mercredi

- les garçons

54Au cours de nos recherches, nous avons construit des tableaux d'analyse des données quantitatives de déplacement (Cf. Annexe no 8) selon des tranches croissantes de temps de relations sociales. La première information que nous en retirons est que la pratique de ces activités révèle des temps de transport élevés. Nous remarquons aussi que les pratiquants de relations sociales ont plus d'accès et utilisent plus les modes privés que les non-participants et ce même à temps moyen quotidien de transport équivalent. Ce phénomène est amplifié en Terminale, année où il y a une plus grande utilisation des modes privés. En vieillissant, les garçons ont surmonté des contraintes limitant leur accès aux modes privés et peuvent réaliser ainsi une adéquation du degré de contraintes entre l'activité et le mode choisi pour attendre une zone de pratique. Ce rapprochement mode-activité est renforcé par le fait, déjà souligné, d'un changement de mode entre les activités matinales (travail) et les relations sociales, ceci concernant 50 % des participants à l'activité.

55A ce sujet, le fichier-images nous montre que ceux qui pratiquent un changement de mode sont, avant leur départ pour l'espace des relations sociales, au domicile (ou en zone proche domicile), ce dernier devenant une étape qui permet de se préparer aux activités de l'après midi.

56Il est donc intéressant de noter que certains scolaires ont la possibilité de choisir un mode de déplacement en fonction de l'activité.

57Nous avons rassemblé dans la figure no 22 les temps moyens d'accès aux zones selon les modes pratiqués.

58La marche à pied connaît des différences importantes entre la Première et la Terminale. Le fichier-images montre qu'elle est moins utilisée en Terminale, notamment en zone proche lycée : nous avons déjà expliqué ce fait par la disparition d'activités proposées en Première. Quant à la différence de temps moyen de pratique, elle s'explique ainsi : des participants se sont rendus en zone autre en Terminale pour des relations sociales après de longues promenades dans le centre ville. En Première, les déplacements vers cette zone et par ce mode sont issus du domicile et du lycée et leur durée (30 mn en moyenne) atteste d'un comportement volontaire d'accès aux relations sociales. Pour les autres zones, la marche à pied apparaît induite par la présence préalable dans l'espace de pratique : elle est un mode passif imposé par la proximité spatiale.

59Les deux roues sont plus utilisés en Terminale pour l'accès en zone autre, c'est l’inverse pour la zone proche domicile. De même le temps moyen d'accès à la zone autre diminue alors qu'il augmente pour la zone proche domicile. Le décalage des fichiers-images sur le début des relations sociales montre deux modalités d'usage des deux roues : en zone proche domicile, c'est un moyen de transport souple qui, par de petits déplacements, permet de multiples séquences dans des lieux géographiques peu éloignés entre eux et du domicile. Le mode est intégré dans la pratique en assurant son aspect formel. Dans la deuxième modalité, le mode n'assure que la desserte de l'activité et n'a aucune incidence sur son déroulement.

60Les transports en commun, faiblement utilisés, desservent essentiellement la zone autre avec des temps moyens d'accès élevés. Il ne sont plus utilisés en soirée où les modes privés exercent sur l'activité une condition nécessaire. Nous notons aussi qu'en soirée les temps moyens d'utilisation d'un mode et d'accès à une zone sont plus faibles qu'aux autres moments de la journée.

- les filles

61L'analyse des données quantitatives des déplacements féminins selon le temps de relations sociales ne fait pas apparaître de liaison nette entre la durée de l'activité et le temps de transport. Nous remarquons simplement que les participantes aux relations sociales appartiennent aux tranches élevées des temps de déplacement quotidien. En fonction de ces derniers, les filles ayant cette activité utilisent moins l’ensemble des modes de transports que les non-participantes. Nous faisons la même constatation par rapport aux garçons pratiquant l'activité. Temps de déplacements élevés et utilisation moyenne plus faible des modes laissent à penser que les filles pratiquant des relations sociales sont plus fidèles ou plus captives des modes utilisés. Cela nous semble en partie lié à une plus grande fréquentation des transports en commun et de la marche à pied. Ces rigidités, plus le fait que l'accroissement de la privatisation des modes en Terminale ne s'est pas traduite par une modification de l'allocation de temps aux relations sociales, suggèrent que la pratique féminine de ces activités est moins sensible aux caractéristiques modales de la mobilité que celle des garçons.

Figure no 22 : Relations sociales. Temps moyens d'accès aux zones selon les modes utilisés. Première (1) Terminale (T)

Figure no 22 : Relations sociales. Temps moyens d'accès aux zones selon les modes utilisés. Première (1) Terminale (T)

Nota : Le nombre supérieur est le nombre de séquences de relations sociales repéré sur le fichier-images. Le temps moyen d'accès à la zone par le mode est indiqué entre parenthèse.

62Par rapport à eux, la marche à pied présente les mêmes caractéristiques, à ceci près que, pour la zone autre, elle est également induite par la présence préalable dans l'espace.

63La plus grande utilisation de modes privés se traduit, contrairement aux garçons, par une fréquentation plus élevée (en Terminale) de la zone proche domicile et légèrement inférieure de la zone autre. Le vieillissement de l'échantillon permet donc un accroissement des marges de liberté des filles, confirmant ainsi la fonction sociale de la mobilité. Mais cela ne se traduit que par un investissement plus large des alentours du domicile, montrant une fois encore que les processus d'apprentissage féminins intègrent des formes de contrôle plus strictes que ceux des garçons. Ceci se vérifie en soirée où l'accompagnement est une condition nécessaire de l'activité. La forme modale de la mobilité est une variable déterminante de la construction des programmes d'activité féminins du soir.

64A partir de cette étude des déplacements liés aux relations sociales le mercredi, il devient évident que la mobilité n'est pas qu'une question de temps de transport. Même s'il apparaît que la pratique de relations sociales demande la satisfaction de besoins de déplacements plus chronophages, ceux-ci ne s'expriment pas de la même façon selon les sexes, les accès aux modes, les zones et les heures de pratique. C'est dans cette diversité que la mobilité est un indicateur puissant de comportements socio-économiques.

*Jour normal de scolarité

65Les analyses des activités et des déplacements de cette journée ont montré le rôle structurant et homogénéisateur du travail scolaire sur l'organisation et ia réalisation, créatrice de mobilité, des programmes d'activités. Nous avons vu que les relations sociales sont étroitement dépendantes du travail scolaire.

- garçons

66L'étude des données quantitatives de mobilité selon le temps de participation aux relations sociales montre que les participants à ces activités utilisent moins l'ensemble des modes de transport, en ayant des nombres moyens de déplacements par mode inférieurs à ceux de leur tranche de transport. Il n'y a pas de liaison entre temps de transport et temps de relations sociales. Ces deux faits s'expliquent par la pratique de ces dernières essentiellement entre 12 h et 14 h en zone proche lycée, ce qui exclut de l'activité les scolaires rentrant chez eux.

67L'analyse de la face transports du fichier-images montre que le mode le plus utilisé est la marche à pied, dont nous retrouvons la caractéristique de présence préalable sur le lieu de l'activité. Le fait que la marche à pied est moins utilisée en Terminale qu'en Première est expliqué par le fichier-images. En Première les cours sont entrecoupés d'un déplacement assuré par un bus affrété par le lycée, qui conduit à des activités de "plein air". De façon à garantir des marges de souplesse aux élèves ayant des contraintes horaires strictes pour repartir chez eux, le retour au lycée se réalise avant l'heure habituelle de fin des cours, créant ainsi un temps libre. Celui-ci n'existe pas en Terminale : il n'engendre pas de relations sociales. Ces dernières et la mobilité qu'elles induisent en zone proche lycée sont confirmées dans leur dépendance au temps laissé libre par l'école.

68Les utilisateurs de deux roues s'éloignent plus du lycée et ont des relations sociales découpées en petites séquences. Ce mode sert, uniquement en zone proche lycée et a assuré le déplacement domicile-lycée du matin.

69Les transports en commun ne sont pas utilisés entre 12 h et 14 h. Lorsqu'ils apparaissent dans les programmes d'activités à propos des relations sociales, c'est parce que celles-ci interrompent l’aller au lycée ou le retour au domicile.

- filles

70Comme pour les garçons, la concentration des relations sociales en zone proche lycée implique des caractéristiques de déplacements inférieures à celles de la tranche de temps de transport correspondante. La liaison entre marche à pied et zone proche lycée reste très nette. Par ailleurs, les filles ont des comportements modaux plus typés.

71En Première, l'utilisation des transports en commun est nette, et ce surtout entre 12 h et 14 h. Premièrement il s'agit de relations sociales que les enquêtes budget-temps ont permis de situer à la Part-Dieu. La coïncidence parfaite des structures des programmes d'activités révélée par le fichier-images indique qu'il s'agit d'une pratique collective, dont le support modal est le métro.

72Deuxièmement, cet usage des transports en commun autorise des visites à de la famille ou à des connaissances. Les filles, à la différence des garçons, peuvent investir entre 12 h et 14 h la zone autre et ce grâce aux transports en commun. L'utilisation de ces derniers diminue en Terminale, entraînant une moins grande fréquentation de la zone autre, et ce quelle que soit l'heure. On constate parallèlement que l'accroissement de la privatisation des modes se traduit par un plus fort usage de la zone proche domicile en fin d'après-midi. Comme pour le mercredi, l'accès plus facile aux modes privés s'accompagne d'une pratique spatiale différente des relations sociales. S'agit-il d'un changement uniquement imputable au mode ou s'agit-il d'une modification des caractéristiques de l'activité (nouvelles opportunités, moindre nouveauté du couple Part-Dieu/métro,...) ? Nous avons abordé cette question au cours des entretiens post-enquêtes. La volonté, nette chez les lycéennes d'associer les degrés de contrainte du mode et de l'activité nous fait pencher vers la première solution : l'accès à un mode privé, qui modifie les rapports du scolaire à l'environnement spatial du domicile, ainsi que la volonté de contrôle familial sur l'usage de ce mode ont pour conséquence la recherche de pratiques de relations sociales en zone proche domicile.

73En soirée nous retrouvons pour les filles une condition nécessaire à la pratique : le véhicule particulier avec un statut de passager.

74En conclusion de cette étude de la mobilité vécue pour des relations sociales, il nous faut insister sur l'absence de liaison simple et univoque. Selon le temps laissé libre par le lycée, ces activités impliquent une consommation plus ou moins élevée de temps de transport. Selon le sexe, l'heure, la zone de pratique, la forme modale de la mobilité peut devenir une condition nécessaire de la réalisation des relations sociales. Nous venons donc de constater des vécus différents et des interrelations entre les systèmes d'activités, d'espaces et de transport qui montrent des différences dans les processus d'insertion dans la ville. Il nous reste à savoir dans quelle mesure ces derniers sont mémorisés, analysés et choisis par les scolaires : c'est l'objectif du paragraphe suivant.

22. L’organisation de la mobilité liée aux relations sociales

75La mobilité est l'objet d'un processus d'organisation et de décision que nous avons voulu connaître. Nous avons demandé aux scolaires de réfléchir premièrement aux principes d'organisation de leur déplacement (Cf. Annexe no 4, questionnaire 4.9), deuxièmement aux critères de choix du mode (même annexe, questionnaire 41), troisièmement nous leur avons demandé de nous indiquer quels modes ils utilisent habituellement selon les zones de pratique (ceci pour élargir la saisie de l'accès modal, jusqu'ici restreint à quatre journées d'enquête, mais aussi pour vérifier si le mode est dans la logique des deux premières interrogations).

*Organisation du déplacement

76La figure no 23 montre que les trois principaux critères d'organisation des déplacements de relations sociales sont le hasard, l'existence d'un mode privilégié et la recherche d'un temps de transport court.

77Plus choisi par les garçons que par les filles, le critère hasard montre qu'il n'existe pas d'habitude et de réflexion organisatrice préalable au déplacement. Composées d’activités découlant d'opportunités de pratique collective et favorisées par les temps libres, les relations sociales semblent indépendantes, aux yeux de certains lycéens, des formes de la mobilité. Cette représentation mentale n'est pas exactement conforme à ce que nous ont montré les analyses précédentes. Nous avons donc affiné notre recherche en étudiant les réponses selon la possession d'un mode. Nous retrouvons en majorité sur le critère hasard les scolaires n'ayant aucun accès à un mode privé, donc captifs des transports en commun. Cette captivité a pour conséquence un relatif désintéressement et une pratique au coup par coup pour organiser les déplacements de relations sociales.

78Quel que soit le mode possédé, les garçons se répartissent presque uniformément sur chacun des trois principaux critères. Les filles propriétaires d'un deux-roues motorisé privilégient le critère du mode : nous retrouvons l'influence de l'accès aux modes privés sur un accroissement de la pratique féminine des relations sociales. Lorsqu'elles accèdent à la voiture particulière, les filles privilégient le temps de transport le plus court. Cette liaison surprenante (Cf. L'analyse des modes) s'explique soit par un usage en zone proche domicile, soit par une utilisation en soirée, moment où le trafic est fluide. Pour les filles, une liaison mode-activité, suggérée par le fichier-images, semble confirmée. Elle restitue une phase de leur mode de vie urbain, où est recherché entre les contraintes et les marges de liberté un équilibre, qui est un élément important de l'apprentissage féminin de l’autonomie et de l'âge adulte.

Figure no 23 : Critères d'organisation des déplacements-relations sociales

Figure no 23 : Critères d'organisation des déplacements-relations sociales

*Le choix du mode

79La figure no 24 montre que le choix du mode par les scolaires pratiquant des relations sociales repose sur trois critères principaux : rapidité, possible réutilisation du mode (plus net pour la vie sociale) et la possibilité de voyager à plusieurs (très net pour les loisirs collectifs). Ce dernier confirme d'une part le caractère convivial des relations sociales, d'autre part la capacité des scolaires d'anticiper celui-ci et d'organiser en fonction leur déplacement. Cela montre que l’aspect modal de la mobilité peut subir l'influence d'une caractéristique de l'activité desservie. Le choix du mode n'est pas dissocié par notre échantillon des structures des programmes d'activités. Le fait de sous-entendre aussi la possibilité de réutilisation souligne l'existence de processus de décision capables d'anticiper et d'organiser préalablement les programmes d'activités : il y a eu acquisition et mémorisation de données des systèmes d'activités, d'espaces et de transport, qui facilitent l'insertion dans la ville et dans la vie.

80Le choix du critère de rapidité auquel les garçons sont plus sensibles une fois encore, montre que la forme modale de la mobilité ne doit pas retarder l'accès à l'activité.

81L'étude des autres critères révèle la sensibilité des filles à des contraintes de temps et d'espace : l'heure du déplacement et les problèmes de desserte ne sont pas sans influence dans l'organisation de leur déplacement vers des relations sociales. Leur réflexion sur leur mobilité montre qu'elles ont conscience des faits révélés par les analyses des programmes d'activités et des fichiers-images.

82En recoupant les données de la figure no 24 selon la possession ou l'accès à un mode privé de déplacement, nous avons constaté que la très grande majorité (environ 80 % tous modes confondus) des scolaires non captifs des transports en commun choisissent le critère "possibilité de voyager à plusieurs". Ceci est très net pour les propriétaires de deux roues. Est-ce que cela signifie que les modes privés ne sont pas utilisés pour des relations sociales ? Il y aurait, dans ce cas, contradiction avec les informations issues du fichier-images. Ne faut-il pas alors penser à une possible pratique collective des modes privés (notamment des deux roues : voir les nombreux rassemblements de motards) ? L'analyse des modes habituellement utilisés (paragraphe suivant) devra nous apporter une réponse précise.

83Un croisement des réponses des lycéens avec leur zone d'habitat montre que ceux qui privilégient la rapidité du mode habitent dans la banlieue lyonnaise moyennement distante du centre-ville (Rillieux, Crépieux, Tassin, Ecully, Champagne, Dardilly). Cela suggère qu’ils demandent aux moyens de transports de ne pas ajouter une distance temporelle à une distance spatiale élevée. Ce problème ne se pose pas pour les élèves de la périphérie lointaine (Vaugneray, l'Arbresle...) : est-ce un signe de renoncement ou d'une plus grande possibilité d'accompagnement ? Le choix du mode apparaît ainsi fonction de variables imposées au scolaire par la décision familiale d'habitation, puisque nous avons une excellente correspondance entre les zones d'habitat ci-dessus et la propriété individuelle.

Figure no 24 : Critères de choix modal-relations sociales

Figure no 24 : Critères de choix modal-relations sociales

84L'organisation du déplacement vers des relations sociales et le choix du mode étant mieux connus, nous devons nous intéresser à la façon dont les scolaires les répercutent, dans leur paysage mental, sur l'utilisation habituelle des modes.

*Les utilisations habituelles des modes

85Les paragraphes précédents ayant montré l'influence de la zone de pratique sur les programmes d'activités, nous reprendrons, zone par zone, les principaux résultats de la question no 44 (Cf. Annexe no 4), regroupés dans les figures no 25 et 26.

- zone autre

86Nous remarquons immédiatement que les activités de vie sociale et de loisirs collectifs n'impliquent que peu de différence (la plus sensible concerne l'utilisation du réseau TCL) dans les pratiques habituelles d'un mode, ce qui semble indiquer la primauté du caractère collectif de l'activité.

87La marche à pied est confirmée dans sa faible utilisation dans cette zone, au même titre que le meilleur accès des garçons aux modes privés. Ceux-ci sont souvent utilisés. En croisant cette réponse selon les accès aux modes privés, cette tendance s'accentue : les utilisateurs potentiels ont l’habitude de se déplacer avec pour des relations sociales. Ceci est total pour la moto, général pour un véhicule particulier, mais moins net pour le vélomoteur. Nous confirmons donc la pratique collective d'un mode individuel, laquelle entre dans une vision globale d'adéquation : activité autonomisante-mode privé, activité collective-déplacement collectif. Nous pouvons confirmer aussi le rôle transitoire du vélomoteur : la dispersion de leurs propriétaires sur la pratique habituelle d'un autre mode montre que, si les scolaires peuvent utiliser un autre mode, ils le font.

88L'analyse des réponses des élèves totalement captifs aux transports en commun montre qu’ils se séparent entre une pratique habituelle de ces derniers et l'absence de réponse. Cette dernière recueille entre 12 et 18 % des garçons et entre 36 et 31 % des filles pour les loisirs collectifs et la vie sociale. Ces taux élevés peuvent simplement signifier une absence de pratique ou une incapacité de mémorisation d'un comportement, les deux indiquant un apprentissage incomplet. La plus grande proportion de filles à ne pas répondre fait également penser à une incapacité de réponse parce que leur pratique est plus diversifiée que le questionnaire ne l'envisageait préalablement. En effet, en mi-journée et en après-midi, le fichier-images nous a révélé des pratiques de relations sociales soutenues modalement par des transports en commun, alors qu'en soirée le mode était privé. Cela nous montre que l'usage féminin du mode ne dépend pas ici uniquement ni de l'activité (qui elle, par contre, peut en être fonction), ni de l'espace où elle s'exercera.

Figure no 25 : Modes habituellement utilisés pour la vie sociale

Figure no 25 : Modes habituellement utilisés pour la vie sociale

Figure no 26 : Modes habituellement utilisés pour les loisirs collectifs

Figure no 26 : Modes habituellement utilisés pour les loisirs collectifs

- zone proche lycée

89L'usage très important de la marche à pied montre le degré de dépendance des activités de vie sociale (et, dans une moindre mesure, de loisirs collectifs) aux rythmes de la vie scolaire : l'imposition de l'espace et du temps libre par le lycée conduit les scolaires à investir ses alentours. Le mode le plus usité est la marche à pied et ce quel que soit l'accès à un mode privé. Le taux de non-réponse pour les loisirs collectifs est élevé. Les entretiens post-enquêtes révèlent que, mis à part les tournois sportifs se déroulant d'ailleurs entre 12 h et 14 h, les scolaires jugent la zone proche lycée insuffisamment équipée en établissements de loisirs collectifs. Cela montre leur volonté de dissocier les espaces travail et loisirs. La proximité spatiale (une dizaine de minutes à pied) du centre lyonnais et de ses salles de spectacle n'est pas ressentie : on ne va pas au cinéma à côté du lycée, même si on part de ce dernier pour s'y rendre. Cela nous donne une idée précise de la contrainte liée au vécu spatial du lycée et explique pour partie les jugements négatifs de la marche à pied qui connaît son plus fort taux d'utilisation dans cet espace.

- zone proche domicile

90Les résultats des figures no 25 et 26 confirment l'existence d'une relation entre le mode et l’espace. En zone proche domicile, les scolaires utilisent la marche à pied, indiquant par là une connaissance des infrastructures spatiales de leur environnement domestique. Le plus grand accès des filles aux modes privés, notamment les deux roues, confirme que l'autonomie induite par ce mode se limite pour elles à cet espace. C'est dans ce dernier que les scolaires, quels que soient leur âge et leur sexe, utilisent le plus le vélomoteur, ce qui est dû à une limitation des inconvénients (inconfort...) et à l'existence d'une permission d'utilisation.

91La fréquence de l'usage de la marche à pied est moindre pour les loisirs collectifs. Un croisement des réponses avec la zone d'habitat montre que les scolaires qui se regroupent sur ce mode habitent le centre-ville, marquant bien, pour ce mode, son induction par la présence préalable dans l'espace. Quant aux 25 % n'ayant pas répondu, cela traduit essentiellement l'absence de possibilités (ou de volonté ?) de réalisation des loisirs collectifs dans la zone proche domicile. Cette zone est d'ailleurs peu utilisée par ces enquêtés, qui expliquent cette attitude par l'inexistence de capacités d'accueil.

Conclusion

92Au cours du chapitre premier de cet ouvrage, nous avons pu rassembler les résultats les plus marquants autour de trois thèmes : l'âge, le sexe et des variables homogénéisatrices des comportements, homogénéisation se traduisant notamment par une bipolarisation de la vie des scolaires. En conclusion de ce deuxième chapitre consacré à la mobilité liée aux relations sociales, il est possible de faire de même.

93La variable sexe a permis l'émergence de différences notoires. D'une façon générale, nous avons vu que les filles enquêtées ont révélé un accès aux relations sociales moins aisé que les garçons. La dépendance par rapport à la famille, à la connaissance des lieux, aux difficultés d'accès aux modes privés de déplacement se rencontre aussi bien au niveau des caractéristiques individuelles qu'au niveau des critères d'investigation spatiale. Cela se traduit par des aspects modaux de la mobilité très précis : accompagnement en soirée, utilisation des deux roues l'après-midi en zone proche domicile, marche à pied (mode généralement induit par la présence préalable dans la zone d'exercice) en zone proche lycée lors d'instants laissés libres par l'institution scolaire. Inversement, les garçons semblent posséder une plus grande maîtrise de l'aspect modal de la mobilité liée aux relations sociales. Nous avons vu en effet que certains changeaient de mode entre le travail et les relations sociales (notamment, le mercredi après-midi) : le but recherché est indéniablement de faire correspondre à une activité qui développe les décisions personnelles et les contacts humains un mode de déplacement dont on détient la maîtrise. Ce raisonnement privilégie les modes privés sans enlever un caractère collectif aux déplacements.

94La variable sexe joue également sur les types d’activités de relations sociales (les sports collectifs sont essentiellement masculins), bien que les principales modifications soient dues à l'âge. En effet nous avons remarqué que le vieillissement de l'échantillon provoque des pratiques différentes (passage du foyer socio-éducatif au café) qui se doublent d'un élargissement de l'espace investi à partir du lycée. Dans nos différentes études des critères de pratique, nous avons remarqué également que l'âge jouait, surtout pour les garçons, un effet de seuil. Cela constitue un apprentissage et une insertion sociale particuliers : à partir d'un certain âge, l'accès à une activité leur est possible, alors que d'autres limites existent pour les filles.

95Le premier chapitre avait mis en évidence la polarisation de la vie des lycéens autour du domicile et du lycée. Elle se retrouve au niveau des relations sociales et de la mobilité qui leur est liée. Premièrement, un jour complet de scolarité, c'est en fonction du travail et généralement autour du lycée que s'organisent vie sociale et loisirs collectifs. Le support modal de la mobilité est essentiellement la marche à pied, et les déplacements sont de courte durée. Deuxièmement, lors de l'absence de cours, nous avons remarqué une volonté de distanciation par rapport au lycée et au domicile. Cela se traduit par un usage important de la zone autre et par l’existence de déplacements spatialement et chronologiquement longs, qui aboutissent à des activités d'une durée importante. La proximité du domicile se traduit par des séquences plus courtes et par un usage (surtout chez les filles) plus important des modes privés de déplacements.

96Ce chapitre montre précisément que deux unités de temps identiques consacrées à une même activité de vie sociale ou de loisirs collectifs peuvent présenter deux vécus différents selon l'âge, le sexe, les espaces de réalisation et les structures des programmes d'activités. Les mobilités induites par ces séquences chronologiquement identiques seront différentes, de même que leur fonction dans les processus d'insertion sociale.

Table des illustrations

Titre Figure no 18 : Activités de vie sociale et fréquences de pratiques
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7550/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 181k
Titre Figure no 19 : Activités de loisirs collectifs et fréquences de pratiques
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7550/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 171k
Titre Figure no 20 : Critères d'investigation spatiale pour la vie sociale
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7550/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Figure no 21 : Critères d'investigation spatiale pour les loisirs collectifs
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7550/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 154k
Titre Figure no 22 : Relations sociales. Temps moyens d'accès aux zones selon les modes utilisés. Première (1) Terminale (T)
Légende Nota : Le nombre supérieur est le nombre de séquences de relations sociales repéré sur le fichier-images. Le temps moyen d'accès à la zone par le mode est indiqué entre parenthèse.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7550/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 213k
Titre Figure no 23 : Critères d'organisation des déplacements-relations sociales
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7550/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 121k
Titre Figure no 24 : Critères de choix modal-relations sociales
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7550/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 133k
Titre Figure no 25 : Modes habituellement utilisés pour la vie sociale
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7550/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 187k
Titre Figure no 26 : Modes habituellement utilisés pour les loisirs collectifs
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7550/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 201k

© Presses universitaires de Lyon, 1983

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site