Version classiqueVersion mobile

Mobilité et vie quotidienne

 | 
Alain Bonnafous
, 
Danièle Patier-Marque
, 
François Plassard

Chapitre V. Mobilité et activités

Texte intégral

1L'analyse de la succession des activités, présentée dans le premier chapitre, avait laissé apparaître une nette dichotomie entre les passages impliquant un déplacement et ceux se réalisant sans changement de lieu. D'un côté on retrouvait le travail, les achats, les relations sociales et bien évidemment les promenades ou accompagnements, de l'autre toutes les activités réalisées au domicile. Les déplacements vont donc concerner deux blocs d'activité : d'une part les activités extérieures, d'autre part toutes les activités qui se réalisent au domicile entre lesquelles nous ne ferons pas de distinctions.

2Les déplacements jouent ainsi un rôle fondamental dans la structuration des activités : cette importance peut être appréciée à partir des successions d'activités : sur 100 passages d'une activité à une autre, 3,8 se font avec un déplacement. Ce sont les déplacements, contraints ou choisis, qui vont pour une bonne part rythmer l'activité quotidienne.

3L'analyse de la mobilité avait laissé entrevoir que la majeure partie des déplacements se fait sous forme d'aller-retour. Il nous suffira d'ajouter que ces allers-retours se font à partir du domicile pour mettre en évidence son rôle fondamental dans l'organisation des activités liées à des déplacements.

4Il restera enfin à affiner ces relations en précisant les spécificités de comportement qui peuvent être reliées à un statut donné et les affinités qui semblent se manifester entre la réalisation de certaines activités et l'usage des divers modes de transport.

I - LES PRINCIPAUX MOTIFS DE DÉPLACEMENTS

5Deux grandes caractéristiques se dégagent de l'analyse de ce qu'on a pris l'habitude de dénommer les motifs de déplacements et qui ne sont en fait que les activités encadrant ceux-ci : d'une part le domicile a une fonction primordiale, la majorité des déplacements en partant ou y arrivant, d'autre part seules quelques activités sont concernées. Le tableau ci-dessous servira de base à cette analyse.

TABLEAU No 27 - STRUCTURE DES DEPLACEMENTS PAR MOTIF (en %)

TABLEAU No 27 - STRUCTURE DES DEPLACEMENTS PAR MOTIF (en %)

1 - L'IMPORTANCE PRIMORDIALE DU DOMICILE

6La faible importance des déplacements secondaires avait déjà permis, dans l'analyse de la mobilité, de souligner l'importance considérable du domicile : les trois-quarts des déplacements l'ont comme origine ou comme destination. Et comme le montrait déjà l'étude de leur forme, dans l'espace urbain, les déplacements se font pour l'essentiel sous la forme pendulaire d'allers-retours domicile-activité. Le schéma suivant visualise cette structure : le domicile est le pôle dominant, le travail le seul pôle secondaire.

GRAPHIQUE No 32 - LES PRINCIPAUX MOTIFS DE DEPLACEMENT

GRAPHIQUE No 32 - LES PRINCIPAUX MOTIFS DE DEPLACEMENT

2 - LES ACTIVITES GENERATRICES DES DEPLACEMENTS

7Si l'on regroupe les déplacements en fonction de l'activité qui est à l'origine ou à la destination, on obtient un premier classement grossier des activités en fonction de leur importance dans la mobilité.

GRAPHIQUE No 33 - IMPORTANCE DES ACTIVITES DANS LES DEPLACEMENTS

GRAPHIQUE No 33 - IMPORTANCE DES ACTIVITES DANS LES DEPLACEMENTS

8Ces chiffres ne peuvent toutefois se cumuler.

9Pour éviter ces doubles-comptes on décidera d'attribuer à un déplacement son motif de destination, et si ce dernier est le domicile, son motif d'origine. En intégrant les sorties (les promenades et accompagnements) on obtient la répartition suivante.

TABLEAU No 28 - STRUCTURE DES DEPLACEMENTS PAR MOTIF

Travail
43 %

Achats
22 %

Rel.Soc.
9%

Sort
12 %

10Ces quatre activités les plus importantes représentent ainsi 96 % des déplacements, et 74 % du temps passé hors du domicile. Elles sont fortement génératrices de déplacement car elles ne peuvent être réalisées, la plupart du temps, qu'à l'extérieur du domicile, comme le montre le tableau suivant.

TABLEAU No 29 - PART DES ACTIVITES REALISEES HORS DU DOMICILE

Activité

En temps

En nombre

Achats

97 %

98 %

Travai1

87 %

84 %

Relat. Sociales

86 %

85 %

Repas

21 %

14 %

Loisirs

5 %

8 0/ %

Tâches familiales

3 %

3 %

Télévision

1 %

1 %

Besoins privés

1 %

1 %

Sommei1

1 %

1 %

Total

34 %

46 %

11Alors qu'en moyenne une activité sur deux se passe hors du domicile, seulement un tiers du temps est consacré aux activités extérieures. Mais cette moyenne masque l'existence de trois groupes :

  • les activités réalisées presqu'exclusivement à l'extérieur : les achats, le travail et les relations sociales ;
  • les activités réalisées au domicile : loisirs, tâches familiales, télévision, besoins privés et sommeil ;
  • entre les deux, le repas : 15 % d'entre eux sont pris à l'extérieur.

21 - Activités extérieures et mobilité

12Les déplacements liés au travail sont pour l'essentiel reliés au domicile. Mais il ne faut pas négliger l'importance des déplacements au cours du travail. La distance moyenne du domicile au travail est de 2,3 km et le temps moyen de déplacement de 22 minutes. Les actifs consacrent donc en moyenne entre trois-quarts d'heure et une heure et demie par jour aux seuls déplacements pour se rendre au travail.

13Les achats se déroulent plus près du domicile que le travail : la longueur moyenne d'un déplacement est de 1,6 km et le temps moyen de 16 minutes.

14Enfin, les relations sociales entraînent des déplacements d'environ 2,3 km en 23 minutes.

15Il est possible de montrer comment se situent les achats dans les déplacements entre le domicile et le travail, à l'aide des distances et des temps de déplacement.

TABLEAU No 30 - CARACTERISTIQUES DE CERTAINS DEPLACEMENTS

Temps

Distance

DO → TR

22

2,8

DO → AC

15

1,5

AC →→ TR

26

1.8

TR → DO

26

2,8

TR AC

20

1,9

AC → DO

16

1,4

16On peut tenter de représenter ces valeurs par les deux diagrammes suivants, où la longueur des flèches est proportionnelle à la distance ou au temps de déplacement

GRAPHIQUE No 30 - DISTANCE TEMPS

GRAPHIQUE No 30 - DISTANCE TEMPS

17On vérifie ce qui a été dit à propos des activités d'achat. Ils se situent davantage à proximité du domicile que du lieu de travail. L'espace investi par les individus est l'espace centré sur le domicile plus que celui centré sur le travail.

22 - Les repas et la mobilité

18Les repas semblent avoir une importance particulière dans l'organisation des déplacements dans la mesure où ils rythment l'activité quotidienne et où ils sont une occasion importante de changement d'activités. Si globalement seulement 14 % des repas sont pris à l'extérieur, ce rapport se modifie en considérant plus en détail cette activité. Tous les repas du matin (qui ne sont mentionnés que par la moitié des personnes interrogées) sont pris à la maison ; les personnes pour lesquelles cette activité n'existe pas l'ont intégrée dans les besoins privés en raison du faible temps qui lui est consacré. Pour les repas de midi, 30 % sont pris en moyenne à l'extérieur ; mais ce chiffre passe à 42 % si l'on ne considère que les actifs, et à 46 % si l'on ne retient que les actifs qui travaillent dans une zone différente de celle de leur domicile. Quant au repas du soir, seuls 5 % d'entre eux sont pris à l'extérieur et correspondent aux réceptions chez des amis ou aux repas d'affaires.

19Les temps consacrés aux repas sont aussi révélateurs des comportements de mobilité. En moyenne, pour les actifs, les repas de midi durent une heure s'ils sont pris hors domicile et trois-quarts d'heure seulement au domicile. L'impératif des transports conduit donc les personnes qui rentrent manger chez elles à écourter le temps du repas. La durée du repas du soir varie considérablement en fonction du lieu : de 40 minutes au domicile, elle passe à un peu plus d'une heure et demie hors domicile : mais la contrainte du temps ne joue plus dans ce cas.

3 - LES VARIATIONS ENTRE 1978 ET 1979

20Le faible accroissement de mobilité décelé entre 1978 et 1979 se traduit par de légères modifications de l'importance respective des divers motifs de déplacement. On assiste tout d'abord à un renforcement du rôle du domicile : 80 % des déplacement le concernent en 1979, contre 75 % en 1978. Compte-tenu du nombre de déplacements recensés cet écart est statistiquement significatif.

21Le tableau suivant fournit des points de repère pour apprécier les modifications dans la structure des motifs

TABLEAU No 31 : MODIFICATION DANS LES CARACTERISTIQUES DES MOTIFS

TABLEAU No 31 : MODIFICATION DANS LES CARACTERISTIQUES DES MOTIFS

22Le travail perd une partie de son importance au profit des achats, ce qui s'expliquerait en partie par un moindre retour des actifs à la maison pour le repas de midi (47 % des repas sont pris à l'extérieur en 79 contre 42 % en 78). Ce sont surtout les sorties (accompagnements et promenades) qui augmentent comme nous l'avions déjà évoqué dans l'analyse de la mobilité.

II - MOBILITÉ, ACTIVITÉ ET STATUTS

23L'approche globale des motifs de déplacement a l'avantage de donner des ordres de grandeur, mais elle à l'inconvénient de masquer les différences considérables de comportement. L'analyse des relations entre activités et mobilité en fonction des statuts met en évidence des comportements spécifiques des actifs et des inactifs, et montre comment les femmes adaptent leur mobilité aux contraintes dues au travail ou à la famille.

1 - LES ACTIFS

24Les déplacements des actifs se distinguent en premier lieu de ceux des inactifs par la moindre importance accordée au domicile. Alors que 86 à 92 % des déplacements des inactifs le concernent, seulement 65 à 78 % des déplacements des actifs ont le domicile comme origine ou comme destination. Celui-ci joue donc toujours un rôle primordial pour les actifs, mais la nécessité des déplacements liés au travail les conduit à faire davantage de déplacements secondaires que les inactifs.

25En second lieu, les comportements de mobilité des actifs se différencient en fonction du sexe et de la situation familiale, comme le montre le tableau suivant.

TABLEAU N° 32 - STRUCTURE DES DEPLACEMENTS PAR MOTIF

Travai1

Achats

Relat.Soc.

Sorties

HAE

59 %

13 %

12 %

14 %

HAĒ

62 %

9 %

15 %

9 %

FAE

46 %

21 %

17 %

10 %

FAĒ

41 %

26 %

17 %

7 %

Echantillon

43 %

22 %

19 %

12 %

26On constate tout d'abord que la part des déplacements liés au travail est moins forte chez les femmes que chez les hommes. Elles se déplacent moins pour ce motif, non seulement en valeur relative mais aussi en valeur absolue, puisqu'elles ne font qu'entre 1,6 et 2,1 déplacements contre 2,6 pour les hommes. Leur lieu de travail est plus proche du domicile que celui des hommes. On voit déjà là un signe de la répartition des tâches familiales par sexe. La moindre mobilité des femmes s'explique tout d'abord par l'existence du travail à temps partiel : 30 % des femmes actives travaillent moins de 7 heures et 20 % moins de 5 heures. Cette situation engendre un moins grand nombre de déplacements entre le domicile et le travail. Elle s'explique ensuite par la part plus importante chez les femmes que chez les hommes des déplacements du travail vers les achats (déplacements) qui sont comptabilisés en achats.

TABLEAU No 33 - DEPLACEMENTS POUR MOTIF TRAVAIL

HAE

HAĒ

FAE

FAĒ

Mobilité quotidienne

2,6

2,6

2,1

1,6

Distance domicile-travail (km)

2,9

3,5

2,4

2,8

27Les achats sont réalisés surtout par les femmes et expliquent une part importante de leur mobilité. Alors que les déplacements travail achats ou achats-travail ne représentent que 3 % des déplacements des hommes actifs, ils représentent 8 % de ceux des femmes actives, et cet écart est statistiquement significatif. Si l'on ne considère que les déplacements liés aux achats, on constate que la part des déplacements travail-achats ou l'inverse est de l'ordre de 20 % pour les hommes contre 25 à 30 % pour les femmes contraintes de faire la majeure partie des achats du ménage, les femmes cherchant à utiliser leur déplacement pour aller au travail ou le retour pour accomplir une partie de ceux-ci.

TABLEAU No 34 - DEPLACEMENTS POUR MOTIF ACHAT

HAE

HAĒ

FAE

FAĒ

Mobilité quotidienne

0,6

0,4

1.0

1.0

Distance moyenne (en km)

2,0

8,3

1.2

1,6

28Les femmes actives consacrent une part légèrement plus importante de leurs déplacements aux relations sociales que les hommes. En nombre de déplacements aussi, les relations sociales sont légèrement plus importantes.

29Enfin, ce n'est pas le sexe mais le fait d'avoir ou non des enfants de moins de 16 ans au domicile qui explique les écarts dans l'importance relative des sorties. Les hommes et les femmes avec enfants consacrent une part plus importante de leurs déplacements à accompagner des enfants, comme nous l'avions déjà noté à propos de la mobilité.

30De façon synthétique on peut représenter la mobilité des actifs sur un diagramme à quatre axes, qui permet d'avoir un aperçu global de leur mobilité. On retrouve les remarques faites précédemment. Mais surtout on constate que le nombre total de déplacements semble butter sur une limite : l'accroissement des achats entraîne une réduction de la mobilité liée au travail. Dans le quadrilatère ainsi formé tout allongement dans la direction semble s'accompagner d'une réduction de la direction.

GRAPHIQUE No 35 - MOBILITE COMPAREE DES ACTIFS

GRAPHIQUE No 35 - MOBILITE COMPAREE DES ACTIFS

2 - LES INACTIFS

31Rappelons pour commencer qu'ils sont beaucoup plus dépendants du domicile que les actifs. Ensuite, c'est le fait d'avoir des enfants qui semble le mieux expliquer les différences dans la structure des motifs.

TABLEAU No 35 - STRUCTURE DES DEPLACEMENTS PAR MOTIF

Achats

Vie sociale

Sorties

RH

41 %

32 %

15 %

RF

45 %

40 %

11 %

FĀĒ

50 %

38 %

13 %

FĀE

51 %

15 %

25 %

Echantillon

22 %

19 %

12 %

32Si tous les inactifs accordent une importance première aux déplacements d'achats, ce sont les déplacements liés à la vie sociale et aux sorties qui les distinguent les uns des autres. Les femmes avec enfants, effectuant beaucoup d'accompagnements et ayant des tâches familiales plus prenantes, ont moins de temps à consacrer aux visites et se déplacent donc moins pour ce motif. On peut constater qu'en ce qui concerne la structure des motifs de déplacements, les femmes inactives sans enfant ont un comportement identique à celui des retraités. Le graphique synthétique de la mobilité par motif montre clairement ces deux groupes.

GRAPHIQUE No 36 - MOBILITE COMPAREE DES INACTIFS

GRAPHIQUE No 36 - MOBILITE COMPAREE DES INACTIFS

33En termes de distance, on retrouve chez les inactifs le même partage que chez les actifs : les hommes se déplacent moins que les femmes pour le motif achat, mais vont plus loin comme le montre le tableau suivant.

TABLEAU No 36 - DEPLACEMENTS POUR MOTIF ACHAT

RH

RF

FĀE

FĀĒ

Mobilité quotidienne

1,0

1,3

2,2

1,0

Distance moyenne (en km)

2,0

1,3

1,3

1,5

34Seules les femmes inactives sans enfant ont un comportement particulier, se rapprochant de celui des retraités.

35Il est impossible de comparer pour les trois motifs principaux la structure des déplacements des inactifs à celle des actifs en raison de la place que tient le travail pour ces derniers. Toutefois cette comparaison redevient possible si l'on calcule les parts respectives de ces motifs en ne tenant pas compte des déplacements liés au travail. On obtient alors le tableau no 37 de la page suivante.

36On constate que l'importance des déplacements pour achats diminue en fonction de deux facteurs : les actifs font moins de déplacements achats, les femmes plus que les hommes.

37Les différences dans l'importance des sorties s'expliquent surtout par la présence d'enfant. L'élimination du travail fait ressortir le rôle principal des hommes actifs : dans un ménage avec enfants dont les deux sont actifs, la femme ferait davantage de déplacements pour achats et l'homme d'accompagnements des enfants.

TABLEAU No 37 - STRUCTURE DES DEPLACEMENTS PAR MOTIF (TRAVAIL EXCLU)

Achats

Relat.Soc.

Sorties

FĀE

52 %

15 %

26 %

FĀĒ

50 %

38 %

13 %

RF

45 %

40 %

11 %

RH

44 %

34 %

16 %

FAĒ

44 %

29 %

12 %

FAE

39 %

31 %

19 %

HAE

32 %

29 %

34 %

HAĒ

24 %

39 %

24 %

ET

%

59 %

16 %

Total

39 %

33 %

21 %

38Quant aux déplacements pour motif de relations sociales, leur importance relative n'est reliée ni au sexe ni à l'activité. Tout au plus peut-on dire que ce sont les catégories sans enfant qui ont les taux les plus forts et les ménages avec enfants les plus faibles. En termes de mobilité, on ne perçoit guère de régularité ; on remarque seulement que les étudiants et les retraités sont ceux pour lesquels les relations sociales occasionnent le plus de déplacements.

3- LES MOTIFS DE DEPLACEMENT DES FEMMES

39On peut regrouper sur un graphique unique les représentations de la mobilité des femmes. Si l'on retient les quatre motifs principaux étudiés jusque là, on voit apparaître les particularités qu'entraînent l'activité professionnelle et la présence d'enfants.

GRAPHIQUE No 37 - MOTIFS DE DEPLACEMENT DES FEMMES

GRAPHIQUE No 37 - MOTIFS DE DEPLACEMENT DES FEMMES

40Les comportements de mobilité peuvent être ramenés à trois :

  • celui des femmes actives : elles ont toutes une même mobilité en ce qui concerne les achats et les relations sociales ; le fait d'avoir des enfants augmente la mobilité due au travail (obligation de revenir au domicile à midi ?) et celle due aux accompagnements.
  • celui des femmes inactives avec enfants : le rapport entre le nombre de déplacements pour achats et celui pour accompagnement est identique à celui des femmes actives. Mais elles le font en plus grand nombre n'ayant pas à se déplacer pour aller au travail. Seuls les déplacements dus aux relations sociales sont bien moins importants.
  • celui des femmes inactives sans enfant : c'est déjà un comportement de "vieux", très ressemblant comme cela a déjà été dit à celui des retraités.

41L'activité professionnelle et les enfants contraignent à faire des déplacements et en donnent en quelque sorte l'habitude. Quand l'un de ces deux éléments disparait l'habitude subsiste. Mais quand aucun des deux n'existe, on ne peut que constater un repli sur le domicile. On peut interpréter ce comportement en disant que l'espace urbain est un milieu hostile : les activités obligatoires contraignent à s'y aventurer et, d'une certaine façon, à l'apprivoiser.

III - MOBILITÉ, ACTIVITÉ ET MODE

42L'étude des déplacements laisse apparaître une sorte d'affinité entre les motifs de déplacement et les modes utilisés. Cette liaison est pour une part le résultat d'un double phénomène : certaines personnes utilisent plutôt un mode, en raison de leur âge ou de leur position dans le ménage, et ces mêmes personnes peuvent réaliser une forte part de certaines activités : on verra donc apparaître une liaison très forte entre ce motif et ce mode. Mais pour une autre part, les relations qui apparaissent entre mode et motif s'expliquent essentiellement par la distance à parcourir.

43Pour pallier la petite taille de l'échantillon, en un premier temps nous analyserons de façon globale les correspondances entre mode et motif. En un second temps nous tenterons de préciser la place des statuts dans les correspondances qui auront pu être mises en évidence.

1 - LES CORRESPONDANCES ENTRE ACTIVITE ET MODE

44En ne retenant que les quatre motifs principaux (travail, achats, relations sociales et sorties), on peut répartir l'ensemble des déplacements pour Tes années 78 et 79 selon les trois modes.

TABLEAU No 38 - STRUCTURE PAR MODE DES MOTIFS DE DEPLACEMENT

TABLEAU No 38 - STRUCTURE PAR MODE DES MOTIFS DE DEPLACEMENT

45A l'aide du graphique triangulaire déjà utilisé dans l'étude de la mobilité, on peut situer les motifs dans l'espace des modes, les flèches représentant, le cas échéant, le passage de la position 78 à la position 79.

46Ce tableau et ce graphique appellent deux types de remarques, les unes sur la position des motifs, les autres sur leur évolution.

GRAPHIQUE No 38 - REPARTITION MODALE DES MOTIFS DE DEPLACEMENT

GRAPHIQUE No 38 - REPARTITION MODALE DES MOTIFS DE DEPLACEMENT

11 - La répartition des motifs

47Deux groupes de motifs apparaissent, d'une part les relations sociales et le travail, d'autre part les achats et les sorties.

48Les déplacements pour motif travail ou relations sociales se font peu en marche à pied, mais beaucoup en bus ou en voiture. Il est remarquable de constater combien les déplacements liés aux relations sociales ont des caractéristiques proches de ceux liés au travail : cela peut s'expliquer par le fait que c'est l'activité qui succède le plus souvent au travail (si l'on excepte les repas). Les distances par courues par mode et par motif permettent de préciser ces comportements. Les déplacements en marche à pied, quel que soit le motif, restent inférieurs au kilomètre ; seules les sorties font légèrement exception avec des distances de l'ordre du kilomètre et demi. Il est remarquable de constater qu'en 1978 les distances des déplacements pour motif travail ont sensiblement la même longueur en voiture ou en bus. On ne choisit donc pas nécessairement la voiture de préférence au bus pour aller au travail parce que le lieu de destination est trop éloigné. Ce sont d'autres déterminants qui influent sur le choix modal.

49Les achats et les sorties se font peu en voiture, très peu en transports en commun, mais beaucoup en marche à pied. La voiture permet de faire des achats plus éloignés que les transports en commun (au moins en 1978). Cet assortiment modal traduit l'existence de deux types de déplacements pour achat : les achats quotidiens qui se font à proximité et à pied, et les achats moins fréquents dans les grandes surfaces ou centres commerciaux qui entraînent le recours à la voiture deux fois sur trois, et l'utilisation du bus pour le tiers restant des déplacements.

TABLEAU No 39 - DISTANCE DES DEPLACEMENTS PAR MODE ET PAR MOTIF (Kilomètres)

TABLEAU No 39 - DISTANCE DES DEPLACEMENTS PAR MODE ET PAR MOTIF (Kilomètres)

50Les transports en commun apparaissent donc comme essentiellement liés aux déplacements obligés des personnes qui n'ont pas d'autre mode à leur disposition. Les modifications de l'offre devraient dans ces conditions avoir des conséquences surtout sur ce type de déplacement.

12 - Les variations dans la répartition modale

51Les chiffres et le graphique précédents révèlent des variations importantes entre 1978 et 1979 tant dans la part respective de chaque mode que dans les distances parcourues.

52Une première tendance apparaît dans l'abandon relatif de la voiture au profit des transports en commun et de la marche à pied pour les déplacements liés au travail. La voiture semble réservée en 1979 aux déplacements longs : 5 km en moyenne contre 3,5 km en transports en commun. Faut-il y voir l'influence du métro, les conséquences d'une circulation en ville plus difficile, ou le résultat de la hausse des prix des carburants ?

53Une seconde tendance se révèle être un allongement des distances parcourues en transports en commun. C'est ainsi que, bien que la part des transports en commun dans les déplacements pour achats n'ait pas été modifiée entre 78 et 79, les distances parcourues par déplacement passent de 2,3 à 3 km. On peut expliquer cette variation par la meilleure accessibilité à deux zones de commerces importantes, la Presqu'île et la Part-Dieu, desservies par le métro. Cette facilité conduirait les usagers à "pousser leur déplacement jusque là" pour voir. Ce comportement expliquerait aussi l'allongement des distances de promenade dans la mesure où certaines personnes se rendent à la Part-Dieu, par exemple, pour s'y promener.

54Rien ne permet de conclure à un effet certain du métro, mais les indices précédents laissent entrevoir l'attraction supplémentaire exercée par certaines zones mieux desservies depuis la mise en service du métro.

2 - L'INFLUENCE DU STATUT SUR LE CHOIX MODAL PAR MOTIF

55La structure moyenne de la répartition modale par motif, que nous venons de présenter, masque de grandes différences par statut. Elle révèle des diversités des choix selon les individus, et les variations entre 1978 et 1979 montrent que les différents statuts ne connaissent pas des tendances d'évolution identiques.

21 - La diversité des choix modaux par motif

56Si l'on représente pour chaque motif, sur un graphique triangulaire, les assortiments de mode retenus par chaque statut, on peut relier pour un même motif les statuts qui ont des comportements extrêmes de façon à retenir un polygone convexe. Comme le montre le schéma suivant, on obtient les zones des situations possibles propres à chaque motif.

GRAPHIQUE No 39 - REPARTITION MODALE DES MOTIFS PAR STATUT

GRAPHIQUE No 39 - REPARTITION MODALE DES MOTIFS PAR STATUT

57On peut remarquer tout d'abord que la surface consacrée aux relations sociales est beaucoup plus vaste que pour les autres motifs : les solutions retenues dans l'usage des modes sont donc très diverses. On retrouve ainsi la particularité des relations sociales de ne pas être une activité très typée ; bien que très souvent liée au travail, on la trouvait aussi indifféremment avant ou après la plupart des autres activités.

58En selon lieu, ces surfaces font apparaître une opposition homme-femme : à une extrémité correspondant à un fort usage de la voiture on trouve les hommes, à l'autre extrémité les femmes (et les retraités) avec un usage important, voire quasi exclusif, de la marche à pied.

59En dernier lieu, on peut classer ces quatre activités selon une sorte de sentier modal : on partirait de déplacements exclusivement en marche à pied pour aller vers un usage des modes motorisés, combinant diversement les transports en commun et la voiture particulière. Sur ce schéma on rencontre d'abord les accompagnements et les promenades, puis les achats, ensuite les relations sociales, enfin le travail. Il est remarquable de constater que cet ordre correspond (exception faite des promenades qui répondent à une autre logique) à des distances croissantes.

TABLEAU No 40 - DISTANCES MOYENNES PAR ACTIVITE EN KILOMETRES

Sorties

Achats

Relat.Soc.

Travai1

2,3

1,6

2,3

3,0

22 - L'évolution des comportements entre 1978 et 1979

60Entre les deux années d'enquête des différences apparaissent tant dans la dimension des surfaces de choix par motif que dans leur localisation dans l'espace des modes. Mais, compte-tenu de la faible taille des groupes par statut, il est périlleux de qualifier cette évolution. Toutefois quelques remarques peuvent être faites sur les deux activités les plus typées : le travail et les achats.

221 - Les choix modaux liés au travail

61Le graphique triangulaire numéro 40 montre l'évolution repérée entre 1978 et 1979.

GRAPHIQUE No 40 - REPARTITION MODALE DES DEPLACEMENTS TRAVAIL

GRAPHIQUE No 40 - REPARTITION MODALE DES DEPLACEMENTS TRAVAIL

GRAPHIQUE No 41 - REPARTITION MODALE DES DEPLACEMENTS ACHATS

GRAPHIQUE No 41 - REPARTITION MODALE DES DEPLACEMENTS ACHATS

62On retrouve un certain accroissement de la part des transports en commun, tendance soulignée précédemment. Mais toutes les catégories n'évoluent pas de façon identique : seuls les étudiants connaissent vraiment une évolution de ce type, alors que les femmes sans enfant réduisent leur usage des transports en commun, et les femmes avec enfants accroissent la part de la marche à pied.

222 - Les choix modaux liés aux achats

63Aucune modification spectaculaire ne vient en 1979 bouleverser la situation de 1978. On constate des évolutions en sens inverse pour certains statuts en ce qui concerne la marche à pied, les retraités l'augmentant et les femmes la diminuant. Seules les femmes actives sans enfant augmentent notablement la part des transports en commun dans les déplacements d'achat.

CONCLUSION

64Les relations qui ont été établies entre la mobilité et les activités présentent, pour une bonne part, un caractère de banalité : on ne retrouve aux extrémités des déplacements que le domicile et quelques activités bien connues pour se réaliser presque exclusivement à l'extérieur.

65Mais cette analyse a permis aussi de mettre en évidence certains comportements. Il semble clair que pour la plupart des individus, l'espace se structure autour du domicile et très peu autour du lieu de travail : certaines activités sont certes pratiquées à proximité du lieu de travail ou sur le trajet compris entre celui-ci et le domicile, mais ce comportement semble résulter d'un processus de rationalisation : occuper un temps disponible, gagner du temps. C'est ainsi que l'on peut se demander si les activités relations sociales n'ont pas un certain caractère de "remplissage" : dans la mesure où, à certains moments, on ne peut accomplir aucune autre activité, on pratiquera des relations sociales. Par exemple, au cours du travail, si la pause pour le repas sur place laisse un temps libre, on la trouve habituellement en relations sociales.

66On peut aussi retenir qu'il existe une pratique de l'espace à la condition d'y être en quelque sorte obligé. L'exemple type est la pratique des femmes sans activité professionnelle et sans enfant. N'étant pas contraintes de sortir de l'espace sécurisant qu'est le domicile, elles en sortent très peu, sauf pour des activités indispensables comme les achats.

67L'utilisation des modes par activité ne fait que traduire des comportements liés surtout au sexe, à l'âge, et à la présence d'enfants. Tout au plus peut-on dire, mais c'est trivial, qu'on utilisera davantage de mode motorisé pour réaliser des activités éloignées.

68Toutes ces conclusions ne sont en réalité que des indications : la faible taille des groupes étudiés ne permet que de dégager certaines tendances qui demanderaient à être confirmées. C'est pourquoi nous avons délibérément renoncé à entreprendre une analyse reposant sur une définition plus fine des activités ou une partition des ménages ou individus sur des critères plus précis. Les études qui ne manqueront pas de suivre diront si les traces ainsi relevées étaient ou non de véritables pistes.

Table des illustrations

Titre TABLEAU No 27 - STRUCTURE DES DEPLACEMENTS PAR MOTIF (en %)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7481/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Titre GRAPHIQUE No 32 - LES PRINCIPAUX MOTIFS DE DEPLACEMENT
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7481/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Titre GRAPHIQUE No 33 - IMPORTANCE DES ACTIVITES DANS LES DEPLACEMENTS
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7481/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Titre GRAPHIQUE No 30 - DISTANCE TEMPS
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7481/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Titre TABLEAU No 31 : MODIFICATION DANS LES CARACTERISTIQUES DES MOTIFS
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7481/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre GRAPHIQUE No 35 - MOBILITE COMPAREE DES ACTIFS
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7481/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre GRAPHIQUE No 36 - MOBILITE COMPAREE DES INACTIFS
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7481/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Titre GRAPHIQUE No 37 - MOTIFS DE DEPLACEMENT DES FEMMES
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7481/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Titre TABLEAU No 38 - STRUCTURE PAR MODE DES MOTIFS DE DEPLACEMENT
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7481/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre GRAPHIQUE No 38 - REPARTITION MODALE DES MOTIFS DE DEPLACEMENT
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7481/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Titre TABLEAU No 39 - DISTANCE DES DEPLACEMENTS PAR MODE ET PAR MOTIF (Kilomètres)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7481/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Titre GRAPHIQUE No 39 - REPARTITION MODALE DES MOTIFS PAR STATUT
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7481/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Titre GRAPHIQUE No 40 - REPARTITION MODALE DES DEPLACEMENTS TRAVAIL
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7481/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Titre GRAPHIQUE No 41 - REPARTITION MODALE DES DEPLACEMENTS ACHATS
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7481/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 61k

© Presses universitaires de Lyon, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search