Version classiqueVersion mobile

Mobilité et vie quotidienne

 | 
Alain Bonnafous
, 
Danièle Patier-Marque
, 
François Plassard

Chapitre IV. Pratique des activités et usage de l'espace

Texte intégral

1Le rôle du domicile dans le déroulement des activités étant apparu comme primordial, la pratique des activités sera étudiée dans leur rapport à l'espace de façon dichotomique : les activités pratiquées au domicile et celles qui se déroulent à l'extérieur.

2Ce chapitre sera consacré aux activités externes, seules utilisatrices de l'espace urbain. Les questions abordées seront en premier lieu d'ordre structurel : existe-t-il une organisation des activités hors du domicile spécifique selon le statut individuel ou le quartier d'appartenance ? Les autres questions porteront sur la spécificité de l'espace urbain : existe-t-il un lieu privilégié où les individus se rencontrent pour pratiquer telle ou telle activité, ou bien le quartier détermine-t-il à lui seul l'espace où se déroule l'ensemble des activités ?

3L'analyse des activités hors du domicile et du déroulement des activités dans l'espace urbain devra apporter les réponses à ces questions. Cette réflexion s'est limitée à l'observation du phénomène en fin de journée parce qu'à l'évidence, c'est à partir de 17 heures qu'apparaissent les plus fortes spécificités : les autres heures de la journée sont trop fortement scandées par les horaires de travail.

I - LES ACTIVITÉS HORS DOMICILE

4Le graphique no 24 montre que seuls le travail, les relations sociales, les achats et en moindre importance quelques repas pris à l'extérieur entraînent une sortie du domicile, donc un réel usage de l'espace urbain.

5A 17 heures, les trois-quarts de la population est hors du domicile. Si l'on excepte ceux qui sont au travail, il ne reste que 40 % d'individus occupés à des relations sociales, à quelques achats et dépladements.

6A 20 heures, il n'y a plus que 20 % de la population à l'extérieur dont 5 % de déplacent et 5 % sont encore au travail.

7Après 20 heures, quelques personnes ressortent pour dîner ou pour se rendre au cinéma, au théâtre ou chez des amis.

8Il n'y a pratiquement plus de déplacements après 21 heures. 10 % de la population est hors du domicile à minuit occupée essentiellement à des relations sociales. Les sorties n'ont ni le même contenu, ni la même intensité selon le statut ou le quartier d'appartenance.

GRAPHIQUE No 24 - DEROULEMENT DES ACTIVITES HORS DOMICILE DE 17h à 24 h

GRAPHIQUE No 24 - DEROULEMENT DES ACTIVITES HORS DOMICILE DE 17h à 24 h

1 - LES ACTIVITES HORS DOMICILE ET LE STATUT

9Si le statut joue un rôle considérable dans le déroulement de l'ensemble des activités, ce rôle semble encore accru sur les sorties après 17 heures. Il ne sera comparé que le comportement de groupes dont une seule variable diffère.

11 - L'influence de l'appartenance à un sexe

10La pratique des activités hors du domicile est ici comparée entre les hommes et les femmes actifs ayant des enfants.

11Les femmes sont plus hors de leur domicile que les hommes avant 20 heures et moins après. Bien que cessant leurs activités professionnelles plus tôt, les femmes sont massivement hors de chez elles à 17 heures (90 % d'entre elles contre 75 % des hommes). Cependant, de 17 à 18 heures, le même nombre d'hommes et de femmes travaillent, mais le quart de la population féminine pratique en plus des activités de loisirs, de relations sociales et s'occupent de leurs enfants à l'extérieur. Les trois activités semblent bien liées au fait d'aller chercher les enfants en sortant du travail, soit à l'école, soit chez la nourrice. Entre 18 et 20 heures quelques unes effectuent des achats. A.20 heures, 90 % de la population (hommes et femmes) est rentrée au domicile. C'est alors que quelques hommes sortent, soit pour leur travail, soit pour des relations sociales, tandis que les femmes sortent peu. Il faut remarquer que dans cette configuration, il y a de fortes chances pour que le type même de relations sociales pratiquées par les deux groupes soit de nature différente. Plus "obligées" et plus ponctuelles pour les femmes, souvent liées au fait de faire des achats et chercher les enfants, elles sont plus organisées, de durée plus longue pour les hommes, plutôt liées à la vie professionnelle.

12 - Influence de l'âge

12Il est difficile d'isoler les seuls effets de l'âge étant donné qu'en même temps que l'âge avance pour la catégorie des retraités, l'activité professionnelle disparaît. Il va donc de soi que la conjonction des deux entraîne la suppression d'un énorme temps passé hors du domicile, surtout à ce moment là de la journée. Alors que 70 % de la population totale est à l'extérieur à 17 heures, il n'y a que 50 % de retraités hors du domicile et leurs occupations ne concernent que des relations sociales, des achats et des accompagnements d'enfants. Leurs achats cessent à 18 heures 30, à 20 heures les retraités sont pratiquement tous rentrés chez eux, et à minuit pas un seul n'est à l'extérieur.

13 - Influence de l'activité professionnelle pour les femmes

13Le temps passé au travail pour les femmes actives n'est pas compensé par des activités externes pour les inactives. En effet, de 17 heures à 19 h 30, la structure de l'organisation des activités est identique pour les deux groupes, si l'on exclut le travail des actives. Une différence toutefois est à signaler dans le type d'activité pratiqué : de plus nombreux achats effectués par les inactives ainsi que des soins aux enfants remplacent le temps passé en transports des actives. Après 19 h 30, les femmes actives sortent davantage (soirées chez des amis, au théâtre ou en réunions, activités sociales qui sont pratiquement inexistantes chez les inactives).

14Ainsi la présence d'activité professionnelle ajoute en elle-même un temps important hors du foyer pour les actives. Elle donne l'occasion de pratiquer des activités sociales elles-mêmes génératrices de mobilité. Ceci entraîne une vie nocturne à l'extérieur plus importante.

14 - Influence de la présence d'enfants de moins de 16 ans dans le foyer

15Pour les femmes, les points essentiels qui les démarquent sont conjointement une présence au domicile accrue pour celles qui ont des enfants après 20 heures mais moindre avant, liée au type d'activités pratiquées. En effet les femmes sans enfant ont des activités plus diversifiées : repas à l'extérieur, loisirs individuels et relations sociales le soir après 20 heures. Les femmes ayant des enfants ne pratiquant que quelques relations sociales.

16L'effet est encore plus marquant sur les sorties des hommes aussi bien dans la proportion d'entre eux à être hors du domicile que dans le type d'activités pratiqué. Quelques chiffres permettent de mieux comprendre le déroulement des soirées chez les uns et les autres. Ils concernent le pourcentage d'individus hors du domicile selon l’heure ainsi que les activités pratiquées (Tableau n° 25).

17La présence d'enfants de moins de 16 ans au foyer réduit à la fois le nombre d'activités et le temps passé hors du domicile dans la soirée. Elle rend la vie plus "organisée". Des occupations au domicile, la télévision et surtout un coucher plus tôt remplacent les sorties nocturnes.

TABLEAU No 25 - ACTIVITES HORS DOMICILE POUR LES HOMMES

TABLEAU No 25 - ACTIVITES HORS DOMICILE POUR LES HOMMES

2 - LES ACTIVITES HORS DOMICILE SELON LE QUARTIER

18Il faut rappeler ici que la population étudiée n'est pas représentative du quartier d'appartenance. Celle-ci ayant été choisie au contraire très typée, les résultats sont représentés plus comme une carricature de ce qui se passe dans le quartier que comme le reflet du réel. La question est de savoir si la situation du quartier dans l'espace urbain, ses spécificités géographiques et historiques jouent un rôle sur le mode de vie des habitants. Le tableau n° 26 présente la proportion des individus ayant des activités hors de leur domicile selon le quartier.

TABLEAU No 26 - POPULATION AYANT DES ACTIVITES HORS DOMICILE (en % selon le quartier)

TABLEAU No 26 - POPULATION AYANT DES ACTIVITES HORS DOMICILE (en % selon le quartier)

19Des similitudes apparaissent dans le déroulement des activités entre certains quartiers dont les caractéristiques de population sont très dissemblables. Ainsi trois types de relations entre activités pratiquées et usage de l'espace apparaissent :

  • pour les quartiers des Gratte-Ciel et de Vaulx-en-Velin, une forte concentration des activités au domicile,
  • pour les quartiers de la Croix-Rousse et de la Part-Dieu, une forte pratique de l'espace dans l'organisation des soirées,
  • enfin pour le quartier d'Ainay, une situation intermédiaire.

- Les Gratte-Ciel et Vaulx-en-Velin

20Les quartiers des Gratte-Ciel et de Vaulx-en-Velin ne connaissent aucune vie nocturne. A 20 heures il n'y a plus que 3 % de la population retenue aux Gratte-Ciel et 5 % de celle de Vaulx-en-Velin occupée hors domicile (celle de Vaulx n'étant à ce moment là occupée qu'à se déplacer). On observe tout au long de la soirée pour les deux populations un passage massif d'une activité à une autre dénotant le respect d'un horaire. La population des deux quartiers est massivement au domicile dès 20 h 30. La pratique des relations sociales est insignifiante, compensée par un très important taux d'écoute de la télévision. Pourtant, les populations retenues ont des composantes très différentes. Aux Gratte-Ciel la population est assez âgée, la taille des ménages faible et le nombre d'actifs important. A Vaulx-en-Velin la population est jeune, le taux d'activité est élevé et le nombre d'enfants dans les ménages élevé. Malgré ces différences, les comportements sont très semblables.

21On peut conclure que la composition de la population choisie dans chaque quartier influe certes la façon dont se déroulent les activités dans l'espace urbain, mais le fait qu'à des quartiers à composantes très différenciées correspondent des comportements semblables prouve l'importance des caractéristiques du quartier. Ainsi, dans ce regroupement, le fait que les Gratte-Ciel et Vaulx-en-Velin soient des quartiers excentrés n'est pas neutre dans l'absence de sortie nocturne. Le déroulement des activités et le type même d'activités pratiquées à Vaulx-en-Velin correspondent bien à l'organisation de type Z.U.P. éloignée du centre traditionnel, à population peu intégrée, connaissant des problèmes de communication ajoutés à ceux d'insécurité si souvent relevés dans les réponses aux questionnaires.

22A l'opposé, les comportements des populations de la Croix-Rousse et de la Part-Dieu collent bien aux types même des quartiers décrits dans le chapitre préliminaire ; à savoir pour le premier, une organisation de type "villageois", à vie associative intense ; le deuxième constituant le "nouveau centre" privilégié par sa forte accessibilité vers tous les autres quartiers de la ville.

GRAPHIQUE No 25 - ACTIVITES HORS DOMICILE AUX GRATTE-CIEL

GRAPHIQUE No 25 - ACTIVITES HORS DOMICILE AUX GRATTE-CIEL

GRAPHIQUE No 26 - ACTIVITES HORS DOMICILE A VAULX-EN-VELIN

GRAPHIQUE No 26 - ACTIVITES HORS DOMICILE A VAULX-EN-VELIN

- La Croix-Rousse et la Part-Dieu

23Les comportements des populations de ces deux quartiers quant à l'organisation des activités hors domicile présentent de nombreux points communs. Pourtant, la population retenue à la Croix-Rousse comporte trois fois plus d'actifs que d'inactifs alors que les deux groupes sont également représentés à la Part-Dieu. De plus, parmi les inactifs, on dénombre beaucoup de retraités à la Croix-Rousse, des étudiants et femmes inactives à la Part-Dieu. Il n'empêche que dans l'un et l'autre quartiers, la population est beaucoup plus hors du domicile après 17 heures et ce jusqu'à minuit que dans les trois autres quartiers. En effet, l'activité professionnelle retient une part importante de la population jusqu'à 18 heures. Alors que dans les autres quartiers, il n'y a que de 20 à 30 % de la population sur le lieu de travail, 45 % de celle de la Croix-Rousse et 40 % de celle de la Part-Dieu le sont encore à 17 heures. Mais bien plus significatif du genre de vie, la vie nocturne hors du domicile se prolonge très tard dans la soirée. Les activités sont beaucoup plus diversifiées (loisirs, restaurants, relations sociales...). Enfin le passage d'une activité à l'autre est étalé dans le temps pour l'ensemble des individus, cela dénote une organisation des soirées plus fantaisistes qu'ailleurs.

GRAPHIQUE No 27 - ACTIVITES HORS DOMICILE A LA CROIX-ROUSSE

GRAPHIQUE No 27 - ACTIVITES HORS DOMICILE A LA CROIX-ROUSSE

GRAPHIQUE No 28 - ACTIVITES HORS DOMICILE A LA PART-DIEU

GRAPHIQUE No 28 - ACTIVITES HORS DOMICILE A LA PART-DIEU

- Ainay

24Le quartier d'Ainay se trouve dans une situation intermédiaire, il connaît une vie nocturne sans comparaison avec celles des deux autres quartiers du centre. Les activités y sont moins diversifiées et surtout les retours au domicile s'effectuent plus tôt.

GRAPHIQUE No 29 ACTIVITES HORS DOMICILE A AINAY

GRAPHIQUE No 29 ACTIVITES HORS DOMICILE A AINAY

3 - LES MODIFICATIONS DANS LE DEROULEMENT DES ACTIVITES HORS DOMICILE AVANT APRES METRO

25Les activités qui se déroulent hors du domicile ont été modifiées dans leur nature comme dans le mode de déroulement. Les phénomènes observés sont ceux que l'on pouvait attendre des transformations de l'ensemble des activités. Pour la cohorte le temps passé hors du domicile est moins important qu'en 1978. Le temps de travail en particulier est réduit (ou bien les retours se font plut tôt), les loisirs individuels hors domicile disparaissent et le temps passé en achats et relations sociales se trouve très restreint. Les sorties nocturnes se terminent également plus tôt. Assez paradoxalement le temps de transport à ce moment là de la journée est supérieur à celui consacré en 78 par la plupart des catégories d'individus. Cet accroissement peut être dû soit à un accroissement de mobilité, soit à des trajets plus longs entraînant un usage de l'espace plus vaste. Or l'usage de l'espace ne s'est pas radicalement modifié entre 78-79. Un phénomène nouveau est apparu qui peut contribuer à l'accroissement du temps en transport, c'est le développement de la marche à pied, mode qui n'entraîne pas un usage de l'espace très important mais accroît le temps de déplacement.

31 - Les modifications selon les statuts

26Les femmes actives ayant des enfants sont plus longtemps hors du domicile pour leur travail et leurs déplacements. Ce temps est pris sur les loisirs et accompagnements d'enfants qui disparaissent de leur budget-temps le soir ainsi que sur les relations sociales. Les retours au domicile le soir se font plus tôt.

27Par contre les hommes actifs et les femmes sans enfant sont davantage hors de chez eux qu'en 78. Leurs relations sociales sont moins importantes en début de soirée et les hommes ont plus tendance à rentrer puis ressortir après 20 heures alors qu'en 78 leurs relations sociales étaient étalées tout le long de la soirée. Leurs temps de transport sont plus importants et les activités nocturnes moins nombreuses.

28Même les retraités ont eu moins de sorties dans le cadre de leurs relations sociales, moins de loisirs et de repas pris à l'extérieur, les rares sorties nocturnes cessent plus tôt.

32 - Les transformations selon le quartier

29Ces transformations sont encore plus sensibles au niveau du mode de vie par quartier, et surtout le temps globalement passé en transport a varié considérablement d'un quartier à l'autre mais pas toujours dans le même sens.

30Il ne sera pas question ici des Gratte-Ciel où l'échantillon est devenu trop restreint en 79 pour permettre des comparaisons.

31A Vaulx-en-Velin, le temps global passé hors du domicile a augmenté d'environ 14 % bien qu’il n'y ait plus ou presque plus de sorties après 20 h 30 et que le temps passé au travail ait légèrement décru. Ce temps supplémentaire est attribué ici aussi aux déplacements (avec cependant un temps d'attente bien moins important mais un accroissement du temps passé dans pratiquement tous les modes et en promenade). Le temps consacré aux achats et en relations sociales a également cru. Il faut faire une remarque à ce sujet : les relations sociales sont de nature différente selon le moment de la journée où elles se déroulent. Ainsi on a vu qu'elles étaient de 17 heures à 18 h 30 plus axées sur les relations quotidiennes "obligées" liées au fait de faire des courses donc d'avoir la possibilité de discuter avec des voisins ou commerçants ou encore au moment d'aller chercher les enfants à l'école ou chez la nourrice. Après 13 h 30 elles sont plutôt axées sur les loisirs : théâtre, cinéma ou visite à des amis... A Vaulx-en-Velin des relations sociales se sont développées avant 21 heures, donc du premier type avec cependant un léger glissement plus tard qu'en 78.

32A Ainay, le temps total passé hors du domicile a diminué de 6 %, dû en partie à une compression du temps de travail après 17 heures de 4 %. Le temps passé hors du domicile pour les loisirs ou relations sociales est pratiquement réduit de moitié. Le temps consacré aux achats est au contraire plus important. La part relative des déplacements dans le temps passé à l'extérieur est plus faible (22,5 % en 79 contre 27 % en 78) mais il faut noter que la part réelle du transport a en fait décru considérablement car la part consacrée à la promenade a beaucoup augmenté. Elle représentait 5, % du temps passé à l'extérieur en 78, elle en représente les 9 % en 79. De fait, comme il a été observé plus haut, ce gain de temps de transport ne s'est pas reporté sur des activités "hors domicile" et par là même, il n'a pas généré un nouvel usage de l'espace.

33Les comportements à la Croix-Rousse et à la Part-Dieu ont considérablement changé. On observe un tassement des activités en début de soirée, donc un décalage du moment des repas, des loisirs, des relations sociales et surtout des couchers qui se font plus tôt (à minuit 22 % de la cohorte de la Croix-Rousse ne dormaient pas en 78 ; contre seulement 6 % en 79. A la Part-Dieu ils étaient 32 % en 78 contre 15 % en 79 à ne pas dormir), mais alors que la population de la Croix-Rousse est moins à l'extérieur qu'en 78, surtout après 19 heures, le temps global passé hors du domicile est plus important à la Part-Dieu. Dans les deux cas, le travail et les déplacements occupent un temps plus important dans les soirées des deux populations. A la Croix-Rousse l'accroissement du temps consacré aux déplacements résulte d'un doublement du temps de transport VP, d'un triplement du temps TC et d'un quadruplement du temps MAP (avec cependant moins de promenade). A la Part-Dieu le même doublement du temps de déplacement VP résulte de l'apparition d'un temps important en "passager de VP" et voiture d'entreprise qui ne se manifestait pas en 78. Dans l'ensemble, seules les activités "obligées" telles que le travail et transport ont accrû le temps passé hors du domicile. Il y a pour les autres activités un réel repli sur celles non lucratives et qui peuvent être pratiquées chez soi. Et ce phénomène est d'autant plus sensible que la population est jeune et active comme c'est le cas à la Croix-Rousse.

GRAPHIQUE No 30a - CROIX-ROUSSE 1978

GRAPHIQUE No 30a - CROIX-ROUSSE 1978

GRAPHIQUE No 30b - CROIX-ROUSSE 1979

GRAPHIQUE No 30b - CROIX-ROUSSE 1979

GRAPHIQUE No 31a - PART-DIEU 1978

GRAPHIQUE No 31a - PART-DIEU 1978

GRAPHIQUE No 31b – PART-DIEU 1979

GRAPHIQUE No 31b – PART-DIEU 1979

34En conclusion, quel que soit le quartier, il y a eu compression des sorties nocturnes. Cette compression a été bien sûr plus spectaculaire dans les quartiers où elles étaient très développées. Une analyse plus fine réalisée sur la cohorte de la Croix-Rousse a permis de constater qu'il n'y a pas eu entre 78 et 79 de modifications importantes sur les budgets-temps de quelques personnes ayant pu fausser ainsi l'analyse. Au contraire, cette compression apparaît dans les budgets-temps de tous les membres de la cohorte croix roussienne. Les spécificités des quartiers ressortent toutefois avec la même gradation dans l'usage de l'espace après 17 heures et surtout ce qui est plus caractéristique, après 20 heures (a savoir vie nocturne nulle à Vaulx-en-Velin et Gratte-Ciel, faible à Ainay, un peu plus élevée à la Croix-Rousse et surtout à la Part-Dieu).

35L'observation des modifications survenues dans la pratique des activités hors du domicile appuient, s'il était nécessaire, la thèse selon laquelle les effets de la mise en service du métro sont masques par ceux beaucoup plus sensibles de la stagnation du pouvoir d'achat. Ces effets sont d'autant plus nets sur les populations jeunes et sur celles qui ont des enfants.

II - LOCALISATION DES ACTIVITÉS

36Seules les activités repérées comme ayant une forte propension à se dérouler hors du domicile sont étudiées. Il s'agit des achats, des relations sociales, et du travail.

1 - LES GRANDES TENDANCES

37L'espace fréquenté est très restreint pour les achats, s'élargit pour la pratique des relations sociales et devient étendu pour le travail.

38Il n'y a pas de lieu privilégié pour le déroulement de chaque activité. Le plus frappant en est l'absence de concentration sur les zones de fort emploi ou les zones à fort équipement commercial.

39Le quartier d'appartenance joue un rôle primordial. Pour chacune des trois activités, les cinq quartiers connaissent une grande concentration de fréquentation.

40Les cartes no 9, 10, 11, montrent l'usage de l'espace dans l'exercice des trois activités pour l'ensemble de l'échantillon en 1978.

2 - LES DIFFERENCIATIONS SELON LE QUARTIER

41La façon de pratiquer les activités dans l'espace urbain est révélatrice de l'organisation du quartier.

21. Les achats

42La population de chaque quartier a ses habitudes d'achats. L'espace fréquenté est d'autant plus restreint que le quartier est mieux équipé. C'est ainsi que 83 % des personnes ayant effectué des achats aux Gratte-Ciel les ont réalisés dans leur zone de domicile pourtant restreinte mais très bien équipée. La concentration des achats est encore très nette à la Part-Dieu où 70 % des achats ont été réalisés dans le quartier. Ce taux passe à 61 % à Ainay. Ceci s'explique par la configuration du quartier, zone continue d'habitat et de commerces sans limites franches de Perrache aux Cordeliers. Ainsi, un débordement du quartier s'effectue sans problème, sans rupture dans les équipements (ce qui n'est le cas ni des Gratte-Ciel, ni de la Part-Dieu). La dispersion devient plus grande pour la Croix-Rousse et Vaulx-en-Velin. Le quartier de la Croix-Rousse connaît actuellement une modification structurelle due aux grands travaux de rénovation, de nombreux commerces ont disparu. Ceci pousse de nombreuses femmes actives recensées à effectuer leurs achats près de leurs lieux de travail.

43Le nombre de zones fréquentées est encore révélateur de l'organisation des achats par quartier. De 4 zones d'achats pour les habitants des Gratte-Ciel, on arrive à 9 zones à la Croix-Rousse et 13 à Vaulx-en-Velin. Plus le quartier est mal équipé ou comporte des équipements mal adaptés aux besoins plus la dispersion est grande. Les zones n'apparaissent pas toutes sur la carte n° 9 puisque ne sont représentées que celles où plus de deux personnes se sont rendues.

44Autant que la localisation des achats, le type de commerce fréquenté et la fréquence des achats dénotent un mode d'organisation vis-à-vis de l'espace.

45Alors qu'à Ainay il y a eu quatre fois plus d'achats effectués dans les commerces traditionnels que dans les grandes surfaces, à la Croix-Rousse ils ont été huit fois plus nombreux. Les rares achats réalisés en grande surface se sont faits aux Cordeliers, pour les croix-roussiens, place de la Croix-Rousse et pour les habitants d'Ainay à la Part-Dieu et dans un hypermarché situé à la périphérie sud. Pour le quartier des Brotteaux-Part-Dieu, il a été possible d'étudier les comportements des deux populations séparément. Les résultats sont conformes à ce que l'on pouvait attendre. Si la proportion de personnes qui effectuent des achats est la même, les habitants des Brotteaux font la moitié de leurs achats dans leur zone de domicile et un tiers à la Part-Dieu. Les habitants de la Part-Dieu effectuent les 3/4 des leurs dans leur quartier et ne traversent pas le cours Lafayette. Ceci explique que les 2/3 des achats pour les habitants des Brotteaux sont réalisés dans des commerces traditionnels et que les 2/3 de ceux de la Part-Dieu le sont dans les grandes surfaces. Aux Gratte-Ciel, malgré une suréquipement en grandes surfaces, le 1/3 seulement des achats est effectué dans ce type de commerce et ce qui est encore plus étonnant pour certains, ils le sont hors du quartier.

46Enfin la fréquence et le temps passé aux achats sont dépendants de l'organisation du quartier et des caractéristiques de la population. Ainsi le temps consacré aux achats est inversement proportionnel au taux d'activité de la population. Une population plus âgée a une fréquence d'achats plus grande, allant jusqu'à plusieurs fois par jour. Cette fréquence est également liée à la facilité d'accès aux commerces : à Ainay, une personne sur quatre et aux Gratte-Ciel, une sur sept font des achats plusieurs fois par jour, alors qu'à la Part-Dieu et Vaulx-en-Velin où il existe une nette séparation habitat-commerce, les achats ont lieu plusieurs fois par semaine. Plus la fréquence d'achats est faible, plus le temps qui y est consacré est long. Dans l'ensemble, les zones les plus éloignées du domicile sont le siège d'achats exceptionnels. Comme on pouvait s'y attendre, le temps passé à ce type d'achat est plus long que celui consacré aux achats courants. Ce temps est considérablement réduit lorsque l'achat est réalisé sur le chemin du travail (5 à 15 minutes). La pratique des grandes surfaces s'accompagne d'un temps considérable passé aux achats (on a pu observer jusqu'à 3 h 30 pour certains habitants d'Ainay qui se rendent une fois par mois dans un hypermarché au Sud de Lyon, 40 minutes dans le même établissement pour des habitants des Gratte-Ciel avec une fréquence de plusieurs fois par semaine).

CARTE No 9 - ACHATS

CARTE No 9 - ACHATS

CARTE No 10 - RELATIONS SOCIALES TOUS QUARTIERS HORS DOMICILE

CARTE No 10 - RELATIONS SOCIALES TOUS QUARTIERS HORS DOMICILE

22 - Les relations sociales

47On pourrait schématiser la fréquentation de l'espace dans le cadre des relations sociales de la façon suivante : les habitants d'Ainay les réalisent à l'Ouest des Brotteaux et au Nord de Perrache, ceux de la Croix-Rousse au Nord de Perrache, ceux de la Part-Dieu dans un rayon de quatre à cinq zones autour de leur quartier, ceux de Vaulx-en-Velin à l'Est de la Presqu'île et enfin pour les habitants des Gratte-Ciel dans une bande englobant la presqu'île et quelques zones autour du quartier plutôt à l'Est. Seules quelques zones de la Presqu'île et le Parc de la Tête d'Or ont attiré des populations de trois quartiers et plus. Le déroulement de cette activité ne répond à aucune règle générale ni de concentration en un lieu déterminé, ni autour de chaque quartier. L'activité semble ainsi moins organisée.

48Le nombre de zones fréquentées passe du simple au double selon le quartier (8 aux Gratte-Ciel, 21 à Ainay) et devient très restreint dès lors que l'on ne retient qu'une fréquentation supérieure à 2 personnes (2 zones à Vaulx-en-Velin, 8 à Ainay). Le domicile joue un rôle très important à Ainay (19 % des personnes ayant eu des relations sociales, les ont pratiquées au domicile, 12,5 % à Vaulx-en-Velin contre seulement 7 % aux Gratte-Ciel). Si l'importance du domicile est faible aux Gratte-Ciel, le quartier reste toutefois le lieu où 30 % des personnes participent à des relations sociales. Le rôle du quartier est également important à Vaulx-en-Velin (avec 43 % des personnes y pratiquant des relations sociales). C'est à la Part-Dieu où les relations sociales se déroulent davantage hors du quartier (ce qui est paradoxal compte-tenu des équipements existants).

CARTE No 11 - PRATIQUE DES RELATIONS SOCIALES TOUS QUARTIERS DOMICILE INCLUS

CARTE No 11 - PRATIQUE DES RELATIONS SOCIALES TOUS QUARTIERS DOMICILE INCLUS

23 - Le travail

49La fréquentation de l'espace pour l'activité professionnelle est, comme pour les autres activités, variable d'un quartier à l'autre et reflète les composantes à la fois du quartier et de la population. Il faut rappeler que l'activité recensée est composée à la fois du travail habituel des actifs, du travail exceptionnel (hors du lieu habituel) et du travail scolaire pour les étudiants de plus de 16 ans. L'espace étudié ici est donc à la fois très concentré au domicile à cause des étudiants (de 20 à 27 % des personnes ayant travaillé l'ont fait au domicile) mais à la fois très étendu du fait des déplacements exceptionnels liés à l'activité professionnelle (de 17 zones fréquentées par les actifs ou étudiants des Gratte-Ciel à 27 zones pour ceux de la Part-Dieu). Les spécificités des quartiers sont révélées par le fait qu'à Vaulx-en-Vel in le taux de travail réalisé dans la zone mais hors domicile est le plus fort (23,5 %) dû à la présence de la zone industrielle. A Ainay la plus grande proportion de travail au domicile (27 %) découle de la forte proportion d'étudiants et professions libérales. A la Part-Dieu un faible taux de travail dans la zone hors domicile découle de la grande spécificité des emplois proposés dans le quartier (spécialisés essentiellement dans le tertiaire).

50La répartition des zones de travail dans l'espace urbain est nettement moins centrée autour de chaque quartier. Pour les habitants d'Ainay, la Presqu'île et le quartier des Brotteaux et de la rive gauche du Rhône restent toutefois prédominants. L'espace de travail des croix-roussiens s'étale dans toutes les directions, celui des habitants de la Part-Dieu est assez concentrique par rapport au quartier. Enfin pour Vaulx-en-Velin, l'espace parcouru est très étendu mais plutôt situé dans l'est lyonnais.

CARTE No 12 - TRAVAIL

CARTE No 12 - TRAVAIL

III - LES TRANSFORMATIONS DANS LE DÉROULEMENT DES ACTIVITÉS DANS L'ESPACE

51Il n'y a pas de modification radicale dans la fréquentation de l'espace pour la pratique des activités entre 1978 et 1979. On note au contraire une nette stabilité des zones d'achats avec cependant une extension du champ investi par les populations plus excentrées. Cette extension s'est faite dans la direction du centre-ville, souvent sur le tracé du métro. Il apparaît même des zones-relais pour la population de Vaulx-en-Velin telles que les Gratte-Ciel et la Part-Dieu où elle effectue plus d'achats.

52Alors que la configuration des zones de déroulement des activités est quasi identique pour l'ensemble des quartiers, le champ est plus étendu, comportant des activités plus diversifiées pour les habitants de Vaulx-en-Velin.

53Il est difficile de repérer avec précision les modifications dans le déroulement des relations sociales étant donné la faible fréquence de l'activité et l'effectif composant la cohorte. Il semble que l'espace fréquenté un jour quelconque de l'année pour ce type d'activité soit tout à fait dépendant des opportunités qui se présentent.

54Il est donc tout à fait possible de déceler les modifications dans la structure des activités dans les modes de vie, mais difficile d'analyser finement leurs modifications spatiales.

CONCLUSION

55Les rapports des individus à l'espace dans la pratique de leurs activités sont très dépendants de leur statut. Pour certains, la vie se passe essentiellement au domicile avec quelques sorties "obligées". Pour d'autres au contraire, la vie professionnelle, la présence d'enfants ou tout simplement leurs propres relations personnelles entraînent un usage de l'espace intense.

56Le quartier par sa situation, son histoire, ses équipements et son organisation joue un rôle primordial dans la vie des individus recensés. Siège de la plus grande part des activités, son rôle est d'autant plus important dans leur exercice que les équipements y sont bien intégrés.

57Il n'y a pas dans l'espace urbain, malgré les grandes concentrations de commerces, d'emplois, d'habitat, de lieu privilégié de déroulement de telle ou telle activité, qui attirerait l'ensemble de la population. Seul le centre-ville joue un rôle attractif incontestable.

Table des illustrations

Titre GRAPHIQUE No 24 - DEROULEMENT DES ACTIVITES HORS DOMICILE DE 17h à 24 h
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7475/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 161k
Titre TABLEAU No 25 - ACTIVITES HORS DOMICILE POUR LES HOMMES
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7475/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
Titre TABLEAU No 26 - POPULATION AYANT DES ACTIVITES HORS DOMICILE (en % selon le quartier)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7475/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Titre GRAPHIQUE No 25 - ACTIVITES HORS DOMICILE AUX GRATTE-CIEL
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7475/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre GRAPHIQUE No 26 - ACTIVITES HORS DOMICILE A VAULX-EN-VELIN
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7475/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 145k
Titre GRAPHIQUE No 27 - ACTIVITES HORS DOMICILE A LA CROIX-ROUSSE
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7475/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 198k
Titre GRAPHIQUE No 28 - ACTIVITES HORS DOMICILE A LA PART-DIEU
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7475/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 149k
Titre GRAPHIQUE No 29 ACTIVITES HORS DOMICILE A AINAY
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7475/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 146k
Titre GRAPHIQUE No 30a - CROIX-ROUSSE 1978
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7475/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 173k
Titre GRAPHIQUE No 30b - CROIX-ROUSSE 1979
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7475/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 123k
Titre GRAPHIQUE No 31a - PART-DIEU 1978
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7475/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 134k
Titre GRAPHIQUE No 31b – PART-DIEU 1979
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7475/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Titre CARTE No 9 - ACHATS
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7475/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre CARTE No 10 - RELATIONS SOCIALES TOUS QUARTIERS HORS DOMICILE
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7475/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre CARTE No 11 - PRATIQUE DES RELATIONS SOCIALES TOUS QUARTIERS DOMICILE INCLUS
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7475/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre CARTE No 12 - TRAVAIL
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7475/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 112k

© Presses universitaires de Lyon, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search