Version classiqueVersion mobile

Mobilité et vie quotidienne

 | 
Alain Bonnafous
, 
Danièle Patier-Marque
, 
François Plassard

Chapitre II. Les activités

Texte intégral

1La conception du questionnaire permet de reconstituer la journée complète de chaque personne enquêtée. Les renseignements recueillis sont d'une telle richesse qu'il n'est pas possible de présenter ici toutes les exploitations concevables.

2Le propos de ce chapitre est beaucoup plus modeste : il s'agit de déceler d'une part les grandes caractéristiques de l'organisation quotidienne des activités et d'autre part les facteurs déterminant des formes principales de cette organisation. Il est bien entendu qu'il ne s'agit ici ni des facteurs qui sont liés au système de localisation ou à l'usage de l'espace car ceux-ci feront l'objet du chapitre IV, ni des facteurs liés au système de transport ou la mobilité, dont il sera question au chapitre V.

3Trois analyses successives seront proposées. La première est destinée à situer les activités quant à leur importance relative selon les situations individuelles. Le temps n'est en ce cas considéré qu'en termes de durée. Ce n'est pas tant du programme d'activité qu'il s'agit ici que de sa représentation très simplifiée sous forme de "budget-temps" La deuxième analyse restitue le temps dans son déroulement puisqu'elle tente de préciser l'agencement des activités aux différents moments de la journée. Plus précisément, c'est la fin de la journée, de 17 heures à 24 heures, qui a été systématiquement étudiée, car c'est là que sont apparues les diversités les plus significatives. Dans cette deuxième perspective, c'est tout à la fois le temps dans son déroulement et dans sa durée qui est pris en considération. Dans la troisième et dernière analyse de ce chapitre, la notion de durée disparaît au profit du seul caractère ordinal du temps : la succession des activités sera ainsi l'objet d'une étude systématique.

4En fin de chapitre, les différences observées entre les deux enquêtes successives sont signalées, soit qu'elles soient caractéristiques d'une dispersion des résultats, d'une variance si l'on veut, soit qu'elles puissent être interprétées comme révélatrices de changements significatifs. Quand il n'y a pas de différence, aucune comparaison n'est faite entre les enquêtes 78 et 79.

5Avant d'aborder ces trois réflexions, il convient de préciser les instruments d'analyse sur lesquels elles reposent.

I - ÉLÉMENTS DE BASE POUR L'ANALYSE

1 - NOMENCLATURE D'ACTIVITES RETENUE

6Une première démarche avait consisté à étudier l'organisation des activités, le temps passé à chacune d'elles et le lieu de leur manifestation selon différentes rubriques.

7La nomenclature d'activité définie dans le chapitre préliminaire n'a pas résisté à ces premiers travaux, en ce sens que les regroupements définis par le passage de deux "chiffres" au seul premier chiffre se sont avérés très peu pertinents. Cela était attendu dans la mesure où nous avions pratiquement conservé les regroupements de la nomenclature I.N.S.E.E. et où celle-ci n'a pas été conçue dans la perspective méthodologique de cette étude. Pour ces raisons, les postes sur lesquels la quasi-totalité de notre investigation s'est appuyée redistribuent sensiblement la classification initiale ainsi qu'en témoigne le tableau ci-dessous :

Code uti1isé pour le dépouillement

Intitulés

Code initialement retenu

1

Travail

11.12.13.14.15.16.18.91.

2

Tâches familiales

21.22.23.24.92.

3

Besoins privés

31.

4

Vie sociale

41.42.43.44.45.46.47.48.94. 71.72.73.75.76.97.

5

Achats Soins Services

51.52.53.54.56.95.

6

Loisirs

61.62.63.65.66.96.

7

Télévision

64.74.

8

Transports

80.81.82.98.

9

Repas

32.34.

10

Sommei1

33.

8Les modifications essentielles portent sur quatre points :

  1. l'éclatement des besoins privés, nécessité par l'importance du rythme des repas et du temps consacré au sommeil dans la vie quotidienne ;
  2. l'assimilation des loisirs collectifs à la vie sociale : ces pratiques s'apparentent davantage à celle-ci qu'a l'ensemble des loisirs individuels ;
  3. l'exclusion de la télévision du groupe des activités de loisirs à cause de l'importance du temps qui y est consacré ;
  4. l'assimilation des attentes à l'activité qu'elles précèdent.

2- CONSTITUTION DES GROUPES D'OBSERVATION

  • 1 Yannick LEMEL "Les budgets-temps des citadins". Les collections de l’I. N. S.E.E. M33.

9Le "statut" de l'individu a paru plus adapté à l'analyse des budget-temps que sa simple catégorie socio-professionnelle ou son revenu. Il a l'avantage de prendre en compte à la fois l'âge, le sexe, la position dans le ménage, la présence ou non d'enfants d'âge scolaire dans le ménage ainsi que celle d'une activité professionnelle. Ce choix a été dicté également par le souci de comparaisons avec les études de budgets-temps réalisées par 1'I.N.S.E.E....1. Neuf groupes ont été constitues.

1 - Etudiants

E

2 - Retraités hommes

RH

3 - Retraitées femmes

RF

4 - Hommes actifs ayant des enfants

HAE

5 - Hommes actifs sans enfant

ΗΑĒ

6 - Femmes actives ayant des enfants

FAE

7 - Femmes actives sans enfant

FAĒ

8 - Femmes inactives ayant des enfants

FĀE

9 - Femmes inactives sans enfant

FĀĒ

3 - LES EFFECTIFS

10Les tendances lourdes concernant le temps consacré et le taux de participation â chaque activité ainsi que l'organisation des activités ont pu être observées sur un effectif de 283 personnes constituant l'échantillon retenu lors de l'enquête 1978. L'étude des transformations de ces phénomènes entre 1978 et 1979 a naturellement porté sur les 171 personnes constituant la cohorte.

  • 2 Temps moyen en heures et minutes.

TABLEAU No 8 - PARTICIPATION ET TEMPS CONSACRE AUX ACTIVITES2

TABLEAU No 8 - PARTICIPATION ET TEMPS CONSACRE AUX ACTIVITES2
  • * Echantillon élargi à 283 personnes

Note **

II - PARTICIPATION ET TEMPS CONSACRE AUX ACTIVITÉS

1 - LES PRINCIPALES TENDANCES

11Alors que toute la population se trouve concernée par les activités "obligées" telles que besoins privés, repas et sommeil, les taux de participation aux autres activités sont variables. L'appartenance à un statut joue un rôle important aussi bien dans le fait de pratiquer une activité que dans le temps qui lui est consacré (tableau no 8).

11 - Les activités "obligées"

12Toute la population est naturellement concernée par les repas et le sommeil et les écarts observés à ces activités sont très faibles d'un groupe à l'autre. Le sommeil occupe en moyenne 8 h 30 et l'ensemble des repas de la journée 1 h 40. Les retraités consacrent plus de temps à ces activités que le reste de la population. Quant aux besoins privés, 7 % de l'ensemble de l'échantillon ne s'est pas déclaré concerné. Cela provient du fait que ces besoins privés peuvent apparaître souvent dans la journée sans occuper beaucoup de temps chaque fois. Ils sont alors assimilés aux tâches familiales diverses.

12 - Les autres activités

121 - Le travail

13Le travail qui est une activité "obligée" pour les actifs ne peut être inclus dans les autres activités de même type puisque le caractère obligé peut considérablement varier d'un groupe à l'autre. Le temps moyen de travail observé pour l'ensemble des actifs est légèrement inférieur aux huit heures traditionnelles (7 h 50) avec des écarts considérables selon les statuts.

122 - Les transports

14Les déplacements revêtent également un caractère d'"activité obl igée ʺ si l'on considère qu'ils sont le moyen de réaliser la plupart des autres activités. C'est pourquoi 95 % de la population s'est déplacée le jour de l'enquête. Le temps moyen consacré est de 1 h 30. Les écarts observés entre les groupes découlent naturellement de l'ensemble des activités qu'ils réalisent et ne sont pas considérables. Ainsi, l'activité professionnelle et la présence d'enfants d'âge scolaire créent des déplacements "obligés". Les femmes inactives sans enfant ont le temps le plus faible en transport. Ces résultats confirment la faible importance relative de l'activité "déplacements" par rapport à l'ensemble des activités en termes de durée.

123 - Loisirs, relations sociales, télévision

15Le temps moyen consacré à ces trois activités est identique mais alors que seulement 46 % de la population a participé à des relations sociales, 76 % a eu des loisirs le jour de l'enquête. Le taux de participation et les temps consacrés selon les statuts différent énormément, souvent d'ailleurs en sens inverse (un faible taux de participation aux relations sociales étant compensé par une forte écoute de la télévision).

124 - Les achats et les tâches familiales

16Une personne sur deux a effectué des achats le jour de l'enquête mais il faut rappeler que celle-ci s'est déroulée un jour normal de la semaine. Les résultats auraient certainement été considérablement modifiés si le samedi avait été inclus. D'ailleurs le temps moyen consacré est également très faible (50 minutes sur la journée) surtout si l'on considère que les inactifs ont une forte participation à cette activité. Les tâches familiales occupent en moyenne 3 heures de la journée et l'on observe une grande diversité de participation.

2 - LA PARTICIPATION SELON LE STATUT

17Pour illustrer la relation entre participation et temps consacré à l'activité, un graphique d'effectif cumulé a été construit. L'effectif cumulé est porté en ordonnée en pourcentage du groupe d'individus considéré. La durée de l'activité est portée en abscisses. Seules les activités pour lesquelles des diversités de comportement sont apparues significatives du mode de vie sont analysées.

21. Le travail

18On peut observer que la réalisation de cette activité n'est pas dichotomique contrairement à ce que l'on aurait pu attendre. En effet, bien qu'inactifs, 18 % des hommes à la retraite et 4 % des femmes inactives ayant des enfants ont déclaré avoir eu une activité professionnelle. En revanche, comme on pouvait le prévoir, les hommes passent plus de temps que les femmes au travail : il y a plus d'une heure d'écart entre les temps moyens quotidiens (8 h 35 pour les hommes - 7 h 10 pour les femmes : tableau no 18). Pas une femme n'a travaillé plus de 10 h 15 lors de la journée d'enquête, alors que quelques hommes ont dépassé les 13 heures (graphique no 2).

19La présence d'enfants d'âge scolaire dans le foyer n'influe pas considérablement sur le temps moyen de travail des femmes, mais alors que quelques femmes actives sans enfant consacrent jusqu’à 10 h 30 à leur activité professionnelle, celles qui ont des enfants travaillent au plus 9 heures.

20Il n'existe pas de différence significative dans la répartition du temps de travail selon le quartier d'appartenance pour le travail masculin (graphique no 3). Par contre, pour l'activité féminine, l'écart entre les temps de travail est très important ainsi qu’en témoigné le graphique no 4. A l'évidence, les horaires de travail des femmes sont beaucoup plus sensibles aux catégories socio-professionnelles et les spécificités des quartiers se reflètent nettement dans le graphique.

GRAPHIQUE No 2 - TEMPS DE TRAVAIL SELON LE STATUT (Effectif en % cumulés)

GRAPHIQUE No 2 - TEMPS DE TRAVAIL SELON LE STATUT (Effectif en % cumulés)

GRAPHIQUE No 3 - TEMPS DE TRAVAIL MASCULIN SELON LE OUARTIER. (Effectif en % cumulés)

GRAPHIQUE No 3 - TEMPS DE TRAVAIL MASCULIN SELON LE OUARTIER. (Effectif en % cumulés)

GRAPHIQUE No 4 - TEMPS DE TRAVAIL FEMININ SELON LE QUARTIER

GRAPHIQUE No 4 - TEMPS DE TRAVAIL FEMININ SELON LE QUARTIER

22 - Les relations sociales

21Seule la moitié de l'échantillon est concernée par cette activité. Il n'y a pas de différence fondamentale dans la pratique des relations sociales entre les hommes et les femmes. Par contre, la présence d'enfants dans le ménage ou celle d'une activité professionnelle apporte incontestablement des possibilités pour les femmes d'entretenir des relations sociales. Le taux de participation est croissant selon la classification suivante : FĀĒ, FĀE, FAĒ, FAE. Mais alors que l'effet d'une activité professionnelle est sensiblement le même entre les groupes avec ou sans enfant, l’effet de la présence d'enfants dans le ménage est beaucoup plus sensible chez les femmes inactives que chez les femmes actives. Le fait d'avoir une activité professionnelle accroît le taux de participation de 12 à 13 %. Le fait d'avoir des enfants entraîne un accroissement du taux de participation de 17 % chez les inactives, de 6 % chez les actives.

22Ce sont les femmes inactives sans enfant qui auraient le plus de temps à consacrer à ce type d'activité. Or ce n'est pas le cas. On peut en conclure en caricaturant, que soit leur statut les empêche d'avoir les contacts nécessaires, soit elles n’exercent pas d'activité professionnelle parce qu'elles refusent les contacts extérieurs.

23Le graphique no 5 montre la faible importance de cette activité aussi bien en effectif qu'en durée. Etant donné la faible valeur moyenne, la dispersion n'en est que plus importante. On remarque ainsi que les temps maxima consacrés sont de 3 h pour les femmes inactives sans enfant, 7 h 30 pour les femmes retraitées.

GRAPHIQUE No 5 - LES RELATIONS SOCIALES SELON LE STATUT. (Effectif en % cumulés)

GRAPHIQUE No 5 - LES RELATIONS SOCIALES SELON LE STATUT. (Effectif en % cumulés)

GRAPHIQUE No 6 - LOISIRS. (Effectifs en % cumulés)

GRAPHIQUE No 6 - LOISIRS. (Effectifs en % cumulés)

GRAPHIQUE No 7 - TELEVISION

GRAPHIQUE No 7 - TELEVISION

GRAPHIQUE No 8 - LES TACHES FAMILIALES SELON LE STATUT. (Effectif en % cumulés)

GRAPHIQUE No 8 - LES TACHES FAMILIALES SELON LE STATUT. (Effectif en % cumulés)

24Plus révélateur que le temps consacré aux activités, l'organisation même des journées est plus apte à refléter le mode de vie de la population. C'est en ce sens que le déroulement des activités de 17 heures à 24 heures a été étudié plus systématiquement. C'est en effet dans cette plage horaire qu'apparaissent, pour les actifs, quelques degrés de liberté, et qu'à l'évidence se produisent les transformations les plus sensibles dans l'utilisation du temps.

III - ORGANISATION DES ACTIVITÉS DE 17 H A 24 H

25La représentation utilisée pour étudier les activités par rapport à un temps qui soit à la fois durée et déroulement est un graphique conçu de la manière suivante : en abscisse se déroule le temps, en ordonnée est porté le pourcentage de la population occupée à chaque activité, celle-ci étant repérée dans le plan par une trame particulière. Ce qui est donc apparemment une succession de budgets-temps représentés verticalement devient à la lecture une représentation du déroulement des activités grâce à la disposition relative des taches tramées, ainsi qu'une analyse rapide va nous permettre de l'illustrer.

1 - TENDANCES GENERALES

26Pour l'ensemble de l'échantillon le graphique n° 9 permet de constater un retour progressif du travail de 17 heures à 20 heures occasionnant les pointes de trafic. A 20 heures, il n'y a plus que 20 % de la population au travail (professionnel ou étude). Il s'opère entre temps un transfert d'activité sur les tâches familiales et soins aux enfants qui prédominent jusqu'à l'heure du repas.

27A mesure que les repas se terminent les postes de télévision s'allument pour devenir, entre 21 heures et 22 heures l'attraction de 45 % de la population étudiée. A minuit 20 % de la population est encore occupée à des activités de loisirs et relations sociales.

28Les achats semblent s'effectuer à la sortie du travail, et sont terminés à 20 heures. Les déplacements s'effectuent principalement avant 21 heures. La participation à la vie sociale et aux loisirs occupe une part non négligeable de la population tout au long de la soirée et prend une place importante de 21 heures à 22 heures.

2 - FACTEURS DE DIFFERENCIATION

  • 3 Le groupe "étudiants" sera ici laissé de côté car son étude n'est guère utile à la détection des pr (...)

29La classification de cette population selon les neuf groupes décrits précédemment va permettre de détecter les éléments qui influent sur la pratique des activités, sur le moment où elles se déroulent et également de dégager les "occasions de mobilité". L'étude réalisée porte sur les comparaisons des budgets temps de huit groupes3 et permet de conclure que le comportement n'est indifférent à aucun des éléments composant le statut : l'observation des huit graphiques respectifs permet d'étudier les effets de l'appartenance à un sexe, de l'âge, de la présence d'une activité professionnelle et de la présence d'enfants dans le ménage sur le déroulement des activités. Le lecteur trouvera peut-être quelqu'intérêt à examiner dans le détail ces graphiques ; seuls seront soulignés ici les résultats les plus marquants.

GRAPHIQUE No 9 - DEROULEMENT DES ACTIVITES POUR L'ENSEMBLE DE L'ECHANTILLON

GRAPHIQUE No 9 - DEROULEMENT DES ACTIVITES POUR L'ENSEMBLE DE L'ECHANTILLON

GRAPHIQUE N° 10 - HOMMES ACTIFS AVEC ENFANTS

GRAPHIQUE N° 10 - HOMMES ACTIFS AVEC ENFANTS

GRAPHIQUE No 11 - FEMMES ACTIVES AVEC ENFANTS

GRAPHIQUE No 11 - FEMMES ACTIVES AVEC ENFANTS

21 - Influence du sexe

30Si l’on compare les cas des actifs ayant des enfants selon leur sexe, les graphique 10 et 11 en particulier permettent d'observer :

  • un temps de travail plus faible pour les femmes (aucune femme ne reprend d'activité professionnelle après 21 heures) mais des loisirs nettement amputés par les travaux ménagers et les soins aux enfants
  • un déroulement des relations sociales étalées dans le temps pour les femmes, avec une faible fréquence, alors que les hommes sortent davantage après 20 heures ;
  • les femmes passent moins de temps à table et devant la télévision mais dorment plus tôt ;
  • les déplacements se font plutôt avant 20 heures qu’après (liés au travail, achats, soins aux enfants, relations sociales) et l'inverse pour les hommes (liés au travail et relations sociales).

GRAPHIQUE No 12 - RETRAITES

GRAPHIQUE No 12 - RETRAITES

GRAPHIQUE No 13 - RETRAITEES

GRAPHIQUE No 13 - RETRAITEES

22 - Influence de l'âge

31Celle-ci peut être illustrée sur les graphiques 12 et 13 par une comparaison des budgets-temps des retraités et des autres groupes :

  • l'effet le plus marquant est la moindre diversité des activités pratiquées et une nette organisation temporelle qui se traduisent par une participation massive au même moment à une même activité, ce qui rend le graphe très géométrique. Cela dénote une vie assez stéréotypée ;
  • la télévision est l'activité maîtresse de la soirée surtout pour les hommes ;
  • il n'y a pas de sorties nocturnes ou très peu après 19 heures 30.

23 - Influence d'une activité professionnelle

32Les groupes qui révèlent plus nettement cette influence sont ceux des femmes actives et inactives ayant des enfants ainsi que le montre la comparaison des graphiques 10 et 14 :

GRAPHIQUE No 14 - FEMMES INACTIVES AVEC ENFANTS

GRAPHIQUE No 14 - FEMMES INACTIVES AVEC ENFANTS
  • le temps consacré au travail est compensé pour les femmes sans activité professionnelle par un temps considérable passé en travaux ménagers et soins aux enfants. Les loisirs occupent également une bien plus grande place surtout entre 17 heures et 20 heures ;
  • les besoins privés disparaissent totalement des budgets-temps des femmes inactives, probablement parce que le fait d'être "à la maison" n'oblige pas à situer cette activité à un moment précis, surtout dans la soirée, et qu'elle est assimilée aux travaux ménagers et aux Soins aux enfants ;
  • l'activité professionnelle semble apporter des occasions d'avoir des relations sociales. Elles apparaissent tout au long de la soirée pour environ 10 % de la population concernée (de 17 heures à 23 heures), 5 % ensuite, alors qu'il n'y a jamais plus de 5 % des femmes inactives, et plus du tout après 21 heures à y participer ;
  • par contre les femmes ayant une activité se couchent plus tôt que les autres, regardent moins la télévision et consacrent moins de temps aux repas.

24 - Influence de la présence d'enfants de moins de 16 ans au foyer

33La comparaison des budgets-temps des hommes et femmes actifs ayant ou non des enfants est très révélatrice. On peut procéder à une comparaison deux à deux, pour les femmes, d'une part sur les graphiques 11 et 15 et d'autre part pour les hommes sur les graphiques 10 et 16. La présence d'enfants de moins de 16 ans a des effets communs pour les hommes et les femmes sur le temps consacré à l'activité professionnelle qui s'en trouve réellement réduit et cesse plus tôt dans la soirée. Les autres effets sont légèrement distincts.

34Pour les femmes, le temps consacré aux enfants est largement pris sur les loisirs individuels et sur les besoins privés y compris sur la durée des repas. Par contre le fait d'avoir des enfants parait accroître la participation à la vie sociale. Les soirées sont occupées par des activités moins variées, plus centrées au domicile (télévision). La présence d'enfants crée une grande mobilité avant 20 heures et la réduit considérablement après.

35Pour les hommes, la présence d'enfants au foyer a des effets dans l'organisation des soirées plus que sur le temps global passé à chaque activité. Le plus frappant est le décalage dans le temps des relations sociales : étalées de 17 heures à minuit lorsque les hommes n'ont pas d'enfant au foyer, elles sont pratiquement inexistantes jusqu'à 20 heures pour les autres. Les hommes qui ont des enfants rentrent chez eux puis ressortent pour pratiquer cette activité.

36La participation aux travaux ménagers, pratiquement inexistante dans les budgets-temps des hommes sans enfant apparaît timidement dans celui des hommes ayant des enfants. Tout donne à penser que ce temps est partagé entre les enfants et les tâches ménagères. Cette activité ne s'exerce pas au détriment des loisirs ou des besoins privés comme c'est le cas pour les femmes mais essentiellement, à l'heure où elle est pratiquée (17 heures - 20 heures), au détriment du travail.

37Enfin, la présence d'enfants entraîne des contraintes d'horaires qui se manifestent par des passages d'une activité à l'autre assez massifs à la même heure : 19 heures 45 : repas ; 20 heures 15 : télévision ; 22 heures ou 22 heures 30 : sommeil. L'effet est très net sur la mobilité. Le temps passé hors du domicile est nettement réduit, les activités pratiquées moins diversifiées.

38Ces observations ne sont peut-être pas interprétables comme un effet direct de la présence des enfants, mais elles constituent certainement une illustration de l'expression courante d'"existence rangée". Celle-ci s'observe en effet dans les ménages comportant des enfants jeunes au double sens d'une vie régulièrement scandée et d'activités concentrées au foyer.

39Plus généralement, cette étude rapide de l'organisation des activités rend nettement compte de l'importance de facteurs individuels sur les comportements. Elle met en évidence la répartition des tâches au sein du ménage. Elle permet déjà de classer les contraintes qui pèsent sur la diversité des activités pratiquées. L'étude de la mobilité et de sa relation avec le système d'activités confirmeront le poids de ces contraintes.

GRAPHIQUE No 16 - HOMMES ACTIFS SANS ENFANT

GRAPHIQUE No 16 - HOMMES ACTIFS SANS ENFANT

IV - LA SUCCESSION DES ACTIVITÉS

40Les programmes d'activités fournissent une représentation trop riche pour être analysée de façon synthétique. Il était donc nécessaire de réduire cette information pour la rendre plus aisément interprétable. Hais de ce fait l'étude des activités a occulté un aspect important, celui de leur succession : il est clair en effet que, pour une personne, le passage d'une activité à une autre n'est pas totalement aléatoire. Cette évidence affirmée, les difficultés surgissent : la manière dont les individus combinent leurs activités, en réalisation et en durée, se révèle en effet trop diverse d'une personne à une autre pour qu'il soit possible de dégager des régularités simples.

41Devant cette impossibilité de mettre en évidence des familles de chaînes d'activités, le problème peut être simplifié en se bornant à étudier le passage d'une activité à une autre. On obtient ainsi une série de couples qui apporte des renseignements éclairants sur l'organisation des activités.

42Pour passer des programmes d'activités au tableau décrivant les passages d'une activité à une autre, des simplifications de l'information sont réalisées : on néglige totalement le temps passé à chaque activité, on ne tient plus compte de la place dans la séquence quotidienne. Seul le critère de succession est retenu auquel on ajoute le fait que ce passage d'une activité à une autre peut se faire avec ou sans déplacement.

43En retenant les dix activités définies précédemment, on obtient donc une matrice de passage de taille 10 x 10 dont l'élément courant, nij signifie que l'on a recensé n passages de l'activité i à l'activité j.

TABLEAU No 9 - MATRICE DE PASSAGE DES ACTIVITES EN 1978 (en %)

TABLEAU No 9 - MATRICE DE PASSAGE DES ACTIVITES EN 1978 (en %)

1 - LA CONCENTRATION DES ACTIVITES

44Dans la succession des activités, deux cas extrêmes peuvent se présenter : une activité peut être toujours précédée (ou suivie) d'une seule activité, ou au contraire elle peut l'être pour toutes les autres de façon égale. Les indicateurs de concentration permettent d'associer à ces deux situations respectivement les valeurs de 1 et de 0. Les situations intermédiaires se caractérisant par une valeur de l'indice comprise entre ces deux bornes. Ce calcul peut être effectué aussi bien sur les activités qui suivent (en ligne) que sur celles qui précèdent (en colonne) une activité donnée. On obtient ainsi deux indicateurs de concentration pour une activité, l'un à l'émission, l'autre à la réception.

45Les calculs ont été effectués à l'aide d'un indice de Gini sur la totalité des personnes interrogées en 1978, en excluant toutefois, comme dans le précédent paragraphe, les étudiants dont les contraintes ne nous ont pas paru relever de la même logique que les autres personnes, actives ou non. Ces mêmes calculs ont été refaits par sous-groupe en distinguant les hommes actifs, les femmes actives et les femmes inactives.

GRAPHIQUE No 17 - CONCENTRATION DES ACTIVITES PAR STATUT

GRAPHIQUE No 17 - CONCENTRATION DES ACTIVITES PAR STATUT

11 - Structure globale

46L'observation de ce graphique permet de classer les activités en trois groupes.

  1. Les activités à forte concentration. On trouve trois activités : le sommeil et la télévision (à l'émission et à la réception), et les besoins privés (uniquement à la réception). On retrouve là le début et la fin de la chaîne des activités quotidiennes : le matin avec la séquence sommeil → besoins privés → autre activité, et le soir autre activité → télévision → sommeil.
  2. Les activités à forte dispersion. Seules deux activités semblent pouvoir se situer avant ou après n'importe quelle autre activité, les relations sociales et les sorties (accompagnements ou promenades). Les loisirs s'en rapprochent, mais nous ne les rattacherons pas à ce groupe. Il s'agit d'activités sans contraintes qui apparaissent dans les temps libres de la journée. D'autres analyses montrent que l'on pourrait considérer les relations sociales presque comme une activité de remplissage.
  3. Les activités à dispersion moyenne. L'ensemble des autres activités, par la valeur de l'indice de concentration, se situe dans des séquences qui ne sont pas équiprobables, bien que très diverses. Mais cette analyse globale est insuffisante pour les repérer.

12 - Les variations par statut

47L'analyse des concentrations des activités par statut ne modifie pas les remarques globales ci-dessus, du moins pour les actifs.

48En effet pour les retraités le sommeil a une concentration plus faible à l'émission, en raison des siestes de l'après-midi en particulier. Quant aux achats, ils ont contraitement à l'ensemble de l'échantillon une concentration plus forte, étant principalement reliés aux tâches familiales et aux loisirs. Ces derniers sont enfin l'activité qui a la moins de contraintes de "localisation" dans la séquence activité.

49Entre les hommes actifs et les femmes actives quelques différences significatives apparaissent. Tout d'abord l'étendue de l'échelle des concentrations d'activité est moins grande pour les femmes et décalée vers une plus grande concentration. Ce qui laisserait penser que les femmes ont des structures d'activité plus rigides liées aux soins des enfants et à la responsabilité du ménage (achats et tâches familiales). Ces deux dernières activités apparaissent en effet avec des indices de concentration supérieurs à ceux des hommes.

50Enfin pour les femmes inactives l'ordre dans les activités est très bouleversé. Viennent avec des valeurs de concentration très fortes les achats et les repas, qui apparaissent comme les seules contraintes domestiques. A l'inverse les tâches familiales se révèlent être une activité plus libre que les relations sociales dans la mesure où toutes les activités domestiques de la femme inactive apparaissent en travaux ménagers tout au long de la journée.

2 - LE PASSAGE D'UNE ACTIVITE A UNE AUTRE

51La méthode précédente, si elle permet d'obtenir rapidement une hiérarchie des activités, révèle rapidement ses limites dans la mesure où elle contraint à analyser les couples d'activités en cas de forte concentration. Il apparaît donc nécessaire d'associer à la matrice des passages d'activité une représentation qui permette de dégager une structure. Mais pour pouvoir être exploitable, cette matrice doit être simplifiée de façon à dégager les relations les plus significatives.

52L'objectif est de constituer un graphe simplifié, associé à cette matrice, tel que chaque activité soit le départ et l'arrivée d'au moins une relation. Sinon il serait impossible d'arriver à une activité puis de l'abandonner. Pour cela la méthode la plus simple consiste à retenir comme élément significatif le mode de chaque ligne et de chaque colonne ; en procédant ainsi chaque activité est précédée et suivie d'au moins une autre activité. Cette procédure est toutefois trop rigide dans le cas où une activité est suivie (ou précédée) de façon sensiblement égale de plusieurs activités : on retient alors non seulement le mode, mais aussi les autres éléments qui en sont proches numériquement.

53De plus il est possible de connaître, dans l'ensemble des passages retenus d'une activité à une autre le nombre de ceux qui se font avec déplacement. Si la part de ces derniers est supérieure à 50 %, le passage de cette activité à une autre sera considéré comme se faisant avec déplacement.

54On peut donc tenter de représenter le graphe orienté associé à cette matrice simplifiée. En raison du grand nombre de liaisons retenues, il n'est pas possible de réaliser un graphe qui s'inscrive sur un plan. En revanche, en tentant cette opération dans un espace à trois dimensions, on obtient une image interprétable de la structure de passage des activités.

GRAPHIQUE No 18 - SUCCESSIONS D'ACTIVITES

GRAPHIQUE No 18 - SUCCESSIONS D'ACTIVITES

21 - Des structures fortes

55Cette représentation met clairement en évidence des structures fortes, que l'étude des concentrations avait déjà permis d'entrevoir.

561 - La séquence du matin présente un nombre de variantes peu nombreuses :

  • sommeil → repas → travail
  • sommeil → besoins privés →repas→ travail
  • sommeil → besoins privés→ travail

57Dans cette séquence, le travail peut toujours être remplacé par des travaux ménagers pour les femmes inactives.

582 - La séquence du soir est très stable si l'on ne considère que les activités qui suivent le repas :

  • repas → tâches familiales → loisirs → sommeil
  • repas → loisirs → sommeil
  • repas → télévision → sommeil

593 - Dans la journée, les successions s'ordonnent autour de trois activités : les taches familiales, le travail et les repas.

604 - Sur ces trois pôles se greffent trois activités annexes : les achats, les relations sociales et les sorties (accompagnement et promenades). Il est remarquable de constater que ces activités sont toutes reliées aux activités pôles, mais qu'elles n'ont aucun lien entre elles, ce qui explique leur faible concentration, elles peuvent, par une série d'allers-retours, se greffer sur une séquence d'activité quelconque.

22 - Une relation à l'espace

61Sans anticiper sur les analyses qui suivront, l'analyse du graphe met en évidence le groupe des activités qui se fait surtout au domicile (sommeil, besoins privés, tâches familiales, loisirs, repas et télévision) et celui des activités extérieures. Et l'on découvre déjà ce que l'analyse des déplacements montrera clairement, à savoir que les activités extérieures s'enchaînent peu : le plus souvent un retour au domicile s'intercale entre deux activités réalisées à l'extérieur.

V - MODIFICATIONS OBSERVEES ENTRE 1978-1979

62Des modifications sont apparues dans le temps consacré à chaque activité ainsi que dans l'organisation des soirées. Si les temps moyens ont peu varié sur l'ensemble de la cohorte, on note de grandes variations pour certains groupes dans la pratique de quelques activités comme le montre le tableau no 10, ci après.

1 - TENDANCES GENERALES

63Pour l'ensemble de la cohorte il apparaît très nettement une diminution du temps de travail, de celui consacré à la vie sociale et aux repas et un accroissement considérable du temps passé devant la télévision. La constance du temps moyen consacré à certaines activités masque une très grande diversité de comportements. En réalité, seuls les besoins privés sont restés constants dans le temps pour l'ensemble de la cohorte.

2 - MODIFICATIONS PAR ACTIVITE

64On pourrait penser qu'il y aurait peu de variations dans les temps consacrés aux "activités obligés". Or il n'en est rien. En effet, si le temps de sommeil est globalement le même, cinq groupes sur huit ont consacré de 10 à 45 minutes de plus en moyenne en 79 qu'en 78. Seuls les retraités et les femmes inactives avec enfants ont diminué leur temps de sommeil d'une demi heure en moyenne. De plus le temps passé à table dans la journée est resté constant pour les hommes et femmes actifs avec enfants et a considérablement diminué pour les six autres groupes.

65Pour les autres activités, on observe des variations de temps très importantes :

66Le travail : ce sont les actifs avec enfants qui ont réduit leur temps de travail de 20 minutes dans la journée. Seuls les hommes actifs sans enfant ont accrû de 10 minutes le temps consacré à cette activité.

67Les transports : les déplacements seront étudiés dans le chapitre suivant.

68Les achats : les actifs sans enfant ont réduit le temps passé aux achats.

69Les tâches familiales : on observe ici une augmentation considérable du temps consacré à cette activité (de 10 minutes à 55 minutes selon les groupes), principalement dans les catégories d'actifs n’ayant pas d'enfants et qui jusque là consacraient peu de temps à ces tâches. Seules les femmes inactives sans enfant ont réduit cette activité.

70Vie sociale : la diminution du temps global passé en relations sociales est surtout le fait des femmes actives qui ont réduit ce temps de 50 minutes pour les femmes sans enfant et de 1 heure pour les autres. Les femmes retraitées y ont consacré 40 minutes de moins. On constate que les hommes consacrent sensiblement le même temps. On peut penser que les relations sociales de caractère "obligé" sont restées semblables, c'est-à-dire celles liées au travail et aux enfants, les autres, de type "distractions" diverses ayant disparu comme le montre le chapitre "activités et usage de l'espace".

71Les loisirs : cinq groupes sur huit ont eu moins de loisirs en 79 qu'en 78, principalement les hommes actifs sans enfant et les femmes actives avec enfants qui ont consacré 1/2 heure de moins à cette activité.

72La télévision : toutes les catégories qui avaient un temps en vie sociale égal ou inférieur en 1979 qu'en 1978 ont regardé davantage la télévision

TABLEAU No 10-MODIFICATIONS OBSERVEES ENTRE 1978-1979 DANS LE TEMPS CONSACRE AUX ACTIVITES (en minutes)

TABLEAU No 10-MODIFICATIONS OBSERVEES ENTRE 1978-1979 DANS LE TEMPS CONSACRE AUX ACTIVITES (en minutes)

Statut

Travail

Transport

Achats

Tâches fami1iales

RH

+ 20

+ 20

+ 10

RF

Z

-20

+ 10

HAE

-20

-10

+ 20

=

HAĒ

+ 10

s

-20

+.40

FAE

-20

+ 20

=

=

FAĒ

=

-30

-10

+ 55

FĀE

=

-20

+ 25

FSE

=

=

-90

Total

-10

=

=

=

73Il ressort de cette analyse que le temps libéré par une réduction de l'activité professionnelle dans la journée d'enquête n'a pas été utilisé à des activités de loisirs, mais plutôt pour dormir davantage. La diminution du temps passé à table, conjointement à celle observée sur les relations sociales laissent à penser qu'il y a eu moins de sorties du type "dîner chez des amis" ou "au restaurant". Il y a eu de toute évidence un transfert d'activités externes à des activités de type familiales comme va le montrer l'étude des transformations dans l'organisation des soirées.

3 - MODIFICATIONS SURVENUES DANS LE DEROULEMENT DE LA SOIREE

74La réduction du temps de travail pour l'ensemble de la cohorte se manifeste très nettement par un retour beaucoup plut tôt au domicile et un taux de participation beaucoup plus faible après 20 heures (alors que 5 % de la population travaillaient encore à minuit il n'y en a pas 2 % en 79).

75Bien que le temps moyen de déplacements n'ait pas changé pour l'ensemble de la cohorte sur la journée, le temps consacré à cette activité apparaît plus important surtout de 17 heures à 19 heures.

76Les achats semblent toujours s'effectuer en sortant du travail. Ils cessent plus tôt en 79 qu'en 78.

77Les relations sociales qui occupaient 17 % de la population à 17 heures en 78, n'en concernent plus que 10 % en 79. Il apparaît au même moment une participation plus grande aux tâches familiales comme le laissait supposer l'analyse précédente.

78Les repas sont toujours pris de 19 heures à 20 h 30. Alors que 21 % de la population ne dormait pas à minuit en 78, il n'y en a que 10 % en 79. Il s'opère un tassement des activités tout en début de soirée alors qu'elles s'étalaient davantage tout au long de la soirée en 78.

4 - MODIFICATIONS SURVENUES DANS L'ORGANISATION DE LA SOIREE SELON LE STATUT

79Les retraités : l'organisation de la soirée en 79 reste assez semblable à celle de 78 et demeure très stéréotypée. Il apparaît nettement à ce moment de la journée un transfert des activités liées à la vie sociale vers les loisirs et la télévision. L'ensemble des activités cesse plus tôt, laissant place au sommeil.

80Les hommes qui ont des enfants : bien que pour une grande part ils rentrent plus tôt du travail, la participation du groupe au travail de nuit reste identique. La tendance observée en 78 sur la pratique des relations sociales (faible de 17 à 20 heures, forte après) qui laissait supposer un retour au domicile pour ressortir ensuite s'estompe. Ainsi les relations sociales commencent plus tôt et se terminent de même.

81Les hommes sans enfant : cessent de travailler plus tôt. Bien que leurs relations sociales soient plus importantes après 20 heures, ils se couchent plus tôt.

82Les femmes avec enfants : sortent du travail plus tard mais aucune ne pratique d'activité professionnelle au-delà de 19 h 30 au lieu de 21 h 30 en 78. Elles ont des temps de déplacement plus importants, moins de relations sociales et de loisirs. Elles terminent leur repas plus tôt et regardent davantage la télévision.

83Les femmes sans enfant : travaillent moins tard qu'en 78, ont des déplacements plus longs, font davantage de travaux ménagers. Elles ont moins de loisirs en début de soirée, plus en fin. Elles se couchent plus tôt.

84Les femmes inactives : passent également plus de temps en déplacement, surtout en début de soirée. Bien que le temps consacré aux relations sociales soit le même en 79 qu'en 78, on trouve ces activités plus tard dans la soirée en 79. Le passage d'une activité à l'autre se fait de façon plus massive au même moment.

CONCLUSION

85Des modifications sensibles sont apparues dans les modes de vie de la cohorte entre 78 et 79. Elles portent surtout sur la diminution de pratique d'activités de loisirs marchands et un repli sur les activités de type familial et sur le sommeil. La vie nocturne s'en trouve considérablement réduite et les activités moins diversifiées. Un tassement des activités apparaît en début de soirée, les sorties du travail s'effectuant plus tôt. On peut se demander si la stagnation du pouvoir d'achat n'a pas eu des effets plus importants que la modification de l'offre de transports. Toutefois, seules les considérations ultérieures sur les relations entre l’usage de l'espace et le déroulement des activités permettra de confirmer ces présomptions.

Notes

1 Yannick LEMEL "Les budgets-temps des citadins". Les collections de l’I. N. S.E.E. M33.

2 Temps moyen en heures et minutes.

3 Le groupe "étudiants" sera ici laissé de côté car son étude n'est guère utile à la détection des principaux facteurs et de leur rôle.

Notes de fin

* Echantillon élargi à 283 personnes

Table des illustrations

Titre TABLEAU No 8 - PARTICIPATION ET TEMPS CONSACRE AUX ACTIVITES2
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7469/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7469/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 146k
Légende Note **
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7469/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 137k
Titre GRAPHIQUE No 2 - TEMPS DE TRAVAIL SELON LE STATUT (Effectif en % cumulés)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7469/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 145k
Titre GRAPHIQUE No 3 - TEMPS DE TRAVAIL MASCULIN SELON LE OUARTIER. (Effectif en % cumulés)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7469/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 123k
Titre GRAPHIQUE No 4 - TEMPS DE TRAVAIL FEMININ SELON LE QUARTIER
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7469/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre GRAPHIQUE No 5 - LES RELATIONS SOCIALES SELON LE STATUT. (Effectif en % cumulés)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7469/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre GRAPHIQUE No 6 - LOISIRS. (Effectifs en % cumulés)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7469/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre GRAPHIQUE No 7 - TELEVISION
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7469/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7469/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Titre GRAPHIQUE No 8 - LES TACHES FAMILIALES SELON LE STATUT. (Effectif en % cumulés)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7469/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre GRAPHIQUE No 9 - DEROULEMENT DES ACTIVITES POUR L'ENSEMBLE DE L'ECHANTILLON
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7469/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 333k
Titre GRAPHIQUE N° 10 - HOMMES ACTIFS AVEC ENFANTS
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7469/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 361k
Titre GRAPHIQUE No 11 - FEMMES ACTIVES AVEC ENFANTS
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7469/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Titre GRAPHIQUE No 12 - RETRAITES
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7469/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 319k
Titre GRAPHIQUE No 13 - RETRAITEES
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7469/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 375k
Titre GRAPHIQUE No 14 - FEMMES INACTIVES AVEC ENFANTS
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7469/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7469/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 365k
Titre GRAPHIQUE No 16 - HOMMES ACTIFS SANS ENFANT
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7469/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Titre TABLEAU No 9 - MATRICE DE PASSAGE DES ACTIVITES EN 1978 (en %)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7469/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Titre GRAPHIQUE No 17 - CONCENTRATION DES ACTIVITES PAR STATUT
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7469/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
Titre GRAPHIQUE No 18 - SUCCESSIONS D'ACTIVITES
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7469/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 150k
Titre TABLEAU No 10-MODIFICATIONS OBSERVEES ENTRE 1978-1979 DANS LE TEMPS CONSACRE AUX ACTIVITES (en minutes)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7469/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 121k

© Presses universitaires de Lyon, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search