Version classiqueVersion mobile

Éducation, fête et culture

 | 
Régis Bernard
, 
Monique Buisson
, 
Jean Camy
, 
et al.

Histoire d’un enseignement professionnel et pratiques familiales d’orientation

Le cas de la coiffure à Lyon

Monique Buisson

Texte intégral

  • 1 CROZIER (M), FRIEDBERG (G) : L’acteur et le système, Seuil, Paris, 1977, p. 255.

1Qu’une logique de classe soit à l’œuvre dans le procès capitaliste de scolarisation, il paraît difficile d’en douter ; mais rabattre d’emblée toutes les pratiques de scolarisation sur une logique bipolaire de classe, c’est à la fois fournir une clef pour leur compréhension et évacuer dans un même mouvement les éléments irréductibles à cette logique, c’est réduire à l’état de « nuances » ce qui peut receler bien autre chose. Expliquer ce qui se passe dans une famille quant à l’orientation d’un jeune vers l’enseignement professionnel court en terme de déterminisme de classe c’est inférer à partir d’une certaine régularité statistique un lien de causalité directe entre des phénomènes. Or comme le fait remarquer CROZIER « cette causalité n’est jamais directe : elle est liée à –et médiatisée par-la structuration spécifique du champ qui ne peut manquer d’orienter les conduites »1. Ainsi la structuration spécifique du champ dans lequel évolue telle ou telle famille peut faire que celle-ci ne soit pas une simple courroie de transmission ou l’exécutant de volontés extérieures quant au choix professionnel d’un de ses enfants.

  • 2 BUISSON (M), Familles et orientation professionnelle, le cas de la coiffure à Lyon, CSE, Universit (...)

2Nous avons tenté dans le cadre d’une recherche2 d’explorer cette zone floue, heu de comportements multiples et différenciés, qui réfèrent certes à une logique de classe, mais selon des modalités diverses. Cette exploration devait nous conduire à appréhender et comprendre l’articulation des critères pertinents qui engendrent au sein des familles l’orientation des jeunes vers l’enseignement professionnel court. L’étude des flux scolaires ne permettant pas cette exploration, nous avons été amenés à limiter le champ de notre étude à l’orientation vers l’enseignement professionnel court de la coiffure.

3L’hypothèse était double et concernait tout à la fois le métier lui-même et les modes de formation permettant d’y accéder. En ce qui concerne le métier, s’il est connu et peut-être choisi par tous dans une agglomération comme Lyon, il n’est certainement ni perçu ni utilisé de la même manière par chacun. Son choix s’inscrit sans doute dans des perspectives différentes quant à l’avenir de l’enfant. Quant aux modes de formation, lesquels se situent en marge du circuit habituel de l’Education Nationale, ils nous semblaient susceptibles de par cette marginalité de détecter des comportements spécifiques à l’égard de l’institution scolaire. A ce propos nous allons rappeler brièvement l’évolution historique de l’enseignement professionnel de la coiffure.

1 – L’ENSEIGNEMENT PROFESSIONNEL DE LA COIFFURE : SON HISTOIRE

4Jusqu’en 1819, l’apprentissage s’effectue auprès d’un maîtrebarbier-chirurgien ou d’un maître-barbier-perruquier, apprentissage qui dure de deux à quatre ans. L’accès à la profession exige que l’on passe un examen de maîtrise devant les maîtres de la profession, mais aussi que l’on fasse preuve d’un certain nombre de qualités morales.

  • 3 LEBAS (C), JACQUES (A) – La coiffure en France du Moyen-Age à nos jours. DELMAS International, 197 (...)

5Ainsi au Moyen-Age une « bonne réputation » de « bonnes mœurs » et « pas de femmes » sont exigés3.

6Aux 17e et 18e siècles il est nécessaire de réaliser un chef d’œuvre et d’être catholique pour acquérir sa maîtrise.

  • 4 Cf. en annexe.

7Il est intéressant de noter que certaines de ces qualités morales demeurent encore requises de nos jours. Les aptitudes physiques, psychiques, intellectuelles et morales énumérées par la Fédération Nationale de la coiffure dans une « Monographie des conditions et aptitudes à réunir chez les futurs apprentis coiffeurs »4 dressent le profil d’un être mythique tellement l’accumulation des qualités requises apparaît irréalisable chez un seul individu.

8Les confréries, organisations charitables parallèles à la corporation ayant également été interdites par la loi de 1791, des sociétés de secours mutuel leurs succèdent très rapidement. Ainsi le premier souci de la Société mutuelle Saint Louis, société de secours mutuel des coiffeurs, est en 1819, de fonder une école de coiffure, l’Ecole Saint-Louis. Il s’agit donc du premier lieu de formation, extérieur au terrain d’exercice des maîtres coiffeurs. Dès sa création, en 1873,1a Chambre Syndicale patronale des coiffeurs de Paris ouvre une école dans le but de perfectionner les ouvriers qualifiés. C’est à la même date qu’apparaît à Lyon une structure de formation destinée aux apprentis coiffeurs. En effet, dès 1873 la Chambre Syndicale des Maîtres Artisans Coiffeurs de Lyon donne des cours professionnels.

9L’école créée en 1873 à Paris par la Chambre Syndicale est baptisée en 1889 « Académie-Ecole Française de coiffure de dames », deux ans plus tard on assiste à la création d’un « Cours Supérieur de coiffure hommes ». Le titre solennel d’Académie met bien en évidence les intentions des promoteurs : ce sont la qualité et l’expression artistique qui prévalent.

10Mais après la première guerre mondiale, le développement de la coupe des cheveux féminins rend une certaine prospérité à la profession, l’expression artistique cède alors la place à la rentabilité. Un certain nombre d’écoles prétendant former des coiffeurs en trois mois livrent sur le marché du travail une main d’œuvre excédentaire sans qualification réelle. Contre cette menace, la Chambre Syndicale réagit vigoureusement et obtient des pouvoirs publics de définir une politique de formation sanctionnée par des diplômes nationaux.

11C’est ainsi que le CAP (Certificat d’Aptitude Professionnelle) est créé en 1931 et le BP. en 1935 : si à cette époque les coiffeurs ont fait appel à l’Etat pour réglementer la formation, ils n’ont jamais été favorables par la suite au développement d’une formation professionnelle au sein de l’Education Nationale. En 1942, l’Etat crée la première école publique, le Centre d’Apprentissage de la coiffure, mais à l’heure actuelle il n’existe en France que peu de collèges d’enseignement technique qui offrent une section « coiffure ». Cette main mise des patrons coiffeurs sur la formation subsiste entièrement à Lyon puisque tous les établissements de formation de l’agglomération sont des établissements privés dont trois sous contrat d’association avec l’Education Nationale. C’est en 1963 qu’est créée à Lyon la première école de coiffure à l’initiative du Syndicat Patronal des Maîtres Artisans Coiffeurs du Rhône. Cette création semble avoir eu lieu essentiellement sous la pression des patrons coiffeurs qui manquaient de main d’œuvre et se montraient mécontents à l’égard de la formation en apprentissage.

12La deuxième école de coiffure actuellement sous contrat d’association est créée en 1969. Elle est née d’une scission avec la première école, mais s’intègre aussi dans une scission syndicale. En effet la première école dépend d’un syndicat affilié à la Fédération Nationale de la Coiffure créée en 1945 tandis que le Syndicat dont dépend la seconde est affilié à la Confédération Nationale de la Coiffure créée en 1966. En ce qui concerne l’apprentissage, jusqu’en 1971 les cours professionnels sont assurés par les syndicats tandis que l’enseignement général est dispensé par la Société d’Enseignement Professionnel du Rhône (SEPR).

13A partir de 1971, à la suite de la loi sur l’apprentissage, la SEPR gère l’ensemble des cours généraux et pratiques, l’enseignement devient gratuit et en 1975 est créé un Centre de Formation d’Apprentis (CFA) qui dépend entièrement de la SEPR, établissement privé lui aussi sous contrat d’association avec l’Etat.

14Ce détour historique permet de montrer combien orienter un enfant vers l’apprentissage de la coiffure entraîne presque toujours en France et obligatoirement à Lyon, d’entrer dans un circuit de formation en marge de l’Education Nationale. D’autre part, il amène à s’intégrer dans un circuit de formation où les déterminants sociologiques et idéologiques des coiffeurs eux-mêmes, demeurent extrêmement prégnants. En effet, seuls des patrons coiffeurs sont représentés aux Conseils d’Administration des écoles. A ce propos la situation de la SEPR se révèle légèrement différente, différence qui recèle d’ailleurs une certaine ambiguïté. Ainsi, bien qu’étant un établissement privé la SEPR comprend dans son Conseil d’Administration deux représentants de l’Education Nationale dont le Recteur, cependant l’essentiel du Conseil d’Administration se compose de notables et de représentants des chambres syndicales patronales des divers corps de métiers. Cette présence patronale dans le Conseil d’Administration jointe aux 28 heures hebdomadaires passées par l’apprenti dans un salon de coiffure font que l’ensemble des jeunes en formation doivent dès le départ intégrer les comportements, habitudes et idées des patrons-coiffeurs. Cette emprise de la profession sur la formation se révèle aussi au niveau des jurys de BP. En effet les patrons-coiffeurs composent la moitié des personnes siègeant dans les jurys de BP. et contrairement à beaucoup d’autres métiers, les coiffeurs siègent eux-mêmes dans les jurys et ne s’y font pas remplacer par des enseignants.

15Ainsi, l’orientation vers la coiffure nous est apparue comme pouvant être un lieu privilégié pour révéler par quelles médiations des familles présentant des caractéristiques sociales diverses pouvaient orienter un de leurs enfants vers une même profession. La limitation du champ de l’étude nous permettait aussi d’utiliser un recueil de données plus en profondeur. En effet, l’articulation des critères pertinents ne peut-être saisie par une observation qui se contente de mettre en relation une caractéristique socio-familiale et une situation scolaire à un moment donné. Mais il faut une collecte de type quasi longitudinal qui enregistre une succession de comportements, décisions, interactions entre acteurs socio-familiaux et institutions de formation.

  • 5 Ce questionnaire a été rempli par les élèves rentrés au CFA en Septembre 1978 et par les élèves de (...)

16Pour cela nous avons effectué des interiews semi-directrives auprès de parents pour essayer de reconstituer de l’intérieur la logique propre de chaque situation d’orientation vers la coiffure telle qu’elle est perçue et vécue par les acteurs eux-mêmes. Ce recueil de données a été complété par 333 questionnaires remplis par les jeunes5, questionnaires qui ont permis de cadrer la population à partir de caractéristiques scolaires, socio-économiques, socio-culturelles et démographiques. Ces questionnaires ont également permis de confronter les motivations et projets d’avenir des jeunes avec les informations recueillies dans les interviews.

2 – LES DETERMINANTS D’UN CHOIX : LEUR CONVERGENCE

  • 6 SCARDIGLI (V), MERCIER (P.A.) – Ascension sociale et pauvreté, Collection ATP, no 28, CNRS, Paris (...)

17La trajectoire de l’orientation se déroule dans un présent, point d’ancrage de notre observation. Ce présent fait peser sur elle un ensemble de contraintes multiples, mais il offre également un potentiel diversifié d’investissement. A l’intérieur de ce cadre actuel où s’effectue le choix de la coiffure résurgit tout un passé familial dont les multiples dimensions sociologiques et affectives viennent plus ou moins consciemment moduler l’orientation. Orientation qui implique également une certaine anticipation de l’avenir avec une intériorisation plus ou moins prégnante d’un futur possible. Au point de convergence du présent, du passé et de l’avenir où s’articule la décision, l’intrication des facteurs déterminants est telle que leur hiérarchisation paraît difficile. Comme l’écrivent SCARDIGLI et MERCIER à propos des mécanismes d’ascension sociale et de pauvreté, il nous semble pouvoir dire à propos de l’orientation vers la coiffure : « la trajectoire d’un individu est la résultante d’un faisceau d’influences familiales qu’il serait vain de vouloir hiérarchiser »6.

18Ces multiples facteurs qui s’organisent en réseau pour déterminer l’orientation d’un enfant vers la coiffure réfèrent en permanence au capital culturel, économique et social de la famille, capital qui est saisi au point d’émergence de l’interaction actuelle du présent, du passé et de l’avenir.

21 – L’émergence du capital culturel

19Le capital culturel nous semble en partie se définir par la manière dont l’école et le travail prennent sens dans l’expérience des individus.

20Rapport instrumental ou rapport existentiel tels sont implicitement dénommés dans le discours des acteurs familiaux les deux types de rapport qu’ils établissent soit avec l’institution scolaire, soit avec le travail. Le sens ainsi attribué à l’école et au travail exprime en même temps qu’il l’institue un certain éthos culturel.

211 – Le rapport à l'institution scolaire

  • 7 BALLION (R) – Echec scolaire et réorganisation psychosociologique, Thèse de Doctorat de 3e cycle, (...)

21« On ne peut parler dans l’absolu d’échec scolaire car la même situation de non-réussite scolaire sera vécue d’une manière différente et débouchera sur des comportements réactionnels différents selon les représentations que les sujets auront de l’école et de sa fonction »7.

  • 8 Le taux de redoublement de ces 333 jeunes ne s’avère pas fondamentalement différent de celui obser (...)

22Si l’orientation vers la coiffure est fréquemment expliquée en termes de difficultés scolaires, celles-ci sont reconnues et perçues diversement par les parents8. Expliquer l’orientation choisie par l’échec scolaire renvoie dans une première approche à l’idéologie dominante concernant la primauté de l’enseignement général. Mais si l’on ne reste pas en surface de l’argument avancé, on découvre rapidement que cette idéologie dominante est loin d’être investie de la même façon par l’ensemble des familles interrogées. Ainsi, parler d’échec scolaire pour l’enfant qui termine avec des résultats à peine moyens une classe de troisième à l’âge « normal » de 15 ans, ou avec une seule année de retard, et pour celui qui présente péniblement son BEPC à 18 ans après avoir fréquenté de multiples établissements scolaires, révèle bien que l’idéologie dominante n’a pas été intériorisée avec le même investissement personnel par les parents. Cette différence de perception de la notion d’échec semble renvoyer très étroitement au type de rapport établi avec l’institution scolaire.

23Il nous semble avoir rencontré dans la population étudiée deux grands types de rapport famille-institution scolaire : un rapport de type instrumental et un rapport de type existentiel. Dans le rapport instrumental, l’institution scolaire est investie essentiellement comme un lieu de passage obligatoire et nécessaire à l’acquisition d’un minimum de connaissances. Celles-ci ne façonnent pas le savoir-être de l’individu, mais elles peuvent être réutilisées à l’intérieur de tout savoir-faire. Par contre, lorsque le rapport établi est de type existentiel, l’institution scolaire est alors investie d’un pouvoir structurant l’essence même de l’être humain, c’est elle qui façonne son véritable « être-au-monde ». Il est clair que si le rapport est instrumental, le seuil de perception de l’échec scolaire sera beaucoup plus bas que si le rapport est existentiel. Paradoxalement, il semble que, plus l’idéologie dominante de la supériorité de l’enseignement général est intériorisée, plus ses contraintes paraissent peser sur la décision d’orienter l’enfant vers une profession de type manuel, celle-ci étant alors vécue sur un mode dérogeant. Se situer à l’égard de l’institution scolaire dans un rapport de type existentiel ne s’inscrit pas uniquement dans le statut actuel du père. L’ancienneté, la stabilité et la sécurité acquises dans ce statut, ainsi que la trajectoire suivie pour l’atteindre, influencent tout autant le type d’investissement à l’égard de l’école que le statut lui-même. Etre ingénieur ne revêt pas la même Signification quant au rapport établi avec l’école pour celui qui a débuté avec ce titre son activité professionnelle et pour celui qui, à partir d’un niveau de qualification très modeste, a gravi par promotion interne et cours du soir les divers échelons de la hiérarchie. Ce dernier structure beaucoup moins comme absolument déterminant le niveau initial d’enseignement général, et même s’il advient que le rapport à l’école soit devenu pour lui existentiel, la détermination de voir son enfant poursuivre des études se révèle beaucoup plus fluctuante. Par contre, lorsque, à partir d’un niveau de formation peu élevé, les parents ont réussi à se construire une situation stable et valorisante au plan social, c’est le cas de certains artisans ou commerçants, le rapport à l’école s’avère nettement instrumental et ils intègrent rapidement l’orientation de l’enfant vers un métier manuel. Mais, lorsque les parents, artisans ou commerçants, vivent sur un mode sécurisant et difficile leur propre mise à leur compte, ils ont tendance à créer avec l’école un rapport de type existentiel. Ce rapport s’inscrit alors en négatif de leur propre expérience : l’école n’a pas été pour eux un pôle structurant de leur expérience personnelle, mais cette dernière les induit à postuler ce rapport comme devant être existentiel pour permettre à l’individu de réussir. Ainsi, le rapport à l’institution scolaire s’inscrit dans une sphère projective où l’on essaye de compenser ce que l’on vit comme une frustration et un échec personnel. L’orientation de l’enfant vers un métier manuel est alors intégrée sur le même mode de frustration et d’échec. Ce même type d’investissement se retrouve dans le milieu ouvrier lorsque les parents assument de manière extrêmement dévalorisante leur propre condition. Par contre, si la condition ouvrière est vécue dans le cadre d’une espèce de fatalité, sans sentiment de révolte, le rapport à l’école demeure très instrumental et l’orientation vers un métier manuel entre dans le champ de l’inévitable accepté.

24Que le rapport à l’école soit instrumental ou existentiel, il semble que, dans la majorité des cas, l’orientation vers la coiffure revêt aussi un autre aspect : la famille peut intervenir, et elle le fait, pour essayer d’infléchir le cursus scolaire de l’enfant, mais ce dernier n’entre dans aucun des cadres offerts par l’institution scolaire. Dans le premier cas, c’est l’institution qui, de par son fonctionnement, exclut l’individu, la famille ; dans le deuxième cas, c’est l’individu qui fonctionne de telle sorte qu’il en arrive à se faire exclure de cette même institution. En fait, quelque soit le mode d’exclusion, l’orientation vers la coiffure est vécue comme une reprise en main par les parents ou par le jeune de son propre destin. L’insistance avec laquelle on indique que l’on s’est débrouillé seul pour la démarche et que ce choix s’est effectué totalement en dehors du système d’orientation de l’école et quelquefois même à l’encontre de la trajectoire proposée par celle-ci, montre que l’on a ainsi le sentiment de se soustraire au pouvoir de l’institution et de ses chemins pré-établis pour décider soi-même de sa propre trajectoire. Il semble donc que dans certains cas le rapport à l’institution scolaire, lorsqu’il est exprimé en terme d’exclusion, se révèle ambivalent. Exclusion quant à la filière noble et dominante, celle de l’enseignement général, mais ré appropriation de la décision quant à sa propre orientation en choisissant un métier qui se situe le plus souvent en dehors du champ des possibilités envisagées par l’éducation nationale.

25En examinant comment le rapport à l’école détermine et module l’orientation vers la coiffure, nous avons fait émerger dans la génèse de ce rapport, l’importance du vécu des parents à l’égard de leur propre situation professionnelle.

212 – Le rapport au travail

26Nous venons de voir que le rapport à l’école signifie, au travers de l’expérience personnelle des parents, un certain type de rapport à l’égard du travail, l’opposition travail manuel-travail intellectuel surgit alors de manière plus ou moins explicite. Lorsque, pour les parents, le rapport à l’école est structurellement existentiel, la dimension intellectuelle se révèle prégnante à l’intérieur de leur propre travail. Ainsi, le projet de réalisation de leurs enfants passe en priorité par une voie intellectuelle. Si un enfant échoue scolairement, on essayera, d’une part de retarder au maximum l’abandon des études générales, d’autre part de trouver une profession où la dimension culturelle soit présente, la coiffure semble répondre à cette dernière exigence.

27Lorsque la dimension intellectuelle du métier du père ne constituait pas au départ une caractéristique aussi dominante, le projet d’un métier intellectuel pour l’enfant existe aussi dans l’objectif initial. Mais ce projet se transforme assez vite quand les obstacles s’accumulent. Un métier de type manuel se trouve alors assez rapidement accepté s’il est susceptible de permettre une promotion interne relativement importante. Cette promotion interne étant représentée ici par l’installation de son propre salon de coiffure. Le choix du métier semblerait alors déterminé par la trajectoire suivie par le père pour parvenir à son statut actuel beaucoup plus que par le statut lui-même.

28Lorsque le père, artisan ou commerçant, occupe une position stable et socialement valorisante, position atteinte après avoir gravi tous les échelons : de celui d’apprenti à celui de petit patron, l’acceptation d’un métier manuel se révèle très rapide. L’enjeu étant ici de trouver le métier manuel qui permettra le mieux au fils ou à la fille de suivre un cursus professionnel semblable. Le métier intellectuel n’était alors envisagé que pour répondre à l’idéologie dominante de l’institution scolaire, mais il n’était pas structurellement intégré dans le projet parental. Mais ces artisans-commerçants ne présentent pas dans tous les cas une stabilité et une sécurité professionnelles. Lorsque les difficultés rencontrées se révèlent grandes et l’avenir incertain, la tendance est alors de valoriser les métiers intellectuels. Ces derniers sont en général identifiés aux emplois de bureau. Paradoxalement, ceux-ci paraissent offrir une grande sécurité d’emploi, tout en représentant un secteur d’activité où le chômage s’avère fréquent. Elément de réalité, mais aussi rationalisation, car le chômage dans les autres secteurs d’activité n’est pas évoqué. Ce qui émerge ici c’est l’ambiguïté du statut de « petit » patron. On valorise ce statut parce qu’il confère une certaine indépendance et une apparente non exploitation par autrui de sa force de travail. Mais le sentiment d’exploitation resurgit avec les charges sociales et financières auxquelles il peut être difficile de faire face lorsque le patrimoine économique de départ est limité. Cependant, voir son enfant se diriger vers la coiffure correspond à certains aspects de sa propre pratique professionnelle, d’où son acceptation.

29La mise en valeur, dans la hiérarchie des emplois, du travail de bureau avec sa dimension intellectuelle se retrouve de manière assez semblable chez les ouvriers. Ce qui prédomine alors, c’est le fait de voir ses enfants échapper au travail en usine. Lorsque l’orientation vers une carrière jugée plus intellectuelle s’avère impossible, le secteur de la coiffure apparaît susceptible d’épargner à l’enfant l’expérience du travail en usine.

30Le type de rapport établi par le père avec son travail semble influencer l’orientation vers la coiffure, mais le travail ou non travail de la mère joue aussi un rôle important. Quand la mère exerce une activité professionnelle, celle-ci peut être plus déterminante que celle du père dans le choix final. Si, par exemple, la mère est commerçante et le père, cadre ou ouvrier, il est clair que le renforcement dans un sens positif du choix de la coiffure s’origine surtout dans la profession maternelle. Lorsque la mère n’exerce pas d’activité professionnelle, le métier qu’elle exerçait autrefois ou celui qu’elle aurait aimé faire pèsent quelquefois plus lourdement sur l’orientation que la situation actuelle du père de famille.

31Ainsi, le rapport établi par chacun des parents avec sa propre activité professionnelle induit une acceptation plus ou moins immédiate ou différée du secteur de la coiffure pour l’un des enfants. Mais il influence aussi le choix du type de formation et cela, indépendamment des critères d’âge qui peuvent éliminer l’apprentissage du choix des possibles. Si la coiffure est vécue par les parents comme une compensation à une carrière intellectuelle, la préférence ira surtout à l’école. Celle-ci permettra de pallier les carences entraînées au plan de l’enseignement général par son abandon jugé trop précoce. Elle permettra aussi d’éviter une rencontre trop brusque et rapide de l’enfant avec le monde du travail manuel et les rapports de force et d’exploitation qui s’y établissent. Ainsi, on estime que dans la formation professionnelle, ce qui prévaut, c’est beaucoup plus l’acquisition d’une culture et d’un savoir-être que l’apprentissage d’une technique et d’un savoir-faire.

32Lorsque le choix de la coiffure est intégré par les parents en fonction de leur expérience professionnelle comme une possibilité véritable de réalisation pour leur enfant, l’apprentissage est plus facilement accepté ou même délibérement choisi. La pratique du métier prime alors l’enseignement théorique et culturel.

  • 9 En ce qui concerne les raisons du choix du type de formation, parmi les trois premières raisons re (...)
  • 10 36, 7 % le citent dans les trois premiers choix.
  • 11 40, 2 % citent dans les trois premiers choix « Vous préfériez l’école parce qu’il y a plus de cour (...)

33Nous retrouvons chez les jeunes engagés dans le processus de formation aux C.A.P. – coiffure, les mêmes connotations quant à l’école et à l’apprentissage. Ils disent en priorité avoir choisi l’école parce qu’elle préparait mieux au métier de coiffeur et vice-versa en ce qui concerne l’apprentissage9. Mais les raisons qui viennent ensuite montrent que ce choix recouvre en réalité un investissement différent du mode de formation. Pour les apprentis, le refus de l’école est loin d’être négligeable10, ce qui indique bien que cette dernière n’apporte rien dans l’apprentissage du métier. Tandis que, pour les élèves de l’école, c’est un enseignement général plus important et l’incitation des parents qui viennent en seconde position11. L’incitation des parents à choisir l’école faisant référence à la prédominance de la culture générale, la frustration quant à l’impossibilité d’une carrière intellectuelle émerge donc ici.

13 – L’expression d’un éthos culturel

131 – L’intégration dans un certain milieu

  • 12 X2 significatif à. 05.
  • 13 X2 significatif à. 001.

34Par delà l’acquisition d’un métier, des familles visent surtout l’intégration du jeune dans un certain milieu. Travailler dans un salon de luxe, ouvrir un salon dans un quartier bourgeois permet de fréquenter une certaine clientèle. Si le jeune est lui-même issu d’un milieu bourgeois, cette éventualité lui permet donc de rester intégré dans sa propre classe sociale. Les réponses données au questionnaire quant à l’avenir professionnel révèlent bien cet aspect. En effet, les enfants de cadres envisagent moins que les enfants d’ouvriers d’ouvrir un salon, par contre, ils projettent plus de faire des saisons et d’aller travailler à Paris12. Il s’agit donc bien, au travers de la coiffure, de se former certain type de vie sociale à une certaine culture, tout autant que d’acquérir un métier. L’orientation vers la coiffure pour/compenser une culture générale jugée insuffisante réapparaît donc ici. L’intériorisation différente de l’avenir suivant le type de formation confirme d’une autre manière ce phénomène. En effet, l’ensemble des trois premiers choix exprimés par les jeunes quant à leur avenir, se différencie suivant la filière de formation. Les jeunes de l’école envisagent plus que ceux du C.F.A., de se mettre à leur compte, de faire des saisons et d’aller travailler à Paris. Inversement les jeunes du C.F.A. imaginent plus que ceux de l’école de rester ouvriers, prendre une gérance ou enseigner la coiffure13. L’entrée dans tel ou tel type de formation semble donc plus en lien avec le mode d’intériorisation d’un avenir probable qu’avec l’apprentissage du métier à proprement parler.

35Si, pour les jeunes issus d’un milieu ouvrier, l’intégration dans une certaine culture se révéle moins évidente, il n’en demeure pas moins que la coiffure est envisagée comme le moyen d’acquérir une culture différente de la culture ouvrière. La nécessité de savoir tenir une conversation avec les clients, d’utiliser un langage châtié et correct, de possé der de « bonnes manières » et d’avoir une tenue corporelle et vestimentaire soignée est investie comme l’acquisition d’une culture étrangère à l’ouvrier qui travaille en usine. D est d’ailleurs intéressant de noter qu’il existe un phénomène d’osmose entre le discours des jeunes et des parents et la représentation de la coiffure que les professionnels cherchent à maintenir : maintien que leur permet l’emprise exercée sur la formation.

  • 14 41, 8 % des jeunes du CFA et 37, 9 % des jeunes de l’école ont choisi en première position : « dep (...)
  • 15 En totalisant les trois premiers choix, nous obtenons les résultats suivants : « vocation (CFA : 4 (...)
  • 16 OUELLET (G), DIONNE (P) – Approche psychosociale du développement vocationnel, l’orientation profe (...)
  • 17 CROZIER, op. cit.

36Qu’il s’agisse de mise à son compte ou d’intégration à une certaine culture, les réponses obtenues au questionnaire quant aux raisons qui ont motivé le choix de la coiffure, confirment une telle projection dans l’avenir. Si, en ce qui concerne le premier choix, l’aspect vocation prédomine14, dès que l’on prend en compte l’ensemble des trois premiers choix, l’aspect vocation demeure relativement inchangé, tandis que les dimensions mise à son compte et artistique émergent très nettement15. Ainsi, la vocation apparaît bien telle que la définissent OUELLET (G) et DIONNE (P) : « Le choix vocationnel est davantage un agent servant l’intégration sociale et l’assimilation du modèle de réalité culturelle »16. Elle cache en effet le projet d’intégration dans un statut social et dans une certaine culture. Comme CROZIER a montré que l’homme découvre ses désirs en fonction des opportunités qu’il perçoit17, on pourrait dire que la vocation est le fmit d’opportunité perçue. Le métier qui, dans le champ actuel des possibilités, permettra le mieux de remplir l’éthos culturel est intériorisé par l’individu comme émanant de ses goûts et capacités personnels. La vocation permet donc l’intégration dans un certain milieu social, mais elle satisfait également une certaine éthique sexuelle.

134 – La satisfaction d’une éthique sexuelle

  • 18 Cf. « Coiffeuse, drôle de métier : une Fille sur la tête, une pour les mains, une pour les pieds » (...)

37Pour les filles, travailler dans la coiffure conduit à s’insérer dans un milieu jugé « sain » au plan du langage et des habitudes. Cette image d’un milieu « sain » pour les filles ne s’enracine certainement pas dans une réalité universelle au plan de la coiffure. Il semble bien que dans certains salons, les services demandés aux ouvrières ne rentrent pas dans le champ des valeurs morales ainsi définies18. Mais la scotomisation par les parents de cet aspect de la réalité rentre dans le cadre d’une éthique où la jeune fille doit être protégée de certaines situations où sa moralité serait en danger. Comme pour renforcer cette interprétation, les valeurs morales sont très rarement avancées comme un déterminant du choix pour les garçons : ces derniers n’ont pas besoin d’une telle protection morale. Sans doute la dimension homosexuelle qui demeure latente pour les garçons explique aussi le silence observé par les parents à ce propos.

38La dimension morale s’insère plus globalement dans la représentation féminine de la coiffure, qui, paradoxalement, permet de projeter une certaine éthique à l’égard des rôles sexuels tant du garçon que de la fille. Le fait qu’il s’agisse d’une profession à stéréotype féminin engendre, un certain nombre de conflits lorsque c’est un garçon qui la choisit. Mais cela permet aussi de projeter sur le métier une certaine éthique du couple. Le garçon s’oriente ainsi vers un métier où la probabilité de travailler ultérieurement avec sa femme appartient au domaine du probable. S’il épouse une coiffeuse, ce sera parfait, mais si la jeune-femme n’est pas initialement coiffeuse elle pourra toujours le devenir. Ainsi l’éthique du travail commun et partagé pour renforcer la solidarité du couple se trouve satisfaite. De même l’éthique de la dépendance de l’un à l’égard de l’autre, du droit de regard mutuel sur les faits et gestes de chacun trouve sa pleine réalisation : en travaillant ensemble dans le même salon, aucun membre du couple ne possède plus un seul secteur de vie privée. Mais cette éthique à l’égard du travail du couple s’enracine peut-être dans des contraintes économiques qui rendent impossible la réussite d’une mise à son compte si l’homme et la femme ne collaborent pas.

39Si la coiffure permet aux parents et peut-être au jeune de projeter dans l’avenir une certaine éthique à l’égard des relations conjugales, elle s’adapte aussi à la place traditionnellement accordée au métier dans la vie d’une femme. La coiffure donne à la femme mariée et mère de famille la possibilité de ne pas exercer à temps plein, elle peut travailler en extra, certains jours et/ou à des périodes particulièrement chargées.

40La projection d’une telle éthique semble assez prégnante chez les parents, mais elle existe aussi chez les jeunes : les discussions de groupe que nous avons eues avec les élèves de l’école l’ont mise plusieurs fois en évidence, même si elle ne recueillait pas l’unanimité :

41Ainsi par delà une certaine pratique professionnelle, le choix de la coiffure permet de perpétuer l’éthos culturel de la famille. Par l’éventualité de la mise à son compte, le travail peut garder la signification qui lui est accordée par les parents. C’est lui qui permet à l’individu de se réaliser et de réussir et cela dans le cadre d’une idéologie méritocratique. La réussite sociale apparaît liée au travail, elle nécessite donc effort, volonté, persévérance, don de soi, qualités jugées indispensables pour réussir dans la coiffure. Cette éthique à l’égard du travail s’insère dans un ensemble plus vaste de valeurs culturelles et morales avec lesquelles la représentation que l’on a de la coiffure permet de rester en accord.

22 – L’émergence du capital économique

42Nous venons de voir de quelle manière l’orientation vers la coiffure s’intègre dans la réalisation d’un certain éthos culturel. Mais celui-ci bien sûr n’agit pas indépendamment du capital économique familial.

221 – Les potentiels économiques

43Le potentiel économique paraît beaucoup plus intervenir dans les projets d’avenir pour l’enfant qui s’oriente vers la coiffure que dans le choix même du secteur d’activité. Ce potentiel fait référence aux aides diverses que les parents pourront proposer à l’enfant pour faciliter son installation à son compte. Il peut s’agir d’une aide financière effective, aide qui est plus ou moins envisageable selon le niveau de ressources de la famille. La coiffure peut d’ailleurs être retenue car elle exige, pour se mettre à son compte, un investissement financier moindre que pour d’autres métiers manuels. Dans le milieu ouvrier, un apport financier se révèle certes beaucoup plus aléatoire que dans un milieu de cadre supérieur. Mais, quelque soit le niveau de revenus de la famille, un certain nombre d’autres éléments interviennent dans ce que nous nommons le patrimoine économique. Dans certains cas, par exemple, la possession d’un local où installer un salon de coiffure paraît facile, renforce la décision de choisir ce secteur d’activité. Ce patrimoine économique peut se révéler autre que financier ou immobilier, il peut résider dans les compétences professionnelles du père. C’est le cas du père, maçon ou plâtrier-peintre, qui envisage d’installer lui-même le salon de son fils ou de sa fille, ou du comptable qui pourra assurer pendant un certain temps la gestion du salon.

44Loin de nous la pensée de minimiser l’importance des revenus des parents en ce qui concerne les projets d’avenir pour l’enfant. Mais il nous semble important de souligner que des ressources autres que strictement financières peuvent être intégrées en tant que patrimoine économique dans ce projet d’avenir. Ainsi, même des familles où les revenus sont modestes peuvent envisager une mise à son compte de l’enfant parce qu’une aide sera possible de diverses façons. Pour d’autres familles, une circonstance particulière vient pallier l’absence actuelle de ressources financières. Tel ce petit commerçant qui tient un débit de vin au détail : ce commerce lui avait été cédé après la guerre de 1939-1945 par le patron chez lequel il était entré comme apprenti à l’âge de 13 ans. C’est un type de commerce en voie de disparition et dont les bénéfices ne sont pas élevés. Mais, arrivant à l’âge de la retraite, cet homme espère retirer de la vente de ce fonds de commerce une somme d’argent lui permettant d’installer un salon pour sa fille.

45Certes, nous ne cherchons pas, au travers de ces exemples, à émettre des lois, notre méthodologie qui privilégie le qualitatif, ne nous y autorise pas. Nous soulevons seulement une hypothèse : est-ce que les individus qui se situent en marge des grandes lois de la reproduction sociale au travers de l’institution scolaire, ne sont pas des gens qui savent intégrer dans leur patrimoine économique des éléments qui, de manière générale, sont rarement pris en compte lorsqu’on étudie ce genre de problème ?

46Ce potentiel économique s’exprime au travers de trois mécanismes différents mettant en jeu la trajectoire professionnelle des parents soit pour la reproduire, la compenser ou l’éviter.

222 – Reproduction d’une trajectoire professionnelle

47Le Choix de la coiffure met souvent en jeu un mécanisme de reproduction d’une tradition artisanale ou commerçante plus ou moins ancienne chez l’un ou l’autre des parents, ou quelquefois chez les deux.

48En effet 33 % des jeunes ont leur père qui a une expérience de travail à son compte, 22, 6 % ont leur père qui est actuellement travailleur indépendant et 25 % des mères qui travaillent sont à leur compte.

49Lorsque les parents du jeune sont eux-mêmes commerçants ou artisans, la reproduction au travers de l’enfant de leur propre habitus professionnel se révèle alors extrêmement directe. La reproduction de la trajectoire suivie par le père et/ou la mère pour s’installer progressivement à son compte est alors projetée sur l’enfant qui s’oriente vers la coiffure. On imagine également pour lui une vie semblable à celle des parents lorsque ceux-ci œuvrent ensemble dans l’entreprise familiale. Il s’agit alors tout à la fois de la reproduction d’un certain type de travail, mais également d’une structure conjugale et de l’ensemble du micromilieu ainsi engendré. Nous verrons avec le capital social que ce mécanisme de reproduction n’est pas toujours global et univoque. Ainsi, la mère ou le père peut reproduire dans le choix de la coiffure sa propre activité professionnelle alors que d’autres enfants auront par leur orientation professionnelle perpétué l’habitus professionnel de l’autre parent.

  • 19 significatif à.02.
  • 20 X2 significatif à.05.

50Les réponses aux questionnaires renforcent l’importance du mécanisme de reproduction de l’expérience parentale. En effet, lorsque le père a – ou a eu – une expérience professionnelle de mise à son compte, le jeune envisage plus de préparer le B.P., indispensable pour ouvrir son propre salon, que lorsque le père n’a jamais été travailleur indépendant19. Complémentairement, en ce qui concerne l’avenir professionnel, les jeunes dont le père n’a jamais travaillé à son compte imaginent plus qu’ils resteront ouvriers ou ne continueront pas dans la coiffure, tandis que les jeunes dont le père a une expérience de mise à son compte pensent plus que les autres qu’ils possèderont un jour leur salon de coiffure20.

51Parfois, les parents du jeune ont eux-mêmes rompu avec la tradition artisanale ou commerçante, mais celle-ci existe au niveau des grands-parents et/ou arrières grands-parents, ainsi que chez les oncles et tantes. Le jeune qui choisit la coiffure permet alors de renouer avec un habitus qui demeure très prégnant dans l’environnement familial.

223 – Compensation d’une trajectoire professionnelle

  • 21 X2 significatif à.01.

52L’orientation vers la coiffure joue assez fréquemment un rôle de compensation à l’égard du passé parental. Le père ou la mère réalise alors au travers de l’enfant ce qu’il aurait désiré accomplir lui-même. Ainsi, certaines mères qui auraient voulu être coiffeuses ou esthéticiennes accomplissent leur souhait par enfant interposé. Il arrive d’ailleurs que ce souhait ait eu pour elles un début d’accomplissement mais qu’il ait été interrompu indépendamment de leur volonté. Elles compensent alors la frustration ressentie. Cette compensation peut se révéler moins directement liée à la coiffure, mais elle fait toujours référence à un métier ayant une tendance artistique et/ou indépendante, métier que la mère a dû abandonner ou qu’elle n’a jamais pu exercer. Cette implication du passé de la mère dans l’orientation vers la coiffure existe aussi pour certaines filles, mais elle semble particulièrement prégnante pour les garçons. Le questionnaire ayant mis en évidence la plus forte masculinité des fratries de garçons21 tout se passe comme si la mère avait besoin de trouver dans ses enfants un pôle d’identification et de projection, quelque soit le sexe de l’enfant. Parallèlement l’orientation d’un des enfants vers la coiffure semble jouer quelquefois une fonction de rééquilibrage et de partage des rôles parentaux et/ou conjugaux. Ceci se révèle particulièrement évident lorsque la mère a dû abandonner son métier pour élever ses enfants ou à cause de la profession de son mari.

53Ce mécanisme de compensation se retrouve également dans la trajectoire paternelle. Ainsi, tel père qui a vécu un échec de mise à son compte dans le secteur de la vente des vêtements accepte dès l’âge de 14 ans la « vocation » de sa fille pour le métier de coiffeuse avec immédiatement le projet d’une mise à son compte. Tel autre père a dû renoncer, pour des raisons de santé, au métier artistique et artisanal d’orfèvre sur bronze et s’orienter vers l’expertise comptable par le biais de la promotion sociale. Ce père compense au travers de sa fille le métier qu’il avait initialement choisi.

54Ce mécanisme de compensation, s’il permet aux parents de réaliser des choix qu’ils n’ont jamais pu faire ou mener à leur terme, permet aussi pour certains d’éviter à leur enfant la trajectoire qu’ils ont été obligés de suivre. Ce phénomène s’avère très important chez les ouvriers.

224 – Eviter une trajectoire professionnelle

55Parmi les ouvriers interrogés, il apparaît très clairement que l’orientation vers la coiffure est investie comme une possibilité pour l’enfant de s’extraire de la condition ouvrière prise dans le sens du travail en usine. L’éventualité d'une mise à son compte apparaît alors comme le point culminant de la réussite. Etre son propre patron, c’est-à-dire avoir son indépendance, ne pas être commandé, supplante dans les représentations les difficultés et responsabilités qui incombent au patron-coiffeur.

  • 22 X2 significatif à.05.
  • 23 ZARCA (B) : « L’artisanat de promotion ouvrière est désormais un artisanat à haut risque d’échec » (...)
  • 24 KAES : op.cit.

56Là encore, ce qu’expriment les jeunes vient confirmer, pour l’ouvrier, le fort investissement de l’éventualité d’une mise à son compte. En effet, la comparaison entre le groupe de jeunes dont le père est ouvrier et le groupe de jeunes dont le père est cadre montre, quant à l’avenir professionnel, que les premiers envisagent beaucoup plus que les seconds de posséder un jour leur propre salon de coiffure22. Mais si pour les jeunes issus d’un milieu ouvrier, il advient que le projet de mise à son compte soit une « illusion », une « utopie »23, ce projet peut être considéré comme une adaptation au réel dans la mesure où il permet un certain lieu « trouvé-créé »,espace socioculturel de transition pour structurer l’individu24. En effet, KAES montre l’importance, pour les individus en situation de rupture ou de changement, de certains lieux « trouvés-créés » par eux, lieux qui permettent à l’individu de trouver et se construire une nouvelle identité en référence à de nouvelles normes. Il est possible de soulever l’hypothèse selon laquelle pour le jeune issu d’un milieu ouvrier, s’orienter vers la coiffure entraîne une certaine rupture avec ce milieu, rupture d’autant plus grande qu’il s’agit d’un garçon puisque le stéréotype d’un métier féminin est prédominant. Penser l’avenir en terme de mise à son compte permettrait alors de trouver un espace, même si celui-ci dans l’immédiat reste imaginaire. Espace dans lequel par le biais des identifications aux coiffeurs de l’entourage, la rupture pourrait être assumée.

  • 25 ZARCA (B) Artisanat et trajectoires sociales, Actes de la Recherche en Sciences Sociales, 29 septe (...)
  • 26 ZARCA (B) :op. cit., p. 5.

57Les ouvriers sont d’ailleurs parfaitement conscients du caractère aléatoire de l’installation d’un salon pour leur enfant. Cependant quelque soit la trajectoire ultérieure du jeune, même s’il ne devient jamais patron-coiffeur et reste ouvrier, l’avenir est investi dans un sens d’ascension sociale. Etre ouvrier(e) dans la coiffure ne présente aucun point de convergence avec la situation d’ouvrier(e) en usine. L’écart qui sépare les deux situations et confère à la coiffure une condition fondamentalement différente de l’usine réfère non pas au salaire, lequel est souvent reconnu peu élevé, mais au contexte relationnel dans lequel s’effectue le travail. Dans les représentations que l’on en a, l’ouvrier-coiffeur n’accomplit pas un travail déshumanisé, robotisé. La relation avec les clients, la proximité du patron, tant au plan relationnel qu’au plan des tâches effectuées, confère au travail de l’ouvrier-coiffeur une valeur inexistante en usine. Le travail effectué reçoit une certaine considération de la part du client et du patron. L’ouvrier-coiffeur peut-donc grâce à son travail acquérir des responsabilités en devenant le meilleur ouvrier ou en se spécialisant, promotion qui apparaît quasi impossible dans une usine, même si en réalité cette promotion se révèle un piège : « Un petit patron coiffeur nous faisait remarquer à ce sujet : « ce genre de qualification : shampooineuse, teinturière ou permanentiste, c’est un piège pour le personnel... parce que l’ouvrière qui passe quinze ans à faire des permanentes, elle sera très bien payée mais elle est perdue parce qu’elle sera incapable de monter un salon elle seule »25. Ce qui structure différemment le travail de l’ouvrier-coiffeur semble donc être d’une part l’objet de la transformation, matériau humain avec lequel une relation peut s’établir, d’autre part une certaine identification possible avec le patron qui accomplit les mêmes tâches que l’ouvrier et sait apprécier à sa juste valeur le travail soigné et réussi. Certes cette représentation, où création et initiative prédominent, scotomise le développement actuel du travail « à la chaîne » dans certains grands salons, mais elle catalyse pour l’ouvrier l’intériorisation d’un futur en terme d’ascension sociale. Ce que dit ZARCA se vérifie ici : « Le métier constitue une réalité suffisamment prégnante pour que se constitue une idéologie partagée à la fois par les salariés et les patrons »26.

58Choisir la coiffure est donc investi comme une mise à distance de la condition ouvrière, quelque soit le cursus ultérieur de l’enfant. Quand bien même il resterait ouvrier dans la coiffure, sa situation serait largement préférable à celle du père et/ou de la mère, ouvriers en usine. Parmi les ouvriers enquêtés, ce qui semble donc définir la condition ouvrière, ce n’est pas l’exploitation par autrui de sa force de travail mais les conditions dans lesquelles s’effectue cette exploitation.

59Ainsi quelque soit le mode de résurgence de la trajectoire professionnelle du père ou de la mère, son émergence réfère à une certaine reproduction de l’habitus tel que le définissent LIENARD et SERVAIS :

  • 27 LIENARD (G) SERVAIS (E) – La transmission culturelle : stratégie de famille et position sociale. C (...)

60« Passé qui survit dans l’actuel et qui tend à se perpétuer dans l’avenir en s’actualisant dans des pratiques qu’il structure, l’habitus rend compte de la continuité et de la régularité des comportements. Structure qui intègre toutes les expériences passées, l’habitus fonctionne comme matrice structurant les perceptions, les appréciations et les actions des agents face à une conjoncture ou un événement produit par l’histoire et qu’il contribue à faire exister et à produire »27.

  • 28 KAES (R) – Crise, Rupture et Transitionalité, Psychologie Clinique – Bulletin du Laboratoire de Ps (...)

61L’orientation vers la coiffure intègre bien toutes les expériences passées, mais cela ne signifie pas pour autant qu’elle reproduit purement et simplement les expériences d’une pratique qui serait univoquement liée à l’appartenance à une certaine classe sociale. Le choix de la coiffure, qu’il soit la conséquence d’une « vocation » ou la résultante d’un choix raisonné, s’effectue certes en référence au milieu social d’appartenance, soit pour le reproduire intégralement ou partiellement, soit pour y échapper. Mais cette orientation remplit également la mission de faire prendre à l’enfant la place qui lui a été assignée dans le désir de la mère et/ou du père. Ainsi, même lorsque le choix de la coiffure marque a priori une rupture avec le milieu social représenté actuellement par les parents du jeune, cette rupture apparente traduit à un autre niveau une continuité du soi et de l’environnement. Continuité d’un héritage culturel « envisagé comme le mode individuo-social encodeur et décodeur des représentations et des affects plus ou moins souplement organisés et mobiles dans une aire culturelle et pour un sujet singulier. L’héritage culturel ne trouve sa valeur et son utilité psychosociale qu’à fournir une articulation réciproque des formations inconscientes et des formations sociales »28.

23 – L’émergence du capital social.

  • 29 BOURDIEU (P) – Le capital social, Actes de la Recherche en Sciences Sociales, no 31, janv. 1980, p (...)

62« Le capital social est l’ensemble des ressources actuelles ou potentielles qui sont liés à la possession d’un réseau durable de relations plus ou moins institutionnalisées d’interconnaissance et d’interreconnaissance »29. Le capital social n’est donc jamais complètement indépendant du capital culturel et du capital économique. En ce qui concerne l’orientation vers la coiffure le capital social intervient à deux niveaux. Tout d’abord à l’intérieur de la famille nucléaire la fratrie constitue un potentiel d’investissement diversifié du potentiel économique et culturel.

231 – Les choix professionnels de la fratrie

63L’ensemble des interviews montre, du point de vue de l’orientation d’un enfant vers la coiffure, la prise en compte des choix professionnels de l’ensemble de la fratrie. Ces choix professionnels peuvent être déjà effectifs ou simplement projetés dans l’avenir. Un subtil équilibre s’établit à l’intérieur de la fratrie pour permettre aux parents de réaliser au travers de leurs enfants leur reproduction, tant sociale que psychologique, ainsi que leurs désirs d’ascension sociale. Cette répartition à l’intérieur de la fratrie s’effectue dans un double mouvement de différenciation et de complémentarisation. L’aspect différenciateur joue au niveau de l’enfant lui-même qui, parfois, désire ou refuse un métier afin de ne pas se situer dans une trajectoire professionnelle semblable à celle de tel ou tel membre de la fratrie. Il semble que cette dimension existe aussi dans le projet des parents à l’égard des enfants. La marque d’une différence dans les choix professionnels s’exprime alors souvent en termes de représentation sexuée des métiers. Les contraintes jouent dans le sens d’une orientation vers des métiers dits féminins pour les filles et vers des métiers dits masculins pour les garçons.

  • 30 48,6 % des filles et 47 % des garçons auraient désiré apprendre un autre métier.

64Ainsi, lorsque c’est une fille qui choisit le métier de coiffeuse, la représentation féminine de cette profession n’induit alors aucun conflit chez les parents. Par contre, s’il s’agit d’un garçon, des conflits vont émerger. Pour les assumer, il sera nécessaire de rationaliser le choix. Rationalisation qui, au plan du discours explicite, va allier les dons et capacités artistiques du jeune garçon aux possibilités de réussite sociale offertes par la profession. Ce phénomène se retrouve aussi dans les réponses au questionnaire. Ainsi, parmi ceux qui auraient désiré apprendre un autre métier que celui de coiffeur(se)30, 48 % des filles portaient leur désir initial vers une profession à dominante, médicale ou paramédicale, ce qui n’est le cas d’aucun garçon.

65Par contre, les garçons auraient voulu s’orienter vers un métier à tendance artistique (33, 3 %) ou un peu exceptionnel, tel qu’aviateur (33, 3 %). La coiffure présente donc des associations différentes chez les jeunes en fonction de leur sexe : dimension plus maternelle pour les filles, dimension plus artistique et exceptionnelle pour les garçons.

66Mais, le plus souvent, le jeu qui s’établit entre les parents et chacun des enfants apparaît beaucoup plus implicite. Il est alors nécessaire pour le décoder de confronter la trajectoire réelle ou espérée de chaque enfant à la trajectoire du père et de la mère avec les projets abandonnés, les espoirs déçus, les échecs et réussites qui les ont jalonnés. Ce décodage révèle que, plus ou moins consciemment, les parents répartissent sur chacun de leurs enfants les différentes dimensions de leur propre trajectoire. Mission est alors confiée à l’enfant de reproduire une dimension de la trajectoire et/ou de compenser un manque de cette même trajectoire. Ainsi, un fils et/ou une fille auront poursuivi la trajectoire intellectuelle du père tandis qu’un autre membre de la fratrie réalisera au travers de la coiffure un désir que la mère n’a jamais pu réaliser : désir de se mettre à son compte et/ou désir d’être coiffeuse. Nous trouvons donc ici le pôle complémentarité du double mouvement que nous signalions ci-dessus. A l’intérieur de la fratrie, les diverses orientations professionnelles permettent à ses membres de se différencier individuellement et sexuellement. Mais ces diverses orientations révèlent un rôle complémentaire dans les désirs et projets des parents.

67La dimension de la fratrie peut donc être considérée comme exerçant une double détermination quant à l’orientation professionnelle de ceux qui la composent. Plus la dimension de la fratrie est grande, plus la part de potentiel économique à investir pour chacun dans une formation ou des projets d’avenir sera réduite. Par contre, plus la fratrie est nombreuse, plus celle-ci permet aux parents de reproduire et/ou compenser les diverses dimensions de leur trajectoire respective. Ceci signifie aussi que l’orientation professionnelle de l’enfant n’est pas toujours et uniquement prédéterminée à l’avance par la catégorie socioprofessionnelle actuelle du père.

232 – Le réseau relationnel de la famille

68Ce réseau relationnel exerce un rôle qui va soit renforcer positivement l’orientation vers la coiffure, soit dissuader du choix d’un autre métier.

69Tout d’abord, le jeune et ses parents trouvent dans leur réseau relationnel des modèles identificatoires qui permettent tout à la fois d’accepter la profession en tant que telle, surtout pour les garçons, et de projeter un avenir possible pour l’enfant.

70En effet, 41,4 % des jeunes déclarent avoir des coiffeurs dans leur famille (cousin(e)s – oncles – tantes – frères ou sœurs) et/ou parmi leurs amis ou ceux de leurs parents. D’autres part 46 % disent qu’il existe dans ce même réseau relationnel des commerçants ou artisans à leur compte autres que coiffeurs.

71Ces artisans, commerçants à leur compte et/ou ces coiffeurs constituent aussi un réseau relationnel permettant de trouver les informations nécessaires quant à la formation à suivre pour accéder à un métier manuel de ce type. L’entrée dans telle ou telle filière de formation s’effectue souvent sur la base des informations ou des conseils recueillis auprès des personnes de son entourage. Il peut s’agir de membres de la famille élargie, de relations amicales ou professionnelles, mais aussi quelquefois de relations de voisinage. Ainsi, le coiffeur de la famille ou tel membre de la famille lui-même coiffeur conseillera l’apprentissage plutôt que l’école ou vice-versa. Très souvent, d’ailleurs, l’information fournie n’est pas exhaustive, le coiffeur en question indique un seul type de formation, celui qu’il privilégie personnellement. Il explique alors les démarches à effectuer ou les organismes auxquels s’adresser : chambre des métiers ou syndicat de la coiffure. Mais ce ne sont pas toujours des coiffeurs qui donnent les informations en ce qui concerne les démarches à effectuer.

72Pour l’apprentissage, tout artisan connu par la famille quelque soit le métier qu’il exerce, peut indiquer les démarches à entreprendre. Un camarade du jeune, lui-même en apprentissage, des voisins ou des collègues de travail dont un enfant suit une telle filière de formation professionnelle jouent aussi ce rôle d’informateur. Ainsi, bien souvent, l’entrée à l’école ou au C.F.A. ne correspond pas à un choix véritable, il exprime simplement une connaissance plus ou moins partielle des possibilités de formation, connaissance liée au type de sociabilité de la famille. Il nous semble important de souligner que, dans le cas de la coiffure et quelque soit la classe sociale à laquelle appartient l’enfant, les institutions d’orientation et d’information de l’Education semblent rarement consultées. Certains parents estiment que l’orientation de l’enfant est une décision propre au cercle familial et qu’une personne extérieure, quelque soit sa compétence, ne peut pas intervenir dans cette décision. Lorsque, exceptionnellement, une consultation dans un Centre d’information et d’Orientation a eu lieu, celle-ci n’a pas correspondu à l’attente des parents. L’orientation vers la coiffure permet donc souvent aux parents et au jeune de reprendre, ou tout au moins de croire qu’ils reprennent la maîtrise d’un destin que l’institution scolaire leur arrachait.

  • 31 Nous retrouvons ici des constatations effectuées à propos d’autres études où le réseau relationnel (...)

73L’importance de ce réseau relationnel dans la décision prise par la famille soulève semble-t-il une nouvelle hypothèse : ce réseau serait un des facteurs décisifs qui permettrait à Certaines familles de milieux sociaux modestes de se soustraire au déterminisme social des choix professionnels,31. Si ce réseau relationnel est limité ou défaillant, la probabilité de se soustraire aux contraintes de l’institution scolaire paraît donc faible. En tout état de cause, il semble que, lorsque cela se révèle possible, la famille prenne plus en compte les informations fournies par le réseau relationnel que celles émanant d’organismes spécialisés dans l’orientation. Comme nous l’avons déjà dit, la famille reprend ainsi en main la maîtrise de son destin, mais sans doute aussi se montre-t-elle plus réceptive à une information issue de sa propre sociabilité et qui correspond à une pratique observée et/ou vécue, qu’à une information divulguée de manière beaucoup plus abstraite.

3 – A LA RECHERCHE D’UNE STRATEGIE

74Au terme de cet article qui nous semble mettre en évidence la convergence des déterminants multiples en jeu dans le processus d’orientation vers la coiffure, qu’advient-il de notre problématique initiale ? Que se passe-t-il réellement dans cette zone floue dont la description statistique ne peut rendre compte ?

75Peut-on découvrir une ou des stratégies familiales ?

  • 32 MARENCO (C), URVOY (J) – « L’ordinateur et les stratégies des entreprises », Cahiers de l'I.S.EA., (...)
  • 33 CROZIER, op. cit., p. 48.

76Si la stratégie existe « dès lors qu’un individu ou un groupe poursuit des buts, conçoit les opérations ou manoeuvres qui y conduisent en tenant compte des initiatives ou ripostes des autres, éventuels alliés ou adversaires, susceptibles d’aider à atteindre les buts ou de les contrecarrer, ordonne dans l’espace et le temps ce qui dépend de lui ou prévoit les circonstances qui devront être réunies pour en ordonner telle partie ou encore ré-évaluer un ordre précédemment envisagé »32, les comportements observés ici constituent rarement des stratégies élaborées consciemment par les acteurs du choix. Le plus souvent, s’ils apparaissent comme stratégies, c’est a posteriori au travers du décodage que nous en avons fait. En effet, les objectifs des acteurs dans le processus d’orientation s’avèrent rarement clairs et cohérents ; ils se révèlent plus ou moins multiples, plus ou moins ambitieux, plus ou moins explicites, plus ou moins contradictoires. Par contre, si nous donnons au concept de stratégie, le sens que lui attribue CROZIER33 :

« Derrière les humeurs et les réactions affectives qui commandent ce comportement au jour le jour, il est en effet possible à l’analyste de découvrir des régularités, qui n’ont de sens que par rapport à une stratégie. Celle-ci n’est donc rien d’autre que le fondement inféré ex post des régularités de comportements observés empiriquement. Il s’ensuit qu’une telle « stratégie » n’est nullement synonyme de volonté, pas plus qu’elle est nécessairement consconsciente»,

77nous avons effectivement décelé un certain nombre de régularités de comportements permettant d’utiliser le concept de stratégie. Ces régularités de comportements mettent en jeu trois grands types de mécanismes : des mécanismes de reproduction, des mécanismes de compensation et des mécanismes d’ascension sociale. Reproduction de pratiques sociales, professionnelles, culturelles, éthiques. Compensation d’un échec scolaire du jeune et/ou d’un échec ou d’une frustration vécus par l’un ou l’autre des parents au cours de sa trajectoire professionnelle. Ascension sociale par le biais d’une mise à son compte et/ou du type de tâches et de rapports sociaux existant dans la coiffure. Nous avons utilisé ci-dessus le terme de mécanisme plutôt que celui de stratégie car la convergence des facteurs qui conduit à l’intérieur de la famille à une décision d’orientation vers la coiffure ne paraît que très rarement s’inscrire de façon unilatérale et univoque dans l’un ou l’autre de ces trois niveaux. Parler de stratégie impliquerait que l’ensemble des facteurs ayant abouti à l’orientation convergeaient vers un objectif unique de reproduction ou de compensation ou d’ascension sociale. En réalité nous observons presque toujours une intrication de ces trois niveaux dans le processus d’ensemble. En effet, la famille n’étant ni une entité absolument homogène : les acteurs y sont multiples, ni quelque chose de statique, le processus d’orientation met tantôt en évidence des mécanismes de reproduction, tantôt des mécanismes de compensation, tantôt des mécanismes d’ascension sociale suivant l’ancrage du point d’observation sur tel ou tel acteur ou à tel ou tel moment.

78Dans leur régularité d’apparition ces mécanismes présentent aussi deux aspects : un aspect défensif et un aspect offensif. Aspect offensif permettant de saisir une opportunité pour essayer de contraindre le système scolaire et social. Cette opportunité peut revêtir des aspects multiples : dons artistiques du jeune, événement fortuit procurant par avance un salon, utilisation des compétences paternelles pour installer ou gérer un salon..., opportunités qui permettent donc de rationaliser et de faire accepter l’orientation. Aspect défensif pour tenter de maintenir sa marge de liberté pour échapper aux mêmes contraintes du système scolaire et social en refusant par exemple l’orientation proposée par l’école et en mettant en avant le fait que l’on s’est débrouillé seul pour les démarches. Ainsi les parents et le jeune essayent de se sortir du système scolaire évident pour entrer dans un système moins évident et qu’ils se représentent comme propulseur du retour à/ou d’une ascension vers un statut social. Il nous semble donc que la stratégie mise en évidence s’ancre dans ce regard, jeté d’un point de vue déviant sur le système scolaire et social, pour en rejeter les avenues ouvertes et essayer de découvrir des chemins de traverse permettant d’espérer échapper au système. L’orientation vers la coiffure semble donc être une tentative pour essayer d’échapper au fonctionnement de l’institution scolaire sur lequel parents et jeunes ne possèdent aucun pouvoir, mais dont ils perçoivent plus ou moins consciemment les finalités de par l’exclusion dont ils ont été l’objet.

79Nous retrouvons donc ici les remarques effectuées par Agnès PITROU :

  • 34 PITROU (A) – Pouvoir familial et changement social, Economie et Humanisme, 251, Janv. - Fév. 1980, (...)

« Une grande masse de familles, même fortement influencées par les contraintes idéologiques ou matérielles imposées par les pouvoirs politiques et économiques, ou les pouvoirs spirituels qui continuent à exercer une emprise sur des groupes sociaux importants, manifestent une résistance passive ou active, même si elle est individuellement peu voyante, aux injonctions qui leur sont proposées comme étant la bonne norme »34.

  • 35 Terme emprunté à A. PITROU.

80Dans le processus d’orientation vers la coiffure les différents acteurs familiaux essayent bien d’utiliser les ressources dont ils disposent (économiques – relationnelles – affectives – culturelles...) dans l’étroite marge de liberté qui est la leur pour reproduire, compenser ou dépasser un statut social, en échappant au système scolaire. Ainsi la structuration du micromilieu familial avec son réseau relationnel constitue une sorte de « contre société »35 face à l’institution scolaire pour essayer d’échapper à un certain déterminisme des choix professionnels. Certes, notre observation s’insère au point de départ de la trajectoire professionnelle, rien ne prouve que cette dernière se déroulera telle qu’elle est projetée. Il est au contraire certain que pour beaucoup cette « contre-société » ne permettra pas de réaliser le projet de mise à son compte et que la famille jouera alors ??? de d’intégration dans le milieu d’origine et que la reproduction so ??? travers de l’institution scolaire se trouvera une nouvelle fois en par ???rifïée.

81Cependant les différentes structures de formation que nous avons décrites en marge de l’Education Nationale permettent donc bien aux familles d’essayer d’échapper à l’emprise de cette dernière. D’autre part quelque soit l’avenir ultérieur de l’enfant la formation lui aura permis d’intégrer certaines attitudes et comportements que les coiffeurs eux-mêmes, présentent comme intrinsèques à l’exercice de la profession.

82Loin de nous l’idée de généraliser ce que nous avons observé à propos de la coiffure, nous pouvons cependant nous demander si de tels mécanismes ne sont pas en jeu dans l’orientation vers tout métier qui possède en filigrane une éventualité plus ou moins probable de s’établir à son compte. Nous ne prétendons pas avoir saisi la totalité du phénomène. Plutôt que de réduire l’objet de notre étude à des jeux de clefs, nous avons essayé de partir de composantes multiples, hétérogènes. Nous pensons avoir ainsi soulevé quelques pistes de réflexion qui devraient être poursuivies pour être utilisées de manière efficace par les organismes dont la mission est d’aider les jeunes et leur famille à choisir une orientation professionnelle.

Annexes

ANNEXE

LE METIER DE COIFFEUR

S’il fut un temps encore peu éloigné où la Profession de la Coiffure souffrait d’une main d’oeuvre par trop abondante, il n’en est plus de même aujourd’hui où les salons de coiffure commencent à manquer de personnel qualifié.

Il y a une douzaine d’années à peine, l’afflux des jeunes gens et des jeunes filles vers le métier était tel que bon nombre d’entre eux, une fois leur apprentissage terminé ne trouvaient aucun débouché, bien que titulaires de leur C.A.P.

La situation a sensiblement évolué avec la mise en application de la scolarité obligatoire jusqu’à 16 ans. Tel jeune de 14 ou 15 ans qui, pour échapper à la poursuite d’études traditionnelles, s’engageait résolument dans la voie de l’apprentissage, hésite aujourd’hui, à 16 ans à affronter la condition d’apprenti malgré les avantages que lui accorde la loi du 16 juillet 1971.

Il semble que les services d’orientation n’aient pas encore pris conscience de ce changement d’attitude de la part de la jeunesse et il arrive encore trop souvent qu’il continuent à déconseiller la Profession de Coiffeur, parce que trop encombrée, à des jeunes gens et des jeunes filles qui souhaiteraient cependant l’exercer.

Il faut que l’on sache que dans certaines régions les salons de coiffure recherchent des apprentis et qu’ils n’en trouvent pas. Il faut que l’on sache que dans toutes les régions les salons de coiffure recherchent des ouvriers et des ouvrières qualifiés et qu’ils n’en trouvent pas. Il faut enfin que l’on sache que la Profession de la Coiffure n’est plus encombrée et qu’elle offre actuellement à la jeunesse des débouchés de plus en plus nombreux.

FORMATION PROFESSIONNELLE DANS LA COIFFURE

Deux voies conduisent à la Profession de Coiffeur :

  • – l’apprentissage en salon
  • – la formation en école à plein temps

Dans le premier cas, le plus courant, les futurs apprentis coiffeurs doivent avoir satisfait à l’obligation scolaire, c’est-à-dire avoir 16 ans. Il appartient au jeune homme ou à la jeune fille de rechercher un maître d’apprentissage qui veuille lui établir un contrat d’apprentissage.

La durée de l’apprentissage est de deux années pour la coiffure dames ou messieurs et de trois ans pour la coiffure mixte pendant lesquels l’apprenti doit suivre des cours dans un centre de formation d’apprentis où lui sont dispensés notamment des cours de français, de calcul-commerce, de sciences, de législation, de technologie et de dessin.

Au terme de leur apprentissage, les apprentis se présentent au C.A.P. qui leur ouvre la porte de la Profession.

Dans le deuxième cas, c’est-à-dire dans la formation en école à plein temps, les élèves restent sous statut scolaire ; c’est pourquoi ils peuvent être admis dès l’âge de 14 ans.

Ils reçoivent pendant deux ou trois années scolaires une formation complète (pratique et enseignement général) et ils se présentent au C.A.P.

L’exploitation d’un salon de coiffure est réglementée par la loi du 23 mai 1946.

Aux termes de cette loi, nul ne peut exploiter un salon de coiffure s’il n’est titulaire du Brevet Professionnel.

Pour se présenter au Brevet Professionnel, il faut avoir son C.A.P. depuis au moins deux ans, avoir exercé la Profession pendant le même temps et, enfin, avoir suivi des cours de perfectionnement pendant deux années.

MONOGRAPHIE DES CONDITIONS ET APTITUDES A REUNIR CHEZ LES FUTURS APPRENTIS COIFFEURS

Un économiste contemporain a dit fort justement :

« un gros progrès sera réalisé en France, quand on

« aura compris que n'importe qui n'est pas apte à

« faire n’importe quoi ».

Le métier de coiffeur n’échappe pas à cette remarque pertinente. Il convient donc, compte tenu du milieu dans lequel il s’exerce de ses caractères artistiques et des contacts directs entre clientèle et coiffeur de rechercher sinon d’exiger, chez les candidats à cette Profession, certaines aptitudes indispensables.

I – ETAT PHYSIQUE DU FUTUR APPRENTI

Si bien aéré soit-il, le salon de coiffure est un local dont l’atmosphère chaude et humide, est en outre saturée de parfums irritants et viciée par de nombreuses poussières malsaines et des émanations toxiques dues aux produits employés dans les différents traitements capillaires.

Le coiffeur travaille debout tout le jour ; son métier est donc pénible, non qu’il nécessite un gros effort musculaire mais il faut pouvoir résister à la fatigue ; le coiffeur piétine sur place du matin au soir, les bras en demi-tension à longueur de journée.

Par conséquent, il faudra écarter de la Profession tous ceux qui ne présenteront pas des garanties suffisantes de robustesse et de résistance à la fatigue. II faudra écarter aussi :

a) ceux dont les voies pulmonaires sont fragiles et, à fortiori, les prétuberculeux, les tuberculeux guéris ; le séjour quotidien dans les salons en ferait très vite de la clientèle pour sanatoria.

b) ceux dont le cœur et le système circulatoire présentent faiblesses et déficiences ; ils ne supporteraient pas la station debout (les varices sont une contre-indication majeure à l’exercice de cette Profession).

c) ceux également dont le foie et les reins ne sont pas en parfait état de fonctionnement ; ils ne pourraient éliminer les toxiques absorbés par voies respiratoires et cutanée et seraient très vite sujets à des dermatoses qui leur interdiraient l’exercice de leur métier (sans doute a-t-on tenté d’obvier à ce grave inconvénient en recommandant le port des gants de caoutchouc, mais ce moyen de préservation est insuffisant, les vapeurs nocives attaquent par voie respiratoire).

Sur un autre plan, remarquons que le coiffeur est en contact permanent avec la clientèle, que le salon de coiffure connaît des heures, des jours de presse. Il importe donc que le futur apprenti soit nanti d’un système nerveux en parfait équilibre et qu’il puisse, en toute circonstance, contrôler ses gestes et ses paroles. Les mélancoliques, les coléreux et les timides ne seront pas à leur place dans un salon de coiffure ni, à plus forte raison, les névrosés, les déséquilibrés, les épileptiques.

II – APTITUDES PHYSIQUES

1) Taille

Nous avons noté que le coiffeur travaille debout, bras en demi-tension ; pour travailler commodément, la taille du futur apprenti doit donc être moyenne – trop grand il devrait se courber, position incommode qui peut chez des êtres jeunes, entraîner des déformations osseuses – trop petit (au dessous de 1, 55 m) le travail devient quasiment impossible.

2) Habileté manuelle

Le métier de coiffeur est avant tout un travail d’adresse et, ajoutons-le, de minutie. Les doigts du coiffeur doivent lisser, tenir serré, enrouler une mèche ou un pan entier de la chevelure avec la même rapidité ; il faut éviter un trop long contact avec un fer chaud ou profiter d’un apprêt quelconque ; il faut aller vite ; c’est aussi une question de rendement. Les lents, les maladroits, sont tous inaptes à cette Profession.

Etre habile et vif ne suffit pas ; le coiffeur travaille avec ses mains, avec ses deux mains ; or, si celles-ci agissent simultanément, elles n’exécutent pas synchroniquement les mêmes gestes ; il faut donc exiger de l’apprenti une parfaite dissociation des mouvements de ses deux mains.

3) Acuité sensorielle

L’habileté et la vivacité sont liées à l’acuité sensorielle ; aussi, faut-il être particulièrement exigeant à ce sujet.

a) la vue

On ne peut être ni vif, ni habile si l’on n’a pas de bons yeux. La vision peut être corrigée par des verres, mais il faut déconseiller la coiffure aux jeunes gens atteints de strabisme ; un coiffeur doit avoir le sens du relief et celui des nuances.

Par contre, le daltonisme n’est pas une contre-indication ; il demande seulement au daltonien une certaine prudence dans le choix des teintures.

Les coiffeurs sont unanimes sur ce point.

Notons que la conjonctivite et les autres inflammations possibles des yeux sont préjudiciables et doivent être considérées comme contre-indications.

b) le toucher

Autant qu’avec ses yeux, c’est avec ses mains que le coiffeur juge de l’équilibre d’une coiffure. Donc, le sens du toucher doit être, chez l’aspirant coiffeur, lui aussi fort développé. La main du coiffeur doit savoir apprécier l’épaisseur d’une mèche, comme le degré de chaleur d’un fer ou d’un bigoudi.

De plus, il faut exiger des candidats apprentis un état dermatologique parfait ; les eczémas, toutes les affections de la peau sont désagréables à contempler et, en outre, certaines de ces maladies sont contagieuses. Par respect pour la clientèle, il faut éloigner des salons les ouvriers dont l’état cutané n’est pas satisfaisant. De même l’hyperydrose des mains, une prédisposition aux engelures, sont autant de nouvelles contre-indications importantes.

c) l’ouïe

Moins primordiale au point de vue professionnel que la vue ou le toucher, une bonne ouïe est cependant souhaitable ; le contact avec la clientèle l’exige. D’une part, un coiffeur qui entend mal peut, de bonne foi, commettre des erreurs ; d’autre part, les clients aimant à converser ne choisissent pas un ouvrier dur d’oreille ;

4) Présentation

La Profession de coiffeur est placée sous le signe de la mode, de l’élégance, de l’hygiène et du commerce. Aussi, autant de raisons pour que le coiffeur ait une présentation avenante et soignée. On comprendra que certaines infirmités (haleine forte, transpiration malodorante, scoliose, cyphose) soient peu compatibles avec la Profession.

Il ne faut pas non plus oublier que la clientèle, sensible à l’aspect extérieur, choisira de préférence un coiffeur ou une coiffeuse ne présentant pas de défauts physiques trop accentués.

Dans ce même domaine, l’aspect sympathique, toujours apprécié de la clientèle joue un rôle primordial.

Les aptitudes physiques énumérées plus haut, si elles sont nécessaires, ne sont cependant pas suffisantes pour faire un bon coiffeur. On devra rencontrer encore chez le futur apprenti des dispositions intellectuelles et morales sans lesquelles il a peu de chances de réussir dans cette Profession.

IIΙ – APTITUDES INTELLECTUELLES

Métier d’art et de mode, la coiffure exige tout d’abord, sous ce rapport, de ceux qui s’y destinent non seulement du goût mais un véritable sens artistique. Un bon ouvrier sait quelle coiffure convient à un visage déterminé. Il sait qu’un beau profil peut être abîmé par une coiffure mal adaptée qui détruira les lignes essentielles d’harmonie.

Il reconnaît les défauts d’une physionomie et il devine par quels truquages du coup de peigne il pourra y remédier. Si l’on ne peut attendre de tout bon coiffeur la création de modèles nouveaux, la clientèle est en droit de demander à son coiffeur assez de sens artistique pour savoir suivre la mode, non en copiste servile, mais en adaptant les lignes générales de celle-ci à son type particulier. Sens artistique qui se doit d’être souple et doublé d’assez de finesse pour transformer les désirs de la clientèle en coiffures acceptables car le coiffeur sera toujours tenu pour responsable de sa coiffure.

Ce sens artistique sera puissamment aidé par une imagination très poussée et, à défaut, par une bonne mémoire visuelle. Sans doute la coiffure est-elle trop souvent une « industrie » nous dirons mieux un « commerce » mais elle est malgré tout, et devrait être uniquement, un art véritable. Les grands coiffeurs sont des artistes. Mais ils ne sont qu’une élite.

Cependant, le don d’observation, la faculté d’attention, le goût, la sûreté du coup de peigne sont encore des qualités fort appréciables qu’il est absolument indispensable de déceler chez le futur coiffeur. Faculté d’attention pour éviter les incidents regrettables : fer trop chaud, produit en trop grande quantité, temps de chauffage exagéré. Faculté d’attention pour conduire avec minutie les différentes phases de la coiffure : un coup de ciseaux supplémentaire ou malencontreux, un rasoir mal dirigé, sont pour le coiffeur distrait, sources d’ennuis indésirables.

Le coiffeur n’est pas digne de son métier s’il ne possède pas ces qualités majeures.

Par ailleurs, nous ne devons jamais perdre de vue que le coiffeur, par certains côtés, est un commerçant. Qu’il est en contact avec une clientèle dont la fidélité assure son gagne-pain. Le coiffeur doit donc se rappeler qu’il est à la disposition de sa clientèle, qu’il doit la satisfaire pour la retenir. La cliente a le droit de choisir l’ouvrier qui lui plait et de refuser les services d’un autre. Au coiffeur de savoir conserver sa cliente. Et pour cela, que le coiffeur ait du tact et même qu’il soit psychologue ; que si le (ou la) client(e) « a ses nerfs » il en subisse l’humeur avec componction. Par conséquent, que le futur coiffeur ait bon caractère. Qu’il mette aussi en bonne place, au rang des qualités, qu’on est en droit de lui demander : la discrétion, si le coiffeur doit savoir parler qu’il sache aussi se taire.

Avec la discrétion, nous abordons le problème de la moralité du métier.

IV – APTITUDES MORALES

Cette Profession offre des dangers et peut transformer certains travers en véritables défauts.

Métier à la fois artisanal et commercial, il s’agit de maintenir un équilibre très stable entre la recherche d’un intérêt pécuniaire normal et une attitude préjudiciable ; ceci demande une certaine fermeté de caractère et, disons-le, une certaine honnêteté :

. s’il faut aller vite, il ne faut pas pour autant gâcher le travail. Aller vite, c’est l’affaire de dextérité, non de tours de passe-passe et de camouflage. Se débrouiller pour faire vite, c’est déjà voler le client.

. le métier demande de l’amabilité. Mais le degré de complaisance ne doit avoir aucune commune mesure avec l’importance du pourboire.

Il faut avoir bon caractère mais il est à éviter de devenir cauteleux et obséqieux, le coiffeur n’y gagnerait que le mépris de sa clientèle.

V – DEGRE D’INSTRUCTION

Il convient, avant de conclure, de voir quel degré d’instruction est souhaitable pour être à sa place dans le métier de coiffeur.

Contrairement à un préjugé malheureusement fort répandu, une bonne instruction n’est pas superflue. La clientèle appréciera toujours l’ouvrier cultivé plus que l’ignorant. Savoir répondre à un client, lui donner élégamment la réplique dans une discussion, demande un fond de connaissances variées et solidement acquises.

La connaissance du dessin aide puissamment un sujet qui se destine à la Coiffure et la pratique de cette discipline révèle des aptitudes qui auraient pu demeurer dans l’ombre. C’est pourquoi la place accordée à cet enseignement dans les horaires des Ecoles de Coiffure est aussi importante.

Signalons enfin que la pratique des langues étrangères est fort utile dans les grands salons.

CONCLUSION

D’après cette liste un peu longue des qualités requises, il semblerait que c’est exiger beaucoup des candidats coiffeurs alors que la plupart n’ont que peu à donner.

Cependant, entre l’élite souhaitable et les recrues qui se présentent, il semble qu’il y ait place pour un juste milieu. Sans aller jusqu’à l’absolu des qualités ci-dessus, avouons qu’un minimum décent est toutefois indispensable.

Dans une Profession touchée gravement par la crise économique, on ne peut s’embarrasser de sujets trop peu aptes qui, leur apprentissage terminé, ne trouveront jamais de travail ; ce serait là les laisser aller au devant de déboires certains et leur faire perdre de précieuses années. D’une manière plus générale, et dans l’intérêt bien compris de la corporation, une sélection au départ s’avère absolument nécessaire.

Notes

1 CROZIER (M), FRIEDBERG (G) : L’acteur et le système, Seuil, Paris, 1977, p. 255.

2 BUISSON (M), Familles et orientation professionnelle, le cas de la coiffure à Lyon, CSE, Université Lyon II, 1980,142 p.

3 LEBAS (C), JACQUES (A) – La coiffure en France du Moyen-Age à nos jours. DELMAS International, 1979.

4 Cf. en annexe.

5 Ce questionnaire a été rempli par les élèves rentrés au CFA en Septembre 1978 et par les élèves de premiere année au CAP en 2 ans et de deuxième année du CAP en 3 ans de l’une des écoles de coiffure.

6 SCARDIGLI (V), MERCIER (P.A.) – Ascension sociale et pauvreté, Collection ATP, no 28, CNRS, Paris 1978, p. 61.

7 BALLION (R) – Echec scolaire et réorganisation psychosociologique, Thèse de Doctorat de 3e cycle, 1975, p. 100.

8 Le taux de redoublement de ces 333 jeunes ne s’avère pas fondamentalement différent de celui observé pour l’ensemble de la population scolarisée du même âge : 60 % ont redoublé une fois, 27, 6 % plusieurs fois et 11,7 % jamais.

9 En ce qui concerne les raisons du choix du type de formation, parmi les trois premières raisons retenus, 67, 8 % des élèves de l’école ont cité « l’école prépare mieux au métier de coiffeur que l’apprentissage » et 74, 7 % des apprentis ont cité : « vous pensez que, chez un patron, vous apprenez mieux votre métier ».

10 36, 7 % le citent dans les trois premiers choix.

11 40, 2 % citent dans les trois premiers choix « Vous préfériez l’école parce qu’il y a plus de cours (français, langue...) et 41, 3 % « Vos parents vous ont incités à aller à l’école ».

12 X2 significatif à. 05.

13 X2 significatif à. 001.

14 41, 8 % des jeunes du CFA et 37, 9 % des jeunes de l’école ont choisi en première position : « depuis longtemps, je voulais faire ce métier et je n’en aurais pas appris un autre ». En ce qui concerne le 1er choix la comparaison CFA-Ecole donne un X2 non significatif.

15 En totalisant les trois premiers choix, nous obtenons les résultats suivants : « vocation (CFA : 47, 9 % – Ecole 49,4 %) « mise à son compte » (C.F.A. : 34, 5 % – Ecole : 62 %). Le X2 est significatif à.02. Les jeunes de l’école insistent beaucoup plus sur l’aspect artistique et sur l’aspect mise à son compte, les jeunes du CFA insistent plus sur l’aspect non-choix et chômage.

16 OUELLET (G), DIONNE (P) – Approche psychosociale du développement vocationnel, l’orientation professionnel, Québec, vol. 16, no 4, p. 236.

17 CROZIER, op. cit.

18 Cf. « Coiffeuse, drôle de métier : une Fille sur la tête, une pour les mains, une pour les pieds », Histoire d’Elles, Mars 1979.

19 significatif à.02.

20 X2 significatif à.05.

21 X2 significatif à.01.

22 X2 significatif à.05.

23 ZARCA (B) : « L’artisanat de promotion ouvrière est désormais un artisanat à haut risque d’échec ». Acte de la Recherche en Sciences Sociales, 29 septembre 1979, p. 13.

24 KAES : op.cit.

25 ZARCA (B) Artisanat et trajectoires sociales, Actes de la Recherche en Sciences Sociales, 29 septembre 1979, p. 5.

26 ZARCA (B) :op. cit., p. 5.

27 LIENARD (G) SERVAIS (E) – La transmission culturelle : stratégie de famille et position sociale. Cah. Inter, de Socio. Vol. LIX, 1975, pp. 338-339.

28 KAES (R) – Crise, Rupture et Transitionalité, Psychologie Clinique – Bulletin du Laboratoire de Psychologie Clinique et du Centre de Recherche sur l’Inadaptation de l’enfant et de l’adolescent de l’Université Lyon II, no 1, mars 1977, p. 42.

29 BOURDIEU (P) – Le capital social, Actes de la Recherche en Sciences Sociales, no 31, janv. 1980, p. 2-3.

30 48,6 % des filles et 47 % des garçons auraient désiré apprendre un autre métier.

31 Nous retrouvons ici des constatations effectuées à propos d’autres études où le réseau relationnel joue un grand rôle pour permettre aux familles modestes d’assumer les difficultés et ne pas sombrer dans les familles dites « cas sociaux ». Voir « La Vie Précaire » : des familles face à leurs difficultés. Sous la dir. d’A. PITROU. Etudes CNAF 1978.

32 MARENCO (C), URVOY (J) – « L’ordinateur et les stratégies des entreprises », Cahiers de l'I.S.EA., mars 1968.

33 CROZIER, op. cit., p. 48.

34 PITROU (A) – Pouvoir familial et changement social, Economie et Humanisme, 251, Janv. - Fév. 1980, p. 20.

35 Terme emprunté à A. PITROU.

© Presses universitaires de Lyon, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search