Version classiqueVersion mobile

Éducation, fête et culture

 | 
Régis Bernard
, 
Monique Buisson
, 
Jean Camy
, 
et al.

Sociographie des Universités populaires : le cas de Lyon

Laurence Roulleau-Berger

Texte intégral

1A la fin du XIXe siècle un vaste mouvement social et culturel se développe : le mouvement d’« éducation populaire ». De multiples formes d’éducation populaire existaient déjà depuis le milieu du XIXe siècle : cercles d’études sociales, œuvres catholiques d’éducation ouvrière, sociétés d’instruction populaire chargées de l’organisation de conférences populaires, lectures populaires et cercles populaires enfin. Ces différentes formes d’éducation populaire semblent annoncer un mouvement social et culturel plus vaste : elles contiennent de nouveaux concepts qui émergeront d’abord dans l’Affaire Dreyfus, puis prendront une forme historique déterminante dans le mouvement des Universités populaires.

  • 1 Camille MAUCLAIR, « L’œuvre sociale de l’Art moderne », Revue Socialiste, juin 1901.

2En effet, l’affaire Dreyfus, de par la crise du système social qu’elle déclenche, permet à certaines fractions sociales de s’affirmer historiquement. De nouveaux intellectuels « progressistes » liés à la bourgeoisie décident, dans le souci de faire connaître la vérité et la justice sociale, « d’aller au peuple » : « Les intellectuels, sur l’initiative de Zola, que beaucoup n’aimaient guère, comprirent très bien que l’occasion s’offrait d’aller enfin droit à la foule et les listes de protestation enregistrées par l’Aurore resteront à ce point de vue le plus significatif document, ainsi que les réunions qui suivirent, où les Richet, les Duclaux, les France et les Séailles tendirent la main aux hommes du peuple. Là s’accomplit une union que la bourgeoisie ne put empêcher »1.

3C’est dans leur contribution à reconnaître l’éducation populaire et sociale comme nécessité historique que les nouveaux intellectuels bourgeois et certains autodidactes ouvriers, nouveaux intellectuels du prolétariat, se rencontreront.

4Les nouveaux concepts contenus dans l’émergence de l’éducation populaire, se trouvent étroitement associés à une philosophie de la Solidarité et à la notion de coopération mutuelle des idées. Ainsi, l’Affaire Dreyfus jouera la fonction de synthétiseur des formes d’éducation populaire qui, en se combinant, donneront naissance au mouvement des Universités populaires.

SITUATION DE L’UNIVERSITE POPULAIRE DANS LA VIE SOCIO-EDUCATIVE ET CULTURELLE LYONNAISE

5L’Université populaire de Lyon naît en 1899, proposant des cours, des conférences, mais aussi des distractions telles que des excursions, des visites, des promenades... Il convient donc de la relier aux autres structures éducatives, mais aussi de situer son action dans la vie culturelle lyonnaise.

6A la naissance de l’Université populaire de Lyon, des cours d’enseignement professionnel sont organisés par l’école d’enseignement professionnel « La Martinière », existant depuis 1800, et par la Société d’enseignement professionnel du Rhône, créée en 1864. Ces cours s’adressent aux ouvriers, aux employés, aux apprentis qui veulent compléter leur formation ou acquérir des connaissances nouvelles. Des conférences leur sont aussi proposées et des bibliothèques sont ouvertes à leur intention.

7Si le mouvement des Universités populaires ne s’inscrit pas en tant que tel dans le prolongement de l’enseignement professionnel, il poursuit celui en faveur de l’éducation prolongée. En effet, déjà en 1868, des cours populaires du soir existaient à Lyon : un cours de mécanique industrielle fait par un professeur de la Faculté des Sciences puis, à partir de 1872, sur l’initiative de M. Bessières, conseiller municipal, furent établis les premiers cours confiés à des professeurs des Facultés des Lettres et des Sciences et du lycée de Lyon. Enfin après quelques années de suspension au cours desquelles les leçons et les conférences furent faites d’une façon intermittente, le Conseil Municipal réorganisa les cours municipaux en 1892.

  • 2 Sur cette question, voir les ouvrages de A. PROST (L’enseignement en France de 1800 à 1967) et de M (...)

8Il faut bien voir aussi que les promoteurs des Universités populaires sont contemporains des promoteurs de la nouvelle Université : en effet, les uns voulaient participer à l’édification d’un enseignement supérieur et populaire à la fois, ils voulaient « aller aux ouvriers » ; les autres se dormaient pour mission le « haut enseignement », oeuvraient à transformer les anciennes Facultés, efforts qui aboutirent à la promulgation de la loi de juillet 1896, date de la création de l’Université moderne2. Ainsi l’idée universitaire et l’idée d’un enseignement populaire semblent se réaliser simultanément à la fin du XIXe siècle.

9Cependant il semblerait qu’à Lyon il n’y eut pas de rencontre délibérée entre l’Université proprement dite et l’Université populaire. L’Université populaire entretenait indirectement des relations avec l’Université puisque certains de ses conférenciers étaient professeurs à l’Université. Pourtant alors que l’action de la Société des Amis de l’Université, créée en février 1899, se manifestaient par des conférences scientifiques, littéraires ou artistiques, par la création de cours complémentaires, l’Université populaire n’établit aucun contact avec cette Société.

  • 3 « Lyon en 1906 », édition de Lyon, 1906, p. 170.

« Les conférences de la Société des Amis de l’Université sont très rapidement devenues populaires à Lyon et le désir d’y assister a certainement valu à la Société beaucoup d’adhésions. La Société a même quelquefois offert à ses membres de véritables concerts. C’est ainsi qu’une conférence de M. Bouchor sur le chant populaire dans les écoles primaires, a été en quelque sorte illustrée par l’exécution de vieilles chansons, pastourelles ou mélodies auxquelles le conférencier vernit d’adapter de gracieuses compositions littéraires... »3

  • 4 Mme DESPARMET-RUELLO dans les Annales de l’Université populaire lyonnaise, Bibliothèque Nationale, (...)

10Mais l’Université populaire de Lyon resta indépendante de cette société : les cours et conférences qui seront faits se rattacheront plutôt à l’enseignement secondaire, « enseignement qui a pout but la culture totale et désintéressée de l’esprit »4. Les protagonistes de l’enseignement populaire à l’Université populaire de Lyon voulaient rester conscients du fait que l’enseignement supérieur ne pouvait se greffer sur les simples connaissances primaires enseignées en vue du certificat d’études. D’autre part, à Lyon, à 1900, une vie associative et culturelle se développait réellement. L’Université populaire se trouvera alors en contact avec d’autres associations : par exemple à l’occasion du centenaire de Victor Hugo, le Caveau lyonnais, société d’initiative et d’expansion littéraire s’était associé à l’Université populaire. M. Appleton, conférencier à l’Université populaire lyonnaise, était rapporteur de concours au Caveau lyonnais.

  • 5 Revue de la Chanson française, 1902, p. 14.

« Le Caveau, suivant l’expression heureuse de l’un des nôtres, M. Appleton, c’est une idée en marche. Depuis 14 ans qu’elle fit avec nous sont premier pas, des milliers d’hommes l’ont suivie ; des milliers d’hommes de toutes conditions sociales, de tous rangs, comme nous le devenons tous quand nous sommes unis dans une même pensée...
Notre action s’exercerait d’une façon décisive contre les œuvres malsaines produites sur les théâtres et dans les cafés-concerts.
La chanson que nous considérons comme une éducatrice aimable, comme une Reine bienfaisante et glorieuse, exercera sur tous une action utile, élevée, puissante... »
5.

  • 6 « Lyon en 1906 », édition de Lyon, 1906, p. 254.

11L’Université populaire se mettra aussi en relation avec la Société du Théâtre lyonnais de l’Œuvre : « pendant deux ans l’Université populaire lyonnaise offrit l’hospitalité de sa scène à la société du Théâtre lyonnais de l’Œuvre, et ainsi en 1904 et 1905, une fois par mois, les habitués de la rue Hénon » purent entendre trois ou quatre pièces en un acte du Théâtre d’idées6.

12L’action de certains fondateurs de l’Université populaire lyonnaise s’inscrivait enfin dans le sens de celle des œuvres laïques, telles les Amicales laïques, par exemple : certaines personnes, comme M. Aveyron, créateur de la Fédération des Petites A. et membre de l’Université populaire, ou comme M. Bertrand, conférencier à l’Université populaire et à l’Union amicale des anciens élèves des écoles laïques du 1er arrondissement, défendaient l’idéal laïque dans les œuvres d’éducation populaire.

RAPPORT DE L’UNIVERSITE POPULAIRE DE LYON AU MOUVEMENT DES UNIVERSITES POPULAIRES

13L’Université populaire de Lyon se caractérise par une forme qu’on pourrait qualifier plutôt de philanthropique, dans la mesure où elle se démarque d’autres Universités populaires : celles se réclamant du « socialisme démocratique », ou celles se définissant comme « services des Bourses du Travail », ou enfin celles d’origine anarcho-syndicaliste ou socialiste.

14Il paraît alors important de voir à quels types d’Université populaire s’oppose fondamentalement celle de Lyon.

15Les créateurs de l’Université populaire de Lyon énonceront d’emblée leur volonté de ne pas faire de l’Université populaire une institution ouvrière dans la lignée des coopératives, des Bourses du travail, c’est-à-dire des Universités populaires plutôt « syndicales ». Ces dernières Universités populaires manifesteront d’ailleurs dans le mouvement certaines résistances idéologiques au courant dominant, comme l’Université populaire d’Agen ou celle de Laval.

16L’Université populaire d’Agen, par exemple, pose clairement la question des rapports entre les Universités populaires et les organisations ouvrières. « La Bourse du Travail d’Agen, considérant d’une part que l’amélioration du sort économique des travailleurs se trouve lié à leur progrès intellectuel et moral et d’autre part que la loi qui préside à l’organisation de la société doit être non pas une lutte mais l’union pour la vie, a décidé de créer une Université populaire, en faisant appel à toutes les bonnes volonté ».

« Il est fondé à Agen, par les soussignés et tous ceux qui adhèrent aux présents statuts, une œuvre laïque : l’Université populaire d’Agen, destinée dans l’esprit de ses fondateurs à compléter l’éducation sociale des travailleurs des deux sexes ».

  • 7 « Opinions sur les Universités populaires » dans Pages libres, 27 août 1904.

17« Compléter l’éducation sociale des travailleurs » signifiera alors sur le plan pédagogique pour les créateurs de l’Université populaire d’Agen « accorder la plus grande place dans les causeries et conférences aux syndicats, aux coopératives, à la législation du travail. L’histoire du mouvement ouvrier et l’histoire du travail occuperont une place importante dans cette Université populaire. Le deuxième rang dans le programme d’Université populaire syndicale sera réservé à l’étude de l’économie et de l’évolution sociale, l’histoire économique et sociale de l’humanité et l’étude des progrès et découvertes scientifiques. Au point de vue politique, l’Université populaire se proposera d’étudier avec fruit les questions d’actualité, d’y rattacher notamment ce qui a trait à l’organisation de l’enseignement public et privé »7.

  • 8 Lucien DINTZER, « Le mouvement des U.P. » dans le Mouvement social, avril-juin 1961.

18L’Université populaire de Laval est aussi créée sous les auspices de la Bourse du Travail par des socialistes et définie comme association laïque, dite d’éducation mutuelle. Elle se propose de développer l’enseignement supérieur populaire. Comme le dit Dintzer, à son propos, « l’Université populaire travaille à l’éducation ouvrière comme le syndicat travaille à la défense des intérêts corporatifs et la coopérative à l’abaissement du coût de la vie »8.

19L’Université populaire de Lyon s’opposera encore davantage à une Université populaire comme celle de Roanne, marginale dans le mouvement, créée par des anarcho-syndicalistes et des socialistes : dans cette Université populaire, les ouvriers tisseurs, les instituteurs, les médecins, les avocats, les professeurs élaboraient ensemble les programmes de conférences et intervenaient tous sur les sujets qu’ils connaissaient.

  • 9 Cf. Laurence ROULLEAU-BERGER « Les U.P. dans le champ des conflits sociaux, idéologiques et politiq (...)

20Enfin l’Université populaire de Lyon se distinguait des Universités populaires « se réclamant du socialisme démocratique », majoritaires dans le mouvement, nées souvent de l’action conjuguée d’universitaires, d’instituteurs, de professeurs de lycée et d’ouvriers intellectuels, parfois syndicalistes ou membres des coopératives9.

21Dans l’organisation des structures éducatives et artistiques, les Universités populaires syndicales et anarcho-syndicalistes se définissaient plutôt par la reconnaissance de l’existence d’une culture ouvrière, les Universités populaires se réclamant du « socialisme démocratique » travaillaient à la réinterprétation de certains éléments culturels populaires par association avec des formes caractéristiques de la culture bourgeoise, les Universités populaires philanthropiques prônaient la culture savante bourgeoise :

  • 10 Mme DESPARMET-RUELLO dans les Annales de l'U.P. lyonnaise.

« Malgré ma longue pratique de l’administration, je serais profondément troublée d’avoir à prendre la parole devant une élité d’homme de science et de pensée, moi qui suis surtout vouée à l’action, si je n’étais soutenue par la grande idée qui nous réunit ce soir : chercher le meilleur moyen de donner au peuple le développement intellectuel et moral qu’il n’a pas eu le temps d’acquérir sur les bancs de l’école et puisque c’est dans les jouissances élevées de la pensée, dans les émotions profondes de l’art et de la nature, que les hommes instruits trouvent le bonheur, permettre au peuple de tremper ses lèvres à la source même de la vie heureuse. Tous ici, nous nous sommes rencontrés dans une même pensée de solidarité »10.

22Ainsi dans les différentes orientations idéologiques et culturelles prises par les Universités populaires s’inscriront des conceptions différentes de l’émancipation sociale et culturelle de la classe ouvrière. Les Universités populaires syndicales, socialistes, anarcho-syndicalistes se donneront comme objectif la contribution à la formation d’intellectuels du prolétariat ; les Universités populaires démocratiques affirmeront leur volonté de former un prolétariat intellectuel et les Universités populaires philanthropiques une « aristocratie intellectuelle ouvrière ».

L’UNIVERSITE POPULAIRE DE LYON, ŒUVRE DE CERTAINS PHILANTHROPES

23L’Université populaire de Lyon est née grâce à l’initiative de Mme Desparmet-Ruelle, directrice du lycée de jeunes filles de Lyon ; elle avait tenté de rassembler en 1899 tous ceux qui s’intéressaient à la création d’une Université populaire. L’Université populaire se trouve tout de suite soutenue à sa création par la municipalité qui lui prête des locaux et lui accorde des subventions. Le maire de Lyon, M. Augagneur, représentant de la bourgeoisie républicaine, ennemi farouche du socialisme et du syndicalisme, acceptait bien l’idée d’une Université populaire – contrôlée par les républicains-, mais celle-ci ne devait à aucun moment entreprendre une action d’obédience socialiste ou syndicale.

24Les créateurs de l’U.P. de Lyon font penser à ceux qui ont créé celle de Levallois-Perret et qui se définissaient ainsi :

  • 11 « La philanthropie et les U.P. » dans Pages libres, 27 août 1904.

« Philanthropie veut dire amour des hommes ; or, c’est bien ce sentiment d’amour qui nous anime tous, nous, membres des U.P., à quelque classe et à quelque parti que nous appartenions. Nous pensons qu’une partie de l’humanité souffre trop et jouit trop peu, qu’elle supporte de pénibles labeurs dont la rémunération est parfois dérisoire, et qu’elle est exposée à la misère et au désespoir, sitôt que l’atteignent la maladie et la vieillesse...
Non, pour vous, comme pour les démocrates socialistes, comme pour les révolutionnaires, comme pour moi-même, c’est l’Altruisme, c’est la Fraternité, c’est la Solidarité, c’est le Sentiment de la Justice, c’est l’intérêt général, c’est l’Amour des hommes qui inspirent nos actions. Nous sommes tous des philanthropes, nous avons tous le même but »
11.

25Ce sentiment de bienfaisance, d’altruisme, d’humanité anime les créateurs de l’U.P. de Lyon, qui souhaitent le bien moral et social du peuple, sachant que leur entreprise ne doit pas tendre vers un changement politique ou économique.

26Mais les philanthropes des U.P. de Levallois-Perret ou de Lyon ne peuvent en aucun cas être assimilés aux philanthropes des sociétés savantes littéraires et scientifiques lyonnaises.

  • 12 « Lyon en 1906 », édition de Lyon, 1906, p. 520.

27En effet, ces sociétés organisent aussi des cours et des conférences : la « société d’économie politique et d’économie sociale » s’est efforcée d’intéresser l’intelligentia bourgeoise aux sciences économiques en organisant des conférences publiques, en mettant à l’ordre du jour de ses séances les questions sociales, commerciales ou d’intérêt mondial les plus actuelles, en encourageant l’enseignement de l’économie politique à la Faculté de Droit, à l’Ecole de Commerce, à l’Ecole de la Martinière, à la Société d’enseignement professionnel du Rhône »12.

28La société de Géographie du Rhône, fondée en 1876, organise des conférences sur les questions géographiques les plus actuelles et très spécialisées.

29Enfin d’autres sociétés savantes tendent à développer leurs activités culturelles : la Société Nationale d’Education de Lyon, créée en 1830, la Société Académique d’Architecture, créée en 1830, la Société des Bibliophiles créée en 1885, la Société Botanique de Lyon, créée en 1872, la Société Linéenne de Lyon, fondée en 1822, la Société d’Agriculture, Sciences et Industrie fondée en 1892, la Société d’Anthropologie fondée en 1881, les Sociétés Médicales, la Société de Pharmacie recréée en 1805 et la Société de Lecture dont l’origine remonte à 1862.

  • 13 Mme DESPARMET-RUELLO dans les Annales de l’U.P.L.

30Alors que ces sociétés s’adressaient par l’étude très spécialisée de divers domaines à l’intelligentsia lyonnaise, l’U.P. de Lyon voulait devenir quant à elle la Maison du Peuple : « Le peuple viendra s’instruire en contribuant de ses deniers à son édification ; il pourra dire en y entrant : là nous sommes chez nous, nous avons contribué à bâtir le temple de la pensée populaire ; là nous venons le soir, après avoir peiné tout le jour, reposer dans des sièges confortables nos membres las ; nous y venons prendre notre part des connaissances et des grandes idées qui, jusqu’ici, nous étaient inaccessibles, parce que nous nous laissions absorber par les dures matérialités de la vie »13.

L’INFLUENCE DU CERCLE POPULAIRE DE VAISE SUR L’U.P. DE LYON

31Si donc l’U.P. se distingue des sociétés et écoles d’enseignement professionnel, des cours d’adultes populaires, de la Société des Amis de l’Université, des sociétés dites philanthropiques, en revanche elle s’inscrit directement dans le prolongement d’associations d’éducation populaire telles les Cercles Populaires, qui semblent avoir exercé une influence déterminante sur les U.P. L’idée fondamentale d’« apaisement social » à l’origine des cercles populaires se propagera directement dans les U.P., faisant de celles-ci des œuvres de moralisation des masses populaires.

32L’U.P. de Lyon utilisera à ses débuts les formes d’éducation populaire déjà existantes à Lyon pour introduire progressivement le modèle de l’U.P. pouvant se substituer à toute forme d’éducation populaire antécédente. M. Appleton et Mme Desparmet-Ruello interviendront au Cercle populaire de Vaise, Melle Carillon, M. Beauvisage et Mme Desparmet au Cercle populaire de la Guillotière. En 1901, M. Beauvisage placera le Cercle de la Guillotière sous sa direction en proposant de faire un cours suivi d’enseignement scientifique intégral. Cette introduction de membres importants de l’U.P. comme M. Beauvisage au Cercle populaire de la Guillotière signifie en même temps la volonté de mieux contrôler les forces sociales et idéologiques concentrées dans les cercles populaires et diverses associations : association d’anciens élèves de la rue des Capucins, association des anciens élèves de la Villette rue Paul Bert, association de Vaise.

33Le Cercle populaire de Vaise à Lyon influencera l'U.P. de Lyon. Né de l’initiative d’étudiants et d’ouvriers, il s’inspire quelque peu des University’s Settlements anglais, sorte d’Universités implantées en quartier ouvrier, dans lesquelles résident des étudiants chargés d’assurer les conférences et d’éduquer les masses populaires. Il faut cependant préciser que dans le mouvement des U.P. proprement dit, peu d’U.P. seront créées par des étudiants et des ouvriers, mais plutôt par l’action conjuguée de professeurs, d’instituteurs, d’ouvriers : seule la Fondation Universitaire de Belleville à Paris, une des premières U.P., sera calquée sur le modèle des Settlements anglais.

  • 14 Charles FRANCOIS : « Apaisement social : les cercles populaires », Revue internationale de Sociolog (...)

34Ecoutons Charles François, président du Cercle populaire de Vaise, nous parler de la vie du cercle14 :

« Les ouvriers arrivent peu à peu avec leurs familles et s’installent sous la surveillance d’un assesseur, élu par eux. Les hommes se réunissent autour des tables et là engagent des parties de cartes ou de dames, dont l’honneur est tout l’enjeu ; les femmes se regroupent autour du poêle et tout en tricotant ou en cousant font un brin de conversation, les enfants s’amusent à regarder les images de quantité de journaux illustrés recueillis de toutes parts. De leur côté, les étudiants viennent aussi et ils se trouvent à l’aise dans ce milieu vraiment familial où toutes les mains se tendent franchement. Ils se mêlent aux jeux et aux causeries, ou bien donnent des conseils médicaux ou juridiques. La bibliothèque distribue des livres et toute cette petite besogne achevée, la séance proprement dite commence ».

35On peut qualifier ces temps de « sociabilité surveillée » dans la mesure où les adhérents « s’installent sous la surveillance d’un assesseur» ; en effet, dans tel autre cercle populaire ou dans telle U.P., ils seront surveillés dans leurs moments de détente en dehors des conférences par des membres du conseil d’administration. Ces temps de sociabilité surveillée alterneront avec des conférences, causeries, lectures organisées plusieurs fois par semaine et des soirées récréatives, des promenades du dimanche. Ce schéma de fonctionnement se reproduit dans la plupart des U.P. se réclamant du « socialisme démocratique », tendance dominante dans le mouvement.

LA MISE EN PLACE DE L’U.P. DE LYON

36Une première réunion pour la fondation de l’U.P. aura lieu le 9 décembre 1899, date à laquelle Mme Desparmet-Ruello propose de créer la Maison du Peuple.

  • 15 Charles GUIEYSSE « L’UP. institution ouvrière », Les Cahiers de la Quinzaine, 1902, 20ème cahier de (...)

37« L’U.P. est définie comme une association laïque qui se propose de développer l’enseignement supérieur du peuple, qui poursuit l’éducation mutuelle de toute condition, qui organise des lieux de réunions où le travailleur puisse venir, sa tâche accomplie, s’instruire, se reposer et se distraire »15.

38Si l'U.P. est définie ainsi, on pourra aussi la considérer comme école permanente de la solidarité sociale, école d’apprentissage de la tolérance.

39L’organisation du coopératisme intellectuel et moral, la mise en œuvre de la doctrine solidariste devront représenter les instruments d’émancipation intellectuelle et sociale du prolétariat, en juxtaposant libéralisme et socialisme, en éliminant la lutte des classes, et proposant ainsi un idéal de vie sociale nouveau. Les nouveaux modèles de vie sociale et culturelle seront diffusés par des structures socio-culturelles nouvelles, telles les U.P., dont les protagonistes se composeront essentiellement d’intellectuels liés à différentes fractions idéologiques bourgeoises et d’intellectuels liés à différentes fractions sociales du prolétariat.

40A l’U.P. de Lyon, on se chargera d’interpréter l’U.P. comme œuvre d’humanisme, de fraternité et de bienfaisance, sans souhaiter la collaboration d’ouvriers. Ces bourgeois républicains, intellectuels humanistes, institueront un système éducatif et une vie culturelle qui évoluera très vite en action de moralisation, de soumission ; les fractions ouvrières revendiquant le droit à l'instruction, à l’éducation, ne trouveront d’ailleurs pas de réponse directe, immédiate à leurs besoins sociaux et culturels dans les structures de l’U.P. lyonnaise. Ainsi peu d’ouvriers fréquenteront l’U.P. de Lyon :

  • 16 « Impressions d’une Croix-Roussienne » dans les Annales de l'U.P.L.

« A mon sens, il n’y a qu’un très petit nombre de travailleurs actuellement assez instruits pour profiter d’un tel enseignement qui convient surtout à des gens qui ont fait leurs classes et qui cherchent à se tenir au courant du mouvement des idées. Ce ne sont pas des travailleurs, bien qu'il y en ait dans le nombre, mais des commerçants, des bourgeois du centre de la ville, des intellectuels comme on dit aujourd’hui, qui forment le fond de l’auditoire »16.

41A la création de l’U.P. de Lyon, ses protagonistes mettent en place des structures de fonctionnement administratif dans lesquelles il n’est pas prévu d’associer des représentants ouvriers de syndicats ou de coopératives, à la gestion de l’U.P.

  • 17 Cf. Laurence ROULLEAU-BERGER, mémoire de DEA, oct. 80, pp. 80-81.

42La constitution du comité d’initiative révèlera la quasi-exclusion des membres ouvriers de la gestion de l’association. Elle marque déjà l’U.P. de son caractère philanthropique dans la mesure où « l’amour du peuple » devra rester dans l’absolu, comparativement aux U.P. se réclamant du « socialisme démocratique », U.P. majoritaires dans le mouvement, dont les conseils d’administration sont composés souvent d’une proportion égale d’ouvriers et d’enseignants17. Ce comité d’initiative fut en premier lieu chargé de choisir l’emplacement de l’U.P. Il proposa une implantation de l’U.P. décentralisée dans trois quartiers, la section la plus importante se situant 4, me Hénon : ce fut la Maison du Peuple, inaugurée le 24 novembre 1900. Des cours auront lieu également au Cercle populaire de la Guillotière et plus tard des cours seront ouverts au Groupe d’études sociales du IIème arrondissement à Perrache. Les trois sections se situent donc dans les quartiers ouvriers de Lyon.

L’ORGANISATION SPATIO-IDEOLOGIQUE DE L’U.P.

  • 18 Annales de l’U.P.L., 1900-1903.

43La Maison du Peuple de la Croix-Rousse comprendra huit salles dont au premier étage un vestibule, une salle de cours, une salle de jeux et de conversation, une bibliothèque : « La bibliothèque a été fréquentée régulièrement par une vingtaine de personnes à peu près chaque soir. Elle se compose actuellement d’environ 400 volumes en un peu tous les genres : histoire, littérature, sciences, beaux-arts, aventures, voyages, romans, etc... et de diverses collections de revues et de journaux, car nous sommes abonnés à divers quotidiens, hebdomadaires et bi-hebdomadaires ou revues scientifiques et littéraires ; tout cela est mis à la disposition de tous ceux qui en font la demande les soirs où la maison est ouverte »18.

44Au rez-de-chaussée se trouve une grande salle (commune à l’Association musicale de la me Vaucanson), deux petites salles, une cour, une scène de théâtre.

45L’organisation spatio-idéologique de l’U.P. révélait sa volonté de se définir plus comme société d’instruction populaire que comme foyer du peuple, formule selon laquelle les premières UT. s’étaient définies, telle la première UT. à Paris : la Coopération des Idées, me du Faubourg St-Antoine, U.P. la plus importante dans le mouvement.

46A Lyon, des lieux étaient réservés à l’enseignement, à l’éducation ; une salle de jeux et de conversation devait servir de lieu de rencontres. Cependant il n’existait pas de cabinet de consultations médicales, juridiques, économiques (bien qu’il ait été prévu dans le projet architectural), ni d’office de placement, de mutualité, d’assurances comme à la Coopération des Idées.

47Le projet architectural des Maison populaires de Lyon donne une idée de la politique socio-culturelle que souhaitaient y développer leurs fondateurs. En effet elles auraient dû comporter : une salle ou deux salles de cours « où ne seraient admis que ceux qui veulent écouter attentivement » ; une salle de conversation et de jeux où les familles auraient accès ; une salle de récréation où les enfants seraient amusés et gardés ; une bibliothèque comprenant livres à emporter, journaux et revues ; un musée populaire ; une salle de concerts et de spectacles ; une salle où des consultations gratuites seront données sur la médecine, le droit, les finances, les salaires. Dans la réalisation de l’U.P., l’idée de la création d’un musée populaire et celle d’une salle où des consultations gratuites seraient données disparaissent : leur mise en application devait signifier une pratique socio-culturelle différente de celle adoptée par les protagonistes de l’U.P., à savoir la reconnaissance de l’existence d’une culture ouvrière.

48L’organisation spatio-idéologique de l’U.P. par rapport au projet architectural initial révèle alors la priorité pédagogique et idéologique accordée aux conférences et aux cours dans la mesure où peu d’importance semble laissée aux activités sportives, à l’hygiène, activités importantes dans les U.P. se réclamant du « socialisme démocratique ».

49L’U.P. de Lyon se refusait à remplir les fonctions d’un service social à la disposition des travailleurs.

50Si on le compare à celui de Lyon, le projet d’aménagement de la Coopération des Idées, première U.P. créée à Paris en 1898, comprenait d’une part des salles de cours, une bibliothèque, une salle de spectacle, un cabinet de consultations médicales, juridiques, économiques, un office de placement, de mutualité et d’assurances ; d’autre part une salle d’escrime et de douches, un restaurant de tempérance (c’est-à-dire anti-alcoolique) quelques chambres meublées à louer aux jeunes gens de toute condition, une école normale d’éducateurs populaires... Ainsi apparaissait nettement la volonté des protagonistes de l’U.P. du Faubourg St-Antoine de se constituer en « foyer du peuple » ; et pas seulement en société d’instruction populaire (voir le document I).

FONCTIONNEMENT ADMINISTRATIF DE L’U.P.

51Quant au fonctionnement administratif de l’U.P., il coïncide avec le modèle général administratif des U.P. Au 31 décembre 1900, la Société comptait 110 membres : sociétaires, donateurs, bienfaiteurs. La Maison du Peuple comptait deux cent membres participants, le Groupe Guillotière soixante membres participants, soit trois cent soixante dix membres en tout.

52En 1900, le comité d’initiative de l’U.P. de Lyon, instance déterminante dans le fonctionnement de l’U.P., se compose essentiellement d’intellectuels, aucun ouvrier ne s’y trouve représenté (cf. Document II).

53Quant aux membres de l’U.P., ils se répartissent en 1901, comme l’indique Mme Desparmet-Ruello dans une causerie avec les travailleurs de la Croix-Rousse, de la façon suivante :

  • « – les sociétaires qui paient souvent en argent et en nature, donnant leur parole et leur science ;

  • les membres participants qui donnent une cotisation annuelle de 2 francs, et qui ont le droit de venir jouer, causer : ce sont les habitués, les abonnés ;

    • 19 Annales de l’U.P.L. (1900-1903).

    et puis il y aura une troisième catégorie : les membres de passage, les occasionnels et qui paient 5 ou 10 centimes à chaque conférence... »19.

54Et Mme Desparmet-Ruello ajoute à propos de la constitution du conseil d’administration : « ... nous avons réalisé notre rêve de faire passer l’administration de cette maison entre les mains des travailleurs, ce sont de jeunes commissaires, nombreux afin que chacun n’ait pas une tâche trop lourde, qui se sont impartis les fonctions chacun selon les aptitudes et les habitudes du métier. Les uns s’occupent du bien de tous... »

55Un changement administratif apparaît donc en 1901 dans le fonctionnement de l’U.P., puisque l’administration ne se trouve plus alors seulement aux mains d’enseignants, mais aussi de travailleurs.

FONCTION SOCIALE ET IDEOLOGIQUE DU SYSTEME PEDAGOGIQUE

  • 20 M. BEAUVISAGE dans les Annales de l’U.P.L., (1900-1903).

56Le système pédagogique mis en place à l’U.P. de Lyon est basé essentiellement sur l’enseignement par des séries de conférences ou de cours. Pour les conférenciers de l’U.P., la conférence seule ne représente souvent « qu’un intermède au milieu d’un concert, une sorte de reposoir, destiné par l’ennui qu’il provoque sur un auditoire disposé à la gaieté, à lui faire mieux apprécier le charme de ses chansons et des réjouissances qu’il vient interrompre »20. C’est pourquoi des séries de conférences et non des conférences isolées seront mises en place. Ces séries de conférences seront généralement faites par des professeurs de lycée ou de l’Université, des avocats, des industriels, mais les ouvriers ne pourront en aucun cas faire des conférences.

57Les programmes d’enseignement de l’U.P. semblent proches des programmes d’Université d’alors (cf. Documents III et IV).

58Le système éducatif de l’U.P. place des auditeurs ouvriers, qui possèdent souvent seulement le niveau de l’école primaire, devant un enseignement très spécialisé par la conférence. Le système pédagogique par la conférence suppose un public ayant déjà des bases et les cadres de connaissance permettant d’approfondir un point particulier. Ce système tend alors à parcelliser les connaissances littéraires, scientifiques, historiques... et ne peut contribuer à l’élévation du niveau culturel des non-initiés.

59Le processus d’acculturation des fractions ouvrières fréquentant l’U.P. paraît difficile quand il y a totale inadaptation des méthodes pédagogiques au niveau culturel du public : en effet la pédagogie développée à l’U.P. de Lyon ne contient aucune méthode pratique d’acquisition de la science, c’est-à-dire tout ce qui a rapport à la capacité d’utiliser méthodologiquement toutes sortes de livres, d’exprimer des idées oralement et par écrit, de discuter et de débattre logiquement. En effet aucun cycle préparatoire ne met en forme et ne systématise les connaissances des auditeurs en les complétant par les connaissances nécessaires à l’assimilation d’éléments nouveaux donnés dans les cours et conférences. Aucune introduction n’est faite à chaque matière, aucun outil méthodologique n’est donné aux auditeurs, l’objectif immédiat qui se dégage de ce système d’enseignement semble axé sur l’acquisition la plus grande et la plus étendue possible de connaissances et non sur la profondeur de la compréhension.

60Quant au contenu des séries de conférences, il ne semble pas répondre aux besoins de la classe ouvrière en matière d’éducation. Les intellectuels responsables de l’organisation des cours et des conférences n’ont-ils pas voulu réinterpréter les nouveaux besoins socio-culturels ouvriers dans le sens de la culture savante bourgeoise ? La définition de la culture donnée par H. Marcuse coïnciderait, me semble-t-il, avec celle qu’on pourrait donner de celle diffusée à l’U.P. :

  • 21 Herbert MARCUSE, Culture et Société, Ed.de Minuit, 1970, p. 110.

« Nous entendons par culture affirmative la culture propre à l’époque bourgeoise qui l’a conduit au cours de son développement à détacher de la civilisation le monde spirituel et moral en tant que constituant un domaine de valeurs indépendant et à l’élever au-dessus d’elle. Son caractère le plus important réside dans l’affirmation de l’existence d’un monde universellement contraignant auquel l’homme est tenu de souscrire, qui se développe sans cesse tandis que sa valeur ne cesse de croître et qui est fondamentalement différent du monde réel où se déroule la lutte quotidienne pour l’existence, – mais que chaque individu peut réaliser ce monde de l’intérieur, pour lui-même, sans changer quoi que ce soit au réel »21.

61Cette culture selon laquelle la beauté de l’âme s’oppose aux conditions de vie économique misérable, selon laquelle la liberté intérieure s’oppose à l’assujettissement économique, contient les éléments idéologiques susceptibles d’apaiser les forces motrices historiques, c’est-à-dire le mouvement ouvrier en plein essor. Les valeurs de cette culture propre à l’époque bourgeoise seront transmises comme universelles et donc dominantes : ainsi les problèmes abordés dans les conférences seront analysés dans cette configuration culturelle bourgeoise.

62Les programmes de l’U.P. de Lyon proposeront des cours d’histoire, de droit, de littérature, de mathématiques, de physique, de sciences naturelles, de géologie, de chimie...

63Alors que dans les U.P. se réclamant du « socialisme démocratique » beaucoup de conférences seront consacrées à l’économie, à l’U.P. de Lyon, aucun cours d’économie ne semble avoir eu lieu. D’autre part l’origine républicaine de l’U.P. apparaît d’autant mieux qu’aucune place n’est réservée à l’étude du mouvement syndical, du mouvement ouvrier, sujets centraux abordés dans les U.P. plutôt « syndicales ».

  • 22 Les Annales de l’U.P.L.

64On trouvera donc à l’U.P. de Lyon « au premier rang l’histoire mêlée de faits et d’idées, l’histoire qui recrée et qui instruit, une histoire vraiment pénétrée d’esprit philosophique, libre dans sa critique, détachée des préjugés conventionnels, attentive aux faits importants et dédaigneuse du détail futile »22.

65L’histoire des faits et des idées, l’histoire vraiment pénétrée d’esprit philosophique semble s’apparenter à la conception bourgeoise de l’histoire, à une conception idéaliste où la classe ouvrière ne représenterait pas le sujet de l’histoire.

  • 23 C. BOUGLE, Solidarisme et libéralisme, Cornély, p. 85.

66C. Bouglé, sociologue et philosophe, protagoniste de l’U.P. de Montpellier avait proposé que « quelques conférenciers puissent dans les U.P. organiser pour les ouvriers l’analyse et la genèse des principales idées dont la synthèse constitue le socialisme, qu’ils puissent leur décrire brièvement les faits auxquels correspondent ce qu’on appelle la concentration capitaliste ou la philosophie de l’histoire matérialiste, préciser avec eux l’idéal qui s’exprime par les formules du « droit à la vie » et du « droit au travail », rechercher d’où nous vient la connaissance de ces faits et la conscience de cet idéal ; ceux-là ne feraient-ils pas une œuvre juste et utile ? Si le prolétariat doit aller en effet au socialisme n’est-il pas utile et juste qu’il sache où il va et qu’il connaisse autrement que par quelques expressions toutes faites la doctrine qui doit organiser son effort »23.

67Cette conception idéaliste de l’enseignement, dominante à l’U.P. de Lyon, apparaît aussi dans la confrontation des programmes de sciences mathématiques physiques et naturelles. La représentation des phénomènes physiques et naturels est faite selon une approche métaphysique (cf. Document I), c’est-à-dire qu’il s’agit de donner une formule métaphysique des connaissances scientifiques mais surtout de ne pas établir de corrélations entre les différentes sciences car ce serait déjà former l’esprit à un modèle de pensée dialectique, comme l’explique F. Engels :

  • 24 F. ENGELS, Dialectique de la Nature, E.S., 1975, p. 50.
  • 25 Id. p. 69.

« Or c’est la dialectique qui est aujourd’hui la forme de pensée la plus importante pour la science de la nature, puisqu’elle est seule à offrir l’élément d’analogie et par suite la méthode d’explication pour les processus évolutifs qu’on rencontre dans la nature, pour les liaisons d’ensemble, pour les passages d’un domaine de recherche à l’autre24... C’est donc de l’histoire de la nature et celle de la société humaine que sont abstraites les lois de la dialectique. Elles ne sont précisément rien d’autre que les lois les plus générales de ces deux phases de développement historique ainsi que de la pensée elle-même »25.

68Quant aux cours de littérature, la figure littéraire abordée qui dominera et qui sera traitée très souvent dans les programmes sera Victor Hugo. Quelques cours aussi seront faits sur Emile Zola. Dans les programmes littéraires des autres U.P., Zola représente l’écrivain venant en première position et Hugo ensuite. Ce rapport se trouve donc modifié à l’U.P. de Lyon. Dans le mouvement des U.P., Zola représente la figure dominante caractéristique de l’intellectuel lié à la bourgeoisie progressiste et c’est ce portrait social de l’intellectuel qui sera diffusé dans les U.P. La figure sociale de Zola se propage très vite dans tout le mouvement d’éducation populaire : il correspond au personnage qui refuse « un conservatisme étroit », qui adhère pleinement à son époque, celle de la « révolution industrielle », du « progrès social », de la « démocratie».

69Quant à Victor Hugo, il incarne les particularités d’une autre fraction de la bourgeoisie intellectuelle républicaine qui s’impliquera dans le mouvement des U.P. dans le but de contrôler l’enthousiasme et la passion socialiste d’autres fractions intellectuelles bourgeoises. Le visage de Victor Hugo dans l’idéologie des U.P. ne présente aucun danger, il tendrait plutôt à atténuer les passions suscitées autour de personnages comme Zola. Dans le programme littéraire de l’U.P. de Lyon, la prédominance d’un modèle intellectuel tel que Victor Hugo sur celui de Zola signifie la reconnaissance d’un écrivain populaire comme V. Hugo, mais aussi plus largement, sur le plan politique, l’affirmation de la primauté de l’idéologie républicaine sur l’idéologie socialiste.

70L’U.P. organise souvent aussi des « soirées de lectures avec commentaires» sur les questions sociales et littéraires : discours de V. Hugo sur la loi Falloux, les Burgraves de V. Hugo, l’affaire Crainquebille par A. France.

71Alors que beaucoup d’U.P. organiseront des soirées-causeries, l’U.P. de Lyon ne proposera, elle, des causeries que pendant la première année de fonctionnement sur la création d’une banque populaire à la Croix-Rousse, sur les rapports de la morale et de l’éducation sociale.

72L’U.P. de Lyon choisira un autre type d’aménagement culturel de sa structure éducative orientée davantage vers la diffusion d’une culture classique.

73Alors que l’idée d’un art social se développe en même temps que celle d’une éducation sociale à la fin du XIXe siècle, une place importante est accordée dans beaucoup d’U.P. à la formation esthétique de la classe ouvrière dans le but de la familiariser avec les valeurs culturelles classiques.

LES STRUCTURES SOCIO-CULTURELLES DE L’U.P. DE LYON

74Les structures socio-culturelles de l’U.P. contiendront donc des structures de formation « esthétique », « artistique » : ces instances idéologiques devront favoriser l’aménagement de temps de « rapprochement social », c’est-à-dire de sociabilité surveillée, donner à une élite ouvrière l’accès à la beauté spiritualisée et à la puissance spirituelle en favorisant l’éducation artistique :

  • 26 H. MARCUSE, Culture et Société, Ed. de Minuit, 1970, p. 133.

« Par rapport au degré de vérité socialement tolérée et à la fraction de bonheur qui y a pris forme, l’art représente au sein de la culture affirmative son domaine le plus élevé et le plus représentatif »26.

75Ces structures de formation artistique, esthétique participent au processus d’intégration de nouveaux éléments culturels, c’est-à-dire « au développement progressif d’adaptations de plus en plus parfaites entre les différents éléments qui composent la culture globale » (R. Linton). Ces éléments culturels proviennent d’un processus de réinterprétation des nouveaux besoins sociaux et culturels de la classe ouvrière dans le sens de la culture savante bourgeoise (cela est particulièrement net dans le cas de l’U.P. de Lyon).

76C’est donc dans cette logique d’intégration qu’il y a nécessité d’introduire des structures idéologiques capables de participer au processus décrit ci-dessus, telles les structures de vie distractive à l’U.P.

77Des soirées littéraires et musicales, des visites de musée, des excursions, des fêtes « en l’honneur de grands hommes » seront donc programmées dans le sens de la substitution progressive de valeurs culturelles bourgeoises à des valeurs culturelles populaires : dans l’organisation régulière de ces soirées littéraires, musicales, artistiques, il s’agira de substituer le concert de musique classique, la poésie, le théâtre de Courteline ou de Molière au café-concert, à la chanson populaire, au théâtre de quartier.

  • 27 Annales de l'U.P.L.

« Nous voulons que l’art, la musique et la poésie vous délassent un moment, charment votre oreille, captivent votre esprit. L’homme n’a pas seulement un esprit qu’il doit cultiver, il agit sous l'empire des sentiments. Parmi ces sentiments, celui qu’il faut cultiver surtout parce qu’il est le grand ressort de la vie, parce qu’il est capable d’embellir les actions les plus simples, les plus vulgaires en apparence, celui qui peut aussi susciter les plus nobles dévouements, c’est l’enthousiasme que l’art et la musique peuvent contribuer à développer. C’est pour cela que nous ne négligerons jamais de vous faire goûter les jouissances de l’art »27.

78De nombreuses représentations théâtrales seront proposées par le théâtre de l’Œuvre : « L’évasion et la révolte » de Villiers de l’Isle Adam, « L’article 330 » de Courteline, « Le commissaire est bon enfant », « M. Bodin » de Courteline, « Scrupule » d’O. Mirabeau.

79La mise en place de ces différentes instances socio-culturelles signifiaient pour les protagonistes de l’U.P. laisser accéder une élite ouvrière à l’Education, à l’Art, à la Science dans le sens de la formation d’un prolétariat intellectuel soumis à la classe dominante. C’est-à-dire que les intellectuels de l’U.P. de Lyon s’attribuent pour fonction celle de changer le sens historique de l’émancipation intellectuelle et sociale du prolétariat.

80On pourrait ici reprendre la définition que donne Ralph Linton de l’acculturation :

  • 28 Annales de l'U.P.L.

« L’intégration de ces idées se fera non grâce à des changements dans les éléments tels qu’ils seront objectivement reçus, mais grâce à l’attribution sélective de fonctions et à l’addition d’un nouveau contexte d’association. Bien qu’elles soient évidemment limitées par les possibilités d'utilisation intrinsèque, les possibilités d’attribuer des fonctions au nouvel élément dépendent d’un processus sélectif ; certaines possibilités étant utilisées et d’autres ignorées »28.

81L’instance socio-culturelle dominante à l’U.P.L. créée par une fraction intellectuelle humaniste bourgeoise se définira par l’ensemble des « fêtes en l’honneur des grands hommes » : fête en l’honneur d’Ampère, fête pour le centenaire d’Edgar Quinet, fête à l’occasion du centenaire de Victor Hugo.

82La fête d’Ampère est inaugurée à la Section de la Croix-Rousse le samedi 8 juin par une conférence de M. Weiss, professeur de Physique à l’U.P. de Lyon, sur Ampère.

83Le dimanche 9 juin, la journée commence par une excursion des sociétaires et membres participants de l’U.P.L. et se poursuit par la visite de la Maison d’Ampère, où Mme Desparmet-Ruello fera une conférence sur la vie d’André-Marie Ampère. Puis à midi, à l’hôtel Peytel, a lieu, sous les tilleuls, un banquet de plus de cent couverts à l’issue duquel le Docteur Beauvisage, vice-président, remercie la municipalité de son bienveillant accueil.

  • 29 Annales de l'U.P.L.

« C’était un banquet fraternel qui eût ravi d’aise Saint-Simon, où se trouvaient côte à côte les gens des conditions les plus diverses, les membres de l'U.P. lyonnaise et nombre de Croix-Roussiens, les conseillers municipaux, l’instituteur et l’institutrice de Poleymieux, où le bon ton et la franche et saine gaieté n’ont cessé de régner. Un gros orage étant venu fondre sur Poleymieux, on dut rentrer dans les salles pour prendre le café et ce fut pour la grande joie des passionnés de valses lentes et de mazurkas »29.

84A la suite de ce banquet, M. Herriot fit une admirable « causerie » pour mettre un point final à cette fête en l’honneur d’Ampère.

85Il apparaît bien que l’alternance de discours et de temps « libres » comme l’excursion ou le bal, caractérise ce genre de fête. La fête possède alors un pouvoir de captation et d’appropriation des esprits et des consciences et permet la transmission de valeurs culturelles « anti-populaires ». La structuration de la fête laisse jouer la fonction idéologique des discours :

  • 30 Annales de l'U.P.L.

« M. Weiss montre enfin dans sa causerie pleine d’humour que l’œuvre du grand homme est une œuvre humanitaire et émancipatrice en ce sens qu’il a contribué pour une grande part au développement de la machine qui, en venant remplacer le bras humain par le bras de fer ou d’acier, doit apporter une véritable amélioration dans les conditions du travailleur »30.

86ou bien encore :

  • 31 Ibid.

« Mme Desparmet-Ruello évoque la mort du père d’André-Marie Ampère « victime de la tourmente révolutionnaire » et explique par là qu’André-Marie Ampère « consacra alors sa vie ainsi délabrée à la poésie, à la philosophie et aux sciences... » et qu’il fit « toujours preuve d'un cœur d’or et d’une grande simplicité... »31.

87Il s’agit donc bien de présenter à travers Ampère des hommes qui aiment la Science, l’Art, le Peuple c’est-à-dire qui reconnaissent l’importance d’œuvres humanitaires et émancipatrices comme pouvant assurer la véritable éducation morale et intellectuelle du peuple.

88L’accoutumance au Beau, au Vrai passe par le « culte de grands hommes » mais aussi par les promenades archéologiques, mettant sans doute en évidence les progrès de la Civilisation (une promenade aux acqueducs de Chaponost et Beaunant fut organisé en 1901, une visite de l’ancien Lugdunum eut lieu en 1902). Cette accoutumance passe enfin par « l’éveil du sentiment de la nature ». Ainsi fut organisée une fête champêtre dans une propriété de la ville, au Vemay.

  • 32 Annales de l’U.P.L.

« Cent vingt membres participants de la Section Croix-Roussienne et quelques secrétaires parmi lesquels Mme Desparmet-Ruello et sa famille, M. Herriot, secrétaire général de l’U.P., M. Joly, trésorier, et Melle Carillon, secrétaire des séances du Comité, s’étaient rendus dès le matin à cette superbe propriété. Le Cercle populaire de la Guillotière était invité, un grand nombre de ses membres avaient répondu avec joie à cet appel.
Vers 11 heures, les promeneurs sont venus se grouper autour de Mademoiselle Carillon qui les a instruits et charmés en leur parlant de Michelet, historien. Un banquet populaire organisé sous une superbe voûte de grands arbres a été fort goûté pour la somme modique de 1, 50 F.
Puis Mme Desparmet, qui avait tenu à éveiller le sentiment de la nature à tous ceux qui avaient la bonne fortune de jouir au terme d’un admirable coup d’œil, a complété la connaissance que Mademoiselle Carillon leur avait fait de Michelet, en lisant quelques-unes des plus belles pages où cet admirable écrivain glorifie la nature... La fête s’est prolongée fort tardivement par une sauterie au piano, promenades, goûter et souper champêtres »
32.

89Là encore, dans cette fête, les temps de sociabilité, comme la sauterie au son du piano, les promenades... alternent avec des discours qui doivent tendre à mettre en valeur la « philanthropie », « la solidarité», « la fraternité » d’hommes comme Ampère ou Michelet. Cette idéologie des U.P. doit trouver sa justification dans le « banquet fraternel qui eût ravi d’aise Saint-Simon » ou dans le « banquet populaire organisé sous une superbe voûte de grands arbres », dans la mesure où il peut s’y produire des rencontres plutôt éphémères, superficielles, entre « gens de conditions les plus diverses ».

90Enfin la fête la plus importante qui marqua de son empreinte l’histoire de l’U.P. de Lyon fut celle organisée en février 1902 à l’occasion du centenaire de V. Hugo, figure intellectuelle dominante dans l’idéologie des U.P.

91La fête commença par une conférence de Mademoiselle Carillon sur V. Hugo, historien, suivie d’une conférence sur V. Hugo, poète et philosophe, et de chants et poésies.

  • 33 Le Lyon Républicain, 28 février 1902.

« La conférence de M. Harriot a eu un très grand succès. Après lui des sociétaires viennent interpréter les œuvres du poète. Parmi les chants les plus applaudis, citons «L’extase» «L’extase», musique de H. Salomon, la « Cloche » de Saint-Saëns, la « Douleur » de A. Lyonnet, « Stella » de V. Hugo. Cette soirée consacrée à la glorification de notre grand génie national, laissera le meilleur souvenir dans le public de notre U.P. »33.

92Si à l’U.P. de Lyon, les fêtes avaient lieu en l’honneur de grands hommes, sur un ton très solennel, elles devaient démontrer aux ouvriers la supériorité de ce type de loisir sur le café-concert, le cabaret. Ces fêtes devaient dicter implicitement d’autres attitudes culturelles et sociales et devaient conduire les ouvriers à une autre utilisation de leurs loisirs.

93Par contre, d’autres U.P. ne proposeront pas ce type de fête philanthropique, mais plutôt des manifestations culturelles, des concours, des fêtes de l’Enfance comme à la Coopération des Idées du Faubourg St-Antoine à Paris. Ces U.P. se réclamant du « socialisme démocratique» annonceront déjà des formes plus tardives de l’éducation populaire.

94En 1903 l’U.P.L. célèbrera aussi le centenaire d’Edgar Quinet, dans la salle des fêtes du lycée de jeunes filles, où près de 1500 auditeurs vinrent applaudir un professeur de la Sorbonne, M. Michel, qui avait accepté de prononcer l’éloge du penseur dont il avait étudié les œuvres. Le centenaire d’Edgar Quinet amena l’adhésion de la Ligue des Droits de l’Homme, de l’Union pédagogique du Rhône, du Cercle d’études sociales Etienne Dolet, de la Société des Amis de l’Enseignement laïque, du Cercle populaire de la Guillotière, de la Bourse du Travail et de membres des syndicats, de l’Association du VIème Arrondissement des anciens élèves des écoles municipales et du Cercle coopératif de Vaise.

95La même année, l’U.P.L. participait aux fêtes de l’Université de 1903, organisée par le journal « Le Tout Lyon » qui lançait un appel en ces termes :

  • 34 « Le Tout Lyon » 14 au 20 juillet 1900.

« Il faudrait que tous les lyonnais se regroupent autour des Sociétés à l’état embryonnaire dans notre ville et qui ne demandent qu’à se développer, que chacun de nous se groupe suivant son tempérament, ses aptitudes, ses goûts : les Amis de l’Université, la Société de Géographie, les Sociétés de Lecture, d’économie politique, les sociétés industrielles, les groupements sportifs, artistiques, littéraires, scientifiques... Chacun de nous doit se préparer aux fêtes de 1903 »34.

96A l’occasion de ces fêtes de l’Université un grand défilé aurait lieu où les universités françaises seraient représentées sur un char. Les U.P. auraient un char sur lequel serait symbolisé l’enseignement populaire. Des fêtes populaires se dérouleraient sur la Saône, symbolisant l’union peuple/savants.

97Ainsi l’organisation de nombreuses fêtes dites « populaires », les relations de l’U.P.L. avec d’autres associations culturelles, l’adhésion de nombreuses associations au centenaire d’Edgar Quinet démontrent bien que l’idée d’une « éducation populaire », d’un « art populaire » était en marche : « populaire » dans le sens où certaines fractions intellectuelles bourgeoises décidaient d’installer « les masses populaires » dans un milieu d’éducation et d’esthétisation conforme à leurs propres normes sociales et culturelles.

98L’U.P. de Lyon ne fonctionnera plus à partir de 1905. La Section de la Croix-Rousse aura réussi, mais celle de la Guillotière aura échoué :

  • 35 Annales de l'U.P.L.

« A la Guillotière, les conférenciers les plus compétents et les plus dévoués se sont heurtés à l'indifférence d’un public surmené par la vie de l'usine, travaillant hors de chez lui, et plus disposé à goûter les joies faciles du cabaret que les plaisirs sévères du travail de l’esprit. A la Croix-Rousse, au contraire, c’est grâce au caractère remarquablement patient et assidu d’une population ouvrière fortement attachée au sol sur lequel elle travaille et qui malgré ses épreuves conserve encore une puissante organisation familiale et fait une part à la vie de l’intelligence »35.

99Même si le mouvement des U.P. commence aux alentours de 1905 à être parcouru de lignes de fractures sociales, culturelles, idéologiques, il n’en demeure pas moins que l’U.P. de Lyon fait partie de celles qui disparaîtront assez tôt. En effet, les U.P. qui se définissaient comme « services des Bourses du Travail » cesseront leurs activités deux, trois ans plus tard. Quant à l’U.P. de Laval, née en 1902, elle survivra jusqu’en 1952. Enfin les U.P. se réclamant « du socialisme démocratique » s’éteindront entre 1905 et 1910, ou bien elles s’orienteront vers une autre politique socio-culturelle afin de survivre quelque temps.

CONCLUSION

100Dans les formes d’éducation populaire précédant les UJP., les concepts d’« éducation populaire », d’« art populaire » se trouvaient en quelque sorte mis à l’essai. A partir du moment où les intellectuels se sont chargés de vider ces concepts de leurs éléments de changement social et culturel, de les réinterpréter, de les adapter à la configuration culturelle de la classe dominante, le mouvement des U.P. correspond à la phase d’intégration de ces concepts dans la culture bourgeoise et représente donc historiquement un moment fondamental dans l’évolution de l’éducation populaire.

101C’est à partir de ce moment que l’on peut affirmer que le mouvement des U.P. engendrera la naissance et la multiplication de nombreuses associations d’éducation populaire.

102La crise des U.P. représente peut-être aussi le point de départ d’une crise idéologique et sociale qui s’exprimera complètement avec l’avènement du Front Populaire.

Bibliographie

INDICATIONS BIBLIOGRAPHIQUES

Annales de l’Université Populaire lyonnaise, no 1, 2, 3, 3 bis, 4, 5, (1900-1903), Bibliothèque Nationale.

Jacques BARDOUX et Charles GIDE, « La fondation universitaire de Belleville », Paris, Alcan, 1901.

Emile BURE, « Les U.P. et le mouvement ouvrier », in Le mouvement socialiste, 1er février 1902.

Augustin CHABOSEAU, « La première Université Populaire », in Le mouvement socialiste, 24 mai 1902.

Georges DEHERME, « Le but des Universités populaires », in L’Education sociale, 1901.

Robert DREYFUS, « La naissance et la vie des Université Populaires », in La Grande Revue, 1er décembre 1901.

Lucien DINTZER, « Le mouvement des Université Populaires », in Le mouvement social, avril-juin 1961.

M. FOURNIER, « Deux initiatives d’enseignement populaire et de paix sociale : la Fondation universitaire de Belleville et la Société des Universités Populaires », in Revue politique et parlementaire, 10 novembre 1899.
« Le Palais du Peuple et la Coopération des Idées », in Revue politique et parlementaire, novembre 1900.

Charles FRANCOIS, « Apaisement social : les cercles populaires », in Revue internationale de Sociologie, janvier 1897.

Charles GUIEYSSE : « l’Université Populaire, institution ouvrière »
« Les intellectuels dans les U.P. »
« Vie et fonctionnement de l’Université Populaire »
« L’avenir de l’Université Populaire », in Les Cahiers de la Quinzaine, dirigés par Ch. Peguy, 2ème Cahier de la 3ème série, 1902.

Camille MAUCLAIR, « L’œuvre sociale de l’art moderne », in Revue socialiste, juin 1901.
« Opinions sur les Universités Populaires », Pages Libres, août 1904.

Gabriel SEAILLES, « Les U.P. 1900-1901 : Paris, banlieue et départements » in Les Cahiers de la Quinzaine, dirigés par Ch. Péguy, 2ème Cahier de la 3ème série, 1902.
« La Coopérative des Idées et les Universités Populaires», Revue Bleue, 12 août 1899.
« L’enseignement supérieur du peuple » La Caveau lyonnais, La chanson de Lyon, 1902.

Lyon en 1906, Editions de Lyon, 1906.

Annexes

Annexe

DOCUMENT I

PLAN DU PALAIS DU PEUPLEi

PLAN DU PALAIS DU PEUPLEi

REZ DE CHAUSSEE

DOCUMENT II

Comité d’initiative de l'U.P. de Lyon en janvier 1900 :

Le Président : Mme DESPARMET-RUELLO, licenciée ès sciences naturelles.

Le Vice-Président : Docteur BEAUVISAGE, professeur de cours de botonique à la Faculté de médecine, membre du conseil municipal de la ville de Lyon.

Le Secrétaire général : Edouard HERRIOT, professeur au lycée Ampère.

Le Secrétaire de séances du comité : Melle CARILLON, professeur au lycée de jeunes filles.

Le Trésorier M. JOLY, directeur de la Société d’Assurances mutuelles.
GAISMAN, négociant
VALAYER, banquier
AVEYRON, directeur d’école primaire
ALLIX, directeur d’école primaire
VEIL, licencié ès sciences, professeur d’école primaire supérieure
MALUSKI, professeur au lycée Ampère
CHAZETTE, avocat
DUPLAN, industriel
VALCH, rentière
FRANCOIS, président du Cercle Populaire de Vaise.

DOCUMENT IIIii

Programme proposé pour l’année 1900-1901 à l’Université populaire de Lyon

Lundi : cours de droit par M. CHAZETTE, avocat à la Cour d’Appel.

  • contrats de louage des Services.

  • syndicats professionnels.

  • sociétés coopératives de production, de consommation, de construction et crédit.

  • privilèges relatifs aux salaires, insaisissabilité, modes et époques de paiements des salaires.

  • réglementation du travail des enfants, des femmes et des adultes.

Jeudi : Cours de littérature par M. HERRIOT, professeur de rhétorique à Ampère, en alternance avec cours d’histoire par M. POUSON, plus les cours à l’école supérieure de la rue de Condé.

· littérature : histoire des idées en France dans la première moitié du XIXe.

  • la pensée Française au XVIe.

  • l’esprit du XVIIIe.

  • conséquences de la Révolution sur les lettres Françaises.

  • formation de deux courants : la réaction, la religion (Chatau-briand).

  • l’école libérale, ses doctrines philosophiques, son action : Béranger B. Coustand.

  • la révolution romantique ; essai d’une philosophie du romantisme, Hugo, Delacroix, Berlioz.

  • réaction contre le romantisme.

  • pensée et action ; la Révolution de 1848.

Histoire : histoire contemporaine de la France.

  • causes et caractères de la Révolution de 1789.

  • l’œuvre de la révolution – Bonaparte-contre révolution, (18051830) (1830-1848) – la République de 1848 – Napoléon III. l’œuvre de la IIIe République.

Samedi : géographie économique par M. ZIMMERMAN, professeur de géographie coloniale à la Chambre de Commerce.

  • situation économique et politique générale de l’Angleterre, des Etats-Unis, de la Russie, de l’Allemagne, de la France pendant la dernière moitié du XIXe.

  • Mardi : mathématiques par M. MALUSKI, professeur au lycée Ampère.

  • la mathématique des méthodes en géométrie.

  • des méthodes en arithmétique et en algèbre.

  • des méthodes en analyse et mécanique.

  • application – conclusion.

· physique par M. WEISS, maître de conférences à la Faculté des Sciences.
– la lumière, procédé d’éclairage ancien et nouveau.

  • l’électricité considérée comme agent de force motrice.

  • rayon X de Rcentgen.

  • ondes sonores lumineuses, électromagnétiques – télégraphie sans fil.

· chimie par M. MOREL, docteur ès-sciences.

  • fermentation – génération spontanée ; virus – vaccin.
    . géologie par M. DERPARMET-RUELLO, licencé ès sciences.

  • la terre : son origine, ses mouvements.

  • formation de la croûte terrestre élémentaire du globe.

  • apparition des êtres et leur développement : mémoire de l’évolution.

  • grandes périodes géologiques : faunes et flores.

A partir d’Avril des promenades de botanique et de géologie seront organisées le Dimanche.

Programme du Cercle populaire d’enseignement scientifique intégral de la Guillotière (1er trimestre 1900)

· Introduction : l’esprit humain et ses méthodes de travail, par le Docteur BEAUVISAGE.

  • 7 novembre : la science et la foi : l'intelligence, fonction

  • du cerveau,

  • la révélation et l’étude – nos sens ne nous trompent pas,

  • les causes de l’erreur : imagination, paresse intellectuelle, physique.

  • 9 novembre : les sens et l’intelligence : organes des sens, transmission des sensations.

  • 14 novembre : les facultés et les opérations de l’esprit.

  • 16 novembre : la géométrie concrète.

· Les sciences mathématiques et la physique par M. CHAVASSUS.

  • 21 novembre : la mathématique.

  • 23 novembre : l’astronomie jusqu’à Galilée.

  • 28 novembre : l’astronomie depuis Galilée.

  • 30 novembre : la physique.

· La chimie par A.MOREL.

  • 5 décembre : les méthodes chimiques.

  • 7 décembre : travaux de Pasteur sur la fermentation.

  • 12 décembre : les générations spontanées.

  • 14 décembre : virus et vaccins.

  • 19 décembre : la recherche des poisons.

· La botanique, par le Docteur BEAUVISAGE.

  • Conférences :

  • 2 décembre : voyage en Forêt Noire et en Bohême par A. Maré.

  • 16 décembre : la houille, les pétroles par M. Cazeneuve.

  • 23 décembre : le théâtre national et populaire suisse par A. Ribeux.

DOCUMENT IV

COURS SUIVIS FAITS D’OCTOBRE 1902 AU 16 JUILLET 1903

LETTRES

Victor Hugo et son œuvre, par M. Herriot, 12 leçons.

Emile Zola et son œuvre, par Mme Desparmet-Ruello, 12 leçons.

Lecture sur des sujets d’actualité avec commentaires, par Mme Desparmet-Ruello, 10 leçons.

Histoire du Boulangisme et du Nationalisme, par Melle Carillon, 12 leçons.

Notions d’Histoire des religions, par M. Renel, 2 leçons.

Notions sur l’Histoire de la Papauté, par M. Giraud-Teulon, 2 leçons.

Madagascar, par M. Zimmermann, 6 leçons (projections).

SCIENCES

Histoire des sciences, par M. Maluski.

  1. 1ère période : Les premiers essais de recherches scientifiques n’aboutissent qu’à des superstitions : Cosmogonies chaldéennes et hindoues.

  2. 2e période : L’esprit de recherche se développe et se heurte à un cléricalisme tout-puissant : Galilée, etc.

  3. 3e période : En marche vers la libre conquête de la vérité, 8 leçons. Le Cerveau et l’Intelligence, par M. Couvreur, 3 leçons.

DROIT ET SCIENCES SOCIALES

Droit public et Droit privé. Evolution de la propriété à travers les âges, par M. Chazette, 16 leçons.

Commentaire de la Déclaration des Droits de l’homme et du citoyen, par M. J. Appleton, 1 leçon.

Les transformations de la famille, par M. Huvelin, 1 leçon.

Introduction à l’Histoire de l’évolution du travail, par M.J. Godart, 1 leçon.

Lectures en commun et discussion des idées sur des sujets à portée sociale, 24 leçons.

CONFERENCES FAITES D’OCTOBRE 1902 A JUILLET 1903

Promenade archéologique, dirigée par M. Vallet, au vieux Lugdunum. Conférence de M. Vallet.

La Guerre et la Paix, par M. Frédéric Passy, sous la présidence de M. Augagneur.

L'Œuvre d'éducation pacifique, par Mme Odette Laguerre.

Edgar Quinet et Mme Quinet, par Mme Desparmet-Ruello.

Conférence sur l'Esperanto, par M. le Dr. Dor.

Les enfants à la Montagne, par M. Louis Comte.

FETE EN L’HONNEUR D’EDGAR QUINET

Conférence de M. Henry Michel, sous la présidence de M. Augagneur et la présidence d’honneur de M. Ferdinand Buisson.

La Propriété, par M. Emmanuel Lévy.

Le repos du dimanche, par M. Besse.

Le Juge et la Loi, par M. Emmanuel Lévy.

Le discours de Jaurès et l’Affaire Dreyfus, par Mme Desparmet-Ruello, 2 conférences.

Le Mouvement coopératif à Lyon, par M. Godart.

Fantine, de Victor Hugo (la vie de l’ouvrière), par Mme DesparmetRuello.

Les idées religieuses et l’Assistance sociale, par M. Moutet.

Les Massacres de Kischenef, par Mme Desparmet.

Auguste Burdeau, par M. Paul Valayer.

La Liberté de l’enseignement et le Monopole de l’Etat, par M. Georges Lévy.

DOCUMENT V

COURS FAITS DEPUIS NOVEMBRE 1901 JUSQU’EN JUILLET 1902

DROIT

16 leçons de Droit constitutionnel, par M. Chazette, avocat.

6 leçons sur les libertés publiques et la liberté de conscience, par M. Jean Appleton, professeur à la Faculté de droit.

LITTERATURE ET PHILOSOPHIE MELEES

36 leçons de Lecture à haute voix et lectures avec commentaires, par Mme Desparmet, directrice du Lycée de jeunes Filles.

12 leçons sur l'Œuvre sociale des écrivains français à la fin du XVIIIe siècle, par M. Herriot, professeur de rhétorique supérieure au Lycée Ampère.

3 leçons sur Condorcet et la société à la veille de la Révolution, par M. Fédel, professeur de rhétorique au Lycée Ampère.

3 leçons sur le Théâtre populaire (avec projections), par M. Renel, maître de conférences à la Faculté des lettres.

HISTOIRE

12 leçons d'Histoire contemporaine, de 1870 à 1900, par Melle Carillon, professeur au Lycée de jeunes filles.

1 leçon sur l'Histoire de la femme (transformations de la vie et des usages domestiques à travers les âges), par Mme Desparmet.

GEOGRAPHIE ECONOMIQUE

7 leçons sur les Causes et caractères de l’expansion coloniale des divers pays de l’Europe et les Etats-Unis pendant la seconde moitié du XIXe siècle, par M. Zimmermann, maître de conférences à la Faculté des Lettres et professeur à l’Ecole coloniale.

SCIENCES

3 leçons de Physique (électricité et mécanique), avec projections et appareils de démonstrations, par M. Weiss, maître de conférences à la Faculté des sciences.

3 leçons sur les Rapports des progrès des mathématiques avec le développement de la civilisation, par M. Maluski, professeur de mathématiques spéciales au Lycée Ampère.

2 leçons de Géologie sur les Volcans (avec projections), par Mme Desparmet, licencié ès sciences.

2 leçons sur l’Hygiène de l'habitation, par Mme Desparmet.

CONFERENCES FAITES DEPUIS NOVEMBRE 1901 JUSQU’EN JUILLET 1902

L'hygiène dentaire (avec projections), par M. le Dr. Pont, directeur de l’Ecole dentaire.

La prophylaxie de la tuberculose, par M. le Dr. Courmont, professeur à la Faculté de médecine.

L'hygiène de la vue, par M. le Dr. H. Dor.

L’abolition des classes de chemin de fer, par M. Ch. Guieysse.

La paix, par M. Ch. Richet, de l’Académie de médecine.

Les peintres lyonnais, par M. Bourde, professeur de dessin au Lycée Ampère (avec visites au Musée de la ville).

Le familistère de Guise (logement et éducation) avec projections, par M. Prudhommeaux, professeur au Lycée de Nîmes.

Le familistère de Guise (partie économique et coopérative), avec projections, par M.J. Godart, avocat.

Les tisseurs lyonnais à travers les âges, par M.J. Godart.

Les congrès de la paix, par M. J. Godart.

En outre, MM. Chazette, Herriot, Appleton, Godart, Zimmermann, Melle Carillon et Mme Desparmet ont fait des conférences le dimanche aux diverses associations de la ville, Cercles populaires de Vaise et de la Guillotière, Petites A et Cercles d’études sociales de Perrache, à Crest (Drôme), à Saint-Claude (Jura), etc.

Notes

1 Camille MAUCLAIR, « L’œuvre sociale de l’Art moderne », Revue Socialiste, juin 1901.

2 Sur cette question, voir les ouvrages de A. PROST (L’enseignement en France de 1800 à 1967) et de M. CRUBELLIER (L’enfant et la jeunesse dans la société française, 1800-1950).

3 « Lyon en 1906 », édition de Lyon, 1906, p. 170.

4 Mme DESPARMET-RUELLO dans les Annales de l’Université populaire lyonnaise, Bibliothèque Nationale, Paris, 1900-1903, 8° B 18360.

5 Revue de la Chanson française, 1902, p. 14.

6 « Lyon en 1906 », édition de Lyon, 1906, p. 254.

7 « Opinions sur les Universités populaires » dans Pages libres, 27 août 1904.

8 Lucien DINTZER, « Le mouvement des U.P. » dans le Mouvement social, avril-juin 1961.

9 Cf. Laurence ROULLEAU-BERGER « Les U.P. dans le champ des conflits sociaux, idéologiques et politiques (1880-1914) », mémoire de D.E.A. octobre 1980, pp. 86, 87, 96, 97.

10 Mme DESPARMET-RUELLO dans les Annales de l'U.P. lyonnaise.

11 « La philanthropie et les U.P. » dans Pages libres, 27 août 1904.

12 « Lyon en 1906 », édition de Lyon, 1906, p. 520.

13 Mme DESPARMET-RUELLO dans les Annales de l’U.P.L.

14 Charles FRANCOIS : « Apaisement social : les cercles populaires », Revue internationale de Sociologie, janvier 1896.

15 Charles GUIEYSSE « L’UP. institution ouvrière », Les Cahiers de la Quinzaine, 1902, 20ème cahier de la 2ème série.

16 « Impressions d’une Croix-Roussienne » dans les Annales de l'U.P.L.

17 Cf. Laurence ROULLEAU-BERGER, mémoire de DEA, oct. 80, pp. 80-81.

18 Annales de l’U.P.L., 1900-1903.

19 Annales de l’U.P.L. (1900-1903).

20 M. BEAUVISAGE dans les Annales de l’U.P.L., (1900-1903).

21 Herbert MARCUSE, Culture et Société, Ed.de Minuit, 1970, p. 110.

22 Les Annales de l’U.P.L.

23 C. BOUGLE, Solidarisme et libéralisme, Cornély, p. 85.

24 F. ENGELS, Dialectique de la Nature, E.S., 1975, p. 50.

25 Id. p. 69.

26 H. MARCUSE, Culture et Société, Ed. de Minuit, 1970, p. 133.

27 Annales de l'U.P.L.

28 Annales de l'U.P.L.

29 Annales de l'U.P.L.

30 Annales de l'U.P.L.

31 Ibid.

32 Annales de l’U.P.L.

33 Le Lyon Républicain, 28 février 1902.

34 « Le Tout Lyon » 14 au 20 juillet 1900.

35 Annales de l'U.P.L.

Notes de fin

i Revue politique et parlementaire, Décembre 1900.

ii Tous ces documents sont extraits des Annales de l'U.P.L.

Table des illustrations

Titre PLAN DU PALAIS DU PEUPLEi
Légende REZ DE CHAUSSEE
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7400/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende 1er ETAGE
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7400/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 80k

© Presses universitaires de Lyon, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search