Version classiqueVersion mobile

La Parole de la ville

 | 
Norbert Bandier
, 
François Gilbert
, 
André Micoud

La parole d'un parc

André Micoud et Petit Robert

Texte intégral

  • 1 Le texte qu’on Va lire est la reprise à peine modifiée d'un chapitre d'une thèse de 3ème cycle en s (...)

1Cet article souhaite apporter sa contribution à l'examen de deux problèmes. Le premier est celui de savoir comment une institution nouvelle peut s'autoriser. Le second est celui de savoir comment le discours public d'une institution aboutit à forger la représentation qui, non seulement fonde sa légitimité, mais qui également met en forme le réel au point que cette mise en forme puisse apparaître "plus réelle que nature". Au premier problème correspond la première partie consacrée à la parole originaire et au second, celle intitulée "La parole ordinaire"1.

I- LA PAROLE ORIGINAIRE : LA CHARTE

2Le document constitutif de l'institution qu'est le Parc Naturel Régional du Pilat, l'écrit de référence, celui auquel il est sans cesse fait appel, qui est invoqué à tout moment et dont des extraits sont exposés dans les lieux marquants, celui dont le contenu ouvre ou ferme toute parole officielle, est intitulé "charte". Qu'est-ce que cela veut dire ? Ou plutôt, ne peut-on pas se demander pourquoi ce nom ? S'il est vrai que toute connaissance procède d'un étonnement, ne pourrions-nous pas connaître davantage à nous étonner sur le pourquoi de l'emploi d'un mot qui, même s'il fut de plus en plus utilisé dans un sens extensif, n'en conserve pas moins une origine dans un monde révolu auquel le nôtre est devenu bien étranger ?

3Ces questions peuvent paraître saugrenues et c'est pourtant par elles que nous avons choisi d'ouvrir notre article. Par des questions qui reviennent donc à prendre au sérieux et le titre et le contenu de ce document. Certes, dira-t-on, il y a sérieux et sérieux. Il n'y a nul doute, en effet, à penser que, pour les rédacteurs de la Charte, la seule façon sérieuse de la lire, c'est de se pénétrer de son "Esprit". Pour nous, au contraire, c'est de la prendre au pied de la lettre.

4Mais expliquons-nous davantage. Une tendance spontanée, celle qui a été la nôtre tout au long d'une grande partie de ce travail consacré au Parc (jusqu'à ce que, en fin de parcours, nous concevions l'intérêt de la présente analyse consacrée à la parole ordinaire), a consisté, au contraire, à se méfier des discours. Le premier mouvement de celui qui cherche à mettre à jour la fonction sociale d'un Parc n'est-il pas, en effet, d'éviter de se payer de mots et, partant, de considérer tout discours officiel comme "paroles verbales" ? Et comme au demeurant cette méfiance spontanée se partage avec le bon peuple contre celui qui, à venir de loin et à bien parler, ni n'est des nôtres, ni ne nous veut du bien, elle est une spontanéité tenace.

5L'étonnement n'en est que plus difficile. Tout porte à conférer l'importance au concret plus qu'aux paroles, aux actes plus qu'aux intentions et aux promesses. Cela dit, ce fut bien là notre orientation essentielle et les résultats auxquels nous aboutissons procèdent tous de cette démarche et d'une approche que l'on a voulu la plus "matérialiste" possible : juger des actes et non des idées.

6Mais la charte est un acte ; la charte est un matériau. Agiterait-elle les plus grandes pensées que c'est avec des mots -d'encre sur du papier- qu'elle le fait. Elle est donc, elle aussi, susceptible d'une approche "matérialiste" ; on veut dire d'une lecture qui s'attache à la matérialité de la lettre.

7Autrement dit, parce que c'est bien à la question de savoir à quoi sert un Parc que nous cherchions à apporter une réponse, il nous a semblé qu'elle était inscrite-à qui aurait su la lire-dans le texte même de la charte.

I-1. Qu'est-ce donc qu'une charte ?

  • 2 Le grand Robert indique quant à lui : "CHARTE : XIe siècle in BLOCH, de "charta", papier (du Grec " (...)

8Le petit Larousse illustré la définit comme suit : "n.f. (lat. charta, papier) ancien titre concédant des franchises, des privilèges./ Lois constitutionnelles d'un Etat, établies par concession du souverain et non par les représentants du peuple./ Par ext. : Loi, règle fondamentale"2. Une façon pour ne pas se poser de question par rapport à notre objet consisterait à sa satisfaire de la définition par extension, celle de "Loi, règle fondamentale". Mais précisément, nous avons choisi ici de nous poser des questions Alors pourquoi ce mot-là de "charte" pour signifier un sens dérivé ? Ne serait-ce que son archaïsme qui l'a fait choisir ? Mais le retour au passé peut-il être exempt d'un projet de "recréer une tradition" ? Or, avec quelle tradition ce mot renoue-t-il, qui permet d'évoquer "concession et privilèges, octroi et franchises" ?

9Nous y voilà bien. Une charte est un papier, un titre. Elle est concédée, octroyée. Elle établit une distinction, une différence de traitement : des "franchises" ou des "privilèges".

10Mais cela étant, de quoi peut-il bien s'agir quant à notre objet ? D'octroi ? Où peut-il bien en être question pour ce qui concerne un Parc Naturel Régional ? S'agit-il du fait que la charte a été édictée hors de la maîtrise des gens du lieu ? Ou bien l'emploi du mot "charte" veut-il dire que quelque chose a été octroyé ? Mais quoi et à qui ? Qu'est-ce qui est concédé, à qui cela était-il concédé et par qui ?

11Et de privilège ? Est-ce un espace (un périmètre ?) qui est privilégié et qui, marqué d'un sceau, est ainsi différencié de tous les autres espaces ? Ou bien sont-ce des gens qui se voient ainsi offrir un statut particulier ? Si c'est un espace qui est privilégié, cela voudra-t-il dire que sa nature sera désormais d'une autre nature ? Et que le rapport que l'on va pouvoir avoir avec elle sera du même coup lui aussi particulier ? Sera-ce un rapport à une nature privilégiée ou bien sera-ce lui-même un rapport privilégié ?

12S'il y a un Esprit dans la charte, peut-être est-il à chercher quelque part dans cette tradition que le mot même (la lettre) de "charte" importe jusqu'à nous : La charte n'est pas un contrat.

I-2. La charte constitutive du Parc Naturel. Régional du Pilat

  • 3 La charte elle-même est composée de dix chapitres qui de répartissent comme suit : Un premier chapi (...)

13Il s'agit, matériellement, d'un opuscule de quarante pages, s'ouvrant par le décret no 75.542 du 17 mai 1974, instituant le Parc Naturel Régional du Pilat et se clôturant par quatre annexes. Au centre, la charte constitutive, soit un préambule et dix chapitres subdivisés en 64 articles. Nous nous intéresserons à la charte proprement dite, à l'exclusion et du décret et des annexes, et encore plus précisément, au seul préambule3. (

Lecture du Préambule

  • 4 ou que Louis MARIN appelle : sémiotique "parodique" - La célébration des oeuvres d'art - Notes de t (...)

14Pour l'analyser, nous ferons nôtre une méthode de lecture dite "structurale"4. Cette méthode, en effet, met l'accent sur la structure interne et formelle du texte. Son point de départ consiste à privilégier le début et la fin du texte, et à considérer le texte, le tissu, non pas comme un moyen pour faire passer un "sens" qui serait comme "derrière" les mots, mais comme la trace d'un travail destiné à faire passer le, lecteur de la première à la dernière phrase. Le texte, selon cette méthode, est à lire comme un chemin obligé entre son début, qui pose un problème, et sa fin, qui le résoud. Bien entendu, la forme de la résolution proposée détermine par récurrence la façon dont le problème a été posé... tant il est vrai que, dans de nombreux textes, ce qui est premier, c'est la dernière phrase (elle est celle à laquelle on veut arriver), tandis que la première phrase n'est jamais que celle par laquelle on commence. Ce préambule se compose de sept paragraphes, typographiquement séparés les uns des autres.

15Prenons donc le premier et le dernier paragraphes du préambule, et lisons-les :

Paragraphe no 1 :
A travers un passé récent d'évolution démographique et économique, le Massif du Pilat, lourd bastion de hautes terres, situé au centre de la bordure orientale du Massif Central, a vu grandir à sa périphérie des organismes urbains de plus en plus dynamiques : désormais l’agglomération lyonnaise, la conurbation stéphanoise, les villes méso-rhodaniennes (VIENNE - VALENCE) regroupent quelque deux millions d'habitants dans le cadre nouveau de l'aire métropolitaine lyonnaise.

Paragraphe no 7 :
Des hommes en ont eu généreusement conscience qui ont repris, à la faveur de la politique nationale des Parcs Naturels Régionaux inaugurée en France en 1965, la vocation de Parc Naturel Régional que Claude BERTHIER, professeur de mathématiques au Lycée Claude Fauriel de SAINT-ETIENNE, avait entrevue dès 1947. Ils croient, en effet, que le Parc Naturel Régional du Pilat "est un moyen pour une rénovation rurale entière de l'économie au culturel ; un contenant et une condition pour adapter la campagne comme espace résidentiel ouvert largement aux citadins ; un élément et un instrument pour assurer la protection et la conservation de la Nature".

  • 5 Cette petite différence peut ne pas sembler bien importante ; pourtant, c'est exactement celle qui, (...)

16Notons, pour l'instant, une seule différence : le Pilat est désigné comme Massif dans la première phrase et comme Parc Naturel Régional dans la dernière5. Quel va donc être le travail ou le chemin pour passer de l'un à l'autre, pour passer du Massif au Parc ? Puisqu'en effet, nous faisons ici l'hypothèse, à démontrer, que c'est bien de cela qu'il s'agit dans ce préambule : faire passer le lecteur du Massif au Parc. Comment l'auteur du texte va-t-il s'y prendre ? C'est ce que nous voudrions essayer de voir maintenant. Reprenons pour cela le premier paragraphe. Nous avons dit plus haut que le contenu de la résolution expliquait par récurrence la forme selon laquelle était posé le problème Or, à y regarder de près, le premier paragraphe est bien, sous son apparence de constat objectif (évolution démographique et économique, croissance urbaine...), une certaine façon de poser un problème, une manière particulière de signifier une opposition. De quelle opposition s'agit-il ? Les mots parlent d'eux-mêmes : le Massif du Pilat est un "lourd bastion de hautes terres... (qui) a vu grandir à sa périphérie des organismes urbains de plus en plus dynamiques".

17D'un côté le "Massif", le "lourd", c'est-à-dire l'inerte physique ("terres"), l'ancestral ("bastion") ou la forteresse ; de l'autre la croissance ("grandir"), le vivant ("des organismes"), la force accélérée ("de plus en plus dynamiques") le siège ("la périphérie"). Ainsi, la description n'est pas neutre, elle est polarisée : une vieille forteresse est assiégée par des forces nouvelles...

Paragraphe no 2 :
Au contraire, le Massif du Pilat a connu, comme d'autres moyennes montagnes, une dégradation générale et sensible. La population a diminué de 40 % entre 1876 et 1968 tout en laissant une densité de 49 habitants au kilomètre carré, ce qui demeure contradictoirement élévé en rapport au niveau général des ressources. Car cette vieille "région-atelier" où s'étaient multipliés de petits établissements, n'apparaît pas favorable à une implantation naturelle des structures industrielles modernes. La culture et l'élevage sur des terroirs souvent maigres souffrent aujourd'hui autant des handicaps physiques (relief et climat) que du morcellement des exploitations et du vieillissement de la population active agricole. La trame urbaine s'y réduit au niveau de gros bourgs ruraux. Ainsi s'expriment les traits marqués d’une zone rurale déprimée.

18Le deuxième paragraphe détaille la "description". (Il y avait bien opposition puisque ce paragraphe commence par "au contraire"). Là encore, les mots parlent, qui disent "vieille région-atelier", "petits établissements", opposés à "structures industrielles modernes". Les "terroirs" sont "maigres", les cultures et les élevages "souffrent" de "handicaps" ; et encore c'est le "morcellement", le "vieillissement". La description est déjà verdict : le Massif est une "zone rurale déprimée".

Paragraphe no 3 :
Mais déjà les citadins du pourtour fréquentent le massif. Beaucoup y viennent en fonction de vieilles attaches familiales et ancestrales, ou parce que le Pilat abrite des sites admirables et garde de vastes étendues particulièrement attractives. Or, cette fréquentation doit croître dans les années à venir eu égard à l'amélioration du niveau de vie, à la diminution des temps quotidiens et hebdomadaires de travail, aux contraintes multiplées et pesantes de "la civilisation industrielle". Cette évasion généralisée des citadins vers la Nature appelle de la sorte la mobilisation d'espaces de détente indispensables.

19L'opposition, déjà inscrite, comme on l'a vu, dans la première phrase, se développe dans le troisième paragraphe. Les verbes sont actifs, impulsifs même ; les citadins n'ont pas attendu, ils sont "déjà" là. Et ça "doit" continuer. Qu'est-ce à dire que ce "doit" ? Est-ce nécessité inscrite dans la nature des choses ou expression d'une volonté normative ? L'appel à la "mobilisation d'espaces... indispensables" est déjà réponse à la question.

20Mais il faut s'arrêter pour voir où nous en sommes. Le quatrième paragraphe, paragraphe central de ce préambule, va nous y aider.

Paragraphe no 4 :
Ainsi se juxtaposent aujourd'hui, deux mondes contrastés et contradictoires, distincts et opposés, qu'une prudente géographie volontaire doit s'appliquer à rendre complémentaires. Car, en venant de plus en plus nombreux dans le Massif du Pilat, les habitants des grandes villes du pourtour constituent un marché neuf de consommateurs originaux. Ils ont besoin de services ; ils demandent des équipements. Ils aménagent ou construisent des résidences secondaires privées ou collectives. Ils tiennent en eux une source indiscutable de profits favorables à une rénovation rurale globale à laquelle les populations rurales doivent participer et de laquelle elles doivent bénéficier.

21L'opposition, toute symbolique au départ, a été objectivée : ce sont "deux mondes" qui se "juxtaposent", deux mondes entre lesquels un combat se prépare, voire a déjà commencé. L'inéluctabilité de la dépression d'un côté, de la haute pression de l'autre, appelle tous ceux qui refusent le destin et son fatalisme à s'engager comme "volontaires" pour que n'ait pas lieu la lutte fratricide et destructrice ; pour qu'au contraire, par-delà les différences, les "complémentarités" soient positivement manifestées.

22Ce quatrième paragraphe est central. Il est au centre du texte. Examinons-le encore d'un peu plus près. Sa première phrase d'abord. "Ainsi se juxtaposent aujourd'hui deux mondes contrastés et contradictoires, distincts et opposés". Cette première partie de la phrase reprend et objective ("deux mondes" !) l'opposition développée dans les deux paragraphes précédents, opposition qui, on l'a vu, était déjà inscrite, dès la première phrase du préambule (la terre/le vivant). En effet, ce qui est ainsi opposé, c'est d'un côté une "zone rurale déprimée", de l'autre une "évasion généralisée des citadins vers la Nature". Remarquons que, d'un côté, c'est un territoire, une terre, une zone, tandis que de l'autre côté, ce sont des gens : les citadins ; des citadins dont l'évasion appelle la "mobilisation d'espaces... indispensables" et qu'ainsi, tandis que du massif il n'est toujours parlé qu'en des termes spatiaux-que ce soit pour en marquer les aspects négatifs (deuxième paragraphe) : "moyenne montagne", "vieille région atelier", "terroir maigre", "zone rurale déprimée", ou les aspects positifs (troisième paragraphe) : "sites admirables", "étendues attractives-au contraire, l'autre terme de l'opposition, ce sont des gens qui viennent, qui fréquentent, qui s'évadent, se détendent... Mais il faut voir en quoi ce quatrième paragraphe est, comme on l'a dit, central, c'est-à-dire central par rapport au dispositif persuasif qu'est ce texte de préambule. Il est, en effet, le point d'articulation et de retournement. Ce point se situe même entre le premier membre de phrase que l'on vient de voir et le second. En effet, une fois l'opposition ainsi objectivée et mise en scène, la deuxième partie de la phrase énonce qu'"une prudente géographie volontaire doit s'appliquer à rendre complémentaires".

23Arrêtons-nous un peu sur cette utilisation du verbe "devoir" -ou, pour reprendre les termes précis de la méthode d'analyse structurale-sur ces "modalités déontiques". Il y a trois de ces modalités déontiques dans ce texte de préambule.

24Tout à l'heure, dans le troisième paragraphe, on avait : "or cette fréquentation (des citadins du pourtour) doit croître dans les années à venir, eu égard à l'amélioration du niveau de vie". Plus loin (fin de ce quatrième paragraphe), on aura : "les populations rurales doivent bénéficier" de la "source indiscutable de profits" que "tiennent en eux" ces mêmes citadins.

25Ainsi, la symétrie est-elle parfaite, non seulement entre le sens fort et objectif (inéluctabilité) et le sens faible et moral (possibilité) de ces deux emplois du verbe devoir, mais encore entre les sujets de ces verbes (la fréquentation des citadins/les populations rurales) qui n'ont qu'un seul complément : l'argent ; celui que les citadins reçoivent ("niveau de vie") et celui qu'ils "tiennent en eux" (la "source indiscutable de profits").

26Et au milieu, au centre de cette opposition symétrique, une "géographie volontaire" qui "doit s'appliquer" à faire naître des complémentarités.

27Le paragraphe est donc bien central. Autour de lui, s'organisent les symétries. Et le sujet du verbe "doit s'appliquer" n'est-il que la "géographie volontaire" ? N'y voit-on pas déjà poindre le Parc ? Or, rappelons-le, ce que l'on veut essayer de voir ici, c'est le travail que ce texte effectue, travail au sujet duquel on a posé l'hypothèse qu'il visait à faire passer la lecture du mot Massif au mot Parc.

28Mais le cinquième paragraphe, qui commence par "cependant", introduit d'un seul coup une idée nouvelle. Il met en scène une nouvelle opposition d'une nature toute différente de la première. Lisons ce cinquième paragraphe :

Paragraphe no 5 :
Cependant, les mêmes foules citadines entraînent avec elles des nuisances et des méfaits tels que le capital Nature tout entier du Massif risque, par le fait d'une présence incontrôlée, d'être rapidement et sérieusement détérioré. Ainsi apparaissent les données fondamentales.

29Il est très court. Les citadins y sont devenus des "foules" qui entraînent avec elles des "nuisances" et des "méfaits". S'il est vrai, toujours dans la représentation ici mise en scène, que la "source" et le vivant sont toujours du côté des habitants du pourtour, encore faut-il veiller à ce que les jeunes générations ne détériorent pas le "capital" qui leur est légué. Un "contrôle" s'impose.

30Mais, ce faisant, le Massif, s'il est toujours invoqué, ne l'est plus comme zone rurale déprimée (deuxième paragraphe), mais comme Capital Nature. Le texte a bien déjà produit son effet, l'espace a bien déjà été transformé, à n'être plus désigné par les mêmes termes. Le mot Nature était déjà apparu ; c'est à la fin 0 du 3 paragraphe quand il désignait ce vers quoi avait lieu "l'évasion généralisée" des citadins, exigeant la "mobilisation des espaces". Il est repris ici, précédé cette fois du terme "capital" et associé à d'autres termes laissant entendre qu'une instance régulatrice est nécessaire. En effet, il y a un "risque", un risque imminent ("rapidement") et non négligeable ("sérieusement"). "Ainsi apparaissent les données fondamentales".

31Deux oppositions ont été ainsi placées de part et d'autre du "doit s'appliquer à rendre complémentaires". Mais les termes en ont été inversés.

négatif

positif

1ère opposition :

une zone rurale déprimée

une fréquentation qui doit croître

2ème opposition :

un Capital-Nature

une foule risquant de tout détériorer

positif

négatif,

32Une zone rurale déprimée, maigre, souffrante, handicapée, dégradée, s'est transformée en une richesse, un Capital à préserver. Des citadins nombreux, vivants, actifs et pour lesquels un espace vital était nécessaire sont devenus des foules qui risquent de tout gâcher. Leur nombre d'abord invoqué pour son apport dynamisant, prend, tout à coup, des allures de horde sauvage. Il y a eu transmutation, "trans-figuration" qui a fait passer :d'une opposition à une autre. Entre les deux, il y a une "rénovation rurale" (quatrième paragraphe) rendue possible par un "marché neuf de consommateurs originaux", par des "sources indiscutables de profit".

33"Ainsi apparaissent les données fondamentales". C'est par cette phrase que se termine le cinquième paragraphe.

34Mais encore, après cet énoncé solennel, il faut déjà signifier la place neutre (de ne-uter : ni "l'un", ni "l'autre") de ce qui va advenir ; place neutre et impartiale, qui pourra capter la légitimité consensuelle. Et puis, il faut encore insister sur l'urgence, galvaniser les énergies, rallier les derniers hésitants : "saisir au vif".

Paragraphe no 6 :
Menacé d'abandon par les uns, convoité par les autres, le Massif du Pilat a commencé à se transformer. Dans un avenir très proche, il sera le théâtre d'une évolution de plus en plus rapide. Il convient donc de saisir au vif et d'organiser la mutation afin qu’elle se fasse dans l'harmonie et pour le bien de tous.

35Tout est presque fait maintenant. Par le jeu des oppositions, par la "mise en scène" des contraires ("Dans un avenir proche il sera le théâtre d'une évolution..."), le metteur en scène s'érige en maître de la résolution de leurs contrariétés. Il accède à une nature autre, tout autre même, que celle sur laquelle il intervient. Il siège en un lieu inassignable et vénéré d'où il va pouvoir œuvrer "pour le bien de tous", pour la réconciliation "des uns" et "des autres" : dans "l'harmonie".

36Et c'est à l'instant même où un pouvoir s'institue, où le Parc proprement dit (l'institution-Parc) naît que, dans un vertigineux flash-back, il reçoit la consécration de ceux qui "généreusement" avaient "eu conscience", il y a longtemps, de la nécessité qu'il naisse aujourd'hui.

  • 6 Et nous pensons avoir confirmé notre hypothèse : ce préambule était bien à lire comme moyen de fair (...)

37On voudra bien relire le septième et dernier paragraphe. C'est la "croyance" de ces "hommes" -cités ici entre guillements- qui, tout à la fois, reprend le plan du préambule et annonce celui de la charte. Le Parc est né ; il s'est autorisé (autorisé ?) ; il peut maintenant prendre la parole6.

II- LA PAROLE ORDIΝΑIRE DU PARC

38Qu'est-ce que nous désignons par cette expression ? Il faut pour nous en expliquer raconter un petit peu ce que fut cette expérience de recherche sur ce Parc. L'acceptation par le Comité Scientifique "Espace et cadre de vie" de notre projet de travail ayant été suivie de divers contacts au Ministère de l'Environnement, nous nous sommes en quelque sorte retrouvés chargés, è la fois d'effectuer le bilan de l'action d'un Parc Naturel Régional, celui du Pilat, et, en même temps, de proposer, à la faveur de la constitution de ce bilan, une sorte de batterie d'indicateurs qui pourrait, par la suite, être appliquée à d'autres parcs. La définition de notre travail se trouvait donc quelque peu déviée, au regard du projet qui avait été accepté ; mais dresser un bilan, ce n'est jamais que rapporter les résultats observés aux objectifs initiaux et, attendu que ceux-ci sont explicitement définis dans la charte proprement dite, la tâche ne devait pas poser de problèmes.

39Or, ce que fut le résultat de ce travail, c'est que les catégories selon lesquelles les objectifs sont désignés dans la charte devaient peu à peu se révéler à nous complètement inadéquates quand il s'agissait, non pas seulement de dresser un bilan, mais de poursuivre ce que, bien sûr, nous n'avions pas abandonné, à savoir notre projet initial. Comment fonctionne réellement un parc naturel régional et à quoi il sert ? Bien davantage même, nous devions nous apercevoir, au fur et è mesure de notre avancée, que celle-ci précisément ne pouvait s'effectuer que dans la mesure où nous parvenions à nous "affranchir", non seulement des catégories "octroyées" par la charte, mais de cette parole ordinaire du Parc qui, prolifique et bavarde à souhait, accompagne toutes les actions du Parc, les explique, les commente et,, prévenante à l'excès, semblait comme nous précéder dans toutes nos investigations. C'est l'insistance de cette parole ordinaire qui nous l'a fait devenir l'objet de notre investigation.

  • 7 L'hésitation introduite ici sur le point de savoir si le Para a trois ou quatre objectifs renvoie à (...)

40Partis donc comme pour effectuer un bilan, il devait peu à peu se révéler qu'aucune des actions impulsées par le Parc ne pouvait être rattachée de façon univoque à l'un des trois (ou quatre ?) axes définis, tant par la charte, que par tout le discours officiel du Parc7. Bien plus même, l'effet que ces actions pouvaient avoir, semblait n'être saisissable que comme effet transversal à ces axes. D'autre part, il devenait non moins manifeste que, si le Parc avait, pour présenter et justifier son action, un certain langage impliquant une certaine représentation, il devait, dans sa pratique opérationnelle cette fois, avoir recours à d'autres catégories pratiques non dites celles-là, mais étant celles dans lesquelles il conçoit et engage ses actions.

41Un exemple, parmi d'autres, peut illustrer cette hypothèse : tandis que, dans la parole ordinaire publique du Parc, il n'y a jamais que des "ruraux" en général, ou des "populations résidentes" également en général, il devait bien apparaître que, concrètement, ce ne sont pas n'importe quels ruraux que le Parc sollicite quand il a besoin d'interlocuteurs pour une opération donnée, mais bien précisément tel ou tel type de ruraux (modernistes ou non, avec ou sans successeurs, marginaux par rapport aux organisations agricoles, ou, au contraire, notables, etc...) ; pas n'importe quel "type" de ruraux, ce qui veut bien dire qu'ici, une autre catégorisation est à l'œuvre, mais que cette catégorisation-là, concrète, pratique, n'est jamais énoncée.

42Toutefois, l'examen minutieux du discours public du Parc ne manque pas de faire apparaître, au sein de ce discours même, un certain nombre de points significatifs.

II-1. Les deux classes de termes

43Nous avons, pour cela, étudié d'abord en quels termes sont explicitement nommés, dans le discours public du Parc (c'est-à-dire non seulement dans la charte, mais dans tous les textes qui, émanant du Parc, s'adressent à la population), l'ensemble des "acteurs" intervenant. Par le terme d'"acteurs", nous entendons tous les sujets, au sens grammatical, tels qu'ils apparaissent dans ce texte. L'examen de l'ensemble des mots désignant des sujets aboutit à ce que cet ensemble peut se répartir en deux classes. La première classe regroupe les sujets globaux, abstraits, généraux ; nous l'appellerons la classe "mythique". L'autre rassemble les termes utilisés, toujours par le Parc, pour désigner des sujets dans d'autres contextes ; nous l'appellerons la classe "fonctionnelle". A titre d'illustration, les deux listes ci-après donnent un aperçu du contenu de chacune de ces deux classes :

Classe dite "mythique"

Classe dite "fonctionnelle"

la population

les artisans du paysage

les ruraux

les naturalistes

les habitants

les promeneurs

les citadins

le public

les citadins du pourtour

les auditeurs

la population rurale

les usagers

les foules citadines

les guides

les hommes

les hôtes

la population résidente

les animateurs

la population locale

les consommateurs originaux

les résidents

les chasseurs

les communautés du village

les pêcheurs

les piétons, cavaliers, cyclistes

les gestionnaires de l'espace

44Ces deux classes suffisent donc à regrouper la quasi totalité des dénominations concernant les "acteurs". On remarquera que la première regroupe des termes très généraux certes, mais aussi des "sujets" qui n'en sont que par rapport, le plus souvent, au fait qu'un "périmètre" existe (opposition dedans/dehors) ; la seconde, au contraire, regroupe des "acteurs collectifs" d'une autre nature, spécialisés, "fonctionnels", mais aussi implicitement, tous déjà "dans le périmètre". Enfin, une autre remarque s'impose, sans doute la plus importante : ces deux listes de "sujets" épuisent, comme on l'a dit, la quasi totalité des dénominations employées par le Parc, ce qui veut dire qu'aucun groupe social qui serait défini par une terminologie socio-économique (ex. : les artisans du bâtiment, les professions libérales rurales, les exploitants agricoles en fermage, etc...) n'apparaît jamais dans ce discours public.

45De ce premier point, nous croyons pouvoir tirer l'interprétation suivante, qui consiste à dire que si les groupes sociaux concrets composant la population locale n'ont pas leur place dans le discours du Parc, c'est peut-être que ce discours révèle que c'est un autre espace qui est en train d'être produit, autre espace que celui, physique, sur lequel le Parc est censé intervenir.

46En effet, un groupe social concret occupant l'espace du massif, ou bien est englobé dans des catégories mythiques dans lesquelles il se perd, dans lesquelles il est dissout jusqu'à ce que disparaisse son identité (son nom), ou bien, au contraire, est fragmenté en ce que chacun des éléments qui le composent est éclaté dans une série de catégories fonctionnelles. L'action du Parc s'analyserait, dès lors, comme une opération de déstructuration/restructuration qui fait passer d'un espace à un autre, ou, comme le disait l'analyse du préambule de la charte (cf. supra), qui fait passer du "massif" au "parc", la déstructuration de l'espace-massif et l'atomisation des éléments qui le constituent ne trouvant leur raison d'être que dans le fait qu'elles rendent possible une restructuration ou une recomposition dans un autre cadre : celui de l'espace-Parc. D'une certaine façon, il est même possible de dire que, dès l'institution du Parc, c'est-à-dire dès l'Instauration d'un espace délimité et marqué, d'un périmètre, il y a déjà abstraction de la population qui s'y trouve, de tout le contexte géographique et/ou professionnel dans lequel elle se situait : les habitants du massif qui sont aussi des artisans, des agriculteurs, des commerçants, etc..., deviennent des "habitants du Parc" et c'est là la première catégorie fonctionnelle.

II- 2. Label et symbole

47Par cette deuxième partie de notre analyse de la parole ordinaire, nous ne visons plus la façon selon laquelle cette parole désigne la population à laquelle le Parc a affaire, mais la façon selon laquelle le Parc se désigne lui-même, la question cruciale de son identité.

48Comme il l'a déjà été dit, le Parc s'instaure sur une coupure, sur une délimitation d'avec ce qui n'est pas le Parc aussi·, la question qui se pose est celle de savoir ce qui va pouvoir faire l'unité de cet espace abstrait. Un découpage administratif étant opéré, qui extrait une portion du territoire, en quoi cette portion va-t-elle pouvoir être légitimement "privilégiée" ? Qu'est-ce qui va pouvoir justifier que toutes les parties de ce territoire ainsi isolé ont plus droit à "en" être que celles qui n'ont pas été retenues ? Quelle est donc la caractéristique qu'elles possèdent toutes et qui leur confère ce droit ?

  • 8 A supposer même que le Massif soit une unité, l'unité que peut instituer le Parc est littéralement (...)

49Assurément, il ne peut en aucun cas s'agir d'une caractéristique "naturelle". Le découpage est proprement arbitraire ; l'unité de ce qu'il particularise ne préexiste pas à l'opération de particularisation, elle est son produit8. Mais comment est produite cette unité ? En effet, si l'harmonie à réaliser figure une unité future, si d'un autre côté l'harmonie originelle invoquée figure celle qui est à "re-créer", il reste qu'entre les deux, c'est-à-dire dans le moment présent, il faut des symboles, autrement dit, il faut des signes, des moyens qui évoquent et figurent cette idée abstraite et absente d'unité. Or, il y a dans la Charte, deux endroits où il est question de symbole et de label : l'article 57 d'une part, l'article 14 d'autre part.

50C'est dans l'article 57, appartenant au chapitre des "moyens du Parc", que sont présentés explicitement le symbole et le label. Symbole et label sont donc reconnus comme étant des moyens du Parc, des instruments pour son action.

Article 57 :
LE SYMBOLE ET LE LABEL DUPARC
Le symbole : Entité juridique, le Para Naturel Régional du Pilat est également une personne morale reconnue par un symbole qui exprime tout à la fois l'appartenance au Groupement National des Parcs Naturels Régionaux et la caractéristique dominante du Parc du Pilat. Il constitue l'emblème exclusif du Parc et a été déposé auprès de l'Institut National de la Propriété Industrielle. Il figure sur le tableau joint à la présente charte.

Le label : L'expression "Para Naturel Régional du Pilat" et les expressions qui en dérivent, telles : "Para Naturel...", "du Para Naturel Régional du..." qui sont la propriété exclusive du Para ont fait également l'objet du dépôt auprès de l’Institut National de la Propriété Industrielle.

Leur utilisation : La mise en valeur et le respect des caractères fondamentaux du Para Naturel Régional du Pilat impliquent une utilisation rigoureuse du symbole et du label. Nulle personne, nul groupement, club, association ou syndicat ne pourra les utiliser, nulle entreprise quel que soit son objet et son statut ne pourra en faire usage à quelques fins que ce soit, sans avoir reçu l'accord préalable du syndicat de réalisation et de gestion. Celui-ci entreprendra des poursuites judiciaires contre les contrevenants. L'autorisation de bénéficier du label et du symbole du parc pourra être sollicitée auprès du Comité Syndical par toute personne morale de droit public ou privé et toute personne physique. La demande devra être assortie d'un dossier qui en fera apparaître les motivations et les finalités. Ce dossier sera instruit par le directeur du Parc, qui le soumettra, accompagné de son avis, au Comité syndical, lequel statuera en dernier ressort. La réalisation de panneaux, enseignes et écussons, menus gastronomiques, programmes et affiches consécutives à l'octroi du symbole et du label, sera à la charge des bénéficiaires qui ne pourront prétendre à aucune indemnité de la part du Syndicat Mixte de Réalisation et de Gestion.
Le retrait du symbole et du label peut être prononcé immédiatement par le Directeur du Parc pour quiconque enfreint les règles précédentes ou pour quiconque entreprendrait une action nuisible dans son fond et dans sa forme aux intérêts du Parc.
Il appartiendra à l'assemblée générale du Syndicat, sur rapport du Directeur, de confirmer si le retrait du symbole et du label revêt un caractère temporaire ou définitif.

51Ce premier texte nous inspire les remarques suivantes. Le symbole est "l'emblème exclusif" du Parc ; l'expression "Parc Naturel Régional du Pilat" est un label ; elle est "propriété exclusive" du Parc. L'opération de particularisation, de privilégisation trouve bien là son moyen : un principe d'exclusivité.

  • 9 Alors que les Parcs Naturels Régionaux ne disposent d'aucun moyen règlementaire spécifique hors du (...)

52Il s'agit également du seul article de la Charte aussi explicitement contraignant, celui où des interdictions sont le plus clairement manifestées et où l'arme judiciaire est invoquée9. Ce qu'il convient encore de remarquer c'est que : "l'autorisation de bénéficier du label et du symbole du Parc... (devra) être sollicitée" et que c'est dans cet article également qu'apparaît le terme "d'octroi".

53Le deuxième endroit où il est question du label et du symbole est l'article 14, relatif à "l'agriculture dans le Parc", article figurant au chapitre 5 : "Le Parc est une zone privilégiée d'équipement et de développement rural".

Article 14 :
L’AGRICULTURE DANS LE PARC.
Le Para est le cadre d'une activité agricole importante. L’agriculture doit donc bénéficier de la sollicitude du Syndicat Mixte d’autant plus que, par ailleurs, le Parc ne saurait se passer des agriculteurs qui représentent les véritables artisans du paysage rural. Dans ce but, le Syndicat Mixte, l'Administration, la Chambre d'Agriculture, la S.A.F.E.R. et les Comités de Développement se concerteront pour promouvoir une politique agricole dont les trois objectifs seront : de rechercher les spéculations les mieux adaptées au contexte géographique et socio-économique, de diminuer le prix de revient des produits agricoles et d'améliorer les revenus par des actions menées au niveau de la production et de la commercialisation, de veiller à ce qu'un équilibre permanent soit respecté entre les actions de type économique et les actions visant à la protection de la Nature et de l'Environnement. A ce sujet, l'octroi du label et du symbole du Parc pourra favoriser la promotion et la vente de certains produits naturels.
Ces deux objectifs pourront être atteints par l'élaboration de programmes d'opérations groupées d'aménagement fonciers (O.G.A.F. - décret du 8 juin 1970) et l'établissement de plans de modernisation et d'équipement des exploitations agricoles.

  • 10 Pouvait-on trouver meilleur exemple illustrant le passage d'un espace à un autre ?

54On peut y lire, d'une part que "l'agriculture devra bénéficier de la sollicitude du Syndicat Mixte", ceci sous l'argument que le Parc "par ailleurs, ne saurait se passer des agriculteurs qui... représentent les véritables artisans du paysage rural"10 ; d'autre part, et plus loin, qu'à ce sujet le label et le symbole du Parc pourront être "octroyés".

55Que tirer des matériaux ainsi rassemblés que sont ces mots : symbole, label, emblème ?

56Bien sûr, on aura remarqué la très forte concentration en ces deux articles des termes "privilégié", "exclusif", "sollicitude", "octroi"... tous termes qui renvoient à la grille de lecture appliquée au préambule de la Charte. Mais en quoi ces termes peuvent-ils être saisis comme des moyens pour forger l'unité/identité ? La forte concentration nous semble un indice suffisant pour nous inviter à poursuivre dans la même voie. Et nous le ferons en recourant une nouvelle fois aux définitions du dictionnaire.

"Symbole : Ce qui représente autre chose en vertu d'une correspondance analogique. Objet ou fait naturel qui évoque par sa forme ou sa nature une association d'idées "naturelle" avec quelque chose d'abstrait ou d'absent."
"Label : (mot anglais : étiquette) Etiquette ou marque apposée sur les produits vendus par les adhérents d'un syndicat professionnel."
(Petit Robert)

57Toutefois, à relire l'article 57 et à regarder le "symbole" qui y est reproduit, il se forme comme un doute.

  • 11 Soit respectivement l'étoile, reprise dans tous les "symboles" des 21 P.N.R., et les trois figurine (...)

58Le "symbole" "(qui) exprime tout à la fois l'appartenance au Groupement National des Parcs Naturels Régionaux et la caractéristique dominante du Parc du Pilat"11 semble bien plutôt être un label (au sens du dictionnaire), du moins si l'on assimile ce groupement national à un syndicat professionnel. Mais, à continuer la lecture de cet article 57, on s'aperçoit que ce qui est défini comme label, c'est "l'expression Parc Naturel Régional du Pilat".

59Bref, il semble bien que le Parc ait deux noms, ou plutôt deux façons de se représenter et qui sont d'ailleurs toujours utilisées matériellement ensemble : le symbole plus le label, c'est-à-dire l'emblème, l'emblème comme "figure symbolique accompagnée d'une devise" (Petit Robert), devise ici réduite au nom.

60Mais il s'agit de deux signes croisés : ce qui (dans la Charte) est défini comme label, c'est le nom propre, c'est-à-dire le symbole pur par excellence.

61Ce qui (dans la Charte) est défini comme symbole est, en fait, un label, une marque (par la référence au groupement de tous les parcs régionaux).

62Ainsi donc, comme il y avait deux classes de dénomination, la classe mythique et la classe fonctionnelle, dans le discours du Parc pour parler de ce sur quoi il agit, le Parc lui-même, pour se représenter, dispose-avec ces deux signes croisés-de deux façons de se désigner. Ici même s'entrevoit une duplicité.

63Symbole et label sont en eux-mêmes, en effet, des éléments de la classe mythique en ce qu'ils sont ce qui unifie, ce qui donne identité (au sens identique) à tout ce qui est fait dans la mesure où, comme c'est effectivement le cas, rien ne se fait par le Parc sans que symbole et label y soient apposés. Mais, a contrario, symbole et label sont-à chaque fois qu'ils sont utilisés-des éléments de la classe fonctionnelle puisqu'ils sont l’un et l'autre ensemble une marque apposée, qui, du même coup, autonomise, particularise comme morceau, comme produit, comme action ce sur quoi elle est apposée. Symbole et label donc, toujours utilisés ensemble dans leur fonctionnement croisé, participent de l'effet du découpage fonctionnel (et, partant, de la déstructuration dont il a déjà été question) par le versant "marque" qu'ils comportent et qui fait que leur application aboutit à découper l'espace-nature en autant de fonctions ainsi autonomisées par le fait même de leur application. Quand un sentier, par exemple, est "labellisé", il rentre du même coup dans une classe fonctionnelle ainsi créée : la classe "sentiers". Mais symbole et label, par leur second versant cette fois, celui qui fait qu'ils sont toujours formellement identiques à eux-mêmes, participent de l'effet d'unification mythique. Ce sont toujours les mêmes figures qui vont désigner ces objets fonctionnels distincts. Ce qui fera l'unité d'un sentier, d'une auberge, d'une maison, d'une aire de piquenique, etc..., c'est qu'ils seront tous "du Parc", comme l'attesteront et l'authentifieront les panneaux normalisés qui y seront apposés.

64Symbole et label sont donc bien des moyens du Parc. Ils sont ceux par lesquels le Parc peut créer l'unité dont il a été question en début de paragraphe (II - 2.). Plus même, ils sont aussi, et ce qui crée l'unité de tous les "Parcs Naturels Régionaux" (par la répétition de cette même expression et par la moitié droite de la figure reproduite plus haut), et, en même temps, comme on a pu le voir, ce qui accompagne et marque l'émergence d'un espace autre, espace découpé, codé et disponible pour un autre usage.

65A travers la façon dont sont nommés les acteurs, on a vu que la parole du Parc ne fait pratiquement aucune place aux groupes sociaux constitués pour, au contraire, instituer deux types d'interlocuteurs. Le premier type est un type mythique, puisqu'il s'agit d'un ensemble "d'interlocuteurs" tels qu'aucun ne peut effectivement avoir la parole (les ruraux, les citadins, etc...). Le second type, au contraire, regroupe l'ensemble des interlocuteurs créés par le Parc, ceux auxquels le Parc peut, à l'occasion, donner la parole. Mais s'agissant d'inter-locuteurs constitués par le Parc, cette parole n'est, en quelque sorte, qu'une parole en retour, une parole qui ne peut se déployer que dans le cadre ainsi autorisé. La parole de ces interlocuteurs institués par le Parc n'est jamais que la parole du Parc ainsi "authentifiée" à être prononcée par d'ʺ authentiques" habitants. Ainsi, apparaît un décalage manifeste : c'est pour faire se rencontrer et se parler des populations mythiques que te Parc dit avoir été créé, mais c'est à instituer d'autres découpages et d'autres "interlocuteurs" que le Parc se rend maître du terrain. Il n'y a donc bien qu'une classe d'interlocuteurs, la classe fonctionnelle, que le Parc institue.

66De même, avec l'examen de la façon dont le Parc se nomme lui-même-et non plus nomme les autres-, on a pu montrer comment l'usage du symbole et du label participait à cette mise en place d'un nouvel espace, comment cet usage permet à la fois d'autonomiser fonctionnellement ce à quoi il est appliqué et d'unifier de façon mythique cette mosaïque d'interventions.

67Cette importance conférée à l'analyse de la parole n'est que le doublet, nous l'avons déjà dit, de l'importance que cette parole a sur le terrain.

68Le Parc est toujours plus ou moins maître d'école, et c'est à ce titre qu'il parle de formation, d'éducation, d'apprentissage, de conseil, d'assistance. Il faut former les ruraux à l'accueil des citadins, mais il faut aussi éduquer les promeneurs et autres utilisateurs du Parc. Il faut apprendre aux enfants à connaître la nature et solliciter les anciens à verser à ce qui devient, du même coup, "patrimoine culturel", le récit de ce qu'ils ont vécu. Il faut guider, conduire, conseiller tous ceux qui, pénétrant en ce territoire, ou bien risqueraient de ne pas en saisir toute la richesse, ou bien de s'y comporter sans "discipline". Comme l'instituteur qui, non seulement transmet un savoir dont il détient la clef, mais qui aussi, seul, est autorisé à guider les pas débutants, le Parc se pose en intermédiaire obligé (et ne reconnaît valables que ceux des interlocuteurs qui se moulent dans le cadre ainsi formé).

69N'est-ce pas d'ailleurs pour pouvoir faire se rencontrer et communiquer "deux mondes" qu'il a été créé ? N'est-ce pas à s'être posé quelque part entre ville et campagne, quelque part entre passé et futur qu'il tire autorité à siéger nulle part, c'est-à-dire à cet endroit neutre qui n'est pas sans rappeler l'idéologie de la neutralité de l'enseignement ? On se souvient ici comment le préambule, en instituant cette opposition des deux mondes, plaçait le Parc ainsi créé à cette position d'intermédiaire obligé. C'est parce qu'il est dit que la ville a quelque chose à apprendre de la campagne, et le futur de la tradition, que campagne et tradition, tout ensemble mêlées, sont ainsi constituées en un objet d'une institution. C'est l'institution qui crée l'objet dont elle se "saisit" ; ou plutôt, elle fait être "objet" ce dont elle se saisit et qui donc ne préexistait pas à cette saisie. De même que l'émergence de la "culture" comme objet de savoir est contemporaine de celle de l'institution qui se donne pour mission de la transmettre, ici l'émergence d'une Nature-objet est contemporaine de l'apparition de l'institution qui se charge de la faire connaître.

70Quelque chose donc s'est passé, qui fait que du neuf a fait irruption. Il n'est plus possible de parler de ce qui arrive avec les mots d'avant. Le Massif n'est pas l'antécédent du Parc. Le Massif, c'est quelque chose, mais le Parc "c'en est une autre", comme il est constamment affirmé dans les réunions d'information sur le Parc. Il n'y avait pas une "Nature" que le Parc a pris en charge, il y a invention d'un espace social nouveau, autre ; il y a invention d'un rapport social à l'espace, à une Nature socialement instituée. De même qu'avec l'appareil scolaire et culturel, il y a eu invention d'un rapport social au savoir et à la culture, il y a ici, avec le Parc, invention/imposition d'un nouveau rapport social à l'espace-nature.

71Ainsi est-il possible de comprendre maintenant le pourquoi de la prolifération envahissante de cette parole pédagogique. Paraissant accompagner, informer, prévenir ou éduquer un rapport à un monde, elle est bien plutôt celle qui forme ce monde.

EN GUISE DE CONCLUSION : JEAN-JACQUES ROUSSEAU, "L'HOMME DE LA NATURE"

72En Juillet 1769, Jean-Jacques herborisait dans le Pilat. Un sentier qui porte son nom rappelle aujourd'hui ce passage mémorable. C'est bien la moindre des choses, en effet, pour un Parc naturel, que de célébrer cet "homme de la nature" qui, par tant et tant d'aspects de sa personne, préfigure en quelque sorte comme un archétype du rapport de l'Homme à la Nature ; et c'est bien la meilleure façon de célébrer "le promeneur solitaire" que celle, non pas de lui élever un monument, mais de lui dédier un sentier.

  • 12 Un livre admirable a déjà été écrit : Jean STAROBINSKI, Jean-Jacques Rousseau, la transparence et l (...)

73Il n'est pas question, bien sûr, de rappeler ici tous les traits trop nombreux de cette figure si singulière, ni d'énumérer toutes les correspondances que l'évocation de son œuvre et de sa vie ne manque pas de susciter12. Au cœur de cet espace de félicité qu'est la petite société autarcique de CLARENS, déjà il y avait un "Parc Naturel" : "L'Elysée de Julie", à savoir un jardin dans lequel le travail de l'homme est si parfait qu'il s'est rendu invisible et que le résultat donne' I'" illusion" de la nature sauvage. En cet endroit secret et préservé, Julie peut aller se ressourcer loin de "la civilisation et de ses artifices" ; le lieu, certes, est bien "artificiel", le jardin est bien, au plus haut point, une œuvre de l'art, mais quand même... l'œuvre justement est tellement parfaite, l'illusion si bien entretenue, qu'il est possible de faire comme si un "travail" n'avait jamais eu lieu.

74Une génération à peine nous sépare à ce moment-là de la Révolution Française qui, se reconnaissant dans cet homme, devait le promouvoir au rang de divinité. Lui, le "marginal" des salons de son époque, si obnubilé par le souci de produire un effet, mais sans que jamais il ne puisse être suspecté de chercher à le produire, lui le "contestataire", "le citoyen de Genève" à ce point fasciné par l'exigence d'immédiateté pour aller jusqu'à s'en faire l'incarnation, au risque du ridicule, le voilà ainsi consacré. Mais c'est le même qui a aussi écrit "Le Contrat social" et "Le Discours sur l'origine et le fondement de l'inégalité", dont ENGELS devait tant s'inspirer ; c'est le même qui a inventé le roman moderne et donné à l'autobiographie ses lettres de noblesse ; et enfin, et surtout, c'est lui qui, figure indépassable, reste celui qui, repris par toute la tradition républicaine et bourgeoise, a cimenté jusqu'à nos jours l'image de la nature comme ce à partir de quoi l'ordre social peut être contesté et/ou institué. Cherchant la cause de nos malheurs, il a écrit : "Je la trouvais dans notre ordre social qui, de tout point contraire à la nature que rien ne détruit, la tyrannise sans cesse et lui fait sans cesse réclamer ses droits" (Op. cit, p. 37).

75Pourquoi, aujourd'hui comme hier, faut-il que cette production symbolique qui invoque la nature exige toujours que celui qui en est l'artisan se projette aux marges de l'ordre social ?

76A cette question est consacrée la troisième partie de la thèse dont est extrait cet article. Sous une forme pas très différente, c'est bien aussi cette question qui est sous-jacente aux autres articles de cette revue qui, évoquant les productions artistiques ou littéraires, pointent ce non-lieu d'où émergent les mises en figuration.

Notes

1 Le texte qu’on Va lire est la reprise à peine modifiée d'un chapitre d'une thèse de 3ème cycle en sociologie : "Le changement du rapport social à l'espace-nature - Pratiques et représentations", par André MICOUD. Par ailleurs, ce texte est également, sous une forme quelque peu différente, une partie d'un rapport de recherche effectuée pour le compte du Ministère de la Qualité de la Vie, Haut Comité de l'Environnement, Comité scientifique "Espace et cadre de vie" et intitulé "Fonctions et enjeux des parcs naturels régionaux péri-urbains : l'exemple du parc du Pilat", mars 1977 par A. MICOUD, P. LANEYRIE et E. de BANVILLE. Ce rapport, actuellement épuisé, va être réécrit pour une publication aux Presses Universitaires de Grenoble.

2 Le grand Robert indique quant à lui : "CHARTE : XIe siècle in BLOCH, de "charta", papier (du Grec " khartès", feuille de papyrus). Au Moyen-Age, titre de propriété, de vente, de privilège octroyé. Charte de dotation à une abbaye ; les chartes des monastères ; charte octroyée à un serf. Cf. OCTROI-PRIVILEGE."

3 La charte elle-même est composée de dix chapitres qui de répartissent comme suit : Un premier chapitre est intitulé "Dispositions générales" et comprend trois articles sans titre. Les trois chapitres suivants, intitulés "Les structures" (ch. 2), "Le territoire du Parc" (ch. 3) et "Les équipements routiers et la desserte du Parc" (ch. 4) comportent respectivement trois, deux et trois articles. Viennent ensuite quatre autres chapitres ayant la particularité commune de tous avoir un titre commençant par la même formule : "Le Para est une zone...". Et ainsi on a donc : ch. 5 "Le Parc est une zone privilégiée d'équipement et de développement rural" (7 articles). On notera au passage le terme de "privilégiée" employé pour ainsi définir cette seule zone. Suit le ch. 6 : "Le Parc est une zone de protection de la Nature et de sauvegarde de l'environnement" (13 articles) ; puis le ch. 7 : "Le Para est une zone touristique d’accueil, de loisirs et de préoccupations culturelles" (21 articles) ; et enfin, un chapitre 8, intitulé seulement "Le Parc est une zone d'animation" et comportant un seul article sans titre. Ensuite de quoi, c’est-à-dire après ces quatre chapitres singuliers, restent deux derniers chapitres : le chapitre 9 "Les moyens du Parc" (9 articles) et le chapitre 10 "Révision des programmes de la charte" (2 articles). Tous les articles ont un titre, à l'exception des trois articles du chapitre 1er et de l'article 63, le seul et unique article du chapitre 8 intitulé "Le Parc est une zone d'animation". Enfin, cinq articles sont également dotés d'un même sous-titre, à savoir "Principe de base". Il s'agit des articles 21 (Protection de la nature et de l'environnement), 24 (Protection contre la dégradation du paysage), 32 (Le tourisme dans le Parc), 37 (Les loisirs dans le Parc), 47 (Les préoccupations culturelles).

4 ou que Louis MARIN appelle : sémiotique "parodique" - La célébration des oeuvres d'art - Notes de travail sur un catalogue d'exposition, in Actes de la recherche en Sciences Sociales, no 5-6 (1975), p. 50.

5 Cette petite différence peut ne pas sembler bien importante ; pourtant, c'est exactement celle qui, corme un leit-motiv, revient dans les séances d'enregistrement au magnétoscope, support des actions d'information-animation organisées dans les villes du pourtour pour faire connaître le P.N.R. : "Le Pilat, vous connaissez ?", à quoi il est répondu : "Le massif ? Bien sûr !" - "Oui d'accord, mais le Parc, le Parc Naturel Régional du Pilat ?".

6 Et nous pensons avoir confirmé notre hypothèse : ce préambule était bien à lire comme moyen de faire passer du Massif au Parc.

7 L'hésitation introduite ici sur le point de savoir si le Para a trois ou quatre objectifs renvoie à un "décalage" qui, étant un peu trop extérieur à ce qui nous occupe maintenant, n'a pas semblé devoir être repris. En substance, tandis que le préambule et tous les discours officiels disent que le parc a trois objectifs, il y en a quatre dans la charte elle-même, ce quatrième étant désigné dans le chapitre 8 de cette charte : "Le Parc est une zone d'animation" (culturelle). Cf. note 1 p. 87.

8 A supposer même que le Massif soit une unité, l'unité que peut instituer le Parc est littéralement d'une autre nature.

9 Alors que les Parcs Naturels Régionaux ne disposent d'aucun moyen règlementaire spécifique hors du droit commun, il est intéressant de remarquer que c'est dans le domaine qui nous occupe -celui de son identité- qu'il utilise à fond les possibilités de monopole que lui donne la loi.

10 Pouvait-on trouver meilleur exemple illustrant le passage d'un espace à un autre ?

11 Soit respectivement l'étoile, reprise dans tous les "symboles" des 21 P.N.R., et les trois figurines de sapins, représentant le Pilat.

12 Un livre admirable a déjà été écrit : Jean STAROBINSKI, Jean-Jacques Rousseau, la transparence et l'obstacle, Tel, Gallimard, Paris 1976.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7335/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 44k

© Presses universitaires de Lyon, 1980

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search