Version classiqueVersion mobile

La Parole de la ville

 | 
Norbert Bandier
, 
François Gilbert
, 
André Micoud

L'utopie légitime

François Gilbert

Texte intégral

"Les instruments de la musique utopienne ont en grande partie d’autres formes que celles que nous voyons chez nous. La plupart sont plus harmonieuses que les nôtres..."
Thomas MORE, L'Utopie.

  • 1 Le texte qui suit s’inscrit dans une recherche plus vaste, se proposant de mettre à jour les forme (...)

1L'histoire de l'habitat social, au XIXème siècle, est sans doute l'histoire des mécanismes multiples de l'assignation à domicile de la famille ouvrière ; l'utopie sociétaire1, lumière ou ombre jetée sur la grande question sociale, fournit l'épure du projet, libérée des contraintes économiques et affranchie de toute velléité de résistance. A l'origine, Thomas More...

  • 2 C'est ce qu'atteste le succès de l'exposition de M. CULOT, Archives d'Architecture Moderne, Bruxel (...)

2Au catalogue de l'habitat social figurent des articles suivis dont la demande régulière assure la stabilité de la valeur. La cité ouvrière, affinée par de longues années d'expérience, appartient à cette catégorie. Jusqu'à une époque récente, sa cote ne s'est pas démentie. Il en est d'autres, plus rares, plus originaux, qui sont l'objet d'un engouement soudain. Adulés, puis vite décriés, ils entament alors une traversée du désert incertaine, pour réapparaître parfois sous les feux de la rampe : le familistère de Godin eut, au cours de son histoire, une valeur fluctuante. Drainant d'abord une foule d'admirateurs, qui fut assitôt suivie d'une cohorte de sceptiques, puis de virulents détracteurs, le familistère amorça une manœuvre de repli pour poursuivre une carrière discrète et solitaire. La mode vient de le remettre au goût du jour2. On peut présager que d'autres réalisations, telles les Salines d'Arc-et-Senens de C. Nicolas Ledoux, connaîtront un sort identique.

3Il est des articles qui ne sont pas inscrits au catalogue, mais on peut, sur demande, s'en procurer les plans ou les maquettes. Le "catalogue des objets introuvables" en somme, où sont recensés les innombrables utopies, cités idéales et autres phalanstères.

4La question de l'habitat sociétaire semble d'emblée se situer au point de convergence de deux démarches apparemment fort éloignées : la quête idéaliste de l'utopie, toujours pensée comme projet alternatif de société, et l'histoire parfaitement réaliste de l'habitat social où s'entérinent en l'état les rapports sociaux. L'une et l'autre sont balisées de points de repère voyants, qui semblent les rendre irréductibles. De la République de Platon à Disneyland, en passant par la Cité du Soleil de Campanella ou l'Abbaye de Thélème, se superposent des images qui oscillent entre l'extravagance débridée et l'extrême minutie mais qui toujours s'inscrivent en faux contre un réel érigé en figure-repoussoir. Partant, l'utopie se lit le plus souvent comme une ligne.de fuite, image poétique ou projet littéraire.

5La fascination quasi magique qu'elle exerce n'est que l'effet d'une lecture première, où ne se mesure pas l'implication sociale d'un projet qui, loin de la poésie, tire sa force de la logique qui l'organise.

  • 3 Jean DELUMEAU, La Peur en Occident, XIVème - XVIème siècles, Fayard.

6Car il faut faire droit d'une vérité : l'utopie est toujours système clos et contraignant. Le thème si fréquent de l'insularité, Atlantide ou Ile à Hélice, le montre à l'évidence. La mer joue le plus souvent le rôle d'"anti-élément" : dangereuse, redoutée comme la peste, ainsi que le montre Jean Delumeau3 ; elle élimine pratiquement, sinon toute possibilité d'accès, du moins toute possibilité de localisation. Mais ce que connote la métaphore marine est double : le danger est certes présent et les images d'échouage, de naufrage et de catastrophes diverses abondent ; mais la mer est aussi la source de toute vie, la matrice où s'origine l'existence : rien d'étonnant alors à ce que le faiseur d'utopie localise sa cité idéale au creux de quelque vague.

  • 4 G. DUVEAU, Sociologie de l'Utopie, P.U.F., p. 189.

7"L'utopiste, dit G. Duveau, même chenu, même podagre, est une sorte d'adolescent qui croit aux îles"4.

  • 5 Thomas MORE, L’Utopie, Les Classiques du Peuple, Editions Sociales, p. 118.
  • 6 Thomas MORE, op. cit., p. 118.

8Quant aux lois qui programment le quotidien des heureux utopiens, on nous les montre toujours avec la précision du regard de l'entomologiste observant la fourmilière. La part de rêve n'est donnée qu'en sus, comme avec les anti-lions de Fourier et autres "coïts de planètes" sur quoi ses plus fidèles disciples gardent un silence gêné. Au reste, Fourier n'a pas l'exclusive de la fantaisie zoologique, puisque More prévoyait de ne plus faire couver les œufs par les poules, mais de les laisser éclore "au moyen d'une chaleur artificielle convenablement tempérée"5 et de faire élever les poulets par l'homme "qui leur sert de mère, les conduit et sait les reconnaître"6. La vision prophétique des incubateurs à volaille ne laisse-t-elle pas présager des mutations génétiques plus surprenantes encore ?

9Cette ambition, freudienne s'il en est, d'une éducation dès la prime enfance et d'un contrôle prénatal pèse sur l'utopie du poids d'un scientisme équivoque, plutôt qu'elle n'en allège la lecture : ces poussins étonnants, qui suivent l'homme pas à pas, ne laissent pas d'inquiéter qui rêverait de trouver ici le modèle d'un communisme libertaire.

  • 7 Cf. A. MATTELARD et A. DORFMAN, Donald l'imposteur, ou l'impérialisme raconté aux enfants, Edition (...)
  • 8 G. LAPOUGE, Utopie et Civilisations, Champs, Flammarion, p. 41.

10La distinction entre la fonction projective de l'utopie et son écrin onirique n'est pas le seul préalable. Car le jeu spatial qu'anime le concepteur ne trouve pas son pendant dans le temps. C'est d'un ferme ancrage aux problèmes sociaux de l'époque qu'il s'agit. On le voit aux deux extrêmes de l'histoire de l'utopie : par sa Cité des Lois, Platon vise une Grèce où la corruption menace un ordre qu'il convient de régénérer, tandis que Disneyland miniaturise quelques techniques de l'Impérialisme américain7. "Les ivresses de la fin du Moyen-Age, puis l'explosion de la Renaissance engendrent Thomas More, Rabelais, Campanella ou Bacon. Le déclin des monarchies, leur pourrissement favorisent Morelly, Mercier ou Restif de la Bretonne. Plus tard, le machinisme, les mégalopoles, les grandes convulsions sociales expliquent Cabet, Fourier ou Robert Owen", écrit Gilles Lapouge8.

L'UTOPIE ET LES PRINCIPES DE FIGURE

11Réitération de discours ? Le procès est singulièrement plus complexe, ne se réduisant pas à un principe d'accumulation. C'est à plusieurs niveaux que se joue la partie. L'espace de la normalisation se constitue en relief. Incorporant successivement ou simultanément l'ordre du discours, la logique des figures, les effets contraignants du récit et les surprises de l'illustration. Aussi cette interrogation : d'où vient que l'espace puisse, de prime abord, se donner comme discours assujettissant, par déploiement de re-présentations, de plans et de tracés, l'ordre au texte ? C'est, croyons-nous, au terme d'une longue expérimentation de l'utopie, qui tend à valider le passage de l'utopie-critique à l'utopie-système. On peut extraire les prémisses de ce glissement expérimental de L'Utopie de Thomas More.

12Si Thomas More eut bien des prédécesseurs, du moins peut-on lui accorder le bénéfice de la paternité du terme utopie. Mais il est d'autres raisons pour lesquelles L'Utopie peut être prise comme discours inaugurateur. Le succès de l'œuvre et la position politique de l'auteur indiquent que l'on doit y accorder un intérêt particulier. Homme de loi, nourri d'une solide et austère culture latine, More mène en parallèle une carrière d'avocat et une carrière politique qui le conforte dans sa position d'humaniste éclairé, libre de ses critiques : il devient Membre du Parlement à vingt-six ans, d'où il ne ménage pas ses attaques contre Henry VII. Le Livre I de L'Utopie se présente comme un tableau impitoyable de l'Angleterre au début du XVIème siècle : More, par la bouche de son conteur Raphaël Hythlodée, dénonce avec force les privilèges des princes et des monarques qui, sourds aux appels des philosophes, réduisent le peuple à l'état d'esclavage :

  • 9 L’Utopie, p. 75.

“D'abord, les princes ne songent qu'à la guerre (art qui n'est inconnu et que je n'ai aucune envie de connaître). Ils négligent les arts bienfaisants de la paix.
S'agit-il de conquérir de nouveaux royaumes, tout moyen leur est bon ; le sacré et le profane, le crime et le sang ne les arrêtent pas. En revanche, ils s'occupent fort peu de bien administrer les Etats soumis à leur domination."9

  • 10 "Les troupeaux innombrables de moutons qui couvrent aujourd’hui toute l’Angleterre. Ces bêtes, si (...)

13Avec méthode, More dresse le catalogue des maux dont souffre l'Angleterre : avidité des propriétaires terriens10 (la question des "enclosures" qui ruinent les paysans), oisiveté des mercenaires et des soldats démobilisés contraints à la rapine, iniquité d'un pouvoir régalien, fondé sur la richesse et l'héritage.

  • 11 Ibid., p. 47.

"La principale cause de la misère publique c'est le nombre excessif des nobles, frelons oisifs qui se nourrissent de la sueur et du travail d'autrui, et qui font cultiver leurs terres en rasant leurs fermiers jusqu'au vif pour augmenter leur revenu ; ils ne connaissent pas d'autre économie."11

14Et, devant une situation aussi cruciale, les réformes ne sauraient suffire :

  • 12 Ibid., p. 108.

"Décréter un maximum de possession individuelle en terre et en argent. Se prémunir par des lois fortes contre le despotisme et l’anarchie. Flétrir et châtier l'ambition et l’intrigue. Ne pas vendre les magistratures. Supprimer le faste et la représentation dans les emplois élevés"12

15sont autant de mesures dont les effets seraient pires que le mal. Non, ce qu'il faut, c'est ni plus ni moins, abolir la propriété. Quelque réserve qu'exprime More ("Loin de partager vos convictions", dit-il à Raphaël)-où l'on peut, au passage, mesurer l'habileté de l'auteur-la critique se dresse comme un avertissement solennel. Ce qu'il faut donc, c'est établir une rupture radicale, envisager d'autres règles, d'autres institutions. Repartir à zéro.

16Or voici que Raphaël Hythlodée, compagnon de voyage d'Amerigo Vespucci, vient témoigner d'une société où de tels principes sont en vigueur depuis longtemps : Utopie, l'île de nulle part, où vit dans l'harmonie une population d'ailleurs un peu jalouse des perfections de son système.

17Mais, dans ce monde "à l'envers", le voyageur qui accompagne Raphaël pénètre lui aussi, en quelque sorte, "à l'envers" : c'est-à-dire du tout à l'élément. Cette inversion spectaculaire de l'ordre de la découverte, qui relègue l'anecdote au second plan, stipule le refus des aléas de l'exploration Si Raphaël a découvert l'Amérique, il se gardera bien de nous la raconter. Ici s'énonce clairement qu'il va s'agir, non de l'inconnu, mais de l'inaccessible.

18L'île d'abord, dont les dimensions s'apparentent à celles de l'Angleterre, mais dont la géométrie adopte la forme épurée du croissant. Les villes ensuite, toutes bâties sur le même modèle, et qui constituent une série que l'on peut embrasser instantanément : point n'est besoin d'entreprendre une hasardeuse périgrination dont les dangers éloigneraient de l'essentiel.

19Puis les institutions, qu'un long usage a parfaitement rodées ; enfin le quotidien, que l'on perçoit clairement comme le fruit des espaces et des institutions.

20La démarche invite donc, par l'originalité de sa forme à ne pas lire L'Utopie comme simple voyage dans l'imaginaire, ou comme délicat exercice littéraire. D'emblée, un ordre différent nous est donné à saisir.

21Système d'ordre, donc, compact, intégral ; d'où l'on peut supposer que la force de "l'effet-utopie" est bien à rechercher à l'intérieur du texte et de la figure, et qu'il n'existe pas de solution de continuité entre l'utopie genre littéraire, l'utopie figure et l'utopie appliquée. C'est cette continuité qui valide le principe d'auto-contrôle.

22Hypothèse qui peut se lire ainsi :

  • l'ordre utopique fonctionne comme système récurrent : entre le tout (le texte global) et l'élément (la plus minime des institutions utopiennes) s'établit une multiplicité de correspondances. Ces correspondances rejettent au second plan la question des niveaux (niveau du discours, du rêve, de la fantaisie, des institutions, des règles, des lieux, etc...) pour constituer un système-utopie.
  • le système-utopie est une figure disciplinaire du genre littéraire à sa mise en œuvre. D'où le corrélat : au-delà des divergences profondes, évidentes en termes d'idéologie, il faut s'attacher à percevoir la filiation de dispositifs.
  • 13 Louis MARIN, Utopiques : Jeux d'Espaces, Les Editions de Minuit, p. 24.

"Tout texte opère en vérité une équivalence entre l'espace et le discours, mais le texte utopique en est une forme remarquable dans la mesure où il amène en coïncidence la définition opératoire du texte en général et de son projet propre, son signifié spécifique : le "contenu" de l'utopie, c'est l'organisation de l'espace comme un texte ; le texte utopique, sa structuration formelle et ses procès opérationnels, c'est la constitution du discours corme un espace."13

23On pourrait encore dire, avec Jean Baudrillard, que le régime de l'utopie est celui de la précession : l'utopie a ceci de particulier qu'elle précède.

  • 14 Jean BAUDRILLARD, "La Précession des Simulacres", in Traverses no10, Le Simulacre, p. 3.

"Aujourd'hui l’abstraction n'est plus celle de la carte, du double, du miroir ou du concept. La simulation n'est plus celle d’un territoire, d'un être référentiel, d'une substance. Elle est la génération par les modèles d’un réel sans origine ni réalité : hyperréel. Le territoire ne précède plus la carte, ni ne lui survit. C'est désormais la carte qui précède le territoire - PRECESSION DES SIMULACRES - c’est elle qui engendre le territoire."14

24A l'"aujourd’hui" près, ce que dit Baudrillard du simulacre (image, simulation, miniature, carte...) vaut pour l'utopie. L'utopie est présente ; elle engendre l'espace qui deviendra territoire, dessine la stratégie du réel, d'un réel nouvellement établi. Matrice donc, où il faut voir la structure originelle d'espaces particuliers, dont la pratique ne pourra se tenir hors d'une grille fournie.

  • 15 Ibid., p. 28.

25S'il est vrai que le texte est, ici, opérateur spatial, c'est que l'espace est, en quelque sorte, "texturé" : sa texture doit le rendre accessible à l'emprise directe d'un pouvoir. Soit donc un espace rationnel, "perspectif et panoptique"15, susceptible d'être parcouru d'un regard absolu. Ici réside l'originalité de l'espace institué par l'utopie : déjà Bentham et Freud...

  • 16 Encyclopédie Universalis, article "Utopie", vol. 17, p. 559.

26Nous faisions l'hypothèse d'une récurrence. Henri Desroche16 suggère ce principe, en démontrant que la stratégie de l'utopie procède par degrés :

  • -premier degré : l'alternance qui est "au minimum celle du rêve éveillé, par opposition à (...) l'être diurne enfermé dans ses insertions". Ainsi l'utopie serait, au degré zéro, la part du rêve qui vient combler la vacance intermittente de la raison.
  • -second degré : l'altercation. Se met en jeu la première des techniques de l'utopie, la délocalisation et la détemporalisation Visant à "(corroder) les compacités sociales, (à relativiser) les absolus"17. Ici s'engendre une pratique "hors texte".
  • -troisième degré : l'alternative. L'utopie, par son système comme par son audience, se constitue en réel. Là s'énonce un projet.

27Or cette gradation s'établit autour d'un seul radical, alter ; ce qui tend à donner la stratégie de l'utopie comme circulaire, ou si l'on veut anticiper sur un principe fouriériste, articulée autour d'un seul pivot. Si le réel se présente en strates étagées, l'angle d'attaque de l'utopie demeure unique. Il faut y voir plus qu'un simple artifice sémiologique.

28Dans l'utopie, les cartes sont brouillées au point que ne doivent plus se percevoir les différences entre effets pratiques et instances de légitimation : ce qui est légitime, c'est autant la forme close du discours que le syncrétisme délibéré des institutions ; et le moindre événement du quotidien des "citoyens de papier" participe à la globalité de l'œuvre. Rien d'étonnant à cela car l'épure de l'utopie c'est la norme ; et la norme tout à la fois se dit, se désigne et se vit. Le hasard est exclu.

LA GESTION DES TEMPS

  • 18 A. MICOUD, Les nouvelles Formes du Refus de la Ville, C.R.E.S.A.L., p. 42.

29"L'utopie ne parle pas de l'avenir, elle parle de l'absolu"18. En ce sens, il faut qu'elle soit autonome et exhaustive. La cristallisation du temps, l'extraction de l'histoire, légitime l'autoproduction. Point de lieu, hors du temps (l'an 01 ou l'an mille), pour que, dégagée des contraintes de l'histoire, l'utopie s'épanouisse d'elle-même, nourrie de sa propre pureté. Peu importe son point de départ ou son échéance. Peu importe sa durée : l'utopie n'appartient plus à l'histoire.

  • 19 A. CANIVEZ, Introduction, in G. DUVEAU, op. cit.

30De cette nécessité anachronique découle la vision d'une société articulée sur des institutions fixes et rigoureuses. Vision fonctionnaliste en somme, où la défiance envers des continuités historiques et le refus de l'héritage trouvent leur pendant dans des phantasmes technolâtres qui tentent de reconstituer les éléments épars d'un social décomposé. "Comme toutes les philosophies de l'histoire, (l'utopie) abolit le temps, elle est fixiste et anhistorique, manifeste une foi naïve et abusive dans la vertu propre aux Institutions, se défie de la vie économique en général"19.

  • 20 Pour reprendre le titre de l'ouvrage de Charles RENOUVIER, Uchronie, paru en 1876.

31Le préalable à l'utopie est donc "l'uchonie"20. L'Utopie de More évacue elle-même sa genèse en renvoyant à des temps immémoriaux sa fondation. Utopus, le fondateur, a doté son pays d'une constitution idéale et en a quelque peu remodelé la géographie : partant, il dégage l'espace des contraintes du temps, refuse le devenir.

  • 21 K. MANNHEIM, Idéologie et Utopie, M. Rivière éd., p. 141.

32Cette éternité se veut principe de vérité. Mannheim rappelle cette proposition de Lamartine : "les utopies ne sont souvent que des vérités prématurées"21, pour souligner que la technique utopique est, sur ce point, élémentaire. Et, à l'opposé, on peut noter que, pour Marx, cette cristallisation du temps est, par essence, réactionnaire.

  • 22 K. MARX, Misère de la Philosophie, Editions Sociales.

"Au lieu de considérer les catégories économiques comme des expressions théoriques des rapports de production historiques correspondant à un degré déterminé du développement de la production matérielle, son imagination les transforme en idées éternelles, préexistantes à toute réalité "22.

33La critique s'adresse aux socialistes utopiques. La "précession du simulacre", c'est ici la précession du socialisme scientifique : l'histoire contre la raison.

34Mais à l'inverse, si l'on nous accorde que le propre de l'utopie est de sortir du temps, on admettra que l'une de ses techniques favorites est de le reconstruire avec minutie : le reconstruire c'est, dans l'espace extemporel, reconstruire des segmentations, des ruptures, des alternances. Des horaires, donc, qui ne souffrent aucune irrégularité, aucun détournement.

35Si, conformément aux habitudes sociales, le jour se divise en "vingt-quatre heures égales", l'organisation chronologique de l'ordinaire utopien -passablement allégé par rapport aux usages de l'époque- n'en est pas moins fixé avec rigueur :

  • 23 Thomas MORE, op. cit., p. 125.

"Six heures sont employées aux travaux matériels, en voici la distribution : Trois heures de travail avant midi, puis dîner. Après-midi, deux heures de repos, trois heures de travail, puis souper.
Ils comptent une heure où nous comptons midi, se couchent à neuf heures, et en donnent neuf au sommeil"23.

36Les Utopiens jouissent-ils d'une heure de divertissement après le souper ? Ils en profitent pour se livrer à leur jeu préféré : la "bataille arithmétique". C'est que l'Utopie, dont on sait qu'elle n'admet pas l'abus de l'espace, ne permet pas non plus le mauvais usage du temps. Dès lors, peu importe l'objection selon laquelle les six heures de travail quotidien seraient économiquement Insuffisantes à la satisfaction des besoins collectifs. En réalité, le loisir bien employé-car bien réglementé-est déjà un temps de travail ou du moins un temps socialement productif : il suffit de l'occuper à la dénonciation rituelle de l'oisiveté.

37L'équation -somme toute assez évidente- "plus de monde au travail égale moins de travail pour chacun", sécrète la norme du temps pleinement occupé. Déjà le vide fait horreur, à l'exemple de tous les principes de l'éducation humaniste qui, d'Erasme à Rabelais, posent les fondements de la rentabilisation du temps en affichant comme figure-repoussoir le loisir vacant.

38De cette fine arithmétique du temps procède un sentiment de sécurité, une sensation d'harmonie. Baudrillard, observant la disparition des horloges et des pendules des intérieurs contemporains, montre que l'intégration du temps segmenté, que symbolise le tic-tac, consacre l'intimité : il évacue les surprises.

  • 24 Jean BAUDRILLARD, Le Système des Objets, Denoël-Gonthier, p. 29.

"La chronométrie est angoissante lorsqu’elle nous assigne aux tâches sociales ; mais elle est sécurisante lorsqu'elle substantifie le temps, et le découpe corme un objet consommable"24.

39Et, à l'inverse, le refus des scansions chronographiques porte l'ordre de l'extériorité : il incite à l'aventure.

  • 25 Michel FOUCAULT, Surveiller et Punir, Gallimard, p. 151 sq.
  • 26 Thomas MORE, op. cit., p. 129.

40Ainsi l'utopie recèle déjà ces deux principes que Foucault voit comme essentiels des disciplines : l'emploi du temps et son utilisation exhaustive25. Il y a plus, en effet, dans L'Utopie que le principe de non-oisiveté : une fascination prémonitoire de la rentabilité du temps s'y décèle. Chacun s'occupe aux seules activités que dictent les besoins de la consommation publique et "le gouvernement ne cherche pas à fatiguer les citoyens par d'inutiles labeurs"26.

L'ESPACE-UTOPIE

41L'utopiste met en jeu un espace où l'espace ne joue pas. Il ne propose pas un jeu de hasard, mais un jeu de construction, où chaque élément, chaque règle participe au système global. Partant, chacun de ces éléments perd son caractère polyvalent pour ne se donner que sous l'image de sa fonction. Mais ici, le système n'est pas le seul espace utopique, il est l'utopie tout entière. Double trouvaille : le système, établi par un principe de circulation entre le texte et la surface ; l'élément, donné dans une forme épurée coupée des contingences du social. Ce qui, désormais, va porter la norme n'est plus localisable dans tel ou tel élément de la structure spatiale, non plus que dans l'ensemble, mais dans les mécanismes permanents de circulation entre l'espace et le texte.

  • 27 L. MARIN, op. cit., p. 134.

42D'où l'intérêt des propositions de L. Marin27. La thèse de la transposition, où le non-lieu (u-topie) est le lieu du texte, n'est pas à prendre au sens étroit de la métaphore. Il se définit, à l'intérieur du texte, des ruptures, des écarts où le récit vient parfois interférer dans la trame descriptive : la division de l'œuvre en deux livres dont les statuts diffèrent, le mélange, dont les composants sont repérables dans le texte, de la critique de la société anglaise du XVIeme siècle et de la fiction extra-temporelle, recèlent le principe de la transposition è l'intérieur du texte d'espaces passibles de manipulation.

  • 28 A. MICOUD, op. cit., p. 18 sq.

43On peut pousser la thèse jusqu'à l'analogie typographique. André Micoud28 (le montre à propos de la marge du texte : l'utopie est un contenant qui définit une marge sur la feuille blanche. Qui n'est pas à l'intérieur de l'espace texte se trouve en position de marginalité. Par référence à l'étymologie du mot marginalité, on saisit que l'espace-texte de l'utopie s'établit avant tout sur une configuration particulière-un genre-de règles non énoncées : la forme seule les suggère. La marge n'est pas seulement ce qui est loin du centre, c'est ce qui est hors du système. Et, à l'inverse, le système ne peut fonctionner qu'à l'intérieur d'enceintes, matérialisant doublement le principe de clôture. Par cette fusion entre l'espace, réel ou fictif, et le texte, l'utopie donne corps au principe de la bonne-forme et engendre la nécessité, désormais définitive, d'une légitimité discursive : l'espace ne peut se donner comme opérateur s'il n'est construit sur le texte, et le texte, fondateur de la norme, n'est lisible que pour autant que l'espace est visible.

  • 29 François GILBERT, Habitat social et Normalisation, G.R.P.S., texte ronéoté, p. 18 sq.

44L'équivalence, dont parle Marin et que met en jeu l'utopie, annonce les mécanismes de proscription des figures-repoussoirs du XIXême siècle, comme ceux de la prescription du bon usage de l'espace. On a souligné29 l'importance de la réitération de discours dénonciateurs dans la mise en scène du taudis et, partant, de la constitution autour d'un texte d'un pouvoir nouveau, spécifique : le pouvoir de dire la norme, en rassemblant dans un registre unique les éléments épars d'une réalité pensée comme désordre initial.

45Ici, la fonction de l'énoncé réside dans la transposition en forme spatiale des règles et des interdits, inaugurant la procédure décisive de spatialisation des rapports sociaux.

  • 30 Cf. Michel FOUCAULT, L'Archéologie du Savoir, N.R.F., p. 159.

46On peut encore observer, dans ce procès de constitution du discours, une autre caractéristique : celle de "l'effacement de la subjectivité"30. Qui, dans L'Utopie, fonde le texte ? Ce qui revient encore à poser la question : qui constitue l'espace ? Thomas More, le sévère critique de la société anglaise du XVIeme siècle ? Raphaël Hythlodée, le conteur émerveillé qui relate son voyage en terra incognita ? Ou encore Utopus, le fondateur de l'île ? Cette incertitude qui pèse sur la position du locuteur est loin d'être un hasard. Elle a pour fonction de rejeter au second plan la subjectivité de l'auteur pour lui substituer une "histoire manifeste", en faisant prévaloir la raison de l'énoncé. S'insinue de la sorte la légitimité d'un discours dont on ne peut contester l'origine. Affranchi des contraintes qui pourraient désigner l'auteur à la suspicion, le texte s'objective alors dans une incontestable neutralité. Quels sont ces jeux d'espace auxquels nous sommes conviés ? Ils sont, en fait, multiples et permanents, organisant une mécanique systématique d'équivalence.

47A l'origine, cette manipulation spectaculaire qui consiste à rompre l'isthme qui reliait l'île à la terre. Utopus, le conquérant, se devait de faire plus que de coloniser une population "grossière et sauvage" : en rompant le cordon ombilical, il dote son peuple d'un espace autonomisable. Préalable sans doute indispensable, requérant la mise en œuvre d'une énergie formidable, spectacularisée, où l'évidente volonté de rupture-textuelle et spatiale-est renforcée par le changement de dénomination : la presqu'île s'appelait Abraxa, l'île devient Utopie.

48Dès lors, l'espace devient difficilement accessible et l'inaccessibilité matérielle renvoie au texte, par nécessité.

49L'œuvre de délocalisation est, certes, un phantasme cher aux faiseurs d'utopie, qui trouve sa traduction stratosphérique dans "l'art de voler dans les airs", sur quoi s'achève La Cité du Soleil de Campanella, ou dans les inventions d'un Cyrano de Bergerac permettant de se dégager des lois de la pesanteur. Mais elle serait vaine si l'on ne voyait s'y coordonner entreprises humaines et œuvres de la nature. C'est que :

  • 31 Thomas MORE, op. cit., p. 115.

"L'entrée du golfe est dangereuse, à cause des bancs de sable d'un côté, et des écueils de l’autre. Au milieu s’élève un rocher visible de très loin (...). D'autres rochers, cachés sous l'eau, tendent des pièges inévitables aux navigateurs."31

50Art consommé des utopistes qui savent s'allier les éléments -"les habitants seuls connaissent les passages navigables"- pour mieux marquer leur superbe isolement.

51Le jeu des combinaisons spatiales permet encore de résoudre deux contradictions : contradiction entre centralité et périphérie, contradiction entre ville et campagne.

  • 32 Cf. L. MARIN, op, cit., p. 159 sq., en particulier les figures 12 et 13, p. 160.

52L'île présente la forme d'un croissant32, fermé sur lui-même, dont les extrémités se rejoignent en un étroit chenal. La terre se referme donc sur un lac immense, de telle façon que le caractère insulaire d'Utopie se trouve démultiplié : la mer enferme l'île qui elle-même enferme la mer. Mais cette configuration spatiale présente un autre avantage : la capitale, Amaurote, se situe au centre de l'île, comme lieu géométrique du croissant et au bord du bassin intérieur. Cette géométrie récurrente est, sans doute, ici encore, la marque de la dénégation du caractère strictement spatial de l'île. Elle corrobore en revanche le principe d'une fonctionnalisation des lieux qui, d'emblée, s'inscrivent à l'intérieur du système texte-espace, perdant par là leur singularité.

53L'espace s'objective dans sa participation au système et l'arbitraire des lois se trouve annexé à la forme des lieux.

  • 33 L’île comprend 54 villes. En tenant compte de sa forme et de ses dimensions, un rapide calcul mont (...)

54Si cette technologie nécessite une illustration supplémentaire, on peut évoquer encore le souci qui hante l'utopiste, de résoudre l'opposition toujours suspecte entre ville et campagne. Certes, contrairement aux modèles arcadiens, l'Utopie présente un caractère essentiellement urbain : les villes y sont nombreuses33, identiques, spacieuses et abritent la plus grande part de la population. Mais la vocation des utopiens, c'est l'agriculture. C'est, selon More, un devoir imposé à tous. Et pour en faciliter l'exercice,

  • 34 Thomas MORE, op. cit., p. 117.

"Il y a, au milieu des champs, des maisons commodément construites, garnies de toute espèce d'instruments d'agriculture, et qui servent d'habitation aux armées de travailleurs que la ville envoie périodiquement à la campagne."34

  • 35 Cette subtile dialectique entre plaisir et émulation, entre passion et nécessité, n'est pas sans p (...)

55Mais, tandis que les nécessités de la société organisent ces migrations périodiques, les Utopiens se livrent à leur passion : le jardinage. Ils s'en trouvent récompensés par l'abondance de leurs récoltes, que garantit encore l'émulation : une sorte de concours permanent du plus beau jardin est ouvert35, à l'instigation du fondateur lui-même.

56Or l'espace urbain est organisé initialement pour permettre cette alternance : à l'intérieur de chaque quartier-nous dirions de chaque îlot-on trouve le jardin, clos par le pourtour des maisons, mais dont l'accès est ouvert à tous, grâce à une politique systématique des portes ouvertes. Ainsi, comme l'île elle-même dénie sa matérialité en enfermant la mer, la ville se dément en contenant, par les jardins, un peu de la campagne. Réversibilité, encore, des lieux et des temps.

  • 36 Fleuve sans eau, pays de nulle part... le jeu de mots souligne l'effet d'inversion qui, là encore, (...)

57Cette alternance sereine de plaisir et de passion, de travail et de loisirs, ces échanges réguliers de domiciles, affectés pour dix ans par tirage au sort, rythmés des flux et reflux de la mer qui, quatre fois par jour, modifient l'aspect du fleuve Anhydre36 sont, à l'évidence, beaucoup plus qu'un art ou qu'un jeu : il s'agit bien ici d'un projet de régulation machinique de la population utopienne par institution de pratiques itératives.

58Mais il y a plus, dans L'Utopie de More, que le laboratoire de gestion de populations. Le projet y est, en effet, totalitairement urbanistique. L'espace, premier dans l'ordre social, organise le quotidien sous le double principe de la rationalité et de l'hygiène. Principe double, dont les éléments sont indissolubles.

59L'appel à la légitimité renvoie d'abord l'espace utopien è une macrocosmogonie où la notion d'axe joue un rôle essentiel. Amaurote s'édifie autour d'un double système axial, le fleuve Anhydre et la rivière secondaire. Ce système hydraulique permet d'établir un lien, a minima, entre la ville proche de la source de la rivière secondaire dont elle est dépendante, et l'Océan, qui joue un rôle régulateur et purificateur et, a maxima, entre l'Utopien et l'univers.

60A l'intérieur de cette double polarité, l'espace est organisé dans une perspective d'homogénéisation et de rationalisation préfigurant le zonage de l'urbanisme contemporain. Les hôpitaux sont rejetés à l'extérieur de la cité : sans doute pour éviter aux malades "l'entassement et l'encombrement" ; mais plus sûrement pour épargner aux bien-portants le risque des contagions.

61Il en est de même pour les boucheries, écartées des villes, et dont l'activité suspecte, voire pathogène, est réservée aux esclaves.

  • 37 La "syphograntie" est la réunion de trente familles, sous l'autorité d'un syphogrante, élu pour un (...)

62Quant aux repas, ils sont, sans doute, pris en commun par toute la "syphograntie"37. Mais on veille à séparer les hommes des femmes,

  • 38 Thomas MORE, op. cit., p. 134.

"afin que s'il prenait à celles-ci une indisposition subite, ce qui arrive quelquefois aux fermes grosses, elles puissent sortir sans déranger personne"38.

63Les nourrices, pour leur part, sont rejetées dans-des salles particulières, où elles peuvent prendre soin des nourrissons sans perturber les rituels alimentaires.

64Fonctionnalisation des espaces, donc, sur le mode hygiéniste que renforce, dans le cas des boucheries, une ségrégation par la punition. Discours, espaces et fonctions instituent, de la totalité à l'élément le plus ténu, une mécanique parfaite de disciplines et disent définitivement la volonté d'un contrôle social généralisé.

65Cette organisation minutieuse polarise la vie des Utopiens sur des activités collectives : travail,· repas et loisirs sont l'occasion de réunions, à l'échelle de la syphograntie, dans laquelle se dissolvent familles et individus. Aussi la famille n'est-elle qu'une unité théorique, et non le support d'une réelle vie sociale. On ne saurait donc s'étonner de ne trouver dans L’Utopie aucune description relative au logement. Tout au plus disposons-nous d'un coup d'œil extérieur où la maison est le support d'une symbolique collective.

66Les maisons, nous dit-on, qui n'étaient à l'origine que des chaumières de bois, sont maintenant "d'élégants édifices à trois étages, avec des murs extérieurs en pierre et en brique". Les matériaux qui les composent les promettent à une éternité où l'on retrouve le refus du devenir.

67Tout concourt à renforcer cette vacuité de l'espace résidentiel : la rotation décennale des occupants comme les vastes fenêtres vitrées, expression du rêve d'une cité translucide, où s'exerce en permanence un regard généralisé.

LES PREMISSES DE L'EUGENISME

68Il est clair que L'Utopie ne mise pas sur un système de régulation fondé sur l'intimité familiale -il faudra attendre le XIXème siècle- non plus d'ailleurs que sur des ressorts moraux individuels. Le rituel des fiançailles traduit ce souci de visibilité, à travers une véritable pénétration des corps :

  • 39 Thomas MORE, op. cit., p. 162.

"Une dame honnête et grave fait voir au futur sa fiancée, fille ou veuve, à l'état de nudité complète ; et réciproquement, un homme d'une probité éprouvée montre à la jeune fille son fiancé nu."39.

  • 40 Thomas MORE, op. cit., p. 153.

69Le corps est, au reste, l'objet d'une attention particulière en Utopie, où l'on ne dédaigne pas l'hédonisme. Mais le rapport au corps est ici ambigu et témoigne d'une hésitation quant à la politique à suivre. Une querelle célèbre s'est autrefois développée dans l'île : les partisans des plaisirs procurés par la table et même par les "fonctions animales" ("Telles sont les sécrétions Intestinales, le coït, et l'apaisement d'une démangeaison quelconque, en frottant ou en grattant" (1)), estimaient qu'il fallait exclure la bonne santé des voluptés du corps. Mais bientôt devait prévaloir l'idée qu'il s'agissait là d'une volupté essentielle, que le plaisir ne saurait se limiter à des sensations extérieures et que "c'est la douleur qui, dans la maladie, est l'ennemi implacable du plaisir"40.

  • 41 Cf. L. MURARD et P. ZYLBERMANN, " La, cité Eugénique", in L'Haleine des Faubourgs, Recherches no29 (...)
  • 42 Thomas MORE, op. cit., p. 156.

70Si l'on adjoint à cette philosophie les pratiques d'exclusion de tout ce qui peut symboliser la mort ou la maladie (décentrement des hôpitaux et des boucheries, interdiction de la chasse), on saisit que déjà l'Utopie fonctionne comme cité eugénique41 : le corps, plus que support de jouissance, y est le rouage d'une machine, qu'il faut entourer de soins constants et préserver de la corruption. D'où la position de compromis entre plaisir immédiat et plaisir différé qu'énonce l'intangible maxime : "Fuir la volupté qui empêche de jouir d'une volupté plus grande, ou qui est suivie de quelque douleur"42.

  • 43 Cf. Michel FOUCAULT, naissance de la Clinique, P.U.F.

71Il faut donc admettre que, bien avant le XVIIème siècle43, la bonne santé se donne comme état régulier, "normal", au travers de principes qui font du corps l'objet de l'Etat. Et si l'Utopie n'est pas encore machine à produire, puisque l'on y considère avec un certain mépris l'accumulation du superflu, elle n'en est pas moins machine de régulation.

LE VOYAGE IMPROBABLE ET LA MACHINE

72Au fond, malgré toutes les facultés accordées à qui désire voyager, l'Utopie ne tolère guère le déplacement de ses citoyens.

"S'il prend envie à quelque citoyen de faire une excursion dans la campagne qui dépend de sa ville, il le peut avec le consentement de sa femme et de. son père de famille. Mais il faut qu’il achète et paye sa nourriture en travaillant avant le dîner et le souper autant qu'on le fait dans les lieux où il s'arrête. Sous cette condition, tout individu a le droit de sortir de la ville et de parcourir le territoire adjacent, parce qu’il est aussi utile dehors que dedans." (1)

  • 44 Thomas MORE, op. cit., p. 137.

73Le voyage est toujours au conditionnel. C'est que la mécanique utopienne ne souffre pas l'exception. L'oisiveté, le pire des maux, y étant pourchassée avec la dernière vigueur, le voyage est suspect. Pourquoi d'ailleurs voyager, puisque le voyageur ne trouvera, au terme de son trajet, "ni tavernes, ni lieux de prostitution, ni occasions de débauche, ni repaires cachés, ni assemblées secrètes"44.

74Le seul voyage acceptable, c'est celui des trois vieillards "d'expérience" que, tous les ans, les villes délèguent à la capitale Amaurote. Et d'ailleurs, leur trajet est ici réduit au plus court de par la position centrale de cette cité qui raccourcit les distances.

75On peut cependant voir se déplacer les Utopiens, et croire qu'ils s'en remettent au hasard pour régir certains de leurs trajets : tous les dix ans, "pour anéantir jusqu'à l'idée de la propriété individuelle et absolue", ils doivent changer de domicile par tirage au sort. Mais ce hasard est donc peu fréquent et fortement institutionnalisé. L'équipolence de chacun des éléments appelés à permuter exclut toute "contre-finalité". Loin d'établir une nouvelle donne, ces déménagements décennaux ponctuent, à l'instar de l'horloge, le temps arrêté de l'Utopie. S'ils appartiennent au domaine de l'irréductible, ce n'est pas par contingence mais par nécessité.

76A l'inverse, du visiteur on ne peut rien attendre de bon. Ces prétentieux Anémoliens, couverts de diamants, qui viennent en voisins, sont ridicules de ne pas savoir mépriser l'or et l'argent.

  • 45 Thomas MORE, op. cit., p. 142.

77"Vois donc ce grand fripon qui porte encore des pierreries, comme s'il était tout petit"45, déclare un jeune Utopien qui prend un ambassadeur anémolien pour un bouffon.

78L'Utopie ne s'alimente que de sa propre énergie, d'une énergie inépuisable qui lui assure un mouvement discret mais perpétuel. L'épuration des formes qui réduit à l'essentiel machinique est le corrolaire d'un mécanisme totalitaire. Ces machineries souveraines fascinent les utopistes. La forme-mécanique de l'Utopie n'est pas sans rappeler la fabuleuse machine hydraulique dont Platon dote son île, dans Critias ou de l'Atlantide. La prospérité, ici, est le fruit du travail acharné des Atlantes qui ont su quadriller leur île de canaux d'irrigation, d'écluses, de bassins, d'installations portuaires complexes. Dans cette combinaison spectaculaire de génie technique et d'assiduité laborieuse se résume le catéchisme utopien.

  • 46 Cf. M. de CERTEAU, "Naval et Carcéral", in Traverses no13 "Réseaux, le modèle ferroviaire", p. 49  (...)

79Avec ce voyage improbable qui n'est que par ses extrémités, l'Utopie inaugure une forme nouvelle d'inscription spatiale : elle réduit les espaces vacants. Parti, le voyageur est aussitôt arrivé ; ce que la révolution technique systématisera46, (en enfermant le voyageur, en réduisant la durée de ses déplacements, l'Utopie le propose déjà, mais sur le mode de l'exception. Absence d'espaces intermédiaires, voués implicitement à une agriculture abstraite qui réfère l'Utopie à la ville, qui fait de ces 54 villes identiques, un seul topique : la cité.

80Hors des villes, l'Utopie n'est qu'une machine de circulation assurant l'équilibrage des biens entre chacun des pôles. Hors de l'île, les échanges sont réduits à un trafic commercial : on exporte les denrées superflues, on importe des objets de nécessité (le fer), on entasse des trésors d'or et d'argent. Trocs dont l'échange culturel est absent, et non potlatch : les Utopiens se défient de leurs voisins dont ils refusent les billets de payement. L'Utopie fonctionne avant tout comme un vaste dispositif de régulation horloge et machine à vapeur tout à la fois.

  • 47 Titre d'un roman de SANNAZARO régénérant l’antique fiction qui raconte la vie paisible et rayonnan (...)

81Elle est, en cela, totalement urbaine. On ne peut la confondre avec l'Arcadie47, (d'inspiration pastorale, où l'harmonie cosmique est garantie par la sérénité d'une vie naturel le.

82Point de confusion non plus avec l'Abbaye de Thélème où la vertu et la bienséance sont exclues d'emblée, où le temps ne se segmente pas.

LA NORME

83L'Utopie n'est donc pas le lieu idéologique par excellence où serait affiché un rapport imaginaire des individus à l'espace. Elle est le laboratoire d'une expérience sociale qui impose l'obligation de rupture et d'isolement : isoler, calfeutrer, insonoriser. L'œuf, dont on contrôle l'éclosion n'est que l'enveloppe isotherme de l'expérience utopique qui, par récurrence, va se reproduire è l'infini : l'œuf, le quartier, la ville, l'île, l'Utopie, le système enchaînent dans des séries homothétiques des citoyens dociles et peu enclins à l'écart.

84Ce qu'avant tout le projet de More établit, c'est la règle de la bonne distance, définissant systématiquement la position de chacun, dans le temps, dans l'espace. Et le réalisme l'emporte alors sur l'anecdote : quoi de plus vraisemblable que cette île où le régime est celui de l'ordinaire. Pas d'histoire et pas d'aventure, pas de "crescendo" dramatique : une continuité et des segmentations où les normes sont, en quelque sorte, exhibées par la manipulation du laborantin. C'est le rôle que joue l'apparent artifice des deux livres de More ; c'est aussi le rôle du "voyage improbable" de l'Utopien : loin de dénier le quotidien, il le met en valeur, l'institue en référent.

  • 48 CANGUILHEM, Le Normal et le Pathologique, P.U.F., p. 176.

"Le normal·, c'est donc à la fois l'extension et l'exhibition de la norme. Il· multiplie la règle en même temps qu'il l'indique. Il requiert donc hors de lui, à côté de lui et contre lui, tout ce qui lui échappe encore.
Une norme tire son sens, sa fonction et sa valeur du fait de l'existence en dehors d’elle de ce qui ne répond pas à l’exigence qu'elle sert"48.

85Soit ici ce que dénonce, dans la société de Thomas More, le Livre Premier.

  • 49 Maurice de GANDILLAC, " L’Utopie de More corme Simulation. Anticipatrice", in Le Discours Utopique(...)

86Faut-il encore le souligner ? L'Utopie ne tire pas son efficace de sa valeur mythique, mais de la pertinente combinaison de ses éléments. La "simulation opératoire"49 donne la mesure du rapprochement utopie-machine. La machine utopique ne peut donner qu'un produit stable ou, à la limite, l'idée d'un progrès social selon une ligne unique et continue ; elle n'est pas apte à assumer les contradictions d'une formation sociale réelle. Sans doute est-ce encore ici l'effet de "l'espace-texte" où se trouvent rassemblés dans un fond commun des principes et des règles proposés à l'état brut, originés dans un non-lieu absolu.

L'UTOPIE ET LE CORPS SOCIAL

87Sans doute peut-on voir l'Utopie comme la préfiguration d'un système doté d'un principe vital.

  • 50 G. MARC’HADOUR, Thomas More, Seghers, p. 103.

88Une "sociologie vitaliste", estime Marc'hadour50 pour qui la philosophie de More s'exprime dans la métaphore de la société pensée comme "un seul homme". Ce qui donne donc vie à la formation sociale, c'est le lien, qu'aucune force ne saurait rompre, entre les différents membres du corps politique. Il faut prendre la mesure de la thèse de More : contre un certain mysticisme ambiant, l'auteur de L’Utopie propose le primat du système organique.

  • 51 G. MARC'HADOUR, op. cit., p. 103.

89Anticipation organiciste ? A lire ainsi la thèse, on pourrait n'y voir que l'aboutissement, sur le mode projectif, d'une théologie paulinienne dont l'enjeu serait l'unification de la communauté chrétienne dans le corps du Christ. Pour Marc'hadour, "la métaphore biblique, paulinienne (...) de l'Eglise Corps mystique du Christ est au centre de sa théologie et de sa spiritualité"51.

90Développer le thème d'une analyse organiciste est tentant : outre les distinctions, faciles à opérer, entre les divers systèmes constitutifs de l'organisme-système productif, distributif, régulateur-on peut observer l'interdépendance des éléments et relever leur caractère de nécessité. On sait aussi que les lois, en Utopie, sont peu nombreuses, contrairement à la République de Platon : c'est que la cohérence de cette totalité sociale n'est pas le fait de l'exercice d'un pouvoir charismatique, mais plutôt d'un équilibre naturel des forces, renvoyant à une économie politique des plus libérales. Autodiscipline des citoyens, qui s'approvisionnent au marché dans les strictes limites de leurs besoins ; autorégulation organique d'un système totalement intégré.

91L'innovation du système de More est cependant ailleurs.

92Il faut en effet concevoir l'organisme social, non comme la simple mise en œuvre d'un système composé autour d'une structure sociale particulière -l'organisation sociopolitique de l'Utopie-mais comme le placage sur une structure spatiale donnée a priori, constituée d'éléments indépendants des idées et des hommes, d'une structure socio-politique qui, dès lors, ne peut être que secondaire. Le primat, dans L'Utopie, c'est l'espace ou, plus précisément, le mode selon lequel l'espace induit des rapports sociaux particuliers. La véritable question qu'il faut poser à l'auteur de L'Utopie c'est : comment l'organisation spatio-temporelle de l'île-axes, surfaces, cheminements, distances, emplois du temps, etc...- fournit-elle une structure sociale particulière, bénéfique dans l'esprit de More, et aux origines des normes de l'usage de l'espace, dans le nôtre.

  • 52 Cf. MORE, op, cit., p. 130 sq.

93La réponse à cette question n'est pas évidente. Pour More, l'articulation entre l'univers spatio-temporel qu'il conçoit et le socius est immédiate : il s'agit d'une application directe. Point n'est besoin d'imaginer un substrat idéologique qui serait è rechercher quelque part dans l'ordre d'une adhésion à un système de valeurs particulier-même si celui-ci semble apparaître dans une lecture première des "rapports mutuels entre les citoyens"52.

94Sur ce point, l'objectif du système de relations et des "lois de distribution des choses nécessaires à la vie", semble clair : il s'agit d'un mécanisme de régulation démographique et économique visant à maintenir un équilibre des populations et des biens de consommation, indépendamment de toute idée de développement ou de progrès social. Seuls sont pris en compte les problèmes créés par une croissance trop importante des familles : on répartit alors les "trop-pleins" dans des familles moins pléthoriques ou des cités moins peuplées ; et dans le cas d'une surpopulation manifeste, on envisagerait une émigration générale hors de l'île.

95Mais ces solutions ne sont, à l'évidence, que des pis-aller peu séduisants : car les principes utopiens sont difficilement exportables.

  • 53 Thomas MORE, op. cit., p. 131.

"Nos insulaires laisseraient périr les colonies plutôt que de laisser décroître une seule ville de la mère-patrie."53

96Pourrait-on mieux marquer la nécessité d'un ancrage social à la terre originelle ?

97Ce qui ressort, en fait, du système utopien, c'est le principe d'un lien direct : tel système spatial doit, infailliblement, entraîner tel type de rapport social. Ainsi en est-il de l'égalitarisme démocratique que symbolise l'alternance résidentielle à laquelle sont habitués les Utopiens. Rien d'autre que sa propre institutionnalité ne la justifie et rien, dans le monde des Utopiens, ne vient la contester.

98L'effet-laboratoire est ici évident : la malléabilité du corps social auquel le lecteur de L'Utopie a affaire n'a d'égale que la malléabilité d'espaces "souples", susceptibles d'être manipulés. Non point, donc, un travail idéologique, mais spatial.

  • 54 Actes de la Recherche no25, janvier 1979.

99Cependant, cette immédiateté de la projection n'est qu'apparente. Ce que donne à voir More invite à une réflexion sur la nature de l'efficacité sociale de son discours. "L'adresse" de More c'est, pour reprendre le titre d'Actes de la Recherche54, "le pouvoir des mots" ; c'est-à-dire la capacité à transférer hors-texte ce qui, au premier niveau, constitue le discours. La mise en scène d'un témoin privilégié (Raphaël Hythlodée) n'a pas pour seul effet de relativiser sur le ton de la modestie qui procède de la relation d'un voyage toujours suspecte d'inauthenticité, le discours magistral. Elle institue la catégorie de l'auditeur, non en le constituant selon la procédure solennelle de la relation didactique, en catégorie autonome, mais en l'annexant à la catégorie du locuteur.

100Accouplements définitifs, l'espace et le texte, le système et le socius, le locuteur et "l'allocutaire", à quoi incite la machine discursive de L’Utopie.

Notes

1 Le texte qui suit s’inscrit dans une recherche plus vaste, se proposant de mettre à jour les formes de légitimation de l'espace résidentiel contemporain, à travers les projets d'habitat sociétaire et les premières réalisations d'habitat social au XIXème siècle. Il postule donc des rapports étroits entre utopie sociétaire et habitat social.

2 C'est ce qu'atteste le succès de l'exposition de M. CULOT, Archives d'Architecture Moderne, Bruxelles, présentée à Paris en janvier 1977, à la Maison des Sciences de l'Homme.

3 Jean DELUMEAU, La Peur en Occident, XIVème - XVIème siècles, Fayard.

4 G. DUVEAU, Sociologie de l'Utopie, P.U.F., p. 189.

5 Thomas MORE, L’Utopie, Les Classiques du Peuple, Editions Sociales, p. 118.

6 Thomas MORE, op. cit., p. 118.

7 Cf. A. MATTELARD et A. DORFMAN, Donald l'imposteur, ou l'impérialisme raconté aux enfants, Editions Moreau.

8 G. LAPOUGE, Utopie et Civilisations, Champs, Flammarion, p. 41.

9 L’Utopie, p. 75.

10 "Les troupeaux innombrables de moutons qui couvrent aujourd’hui toute l’Angleterre. Ces bêtes, si douces, si sobres partout ailleurs, sont chez nous tellement voraces et féroces qu'elles mangent même les hommes, et dépeuplent les campagnes, les maisons et les villages". Ibid., p. 81.

11 Ibid., p. 47.

12 Ibid., p. 108.

13 Louis MARIN, Utopiques : Jeux d'Espaces, Les Editions de Minuit, p. 24.

14 Jean BAUDRILLARD, "La Précession des Simulacres", in Traverses no 10, Le Simulacre, p. 3.

15 Ibid., p. 28.

16 Encyclopédie Universalis, article "Utopie", vol. 17, p. 559.

17 Encyclopédie Universalis, art, ait., p. 559.

18 A. MICOUD, Les nouvelles Formes du Refus de la Ville, C.R.E.S.A.L., p. 42.

19 A. CANIVEZ, Introduction, in G. DUVEAU, op. cit.

20 Pour reprendre le titre de l'ouvrage de Charles RENOUVIER, Uchronie, paru en 1876.

21 K. MANNHEIM, Idéologie et Utopie, M. Rivière éd., p. 141.

22 K. MARX, Misère de la Philosophie, Editions Sociales.

23 Thomas MORE, op. cit., p. 125.

24 Jean BAUDRILLARD, Le Système des Objets, Denoël-Gonthier, p. 29.

25 Michel FOUCAULT, Surveiller et Punir, Gallimard, p. 151 sq.

26 Thomas MORE, op. cit., p. 129.

27 L. MARIN, op. cit., p. 134.

28 A. MICOUD, op. cit., p. 18 sq.

29 François GILBERT, Habitat social et Normalisation, G.R.P.S., texte ronéoté, p. 18 sq.

30 Cf. Michel FOUCAULT, L'Archéologie du Savoir, N.R.F., p. 159.

31 Thomas MORE, op. cit., p. 115.

32 Cf. L. MARIN, op, cit., p. 159 sq., en particulier les figures 12 et 13, p. 160.

33 L’île comprend 54 villes. En tenant compte de sa forme et de ses dimensions, un rapide calcul montre une impossibilité topologique : on ne peut placer un aussi grand nombre de cités séparées par une distance minimum de 24 miles, selon More, il faut donc que les villes soient beaucoup plus rapprochées, formant en fait, malgré les remparts qui les entourent, la première connurbation...

34 Thomas MORE, op. cit., p. 117.

35 Cette subtile dialectique entre plaisir et émulation, entre passion et nécessité, n'est pas sans préfigurer la politique des jardins ouvriers au XIXème siècle.

36 Fleuve sans eau, pays de nulle part... le jeu de mots souligne l'effet d'inversion qui, là encore, relie le texte à l’espace. On retrouve cette technique, sous une Version améliorée, dans EREWHON (anagramme de " nowhere ") de S. Butler, ou LLAREGGUB ("Bugger all"...), -le pays imaginaire dont Dylan THOMAS a tracé la carte dans The Map of Love.

37 La "syphograntie" est la réunion de trente familles, sous l'autorité d'un syphogrante, élu pour une année. Les trente familles se réunissent dans l'hôtel du syphogrante pour y prendre leurs repas quotidiens.

38 Thomas MORE, op. cit., p. 134.

39 Thomas MORE, op. cit., p. 162.

40 Thomas MORE, op. cit., p. 153.

41 Cf. L. MURARD et P. ZYLBERMANN, " La, cité Eugénique", in L'Haleine des Faubourgs, Recherches no 29, p. 423 sq.

42 Thomas MORE, op. cit., p. 156.

43 Cf. Michel FOUCAULT, naissance de la Clinique, P.U.F.

44 Thomas MORE, op. cit., p. 137.

45 Thomas MORE, op. cit., p. 142.

46 Cf. M. de CERTEAU, "Naval et Carcéral", in Traverses no 13 "Réseaux, le modèle ferroviaire", p. 49 : "Enfermement voyageur. Immobile dans le wagon, voir glisser des choses immobiles. Qu'est-ce qui se passe ? Immuable, le voyageur est casé, numéroté et contrôlé dans le dernier wagon, cette réalisation parfaite de l'utopie rationnelle".

47 Titre d'un roman de SANNAZARO régénérant l’antique fiction qui raconte la vie paisible et rayonnante des bergers arcadiens.

48 CANGUILHEM, Le Normal et le Pathologique, P.U.F., p. 176.

49 Maurice de GANDILLAC, " L’Utopie de More corme Simulation. Anticipatrice", in Le Discours Utopique, Colloque de Cerisy, 10/18, p. 10. L'auteur reprend l'expression de A. COMTE.

50 G. MARC’HADOUR, Thomas More, Seghers, p. 103.

51 G. MARC'HADOUR, op. cit., p. 103.

52 Cf. MORE, op, cit., p. 130 sq.

53 Thomas MORE, op. cit., p. 131.

54 Actes de la Recherche no 25, janvier 1979.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/7332/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 206k

© Presses universitaires de Lyon, 1980

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search