Version classiqueVersion mobile

L'Éternel Masculin

 | 
Patricia Mercader
, 
Laurence Tain

Les auteurs

Texte intégral

1Laura Lee Downs est professeur d’histoire à l’Université du Michigan, Ann Arbor. Elle est l’auteur du livre Manufacturing Inequality : Gender division in the French and British metalworking industries, 1914-1939, Cornell University Press, 1995 (édition française : L’Inégalité à la chaîne, Albin Michel, 2001), et de Childhood in the Promised Land : Working-class movements and pedagogical reform in the colonies de vacances in France, 1880-1960, à paraître en 2002 chez Duke University Press. Actuellement elle rédige un livre intitulé Gender and the Writing of History, à paraître chez Arnold Press (Londres) et chez les Éditions Belin.

2Verena Ehrich-Hæfeli a été maître d’enseignement et de recherche en littérature allemande à la Faculté des Lettres de Genève, où elle est toujours active dans l’organisation de l’Atelier de recherches Féminin/Masculin. Elle collabore au groupe Literatur und Psychoanalyse attaché à l’Université de Freiburg en Allemagne. Depuis une quinzaine d’années ses travaux concernent surtout l’aspect psychohistorique de la genèse de l’« individualité moderne » (masculine) entre Ancien Régime et modernité, dont l’une des conditions s’avère être la différenciation poussée des rôles et des représentations des sexes, et l’émergence d’une sollicitude maternelle nouvelle à cette même époque. L’enjeu théorique consiste à montrer comment l’analyse psychohistorique des textes permet d’envisager au plus près l’échange réciproque entre les transformations socioculturelles et les transformations des discours littéraires. Elle a publié de nombreux articles dans ce domaine.

3Owen Heathcote est Reader in Modem French Studies à l’Université de Bradford au Royaume-Uni. Ses recherches portent sur la représentation de la sexualité et la violence dans la littérature française depuis le xixe siècle à nos jours. Il a publié de nombreux articles sur des textes de Balzac tels que Le Lys dans la vallée, Honorine, Albert Savarus, Une ténébreuse affaire et L’Envers de l’histoire contemporaine aussi bien que des études de Monique Wittig, Marguerite Duras et Hervé Guibert. Avec Alex Hughes et James S. Williams il a dirigé Gay Signatures. Gay and Lesbian Theory, Fiction and Film in France, 1945-1995 (Berg, 1998) et, avec Maggie Allison, Forty Years of the Fifth French Republic : Actions, Dialogues and Discourses (Peter Lang, 1999)). Il prépare une collection sur la représentation de la violence et de la sexualité en France et un volume sur Honoré de Balzac.

4Odile Journet, ethnologue africaniste, a enseigné à l’université Jean Monnet de St-Étienne puis au département d’Anthropologie et de Sociologie de l’université Lumière-Lyon 2, avant d’être nommée à la rentrée 2002 comme directrice d’études à l’École Pratique des Hautes Études (Ethnologie des religions africaines). Elle s’est particulièrement intéressée à l’étude des rapports sociaux de sexe au Sénégal et en Guinée-Bissau, envisagés sous l’angle de l’institution polygynique en milieu haalpulaar et soninke (cf. La Femme de mon mari, publié chez L’Harmattan en 1989) et en milieu Joola, sous l’angle de la division sexuelle du travail dans ses dimensions économiques, sociales, rituelles et religieuses (elle a publié sur ces thèmes une vingtaine d’articles, dont « Le sang des femmes et le sacrifice », Sous le masque de l’animal, dir. M. Cartry, PUF, 1987 ; « Catégories de genre et relation ethnographique », Femmes plurielles, dir. D. Jonckers, R. Carré, M.C. Dupré, Paris, ed M.S.H., 1999). Elle termine actuellement la rédaction d’un ouvrage, La Terre et le sang, figures rituelles de la dette chez les Joola Kujamaat de Guinée-Bissau.

5Patricia Mercader est maître de conférences en Psychologie sociale. Après avoir participé à l’ouvrage Chronique d’une passion, le Mouvement de Libération des Femmes, Lyon 1970-1980 (L’Harmattan, 1989, avec C. Guinchard, A. Houel, B. Lhomond, H. Sobota et M. Bridoux), elle a orienté ses recherches sur l’identité sexuelle et publié L’Illusion transsexuelle (L’Harmattan, 1994) ainsi que plusieurs articles sur le transsexualisme, et plus récemment sur ses représentations dans la société moderne (Bissexualité et différence des sexes dans l’œuvre de John Irving, Cliniques Méditerranéennes, 2001). Avec A. Houel et H. Sobota, elle travaille sur les crimes dits passionnels sous divers aspects : représentations sociales, dynamique sociale et clinique, traitement institutionnel ; cette recherche a donné lieu à plusieurs articles et sera publiée dans plusieurs livres dont le premier, Crime passionnel, crime ordinaire, est paru aux Presses Universitaires de France en 2003. Dans un autre domaine, à partir de sa pratique d’enseignante, elle coordonne un ouvrage collectif en préparation : La Formation en psychologie : filiation bâtarde, transmission troublée, à paraître aux PUL en 2004.

6Monique Schneider a d’abord eu une formation universitaire philosophique (ENS, agrégation, doctorat d’État sur « La réflexion émotionnelle », directeur de recherches au CNRS). Elle s’est ensuite orientée vers la psychanalyse, en ayant une pratique clinique et en poursuivant ses recherches avec un infléchissement différent : interroger la dimension d’occultation solidaire de la fondation de la psychanalyse, occultation portant en particulier sur le féminin. Outre les titres cités dans la bibliographie, elle a écrit La Parole et l’inceste (Aubier, 1980), Le Trauma et la filiation paradoxale (Ramsay, 1988), La part de l’ombre. Approche d’un trauma féminin (Aubier, 1992).

7Laurence Tain, après une formation universitaire à la recherche en mathématiques pures, a d’abord enseigné dans le domaine mathématique en tant qu’agrégée. Elle est aujourd’hui maîtresse de conférences en démographie-sociologie à l’université Lumière-Lyon 2. Cette trajectoire pluridisciplinaire va de pair avec son intérêt pour la fabrication sociale de la science et des techniques. Elle s’est ainsi intéressée aux femmes mathématiciennes, en contribuant notamment à l’ouvrage collectif La Mathématique : nom masculin pluriel (1979, IREM, Paris). Plus récemment, elle a publié plusieurs articles sur la fécondation in vitro dont « L’hôpital, la femme et le médecin : la construction des trajectoires de fécondation in vitro » dans la revue Population (2001), ou sur les relations avec le milieu médical dans ce contexte (« L’envers des mots et les enjeux des corps : les ambiguïtés de la coopération entre médecins et patients », éd. ENSP, 2002). Elle dirige actuellement une recherche sur le métier d’orthophoniste.

© Presses universitaires de Lyon, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search