Version classiqueVersion mobile

L'Éternel Masculin

 | 
Patricia Mercader
, 
Laurence Tain

Le géniteur sans mesure

Laurence Tain

Résumé

C’est le plus souvent la dépossession féminine et par conséquent la volonté d’accès à de nouveaux territoires qui s’expriment à travers les études sur les attributs spécifiques à chaque sexe. La fécondité est l’un des rares domaines où le point de vue de genre fait surgir le masculin, pratiques et représentations de la fécondité ayant été généralement centrées sur les femmes. C’est cette émergence, sous des formes complexes et incertaines, que cet article esquisse à travers les évolutions récentes de la mesure de la fécondité en biologie et en démographie. Les variations de l’absence et de la présence masculine, en liaison avec les rapports sociaux entre hommes et femmes, forment donc la trame de cette étude sur les représentations et pratiques scientifiques autour de la fécondité.

Texte intégral

1C’est le plus souvent la dépossession féminine et par conséquent la volonté d’accès à de nouveaux territoires qui s’expriment à travers les études sur les attributs spécifiques à chaque sexe. La fécondité est l’un des rares domaines où le point de vue de genre fait surgir le masculin, pratiques et représentations de la fécondité ayant été généralement centrées sur les femmes. C’est cette émergence, sous des formes complexes et incertaines, que l’on va chercher à mettre en évidence à travers les évolutions récentes de la mesure de la fécondité en biologie et en démographie. Les variations de l’absence et de la présence masculine, en liaison avec les rapports sociaux entre hommes et femmes, forment donc la trame de cette étude sur les représentations et pratiques scientifiques autour de la fécondité.

L’absence : l’homme négligé dans la mesure de la fécondité

  • 1 Ainsi, par exemple, chez les Samo, un homme a autant d’enfants que ses épouses en ont mis au monde (...)

2La représentation préscientifique de la fécondité semble avoir été centrée essentiellement sur la femme. Selon Françoise Héritier (1984), la stérilité masculine n’est reconnue que dans le cas de l’impuissance et, de plus, elle est, en général, socialement masquée « par le biais d’instances particulières : il est rare qu’un homme, même impuissant, se trouve privé de progéniture »1. Du point de vue de la Science, même une fois que la contribution masculine à la fécondité a été dûment identifiée, le facteur masculin a été négligé dans les études de biologie humaine tout comme dans les mesures démographiques.

L’homme oublié dans l’étude de la reproduction humaine

  • 2 « The inattentive reader from Mars might still conclude that human reproduce asexually. Such is no (...)

3Le nombre d’études biomédicales consacrées à l’homme reproducteur est longtemps resté très restreint, comme le constate James Wood dans son bilan synthétique des études en reproduction humaine, publié en 1994. Lors de sa présentation des quelques travaux concernant la contribution masculine, il commente ainsi avec quelque humour cet état de fait : « Un lecteur inattentif venu de Mars pourrait conclure encore aujourd’hui que la reproduction humaine est asexuée, ce qui n’est pas le cas2. » Sur les douze chapitres de son ouvrage, les résultats sur la fécondité masculine n’occupent, en effet, qu’un demi-chapitre.

  • 3 C’est néanmoins avec cette ignorance que l’on bâtit des limites d’âge pour l’accès aux nouvelles t (...)

4Cette ignorance se retrouve dans la mise en forme des modèles biométriques de la fécondité. Le rôle de l’homme n’est pas explicité et la mesure du processus reproductif, lié à deux partenaires de sexe différent, est conceptualisée par rapport à la femme. C’est le cas, par exemple, pour la notion de fécondabilité qui est définie comme la probabilité d’obtenir une grossesse au cours d’un cycle, c’est-à-dire comme « le produit des probabilités que soit émis un ovule (Po), qu’il soit fécondé (Pf) et que l’œuf formé soit viable (Pv) » (D. Schwartz, 1980). Ni l’émission du sperme, ni sa capacité de mobilité et de fécondation, ni son rôle dans la viabilité de l’œuf ne sont pris en compte dans la formulation du modèle. De même, l’estimation de la baisse de la fertilité avec l’âge, repose uniquement sur l’âge de la femme. De l’impact de l’âge de l’homme sur la fertilité humaine, on ignore, en effet, « pratiquement tout » (E. La Rochebrochard, 2001)3.

L’homme évacué de la mesure démographique de la fécondité

5Un constat analogue se dégage de l’étude de la fécondité en démographie. Comme le notent plusieurs auteurs, l’homme est évacué du domaine de la fécondité. Ainsi, on pouvait lire, dès 1977, dans l’introduction à un article de Nicolas Brouard dans la revue Population de l’INED :

Au xviiie siècle, les naturalistes se disputaient pour situer l’homoncule ; les uns le voyaient dans la semence, les autres l’apercevaient dans l’œuf. Les démographes n’ont pas ces hésitations. Ils ont chargé la femme de la reproduction : l’annuaire des Nations Unies consacre, en 1975, 400 pages à la fécondité féminine, dix seulement à la fécondité masculine.

6Plus récemment, Coleman (2000) tire, lui aussi, le bilan suivant :

  • 4 « When it cornes to modem human societies, especially these of the industrial world, this paper ca (...)

Quand on en vient aux sociétés humaines modernes, particulièrement celles du monde industriel, cet article ne peut que se joindre au concert des lamentations des démographes, qui dure depuis au moins soixante ans, selon lesquelles les phénomènes de « fécondité » et reproduction masculine sont contre toute logique passés sous silence en démographie4.

7Et, de même, cette absence contribue à construire un modèle démographique de fécondité mettant à l’écart le rôle de l’homme. On peut ainsi lire dans l’un des manuels de référence de l’enseignement de la démographie en France :

La fécondité est le phénomène en rapport avec les naissances vivantes considérées du point de vue de la femme, du couple ou très exceptionnellement de l’homme. Toutefois, cette forme de fécondité étant très rarement étudiée, on emploie ordinairement le seul mot fécondité pour désigner la fécondité féminine (R. Pressat, 1983).

Les arguments scientifiques justifiant l’absence masculine

8Selon Élise de La Rochebrochard (2000), plusieurs arguments sont avancés d’un point de vue scientifique pour justifier cette absence masculine. Il s’agit d’abord de raisons biologiques : la femme aurait un rôle prépondérant dans le processus reproductif et c’est la baisse de la fertilité féminine avec l’âge qui serait responsable des limites de la fécondité. Il y aurait aussi des explications liées aux données disponibles dans les sources administratives et les enquêtes de fécondité. Il y aurait enfin des difficultés méthodologiques à bâtir des modèles intégrant l’homme, la femme et le couple dans l’étude de la reproduction.

Ruptures : déconstruction d’une « nature » sexuée de la fécondité

9Plusieurs éléments vont concourir à remettre en cause cette attribution de la fécondité au seul sexe féminin à la fin des années 70 et au début des années 80 : une analyse critique de scientifiques au sein de leurs disciplines respectives, l’évolution des pratiques en médecine de reproduction et le renouvellement des études féministes et d’histoire des sciences sur la biologie.

L’émergence du masculin dans les représentations et pratiques des démographes et médecins

10À la fin des années 70, le démographe Nicolas Brouard s’insurge contre l’élimination de la fécondité masculine et conteste la validité des obstacles méthodologiques : « Ni la biologie, ni les difficultés de calcul provoquées par les naissances illégitimes ni la rareté des données ne sont des raisons sérieuses à ce parti pris », est-il affirmé en introduction à son article (N. Brouard, 1977). En reconstituant les taux de fécondité masculine, il le démontre et ouvre ainsi la voie à une approche comparative de la fécondité des deux sexes.

  • 5 « L’approche de la fertilité humaine fut longtemps dominée par des idées simples : un couple est f (...)

11Pour les médecins et les épidémiologistes, les changements sont ancrés dans la pratique clinique de l’assistance médicale à la procréation. Ils sont donc liés, en un certain sens, aux revendications féministes qui ont contribué à la dissociation entre sexualité et reproduction mais aussi aux logiques propres à l’expansion médicale. Or, le développement des nouvelles techniques de reproduction a amplifié les échanges entre disciplines et stimulé la compréhension d’une « responsabilité » partagée de l’homme et de la femme lors de difficultés à concevoir. Comme le constate Daniel Schwartz (1981), l’abandon d’approches « simplistes »5 sur la fertilité humaine a résulté de l’ensemble de ce processus : il a fallu « la collaboration des médecins, des démographes et des épidémiologistes, l’apport aussi de l’insémination artificielle pour qu’apparaisse, maintenant sous nos yeux, une vue plus claire de la situation ».

Le tournant radical de l’approche féministe du corps et de l’histoire des sciences

12Une posture de déconstruction systématique de la notion de fécondité sexuée fait écho en sciences sociales aux transformations des pratiques et représentations de démographes et médecins. Ce changement de paradigme s’enracine dans le renouvellement de l’histoire des sciences qui s’intéresse désormais au processus de fabrication du fait scientifique par les différents acteurs.

  • 6 Cette rupture épistémologique a nourri un courant aux sensibilités diverses. Pour approfondir la n (...)

13Prenant appui sur cette évolution, un tournant s’opère alors dans la perception féministe du corps sexué : les différences, longtemps expliquées par la biologie, ne sont plus considérées comme « naturelles», mais sont resituées dans une histoire sociale6. Une critique fondamentale de la notion démographique de fécondité est ainsi apportée par la féministe Paola Tabet en 1985. En mettant au centre de son analyse l’intervention sociale qui sous-tend l’organisation du processus de reproduction humaine, elle argumente que la conception démographique de fécondité « représente en dernière analyse la construction d’une idéologie (...) qui permet d’évacuer tranquillement les rapports de pouvoir, les rapports de sexe de l’analyse de la reproduction, d’un écarter les hommes et de faire de la fécondité une affaire des seules femmes, une propriété des femmes ».

14Le travail d’Hervé le Bras sur « l’histoire secrète de la fécondité » (1981) apporte, de façon complémentaire, un éclairage sur la genèse de cette absence masculine dans la mesure démographique de la fécondité. L’évaluation démographique de la fécondité à l’aide de taux de fécondité par âge de la femme apparaît, en effet, comme le produit de batailles successives entre démographes et non comme un modèle découlant de la « nature » des phénomènes. Deux étapes semblent avoir marqué le passage d’un concept diffus intégrant au xixe siècle aussi bien la fécondité de l’homme, de la femme et du couple, que des variables comme l’âge des deux conjoints et la durée de mariage à des indicateurs ciblés sur la femme : d’abord, la mise à l’écart des mâles de la reproduction puis l’attribution d’un rôle prédominant à l’âge de la femme.

Le devenir : un nouvel équilibre en gestation

15Ces questionnements sur l’étude sexuée de la fécondité ne sont pas restés sans effet social sur le monde des démographes et des médecins investis dans ce domaine. Ils ont suscité réorganisations internes, nouveaux programmes de recherche, premiers résultats en médecine de la reproduction comme en démographie, dont les conséquences restent néanmoins ambivalentes en termes de rapports de genre.

Le monde de la recherche à l’épreuve des rapports de genre

16L’une des répercussions des transformations des rapports sociaux entre hommes et femmes dans les années soixante-dix et des ruptures épistémologiques concernant l’attribution sexuée de la fécondité dans les années quatre-vingt a trait aux évolutions du monde de la recherche. Parmi les médecins et démographes, quelques-uns sont ainsi conduits à un retour critique sur les méthodes, les concepts et simultanément sur les conditions institutionnelles de la recherche scientifique.

17Dans le domaine de la médecine de reproduction, le lien se fait entre rapports de genre et découvertes scientifiques, investissement de moyens et développement de la recherche. C’est ainsi que Jean Cohen, spécialiste reconnu dans le secteur de l’assistance médicale à la procréation, tire en 1995 le bilan suivant : « Les découvertes en stérilité masculine sont plus tardives car il a fallu plus de temps aux hommes pour admettre qu’ils peuvent être en cause ». Ce constat amène d’autres médecins à dénoncer le manque de moyens investis par la société dans l’étude de l’appareil reproducteur masculin et la géographie actuelle des enseignements dans le secteur de la reproduction humaine :

Pour des raisons socioculturelles, l’attention que la société a portée et les moyens qu’elle a consacrés à ce domaine ont toujours été très insuffisants (...). songeons également que, si grâce à l’action d’enseignants motivés, quelques universités françaises ont créé des enseignements d’andrologie, en revanche, cette discipline ne figure toujours pas dans le cursus normal du futur médecin, contrairement à la gynécologie (B. Jégou, 1995).

  • 7 « The most basic barrier to the inclusion of men in demographie research was normative and reflect (...)

18De même, en démographie, une prise de conscience s’opère sur les liens entre la position sociale des chercheurs et l’objet des recherches. La démographie apparaît comme une « science située » dont le développement dépend de la forme des réseaux constitués par les chercheurs, ce qui amène certains chercheurs à analyser les raisons de l’élimination du point de vue masculin dans l’étude démographique de la fécondité : « L’obstacle le plus fondamental à la prise en compte des hommes dans la recherche démographique a été le poids de la norme, reflet de la position sociale des démographes influents7 (M.E. Greene, 1997). Simultanément, d’autres événements vont pousser à une réorganisation institutionnelle. Les conférences internationales, comme celle de Pékin sur les femmes en 1995, les bilans tirés par les organismes mondiaux du succès très relatif des services de planification familiale en Afrique vont stimuler les études de genre en démographie (T. Locoh, 1996). C’est ainsi qu’en France, un nouveau département « Genre, démographie et société » se crée au sein de l’INED en 1999.

Un nouvel intérêt du monde médical pour l’appareil reproducteur masculin

19Ces questionnements vont de pair avec une évolution des recherches et pratiques dans le monde médical au cours des années quatre-vingt-dix.

20D’une part, ces remises en cause suscitent une démarche de connaissance. La visibilité sociale de lacunes dans les savoirs concernant la reproduction humaine d’un point de vue masculin est un obstacle au processus de légitimation scientifique. Une partie de la profession médicale considère alors comme indispensable de les combler et par conséquent de se lancer dans de nouveaux programmes de recherche. Cette logique est illustrée par l’argumentation développée par James Wood (1994) dans sa conclusion. Selon lui, le milieu scientifique ne peut se contenter des deux certitudes actuelles, à savoir le constat de connaissances limitées dans le domaine de la reproduction humaine et l’idée que le rôle de l’homme est moindre que celui de la femme. En effet, ajoute-t-il :

  • 8 « It is unclear whether this second conclusion reflects reality or ignorance. And it would be unfo (...)

On ne peut pas savoir si cette deuxième conclusion reflète un fait réel ou notre ignorance. Et il serait malheureux que cette deuxième conclusion renforce la première. Il semble prématuré, compte tenu de notre manque actuel de connaissances, de n’accorder aucune importance à la contribution masculine pour la seule raison que nos études limitées ne l’ont pas encore mise en évidence. Des recherches ultérieures concernant les facteurs masculins s’avèrent indispensables8 (J. Wood, 1994).

  • 9 Il s’agit notamment de la technique de microinjection ou ICSI (injection grâce à une micropipette (...)

21Par ailleurs, l’expansion de l’assistance médicale à la procréation conduit à de nouvelles pratiques cliniques. Si les nouvelles techniques de reproduction ont pris leur essor avec la médicalisation du corps féminin, les développements récents de ces techniques concernent plus directement l’appareil reproducteur masculin9 et impliquent ainsi de nouvelles recherches dans ce domaine. Cependant, la fabrication de normes qui accompagne ces transformations reste un enjeu des rapports de genre (I. Lowy, 2000, L. Tain, 2003).

Le renouvellement des concepts et méthodes sur la fécondité en démographie

22La prise en compte d’un point de vue de genre aboutit aussi à un renouvellement des méthodes et des concepts en démographie. La collecte des données connaît quelques évolutions permettant d’analyser la fécondité masculine. Ainsi, à partir des années quatre-vingt-dix, quelques-unes des enquêtes sur la fécondité dans les pays en développement, les enquêtes démographiques et de santé (EDS), incluent des questions adressées aux hommes (T. Locoh, 1996). De nouveaux concepts, de nouvelles méthodes d’analyse apparaissent. C’est le cas, par exemple, pour la classification des méthodes contraceptives en fonction du rapport social qu’elles illustrent, autrement dit de la forme du contrôle reproductif qu’elles mettent en scène : est-ce l’homme, la femme ou le couple qui a l’initiative ? (A. Andro, 2000). C’est le cas aussi pour la prise en compte de l’âge du couple et non plus seulement de la femme pour la prédiction d’un risque d’hypofertilité ou de fausse couche (É. de La Rochebrochard et al., 2002), (É. de La Rochebrochard, 2000) qui donne à voir une responsabilité partagée et contribue à faire évoluer les attributs de genre.

***

23Ainsi, « le géniteur sans mesure » n’est pas éternel. Au cours des deux dernières décennies, les mesures biomédicales et démographiques ont commencé à intégrer la composante masculine de la fécondité et un nouvel équilibre semble se dessiner. Sera-t-il synonyme d’une extension des attributs masculins aux rares domaines jusque-là féminins ? ou s’agira-t-il d’une redéfinition moins rigide des domaines du masculin et du féminin ? L’issue reste incertaine.

Bibliographie

Bibliographie

Andro Armelle, « Contrôle traditionnel de la fécondité et innovations dans les pratiques contraceptives masculines et féminines en Afrique de l’Ouest », in Démographie : nouveaux champs, nouvelles recherches, collection dossiers et recherches de l’INED, no 89, 2000, pp. 149-158.

Brouard Nicolas, « Évolution de la fécondité masculine depuis le début du siècle », Population, vol. 32, no 6, 1977, pp. 1123-1159.

Cohen Jean, « Petite histoire des découvertes sur la fertilité humaine : pourquoi – pour quoi ? » Contraception, fertilité, sexualité, vol. 23, no 5, 1995, pp. 315-318.

Coleman D.A., « Male fertility trends in industrial countries : theories in search of some evidence », in Fertility and the male life-cycle in the ere of fertility decline, ouvrage collectif sous la direction de Bledsoe, Lerrer, Guyer, ed. Oxford University press, New York, 2000, pp. 29-60.

Gardey Delphine, Löwy Paris et Ilana, « Pour en finir avec la nature » in L’Invention du naturel : les sciences et la fabrication du masculin et du féminin, édition des archives contemporaines, Paris, 2000, pp. 9-28.

Greene Margaret E., Biddlecom Ann E., « Absent and problematic men : demographie accounts of male reproductive roles », Policy Research Division, Working Paper, no 103, ed. Population Council, New York, 1997, 63 p.

Héritier Françoise, « Stérilité, aridité, sécheresse : quelques invariants de la pensée symbolique », in Le sens du mal. Anthropologie, histoire, sociologie de la maladie, ouvrage collectif sous la direction de M. Augé et C. Herzlich, éd. des Archives Contemporaines, Paris, 1984, pp. 123-154.

Jegou B., « Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le testicule sans jamais oser le demander », Medicine science, no 11,1995, pp. 517-518.

La Rochebrochard De Élise, « Stérilité, fertilité : la part des hommes », Population et sociétés, no 371, 2001, pp. 1-4.

La Rochebrochard de Élise, Modélisation de la baisse de la fertilité avec l’âge de la femme et l’âge de l’homme, thèse de démographie sous la direction de Henri Leridon, Université Paris VI, 2000.

La Rochebrochard de Élise, Thonneau, Patrick, « Paternal age and maternal age are risk factors for miscarriage ; results of a multicenter European study », Human Reproduction, vol. 17, no 6, 2002, pp. 1649-1656.

Le Bras Hervé, « Histoire secrète de la fécondité », Le Débat no 8,1981, pp. 77-101.

Locoh Thérèse, « De la démographie, des femmes et des hommes », in Genre et développement : des pistes à suivre, ouvrage collectif dirigé par Thérèse Locoh, Annie Labourie-Racapé, Christine Tichit, documents et manuels du CEPED no 5, 1996, pp. 9-23.

Löwy Ilana, « Assistance médicale à la procréation (AMP) et traitement de la stérilité masculine en France », Sciences sociales et santé, vol. 18 no 4, 2000, pp. 75-102.

Oudshoorn Nelly, « Au sujet des corps, des techniques et des féminismes », in Les sciences et la fabrication du masculin et du féminin, édition des archives contemporaines, Paris, 2000, pp. 31-44.

Peiffer Jeanne, « Les débuts de la critique féministe des sciences en France (1978-1988) », in Les sciences et la fabrication du masculin et du féminin, édition des archives contemporaines, Paris, 2000, pp. 75-86.

Pressat Roland, L’Analyse démographique, éd. PUF, Paris, 1983, 295 p.

Schwartz Daniel, « La notion de fécondabilité dans l’approche étiologique et thérapeutique de l’infécondité », Journal de gynécologie obstétrique et biologie de la reproduction, no 9, 1980, pp. 607-612.

Schwartz Daniel, « Le rôle de l’homme dans la fertilité du couple », in Les Pères d’aujourd’hui, colloque international 17-18-19 février 1981, éd. INSERM, 1981, pp. 49-52.

Tabet Paola, « Fertilité naturelle, reproduction forcée », in L’Arraisonnement des femmes, éd. École des Hautes Études en Sciences Sociales, Paris, 1985, pp. 61-146.

Tain Laurence, « Corps reproducteur et techniques procréatives : images, brouillages, montages et remue-ménage », Cahiers du genre, no34, 2003, pp. 171-192.

Tain Laurence, « Genre et calendrier de procréation : l’exemple des limites d’âge en procréation médicalement assistée », in Dossiers et recherches INED, no89, démographie : nouveaux champs, nouvelles recherches, actes du colloque jeunes chercheurs, CERPOS, Université Paris X, Nanterre, 11-12 janvier 2000.

Wood James, Dynamics of human reproduction, 1994.

Notes

1 Ainsi, par exemple, chez les Samo, un homme a autant d’enfants que ses épouses en ont mis au monde, alors même que le premier enfant d’une femme est conçu avec le partenaire prénuptial.

2 « The inattentive reader from Mars might still conclude that human reproduce asexually. Such is not the case » (J. Wood, 1994).

3 C’est néanmoins avec cette ignorance que l’on bâtit des limites d’âge pour l’accès aux nouvelles techniques de reproduction accentuant l’écart du temps social de la paternité et de la maternité (L. Tain, 2000).

4 « When it cornes to modem human societies, especially these of the industrial world, this paper can do little more than to add to the complaints of demographers, extending over at least 60 years, that the phenomena of male « fertility » and reproduction are unreasonably ignored in demography » (D.A. Coleman, 2000).

5 « L’approche de la fertilité humaine fut longtemps dominée par des idées simples : un couple est fertile ou stérile, s’il est stérile c’est qu’un des partenaires est stérile et, dans ce cas, c’est en principe la femme. Des idées simples, mais sinon fausses, du moins simplistes » (D. Schwartz, 1981).

6 Cette rupture épistémologique a nourri un courant aux sensibilités diverses. Pour approfondir la nature et l’histoire des différentes nuances, notamment entre tradition française et anglo-saxonne, on pourra se reporter à D. Gardey et al., 2000 ; N. Oudshoorn, 2000 ; J. Peiffer, 2000.

7 « The most basic barrier to the inclusion of men in demographie research was normative and reflected the socialization of influential demographers » (M.E. Greene, 1997).

8 « It is unclear whether this second conclusion reflects reality or ignorance. And it would be unfortunate if the second conclusion reinforced the first. It seems premature, given our current lack of knowledge, to dismiss any important male contribution simply because our limited studies have not yet detected it. Further research on male factors is essential » (J. Wood, 1994).

9 Il s’agit notamment de la technique de microinjection ou ICSI (injection grâce à une micropipette d’un spermatozoïde, préalablement sélectionné, à travers la membrane protectrice de l’ovocyte, dans le cytoplasme de l’ovocyte).

Auteur

Laurence Tain, après une formation universitaire à la recherche en mathématiques pures, a d’abord enseigné dans le domaine mathématique en tant qu’agrégée. Elle est aujourd’hui maîtresse de conférences en démographie-sociologie à l’université Lumière-Lyon 2. Cette trajectoire pluridisciplinaire va de pair avec son intérêt pour la fabrication sociale de la science et des techniques. Elle s’est ainsi intéressée aux femmes mathématiciennes, en contribuant notamment à l’ouvrage collectif La Mathématique : nom masculin pluriel (1979, IREM, Paris). Plus récemment, elle a publié plusieurs articles sur la fécondation in vitro dont « L’hôpital, la femme et le médecin : la construction des trajectoires de fécondation in vitro » dans la revue Population (2001), ou sur les relations avec le milieu médical dans ce contexte (« L’envers des mots et les enjeux des corps : les ambiguïtés de la coopération entre médecins et patients », éd. ENSP, 2002). Elle dirige actuellement une recherche sur le métier d’orthophoniste.

© Presses universitaires de Lyon, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search