Version classiqueVersion mobile

La Ville des expiations

 | 
Pierre-Simon Ballanche

Principes de cette édition

Texte intégral

1« La relation entre les fragments publiés du vivant de Ballanche, son manuscrit, les éditions modernes, et ce qui, de l’œuvre, demeure inédit, n’est éclaircie nulle part » (Paul Bénichou, « Le grand œuvre de Ballanche, Chronologie et inachèvement, Revue d’Histoire littéraire de la France, septembre 1975, p. 738, note 10). Notre édition tente de répondre à ce besoin. Sans descendre jusqu’au détail, qu’il est impossible de dater, d’organiser et de reproduire, des brouillons de Ballanche, où se mêlent des notes destinées à divers projets, nos principes ont été de fournir un texte qui soit le plus complet possible. L’impossibilité technique où nous étions de reproduire toutes les variantes nous a amenés à signaler en note les plus caractéristiques, et nous avons choisi, parfois, lorsqu’il ne s’agissait que de quelques mots, de les intégrer purement et simplement au texte. Le lecteur curieux de retrouver la démarche de Ballanche trouvera dans nos notes, à côté d’éclaircissements de détail, quelques mises au point concernant les concepts principaux d’une pensée qui, pour avoir produit une œuvre lacunaire, n’en reste pas moins, selon les termes mêmes de Ballanche, une « pensée solidaire », une « pensée sympathique », toute en échos et en reprises. Nous proposons aussi, à la suite de la Ville, les pages dont Ballanche voulait faire le Dernier Epilogue de la Palingénésie sociale, ainsi que la Seconde Elégie (voir P. Bénichou, op. cit., p. 740). Nous avons pu en reconstituer, à partir de feuillets classés dans différents dossiers du fonds Ballanche, et à partir du large réemploi qu’en fait son auteur dans son article de 1834 sur les Mémoires de M. de Chateaubriand (Revue Européenne, tome VIII, pp. 227 sqq.), les deux premières parties et l’épilogue, ainsi que quelques fragments de la troisième partie, la seule à être restée à l’état d’ébauche.

2On trouvera dans le Dossier de la Ville des Expiations, publié aux Editions du CNRS, Lyon, d’autres inédits, et des études destinées initialement à cette édition-ci, mais que nous avons dû en écarter pour des raisons matérielles.

HISTOIRE DU TEXTE

3Une Note importante signée de Victor de Laprade accompagne les manuscrits du fonds Ballanche de la Bibliothèque Municipale de Lyon (cote 1806-1810). De la Ville des Expiations, « ouvrage très remarquable et qu’il faudrait publier au plus vite », Laprade écrivait : « Elle n’a pas été imprimée en volume, quelques fragments ont paru dans l’ancienne Revue de Paris et dans la France littéraire. Les feuilles imprimées jointes au manuscrit et qui semblent avoir fait partie d’un volume doivent leur origine à la coûteuse habitude qu’avait Ballanche de faire imprimer pour lui seul ses ouvrages à mesure qu’il les écrivait ; il corrigeait, refaisait, complétait sur ses épreuves. »

Ballanche n’a en effet publié de son œuvre que des fragments :

En 1831, la Vision d’Hébal, chef d’un clan écossais, épisode tiré de la « VILLE DES EXPIATIONS », Paris, Jules Didot aîné, 1 vol. in-8, sans nom d’auteur.

Rééditions :

Paris, Falque, s. d. (1907), 1 vol. in-8.

Genève-Paris, Droz-Minard, 1969, Textes Littéraires Français, introduction et notes de A.J.L. Busst, 1 vol. in-12.

Selon la tradition établie par les éditeurs de la Ville des Expiations, nous n’en reprenons pas le texte, qui devait constituer le VIIIe livre de l’ouvrage.

De 1832 à 1834, dans la France littéraire :

Palingénésie sociale. La Ville des Expiations. Episodes tirés du livre V, avril 1832, tome II, pp. 66-87.

Repris dans La Ville des Expiations, trois épisodes, par Ballanche. s. l. n. d. (Paris, 1832), A. Pinard, 1 vol. in-8.

La Ville des Expiations. Séance d’initiation sur les traditions générales de l’humanité, dans l’intérieur de la cité ésotérique, février 1833, tome V, pp. 233-249.

La charité chrétienne prise pour base d’un nouveau régime pénitentiaire, mars 1834, tome XII, pp. 5-30.

Abolition de la peine de mort et de toute loi répressive, avril 1834, tome XII, pp. 273-297.

La Ville des Expiations. Organisation de la ville et mode de réception de ceux qui y sont admis, 1835, tome XIX, pp. 229-256.

Désignés ci-après par F.L. 1 à 5.

Ballanche a aussi donné dans la France littéraire, en février 1832, l’Epilogue de la Palingénésie sociale, que nous reprenons dans notre édition. Désigné ci-après par F.L. EP.

En 1834, dans la Revue du Progrès Social :

Théorie de M. Ballanche, Fragment de la Ville des Expiations, Séance d’initiation sur les traditions générales de l’humanité, tome I, pp. 498-509. Désigné ci-après par R. P S. 1

Un fragment cité tome I, pp. 601-607, désigné ci-après par R. P. S. 2 reprend en partie F.L. 1.

Fin 1833, début 1834, dans le Journal des Gens du Monde, pp 77-80 :

Esthétique. Désigné ci-après par J.G.M.

Dans la Revue de Paris, Ballanche a donné des fragments, non pas de la Ville, comme l’écrit Laprade, mais d’une autre œuvre inachevée, la Formule générale.

On dispose de deux éditions posthumes :

La Ville des Expiations, Paris, Falque, 1909, 1 vol. in-8, tirée à 200 exemplaires. Désignée ci-après par FALQUE.

La plus complète, sérieusement établie, elle ne comporte que quelques erreurs de lecture ou omissions. Edition de lecture, elle est muette sur les principes de son établissement et sur ses sources.

Elle constitue la reprise d’une publication en revue, dans les numéros de juillet à décembre 1908 des Entretiens idéalistes.

La Ville des Expiations, publié avec une introduction et des notes par Amand Rastoul, Paris, Les Belles Lettres, 1926, 1 vol. in-8, Bibliothèque Romantique. Désignée ci-après par RASTOUL.

4L’éditeur a choisi d’écarter les livres I à III, ainsi que la Vision d’Hébal, et le livre IX, publié par FALQUE. Il rejette aussi, comme ne faisant pas partie de l’ouvrage, l’Epilogue publié par FALQUE, et que ses liens avec la Ville nous ont conduits à reproduire. Rastoul a consulté les manuscrits de Ballanche, mais son édition repose pour l’essentiel sur la COPIE conservée à la Bibliothèque Municipale de Lyon (voir ci-dessous). Elle n’évite pas les erreurs de lecture.

LES MANUSCRITS DE LYON

5Le manuscrit autographe de la Ville des Expiations est contenu dans deux cahiers de moleskine verte de 17,5 x 21,8 cm :

Le Cahier 1, contenant à la suite d’un ms. d’Orphée 30 feuillets non paginés dont seul le recto est utilisé, correspondant à la partie du texte qui va du livre I, § III au livre IV, § I inclus (14 fragments numérotés de I à XIV). Désigné ci-après par A.1.

Le Cahier 2, 113 feuillets numérotés au recto seulement de 1 à 113, utilisés recto-verso de la façon suivante :

ff. 1 à 31 recto :

1 à 26 : La Ville des Expiations. Seconde partie. Quinzième fragment.

27 à 30 : La Ville des Expiations. Trentième et dernier fragment.

31 : Note, suivie de l’Epilogue de la Ville des Expiations. Désignés ci-après par A.2.

ff. 32 à 40 recto :

Elégie : Première partie, Seconde partie, Epilogue, surchargeant Troisième partie (la Troisième partie se trouve, elle, aux ff. 39 et 40 verso). Désignés ci-après par EL. 1.

ff. 41 à 43 recto : Dernier Epilogue. Désigné ci-après par EP. 1.

[ff. 44 à 76 recto-verso : « notes non employées, et qui serviraient à compléter ou à réformer » la Palingénésie sociale, « si je mourais et que l’on voulût (l’)imprimer ».

ff 77-78 recto : Vico.

f. 78 verso : notes.]

ff. 79-93 recto :

La Ville des Expiations. Troisième partie. Trentième fragment. « Cette troisième partie est recomposée ; les 15 pages, qui en font partie, sont devenues inutiles ».

ff. 92-93 verso :

Fragment XXXIII, suite de 93 recto. Désignés ci-après par FR. 30.

ff. 94-105 recto :

Fragment à ajouter à la Seconde partie de la Ville des Expiations. Désignés ci-après par FR. II.

[f. 105 verso : remarque sur la Note sur l’Histoire romaine.

ff. 106-112 recto : Note sur l’Histoire romaine.

ff. 106-112 verso : notes sur le même sujet.]

6On dispose en outre :

  • D’une copie, d’une autre main que celle de Ballanche, portant en marge de la première page le no 1759, et qui comprend 122 feuillets de format 20 x 26,5 cm. margés et lignés à la main, utilisés au recto seulement. Elle constitue le texte de base de FALQUE et de RASTOUL. Désignée ci-après par COPIE.

  • Pour le livre IX, de deux versions qui se recoupent, l’une du début, l’autre, très fragmentaire, de la fin :

7La Ville des Expiations. Livre neuvième, 11 feuillets de format 15 X 21,5 cm., margés des deux côtés et lignés à la main, numérotés de 1 à 11. Désignés ci-après par IX/1.

8Un groupe de feuillets du même type, non référencés :

5 sont paginés de E à J (le feuillet F manque). Désignés ci-après par IX/2.

2, paginés 1 et 2, paraissent devoir s’intercaler entre E et H. Désignés ci-après par IX/3.

2, paginés a et b, paraissent devoir prendre la suite des précédents. Désignés ci-après par IX/4.

  • Pour la Seconde Elégie, d’une deuxième version, comportant le début de la première partie, la deuxième et des fragments de la troisième, en 15 feuillets de format 12 x 18,7 cm., les 5 premiers contenus dans le dossier 18, et les 10 autres épinglés ensemble dans un sous-dossier « Bonaparte », dans le dossier 16. Désignée ci-après par EL. 2.

9Le legs Paul Marietton à la Bibliothèque Calvet, d’Avignon, possède une copie qui mélange de façon aberrante quelques pages de la Seconde Elégie à des Fragments dont l’original se trouve à Lyon. Cette copie ne présente aucun intérêt pour l’établissement du texte.

  • Pour le Dernier Epilogue, d’une deuxième version, inachevée, en 8 feuillets de format 15,1 x 20,2 cm, margés des deux côtés, utilisés au recto seulement, et dont le dernier seul est numéroté. Désignée ci-après par EP. 2.

PLACARDS IMPRIMÉS PAR BALLANCHE

10Aux manuscrits s’ajoutent des jeux de placards, dont Ballanche écrivait à un correspondant non identifié :

« En 1830, j’ai imprimé et publié 4 vol. in-8°. Je comptais publier la suite successivement.

Je faisais, en même temps, une édition in-18 que je devais également continuer.

La moitié des 2 volumes suivants, que j’imprimais également dans les deux formats était faite lorsque la révolution de 1830 survint.

L’un de ces volumes était la Formule générale, l’autre la Ville des Expiations » (brouillon non daté, B.M. de Lyon).

11Précieuse indication de genèse, mais l’on n’a retrouvé que :

12 feuillets in-18, paginés de 73 à 84, contenant un fragment du livre III. Désignés ci-après par PL. 18.

96 feuillets in-8, paginés de 161 à 256, contenant un fragment du livre V, le livre VI et le début du livre VII. Désignés ci-après par PL. 8.

16 feuillets in-8, paginés de 177 à 192, portant le titre courant de Fragments, et contenant le Dernier Epilogue (manquent le début et la fin, soit vraisemblablement deux feuillets). Désignés ci-après par PL. FR.

ÉTABLISSEMENT DU TEXTE ET CONCORDANCES

12Les tableaux synoptiques ci-joints donnent les concordances des divers manuscrits et imprimés. La leçon suivie par notre édition y est indiquée par un trait noir renforcé. Les zones grisées signalent les lacunes les plus importantes.

13On a généralement respecté l’usage de la majuscule (Ballanche écrit indifféremment, par exemple, christianisme ou Christianisme), modernisé l’orthographe (aux terminaisons en -ans et -eus de l’autographe correspondant déjà dans la COPIE -ants et -ents), retouché exceptionnellement et discrètement la ponctuation, dont on a choisi de respecter le caractère oral.

© Presses universitaires de Lyon, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search