Versión clásicaVersión móvil

La Ville des expiations

 | 
Pierre-Simon Ballanche

Autres textes

Dernier Epilogue

Texto completo

1Ici ma tâche est finie. Le peu qu’il m’a été donné de pressentir dans la loi providentielle qui régit les destinées humaines a été dit par moi, et je me suis expliqué aussi bien que je l’ai pu. Maintenant, je rentre dans le silence. Il me reste à méditer sur ma propre destinée ; je ne dois plus m’entretenir qu’avec moi-même.

  • 187 « Les hommes du sacerdoce et les hommes revêtus du pouvoir » (EP. 1). Bien que le texte soit diffi (...)

2Nous sommes arrivés à une époque palingénésique. Les hommes que leur situation dans le monde de l’humanité devrait rendre les initiateurs de cette époque 187, ou la méconnaissent, ou sont peu en sympathie avec elle ; ce n’est pas la première fois que cela est arrivé ainsi ; nous le savons, le plus souvent, la Providence veut se réserver le droit de se manifester par des organes nouveaux. Alors les choses ne sont plus muettes ; les événements et les faits crient avec puissance ; les prophètes qui ont reçu l’ordre de maudire les tentes dressées dans le désert, n’ont de voix que pour bénir les pavillons d’Israël.

3Quant à moi je n’ai point reçu de mission pour redresser les voies de ceux qui sont faits pour gouverner la société ; l’œuvre qui s’accomplit chaque jour m’est étrangère.

4De plus, il faut un symbole à ce temps ; mais le moment n’est pas venu. Celui à qui aura été accordé le don du symbole, ancien dans son sens intime, nouveau seulement par l’expression ; celui à qui la parole secrète de l’énigme mystique sera connue, celui-là s’avancera à son tour. Il sera cru, car il ne fera que formuler la pensée devenue la pensée de tous ; et cette pensée ne peut être qu’une pensée chrétienne, car le christianisme est la dernière initiation du genre humain.

5Voici le but et le motif des divers écrits qui sont comme l’histoire progressive d’un seul sentiment auquel, à mon insu, j’ai consacré toute ma vie.

6La créature humaine, je ne l’ai jamais oublié, est une créature frappée dans la source même qui l’a produite ; la déchéance se perpétue par la condition imposée pour la perpétuité de notre race : c’est ce qu’affirment nos traditions, d’accord en ceci avec les traditions bien comprises de tous les peuples ; et celles de la gentilité, toutes perverties qu’elles peuvent être, ne font pas exception à une si imposante unanimité : c’est ce qu’a dit admirablement Bossuet, en employant des mots rudes et nus, que l’autorité du sacerdoce peut seule permettre ; c’est ce qu’a fait entendre Pascal du sein d’une mélancolie sublime. Mais cette créature humaine peut se relever pour sortir de son abaissement, pour lutter contre l’opprobre de son origine. Elle s’immole, elle se dévoue ; elle inspire l’amour à un cœur généreux, et l’admiration à tous ; elle est initiée dans le mystère de son existence virginale par l’auteur même de sa naissance ignominieuse. Tel est le noble apologue auquel j’ai été autorisé à donner le nom d’Antigone, nom consacré déjà par les plus beaux souvenirs de la poésie. Il me fallait la fille mythique de l’inceste pour en faire l’héroïne de toutes les piétés. Ceux qui n’ont vu là que la résurrection d’un sujet antique ; ceux même qui n’y ont vu que le type du dévouement, créé par la muse grecque, ou ne m’ont pas compris, ou ne m’ont compris qu’à moitié.

7Un homme doué des plus belles facultés, mais vaincu par les fatalités sociales, et destiné à être expié par le remords ; cet autre noble apologue dont les traits profondément originaux ne m’ont été fournis que par la contemplation des choses, n’a point pu recevoir de nom car je n’ai pas le pouvoir de nommer ; mais c’est l’homme même, l’homme aux prises avec des conjonctures plus fortes que lui, ou, pour mieux dire, l’homme vaincu par les premières épreuves imposées à la responsabilité de ses actes, et qui est relevé par les dernières, par les épreuves augustes du remords, de la philosophie, de la religion. Sans doute, les fatalités sociales sont inflexibles ; mais souvent, c’est l’homme qui les fait, ou qui entre en pacte avec elles. Antigone, née dans l’opprobre, s’en dégage ; l’Homme sans nom s’y plonge de lui-même, par sa présomptueuse confiance en ses propres forces.

  • 188 « Le moment que j’ai choisi est comme celui que nous vivons un moment palingénésique. Les analogie (...)

8Comment naissent les traditions ? Comment se transforment-elles pour s’approprier au génie des différents peuples ? Ensuite comment se perpétuent-elles, ou pures ou transformées ? Tel est le sujet du troisième apologue, auquel j’ai pu donner le nom d’Orphée, parce que ce nom m’était offert par la Grèce des temps qui ont immédiatement précédé les temps héroïques 188. Ma fable est donc la peinture d’une palingénésie de beaucoup antérieure à toutes les palingénésies historiques. Ainsi j’étais tenu de deviner, sous le voile des traditions locales et particulières, le génie des traditions générales ; de montrer la responsabilité humaine sortant de son berceau génésiaque ; d’interroger, dans tous les souvenirs de l’antiquité, le dogme un et identique de la déchéance et de la réhabilitation, contemporain du jour cosmogonique où la responsabilité a pu se manifester ; de reculer l’horizon historique jusque dans la région du mythe et de la poésie ; de laisser entrevoir comment se forme cette chaîne mystérieuse des destinées humaines, cette série d’épreuves successives, naissant les unes des autres, les initiations toujours précédées par des épreuves, et les épreuves toujours égales et semblables à des expiations.

  • 189 C’est surtout le livre d’Emmanuele Duni, disciple de Vico, Origine e progressi del citadino e del (...)

9L’Orphée me conduit à Rome future. Sur les collines du vieux Latium sont attachés, au même roc, le dernier anneau de l’Orient et le premier anneau de l’Occident. De nouvelles destinées vont commencer. Une loi générale des sociétés est écrite dans les monuments les plus intimes de Rome primitive. Polybe et Varron l’avaient soupçonnée : l’un la chercha dans la suite et l’ensemble des événements ; l’autre dans l’étude de la langue. La Formule générale, que j’ai essayée, se fonde à la fois sur ces deux données, qui ont tant occupé Vico et les frères Duni 189.

  • 190 O. Haac a publié sous le titre de la Théodicée et la Virginie romaine les pages que Ballanche a co (...)

10L’histoire du genre humain et l’histoire d’un homme sont identiques ; de plus, l’histoire d’un peuple est identique à l’histoire de tous les peuples. J’ai réduit l’histoire romaine primitive à trois grands faits, qui sont les trois sécessions plébéiennes : la première sur le mont Aventin ; la seconde, sur le mont Crustumérien, devenu par là le mont Sacré ; la troisième, sur le mont Janicule. Ce sont trois initiations successives, qui manifestent, dans leurs développements graduels, les facultés en puissances, faisant leur évolution, et passant en acte. Les trois faits générateurs accusés par les sécessions plébéiennes sont l’acquisition de la conscience, c’est-à-dire de la responsabilité ; l’acquisition de la pudicité, c’est-à-dire du mariage légal 190 ; l’acquisition de la dignité, c’est-à-dire de l’aptitude aux magistratures légitimes, civiles et religieuses. J’avais donc raison de dire que le plébéien, c’est l’homme même, l’homme évolutif, l’homme progressif, l’homme s’avançant par des initiations successives, au prix de l’épreuve, qui toujours se présente sous la forme d’une expiation.

11Lorsque Platon construisait sa république idéale, lorsqu’il voulait que cette république fût le tableau de l’humanité, et que, de plus, elle fût une image de l’homme même, de l’homme avec ses diverses facultés, il savait bien que toute société est cela, et que l’homme est toujours, en ce sens, un type cosmique. Mais voici où est la différence des sociétés anciennes et de celles dont l’ère commence, c’est que, dans les premières, les hiérarchies furent immobiles et pétrifiées, et que maintenant elles sont toutes, de plus en plus, évolutives. Le christianisme affirme une seule essence humaine, déchue et réhabilitée.

12Ainsi l’histoire romaine est devenue, pour nous, le tableau de la première palingénésie historique, comme l’Orphée avait été celui de toute palingénésie antérieure.

13La Formule générale exprime une autre idée ; c’est, en quelque sorte, une nouvelle prise de possession du passé, du passé même le plus irrévocablement accompli. Voilà ce qui explique comment l’histoire nous découvre des secrets jusqu’à présent restés inconnus ; c’est qu’un des triples sceaux se brise sous nos yeux. A mesure que l’horizon s’agrandit dans l’avenir, il faut qu’il s’agrandisse aussi dans le passé. L’intelligence humaine, comme l’ancien Janus, a deux faces.

14L’Essai sur les Institutions sociales est à la fois un tableau général des sociétés humaines et de la transformation que subit aujourd’hui la société européenne ; les entretiens qui ont suivi (Le Vieillard et le Jeune Homme) ne sont autre chose qu’un développement de ce dernier point. Il s’agissait de déterminer la question métaphysique et la question religieuse, que l’esprit humain examine en ce moment. Les transformations sociales sont toujours douloureuses ; et ce genre de douleur intense qui résulte de la rigueur de l’épreuve, prix expiateur de l’initiation, a été aussi peint par moi dans l’Homme sans nom.

15L’Essai sur les Institutions sociales est donc une introduction aux prolégomènes de la Palingénésie.

16Platon construisait les hiérarchies de sa république idéale, d’après la diversité des facultés humaines ; la cité, grâce au christianisme, ne peut plus être fondée sur de tels éléments. Le dernier époptisme de la sagesse antique, nous l’avons vu dans Orphée, en laissait toujours un que nul néophyte ne pouvait pénétrer. Cet époptisme, objet de l’attente universelle, est devenu la science de tous.

17Toutefois, la Ville des Expiations, semblable, en cela, aux sociétés anciennes, la Ville des Expiations, fondée en faveur de ceux qui ont besoin de recommencer leur éducation sociale, de repasser par des épreuves appropriées à leur faiblesse ou à leur malheur, la Ville des Expiations est une image du précédent monde civil de l’humanité.

18L’abolition de la peine de mort est, n’en doutons pas, la grande pensée générale, actuelle, ou plutôt, c’est la pensée extérieure qui sert d’enveloppe à la pensée intime, à la pensée palingénésique et profondément religieuse de l’entière évolution du christianisme.

19Ici se pose de nouveau, mais sous une forme adoucie, le fameux problème des conditions attachées au développement de nos destinées. Souvenons-nous que toutes les annales du genre humain nous offrent toujours l’épreuve comme une expiation, parce que, selon ce que nous avons vu, la responsabilité et la déchéance sont contemporaines, et que la déchéance et la réhabilitation sont identiques. Toutes ces doctrines, issues des traditions primitives, vont se résumer dans le progrès que nous attendons. La solidarité des sociétés anciennes, subissant, par le christianisme, la transformation de la charité : tel est le lien merveilleux de la Ville des Expiations.

20Une première Elégie, qui est à la suite de l’Homme sans nom, m’offrit l’occasion de porter un œil respectueux sur le sanctuaire où réside le palladium dynastique ; et j’ai trouvé que l’essence d’une dynastie est de représenter la société elle-même. Dans l’Orphée, les enfants de Bélus ont tiré le même enseignement de la fable du Phénix. La seconde Elégie est une Elégie générale, et termine tout : c’est le chant funèbre d’une société qui meurt, d’une société condamnée par la Providence, et que l’homme ne peut rappeler à la vie. Ce glas funèbre avait retenti déjà dans les Institutions sociales. La révolution française, crise immense, prend, si l’on peut parler ainsi, rang parmi les crises cosmogoniques du monde civil. L’antique symbolisme eût raconté une histoire analogue à celle de Sémélé qui enfantait le Dieu émancipateur, le Dieu destiné à détrôner le Jupiter des vieux patriciats ; elle l’enfanta sur une couche de feu qui la consuma elle-même, et qui respecta son fils, l’enfant de l’avenir. Ne nous effrayons pas de l’audace de ces fables si énergiques des âges anciens. Je le redis, nous sommes à un instant palingénésique, et je le redis encore, c’est un moment d’angoisse terrible, puisqu’il ne peut y avoir de résurrection sans mort. Mais à présent nous savons que le christianisme veille sur nos destinées immortelles. Oui, le phénix est sur son bûcher ; le bûcher est composé de parfums et de bois odoriférants et ceci est bien plus vrai qu’au temps d’Orphée.

21J’ai dit de mille façons que la société a été imposée à l’homme, que l’homme est né dans la société, que la société est une des conditions mises par la Providence au perfectionnement de l’homme, ou à son retour vers son état primitif, enfin à l’accomplissement de ses destinées quelles qu’elles soient. Mais si une partie de ses destinées demeure voilée à nos yeux, sachons pourtant que toute créature doit finir par accomplir la loi de son être.

22Ainsi l’homme individuel et l’homme collectif ont eu en moi un historien qui peut s’être trompé, mais qui a voulu être sincère : néanmoins pourquoi refuserais-je de rendre le témoignage que j’ai dit la vérité, puisque je le crois de toute ma conviction ?

23Tant qu’Orphée, celui que j’ai peint, a été soutenu par une pensée générale, il n’a cessé d’agir sur les hommes. Sitôt qu’il sentit sa mission finie, il se retira dans la solitude. Il mourut inconnu. Les Muses néanmoins lui élevèrent un tombeau, les prêtres des saints mystères firent son apothéose, les peuples conservèrent son nom dans les traditions de la poésie, mais son nom seulement. En effet, qui pourrait formuler la doctrine orphique ?

24Quant à moi, j’ai fini de dire. Sans doute, je pourrais me livrer à de nouvelles conjectures, et puiser, dans ce qui se passe, de nouveaux enseignements. Ce travail serait vain, car ce serait un travail. L’étude ne saurait remplacer l’inspiration. Il ne me reste plus qu’à attendre l’accomplissement de l’œuvre de la Providence, de cette œuvre dont j’ai cru qu’une partie du plan m’avait été connue.

25La pensée de l’épreuve, de l’expiation, du progrès, cette pensée qui explique si bien les destinées humaines, je suis loin de lui avoir donné toute la réalité dont elle est susceptible. Lors même que je lui aurais donné une réalité plus grande, à force de génie et par la toute-puissance d’une énergique spontanéité, elle ne pourrait être regardée encore comme suffisamment réalisée : ce n’est pas un homme seul qui fait de telles choses.

26Pour qu’une grande pensée, une pensée destinée à gouverner le monde, soit complètement réalisée, il faut qu’elle entre à la fois dans toutes les facultés humaines, qu’elle pénètre simultanément dans tout le domaine de la poésie, dans celui de la philosophie, dans celui de l’histoire. Il faut, si l’on peut parler ainsi, qu’elle subisse plusieurs incarnations. Or, c’est le temps, c’est l’esprit humain, ce n’est pas un homme seul, qui accomplit cet immense enfantement.

27La pensée à laquelle j’ai consacré ma vie est la pensée la plus religieuse, puisqu’elle est la pensée intime de la religion du genre humain.

28Ma mission est terminée, j’ai jeté le grain dans le sillon. La moisson sera pour d’autres. Souffle de l’avenir, viens hâter cette riche moisson !

29J’oubliais de dire, et je devais bien l’oublier, que des Fragments sur des sentiments individuels avaient commencé cette carrière de douleur et de méditation. La peinture de sentiments individuels est aussi une manière de peindre l’homme même ; car tout le genre humain est dans un seul homme. Voilà pourquoi l’Antigone, qui ne fut, dans l’inspiration première, que l’épopée domestique, est devenue, à mon insu, une épopée générale. Toutefois, je dois m’interdire désormais cette sorte de peinture trop restreinte. Je me tairai donc, et je ne travaillerai plus qu’à ma propre expiation. C’est la tâche de mon âge, elle suffit bien à mes forces.

30Les Muses ne m’élèveront point de tombeau comme à Orphée, les prêtres des saints mystères ne feront point mon apothéose, les peuples ne consacreront pas mon nom dans de poétiques traditions. Mais mes écrits laisseront une trace quelconque, je ne sais laquelle. Rien n’est perdu dans le monde matériel, rien n’est perdu dans le monde moral. Dans tous les ordres d’idées,

31Le pas d’une fourmi pèse sur l’univers.

Notas

187 « Les hommes du sacerdoce et les hommes revêtus du pouvoir » (EP. 1). Bien que le texte soit difficile à dater, on a lieu de penser que l’allusion vise, à la fois, la France de Juillet et la Papauté. Après avoir pris connaissance de l’encyclique Mirari vos, qui condamnait le programme de l’Avenir, Ballanche écrivait à Madame Récamier : « Ceci est, à mes yeux, un grand événement, sous le rapport que le catholicisme semble de plus en plus se séparer de nous. » Peu après, la brutale répression du soulèvement de Lyon suscitait de sa part des jugements sévères sur l’égoïsme et la sottise politique de la bourgeoisie. Selon lui, pouvoirs temporels et spirituels s'accordaient pour « ne conserver autour d’eux que des adorateurs de la lettre stéréotypée ». La malheureuse issue de l’affaire mennaisienne semble avoir joué ici un rôle décisif (voir J.R. Derré, Ballanche et Lamennais, in Romantisme et Religion, Paris, 1980).

188 « Le moment que j’ai choisi est comme celui que nous vivons un moment palingénésique. Les analogies ne sont pas rares dans l’histoire du genre humain » (EP 1).

189 C’est surtout le livre d’Emmanuele Duni, disciple de Vico, Origine e progressi del citadino e del governo civile di Roma (Rome, 1763-1764. 2 volumes) que Ballanche pourrait avoir pratiqué (voir Hébal, p. 71, note 94).

190 O. Haac a publié sous le titre de la Théodicée et la Virginie romaine les pages que Ballanche a consacrées à le seconde Sécession plébéienne (Textes littéraires français, Droz-Minard, 1959).

© Presses universitaires de Lyon, 1981

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Esta publicación digital es el resultado de un proceso automático de reconocimiento óptico de caracteres.
Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search