Version classiqueVersion mobile

Sorcières et Sorcelleries

 | 
Christine Planté

Les auteurs

Texte intégral

1Catherine Chène, actuellement bénéficiaire d'un subside de recherche du Fonds National Suisse de la Recherche Scientifique (Univ. de Lausanne), prépare une thèse sur l'édition critique du Formicarius de Jean Nider, accompagnée d'une analyse thématique. Elle a publié : « Des fourmis et des hommes. Le Formicarius de Jean Nider O. R (1436-1438) », dans Il Mondo animale, Micrologus. Nature, Sciences and Medieval Societies, VIII. 1 (2000), p. 297-350 ; « Johannes Nider, Formicarius (livre II, chap.4 ; livre V, chaps 3, 4, 7) dans L'Imaginaire du Sabbat. Édition critique des textes les plus anciens (1430c.-1440c.), réunis par M. Ostorero, A. Paravicini Bagliani, K. Utz Tremp, avec la collaboration de Catherine Chène, Lausanne, 1999 (CLHM 26), p. 99-266 ; Juger les vers. Exorcismes et procès d'animaux, Lausanne, 1995 (CLHM 14).

2Michèle Clément, professeure de littérature à l'Université Lyon 2- Lumière, travaille sur la littérature spirituelle des XVIe et XVIIe siècles (mystique, possession, sorcellerie) et la poésie de la Renaissance. Elle a publié Une Poétique de crise : poètes baroques et mystiques (1570-1660), Paris, Champion, 1996 ; édité Chansons spirituelles de Marguerite de Navarre, Paris, Champion, 2001 et La Gelodacrye de Jacques Grevin, Presses de l'Université de Saint-Étienne, 2001.

3Jeanne Favret-saada, directeure de recherche à l'École Pratique des Hautes Études, y est titulaire de la chaire d'ethnologie religieuse de l'Europe. Elle a publié Les Mots, la mort, les sorts, La sorcellerie dans le Bocage, Gallimard, 1977. Avec Josée Contreras, Corps pour corps, Enquête sur la sorcellerie dans le bocage, Gallimard, 1981 ; « L'embrayeur de violence. Quelques mécanismes thérapeutiques du désorcèlement », in Contreras J., Favret-Saada J., Hochmann J., Mannoni O., Roustang F., Le Moi et l'autre, Paris, Denoël, 1985 ; « La thérapie sans le savoir », Nouvelle Revue de Psychanalyse, no 31,1985.

4Xavière Gauthier, docteure en philosophie, maître de conférences en bibliologie à l'université de Bordeaux III (I.U.T. Michel de Montaigne), et chercheuse à Lire (CNRS-Lyon2), a créé la revue Sorcières. Parmi ses publications : Surréalisme et sexualité, Gallimard, 1973 ; Rose saignée, des femmes, 1975 ; Les Parleuses, avec Marguerite Duras, Minuit, 1974 ; Louise Michel, Je vous écris de ma nuit, correspondance générale 1850-1904, éd. de Paris Max Chaleil, 1999 ; Histoire de ma vie, de Louise Michel, PUL, 2000.

5Nicole Jacques-Lefèvre, professeure de littérature à l'Université de Picardie Jules Verne, est spécialiste du rapport de la littérature au savoir et à la croyance, des textes démonologiques et de l'illuminisme au XVIIIe siècle. Parmi ses publications : Le Théosophe et la sorcière : deux imaginaires du monde des signes. Études sur l'imaginaire saint-martinien et sur la démonologie, 4 vol. en microfiches, Pub. du Service des Thèses de l'Université de Lille ; Jean de Nynauld, De la Lycanthropie, transformation et extase des sorciers, 1615, éd. critique augmentée d'études, sous la direction de Nicole Jacques-Chaquin et Maxime Préaud, Paris, Frénésie éditions, « Collection Diaboliques Les Introuvables de la sorcellerie », 1990 ; Le Sabbat des sorciers, XVe-XVIIIe siècles, textes du colloque international (E.N.S. Fontenay/Saint-Cloud, 1992), Nicole Jacques-Chaquin et Maxime Préaud dir., Grenoble, Jérôme Millon, 1993 ; Les Sorciers du carroi de Marlou. Un procès de sorcellerie en Berry (1582-1583), Éd. critique augmentée d'études, Nicole Jacques-Chaquin et Maxime Préaud dir., Grenoble, Jérôme Millon, 1996.

6Martine Ostorero, bénéficiaire d'une bourse de l'Institut Historique Allemand (Paris), prépare une thèse sur les traités démonologiques et la formation du sabbat dans la seconde moitié du XVe siècle. Ses publications principales sont : « Le pouvoir de l'inquisition », en collaboration avec Kathrin Utz Tremp et Eva Maier, dans Les Pays romands au moyen âge, sous la direction de Agostino Paravicini Bagliani et al., Payot 1997, p. 247-258 ; « L'imaginaire du sabbat dans l'arc alpin (1430-1440) », Demons, Spirits, Witches. Popular Mythology and Christian Demonology, Budapest oct. 1999, CEU Budapest, à paraître.

7Christine Planté, professeure de littérature, membre de Lire (CNRS-Lyon2) est co-responsable des études Masculin/Féminin à l'Université Lyon 2-Lumière. Elle travaille sur les genres littéraires, sur les écrits de femmes, sur les écritures, les théories et les représentations de la différence des sexes. Parmi ses publications : La Petite Sœur de Balzac. Essai sur la femme auteur, Le Seuil, 1989 ; Femmes poètes du XIXe siècle. Une anthologie, PUL, 1998 ; L'Épistolaire, un genre féminin ?, Champion, 1998 (dir.) ; Masculin/Féminin dans la poésie et les poétiques au XIXe siècle, à paraître aux PUL.

8Michel Porret, Historien, maître d'enseignement et de recherches à l'Université de Genève, Faculté des Lettres, Département d'histoire générale, travaille sur la culture juridique et pénale de l'Ancien régime, ainsi que sur l'histoire de la médecine légale, objets auxquels il a consacré près de 60 publications. Derniers livres parus : Montesquieu, Réflexions sur la monarchie universelle en Europe, Genève, Droz, 2000 (édition critique) ; L'Homme aux pensées nocturnes. Pierre Frémont, libraire et « explicateur de songes » à Genève au siècle des Lumières, Genève, Métropolis, 2001.

© Presses universitaires de Lyon, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search