Version classiqueVersion mobile

Sorcières et Sorcelleries

 | 
Christine Planté

Résumés/Abstracts

Texte intégral

1Catherine Chène, Martine Ostorero,

2« La femme est mariée au diable ! » L'élaboration d'un discours misogyne dans les premiers textes sur le sabbat (XVe  siècle)

3Le discours répressif des premiers textes sur le sabbat (début XVe siècle) n'en fait pas d'abord spécifiquement une pratique de femmes et vise la sorcellerie en général sans distinction de sexe. Les motifs misogynes, liés aux maléfices ayant trait à la sexualité, au vol nocturne, au cannibalisme d'enfants, repris de traditions antérieures, apparaissent progressivement et sont appelés à se développer dans un contexte général d'antiféminisme.

4«The Woman Is Married to the Devil!» The Development of Misogynistic Discourse in the Earliest Texts about the Sabbath (15 th Century)

5The repressive discourse in the earliest texts about the sabbath (in the beginning of the 15th century) does not link it to women, but deals with witchcraft in general, without sexual distinction. The misogynistic motifs coming from previous traditions appear progressively within evil spells related to sexuality, nocturnal flight and child cannibalism. The motifs are likely to develop in a general context of antifeminism.

6Michèle Clément,

7Heur et malheur de n'être plus un homme dans Le Marteau des sorcières, ou le syndrome d'Abélard

8Un des maléfices attribué aux sorcières, la privation des hommes de leur membre viril, ne doit pas être rapporté à une hantise de stérilité, mais révèle quelque chose de la sexualité et du désir masculins, dans un contexte de chasteté imposée aux clercs.

9Fortune and Misfortune of Being No Longer a Man in Le Marteau des sorcières, or the Syndrome of Abélard

10One of the evil spells attributed to witches, that is to say depriving men of the male organ, is not to be related to the obsessive fear of sterility, but rather reveals something about male sexuality and desire in a context where chastity is imposed on clerics.

11Jeanne Favret-Saada

12Le désorcèlement comme thérapie

13Les pratiques de désorcèlement dans le bocage de l'Ouest de la France, à la fin des années soixante, l'apparentent à une cure précise et efficace, qui agit en faisant changer radicalement les ensorcelés d'attitude devant le malheur. L'agriculteur, ses biens et sa famille étant traités comme une même entité, la femme joue dans le processus un rôle déterminant, mais invisible, à l'image de sa place dans la petite production agricole.

14Unbewitchment as Therapy

15The practices of «unbewitchment» in the «bocage» country of western France, during the late nineteen sixties, are comparable to a precise and effective cure that acts by changing radically the bewitched's attitude towards misfortune. The farmer, his goods and his family are treated as one entity, and the wife has a decisive but invisible role in the process, corresponding to her place in small-scale agricultural production.

16Xavière Gauthier,

17Témoignage : sur l'expérience de la revue Sorcières. « Sorcières, nous tracerons d'autres chemins... »

18Fondée à la fin de 1975, dans un contexte de développement des mouvements féministes et des luttes pour la libération de la contraception et de l'avortement, la revue Sorcières, qui empruntait son image positive de la sorcière autant à Marguerite Duras qu'à Michelet, voulait affirmer le libre droit des femmes au désir, à la jouissance, à la création sous toutes ses formes, et leur donner la parole.

19Testimony: Experience from the Review Sorcières. «Witches, We Shall Open up Other Paths...»

20Sorcières was created at the end of 1975, during a period when feminist movements developed and fought for the right to contraception and abortion. Borrowing the positive image of the witch as much from Duras as from Michelet, the journal wanted to give women a forum to assert their right to desire, pleasure and creation in all its forms.

21Nicole Jacques-Lefèvre

22Figures de sorcières : mythe et individualités

23Les comptes-rendus de procès en sorcellerie et les traités de démonologie, du Marteau des sorcières à Pierre de Lancre, construisent et reproduisent une même fiction, conforme à leurs attentes, de pacte et de complot, et une biographie type de la sorcière arasant les singularités et les paroles. Il est cependant possible d'y recueillir des fragments d'expériences, de croyances, de vies individuelles, traces infimes de vies infâmes qui ont résisté à la réduction du schéma.

24Figures of Witches: Myth and Individualities

25Accounts of witchcraft trials and treatises of demonology construct and reproduce, from Le Marteau des sorcières to Pierre de Lancre, the same fiction, corresponding to their expectations of pact and plot, as well as a typical biography of the witch, reducing every singularity to the same level. However, through a close reading, it is possible to collect fragments of experiences, beliefs, individual lives, tiny marks of infamous lives that have withstood this schematic reduction.

26Christine Planté,

27Le Succube de Balzac, divertissement drolatique ou archéologie d'une fabrication discursive ?

28Ce conte drolatique est un des premiers récits littéraires utilisant au XIXe siècle des éléments de la tradition démonologique. Sa construction par juxtaposition de discours et témoignages dénonce avec efficacité la construction du Succube par projection des fantasmes masculins et par manipulations discursives, l'exécution de la femme venant restaurer un ordre menacé. Balzac lie la sorcellerie aux forces du désir, et sa répression à des conflits d'intérêt et de pouvoir.

29For entertainment only? Or digging the discursive depths? A reading of Balzac's Le Succube

30This conte drolatique is one of the first nineteenth-century literary narratives to make use of the demonological tradition. By juxtaposing discourses and testimonies, its composition denounces the construction of the Succubus as a projection of male fantasies and a discursive manipulation, and shows further how the woman's execution restores a threatened order. Balzac relates witchcraft to the force of desire and its repression to conflicting interests and questions of power.

31Michel Porret,

32Différencier les « magiciens infâmes, les sorcières et les empoisonneurs » : l'œil naturaliste de Jean Wier.

33Jean Wier, médecin humaniste (1515-1588) récuse dès le XVIe siècle les démonologues par sa critique rationnelle du maleficium, et naturalise la sorcellerie en faisant de la sorcière une mélancolique qu'il faut soigner, à distinguer des empoisonneurs criminels. Son plaidoyer précurseur des Lumières, de la médecine légale et des aliénistes du XIXe siècle, est violemment combattu par Jean Bodin, qui l'accuse de satanisme.

34Differentiating «Infamous Magicians, Witches and Poisoners»: Jean Wier and the Naturalist's Eye

35The humanist doctor Jean Wier (1515-1588) dismissses the demonologists as early as the 16th century with his rational criticism of the maleficium. He naturalizes witchcraft by considering the witch as a melancholy person, who needs medical assistance, and therefore should be distinguished from the criminal poisoner. His defence, which anticipates the Enlightenment and the 19th century's forensic medicine and alienists, is violently attacked by Jean Bodin, who charges him with Satanism.

© Presses universitaires de Lyon, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search