Version classiqueVersion mobile

La Ville des expiations

 | 
Pierre-Simon Ballanche

La Ville des Expiations

Livre neuvième

Texte intégral

1Me voici, de nouveau, dans la ville régénératrice.

2Cette fois, je suis immédiatement introduit au sein de la cité ésotérique.

3Pendant que je cheminais le long de l’avenue du temple, avec le guide qui m’avait été donné, il crut devoir m’entretenir des divers écrits dont se compose la Palingénésie sociale.

4« Mon fils, me disait-il, avoue que tu as été embarrassé pour réaliser l’Orphée aperçu par toi dans les profondeurs de la poésie primitive. Ne pouvant ni faire une histoire, ni créer un mythe, il ne t’a point été donné d’assigner une époque à ton poème.

5— Je n’ai point dû éprouver l’embarras que vous supposez. Ma propre spontanéité suffisait complètement à mon dessein. Je n’avais point à peindre une époque fixe et positive ; je n étais point emprisonné dans un thème prescrit, dans une sphère qui eût ses limites précises. Je voulais condenser, dans une seule composition épique, les quinze siècles de l’humanité qui ont précédé l’histoire ; je voulais faire la genèse de la gentilité, suppléer, s’il m’est permis de parler ainsi, à la lacune qui existe entre la Bible et Homère. L’Orphée est donc la formule la plus générale, l’expression la plus intimement historique des traditions de l’Ancien Monde.

6— Avoue, au moins, que les matériaux dont tu t’es servi pour les Prolégomènes ont été entassés pêle-mêle par toi, et que tu as trop laissé à tes lecteurs le soin de les coordonner.

7— Je ne voulais qu’imprimer un mouvement à leur esprit, et non lui imposer des opinions. Toutefois ce mouvement est dans une direction fortement déterminée, et si je ne montre pas le point où l’humanité doit arriver, du moins je signale sa marche à travers les siècles. Au reste, je suis venu chercher ici, et c’est ici que j’espère trouver une véritable théorie de l’avenir, la pensée éclaircie du but de l’humanité.

8— Tu ne nieras point que tes idées te sont venues successivement.

9— J’ai dit moi-même que je travaillais à ma propre initiation, et que je désirais y associer mes lecteurs. On ne pouvait exiger de moi que je revêtisse ma spontanéité personnelle du manteau de la révélation, que je ne me fisse pas un devoir de conscience de marquer ce que l’intuition avait reçu de la méditation et de l’étude. Je ne suis ni théocrate, ni sectaire.

  • 159 Allusion au « Teste David cum Sybilla » du Dies irae.

10— Tu as parlé des Sibylles, et tu n’as rien dit de celles qui ont pressenti le christianisme ; et cependant une iconographie complète a consacrés les traits de leur visage. De grands peintres n’ont pas craint de les placer dans les églises chrétiennes. Des hymnes anciens les citent en témoignage de la tradition 159. De plus, n’a-t-il pas été dit que le mot Sibylle est un mot phénicien, et que ce mot signifie retour de Dieu, révolution divine ?

  • 160 A la fin du chapitre qu’il consacre aux Sibylles, Boulanger hasarde en effet une étymologie : « No (...)
  • 161 Ballanche fait ici allusion au Ve livre de la Vie de Constantin par Eusèbe de Césarée, intitulé Di (...)
  • 162 Pymandre (Poimandres) est un personnage mis en scène dans le traité auquel il a donné son nom, et (...)

11— C’est Boulanger qui a parlé ainsi 160, et je ne sais sur quels documents. Vico avait remarqué que toutes les nations de la gentilité avaient eu chacune leur Sibylle, ce qui est vrai. Quant à moi, j’ai voulu établir que les Sibylles étaient tantôt des personnifications de cycles sociaux, ou de nationalités importantes, tantôt des créatures puissamment assimilatrices. Mais je crois que ce n’est qu’à l’approche de la manifestation chrétienne qu’elles ont été une expression des destinées générales de l’humanité. Les chrétiens primitifs, qui appelaient les Sibylles en témoignage, savaient bien que toute parole cyclique appartient à notre religion, qui est la religion même de l’humanité. Ils savaient bien que toute vaticination véritable est une preuve du brisement de la révélation universelle dont le genre humain tout entier est toujours resté dépositaire. C’est ainsi que j’ai cité Constantin faisant lire au concile de Nicée une belle traduction grecque du Pollion de Virgile 161. C’est ainsi que j’ai parlé du Pymandre 162, livre égyptien dont il est impossible de fixer la date.

12— On te dira ici bien d’autres choses sur les Sibylles, et sur la puissance assimilatrice dont elles sont douées.

13— Ma pensée a entrevu ce que vos hiérophantes doivent en dévoiler, mais ma pensée timide s’est enfuie sur des ailes de feu. Et je sais que Marie d’Agréda avait vu sans être éblouie, avait senti sans être épouvantée.

  • 163 Célèbre pour ses extases et ses visions, cette religieuse (1602-1665) avait composé une Vie de la (...)

14— Eh bien puisque tu as compris cet hystérisme sublime 163 qui donne le sentiment des choses cosmogoniques, tu es plus avancé que je ne croyais. Je le vois, tu as besoin surtout de donner de l’assurance à tes pensées intuitives. »

  • 164 Ballanche écrit histérisme. L’allusion précédente à Marie d’Agréda confère au terme toute sa valeu (...)

15Sans doute mon guide avait bien d’autres observations à me faire ; qui auraient exigé d’autres réponses ; mais nous arrivâmes au temple, et il dut me quitter. 164

***

  • 165 Ici reprennent, après une lacune dans le ms., les enseignements de l’hiérophante.

16« Voyons si 165 la morale ne repose pas sur des principes cosmologiques. Chaque homme représente l’humanité.

17Le devoir, pour chaque homme, de se respecter lui-même est donc le devoir de respecter en lui la dignité humaine.

18Le devoir de ne point attenter à sa propre vie est donc le même que celui de ne point attenter à la vie des autres.

  • 166 Même s’il ne présente pas toujours toute la clarté souhaitable, ce passage témoigne de l’intérêt p (...)

19Kant a donc eu raison de dire : « Agis de telle sorte que la règle de tes actions puisse être une loi générale 166. »

20L’Evangile, et cela seul prouverait la divinité de ce livre, l’Evangile place le critérium de la morale dans le sanctuaire cosmologique de la Médiation. Chaque homme est le Christ, c est-à-dire l’humanité à sa plus haute expression, l’humanité idéalisée, en quelque sorte, par la vertu assimilatrice du Médiateur.

21Telle est l’infinie magnificence du dogme eucharistique.

22Kant a dit encore : « L’Ethique ne s’étend pas au-delà des devoirs de l’homme envers lui-même et envers les autres hommes. »

23Cela peut être vrai dans la sphère purement métaphysique, et pour l’homme considéré seulement dans son existence actuelle. Au reste, ce n’est que dans le sens métaphysique qu’il l’a dit, comme ce n’est que dans ce sens qu’il a établi la règle de nos actions.

24Tel est l’homme se posant lui-même, et posant le monde.

25Mais l’homme cosmique et religieux ne saurait se contenter d’une Ethique si étroite. La raison humaine serait bien obligée de déclarer son insuffisance si les traditions générales du genre humain ne nous avaient pas enseigné la cosmologie de notre être. Kant établit cette vérité avec une logique irrésistible, et c’est là le grand bienfait qui eût préservé Pascal de ses terribles visions.

26L’homme cosmique et religieux dominant l’homme métaphysique est appelé à chercher ses rapports avec Dieu, avec les êtres intelligents, avec les êtres non intelligents, avec la création telle qu’elle apparaît à nos sens et à notre esprit.

27Ainsi, l’Ethique, c’est-à-dire la morale non prescrite par une loi positive, écrite ou traditionnelle, non circonscrite par le droit fondé sur la raison ou sur la convention, la morale absolue et indépendante de toute sanction pénale, reconnaît un principe cosmologique à ses enseignements.

28L’homme pourrait être sans rapport avec sa vie phénoménale ; il serait, mais avec d’autres conditions : pour lui, la morale ne peut appartenir exclusivement à son existence actuelle, car il ne saurait rester emprisonné dans le monde extérieur de la création. Nous savons bien d’ailleurs que ce n’est point le lieu de son essence, et qu’elle n’y est descendue qu’accidentellement.

29Lorsque l’homme, après avoir appris à se connaître, vient à se juger, il est un être moral jugeant un être moral. Alors il ne peut faire autrement que de se juger dans ses rapports avec Dieu, avec les êtres intelligents et les êtres non intelligents, avec l’ensemble des choses humaines ou surhumaines.

30Toutefois il n’a pas de juridiction sur son propre être, puisqu’il n’est pas sa cause à lui-même. De là, la nécessité de l’intervention de l’Etre inconditionnel, de l’Etre en qui est toute puissance et toute morale, l’Etre à la fois subjectif et objectif, celui qui a fait la conscience de l’homme, qui l’a doué de la capacité du bien et du mal.

31La raison de la juridiction de l’homme sur lui-même est donc une émanation de la raison inconditionnelle de Dieu.

32La loi du devoir est donc une loi divine, devenue loi humaine par l’assentiment de l’homme.

33L’homme est donc son juge à lui-même selon la juridiction divine qui résulte du don de la capacité du bien et du mal.

34Or la juridiction divine place la loi du devoir dans la sphère de l’infini. De là résulte que la sanction pénale se trouve aussi dans la sphère de l’infini.

35La loi morale est donc essentiellement absolue et inconditionnelle. Mais l’homme, dans son existence présente, en rapport extérieurement avec le monde de la création, ne peut que la sentir conditionnelle et progressive. C’est par un effort de la raison humaine assimilée avec la raison divine, qu’il sait que la loi morale est absolue.

36Cet effort, il est tenu de le faire puisque la faculté lui en a été donnée dès le commencement, comme son titre imprescriptible à l’existence absolue. Il doit donc travailler sans relâche à son perfectionnement, c’est-à-dire qu’il doit tendre à la perfection, qui, pour lui, n’est autre chose que la reconstruction de l’être primitif, de l’être absolu.

37La perfection est donc le but de la loi morale, le but de la nature humaine, le but de l’homme.

38Par elle il sortira de l’existence conditionnelle, passagère, progressive où il est détenu.

39Jésus-Christ a dit : « Soyez parfaits comme notre Père céleste est parfait. »

40Jésus-Christ a pu parler ainsi parce qu’il était venu pour manifester la religion générale de l’humanité, et cette religion générale de l’humanité est fondée en définitive sur la nature intime et absolue de l’homme.

41Mais le principe cosmologique sur lequel repose la loi morale a besoin d’être connu dans toute son étendue ; car c’est seulement ainsi que l’homme peut être expliqué, que la destinée humaine peut nous être révélée dans la profondeur de ses mystères.

42Nous voici donc en présence du dogme redoutable de la déchéance et de la réhabilitation.

43Nous voici donc nous affranchissant des chaînes pesantes de la solidarité pour prendre volontairement les doux liens de la charité.

44Nous voici donc enfin sachant que l’expiation est la sanction pénale de l’infraction antique dont le Médiateur est venu nous aider à nous relever.

45Si nous avons bien compris la religion générale de l’humanité, nous ne pouvons douter que la Médiation ne s’applique à tout le genre humain. Jésus-Christ a pu dire avec vérité qu’il a apporté le salut aux hommes. Il a pu dire avec vérité à son Père : « Pas un de ceux que vous m’avez confiés ne sera perdu. » En rentrant dans la gloire de son Père, il a répondu du salut de tous les hommes… »

46Ici l’hiérophante se trouble. Un cri lugubre retentit dans l’enceinte sacrée.

47« Eh quoi ! dit l’hiérophante, je suis obligé de chercher mes paroles, et ma pensée elle-même devient confuse. Dieu me soit en aide, et me préserve du blasphème, car je me sens sur la pente d’un abîme. Oui, cette pensée de l’expiation épouvante toutes mes facultés, lorsque je veux l’épuiser. Et ne faut-il pas que je l’épuise si je veux la connaître, puisque c’est là que s’est réfugié le sens de l’homme ? Que la nature humaine, telle qu’il nous est donné de la pressentir, soit entraînée hors des notions du temps par la haute contemplation de son essence absolue, ne sera-t-elle pas forcée de rencontrer, pour toute sanction pénale, au lieu de l’expiation, les châtiments éternels ? Car qu’y a-t-il hors du temps si ce n’est l’éternité ?… »

48Ici les gémissements se prolongent, et deviennent une angoisse intime. L’hiérophante se trouble de nouveau, et jetant autour de lui des regards inquiets, il s’écrie :

49« Dieu ! je ne veux pas devancer tes oracles, car toi seul sais le moment où tu dois les manifester ! Toi seul sais le jour et l’heure où tout sceau doit être brisé pour la race humaine. Nous savons seulement que l’idée définitive est précédée par des idées préparatoires, que toute gestation est longue, que tout enfantement est douloureux. Dieu d’amour, n’est-il pas vrai que le dogme eucharistique est le dogme ineffable de l’amour, le dogme perpétuel du salut, l’emblème divin, le symbole cosmogonique et vivant de la Médiation ?

50L’Eglise de Jésus-Christ, dépositaire du dogme eucharistique, qui est le dogme continu et sans fin de la Médiation, saura bien s’expliquer lorsque le temps sera venu.

51Le christianisme n’a-t-il pas encore à porter le bienfait de la Promesse, chez les peuples qui ne l’ont pas encore reçu ? Et n’est-il (…) »

  • 167 Ces néophytes, à l’évidence, représentent les saint-simoniens, auxquels Ballanche reproche précisé (...)

52Une clameur confuse se fait entendre. Ce sont des néophytes qui veulent enfreindre la loi du silence. Ils se sont introduits dans la ville exotérique pour en étudier les doctrines, et ils prétendent que nulle doctrine ne leur a été donnée. Au reste, ils reconnaissent un maître, et ils affirment que leur maître a fondé une religion 167. Ils vont jusqu’à dire que cette religion nouvelle envahira le monde.

  • 168 Ce philosophe néopythagoricien, né à Thyane en Cappadoce et mort à Ephèse, s’était acquis une imme (...)

53L’hiérophante se lève, et leur adressant la parole, il leur dit : « Votre maître a-t-il fait des miracles comme Pythagore, ou comme Apollonius de Thyane 168 ? »

54Un des disciples du maître sort du milieu de ses compagnons, et dit : « Notre maître n’est point un jongleur.

55— C’est bien, répond l’hiérophante ; toutefois, il faudrait attendre avant de prononcer que Pythagore fut un jongleur. Apollonius ne fut pas non plus un jongleur. L’un et l’autre, aux deux extrémités d’une série de temps, ont du moins cherché dans la puissance instinctive de l’homme, le moyen de suppléer à l’insuffisance de la science. Julien, à son tour, voulut venir au secours du polythéisme s’écroulant de toutes parts.

56— Ce n’est ni Pythagore, ni Apollonius que j’ai entendu désigner par le mot jongleur. Ce serait notre maître s’il eût voulu faire croire qu’il avait le don des miracles.

57— Je le sais bien. J’ai voulu seulement vous obliger à manifester ce qui manque à votre maître. Il a ignoré complètement la puissance de la foi, parce qu’il manquait de foi. Allez, et pourtant Pythagore n’a pu que fonder une secte philosophique, sans prétendre à fonder une religion. Apollonius n’a pu rien fonder, parce qu’il n’avait pas la science. Ils n’eurent ni l’un ni l’autre la faculté qui fait les théocrates. Julien brisa une volonté de fer contre l’ascendant du christianisme qui, sorti à peine des catacombes et des sanglantes persécutions, couvrait le monde.

58— Notre maître aussi a fondé la religion de l’avenir.

59— Votre maître n’a point été persécuté. Ses disciples ne peuvent donner leur sang, car nul pouvoir ne les contraint.

60— Notre maître n’a à lutter que contre une religion vieillie.

61— Le polythéisme aussi était vieux lorsque les premiers apôtres du christianisme vinrent proclamer le Dieu inconnu.

62— Le christianisme ne vieillit point.

63— Votre maître a-t-il visité les sanctuaires et les écoles ?

64— Il a étudié les sciences humaines.

65— C’est bien, élevez des écoles de physique et de mathématique. »

66Le disciple voulut commencer une discussion.

  • 169 Allusion aux aspects les plus scandaleux de la doctrine saint-simonienne : transformation du régim (...)

67« Je sais votre système, dit l’hiérophante. Vous ignorez qu’une religion doit être une psychologie transcendentale. Vous ignorez qu’une religion est une chose cosmogonique. Une religion est tenue de dire l’essence des choses. Vous ignorez ce qu’est la propriété, une identification de la terre avec l’homme. Vous ignorez ce qu’est la division des sexes 169. Vous ignorez ce qu’est la destinée humaine (···) »

  • 170 Allusion à la camarilla ultra qui entourait le roi, et dont Stendhal a évoqué les passions réactio (...)
  • 171 On pense ici au baron d’Eckstein, que pourraient désigner à la fois ses liens avec le pouvoir et s (...)
  • 172 Ballanche avait déjà noté dans la Vision d’Hébal p. 162, que « la victoire de Salamine règne encor (...)
  • 173 Le modèle de ces prélats étroitement légitimistes et gallicans pourrait être le cardinal-duc de La (...)
  • 174 Cette brève esquisse correspond assez exactement à l’idée que les contemporains se faisaient du pe (...)

68Charles X avait des conseillers intimes 170. Parmi ces conseillers, s’en trouvait un qui appartenait à une association secrète instituée pour faire rétrograder le siècle. Cet homme instruit dans les traditions de l’Orient 171 eût voulu reconstruire l’Orient. Il n’avait pas assez de larmes pour déplorer la victoire de Salamine 172. Si Xerxès eût vaincu, disait-il, le génie remuant de l’Europe aurait été étouffé. Cet antagonisme du principe ionien et du principe dorien se serait perdu dans une grande et majestueuse unité. Le genre humain aurait accompli sa loi de développement sans passer par toutes les voies sanglantes par lesquelles il a passé. Cet homme, d’une puissante conviction, était loin de dire à Charles X une pensée que ce faible roi était hors d’état de comprendre. Il se contentait de diriger le monarque en se servant des étroites idées dont il était préoccupé. D’un autre côté, Charles X écoutait des prêtres qui avaient mis en oubli la pensée émancipatrice du christianisme 173. Enfin M. de Polignac, sorte de fanatique suffisant, type tout-à-fait nouveau, croyait à la possibilité de rétablir une aristocratie anglaise 174. L’homme inconnu, le conseiller mystérieux de Charles X, reçut une terrible révélation par les derniers jours de Juillet. Alors il crut à la fin du monde. Plusieurs années de suite, son esprit fut dévasté par toutes les prédictions apocalyptiques dont on abreuvait les imaginations disposées à l’épouvante, car en ces jours de crise poignante les idées tiennent du vertige. Il voyait partout des cratères s’ouvrir sous ses pas. Enfin il vint se jeter dans la Ville des Expiations. Là, il fut interrogé. Il espérait le repos et le repos ne lui manqua pas. Un hiérophante de la ville mystique l’initia aux véritables règles du christianisme.

69Dès lors, le repentir entra dans son âme.

70Ainsi Charles X, ce roi bien marqué du signe de la décrépitude d’une race royale, avait obéi, sans en avoir le sentiment, à une idée puissante qu’il ne connut jamais, qu’il ne connaîtra jamais. Il est mort dans l’exil, sans avoir soupçonné la profonde raison de son exil. Il ira dans la vie future accomplir une initiation qu’il ne put trouver sur son trône.

71Lorsqu’il mourut, ses funérailles furent célébrées dans la Ville des Expiations. Le personnage mystérieux y parut revêtu d’habits de deuil, et il s’avoua coupable d’avoir méconnu les lois de la Providence dans les destinées progressives de l’humanité, d’avoir confondu l’Orient et l’Occident, d’avoir ignoré la théorie épique et l’unité de l’histoire.

  • 175 Dans cette lacune des mss. intervient la mort de l’hiérophante. De ce qui suit, on peut inférer qu (...)

72(…) va connaître les secrets du temps et de l’éternité 175.

73Un silence d’effroi s’établit dans l’assemblée, et nul n’ose briser un tel silence.

74Toutefois, après un moment d’attente, celui qui était désigné pour succéder à l’hiérophante, monte sur l’estrade, et, debout, prononce ces mots :

75« La mort a interrompu le discours de celui qui nous parlait. Ce n’est pas la suite de son discours qu’il eût été important de connaître, c’est celui qu’il tiendrait s’il pouvait parler à présent.

76Les jours de son pèlerinage sur la terre sont accomplis. Avant de restituer à la terre ce qui lui appartient d’une dépouille mortelle, rendons témoignage à notre maître bien aimé.

77Il fut grand par sa vertu et par sa science.

78Lorsqu’il prit le gouvernement de la Ville des Expiations, il fut tenu de dire en présence de tous sa vie, mais sa vie avait été irréprochable, et il ne put s’accuser. Alors il nous parla seulement de l’immensité de ses doutes. C’est dans l’exercice du souverain pouvoir qu’il a trouvé des convictions. Et cependant, vous venez de l’entendre, ses convictions n’étaient pas complètes sur toutes choses.

79Et moi, à mon tour, je vais en présence du mort illustre, dire ma vie qui hélas est loin d’être une vie irréprochable.

80Oui, je suis un meurtrier… »

81A ces mots un murmure se fait entendre.

82Lui, sans éprouver le moindre trouble, continue après un moment de silence :

83« Lorsque dans l’assemblée secrète, j’ai été désigné pour succéder à celui-ci, je n’ai point caché ma vie. Le sang qui était sur mes mains n’a point effrayé les sages.

84Ainsi donc je suis un meurtrier.

85Dans mon ardente et indomptable jeunesse, j’ai connu toute la fougue des passions. J’en jure ici par ce qu’il y a de plus saint sur la terre et dans le ciel, j’en jure par le noble vieillard qui vient de mourir, j’ai lutté de toutes mes forces contre le torrent des passions, et qu’il me soit permis de le dire aujourd’hui, j’ai lutté quelquefois avec succès.

86Une jeune fille se présente à moi, je m’enivre de son pudique regard, je veux qu’elle soit la femme de mon choix et de mon amour. Des obstacles s’opposent à cette union. Je les brise avec violence. La jeune fille devient mon épouse malgré ses parents et malgré les miens. Le chagrin la dévore. Elle meurt en donnant le jour à l’enfant de toutes nos tendresses et toutes nos amertumes. Elle s’envole avec son enfant dans le ciel, et me laisse seul sur la terre. Je me nourris de mon chagrin et de mes angoisses. Je reste séparé de sa famille et de la mienne.

87Un jeune homme avait été la cause de tant de maux. Il aimait la jeune fille que j’aimais aussi. Il me suscita tous les obstacles, il appela l’anathème de mes parents sur ma tête, l’anathème des parents de la jeune fille sur la tête de celle que j’aimais.

88Je le fuyais parce que je savais tous les emportements dont j’étais capable.

89Un jour, dans un pays étranger, je le rencontre inopinément. Il était à cheval ainsi que moi. Je cours sur lui. Nous avions l’un et l’autre des pistolets à notre ceinture. J’en prends un, et d’un geste irrésistible je lui ordonne d’en prendre un. Nos deux pistolets partent en même temps, mais ma haine m’avait donné un coup d’œil plus juste. Il tomba mort, et d’un regard stupide je considérai longtemps le cheval de ma victime s’enfuyant les étriers vides. Je descendis de cheval, et je vis que la balle avait fracassé la tête du malheureux.

90Jusqu’alors la jeune fille qui fut mon épouse m’avait continuellement visité dans mes songes. Elle m’apparaissait tenant son enfant dans ses bras. La première fois que le sommeil vint s’appesantir sur ma paupière, après mon crime, je la vis ; mais elle n’avait plus son visage serein. Elle me dit adieu, et son enfant rougit de honte.

91Je vins dans la Ville des Expiations, de longues années se sont écoulées. Mes larmes ont été mes prières. Je ne me suis cru expié que lorsque j’ai été visité de nouveau dans mes songes par celle qui fut mon épouse adorée sur la terre, et qui a consenti à redevenir mon épouse dans le ciel. » (…)

Notes

159 Allusion au « Teste David cum Sybilla » du Dies irae.

160 A la fin du chapitre qu’il consacre aux Sibylles, Boulanger hasarde en effet une étymologie : « Nous pensons (…) que le mot Sybille (sic) est le même que Syba-el ou Subelium, et qu’il signifie retour de Dieu, période divine, révolution divine, c’est-à-dire, la grande année, ou, comme on disait en Egypte, l’année Eliaque, ce qui signifie encore la même chose qu’année de Dieu », L’Antiquité dévoilée par ses usages…, Amsterdam, Marc-Michel Rey, 1775, T. II, p. 124.

161 Ballanche fait ici allusion au Ve livre de la Vie de Constantin par Eusèbe de Césarée, intitulé Discours de Constantin à l’assemblée des Saints, et que la légende voudrait qu’il eût adressé aux Pères du Concile de Nicée. Cette harangue contient, aux chapitres XIX à XXI, de larges extraits de la IVe Eglogue, citée en grec qui était la langue du Concile.

162 Pymandre (Poimandres) est un personnage mis en scène dans le traité auquel il a donné son nom, et qui est le premier de ceux réunis dans le Corpus Hermeticum. D’inspiration très composite, ces textes comprennent, selon la critique moderne, fort peu d’éléments proprement égyptiens (voir Corpus Hermeticum, éd. Nock-Festugière, Paris, 1945, T. I, Préface). C’est dans l’argument du second livre d’Orphée que Ballanche fait allusion au « Pymandre, livre pseudo-trimégiste », Œuvres, T. V, p. 128 (S. 432). Une lettre conservée au Musée Gadagne de Lyon montre qu’en mars 1818 il avait prêté ce texte à son ami Bredin, qui l’avait jugé « très intéressant pour un admirateur de Böhme, » et s’était empressé d’en faire des extraits.

163 Célèbre pour ses extases et ses visions, cette religieuse (1602-1665) avait composé une Vie de la Sainte Vierge qui fut censurée par les autorités ecclésiastique.

164 Ballanche écrit histérisme. L’allusion précédente à Marie d’Agréda confère au terme toute sa valeur qui est, à l’origine, médicale. Littré ne connaît qu’hystéricisme : « terme de médecine. Grande susceptibilité aux attaques d’hystérie ». Jusqu’à ce que Pinel et Esquirol aient entrepris son étude scientifique, cette mystérieuse maladie passait pour valoir aux personnes qui en étaient frappées des relations privilégiées avec les puissances surnaturelles.

165 Ici reprennent, après une lacune dans le ms., les enseignements de l’hiérophante.

166 Même s’il ne présente pas toujours toute la clarté souhaitable, ce passage témoigne de l’intérêt porté par Ballanche à la pensée kantienne, qui ne cessait de retenir l’attention en France, depuis le livre de Charles de Villers (1801) et surtout la présentation que Mme de Staël en avait faite dans De l’Allemagne. Son commentaire paraît du reste autrement perspicace et vigoureux que les jugements souvent superficiels des contemporains (voir Monchoux, L’Allemagne devant les lettres françaises de 1814 à 1835, Paris, A. Colin, 1953, pp. 293-294.)
Il semble bien que Ballanche, fidèle en cela à ses convictions, inverse la relation établie par Kant entre la raison et la foi, la philosophie et la religion, par exemple dans la célèbre dissertation de 1793 intitulée La Religion dans les limites de la simple raison. Pas plus que le rationalisme kantien ne refusait la révélation, Ballanche ne rejette sans appel le rationalisme philosophique, et ces pages le situent très loin de Lamennais, tel au moins qu’il apparaît dans l’Essai d’un système de philosophie catholique. Mais Kant tendait à privilégier la raison pratique, et à tenir — philosophiquement parlant — le Christ et son enseignement pour l’expression historique de la moralité. Ballanche adopte l’attitude opposée, et subordonne la raison pratique à la révélation ; au lieu, pour reprendre son langage, que l’homme métaphysique domine l’homme cosmologique, c’est « l’homme cosmique et religieux » qui doit être considéré d’abord, parce que « l’infinie magnificence du dogme eucharistique » lui permet, s’il sait s’en rendre digne, de transcender sa nature et de réaliser en lui « l’humanité idéalisée par la vertu assimilatrice du Médiateur. »
Kant en somme, selon Ballanche, ne voit pas que le respect de la personne humaine sur lequel repose sa morale est fondé sur le contenu du dogme, à savoir l’identité médiatisante de tout homme avec le Christ. Il ne voit pas, d’autre part, que la vérité « cosmologique » domine et englobe la vérité « métaphysique ». Celle-ci ne considère en effet l’individu que comme un être abstrait, arraché à l’histoire, alors qu’il est d’abord une créature soumise à des épreuves régénératrices et promise à la rédemption.

167 Ces néophytes, à l’évidence, représentent les saint-simoniens, auxquels Ballanche reproche précisément de vouloir fonder une religion, tout en méconnaissant ce qu’est une religion. La sévérité de Ballanche à l’égard des saint-simoniens est d’autant plus significative qu’il y avait eu d’abord, entre eux et lui, estime réciproque et vive sympathie. Dès 1828, si l’on en croit Sainte-Beuve, (Portraits contemporains, T. II, p. 43,) la lecture de Ballanche avait exercé une influence importante sur l’orientation religieuse que prit alors l’école saint-simonienne. En mars 1829, Enfantin fit remettre à Ballanche des écrits résumant la doctrine de Saint-Simon, et lui demanda en retour quelques exemplaires des Essais de palingénésie sociale, dont n’avait été publiée alors qu’une édition à tirage restreint. L’échange de lettres qui s’ensuivit (Bibliothèque de l’Arsenal, Fonds Enfantin, ms. 1743, fos 312-314) fut plus que courtois. Enfantin transmit à Ballanche l’expression de la reconnaissance et de la « respectueuse affection » des disciples de Saint-Simon ; il émit toutefois le vœu qu’après tant d’élégies sur le passé, l’auteur d’Orphée se confiât plus hardiment à l’avenir et à ses espérances. Ballanche répondit que la suite de son œuvre serait précisément consacrée à l’avenir ; « mais il fallait bien, ajoutait-il, arrêter ses regards sur le passé des destinées humaines avant de les porter sur leur avenir : l’avenir est engendré par le passé » (lettre datée du 24 mars 1829, ibid., f° 313). Il y avait là le germe d’une divergence qui apparut en pleine lumière lorsque les saint-simoniens, un peu plus tard, se présentèrent comme les porteurs d’une révélation nouvelle et proclamèrent la « décadence » inévitable du christianisme : tout en continuant de rendre hommage à Ballanche, « précurseur éloquent d’une époque qu’il ignore », ils lui reprochèrent de méconnaître qu’« une transformation complète de la religion est la condition nécessaire d’une régénération sociale. » (Lerminier : Le Globe, 14 octobre 1830). De fait, aux yeux de Ballanche, fonder l’avenir de l’humanité sur une rupture avec son passé était une prétention absurde.

168 Ce philosophe néopythagoricien, né à Thyane en Cappadoce et mort à Ephèse, s’était acquis une immense réputation en raison de ses connaissances et de l’austérité de ses mœurs, et passait pour thaumaturge. Les miracles qu’il était censé avoir accomplis furent parfois opposés à ceux du Christ.

169 Allusion aux aspects les plus scandaleux de la doctrine saint-simonienne : transformation du régime de la propriété et abolition de l’héritage, conceptions d’Enfantin sur les rapports entre les sexes et sur le couple-prêtre. On sait que sur ce second point, un schisme se produisit en novembre 1831 au sein même de la secte saint-simonienne. On peut être certain que la rédaction de ce passage est postérieure à cette date.

170 Allusion à la camarilla ultra qui entourait le roi, et dont Stendhal a évoqué les passions réactionnaires et les ténébreuses initiatives dans l’épisode de la Note secrète du Rouge (Livre II, chap. XXI). — On trouve dans les Réflexions diverses placées à la fin de l’édition de 1833 des Œuvres, T. VI, pp. 347-348, (S. 567), des remarques du même ordre. Ballanche oppose les promesses que paraissait impliquer l’attitude de Louis XVIII lors de son retour en France en 1814, et l’esprit de réaction qui gagna les légitimistes après l’assassinat du duc de Berry : « Des prétentions qui tout-à-coup se sont réveillées, et ont voulu être des droits, se sont déclarées inhabiles à être jamais satisfaites. Elles ont voulu associer la dynastie à leurs implacables ressentiments. (…) Osons le dire ; un parti que rien n’apaise voulait faire de la mort de M. le duc de Berry le signal d’une restauration illégitime que ce parti appelait de tous ses vœux. (…) N’avez-vous pas vu, en effet, n’avez-vous pas vu de vos yeux toutes les ignobles fantasmagories qui ont été imaginées pour faire naître la terreur dans l’âme de la famille royale (…) ? Des réquisitoires qui resteront des monuments de ces jours d’épouvante, et qui devinrent, à l’instant même, comme le droit public des cabinets, jetèrent, dans les bassins de la balance dont la justice était armée, tout le poids de l’Europe, enivrée alors du vertige de la peur. » Ballanche a dit en plusieurs endroits, notamment dans le Post-scriptum de ses Œuvres daté du 31 décembre 1830, T. VI, p. 356 sq (S. 569), la haute idée qu’il s’était faite de la Restauration, la mission « palingénésique » dont elle lui paraissait investie, et sa déception de l’avoir vue se méconnaître elle-même « en essayant de faire rétrograder l’initiation, au lieu de la diriger. » Il lui a toujours gardé, du reste, un souvenir reconnaissant et fidèle (ibid., p. 358 : « C’est la Restauration qui m’a tout enseigné »). On consultera sur ce point les Réflexions publiées dans le Dossier de la Ville des Expiations.

171 On pense ici au baron d’Eckstein, que pourraient désigner à la fois ses liens avec le pouvoir et sa passion pour la sagesse et les traditions orientales. Mais Eckstein, protégé du baron de Damas, n’a plus reçu de subsides dès lors que celui-ci eut quitté le ministère des Affaires étrangères, et son isolement paraît total au moment où, à la fin de 1829, il cesse de publier sa revue Le Catholique. En fait le personnage a été imaginé par Ballanche, qui l’a conçu comme un double fantomatique de Polignac. On trouve en effet dans une note préparatoire les lignes suivantes : « Dante nommait les personnages de son temps ; il ne m’appartient pas de faire comme lui. D’ailleurs une loi de la Ville des Expiations est d’abolir le nom. Je concentrerai dans ce personnage allégorique tout l’esprit réactionnaire qui a produit l’expulsion de Charles X (…). Introduire dans la dernière partie de la Ville des Expiations un personnage emblématique et mystérieux qui aurait joué un rôle de grande influence, mais d’influence secrète sur les derniers événements de l’Europe. A cette occasion, l’hiérophante établit ses doctrines sur la société, sur les dynasties, sur l’autorité, sur l’obéissance. »

172 Ballanche avait déjà noté dans la Vision d’Hébal p. 162, que « la victoire de Salamine règne encore sur le monde ».

173 Le modèle de ces prélats étroitement légitimistes et gallicans pourrait être le cardinal-duc de Latil, qui, après avoir sacré Charles X à Reims, devait choisir en 1830 de le suivre en exil. Chateaubriand l’a retrouvé à Prague en 1833, membre avec le duc de Blacas et le baron de Damas du « triumvirat (qui) tendait à s’emparer du règne futur en isolant le jeune Roi » (le duc de Bordeaux, héritier du trône), « en l’élevant dans des principes et par des hommes antipathiques à la France », Mémoires d’outre-tombe, Pléiade, T. II, p. 669.

174 Cette brève esquisse correspond assez exactement à l’idée que les contemporains se faisaient du personnage. Voir Bertier de Sauvigny, La Restauration, Paris 1955, p. 577.

175 Dans cette lacune des mss. intervient la mort de l’hiérophante. De ce qui suit, on peut inférer que son remplaçant n’est autre que Ballanche. La frénétique aventure d’amour et de mort qui va nous être rapportée transpose en effet de façon flatteuse pour notre auteur l’épisode malheureux de ses fiançailles rompues avec Bertille d’Avèze, qui allait épouser l’un des fils de Bonald.

© Presses universitaires de Lyon, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search