Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

École et mixités

 | 
Annik Houel
, 
Michelle Zancarini-Fournel

Égalité des sexes : quelle recherche et quelle formation dans les IUFM ?

Equality of the Sexes : Research and Training in the I.U.F.M.

Jeanne Fine

Résumé

Jeanne Fine nous dresse le bilan, au niveau national, des dernières décisions gouvernementales et des solutions envisagées par tous ceux qui se soucient de ces questions dans les IUFM, voie capitale de la formation des enseignants et du devenir de la mixité.

Jeanne Fine assesses, at national level, the last decisions of the government and the solutions that are considered by all who care about those questions in the I.U.F.M.s which are the essential venues for the training of teachers and the future of coeducation.

Texte intégral

1Égalité filles garçons : quelle recherche et quelle formation dans les IUFM ? Pour répondre à cette question, nous présenterons tout d’abord les différentes structures de l’IUFM de Toulouse, qui sont autant de possibilités d’intégrer le thème de l’égalité des chances dans les IUFM, nous décrirons ensuite les objectifs de notre équipe de recherche et formation, les actions que nous avons réalisées et les obstacles que nous avons rencontrés, enfin nous ferons quelques propositions pour la mise en application de la convention.

Les structures de l’IUFM de Toulouse

2Les IUFM (Instituts Universitaires de Formation des Maîtres) ont été créés en 1991 afin de former tous les futurs professeurs de l’éducation nationale ainsi que les conseillers principaux d’éducation et les documentalistes.

3Cette formation se déroule sur deux années, la première année prépare aux différents concours et la seconde année est l’année de titularisation des professeurs-stagiaires, c’est-à-dire des candidats admis aux concours. Certains d’entre eux auront donc préparé le concours dans un IUFM, d’autres se seront présentés au concours en candidats libres.

4En plus de la formation initiale qui vient d’être décrite, les IUFM ont pour mission la formation continue des professeurs et du personnel d’encadrement des établissements scolaires, depuis la suppression des MAFPEN (Missions Académiques à la Formation de Personnel de l’Éducation Nationale) en septembre 1998.

5L’IUFM de l’Académie de Toulouse est physiquement constitué de dix sites, trois sur Toulouse (département de la Haute-Garonne) et un dans chacun des sept autres départements de l’Académie.

6Dès 1992, l’IUFM de Toulouse s’est doté d’un centre de recherche sur la formation (le CeRF). En 1997, une partie de cette structure, en association avec des universitaires de l’IUFM du Limousin, a obtenu la reconnaissance du ministère de l’Éducation nationale de Jeune Équipe et, en 1999, d’Équipe d’Accueil. Afin de prendre en compte et de soutenir les activités d’élaboration d’outils pédagogiques (ouvrages, CD-ROM, sites Internet, vidéos), le CERFI (Centre d’Études, de Recherches sur la Formation et d’innovation) a également été créé et reconnu par le ministère en tant que Plan Pluri-Formation.

7Parmi les autres structures, depuis 1996, un complément de formation destiné aux étudiants (1ère année) et professeurs-stagiaires (2e année) sur l’éducation à la citoyenneté, le métier d’enseignant, culture et société, est apporté sous forme de conférences, organisées tous les mercredis en fin de journée, parallèlement sur les dix sites de l’IUFM.

8Par ailleurs, toutes les informations concernant l’IUFM peuvent être publiées dans « Le Pli », tiré à 10 000 exemplaires et largement distribué, non seulement dans les différents sites de l’IUFM mais aussi dans tous les établissements scolaires de l’Académie.

9Concernant les professeurs-stagiaires, ils doivent, dans le cadre de leur formation, réaliser un mémoire professionnel, suivre un parcours individualisé de formation (PIF) sous forme de modules optionnels et suivre une semaine thématique sur un thème transversal optionnel (éducation à l’Europe, environnement, littérature de jeunesse). Enfin, dans le cadre de la formation continue, l’IUFM élabore avec le rectorat, le PAF (Plan Académique de Formation).

L’équipe « Mixité Scolaire et Démocratie », les actions et les obstacles rencontrés

10C’est en janvier 1999, que nous créons dans le cadre du CeRF, l’équipe « Mixité Scolaire et Démocratie ». Notre objectif est de répondre aux nombreuses résolutions prises tant au niveau national qu’aux niveaux européen et mondial sur l’égalité des chances entre femmes et hommes, en introduisant à l’IUFM de Toulouse, recherche et formation sur ce thème, dans le cadre de l’éducation à la citoyenneté et de l’éducation à l’orientation.. À ce jour, notre équipe, mixte et pluridisciplinaire, comprend seize personnes dont la moitié extérieure à l’IUFM. Elle ne compte malheureusement aucun universitaire en poste à l’IUFM ayant pour thème de recherche le thème qui nous rassemble !

11Quatre axes de recherche sont retenus :

  • la représentation des hommes et des femmes dans les livres scolaires et la littérature enfantine,
  • l’orientation dégagée des stéréotypes sexués, en particulier l’orientation scientifique et technique des filles,
  • la construction de l’identité sexuée,
  • l’éducation à la mixité scolaire et l’éducation à la citoyenneté.

Bibliographie

12Nous avons commencé par faire une bibliographie, c’est-à-dire, par se procurer et se présenter mutuellement les textes législatifs, des repères historiques, des ouvrages théoriques, des documents pratiques. Les travaux de recherche sont nombreux et intéressants mais restent, semble-t-il, dans un cercle fermé. De même, les expériences en milieu scolaire sont nombreuses mais isolées et éphémères.

Conférences

13Nous avons organisé sept conférences :

  • Égalité des sexes en éducation : la mixité scolaire assure-t-elle cette égalité ? » de Nicole Mosconi (Professeure en Sciences de l’Éducation à l’Université de Paris 10) le 10 février 1999.
  • La parité : enjeux et mise en œuvre ». Débat animé par Jacqueline Martin, Maître de Conférences de Sciences Économiques à l’Université de Toulouse 2, et Éric Milliard, Professeur de Droit Public à l’Université de Perpignan, après la projection d’un document vidéo de 40 mn sur le colloque du même nom (organisé par l’Équipe Simone les 6 et 7 février 1998 à Toulouse), le 3 mars 1999.
  • Présentation d’une nouvelle équipe du Centre de Recherche sur la Formation de l’IUFM de Toulouse : Mixité Scolaire et Démocratie », le 10 mars 99, par l’équipe elle-même.
  • L’école dispense-t-elle le même enseignement aux filles et aux garçons ? » de Josette Costes, Professeure de Mathématiques à 1ΊΝΡ, le 17 mars 99 à Albi, adaptation d’une formation plus longue déjà proposée les années précédentes dans le cadre du plan individuel de formation.
  • Interactions dans la classe filles-garçons-professeur ; une expérience proposée aux étudiant(e)s de première année d’IUFM », de Véronique Lizan, Maître de Conférences de Mathématiques à l’IUFM de Toulouse, le 1er décembre 1999.
  • Filles et sciences : le désamour ? Pourquoi les filles étudient-elles moins les sciences que les garçons ? » de Josette Costes, le 8 décembre 1999.
  • Maisons racontées ; action éducative en primaire sur les thèmes de l’habitat, l’environnement, les modes de vie », vidéo de 12 mn et débat animé par Monique Michaëlis de l’Association Femmes et Formation, qui regroupe des professionnelles du bâtiment, le 19 janvier 2000.

14Nous avons également fait une intervention sur « la scolarisation des filles » auprès d’inspecteurs guinéens en stage à l’IUFM de Toulouse et à leur demande, le 9 avril 1999 (Josette Costes et Marie-Pilar Ric, Formatrice IUFM).

Rencontres, réseaux

15Afin de mieux se connaître et d’envisager des collaborations, nous avons organisé une rencontre, les 22 et 23 juin 1999 à Toulouse, avec l’équipe de recherche « Savoirs, Genre et Rapports Sociaux de Sexe » de l’Université Toulouse 2, équipe qui organise un DESS intitulé « Politiques Sociales et Rapports Sociaux Hommes Femmes », et avec Françoise Vouillot et Cendrine Marro de l’ΙΝΕΤΟΡ (Institut National d’Étude du Travail et de l’Orientation Professionnelle, CNAM, Paris) institut chargé de la formation initiale et continue des conseillers d’orientation psychologues.

16Nous avons également rencontré Sylvie Cromer, représentante de l’association européenne du côté des filles (filles@easynet.fr) (connue pour les deux remarquables brochures « Quels modèles pour les filles ? » et « Que voient les enfants dans les livres d’images ? ») afin de mettre en place une collaboration sur une recherche action au niveau du primaire.

17Afin de s’épauler, d’échanger expériences et ressources, il s’avère extrêmement important de s’appuyer sur des réseaux. En collaboration étroite avec l’IUFM de Lyon, nous tentons de constituer un réseau inter-IUFM.

Information dans le PLI

18Dans le premier numéro du Pli de Tannée 99-00, nous avons publié une présentation de notre équipe d’une dizaine de lignes avec nos coordonnées pour de plus amples informations mais aucun contact n’a été pris.

Mémoires de seconde année

19Par une lettre envoyée le 22 septembre 1999 à tous les responsables de mémoires de seconde année, nous proposons d’encadrer des mémoires ou d’apporter une aide aux formateurs responsables sur les sujets suivants : projets d’école et conseils d’enfants ; projets d’établissement ; droits des enfants ; les jeux et les conflits dans les cours de récréation ; la gestion de l’espace dans la classe, dans la cour de récréation ; la gestion de la parole dans la classe ; les sports dits masculins ou féminins à l’école, au collège, au lycée ; les représentations des hommes et des femmes dans les livres scolaires ; les représentations que les enseignants ont de leurs élèves ; évaluation des élèves, conseils de classe, orientation scolaire et professionnelle ; les représentations des élèves de leurs futurs rôles dans les sphères privées et publiques ; le masculin/neutre et la féminisation des noms de métiers, titres, grades et fonctions.

Formation Continue

20Un stage de Formation Continue de deux jours a été inscrit au PAF pour 1999-2000, malheureusement situé dans la partie mathématique. Il n’a pas pu se dérouler vu que deux professeurs seulement se sont inscrits. Nous avons de nouveau proposé un stage pour 2000-2001, intitulé « Filles et garçons : une égalité à construire », accepté par l’IUFM mais rejeté au dernier moment par la Chef du SAFCO, deux mois après la signature de la convention interministérielle, alors qu’aucun autre stage sur ce thème n’était proposé. Pour 2000-2001, nous avons proposé également une journée de formation continue premier degré (i.e. pour les enseignants du primaire) intitulée « Filles et garçons à l’école ».

Bilan des actions dans les IUFM

21Le 3 décembre 1999, nous avons envoyé une lettre à tous les directeurs d’IUFM (soit 29 personnes) leur demandant de décrire les actions menées dans leur institut en formation initiale sur l’égalité des chances filles garçons. Nous avons obtenu 9 réponses, annonçant au mieux l’intérêt porté au sujet d’un formateur ou d’une formatrice. Aucune réponse ne mentionne l’existence d’un module de formation pour 1999-2000, même à titre optionnel. Les rares expériences passées ont cessé lors de la mutation ou du départ à la retraite de la personne soutenant le projet. Bien souvent, lorsqu’il s’agit de module optionnel ou de formation continue, le faible nombre de participants ne permet pas de réaliser l’action.

Recherche expérimentale avec les étudiants de 1ère année d’IUFM

22Enfin, nous réalisons une expérience avec une vingtaine d’étudiants de première année sur l’observation des interactions filles-garçons-professeur dans la classe. Afin de mener une expérience similaire à l’INETOP, la grille que nous avons utilisée a été modifiée. La participation est un peu décevante ; en fait, il aurait fallu organiser plusieurs séances d’information et de sensibilisation pour motiver davantage d’étudiants.

Propositions pour la mise en application de la convention

23Avant de faire des propositions, il faut tenter de comprendre pourquoi en 1999-2000 il n’y a encore aucune sensibilisation au thème de l’égalité des chances entre les filles et les garçons dans les IUFM. Pourtant l’idée de former les maîtres à ce thème ne date pas d’hier.

24En effet, à la suite du colloque « Femmes, Féminisme et Recherche » ayant rassemblé, en décembre 1982, à l’Université Toulouse 2, plus de 800 personnes, des postes d’études féministes (relevant en fait de sociologie, histoire,...) ont été créés. La lettre du Ministère de l’Éducation Nationale adressée au Président de cette université le 6 mars 1984 est suffisamment courte pour être intégralement reportée ici :

La volonté de lutter contre le sexisme dans l’enseignement et la pédagogie m’a amené à mettre en place cette année, 3 ou 4 emplois de maître-assistant d’études féministes.
La création de ces postes pilotes devra permettre notamment une formation des maîtres plus appropriée.
Vous voudrez bien me faire connaître, le cas échéant, votre demande de poste en la motivant par l’exposé d’un programme précis (enseignement et recherche).

25C’est nous qui soulignons la phrase concernant la formation des maîtres. À ce jour, seulement cinq postes ont été créés dans les universités et la formation dans les IUFM est inexistante.

26Le 31 mai 1990, un extrait de la résolution du Conseil de l’Europe et des ministres de l’éducation réunis au sein du Conseil comporte un programme d’action sur l’égalité des chances des filles et des garçons en matière d’éducation dans le contexte de la formation initiale et continue des enseignants.

27Le 23 mars 1991, année de création des IUFM, un collectif regroupant quatre associations (« Pour une éducation non sexiste », « Femmes Diplômées des Universités », « Femmes et mathématiques », « Femmes ingénieures ») envoie une lettre au Ministre de l’Éducation Nationale proposant d’intégrer à la formation des maîtres « une formation à l’égalité des chances entre filles et garçons ». Un programme est proposé, dont nous ne reprenons que les titres :

  • une information historique et sociale, des bases juridiques et l’étude de l’enjeu économique du travail des femmes,
  • une étude de l’attitude différenciée des filles et des garçons face à l’enseignement dispensé, en particulier dans les disciplines scientifiques et techniques,
  • une éducation à la mixité,
  • une recherche des moyens pour un changement de l’environnement éducatif (grille de lecture pour éliminer les stéréotypes sexués, rénovation des manuels scolaires et du langage),
  • une initiation à la recherche pédagogique et à un travail d’équipe pour un projet éducatif ouvert sur ce thème.

28À notre connaissance, aucune suite n’a été donnée à cette proposition.

Quelles seraient les conditions permettant de développer cette formation dans les IUFM ?

Une volonté politique claire et soutenue

29Il serait tout d’abord nécessaire qu’une politique claire et soutenue se dégage grâce à des textes réglementaires rappelant régulièrement l’exigence de promouvoir l’égalité des chances des femmes et des hommes.

30Pour ne citer que le BO, à part l’arrêté du 12 juillet 1982 intitulé « action éducative contre les préjugés sexistes », publié dans le BO no 29 du 22.07.82, et la note de service du 10 novembre 1983 sur la « lutte contre toute discrimination à l’égard des femmes dans les communautés éducatives », publiée dans le BO no 45 du 15 décembre 1983 éventuellement les BO no 14 du 4 avril 1985 et no 7 du 15 février 1990 concernant la diversification des choix professionnels des filles, il faut attendre la circulaire no 98.033 du 2 mars 1998 pour que les établissements scolaires soient invités à sensibiliser les élèves à l’égalité entre les femmes et les hommes avec quelques exemples d’actions possibles.

31Il est possible aujourd’hui de s’appuyer sur le texte de la convention publié dans le BO no 10 du 9 mars 2000 mais il faut être vigilant sur le fait que la mobilisation s’essouffle aussitôt que le soutien institutionnel faiblit.

Des équipes pluridisciplinaires de recherche et formation sur l’égalité des chances dans les IUFM

32Il faut ensuite « créer », c’est-à-dire soutenir institutionnellement et financièrement, des équipes pluridisciplinaires dans les IUFM, dont la mission serait :

  • de développer la recherche sur « filles et garçons dans le système éducatif »,
  • d’assurer une formation obligatoire à l’ensemble des professeurs stagiaires,
  • de proposer des modules optionnels, des conférences et des stages de formation continue.

33En effet, la plupart des actions menées l’ont été évidemment à titre optionnel et à partir d’un travail « militant », sans soutien et même, souvent, avec de réels obstacles.

34Il faut en effet savoir que la grande majorité des formateurs d’IUFM, hommes et femmes, pensent soit que l’égalité filles garçons dans le système éducatif n’est pas une priorité, soit qu’elle est acquise et ne mérite donc pas qu’on en parle, soit encore, pour certains et certaines, qu’il est de leur devoir de s’opposer à un lobby féministe qui introduirait ce thème à l’école !

35Ce sont les mêmes qui trouvent urgent de parler de la violence à l’école, de l’échec scolaire, de l’hétérogénéité, de l’identité, de l’éducation à la citoyenneté, à la santé, à l’orientation mais qui n’auront pas l’idée d’aborder la dimension sexuée de ces questions sauf, éventuellement, pour faire quelques constats qui relèveraient de différences naturelles !

Des postes universitaires pour animer les équipes

36Pour que fonctionnent des équipes de recherche il faut créer des postes universitaires (en histoire, sociologie, ethnologie, psychologie, sciences de l’éducation,...) pour organiser le travail interdisciplinaire sur ce thème (recherche et formation). En effet, les professeurs-stagiaires sont à un niveau bac + 5 et doivent bénéficier d’une « formation ». C’est à partir de recherches scientifiques, et elles sont nombreuses, qu’il est possible d’organiser cette formation, de susciter des interrogations et des recherches personnelles.

37Laissons, pour conclure, la parole à Françoise Héritier (Le Monde de l’Éducation no 282, Juin 2000, p. 18) interrogée sur le combat pour l’égalité des sexes :

Il faut donc lutter pour mettre en place des systèmes d’éducation que nous ne connaissons peut-être pas encore, et dès la maternelle. Nous transportons avec nous des modes de pensée et d’action sur lesquels nous ne songeons jamais à nous interroger et qui fonctionnent comme s’ils allaient de soi. C’est un fonctionnement par « prétérition » : il n’est pas nécessaire pour qu’il soit efficace d’en avoir conscience. Il nous a été inculqué à travers les gestes, les paroles, les attitudes, les comportements de nos parents, des adultes en général, relayés par tous les messages et signaux explicites et implicites du quotidien. C’est ce socle-là, de représentations ordinaires, qu’il est difficile, mais pas impensable, d’ébranler.

Auteur

Professeur de Mathématiques, IUFM de Toulouse

© Presses universitaires de Lyon, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540