Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

École et mixités

 | 
Annik Houel
, 
Michelle Zancarini-Fournel

Les universités suisses, pionnières de l’introduction de la mixité dans l’enseignement supérieur (1870-1930)

Swiss Universities as Coeducational Pioneers in Higher Education (1870-1930)

Natalia Tikhonov

Résumé

Natalia Tikhonov nous montre l’aspect pionnier des universités suisses dans le domaine de l’égalité sexuelle, puisque la mixité est à l’œuvre dans ce pays dès les années 1870, malgré de fortes résistances.

Natalia Tikhonov makes manifest the pioneering aspect of Swiss universities concerning sexual equality, showing how coeducation has been effective in that country since the 1870’s, in the face of strong resistance.

Texte intégral

  • 1 Les Universités de Bâle et de Fribourg ne font pas partie de ces statistiques, en raison de leur f (...)

1Cette recherche porte sur l’histoire largement méconnue de l’introduction de la mixité dans l’enseignement supérieur. Les hautes écoles suisses figurent en bonne position parmi les institutions pionnières en matière d’admission des femmes sur un pied d’égalité avec les hommes. La présence du sexe « faible » sur les bancs universitaires peut être illustrée par les chiffres suivants : entre 1900 et 1910, les femmes constituent entre 25 et 30 % des effectifs estudiantins de l’ensemble des cinq universités suisses, à savoir les Universités de Genève, Lausanne, Berne, Zurich et Neuchâtel1. L’ampleur de cette féminisation du corps étudiant est sans précédent au niveau européen, voire mondial. Il m’a semblé intéressant dès lors de me pencher sur les origines et les raisons de cette massive et précoce féménisation.

  • 2 Le Bulletin du Centre Pierre Léon, 2-3,1993, consacré à Julie Daubié, offre un excellent aperçu de (...)

2Avant de passer à l’analyse du « miracle helvétique », j’esquisserai brièvement la situation dans les quelques autres pays qui ont admis précocement le principe d’études universitaires pour les femmes. C’est aux États-Unis qu’on attribue en général le mérite d’avoir posé les jalons de l’instruction supérieure féminine. À cette réserve près que l’enseignement se déroulait principalement dans les women’s colleges et autres établissements réservés exclusivement aux femmes. La proportion des femmes dans les hautes écoles des deux autres pays pionniers dans ce domaine – la France et l’Allemagne – demeure plus modeste qu’en Suisse. L’Allemagne a fait preuve d’une attitude conservatrice en n’acceptant les étudiantes régulières qu’à la fin des années 1900. Et bien que les premières immatriculations des femmes dans les universités françaises datent des années 1860, le phénomène ne s’est généralisé qu’au début du XXe siècle avec l’apparition de filières scolaires menant des filles à l’obtention du baccalauréat. Notons que c’est l’université de Lyon qui a conféré la première le titre de bachelière à une femme. Il s’agit de Julie Daubié, journaliste et féministe française active dans les années 1850-1870, qui, après le refus de sa candidature à Paris, s’est tournée vers Lyon pour passer son baccalauréat en 18622.

3Un bref rappel du paysage universitaire suisse au tournant du XXe siècle s’avère indispensable pour une meilleure compréhension des particularités de sa féminisation. À cette époque, la Suisse possède un réseau universitaire dense et bien développé, avec sept alma mater pour un pays de 3 300 000 habitants. Parmi ces hautes écoles on compte trois universités germanophones – la plus ancienne, l’université de Bâle, fondée en 1460, celle de Zurich, créée en 1833 et l’université de Berne, qui date de 1834. L’espace universitaire francophone est composé de l’université de Genève 1872), (l’université de Lausanne (1890) et l’université de Neuchâtel (1909). Il existait également une université bilingue – celle de Fribourg, ouverte en 1889. La création de ces universités résulte de la transformation des anciennes académies en institutions universitaires.

Typologie

4En analysant les populations étudiantes de chaque haute école suisse, on distingue très nettement deux types d’attitudes qui se manifestent à l’égard des femmes. Un premier ensemble d’institutions se caractérise par cinq paramètres, à savoir une admission précoce des femmes se produisant souvent au moment même de la création de l’université, une croissance rapide des effectifs féminins, une grande ouverture aux étudiantes étrangères, une large proportion de ces dernières parmi les étudiantes et un fort taux de féminisation des facultés médicales et scientifiques. À ce profil correspondent trois universités en Suisse romande – celles de Genève, de Lausanne et de Neuchâtel, et deux universités en Suisse alémanique – celles de Zurich et de Berne.

5Les deux autres universités, celles de Bâle et de Fribourg, appartiennent à un deuxième ensemble. Les femmes y sont admises après leur fondation, à savoir seulement en 1890 à Bâle et en 1905 à Fribourg. L’admission des femmes y rencontre de vives réticences de la part des autorités universitaires de tendance conservatrice, qui redoutent la coéducation. L’une des raisons de cette attitude est à rechercher dans le fort attachement de ces alma mater aux valeurs religieuses – protestantes dans le cas de Bâle et catholiques dans le cas de Fribourg – ce qui ne favorisait pas la généralisation de l’instruction mixte. Une autre raison relève de la crainte de se laisser littéralement envahir par des étudiantes étrangères, qui formaient au tournant du siècle près de 80 % des effectifs féminins des universités du premier groupe. Ce sentiment de méfiance vis-à-vis du deuxième sexe persistera au-delà de l’autorisation accordée aux femmes de s’immatriculer. Leur présence dans ces deux universités ne dépassera pas une vingtaine d’inscriptions semestrielles jusque dans les années 1920, alors que dans les autres institutions les étudiantes se dénombraient par centaines. Ce faible taux de féminisation par rapport à celui des hautes écoles du premier groupe s’explique en partie par leurs règlements respectifs, stipulant que seules les jeunes filles en possession de baccalauréats délivrés par les autorités cantonales pouvaient être admises en tant qu’étudiantes régulières. Ces dispositions restèrent en vigueur jusqu’à la Première Guerre mondiale et détournèrent d’office les étudiantes étrangères qui préférèrent naturellement s’immatriculer là où des équivalences étaient plus facilement accordées.

6Pour comprendre cet extraordinaire afflux de femmes vers les cinq universités du premier groupe, il faut se pencher sur l’origine de la première génération d’étudiantes. L’analyse des listes des étudiants démontre qu’entre 80 et 90 % des étudiantes immatriculées dans chacune de ces universités sont étrangères, la plupart originaires de l’Europe orientale, et plus particulièrement de l’Empire russe. Les jeunes Suissesses n’ont pas profité de l’ouverture des universités aux femmes, en raison de l’inadéquation du système d’enseignement secondaire des filles aux exigences requises pour l’immatriculation dans une haute école. Comme ailleurs en Europe, les jeunes filles suisses ont longtemps été exclues des lycées et gymnases publics et n’avaient pratiquement pas accès aux enseignements des sciences et des langues anciennes. Les écoles supérieures des jeunes filles fondées dans le courant de la deuxième moitié du XIXe siècle représentaient la seule et unique possibilité de poursuivre une éducation secondaire postobligatoire. Or, les diplômes délivrés par ces écoles ne permettaient pas d’accéder aux études supérieures et l’accès aux alma mater ne pouvait être obtenu qu’au prix de cours particuliers et d’une série d’examens d’entrée.

7Paradoxalement, ces mêmes autorités universitaires se montraient beaucoup moins exigeantes à l’égard de jeunes femmes d’origine étrangère. Leurs diplômes de fin d’études secondaires étaient acceptés sans épreuve supplémentaire. À notre avis, cet état de choses tient essentiellement à deux facteurs. Premièrement, l’offre universitaire suisse dépassait largement à cette époque la demande nationale de l’enseignement supérieur. En raison de cette inadéquation, les universités helvétiques trouvaient leur raison d’être en proposant des formations aux étudiants et aux étudiantes étrangers. Deuxièmement, le nombre important d’étrangères ayant obtenu des grades universitaires en Suisse ne représentait pas une sérieuse concurrence pour les hommes suisses sur le marché du travail, du fait des restrictions appliquées aux étrangers pour l’exercice des professions libérales.

Rythmes

  • 3 Rappelons que l’année 1872 est en réalité la date de la transformation de l’ancienne Académie de G (...)

8Les rythmes et les fluctuations de la présence féminine dans les établissements d’enseignement supérieur sont révélateurs de l’acceptation du principe de la mixité par les milieux universitaires suisses. La première haute école à admettre une femme est l’Université de Zurich, qui accueille sa première étudiante en 1864. En 1872, ce sont l’Université de Berne et l’Université de Genève, nouvellement créée3, qui acceptent d’introduire la mixité. La transformation de l’Académie de Lausanne en Université en 1890 entraîne également la reconnaissance du droit des femmes à l’immatriculation. Suivent Bâle et Fribourg, où l’admission des femmes date respectivement de 1890 et 1905. Enfin, la plus jeune université helvétique, celle de Neuchâtel, inscrit le principe de coéducation dans son règlement au moment de la transformation de l’Académie en Université en 1909.

9Le graphique 1 montre que la présence de femmes dans les alma mater suisses commence à devenir significative dans les années 1890. Leur proportion atteint 11 % du total des effectifs étudiants en 1890, pour doubler en l’espace de dix ans et atteindre 21 % en 1900. La décennie suivante connaît la plus forte présence féminine de toute la période considérée, lorsque les femmes forment entre 25 et 30 % du corps étudiant. De tels chiffres ne seront atteints de nouveau que dans les années 1970 ! Les années précédant le premier conflit mondial connaissent un net recul des effectifs féminins, qui passent de 25 % en 1910 à 15 % en 1914, et à 13 % au sortir de la guerre, en 1918. Par la suite, leur nombre demeure stable, entre 12 et 16 % du total des inscriptions, jusqu’aux années 1930, date à laquelle s’arrête notre enquête. On sait que la proportion des étudiantes se maintient à ce niveau jusqu’aux années 1960, lorsque se généralise l’accès des femmes à l’enseignement supérieur.

  • 4 Pour de plus amples renseignements sur cette question se référer à mon article « Les étudiantes ru (...)

10Si au début du siècle, les universités suisses ont accusé l’une des plus fortes présences féminines sur le plan européen, un changement significatif dans la composition de leurs effectifs s’est opéré dans les années 1910 et s’est traduit par une brusque baisse du nombre d’étudiantes. Les raisons de ce reflux sont liées à une forte diminution des effectifs féminins étrangers. Jusqu’en 1914, la courbe des étudiantes étrangères suit de près celle du total des étudiantes. Au moment du déclenchement de la guerre, cette courbe subit une chute et se stabilise à un niveau relativement bas au cours des années 1920. En termes de composition des effectifs estudiantins, plusieurs changements se dessinent. Si depuis l’ouverture des portes des universités suisses aux femmes près de 90 % des étudiantes venaient de l’étranger, à partir du début des hostilités leur proportion ne dépasse plus 30 % de femmes immatriculées. Ce renversement de tendances s’explique par le fait que la majorité des étudiantes étrangères étaient originaires de l’Empire russe. Sans entrer dans les détails de cette complexe migration des étudiantes « orientales », comme on les appelait à l’époque, vers les universités occidentales4, précisons que parmi ces jeunes femmes la première place revient aux représentantes des minorités ethniques et religieuses de l’Empire russes, telles que les Juives ou les Polonaises. En effet, bien que la Russie possédât un réseau relativement développé d’établissements d’enseignement supérieur destinés aux femmes, la part des étudiantes de confessions non-orthodoxes y était limitée à 5 %, voire 3 %. Par conséquent, les étudiantes de confession judaïque ou catholique préféraient accomplir leur cursus universitaire à l’étranger et rentrer au pays avec un diplôme leur permettant d’exercer une activité professionnelle. Pour des raisons évidentes, ce flux d’étudiantes de l’Europe de l’Est a été freiné par la Grande Guerre, alors qu’à la sortie du conflit la conjoncture des facteurs internationaux n’était plus favorable à leur retour dans les universités étrangères.

11Une autre tendance que nous pouvons déceler en observant ce graphique est une lente mais continuelle montée de la courbe des étudiantes suisses. En effet, à partir des années 1910, les écoles secondaires de jeunes filles commencent à proposer des filières menant au baccalauréat, requis pour accéder aux études supérieures. Des gymnases de jeunes filles sont créés dans certaines villes suisses, alors que quelques gymnases des cantons protestants commencent à accepter le principe de la mixité en s’ouvrant aux filles. Il n’est plus nécessaire de recourir aux coûteuses pratiques de l’instruction privée, comme auparavant, pour réussir les examens d’entrée à l’université. Formant seulement 13 % des effectifs féminins en 1910, les Suissesses commencent à rattraper leur retard et en constituent déjà plus de 60 % à la fin des années 1920. Les femmes ne représentent alors que 16 % du total des étudiants inscrits. Nous sommes face à un changement qualitatif de la composition des effectifs féminins des universités, changement caractérisé par le départ des étrangères et une progressive appropriation du savoir universitaire par les femmes suisses.

Réactions du milieu universitaire

12L’accueil réservé aux femmes par les étudiants et les professeurs en dit long sur les réactions provoquées par l’introduction de la coéducation. D’après quelques témoignages d’époque, il apparaît que les étudiantes trouvaient un accueil plus amical dans les facultés de médecine ou des sciences, où la vie de laboratoire favorisait les rapports de camaraderie. Ce sont par ailleurs les facultés sur lesquelles s’est porté le choix de la première vague d’étudiantes. Elles étaient près de 80 % à choisir ces filières lors des premières décennies qui ont suivi leur accès aux études supérieures. En règle générale, les professeurs manifestaient une attitude bienveillante à l’égard de ces jeunes femmes. Un professeur de physiologie de l’Université de Lausanne, Auguste Roud, affirmait quelques années après l’admission des femmes, que « les étudiantes, par l’exemple studieux qu’elles donnent, ont contribué à élever le niveau des études ». En 1906, le Recteur de l’Université de Genève, le professeur Bouvier, approuvait les femmes dans leur désir de s’instruire, car disait-il :

  • 5 Dies Academicus, 28 janvier 1907, p. 26.

Rien de plus respectable qu’une jeune fille qui veut se soumettre loyalement à la discipline scientifique et qui persévère. Une autre génération dira si les femmes ont eu raison de réclamer l’accès à toutes les carrières et de s’y essayer. Mais je ne vois pas qui aurait le droit à leur interdire cette courageuse expérience5.

13Mais les rapports entre les deux sexes n’étaient pas sans comporter quelques ambiguïtés. Par exemple, l’encombrement des auditoires et des laboratoires par un nombre élevé d’étudiantes suscitait parfois le mécontentement de leurs confrères. Lorsque le recteur de l’Université de Genève au moment de l’admission des femmes, le professeur Carl Vogt, s’enquiert à Zurich auprès d’un professeur de chimie au sujet de ses étudiantes, ce dernier exprime son entière satisfaction.

  • 6 Mémorial des séances du Grand Conseil genevois, 19 octobre 1872, p. 2401.

Il n’y a eu qu’une seule plainte – écrit-il – celle des étudiants qui se plaignent que les dames occupent les premières places dans l’auditoire et qu’ainsi ils ne peuvent pas profiter des cours comme ils l’auraient désiré6.

14Ce grief fut réitéré quelques années plus tard par le doyen de la faculté de médecine de l’aima mater genevoise dans les termes suivants :

  • 7 Cité par Ladislas Mysyrowicz, « Comment les femmes finirent par être admises dans les universités (...)

En tout cas il n’est pas désirable de voir le nombre d’étudiantes augmenter, car elles sont plus encombrantes, plus difficiles à satisfaire et, en général, les étudiants hommes les tolèrent mais ne les aiment pas, car elles veulent toujours prendre les meilleures places. Mon opinion est qu’il est bon de laisser les femmes étudier la médecine au point de vue de culture générale, mais je suis persuadé que dans cette carrière, elles ne rendront jamais un bien grand service à la société.7

15Cette vision pessimiste de la présence féminine aurait-elle été influencée par le nombre croissant d’étudiantes sur les bancs de la faculté de médecine, qui, une fois promues au rang de docteur, auraient pu commencer à concurrencer leurs confrères en occupant les meilleures places au-delà des auditoires universitaires, et notamment dans le monde du travail ?

16D’autres témoignages nous laissent supposer que l’introduction de la mixité était relativement bien acceptée par l’ensemble des étudiants. De nombreuses étudiantes ont rencontré leur futurs conjoints sur les bancs universitaires. La vie associative et culturelle au sein des universités était également propice aux contacts entre les deux sexes. Si les plus anciennes sociétés d’étudiants demeurèrent encore longtemps fermées au beau sexe, les sociétés nationales regroupaient les ressortissants des pays sans faire de distinction entre hommes et femmes. Il en était de même pour divers groupes de discussion et autres cercles réunissant les étudiants par intérêts communs. Certes, l’apparition massive de femmes dans les temples du savoir jusqu’alors masculins a fait basculer les traditions séculaires de l’instruction séparée. Cherchant à comprendre les raisons de cette ruée des dames vers les alma mater, certains esprits d’époque en proposaient des explications dotées d’une forte dose de sarcasme. Ainsi, un étudiant genevois écrit dans son article « Silhouettes d’étudiantes » publiée dans l’Almanach des étudiants en 1910 :

  • 8 Alamanach des étudiants, Genève, 1910. pp. 107-109.

Elles sont nombreuses, dans nos universités suisses, les femmes qui entreprennent des études. La diversité des types est grande : des jeunes, des vieilles, des jolies, des coquettes, des sauvages, des tendres, des ambitieuses, des folles, des sages, des cervelines, et aussi de pauvres petites bourgeoises pot-au-feu, qui se sont fourvoyées on ne sait comment8.

17Pour résumer, disons que la perception des femmes par les milieux universitaires subit une considérable évolution entre la fin du XIXe siècle et les années 1930. Les capacités intellectuelles de la femme et son aptitude aux études supérieures ne furent plus remises en question et le statut de l’étudiante fut progressivement reconnu par la société.

18Avant de conclure cet aperçu, soulignons une autre particularité de l’appropriation du savoir académique par les femmes. En effet, la Suisse ne se retrouve pas seulement parmi les pays pionniers de l’introduction du principe de la mixité dans les universités, mais joue également ce rôle en matière de mixité dans les professions de l’enseignement supérieur. Au vu du grand nombre d’étudiantes fréquentant les hautes écoles helvétiques au tournant du siècle, il n’est guère étonnant d’apprendre qu’à cette époque les femmes diplômées étaient déjà présentes parmi les assistants, chargés de cours, privat-docents et même professeurs de la plupart des alma mater suisses.

19Cette étude n’a visé qu’à mettre en évidence les principales caractéristiques de l’entrée des femmes dans le monde universitaire helvétique. La féminisation des universités suisses, dans sa phase initiale, a pour corollaire une large ouverture aux étudiantes étrangères. La demande de l’accès à l’enseignement supérieur émanant des femmes étrangères crée dans la plupart des cas le précédent débouchant ultérieurement sur l’officialisation du statut d’étudiante. Les universités imprégnées de l’esprit libéral réagissent favorablement à ces demandes et inscrivent l’égalité de l’admission dans leurs règlements. En outre, la présence d’étudiantes étrangères encourage de jeunes Suissesses à s’engager dans cette voie. Plus globalement, on peut affirmer que cette massive présence de femmes dans les hautes écoles helvétiques a exercé des influences sur les milieux favorables à l’instruction supérieure féminine dans les pays voisins. Si la Suisse s’est montrée en revanche particulièrement retardataire en matière de droits politiques féminins, en n’accordant le droit de vote aux femmes sur le plan fédéral qu’en 1972, c’est probablement en s’inspirant de l’exemple suisse que les autres universités européennes commencèrent au XXe siècle à admettre les femmes sur un pied d’égalité avec les hommes.

Notes

1 Les Universités de Bâle et de Fribourg ne font pas partie de ces statistiques, en raison de leur faible taux de féminisation.

2 Le Bulletin du Centre Pierre Léon, 2-3,1993, consacré à Julie Daubié, offre un excellent aperçu de la vie de cette pionnière et replace son œuvre dans le contexte socio-historique de l’époque.

3 Rappelons que l’année 1872 est en réalité la date de la transformation de l’ancienne Académie de Genève fondée par Calvin en 1559 en Université, suite à la création de la faculté de médecine.

4 Pour de plus amples renseignements sur cette question se référer à mon article « Les étudiantes russes dans les universités suisses à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle : les raisons d’un choix » in Les Femmes dans la société européenne. Société d’histoire et d’archéologie de Genève, 2000.

5 Dies Academicus, 28 janvier 1907, p. 26.

6 Mémorial des séances du Grand Conseil genevois, 19 octobre 1872, p. 2401.

7 Cité par Ladislas Mysyrowicz, « Comment les femmes finirent par être admises dans les universités suisses », in Construire, 29 octobre 1969.

8 Alamanach des étudiants, Genève, 1910. pp. 107-109.

Auteur

Assistante, département d’Histoire économique et sociale, université de Genève

© Presses universitaires de Lyon, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540