Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

École et mixités

 | 
Annik Houel
, 
Michelle Zancarini-Fournel

Enquête sur les parcours scolaires et les parcours sociaux des élèves inscrites dans les années 1930 au cours supérieur et au cours complémentaire du parc Chabrières d’Oullins

Educational Development and Social Development at the « École Primaire Supérieure » of Oullins in the Interwar Period

Jean Castets

Résumé

Jean Castets nous montre, à partir du travail qu’il a fait sur les parcours des jeunes femmes d’une école supérieure au début du XXe siècle, combien est toute relative l’égalité, principe fondateur de la IIIe République, qui a pourtant mis en œuvre l’école gratuite, laïque et obligatoire, pour les garçons comme pour les filles, à la fin du XIXe siècle.

Using his work on the developments of girls in a higher primary school at the beginning of the XXth century, Jean Castets demonstrates how relative equality was, although equality had been the founding principle of the IIIrd Republic which fostered free, compulsory, nondenominational public education, for boys as well as for girls, at the end of the XIXth century.

Texte intégral

  • 1 Cf. La mise au point de Margaret Maruani, Travail et emploi des femmes, Paris, La Découverte, 2000

1Un inégal accès aux différentes filières d’enseignement et une inégale valorisation professionnelle des diplômes séparent encore de nos jours filles et garçons, au détriment des filles comme on le sait1. La mise en perspective historique de ces inégalités, de leurs constructions, peut aider à les réduire en les dénaturalisant. C’est dans cet esprit que nous avons entamé au cours de l’année scolaire 1999-2000 une enquête qui a pour objectif d’étudier, sur la longue durée – le XXe siècle – et dans un cadre circonscrit, les formes de scolarisation et les trajectoires sociales des filles et garçons ayant fréquenté les établissements scolaires qui se sont succédé au Parc Chabrières. Un deuxième problème a aussitôt surgi, celui de la valeur accordée à la certification scolaire – plus largement au bagage scolaire – sur les marchés du travail. Il sera ici question de ces deux problèmes ; sous des angles différents du fait des sources mobilisées à ce jour.

2Le hasard de la conservation des archives livre des listes d’élèves inscrites au cours supérieur et au cours élémentaire dans les années 1930. De telles listes n’ont pas été retrouvées pour les garçons. La mise en œuvre d’une démarche comparative demandera d’inventer d’autres sources. On ne peut aborder le premier problème posé que sous l’angle des institutions et des justifications de leurs agents. L’étude croisée des parcours scolaires et des parcours sociaux concerne ici la seule cohorte des élèves inscrites au cours supérieur (deuxième année) en 1934. Les archives du LEGT Parc Chabrières conservent les registres matricules d’élèves inscrites entre 1931 et 1938, aussi un livret sanitaire répertoriant celles ayant subi des visites médicales en décembre 1936 et mai 1937. Les témoignages d’anciennes élèves et des données chiffrées éparses nous assurent que ne figure sur les listes qu’une partie des élèves effectivement inscrites de 1931 à 1933, et en 1938. En revanche, le livret sanitaire permet d’établir quelles sont les élèves inscrites de 1931 à 1936 encore présentes durant l’année scolaire 1936-37. La cohorte de 1934 est donc celle, complète, dont nous pouvons le moins mal établir les parcours scolaires.

  • 2 Cette rapide vue d’ensemble est tributaire de J.-P. Briand et J.-M. Chapoulie, Les Collèges du Peu (...)

3La scolarisation prolongée des filles s’inscrit dans un mouvement général de longue durée2. Contrairement à une idée reçue, le processus d’allongement de la scolarité n’a pas démarré ex nihilo avec l’explosion scolaire de la seconde moitié du XXe siècle, mais a été engagé sous la IIIe République. La croissance de la scolarité post-obligatoire (des filles et des garçons) fut en grande partie assurée par l’enseignement primaire supérieur (Écoles Primaires Supérieures autonomes et Cours Complémentaires rattachés à une École Élémentaire) bien que l’enseignement secondaire fût devenu progressivement gratuit à partir de 1930. L’augmentation des effectifs se fait donc par les deux principaux canaux institutionnels existant alors. Leur finalité diffère. L’enseignement secondaire prépare au baccalauréat, porte d’entrée dans l’enseignement supérieur. L’enseignement primaire supérieur prépare aux brevets, qui ne donnent pas accès à l’Université. Les deux systèmes d’enseignement n’ont pas le même recrutement. Selon une expression d’époque, reprise par Briand et Chapoulie, les établissements d’enseignement primaire supérieur sont les collèges du peuple.

4Institutionnellement – au moins après 1920 – ce furent les C.C. plus encore que les EPS qui servirent de support à la prolongation de la scolarité. En 1937, l’inspecteur académique du Rhône juge que :

[...] certains... suppléent dans une certaine mesure les EPS défaillantes pour insuffisance de locaux et s’attachent à la culture générale et à la préparation aux examens, d’autres s’efforcent simplement de faire de la prolongation de scolarité intéressante et utile.

5En fait leur souplesse leur permet souvent de faire les deux. Jointe à un réseau d’établissements plus diffus, elle rend raison de leurs succès qui n’attend pas la prolongation de la scolarité obligatoire (portée de 13 à 14 ans en 1936). Encore faut-il souligner que l’hétérogénéité des niveaux scolaires et la diversité des attentes parentales poussent à la mise en œuvre d’enseignements pratiques et professionnels dans le cadre primaire.

6La scolarisation élémentaire des filles fait jeu égal avec celle des garçons quand sont instaurées les lois scolaires fondatrices de la IIIe République (1880-1884). En matière de scolarisation prolongée, les filles comblent progressivement leur retard dans la première moitié du XXe siècle.

L’enseignement primaire supérieur a joué un rôle particulièrement significatif... (trois fois moins important que celui des garçons en 1890, leur taux d’accès à cet enseignement est légèrement supérieur à celui des garçons en 1934).

  • 3 Cf. Sylvie Zerner, « De la couture aux presses : l’emploi féminin entre les deux guerres », Le Mou (...)
  • 4 Cf. Delphine Gardey, Un monde en mutation. Les employés de bureau en France, 1890-1930, féminisati (...)
  • 5 Cf. Mathilde Dubesset et Michelle Zancarini-Fournel, Parcours de femmes. Réalités et représentatio (...)
  • 6 Cf. Perrine Gallice, « Travail de femmes et politique sociale : Berliet, années 50-60 », Bulletin (...)

7Le fait que les filles aient toujours été plus nombreuses que les garçons à le fréquenter dans l’entre-deux-guerres donne un intérêt particulier à cette forme scolaire. D’autant plus qu’à cette époque la distribution des emplois féminins connaît d’importantes évolutions : déclin des « petits métiers » et augmentation du travail industriel des femmes, plus vive pour les employées que pour les ouvrières. L’afflux des femmes dans les bureaux est une grande caractéristique de l’époque où l’organisation scientifique du travail (OST) y multiplie les emplois. En même temps, amorcée avant le Grande Guerre, la croissance de l’emploi des femmes dans les services et les administrations se poursuit3. Spontanément on est amené à relier la progression du niveau d’instruction générale des femmes à la croissance du nombre des employées et à l’interpréter unilatéralement en terme de promotion. Mais on sait que la fonction d’employé est dévalorisée en même temps qu’elle est féminisée4. D’autre part les travaux existants divergent sur la valeur accordée par les employeurs à la certification scolaire (niveau d’étude, diplômes...). Ainsi une étude sur le personnel féminin de la société Casino de St-Étienne souligne l’importance de la scolarité post-obligatoire comme critère de recrutement des employés de bureau5. Inversement, « pour être employée de bureau chez Renault (à Paris) dans les années 1920 il n’est pas nécessaire d’avoir une instruction très développée ». Plus près de nous en 1961, chez Berliet, à Lyon et Vénissieux, 87 % des sténo-dactylographes et dactylographes sont munies du seul C.E.P, 80 % n’ont reçu aucune formation professionnelle avant l’embauche6.

8Commune de la banlieue méridionale de Lyon, Oullins est dans l’entre-deux guerres une ville ouvrière dont la croissance démographique a été tirée – dès la seconde moitié du XXe siècle – par les ateliers ferroviaires du PLM. L’emploi féminin sera toujours très minoritaire au PLM et, malgré l’existence d’ateliers de tissage et de confection, d’une unité de parfumerie/pharmacie, etc., l’offre d’emplois salariés faite aux femmes est très inférieure à celle faite aux hommes. Cela dit, il est évident que le bassin d’emploi féminin n’épouse pas les contours des limites communales et que l’agglomération lyonnaise offre des débouchés beaucoup plus larges.

  • 7 L’ensemble de ce développement s’appuie sur les délibérations du Conseil Municipal d’Oullins (A.M. (...)

9Les municipalités socialistes qui gèrent la commune dans la première moitié du XXe siècle ont, conformément à la doctrine républicaine, encouragé et financé le développement de l’équipement scolaire7. Ainsi, cohérente avec elle-même (elle vote en 1902 des félicitations au ministère Combes qui mène le combat pour la laïcité), la municipalité fait face à la surabondance d’élèves consécutive aux lois interdisant l’enseignement aux congrégations religieuses (loi de 1901 et de 1904). La création du C.C. de garçons (1900-1902) et du C.C. de filles (1907) n’est pas une conséquence de ces lois. Elle résulte, dans les deux cas, de l’insuffisance de places offertes par les EPS lyonnaises.

10Si le décalage temporel entre les deux créations n’est pas très significatif, en revanche les justifications avancées par le conseil municipal diffèrent sensiblement, hors la même évocation de la défaillance des EPS lyonnaises. Pour les filles sont mis an avant les risques d’accidents dus à l’usage des tramways et les frais de transport. Pour les garçons, ce sont l’efficacité et la rentabilité de l’enseignement primaire supérieur suivi à Lyon qui sont mis en cause. Du fait de la coupure d’avec leurs instituteurs de l’école élémentaire, il résulterait que :

[...] trop souvent les enfants interrompent la période triennale dès la fin de la première année, ou que, s’ils continuent jusqu’à la fin, ils n’aboutissent qu’à grossir le nombre de fruits secs, à gaspiller un temps précieux, et à dépenser inutilement les modestes revenus de leurs parents.

11Dès 1902, quand est officialisé le C.C. de garçons existant depuis 1900, un atelier de travail manuel lui est annexé et la municipalité l’équipera à ses frais en outillage de menuiserie et d’ajustage. La même année, et à moindre frais, la commune subventionne une œuvre post-scolaire, l’Ouvroir Municipal de Jeunes Filles, qui a pour but :

[...] d’enseigner pratiquement les travaux de couture qui sont plus tard d’un grand secours à la jeune fille, et de venir en aide... aux pauvres auxquels sont consacrés les objets confectionnés.

12Certes l’apprentissage de la couture peut avoir une finalité professionnelle, mais il prépare de futures épouses et mères aux travaux domestiques qui leur sont assignés. C’est l’occasion d’enseigner la charité si « naturellement féminine ». La création du C.C. de filles en 1907 ne change pas la donne. L’enseignement pratique dispensé est, hors la couture, un enseignement ménager (cuisine). La représentation imagée des écoles souligne la distinction entre garçons et filles. Dans les monographies des écoles du canton, réalisées à la veille de la Grande Guerre par les instituteurs et institutrices, cinq photographies mettent en scène de grandes élèves d’Oullins. Trois montrent des leçons de broderie, couture, tapisserie dans le cadre de l’Ouvroir, une autre une séance d’enseignement ménager, une dernière une leçon de sciences. La seule photographie mettant en scène de grands élèves est prise dans l’atelier de travail manuel. On ne saurait mieux exprimer et le souci des enseignements pratiques et les spécialisations sexuées. Pour autant ce ne sont que des images et les pratiques scolaires effectives restent à établir. Au moins sait-on que la municipalité a eu du mal à faire accepter par les institutrices la prise en charge de l’ouvroir municipal. Six sur huit d’entre elles s’attirent un rapport verbal à l’inspection académique pour avoir « montré de la résistance » lors de sa création. En 1906 une institutrice-adjointe refuse le service de l’ouvroir. En 1918 la rémunération de ce service crée un différend entre les institutrices et le conseil municipal. Il est probable que l’astreinte à une œuvre post-scolaire suffise à créer une tension, mais il est possible que sa nature même soit en cause. Toujours est-il que si la question de l’enseignement ménager revient sur le tapis en 1928 et en 1938 à l’initiative de l’inspection académique, aucune des anciennes élèves interrogées ne se souvient avoir reçu cet enseignement. Pourtant la question de l’enseignement pratique et professionnel des filles dans les années 1920 est une source de friction entre la directrice du C.C. et le maire. Sont en débat l’emploi d’une troisième institutrice-adjointe (1924) et l’aménagement des locaux pour le cours commercial (1925). Ébauché en 1919, celui-ci a été progressivement équipé de machines à écrire (il en aura 8 en 1931), mais n’a pas obtenu de reconnaissance institutionnelle. Dans l’esprit de la directrice ce cours s’adresserait aux élèves ayant suivi le C.C. et éventuellement obtenu le brevet élémentaire. Si le maire finit par accepter la création d’emploi demandée – appuyée par l’inspection académique-il juge la directrice trop gourmande. C’est que dans le même temps la municipalité finance la construction d’un nouvel atelier de travail manuel au C.C. de garçons et l’achat de machines-outils « en prévision de la transformation de cet atelier en École Pratique d’industrie ». Priorité est donc donnée à 1ΈΡΙ effectivement créée en 1927-1928, alors que le cours commercial ne sera officialisé qu’en 1938. À cette date, il est mis en parallèle avec un atelier-école destiné aux garçons moins « doués » intellectuellement et qui ne peuvent être dirigés vers le C.C. ou 1Έ.Ρ.Ι. Il n’y aura donc pas localement d’enseignement technique de même niveau pour les filles et les garçons.

13Il reste à établir quelle valorisation professionnelle les garçons feront de leur passage au C.C. et à 1Έ.Ρ.Ι. Dans tous les cas, il est notable que le développement de l’enseignement technique associe sans heurt les instituteurs et la municipalité ; et aussi d’une manière moins harmonieuse – que nous ne faisons encore qu’entrevoir – l’entreprise PLM. Les instituteurs ont pu passer un compromis dynamique avec la municipalité qui fera en sorte que, jusqu’à la seconde guerre mondiale, cet enseignement soit sous la direction d’enseignants du cadre primaire. Que l’enseignement technique féminin n’ait pas reçu pareil soutien ne peut s’expliquer par la seule force des préjugés d’une municipalité toute masculine. On sait aussi que le mouvement ouvrier ne s’est jamais distingué par un féminisme débridé. Mais surtout, nous semble-t-il, l’instruction publique subit la concurrence d’établissements privés bien établis, tel le cours Pigier dont les formations courtes et toutes pratiques paraissent appréciées des employeurs qui s’adressent à elles pour recruter leur personnel de bureau. D’autre part les emplois de responsabilité, pour lesquels en toute hypothèse le rôle de la certification scolaire s’accroît, sont peu ouverts aux femmes. On retiendra comme hypothèse provisoire que la municipalité et l’Instruction Publique, malgré les efforts de certains de ses agents féminins, reproduisent l’ordre social sexué existant.

14L’installation dans les locaux du Parc Chabrières permet d’accueillir un plus grand nombre d’élèves : de 109 en 1927 les effectifs du cours supérieur deuxième année et du cours complémentaire de filles passent à 191 en 1937. Pour la cohorte retenue ici leurs parcours scolaires peuvent être appréciés à partir des indicateurs suivants :

  • durée des études : évaluée par la mise en correspondance des registres matricules et du livret sanitaire de l’école ;
  • résultats aux examens : C.E.P, B.E et B.E.P.S, B.S (ce dernier préparé dans les EPS lyonnaises) grâce aux procès-verbaux conservés par l’inspection académique.

15La composition exacte du cours commercial reste inconnue à ce jour (la recherche de photographies de groupe par d’anciennes élèves devrait permettre de l’établir). Sont aussi inconnus, sauf cas d’espèce, les résultats aux examens techniques organisés localement à partir de 1939, date de l’officialisation du cours.

16Si elle permet de souligner le projet de construire les trajectoires socio-professionnelles des élèves par une démarche de type prosopographique, l’expression « parcours sociaux » est encore un habit bien large. Le recours aux recensements quinquennaux de 1931 et 1936 (AMO et ADR) et aux actes de l’état-civil ne permet qu’une appréciation grossière des destinées sociales. Encore serait-il nécessaire de consulter les recensements et les listes électorales postérieurs à la guerre pour évaluer la mobilité d’emploi et d’éventuelles carrières professionnelles grâce à un suivi longitudinal des individus. L’enquête orale, entamée auprès d’anciennes élèves (8), devrait permettre, élargie, de donner chair à des silhouettes encore souvent floues. Il faudrait aussi explorer les possibilités offertes par les archives d’entreprises et d’administrations. Le flou des dénominations professionnelles, fréquent dans les sources administratives, conduit à laisser dans l’ombre les trajectoires professionnelles effectives. Qu’est vraiment une employée dont on ne connaît ni la tâche, ni le salaire, ni souvent même l’employeur ? En l’état on peut cependant établir à grands traits certains rapports entre trajectoires scolaires et parcours sociaux, mettre en évidence la complexité des questions qu’ils soulèvent.

1769 élèves intègrent le cours supérieur seconde année en 1934. Leurs origines sociales sont relativement homogènes. Pour 64 sur lesquelles est possédée une indication de situation professionnelle du père, 48 sont filles d’ouvriers et d’employés – en particulier du PLM-, quatre d’employés des postes ou d’une collectivité locale, onze d’artisans et boutiquiers, une d’agriculteur. Ce sont, sans surprise, des enfants des classes populaires. Rares sont les mères recensées comme ayant un emploi salarié. 6 sur 7 apparaissent sans emploi du tout. Pour autant les témoignages font état de travaux à façon, de ménage, que le recensement ignore. Ce n’est pas la charge des enfants qui justifierait cette ignorance. Les trois quarts des foyers comptent un ou deux enfants. Enfin peut-on relever que socialement homogène le recrutement laisse peu de place aux filles d’origine étrangère. Elles ne sont que trois.

18Le recrutement scolaire apparaît, lui, composite. Presque la moitié de celles dont les résultats au C.E.P sont connus n’ont pas eu de mention. Si des témoignages incitent à valoriser l’intervention des institutrices des écoles d’origine dans l’inscription au cours supérieur, les chiffres conduisent à ne pas y voir une règle. Il est possible que les institutrices poussent des élèves de l’école élémentaire à s’inscrire malgré leurs résultats médiocres. Nous n’en avons pas de témoignages. En revanche il paraît certain qu’un nombre appréciable de parents devancent la législation sur la prolongation de la scolarité obligatoire, portée à 16 ans en 1936. Il n’y a que la moitié des inscrites, nées en 1922, pour être encore soumises à l’obligation scolaire. Dix élèves, nées entre 1918 et 1920, ont 14 ans révolus ou plus. Peut-être la conjoncture économique déprimée joue-t-elle un rôle. Pour autant la prolongation de la scolarité au-delà du C.E.P reste minoritaire. Seulement 4 sur 10 des lauréates ayant passé leur examen au centre d’Oullins sont inscrites au cours supérieur deuxième année du Parc Chabrières en 1934.

19Les trajectoires scolaires ne sont pas indépendantes de l’âge à l’inscription. Presque toutes celles ayant 14 ans et plus (9) abandonnent en cours d’études sans qu’on puisse en préciser le moment exact. Aucune n’a eu de mention au C.E.P. En revanche il n’existe pas de différences sensibles de résultats au C.E.P entre celles nées en 1921 et 1922, qu’elles figurent ou non sur le livret sanitaire en 1936-1937. Globalement plus de la moitié des élèves (37 sur 69) n’y apparaissent pas. Il est possible que quelques unes poursuivent ailleurs leur scolarité, (quatre d’entre elles passent le BE dont trois avec succès), mais très majoritairement elles l’ont certainement interrompue. Les indicateurs de situation professionnelle recueillis (pour 18 d’entre elles) conduisent à les séparer en deux groupes : celui des employées de bureau (secrétaire, sténo-dactylographe, dactylographe, employée de bureau) et celui des ouvrières ou travailleuses à façon (apprentie-couturière, couturière, modiste, coiffeuse, mécanicienne, ouvrière). Encore une couturière de 15 ans au recensement de 1936 est-elle sténo-dactylographe à son mariage en 1942.

20Les élèves présentes en 1936-37 sont susceptibles cette année scolaire là soit d’être en seconde année de C.C, soit de fréquenter le cours commercial. Une moitié (17 sur 32) présenteront le Brevet élémentaire, et éventuellement le B.E.P.S, et l’obtiendront à l’issue de trois ou quatre années de C.C. Neuf gagneront les E.P.S lyonnaises. Celles d’entre elles situées professionnellement le sont comme institutrice (3) employée d’administration (1), secrétaire (2), employée (1). Huit sont simplement brevetées et apparaissent comme professeur (1), employée aux P.T.T ou aux Chèques Postaux (3), employée à Radio-Lyon (1), cultivatrice (1).

21Quinze ne passent pas le brevet. On en retrouve deux secrétaires, deux sténo-dactylographes, une dactylo-mécanographe, une dactylo, une employée de banque, une employée, une ouvrière d’usine.

22La hiérarchie scolaire semble déterminer une certaine hiérarchie des emplois qu’on pourrait schématiser ainsi :

Diplôme

Emploi

B.S (E.P.S)

Institutrice

B.E (C.C. complet)

employée aux PTT

C.A.P (C Cial)

sténo-dactylographe

C.E.P

couturière

  • 8 Nous utilisons ici la notion forgée par Luc Boltanski et Ève Chiapello qui l’oppose à la notion d’ (...)

23Mais la relation construite ici entre bagage scolaire et emploi est exagérée. Si la poursuite d’études au C.C. paraît assurer l’accès à un emploi de bureau, elle n’en est pas pour autant une condition nécessaire. D’ailleurs, en dehors de celui des institutrices, aucun des témoignages recueillis n’établit de rapport contraignant entre diplôme et accès à un emploi. En revanche plusieurs soulignent le recours à des cours professionnels privés, comme le cours Pigier, pour se placer grâce à une formation « toute pratique ». On sait que ce n’est que dans la seconde moitié du XXe siècle que l’institution scolaire, agent de l’État-Providence, fera progressivement reconnaître comme « épreuves légitimes8 » les formations qu’elle dispense.

  • 9 AD.R.1T2277. Archives de l’inspecteur de l’enseignement technique Dupin.

24Ce qui nous intéresse ici est de mettre en lumière le poids défavorable aux filles du contexte institutionnel local, celui d’une banlieue ouvrière, car il est probablement généralisable. Jusqu’à la rentrée de 1938 ce cours n’est sanctionné par aucun examen. C’est seulement en juin 1939 qu’est organisé un examen pour l’obtention du « certificat complémentaire d’études commerciales »9. Le C.C. lyonnais de l’avenue du Château prépare en 1938 au C.A.P. d’aide-comptable et à celui de sténo-dactylographe

[...] que des jeunes filles sont admises à subir bien qu’elles ne soient pas dans les conditions requises (elles ont même eu l’autorisation de passer ce C.A.P. après une seule année d’entraînement). Les élèves sont placées par le soin des professeurs chez les commerçants et les industriels de la ville.

25C’est que le C.C. a fait le choix et a eu les moyens d’une professionnalisation effective en se soumettant aux exigences des employeurs pour qui compte avant tout la vitesse à la machine à écrire. Le C.C. oullinois de jeunes filles reste, jusqu’à la veille de la guerre, entre deux eaux. D’où le recours aux cours privés.

26L’étude, en cours, des trajectoires scolaires et des destinées socio-professionnelles des garçons scolarisés permettra de savoir ce qu’il en est de la valorisation professionnelle de leurs études. Reste que dès la création de 1Έ.Ρ.Ι. un dispositif d’épreuves légitimes est mis en place. Mettre au compte du hasard ou d’un simple retard qu’il n’en aille pas de même pour les filles serait faire preuve d’angélisme. Comme on sait les anges n’ont pas de sexe.

Notes

1 Cf. La mise au point de Margaret Maruani, Travail et emploi des femmes, Paris, La Découverte, 2000.

2 Cette rapide vue d’ensemble est tributaire de J.-P. Briand et J.-M. Chapoulie, Les Collèges du Peuple : l’enseignement primaire et le développement de la scolarité sous la IIIe Rupublique, Paris, INRP/CNRS/ENS, 1992. Les textes cités en sont extraits.

3 Cf. Sylvie Zerner, « De la couture aux presses : l’emploi féminin entre les deux guerres », Le Mouvement Social, 1987, no 140, pp. 9-26.

4 Cf. Delphine Gardey, Un monde en mutation. Les employés de bureau en France, 1890-1930, féminisation, mécanisation, rationalisation, Thèse d’histoire Paris 7, 1995.

5 Cf. Mathilde Dubesset et Michelle Zancarini-Fournel, Parcours de femmes. Réalités et représentations St-Étienne : 1880-1950, Thèse d’histoire Lyon 2, 1988.Version abrégée publiée aux PUL sous le même titre en 1993.

6 Cf. Perrine Gallice, « Travail de femmes et politique sociale : Berliet, années 50-60 », Bulletin du Centre Pierre Léon, 1996, no 1-2. pp. 59-77.

7 L’ensemble de ce développement s’appuie sur les délibérations du Conseil Municipal d’Oullins (A.M.O).

8 Nous utilisons ici la notion forgée par Luc Boltanski et Ève Chiapello qui l’oppose à la notion d’épreuve de forces. Cf. Le nouvel esprit du capitalisme, Gallimard, 1999, pp. 73-76.

9 AD.R.1T2277. Archives de l’inspecteur de l’enseignement technique Dupin.

Auteur

Docteur en Histoire, professeur agrégé d’histoire au lycée d’Oullins

© Presses universitaires de Lyon, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540