Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

École et mixités

 | 
Annik Houel
, 
Michelle Zancarini-Fournel

Introduction

Annik Houel

Texte intégral

1Un rapide rappel historique nous a semblé nécessaire pour comprendre comment se pose en France cette question de la mixité, question à laquelle d’autres pays occidentaux ont pu répondre différemment, et pour introduire les recherches qui sont présentées dans ce recueil. Le choix français est celui d’une stratégie mixte donc, intégrationniste pour reprendre les termes de Nicole Mosconi (dans un ouvrage collectif Égalité des sexes en éducation et formation ; 1998) qui oppose cette stratégie à une stratégie séparatiste qu’elle dit identitaire, plus présente dans les pays anglo-saxons en particulier. On peut comprendre ce choix si on le resitue dans le contexte plus général de la démocratie « à la française », caractérisée par l’attachement aux acquis de la Révolution de 1789, du principe de l’égalité entre tous les êtres humains. Égalité face à laquelle certes tout le monde n’a pas les mêmes chances, on le sait bien, et nous avons voulu également prendre en compte cet aspect de l’inégalité avec la question des mixités socio-culturelles, d’où le S de mixités, qui n’est pas une erreur ! Cette question ouvre donc le propos, avec Claude Zaidman qui nous parle de cette autre mixité, celle qui se joue en interaction avec la mixité sexuelle, la mixité socio-culturelle, en particulier avec l’exemple des enfants issus de l’immigration, et de l’usage différencié suivant les sexes que les enseignants, et nous tous peut-être, font de ces enjeux culturels.

2Quoi qu’il en soit, cette égalité, principe fondateur de la République, fait que la iiie République, à la fin du xixe siècle, met en œuvre l’école gratuite, laïque et obligatoire, pour les garçons comme pour les filles (1881-82). Jean Castets nous montre, à partir du travail qu’il a fait sur les parcours des jeunes femmes d’une école supérieure au début du xxE siècle, que cette égalité est toute relative, alors que Natalia Tikhonov nous présente l’aspect pionnier des universités suisses en ce domaine, puisque la mixité est à l’œuvre dans ce pays dès les années 1870.

3La mixité, relativement tardive donc en France, est le fruit de la libéralisation des mœurs qui balaye le monde occidental dans les années 1960-70 et qui produit, entre autres bien sûr, le mouvement des femmes. Mais la mixité, en œuvre depuis 1957, n’est instaurée officiellement dans les textes français qu’en 1976, paradoxalement au moment même où dans le mouvement féministe français, à l’instar des autres mouvements féministes occidentaux, la mixité est remise en question, à travers la prise de conscience des effets de la domination, en particulier par la parole, des hommes sur les femmes.

4Cela aboutit à la non mixité du mouvement féministe, la non mixité étant posée comme une condition sine qua non de l’émergence de la parole pour les femmes. Les prémisses de la remise en question de la mixité se font donc sur le terrain, dans la pratique, mais sont évidemment concomittants, et en lien, avec tout un bouillonnement intellectuel qui va se théoriser les années suivantes dans le concept de genre, traduction du gender américain. Terme qui veut signifier, par rapport au mot sexe, la part de construction sociale dans la définition des sexes. Les sciences sociales sont donc les premières concernées, et c’est au sein de la sociologie et de l’histoire qu’on trouve en France les premiers travaux. Les choses sont dès lors posées en termes de rapports sociaux de sexe, c’est-à-dire d’une analyse des rapports de pouvoir entre ces deux groupes sociaux que sont les hommes et les femmes, analyse qui aboutit rapidement à l’idée de domination et donc, à partir de là, à l’étude des effets de cette domination d’un groupe de sexe sur l’autre. Précisons, sait-on jamais, que le groupe repéré comme dominant est celui des hommes.

5L’école est un des lieux d’observation privilégié de ces effets de domination, un lieu où l’on peut observer facilement, et clairement, la gestion sociale de cette différence entre les sexes. Même si elle n’en est pas la productrice directement, l’école apparaît comme un lieu de reproduction des stéréotypes sur les sexes, une sorte de caisse de résonnance particulièrement efficace même, comme les nombreuses analyses des stéréotypes dans les livres scolaires ont pu le montrer, dans les différents pays francophones en tout cas. Avec l’arrivée des sciences de l’Éducation dans ce domaine, on assiste à toute une série de travaux qui ont permis la mise en évidence de la meilleure réussite scolaire des filles, au-delà des différences socio-économiques, réussite due à un « effet-école » qui leur serait spécifiquement bénéfique. Puis viendra la constatation qu’il s’agit en fait d’une fausse réussite scolaire, c’est-à-dire une réussite non exploitée par les filles, ce qui peut s’expliquer à un niveau individuel, sans exclure les explications macrosociologiques du côté de l’orientation et de la formation bien sûr, par une stratégie d’« anticipation raisonnable » comme la qualifie Marie Duru-Bellat (L’Emploi des femmes ; 1993). Nathalie Bosse nous donne à voir combien le quotidien est difficile pour les filles qui n’ont pas fait ce choix « raisonnable » en s’inscrivant dans un lycée professionnel à majorité masculine, et qui se trouvent en butte à une agressivité particulièrement violente. C’est ce genre de constatations qui ont débouché sur une mise en question de la mixité, sans être d’ailleurs pour autant forcément une remise en question, cette fois-ci avec l’apport de la Psychologie, en particulier de la Psychologie sociale. On voit, et c’est une parenthèse, combien cette question du genre nécessite une interdisciplinarité particulièrement féconde et en tant que telle une ouverture européenne, dans la mesure où les disciplines sont souvent moins cloisonnées qu’en France ou du moins suivant d’autres lignes de partage.

6En psychologie donc, les travaux novateurs sur la catégorisation de sexe de Marie-Claude Hurtig et Marie-France Pichevin en particulier, c’est-à-dire sur les effets différentiels du poids asymétrique de la catégorie de sexe sur chacun des deux groupes hommes ou femmes, en termes de perception de soi, mais aussi de sentiment d’appartenance à un groupe, ont ouvert une série de travaux sur les relations intergroupes et les relations de pouvoir, dans le cadre de la mixité à l’école (cf. les travaux d’Annick Durand-Delvigne qui le montre dès 1990 même dans des situations d’innovation pédagogique pourtant égalitariste) C’est dans cette lignée que se font les recherches qu’effectue Christine Morin, à l’IUFM de Lyon, avec l’exemple des mathématiques. Les mathématiques sont en effet l’exemple type des enjeux de la mixité dans la mesure où les garçons y sont réputés meilleurs, et c’est là où l’on voit le mieux la façon dont les filles peuvent se sous-estimer, s’interdire de penser et bien sûr d’intervenir.

7C’est de cet ensemble d’approches pluridisciplinaires qu’a émergé la constatation que la mixité profite aux garçons, ou du moins, et c’est là toute la relativité de la question, défavorise les filles par rapport à une situation de non-mixité, où elles seraient plus performantes, et qui a conduit certains pays à remettre en place des structures non mixtes pour les filles. En 1992, une douzaine d’États américains créent des établissements ou des classes séparées pour les filles. En France, la question a évolué plutôt vers la nécessité de s’interroger de façon plus approfondie sur le mode de fonctionnement de cette mixité, en particulier du côté des enseignants. On connaissait les effets d’attente, on s’interroge maintenant sur le traitement asymétrique des sexes de leur part.

8Des travaux surtout anglo-saxons ont prouvé que les professeurs, hommes et femmes, donnaient spontanément plus souvent la parole aux garçons qu’aux filles. En France, Claude Zaidman a montré dans le cadre de l’école laïque républicaine (La Mixité à l’école primaire ; 1996) comment les enseignants mettent en œuvre des stratégies qui vont utiliser la différence des sexes en instrumentalisant les filles pour maintenir l’ordre dans la classe, au détriment de la communication entre les enfants, et en courant le risque de déclencher l’agressivité des garçons contre les filles. Comme on le voit, la question de la mixité est en travail, sans forcément obliger à des choix définitifs, d’autant plus que les derniers travaux américains s’interrogent maintenant sur le bien fondé de cette nouvelle non mixité : il semble que ce qui compte avant tout est la qualité de l’enseignement et la taille de la classe.

9Tous ces travaux sont riches d’enseignement pour ceux qui se soucient de ces questions dans les IUFM : c’est le propos de Jean-Paul Filiod qui centre sa recherche sur ces futurs professeurs des écoles, hommes et femmes, que sont les élèves de l’IUFM de Lyon. Jeanne Fine conclut en nous dressant le bilan, au niveau national, des solutions possibles dans cette voie capitale de la formation des enseignants.

Auteur

Professeur en Psychologie, Institut de Psychologie, Lyon 2

© Presses universitaires de Lyon, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540