Version classiqueVersion mobile

La Ville des expiations

 | 
Pierre-Simon Ballanche

La Ville des Expiations

Livre sixième

Texte intégral

I

  • 101 Le mot conserve ici la force de son sens premier, qui était physiologique et désignait, selon Litt (...)

1Lorsque le temps de l’expiation est accompli pour un néophyte, et qu’il désire rentrer dans le monde, cet heureux événement est annoncé en ces termes dans tous les hameaux : « Un néophyte, un de nos frères, est sur le point de rentrer dans le monde. Mes frères, priez pour le pauvre navigateur lancé de nouveau sur la mer orageuse. Il était si bien dans le port ! Puisse néanmoins, par lui, la bonne renommée de la Ville des Expiations s’étendre de plus en plus ! Nous conserverons avec lui, quoique absent, la touchante confraternité qui nous a unis ; nous ne briserons point notre sympathie 101 de prières et nous serons encore avec lui devant le Dieu du ciel et de la terre, le Dieu qui nous forma tous de la même argile, pour rendre la perfection accessible à tous. »

2Ensuite se fait la cérémonie de l’émancipation en présence des autorités, et l’on parle en ces mots au néophyte émancipé :

3« Mon frère, vous allez rentrer dans le monde avec le nom que vous aviez dans le monde. Mais en reprenant votre nom, travaillez à le glorifier, comme vous avez sanctifié celui que vous laissez ici, et qui y restera toujours en vénération. Mon frère, vous avez encouru, ou vous avez voulu, par des motifs élevés, paraître avoir encouru la mort civile, image de la mort réelle, que la société jadis infligeait comme un châtiment, image aussi de la mort à laquelle nous sommes tous condamnés. Vos biens ont été administrés par une tutelle paternelle. Soyez pour votre famille un sujet de joie et non point un sujet de trouble. Songez, mon frère, aux écueils que vous allez rencontrer. Gardez précieusement une longue mémoire de la ville où vous laissez de si précieux souvenirs. Vous l’avez traversée comme un voyageur, vous y avez vécu sous la tente. Nous sommes tous voyageurs sur la terre. Vous n’avez pu contracter que des amitiés qu’il fallait rompre à chaque instant, et qui avaient à peine le temps de commencer. Eh ! que sont en effet les amitiés de la terre ? Mais ces liaisons fortuites, destinées à si peu durer, étaient toujours des liaisons entre frères. C’est ici que vous avez appris tout ce qu’il y avait de bon en vous, et que vous ignoreriez peut-être encore. Soyez un exemple dans le monde, comme vous avez été un exemple parmi nous. Que la pensée de la Ville des Expiations soit, dans le monde, à cause de vous, une pensée douce et consolante. Dites partout qu’ici règne l’amour et non la terreur. Dites que tous doivent considérer la vie actuelle comme une expiation, que tous doivent se faire à eux-mêmes la cité des Expiations. »

II

4Si un néophyte conserve des habitudes vicieuses, si, après avoir mérité d’habiter trop souvent les lieux de gêne, il meurt dans l’impénitence finale, on annonce cette triste nouvelle dans toutes les tentes du désert, en ces mots : « Il est mort un de nos frères ; nous ignorons les jugements de Dieu sur lui, mais que ce jour soit pour la ville un jour de pénitence et de prières. Tâchons de fléchir la colère de Dieu, car nous vivons sous une loi de solidarité. Sans pénétrer les secrets de notre Créateur, entrons dans un saint tremblement. Avant le sort définitif du frère que nous avons perdu, espérons qu’il lui sera donné de subir une nouvelle expiation, puisque celle-ci fut insuffisante. Nous l’espérons, sans en être certains ; et qu’ainsi un tel exemple nous soit du moins un avertissement salutaire. »

5Chaque jour, au reste, ces sortes de malheurs deviennent plus rares. La force de régénération qui est dans l’institution finira par dompter les natures les plus rebelles.

6Voici le discours qui est tenu au sujet de la mort d’un néophyte pénitent : « Il vient de mourir un de nos frères. Ce séjour a été pour lui ce qu’il devait être, un séjour de consolation. La justice humaine l’avait condamné, la justice divine l’a réconcilié. Les fautes qui l’avaient conduit ici avaient été ensevelies dans les secrets du prétoire ; elles ne nous ont été révélées à la fin que pour être bénies. Le nom nouveau a fait l’homme nouveau. Nous eussions voulu lui épargner le souvenir de ses fautes, et ce souvenir est venu sanctifier son heure suprême. Mais sa première vertu fut de n’avoir pas désespéré de lui-même. Entendez bien ceci, mes frères, il a cru à la rédemption de tous les hommes. »

7Lorsqu’un néophyte est mort, quel qu’il soit, volontaire ou condamné, pénitent ou impénitent, on dresse son acte mortuaire sous le nom qu’il a reçu en entrant dans la Ville des Expiations. Ensuite on le dépouille du bracelet où est enfermé le mystère de son ancien nom, et l’on envoie le bracelet avec l’acte mortuaire à l’administration, qui brise le sceau du bracelet. Là est dressé un second acte mortuaire, à la marge du registre où le véritable nom est consigné. Ainsi l’identité de la personne n’est constatée qu’au moment du décès. On est quelquefois étonné des prodiges de douceur, de patience, de charité qu’a fait éclater celui qui fut quelquefois si coupable dans sa vie antérieure. Le registre ou livre de vie, tenu par le dictateur, contient toute l’histoire de chaque néophyte, et cette histoire est rendue publique, selon que cela est jugé bon et utile, toutefois avec tous les ménagements que peuvent conseiller la prudence et la charité.

8Le cimetière est sur une des collines de la banlieue. Un néophyte tiré au sort dans chaque hameau assiste aux obsèques du défunt.

9Un néophyte émancipé est accompagné jusqu’au palais du gouvernement par soixante néophytes tirés également au sort dans chaque hameau.

10C’est, dans l’un et l’autre cas, le jour des adieux.

III

11Le silence qui règne dans la Ville des Expiations n’est interrompu que par des chants à l’aube du jour et au crépuscule du soir. Après les chants viennent des prières et des litanies, récitées dans tous les hameaux, chaque habitant sur le seuil de sa porte, et tous se répondant alternativement entre eux. Les prières et les litanies sont composées de textes de l’Ecriture sainte, et ces textes sont principalement ceux où Dieu est considéré comme instituteur et comme conservateur des sociétés humaines. Voici quelques expressions de sentiments particuliers qui s’y trouvent mêlées :

12« Rien de souillé n’entrera dans le royaume des cieux. Ce divin oracle nous fait comprendre pourquoi les hommes sont sur la terre, pourquoi nous autres nous avons été envoyés dans la Ville des Expiations. »

13« La terre que nous habitons a été maudite à cause de nous ; les végétaux ont contracté des qualités malfaisantes. L’air a perdu sa pureté. Les animaux ont participé à l’anathème. Eux aussi sont déchus. »

14« Mais la nature humaine a été rachetée. »

15« Parole de Dieu, retentissez à nos cœurs. Parole de Dieu, ne prononcez pas contre nous une dernière malédiction. Parole de Dieu, n’attendez pas notre heure suprême pour ouvrir notre ouïe. Parole de Dieu, que dès notre existence actuelle nous vous entendions, afin que les épreuves d’une seconde vie nous soient ou épargnées ou adoucies. »

16« Remercions Dieu, mes frères, de ce que nous avons été reçus dans la sainte Ville des Expiations pour abréger le temps de l’épreuve. »

17« Dieu, protégez la sainte Ville des Expiations, et daignez produire dans ses habitants des fruits de pénitence. »

18« Une ville des anciens temps, qui fut consumée par le feu de la colère céleste, aurait été épargnée si dix justes se fussent trouvés dans son sein ; Dieu des rétributions, dix pénitents humiliés devant vous auraient-ils de même suffi à votre justice ? Dieu, faites que le nombre des pénitents sincères égale, au milieu de nous, le nombre même des habitants de la sainte Ville des Expiations. »

19« Mes frères, Ninive fut pénitente, et Ninive fut préservée de la ruine. »

20« L’âme du pécheur est une âme humaine, et par conséquent, malgré son péché un des plus beaux ouvrages du créateur. »

21« Justice de mon Dieu, prenez pitié de moi. Miséricorde de mon Dieu, accueillez-moi. »

22« La sainte Ville des Expiations est une image, un emblème de la société du genre humain déchu et régénéré. Puisse notre cité aider, de plus en plus, chaque jour, à l’avancement moral du genre humain ! »

23Telles sont les prières de chaque jour. Il y en a de particulières pour diverses circonstances. Celles qui se font durant l’orage sont très belles ; c’est une énumération triste et solennelle des fléaux qui pèsent sur le genre humain, en punition du péché ; elles rappellent les grands cataclysmes dont la mémoire s’est conservée parmi la race malheureuse d’Adam.

24En temps de guerre, il y a des prières pour demander la paix. A la paix, il y a des prières d’actions de grâces. Jamais il n’y a dans la Ville des Expiations de prières pour remercier Dieu d’une victoire.

  • 102 Rêve ou nostalgie, cet espoir s’était souvent exprimé depuis 1815. Conclue « au nom de la très sai (...)

25Tous les dimanches, prières pour demander à Dieu de hâter dans sa bonté le temps où il n’y aura plus de guerre parmi les nations, pour lui demander surtout que la société européenne vive en paix sous l’empire du christianisme 102.

26Tous les mois, commémoration du jour où la société, avertie par Dieu même, s’est affranchie du droit terrible d’infliger la peine de mort, et a cessé de croire à la loi du salut par l’effusion du sang.

27Redoutable anathème de la guerre, tu vas cesser aussi, par suite du développement de la doctrine pacifique contenue dans la Bonne Nouvelle.

IV

28Il serait trop long d’entrer dans les détails du régime intérieur ; il suffit d’en donner une idée.

29Chaque néophyte prend deux repas, seul, sous sa tente ; le premier à sept heures du matin, le second à sept heures du soir. Entre ces deux repas solitaires est placé le repas commun de midi, où assistent tous les habitants du même hameau. La porte de chacun est ouverte un moment auparavant, et ils sortent tous, au son de la cloche, pour se rendre au réfectoire. Toutes les places à la table commune sont séparées les unes des autres, de manière à ce que chaque convive soit isolé de ses deux voisins. Lecture pendant le repas. Après le repas commun, promenade, si le temps est beau, d’une heure au plus, dans l’intérieur du hameau. La nourriture est saine et abondante. C’est la même pour tous, sauf les exceptions recommandées par le médecin. Le vendredi et le samedi, jour de deuil et jour d’abstinence, sauf aussi les exceptions. Ces jours sont encore des jours de pèlerinage des hameaux les uns chez les autres.

30Chaque néophyte ayant été d’abord examiné sous le rapport de la profession, il y a des travaux qui se font en commun et d’autres en particulier. Le règlement des travaux est fort compliqué. On y fixe les heures du travail commun, du travail particulier, du silence.

31Toutes les heures ont leurs attributions, et sont annoncées par des crieurs, lesquels sont pris alternativement parmi les néophytes. Dans les infirmeries, les lits sont placés dans des alcôves séparées. Les salles sont continuellement visitées, le jour et la nuit, par des infirmiers, par les aumoniers, les surveillants et les médecins.

  • 103 Le sens de « lieu agréable », de « séjour de délices » est fort répandu. Au cours de son initiatio (...)

32Une des punitions infligés aux néophytes est la privation du repas commun et de la promenade. Cette punition émane du surveillant. Le néophyte peut s’en plaindre s’il croit la punition injuste. C’est le juge de paix qui connaît de la plainte ; il ne peut pas refuser de l’entendre. Une des récompenses est la promenade hors de la ville basse, nommée le Désert, dans quelque villa de la banlieue, destinée à cet usage. Les villas sont des Elysées 103 dans de très beaux sites. Les néophytes n’y sont soumis qu’à une surveillance fort peu importune.

33Il y a des patrouilles d’heure en heure. Les patrouilles de jour peuvent être formées de néophytes conduits par un caporal qui a le mot d’ordre. Des néophytes en patrouille ne visitent point les hameaux dont ils font partie en ce moment.

  • 104 Ici, comme plus loin p. 98, Ballanche a laissé échapper le mot de reclus, précédemment remplacé pa (...)

34A toute heure du jour ou de la nuit, le reclus 104 peut s’avancer vers son guichet pour demander ce dont il a besoin. Il fait appeler ou le surveillant, ou le médecin, ou le prêtre, ou le juge de paix, selon la nature de la demande, du secours ou de la réclamation. Tous les jours, changement de linge de corps. Toutes les semaines, changement de linge de lit. Tous les quinze jours, un bain. Tous les mois, changement de vêtements.

35Feux sous la tente, lorsque le conseil de santé juge qu’il faut allumer les feux, sauf toujours les exceptions prescrites par les médecins de service.

36Les paroles pour l’entretien sont prescrites ainsi. Le surveillant dit au néophyte : « Mon frère », ou « Ma sœur ». Le prêtre lui dit : « Mon fils », ou « Ma fille ». Le médecin lui dit : « Mon ami », ou « Ma chère enfant ». Le néophyte répond au premier : « Mon frère » ; au second : « Mon père » ; au troisième : « Monsieur ». Les autres fonctionnaires disent simplement : « Homme, femme », ou « Enfant » ; ou bien appellent chacun par son nom religieux. Le néophyte répond : « Seigneur », ou « Maître ». Les néophytes entre eux, s’appellent frère et sœur.

37Chaque surveillant a deux jours de congé par semaine, pendant lesquels il est remplacé par un surnuméraire. Ces jours de congé ne sont point donnés à l’oisiveté ; chacun a ou des affaires particulières qui l’occupent, ou un travail quelconque à l’administration.

38Toutes les semaines, le surveillant envoie à l’administration un rapport individuel sur tous les néophytes qui lui sont confiés. Le surveillant surnuméraire envoie aussi son rapport pour les deux jours de son exercice. Un extrait de ces deux rapports, de même que les autres notes qui peuvent parvenir par différentes voies, sont consignés sur le grand livre où tous les néophytes ont un compte ouvert.

39Lorsqu’un néophyte est tourmenté par ses remords, il est recommandé aux prières de tous les hameaux, afin que Dieu veuille bien lui faire comprendre sa clémence, et faire cesser le trouble de cette âme malheureuse.

40Lorsqu’un néophyte est en danger de mort, on sonne le glas dans tous les hameaux. C’est un avertissement de prier pour que les douleurs de l’enfantement à une nouvelle vie soient abrégées, ou rendues plus supportables.

41Les néophytes atteints de nostalgie voyagent sous la conduite d’un surveillant.

V

42L’hygiène qui repose sur le choix des aliments, sur la propreté du corps, sur les moyens d’entretenir la salubrité, cette hygiène n’a pas été trouvée suffisante par les fondateurs de la Ville des Expiations ; ils ont voulu encore employer la ressource des fumigations et des parfums : et, en cela aussi, ils ont tenu compte des enseignements de l’antiquité. Ils se sont souvenus des leçons données à cet égard par le père de la médecine, par des philosophes, par des législateurs ; ils se sont souvenus également que, dans tous les temps, les parfums furent employés au service religieux.

  • 105 Ce musicien thébain, attaché au service d’Alexandre le Grand, jouait de la flûte avec un tel art q (...)
  • 106 Au livre II du Paradis perdu, les démons chantent leurs hauts faits et leur chute :
    « The harmony ( (...)

43Ils ne pouvaient pas négliger la musique. Ils connaissaient parfaitement tout ce que les traditions racontent de la musique, qui fut autrefois une philosophie tout entière. Des séditions furent apaisées par elle, elle guida des guerriers à la victoire ; Timothée désarmait le courage d’Alexandre, ou l’enflammait 105. La musique civilisa les hommes. Orphée rendait sensibles les lions et les ours, et suspendait les tourments de l’enfer. Milton n’a pas craint de faire pénétrer, au moyen de la musique, quelques moments de repos parmi les réprouvés 106. Enfin la musique est venue se joindre à la pompe de tous les cultes, et jamais ce ne fut un vain accessoire.

  • 107 Dans la lettre XI d’Obermann, il apparaît que la beauté du paysage nocturne ne saurait être complè (...)

44La musique est donc mêlée à la plupart des actes de la ville. Un corps de musiciens se répand, à différentes heures du jour, dans les divers hameaux. Quelquefois, au milieu de la nuit, un concert se fait entendre. Des orchestres placés sur plusieurs points, dans des lieux élevés, se répondent entre eux 107.

  • 108 « Le rythme et l’harmonie ont au plus haut point le pouvoir de pénétrer dans l’âme et de la touche (...)

45Ainsi tous les sens des néophytes sont soignés pour arriver à un même résultat. De beaux sites, la salubrité de l’air, les parfums, l’harmonie 108, aident au développement du sentiment moral. L’austérité des aliments reste néanmoins toujours la même. Jamais sur les tables on ne trouve au-delà d’une nourriture saine et nécessaire ; jamais de mets exquis et recherchés ; jamais de boisson enivrante. Les repas sont toujours pris en silence, et encore est-on distrait dans la satisfaction de ce besoin par une lecture à haute voix ou par de la musique.

VI

46Les statues des grands hommes, des poètes, des philosophes, des bienfaiteurs de l’humanité se rencontrent dans toutes les promenades ; leurs bustes décorent tous les lieux de réunion. Leur mémoire est ainsi toujours présente à tous les esprits, et sert le plus souvent de texte aux entretiens et aux leçons.

47Des Hermès et des bornes-fontaines, placés dans tous les carrefours, portent des sentences. J’ai retenu quelques-unes des plus remarquables :

TOUT A COMMENCÉ PAR LA SYNTHÈSE.
L’ANALYSE RECONSTRUIT LA SYNTHÈSE.
LA FOI EST LA PLUS ÉCLATANTE DES SYNTHÈSES.

ÉTERNITÉ ABSOLUE ET IMMUABLE, POUR DIEU ;
ABSOLUE ET PROGRESSIVE, POUR LES INTELLIGENCES ;
RELATIVE, POUR LA DURÉE DES ÉPREUVES.

LES ÉVÊQUES ONT FORMÉ LE ROYAUME DE FRANCE,
COMME UNE RUCHE ;
LES MYSTÈRES
ONT FONDÉ LES ÉTATS DE LA GRÈCE.

FABLE ET PAROLE, SYNONYMES ;
PAROLE ET DESTIN, SYNONYMES ;
PAROLE ET VÉRITÉ, SYNONYMES.

  • 109 Cette sentence rappelle la distinction fondamentale établie par la philosophie mennaisienne entre (...)

LA SYNTHÈSE, DE DIEU ;
L’ANALYSE, DE L’HOMME 109.

LA FOI, SYNTHÈSE ;
LA SCIENCE, ANALYSE.

LA DÉCOUVERTE DES LOIS, SYNTHÈSE ;
L’EXPLICATION DES LOIS, ANALYSE.

LES ANCIENS, SYNTHÈSE ;
LES MODERNES, ANALYSE ;
L’AVENIR, RETOUR A LA SYNTHÈSE.

LE DOGME, COSMOGONIE ;
LA FOI,
ASSIMILATION DE LA PENSÉE DIVINE A LA PENSÉE HUMAINE.

LA SCIENCE ABANDONNANT L’INSTINCT, SUPERSTITION ;
LA SCIENCE ÉCLAIRANT LA SUPERSTITION, INCRÉDULITÉ ;

LA SCIENCE SERVANT, DE NOUVEAU, D’APPUI A L’INSTINCT,
RETOUR A LA RELIGION.

LA LANGUE, C’EST L’HOMME ;
LA RELIGION,
C’EST LA PENSÉE DIVINE OUI A FAIT L’HOMME.

LA LIBERTÉ, C’EST LE MOI HUMAIN.

LA LIBERTÉ, POUR LES PEUPLES,
C’EST LE SENTIMENT MORAL POUR LES INDIVIDUS.

L’IDENTITÉ DE L’HOMME
EST CE OUI A CONDUIT AUX IDÉES INNÉES.

LYCURGUE
VOULUT PÉTRIFIER LA CIVILISATION HÉROÏQUE.

BOILEAU
AURAIT VOULU PÉTRIFIER LA LITTÉRATURE.

J.-J. ROUSSEAU,
DES ÉMOTIONS ET NON DES PENSÉES.

LES ABEILLES DE NOTRE TEMPS NE S’INQUIÈTENT POINT
DES ABEILLES DU TEMPS D’ARISTÉE.
L’HOMME DE NOTRE TEMPS VEUT SAVOIR L’HISTOIRE
D’ARISTÉE, PARCE QUE ARISTÉE C’EST ENCORE LUI.

TOUS LES SENS SE RÉVEILLENT RÉCIPROQUEMENT L’UN
L’AUTRE. IL Y AURAIT EN QUELQUE SORTE
DES ONOMATOPÉES DE COULEURS.
TANT TOUT EST HARMONIE
DANS L’HOMME ET DANS L’UNIVERS !

48Les sentences des poètes gnomiques sont mêlées à celle des livres sapientiaux. Je ne cite que celles que j’ai lues ici pour la première fois.

49On sait que Pisistrate fit graver sur tous les Hermès de la ville des sentences en vers élégiaques.

VII

50Le code exceptionnel de la Ville des Expiations a été discuté dans trois séances consécutives des Chambres. Ce code, fort compliqué, fruit des méditations des plus grands jurisconsultes, prévoit tous les effets de la mort civile. Mais ce code lui-même se perfectionne chaque jour par l’expérience. Il a cela de remarquable qu’il porte en lui le moyen de s’améliorer et de se modifier selon les circonstances.

51Une femme peut suivre son mari, mais volontairement. Encore elle ne peut le voir qu’au parloir, lequel se trouve dans le même bâtiment que le réfectoire ; et c’est toujours avec une permission. Il en est de même du mari si c’est la femme qui est néophyte. Si le mari et la femme sont tous les deux néophytes, ils doivent être séparés, et les permissions de se voir sont plus difficiles à obtenir. Lorsqu’ils sont malades l’un ou l’autre, ou tous les deux, leurs relations dans l’infirmerie sont déterminées d’une manière très précise, selon une foule de circonstances qui toutes sont prévues avec une rare sagacité. On cherche toujours à concilier la prudence et la charité ; et ce que l’on considère bien avant la sûreté, c’est le développement du sentiment moral. La loi a aussi prévu le cas où des enfants seraient condamnés en même temps que leurs parents, et ceux où un enfant serait seul condamné ; et elle a fixé le rapport des enfants avec leurs parents dans ces diverses situations. Souvent une mesure paraît être arbitraire, et elle n’est fondée que sur un texte précis de la loi qui, lui-même, est fondé sur de très hautes raisons. D’ailleurs on est accoutumé à une obéissance aveugle, mais pleine de confiance. Jamais on ne se permet de juger même le for extérieur de l’administration, qui a, comme la Providence, ses mystères, et dont l’équité ne peut être révoquée en doute.

52Néanmoins les néophytes ne sont point toujours isolés ; ils sont quelquefois admis à former un ménage, une famille, mais il faut qu’ils l’aient mérité ; et alors ils habitent, à poste fixe, un hameau destiné aux ménages, lequel est soumis à des règlements particuliers. Enfin ils peuvent arriver à former un établissement, soit dans la ville haute, s’ils sont artisans, soit dans la banlieue, s’ils sont agriculteurs. Il y a des formes sociales adaptées à chacune de ces professions. Les emplois de bureau peuvent également être remplis par des néophytes qui se sont élevés dans la hiérarchie sociale.

53Lorsqu’un habitant du Désert monte dans la ville haute, ou devient colon dans la banlieue, c’est un jour de fête.

54Lorsqu’un habitant du Désert est pleinement gracié, ou mérite la robe de la seconde innocence, c’est un jour de fête dans tous les hameaux, le jour de la délivrance. Ce n’est qu’alors, ainsi que cela a été déjà expliqué, que sa vie précédente est connue. Encore il arrive quelquefois que le fait est connu, et que l’identité de la personne reste ignorée. Quelquefois aussi celui qui a mérité l’émancipation complète, et dont on pouvait croire qu’il s’était revêtu volontairement du cilice de la pénitence, veut lui-même faire sa confession publique pour servir d’exemple à tous, et pour la gloire de la Ville des Expiations.

55Un jugement accorde au néophyte qui passe dans la ville haute la faculté de reprendre sa femme. Jusque-là, comme nous l’avons vu, cette femme ne peut se trouver avec son mari qu’au parloir, ou le soigner à l’infirmerie, et toujours avec certaines formalités. Une femme néophyte est soumise à des formalités différentes, en ce qui concerne ses rapports possibles avec son mari. La loi qui a mis tant d’entraves diverses à la liberté, n’a pas perdu un instant de vue l’empire naturel de l’homme sur la femme, du père et de la mère sur les enfants ; elle les respecte, même en les suspendant.

56En général, le célibat ou la continence sont imposés aux néophytes. Cependant il est des cas où même le néophyte non marié peut se marier. C’est ici que l’on trouve dans les lois une admirable prévoyance pour toutes les contingences possibles.

57Les règlements pour l’état-civil des enfants sont arrangés de manière à pouvoir s’adapter en même temps à la société particulière de la ville, et à la société générale du royaume. Les rédacteurs de ces règlements n’ont jamais été entraînés loin de cette pensée première que si la Ville des Expiations est la résurrection des formes sociales anciennes, ces formes existent à côté ou au milieu d’une société progressive, et que souvent les mêmes individus sont destinés à passer par des civilisations différentes. Souvent en effet l’éducation d’un homme doit représenter l’éducation du genre humain.

58Les enfants nés au Désert sont élevés dans la ville haute, émancipés ensuite par un conseil de tutelle, et libres de choisir le lieu de leur résidence, à moins qu’il n’y ait des raisons pour prolonger sur eux la triste influence des solidarités humaines. Cette émancipation donne lieu à une des plus touchantes cérémonies qu’il soit possible d’imaginer. On révèle à l’adulte qui reçoit cette espèce de baptême régénérateur, on lui révèle le mystère de sa naissance ; on lui dit quels pécheurs furent ses parents. On récite avec lui le Miserere, cette prière si haute et si humble, par laquelle chaque homme confesse qu’il a été engendré et conçu dans l’iniquité. Tout en laissant à l’adulte émancipé la faculté d’aller où il veut, on l’engage à rester dans la Ville des Expiations. Il peut conserver une correspondance directe avec les fonctionnaires de la ville, et il est toujours accueilli avec joie lorsqu’il veut revenir dans sa sainte patrie.

59Il arrive quelquefois que les enfants nés dans la Ville des Expiations peuvent être rendus à leurs parents. La cérémonie de la restitution est faite pour plusieurs à la fois, et le jour de cette cérémonie est un jour de fête pour la ville.

  • 110 Il y a chez Ballanche une évidente phobie de la sexualité et de la paternité. Elle transparaît de (...)

60Les enfants dont le nom de famille doit rester inconnu sont nommés les orphelins selon le sang, ou les enfants de la Providence 110.

61L’éducation de tous est dirigée de manière à ce que les enfants puissent entrer dans un état, ou prendre une profession, un métier, lorsque l’âge sera venu. Toutefois il y a des exceptions qui sont puisées avec discernement, soit dans la connaissance particulière qu’on a de la famille de l’enfant, soit même dans ses propres inclinations, ou dans les facultés qu’il montre. Les études les plus fortes ne sont pas refusées à ceux qui y paraissent propres.

62On a vu qu’au nombre des établissements de la ville se trouve une école d’apprentissage pour le maniement des armes ; c’est même ce qui forme la principale garnison. D’excellents officiers du génie, en même temps que d’intrépides soldats et de braves officiers de toutes armes, peuvent sortir de cette école, où sont admis naturellement les orphelins dont il vient d’être parlé.

63Lorsque le néophyte, par une bonne conduite éprouvée, obtient la faveur d’une demeure fixe, cette demeure est un peu plus ornée. Il y a des hameaux assignés pour les demeures fixes ; les reclus qui y sont établis peuvent converser ensemble. C’est le premier degré du progrès social ; c’est quitter l’état nomade et devenir habitant.

64Un néophyte vient à habiter la ville haute, ou la banlieue ; il y exerce une profession, ou on lui donne un petit bien en ferme : c’est le second degré du progrès social.

65Un néophyte devient propriétaire de son atelier, de son commerce, ou du bien qu’il tenait à ferme : c’est le troisième degré du progrès social. La plus grande moralité qui résulte de la société, c’est la propriété.

66L’état militaire est aussi une sorte d’émancipation, sauf néanmoins l’assujettissement à la discipline.

  • 111 On conçoit que Ballanche, homme du métier, ait souligné l’existence et le rôle de « cette très bel (...)

67Ceux des néophytes qui ne savent pas lire l’apprennent, s’il en est temps encore. Chaque néophyte a le Manuel du Chrétien, lorsqu’il sait lire. Il y a en outre, une bibliothèque de choix, qui est à la disposition des néophytes, sous la censure de l’administration. Une très belle imprimerie est destinée à multiplier les livres approuvés par l’autorité 111 : ce sont des espèces d’ad usum, qui se répandent avec un grand succès dans tout le royaume.

  • 112 C’est-à-dire que ces biens sont inaliénables (ce qui était la condition normale des propriétés app (...)

68Les revenus de la Ville des Expiations reposent sur une certaine quantité de biens-fonds, qui sont sous une sorte de régime de main-morte 112, et dans lesquels sont essayés tous les nouveaux procédés agricoles.

VIII

69A mesure que le nombre des hameaux nomades diminue par le progrès naturel de l’instruction, et par le développement de la morale publique, on déclare que tel hameau s’avance du Désert vers la Ville haute. Le jour où cette déclaration est faite solennellement est un jour de fête, avec le sceau de l’anniversaire pour l’avenir.

  • 113 Ballanche semble ici très proche, une fois encore, des idées de l’Avenir. Même si elle met davanta (...)

70Et ici il n’est pas possible d’échapper à une pensée que la prévoyance d’un tel progrès fait naître dans l’esprit. Lorsque le développement des facultés humaines et du sentiment moral sera arrivé, au moyen de la société se perfectionnant, et perfectionnant l’homme, selon qu’elle en a reçu la mission, lorsque, disons-nous, ce développement sera arrivé au point où Dieu a déterminé qu’il arriverait, ce sera sans doute la fin des sociétés humaines, car alors le genre humain aura accompli ce qu’il lui a été donné d’accomplir sur la terre 113. Lorsque le perfectionnement moral de l’homme sera tel que l’a prévu le Créateur, alors il faudra bien que l’homme entre, sinon dans la plénitude de ses destinées définitives, du moins dans une nouvelle sphère d’activité et de développement.

  • 114 Ballanche fait allusion ici au début du livre XV où saint Augustin oppose les fils de la chair, po (...)

71Selon saint Augustin (Cité de Dieu) 114, l’espèce humaine serait partagée en deux grandes familles, l’une dont Abel est le chef, et l’autre qui a Caïn pour premier ancêtre. Il s’agit d’une généalogie toute morale et tout intellectuelle. La famille de Caïn a besoin de l’épreuve sociale ; celle d’Abel eût pu s’en passer, mais elle s’y est résignée.

72Le christianisme est venu opérer la réconciliation de ces deux familles, qui sont ennemies depuis le commencement des temps. L’œuvre du christianisme finira par s’accomplir.

  • 115 Cette prophétie se trouve à la fin de l’Apocalypse, 20, 46. Le millénarisme est né de l’interpréta (...)

73Lorsque les deux familles du genre humain n’en formeront plus qu’une seule, ce sera sans doute le temps de l’accomplissement de cette prophétie apocalyptique 115, sujet de tant d’explications et de tant de conjectures, de ce retour à l’unité, de ce règne de mille ans, où la terre doit présenter une image de la justice fixe et immuable, être un emblème de nos destinées définitives.

74Ne nous perdons point dans de tels nuages, et sondons un avenir plus prochain, plus dans le calcul des probabilités humaines.

  • 116 Ces institutions sont « suffisantes pour la répression » A.I..

75Transportons-nous donc par la pensée à l’époque où la Ville des Expiations existera depuis un siècle. Alors, j’en suis persuadé, elle n’aura plus que son origine constatée par des monuments historiques, qui pourra faire connaître par quelle colonie elle aura d’abord été habitée. Un grand nombre de hameaux sera converti en habitations fixes. Quelques-unes seront restées des solitudes tout à fait volontaires pour y recevoir ceux que l’ennui du monde ou le goût de la vie contemplative y aura conduits. Le plus petit nombre seulement aura continué d’être le partage des pénitents obligés, parce que, dans le royaume, des institutions formées dans le même but 116 sont devenues suffisantes. Des pauvres et des infirmes viendront encore dans la Ville des Expiations chercher des soulagements à leurs misères.

76La plupart des clôtures auront été démolies. Les douze chapelles restées un but de pèlerinage auront continué d’être desservies par de saints prêtres. Les bâtiments des réfectoires seront changés en de beaux ateliers de divers genres. Les édifices publics de la ville haute auront également changé de destination, car vraisemblablement alors un simple juge de paix suffira pour juger les différends de la colonie.

77Mais, ô Dieu ! il m’est impossible de ne pas le prévoir dès à présent, notre colonie, vieillie avant le temps, toujours régie par des lois exceptionnelles qui seront tombées en désuétude, et par conséquent hors du droit commun, ne tardera pas à se pervertir.

78Législateurs, je vous en avertis d’avance, afin que dès à présent vous vous occupiez à prévenir un tel malheur. La Ville des Expiations, si vous n’enfermez pas l’avenir dans vos lois du présent, pourra devenir la Ville des divertissements, et peut-être ensuite des scandales. Elle ne voudra pas se passer de spectacles et de bals. D’abord les histrions et les baladins s’y glisseront furtivement, puis ils y élèveront leurs tréteaux avec les applaudissements des citoyens dégénérés. Alors tous diront : « Nous voulons être comme les autres peuples. » Alors il est à craindre que nul prophète n’ose crier dans les rues et sur les places publiques : « Hommes insensés ! ne vous souvenez-vous plus de vos pères ? Ils vécurent dans la pénitence, qui est la libre acceptation de l’expiation pour soi, de la solidarité pour les autres ; et c’est par là qu’ils se sont rendus célèbres… »

  • 117 En 510 avant Jésus-Christ, les Crotoniates, conduits par Milon, le gendre de Pythagore, emportèren (...)

79La molle Sybaris fut détruite par les pythagoriciens 117.

80Espérons toutefois qu’il sera possible d’écarter cette décadence ordinaire des choses humaines, en la conjurant dès l’origine ; croyons plutôt que s’opérera la régénération générale, la grande réconciliation des deux familles, dût arriver la fin de nos destinées sur la terre.

81Nous ne devons pas redouter les destinées qui suivront. L’être intelligent et moral ne peut rétrograder.

82Il est une dernière remarque, la plus importante de toutes, et par laquelle j’aurais dû commencer : les lois qui ne sont pas des prophéties, c’est-à-dire les lois qui ne règnent pas dans l’avenir, sont de mauvaises lois.

83Mes craintes étaient vaines. Les fondateurs de la Ville des Expiations ont assuré la perpétuité de leur ouvrage. Il ne m’a pas été donné de connaître tous les moyens qu’ils ont employés, mais ce que je sais, je ne craindrai pas de le dire.

IX

84Je n’ai point divisé l’espèce humaine en deux familles, l’une innocente, l’autre coupable. Saint Augustin méconnut le sens profond de l’antique fratricide, type terrible des fratricides mythiques par où commencent tant d’histoires primitives. Lord Byron s’est emparé du dogme transformé et perverti. Pour lui, Caïn est un initiateur comme Prométhée. Ainsi il a confondu Eschyle et la Bible.

85L’altération du dogme de la déchéance par les Grecs est facile à comprendre lorsque l’on parvient à se faire une idée du génie hellénique.

86L’ancien mythe latin, dont on ne trouve plus de trace que dans la langue, disait que les âmes innocentes venaient animer les races patriciennes, et que les âmes coupables venaient se purifier dans les individus plébéiens.

87Les gnostiques, d’après les traditions orientales, construisirent un système analogue.

88Nous avons trouvé, nous, que le don de la capacité du bien et du mal est la première manifestation de l’humanité ; c’est par là que nous sommes parvenus à expliquer la série des destinées humaines, au sein de leur berceau cosmogonique, et à travers les révélations de l’histoire.

89Nous avons donc pris la raison de la loi du progrès dans le mystère même du dogme de la déchéance et de la réhabilitation.

90Nous avons vu le genre humain partagé en initiables et initiateurs, les uns et les autres appartenant à la même essence, les uns et les autres compris dans le même principe ontologique.

91Cette division en initiables et en initiateurs n’est donc qu’une division des facultés humaines, et elle tend à s’effacer graduellement par la vertu de la Médiation.

92La responsabilité, devenue le partage de tous, produit la dignité pour tous.

93La Ville des Expiations ne reconnaît point pour fondateur un meurtrier : ce mythe primitif doit disparaître devant la Rédemption chrétienne ; l’homme ne suppliera plus par le sang. Toutefois, comme l’institution nouvelle doit reproduire l’image et la pensée des institutions antiques, il faut bien qu’elle renferme deux villes dans une seule ville : l’une est la ville exotérique ; c’est celle que nous avons parcourue. Nous sera-t-il donné de pénétrer dans la ville ésotérique, la cité du mystère ?

94Déjà nous avons aperçu de loin la colline sacrée ; nulle part nous n’avons pu voir les avenues qui y conduisent.

95Non, la Ville des Expiations ne périra point, car elle est ville éternelle ; et nous savons que ce nom de ville éternelle désigna un rang, un grade dans la hiérarchie des villes antiques.

96La Ville des Expiations, comme l’Egypte d’Orphée, est une représentation de toutes les civilisations, de toutes les institutions de la marche initiative de l’humanité ; comme les villes primitives elle est une image du monde, mais du monde chrétien à toutes les époques du christianisme.

97C’est une palingénésie perpétuelle, qui fait sa durée, qui la constitue ville éternelle.

Notes

101 Le mot conserve ici la force de son sens premier, qui était physiologique et désignait, selon Littré, le « rapport existant entre deux ou plusieurs organes plus ou moins éloignés les uns des autres, et qui fait que l’un d’eux participe aux sensations perçues ou aux actions exécutées par l’autre ». Il est caractéristique de l’atmosphère spirituelle régnant dans la Ville des Expiations, et du rôle qu’y joue la réversibilité des mérites.

102 Rêve ou nostalgie, cet espoir s’était souvent exprimé depuis 1815. Conclue « au nom de la très sainte et indivisible Trinité », la Sainte-Alliance entendait manifester la « détermination inébranlable » des souverains contractants de « ne prendre pour règle de leur conduite que les préceptes de cette religion sainte ». On sait ce qu’il en advint… Mais après 1830 l’Avenir, dont Ballanche fut un lecteur attentif, était plusieurs fois revenu sur cette idée, qui constituait pour la politique mennaisienne une manière de dogme : voir notamment l’article de Lamennais intitulé Ce que sera le catholicisme dans la société nouvelle (30 juin 1831) évoquant le remplacement du « patriotisme exclusif, principe de tant de calamités et de tant de crimes » par « un sentiment généreux de fraternité universelle, qui diminuera les causes de guerre et rendra la guerre elle-même moins atroce et moins désastreuse », lorsque « le catholicisme, entièrement libre, pourra, sans obstacle, verser et verser encore sur cette société qui est son ouvrage, ses flots toujours renaissants d’amour ». Dans sa célèbre présentation de Novalis (9 septembre 1831), Montalembert avait inséré un vif éloge du fragment intitulé La chrétienté ou l’Europe qui allait dans le même sens : « Il faut que la chrétienté revive, avait dit le poète saxon, que l’Eglise universelle se reforme. Quand et comment ? peu nous importe. Mais patience : le jour viendra, le jour béni de l’éternelle paix, où la nouvelle Jérusalem redeviendra la capitale du monde. »

103 Le sens de « lieu agréable », de « séjour de délices » est fort répandu. Au cours de son initiation le Séthos de l’abbé Terrasson découvre lui aussi « un lieu enchanté qu’on appelait l’Elisée », T.I, p. 377. Rappelons également que dans Orphée « les demeures des habitants de l’enceinte sacrée sont partagées en deux parties. L’une est celle de la vie ordinaire, c’est l’enfer ; l’autre est celle de ceux qui ont subi les épreuves, c’est l’élysée », Œuvres, T.V, p. 116 (S. 511).

104 Ici, comme plus loin p. 98, Ballanche a laissé échapper le mot de reclus, précédemment remplacé par néophytes (cf. note 86).

105 Ce musicien thébain, attaché au service d’Alexandre le Grand, jouait de la flûte avec un tel art qu’il savait, dit-on, exciter ou apaiser au gré de son instrument les véhémentes passions de son maître. (voir L’Imagination, Chant V, Œuvres de Jacques Delille, T. IX, Paris, L. G. Michaud, 1824, p. 11).

106 Au livre II du Paradis perdu, les démons chantent leurs hauts faits et leur chute :
« The harmony (…)
Suspended hell, and took with ravishment the thronging audience. »

107 Dans la lettre XI d’Obermann, il apparaît que la beauté du paysage nocturne ne saurait être complète sans les accents du ranz des vaches : « Le soir, la lune éclairait : des cors se répondaient dans l’éloignement. » Cependant, pour être pleinement appréciée, cette musique ne doit pas être trop proche, et Madame de Staël s’en souviendra dans De l’Allemagne, 1re partie, La fête d’Interlaken : « On conçoit l’effet que peut produire cet air quand l’écho des montagnes le répète ; mais il est fait pour retentir dans l’éloignement ; de près il ne cause pas une sensation très agréable. » Bien qu’il soit question ici d’un orchestre, les deux conditions, dialogue et éloignement, ont été reprises. Notons qu’il s’agit moins d’une attention réelle accordée à la musique que de la mise en place d’un décor. Il ne conviendrait nullement aux néophytes de rechercher dans la musique certaines sensations ; ces orchestres somme toute assez discrets savent disposer leur âme à la méditation, en évitant de la plonger dans des passions dangereuses.

108 « Le rythme et l’harmonie ont au plus haut point le pouvoir de pénétrer dans l’âme et de la toucher fortement, apportant avec eux la grâce et la conférant », Platon, République, Livre III, 402 a.

109 Cette sentence rappelle la distinction fondamentale établie par la philosophie mennaisienne entre l’ordre de foi « primitif et inaltérable (…), que nul n inventa jamais et que chacun reçoit de la société », et l’ordre de conception « relatif au moi individuel, composé de tout ce qu’en vertu de son activité propre l’esprit humain a pu tirer de la contemplation des vérités universelles et de l’observation des faits » (Lamennais, Essai d’un système de philosophie catholique, éd. Le Hir, Rennes, 1954, p. 9).

110 Il y a chez Ballanche une évidente phobie de la sexualité et de la paternité. Elle transparaît de la façon la plus nette dans les épisodes narratifs, qui mettent en scène des situations à peine transposées d’infanticide ou d’inceste, et manifestent à travers le cliché de l’enfant trouvé une vision extrêmement violente de la relation entre père et fils. Elle aboutit à la rigueur du règlement de la Ville qui sépare les sexes, et enlève les enfants aux parents, sauf cas d’espèce dûment répertoriés. Elle se sublime enfin dans la théorie de l’initiation, où chez Ballanche, contrairement à la loi antique, l’initié ne tue plus l’initiateur. Conjuration d’un Œdipe que manifesterait l’obsession de « l’homme sans nom » : Orphée est né de parents inconnus, et Ballanche lui-même se forge le pseudonyme d’Hébal.

111 On conçoit que Ballanche, homme du métier, ait souligné l’existence et le rôle de « cette très belle imprimerie ». Mais elle semble unique, et l’autorité contrôle sa production, réduite à des publications édifiantes et utilitaires. Or, sous la Restauration, au contraire de ce qui s’était passé sous l’Empire, la censure, si critiquée qu’elle ait été, n’avait guère touché que la presse politique, et, dès le début d’août 1830, son abolition avait été inscrite dans la Charte. Depuis 1815, les écrivains disposaient en France d’une liberté qu’ils n’avaient jamais connue auparavant, sauf pendant les premiers temps de la Révolution. La réserve ici introduite par Ballanche n’en est que plus singulière.

112 C’est-à-dire que ces biens sont inaliénables (ce qui était la condition normale des propriétés appartenant à des corps ecclésiastiques).

113 Ballanche semble ici très proche, une fois encore, des idées de l’Avenir. Même si elle met davantage l’accent sur la fécondité de la liberté, l’étude de Lamennais sur l’Avenir de la société (28 et 29 juin 1831) évoque en termes comparables les « belles destinées de l’homme rappelé à son origine », c’est-à-dire parvenu à la fin que, selon la philosophie mennaisienne de l’histoire, la Providence lui assigne.

114 Ballanche fait allusion ici au début du livre XV où saint Augustin oppose les fils de la chair, postérité de Caïn, et les fils de la promesse, postérité d’Abel.

115 Cette prophétie se trouve à la fin de l’Apocalypse, 20, 46. Le millénarisme est né de l’interprétation littérale de ce texte : avant le Jugement dernier, la terre doit être le lieu d’une résurrection corporelle des Justes, et de leur règne sous l’égide du Christ.

116 Ces institutions sont « suffisantes pour la répression » A.I..

117 En 510 avant Jésus-Christ, les Crotoniates, conduits par Milon, le gendre de Pythagore, emportèrent la victoire sur Sybaris. Aux yeux des pythagoriciens, ce combat fut celui du portos contre la truphé, de « l’effort » contre la « mollesse ». La formule revient souvent dans les papiers de Ballanche.

© Presses universitaires de Lyon, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search