Version classiqueVersion mobile

Nature, langue, discours

 | 
Merete Stistrup Jensen

Auteurs1

Texte intégral

  • 1 Pour présenter les titres et statuts des intervenantes, nous nous référons en règle générale aux t (...)

1Verena Ehrich-Haefeli est maître d’enseignement et de recherche honoraire en littérature allemande et comparée à l’université de Genève, où elle organise toujours, dans le cadre des Études genre, l’Atelier de recherches féminin-masculin. Ses travaux concernent (depuis une quinzaine d’années) l’archéologie psychohistorique de la génèse de l’individualité « moderne » (masculine) entre Ancien Régime et modernité, dont l’une des conditions s’avère être la différenciation poussée des rôles des sexes à cette même époque. Dans ce domaine, elle a publié de nombreux articles, notamment : « Le Père dans le théâtre de Lessing et Diderot », « Transformationen des Begehrens 1750-1800 (Sexualität und Familienstruktur) », « Individualität als narrative Leistung : Zum Wandel der Personendarstellung in Romanen um 1770 », « Die Kreativität des Genies (Goethes Wandrer) ».

2Anne-Marie Houdebine-Gravaud est professeure de linguistique et de sémiologie à l’université Paris 5 (département de linguistique). Sa thèse de doctorat ès lettres et sciences humaines en sociolinguistique lui a permis d’avancer le concept d’Imaginaire linguistique (fantasmes des sujets sur les langues). Ses travaux et publications concernent la sémiologie de l’image, la différence sexuelle et la langue, les femmes et la langue, les images des femmes, leur occultation, leur dévalorisation, dans la langue et la culture, et la féminisation des titres et fonctions. Membre de la commission de féminisation des noms de métiers présidée par Benoîte Groult, elle a en effet contribué activement à la rédaction du texte de la circulaire de 1986 – cf. La Féminisation des noms de métiers en français et dans d’autres langues, L’Harmattan, Paris, 1998.

3Christine Planté est professeur de littérature française à l’université Lumière-Lyon 2 et membre de l’UMR LIRE (Littérature Idéologies Représentations xviiie-xixe siècles) CNRS – Lyon 2 – Grenoble 3. Elle a également enseigné comme chargée de cours à la faculté des lettres de Genève. Travaux sur la littérature du xixe siècle, femmes écrivains xix-xxe siècles et leur place dans les institutions littéraires ; représentation, théories, littérature et écritures de la différence des sexes xixe et xxe siècles. Elle a notamment publié : La Petite Sœur de BalzacEssai sur la femme auteur, Seuil, 1989 ; édité Malvina Blanchecotte, Tablettes d’une femme pendant la Commune (1872), éditions du Lérot, 1996 ; dirigé : Femmes poètes du xixe siècle. Une anthologie, Presses universitaires de Lyon, 1998 ; et L’Épistolaire. Un genre féminin ?, Champion, 1998. Actuellement elle prépare l’édition d’un ouvrage collectif issu d’un colloque international tenu à Lyon en 1998 : Masculin/Féminin dans la poésie et les poétiques du xixe siècle, et un ouvrage sur Marceline Desbordes-Valmore.

4Edith slembek est maître d’enseignement et de recherche et privat-docente de la section d’allemand à l’université de Lausanne, Suisse, où elle assure, notamment, un séminaire de DEA dans le cadre des Études genre (Communication entre femmes et hommes). Elle est également chargée de cours à l’université de Zürich. Domaines de recherche : normes et règles de la communication, en particulier celles qui sont inconscientes, exerçant une influence cruciale sur l’interaction ; communication interculturelle ; communication dans les institutions. Formations secondaires : rhétorique de la communication (dialogue et discours), Gestalt-thérapie.

5Merete stistrup Jensen est maître de conférences en littérature comparée à l’université Lumière-Lyon 2 et membre de l’UMR LIRE (Littérature Idéologies Représentations xviiie-xixe siècles) CNRS – Lyon 2 – Grenoble 3. Travaux et publications sur le langage au féminin, le genre épistolaire au féminin (en danois) et la littérature des xixe et xxe siècles, en particulier les questions d’énonciation, d’écriture et de poétique. Notamment auteur de « Les voix entre guillemets ». Problèmes de l’énonciation dans quelques récits français et danois contemporains, Odense University Press, 2000 (diffusé en France par Ellug/Presses universitaires de Grenoble), elle a également collaboré à l’anthologie Femmes poètes du xixe siècle, PUL, 1998.

6Thérèse studer est docteur ès lettres, linguiste, chargée d’enseignement au Département de langue et de littérature allemandes de l’université de Genève. Principaux centres d’intérêt : acquisition de l’allemand langue étrangère, questions de linguistique féministe. Membre du groupe de travail chargé de l’élaboration du guide pour la formulation non sexiste des textes législatifs et administratifs édité par la Chancellerie fédérale suisse (Leitfaden zur sprachlichen Gleichbehandlung).

Notes

1 Pour présenter les titres et statuts des intervenantes, nous nous référons en règle générale aux termes de la circulaire relative à la féminisation des noms de métiers, fonctions, grades ou titres, parue au Journal Officiel du 16 mars 1986 et à son application en 1998 par le gouvernement Jospin. Mais quand certaines de nos collaboratrices préfèrent utiliser la règle québécoise de la féminisation par ajout du -e, nous avons tenu à respecter la volonté et la pratique de chacune.

© Presses universitaires de Lyon, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search