Version classiqueVersion mobile

Nature, langue, discours

 | 
Merete Stistrup Jensen

Résumés/Abstracts

Texte intégral

Verena Ehrich-Haefeli

1L’élaboration d’une idéologie bourgeoise des sexes de Rousseau à Schiller.

2Le dualisme situant la femme du côté de la nature et l’homme du côté de la culture devient, dans l’Allemagne des années 1800, un cliché qui domine les discours sur les sexes, alors que dans la première période des Lumières l’esprit n’avait point de sexe. S’appuyant en partie sur Émile ou de l’Éducation, l’article montre comment Rousseau a préparé le terrain pour ce nouveau « naturel féminin », avant d’envisager les conséquences de cette idéologie dans des poèmes de Schiller et dans le Wilhelm Meister de Goethe.

3The Elaboration of a Gendered Bourgeois Ideology from Rousseau to Schiller.

4The dualism which allocates nature to woman and culture to man becomes in the very late eighteenth century a dominating cliché in the discourses about sexual difference in Germany, unlike the beginning of the Enlightenment, when the mind had no gender. The article, partly based on Emile ou de l’Education, shows how Rousseau has prepared the ground for this new « female nature » and analyses further the consequences of this ideology both in some poems by Schiller and in Goethe’s Wilhelm Meister.

Anne-Marie Houdebine-Gravaud

5La féminisation des noms de métiers en français. Légitimité - légalité.

6En 1984, la Ministre des droits de la femme, Yvette Roudy, met en place une commission de terminologie chargée d’étudier les possibilités de la féminisation des noms de métiers, titres et fonctions. L’article présente le résultat de ce travail appuyé sur de nombreuses enquêtes auprès des usagers de la langue. Si une majorité des réponses favorisait déjà en 1986 la féminisation, on constate que l’usage a nettement tranché en sa faveur aujourd’hui.

7Eeminizing Names of Professions in French. Legitimacy - Legality.

8In 1984, the Minister for Women’s Rights, Yvette Roudy, created a Terminology Commission to examine the possibility of feminizing the names of professions, titles and public offices. The article présents the results of this work based on many surveys examining the current use of language. À majority of responses were already quite positive towards feminization in 1986, and the article concludes that common practice has clearly decided in its favour today.

Christine Planté

9De quelques discours sur l’e muet.

10Le e dit muet, ou encore féminin, caduc, instable, concentre régulièrement l’attention dans les discours tenus sur la langue française, du xvie siècle à nos jours. Ce e s’est peu à peu vu investi par écrivains et théoriciens des deux sexes de valeurs de féminité, puis de poéticité et de francité. Le parcours chronologique proposé éclaire les idéologies de la langue française, en montrant combien elles sont profondément associées, de façon explicite ou non, à une conception de la place des femmes dans la société et la culture.

11On some Discourses about the Mute e.

12The e that is called mute but also feminine, silent, and unstable has regularly attracted attention in discourses about the French language, from the 16th century to the present. This e has slowly been invested by writers and theorists of both genders with the values of femininity, and then of poeticality and Frenchness. The chronological development proposed here sheds light on the ideologies of the French language, by showing the extent to which they are profoundly associated, explicitly or implicitly, with a conception of women’s place in society and culture.

Edith Slembek

13Modes de communication spécifiquement féminins ou masculins.

14L’article examine comment les différences sociales entre hommes et femmes se reflètent dans la communication quotidienne. Après un aperçu des études sur le comportement verbal, l’article étend la réflexion à des domaines beaucoup moins étudiés : le comportement extraverbal (mimique et gestuelle) et l’expression paraverbale, en particulier la tessiture de la voix qui, certes, est conditionnée « naturellement » mais également influencée par l’image que chacun-e se fait de la « voix idéale », socialement convenable.

15Female and Male Modes of Communication.

16The article examines how the social differences between women and men are reflected within everyday communication. After a survey of studies concerning verbal communication, the analysis is extended to some less explored areas : extraverbal communication (mimicry and gesture) and paraverbal expression, in particular the level of the voice, which is not only « naturally » determined but also influenced by the image that each person has of the socially « ideal voice ».

Merete Stistrup Jensen

17La notion de nature dans les théories de l’« écriture féminine ».

18Dans les années 1970, l’idée d’une « écriture féminine » est largement débattue. Or, dans un retour sur cette période on pourrait se demander si valoriser le féminin dans l’écriture ne revient pas à refuser d’inscrire dans l’Histoire la production littéraire des femmes en l’enfermant dans une nature particulière. L’article propose une réflexion critique autour de différentes théories sur l’« écriture féminine », exposant leur évolution depuis 1975, la portée et les enjeux liés à cette écriture, et notamment la place qu’occupe l’idée de nature dans ces discours.

19The Notion of Nature in Theories of « écriture féminine ».

20In the nineteen-seventies the idea of an « écriture féminine » was widely discussed. However, on looking back to this period, it might be asked if this notion did not imply a refusal to inscribe women’s writing in History, locking it up in a particular female nature. The article proposes a critical overview of some different theories about women’s writing, showing their evolution since 1975, their impact, the ideas at stake and in particular the place occupied by the notion of nature in these discourses.

Thérèse Studer

21L’invention d’un langage non sexiste pour l’administration fédérale suisse : le Leitfaden zur sprachlichen Gleichbehandlung.

22En ce qui concerne la féminisation de la langue, la Suisse s’est trouvée dans un rôle d’avant-garde. Verena Stefan se voit à l’initiative du débat lorsqu’en 1975 elle publie Mues, livre qui connaît un vif succès, suivi de nombreuses études linguistiques sur la relation entre langue, sexe et pouvoir. L’article analyse en particulier le Leitfaden zur sprachlichen Gleichbehandlung, sorte de guide pour une formulation non sexiste des textes législatifs et administratifs, édité par la Chancellerie fédérale suisse, en 1996.

23The Invention of Non-sexist Language for the Swiss Federal Administration : the Leitfaden zur sprachlichen Gleichbehandlung.

24In regard to feminization of language, Switzerland has been in the vanguard. The discussion was initiated by Verena Stefan in 1975, when she published her famous book Moultings, which gave rise to many linguistic studies of language, gender and power. The article commente in particular on the Leitfaden zur sprachlichen Gleichbehandlung, a kind of guide to non-sexist wording in legislative and administrative texts, published by the Swiss federal Chancellery in 1996.

© Presses universitaires de Lyon, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search