Version classiqueVersion mobile

Nature, langue, discours

 | 
Merete Stistrup Jensen

La féminisation des noms de métiers en français

Légitimité – légalité1

Anne-Marie Houdebine-Gravaud

Résumé

En 1984, la Ministre des droits de la femme, Yvette Roudy, met en place une commission de terminologie chargée d’étudier les possibilités de la féminisation des noms de métiers, titres et fonctions. L’article présente le résultat de ce travail appuyé sur de nombreuses enquêtes auprès des usagers de la langue. Si une majorité des réponses favorisait déjà en 1986 la féminisation, on constate que l’usage a nettement tranché en sa faveur aujourd’hui.

Texte intégral

Bref historique

  • 1 Le texte de la conférence du 6 nov. 1998 a été conservé tel quel mais des inserts ont été ajoutés, (...)
  • 2 Cf. par exemple Anne-Marie Houdebine, « Le français au féminin », La Linguistique, 23, 1987-1, p. 1 (...)
  • 3 Cf. bibliographie : ouvrages de Alvaro Garcia Meseguer, Pierre Guiraud, Marina Yaguello, ou encore (...)

1Une mission au Québec, à l’Université Laval en 1981, m’avait montré la capacité du français de désigner des fonctions au féminin en me donnant le titre de « professeure en visite ». Depuis l’essor des travaux féministes américains, les études linguistiques s’intéressaient de plus en plus ces années-là au marquage du sexe dans les langues, à la mise au jour des comportements et des attitudes verbales2 des femmes et des hommes ou encore au sexisme du vocabulaire dans les paradigmes irréguliers des nominations, à l’occultation des femmes sous le genre masculin, au sexisme des représentations et des attentes sociales véhiculées par les images et les discours (cf. la « langue du mépris », les métaphores injurieuses adressées à une femme, jument, lapine, gourde, etc.)3.

  • 4 Avec Verena Aebisher, Anne Decrosse, Claire Forel, Béatrice Frankel, Marcelle Marini, Jackie Schon.
  • 5 Cf. Mary Ritchie Key, Male/female language, N. J. Metuchen, 1975, ou Ann Bodin, « Sexocentrisme et (...)

2Une table ronde s’est tenue à Beaubourg le 5 mars 1983 sur le sexisme et le langage4. J’en rendis compte le 8 mars, dans le même lieu, en rappelant les codages différents de l’identité sexuée selon les langues, voire le sexisme linguistique, y compris dans celles où ces phénomènes ne semblent pas apparaître comme en français. En effet, si nos sociétés occidentales ne connaissent pas les différences langagières par exclusivité5 y subsistent les discriminations salariales et sexuelles ou linguistiques et langagières.

3Je conclus ce rapport en présentant des stratégies diversifiées de résistance et de lutte : l’emploi du féminin générique en remerciant « toutes les présentes de m’avoir écoutée », en réinsistant sur le « risque à prendre par chacune/chacun qui s’aventure dans la transgression linguistique (pour obtenir) un changement réel » et sur le fait qu’à ce titre la nomination sociale des femmes relevait aussi de décisions sociales, politiques, juridiques, en un mot civiques et pas uniquement linguistiques. Ceci afin de proposer une recherche sur les noms attribués aux femmes dans les emplois, les fonctions, et un travail sur leur féminisation – que la plasticité de la langue française permet – afin que la citoyenneté des femmes sur la scène sociale fut reconnue.

4Cela fut dit en présence de la ministre des droits de la femme, Yvette Roudy, qui créa quelques mois plus tard (septembre) un groupe de travail, chargé de la mise en place d’une commission de féminisation des noms de métiers, titres et fonctions. Ceci en contact avec des femmes québécoises, suisses et belges ayant déjà travaillé sur ce domaine.

La commission de féminisation des noms de métiers, sa légalité

  • 6 Écrivaines, historiennes, journalistes, créatrices diverses, scientifiques, ainsi que académiciens, (...)
  • 7 Certes, c’est une levée d’ambiguïté que l’usage de cet « humain-mâle » ; mais est à entendre immédi (...)

5L’installation officielle de la commission de terminologie relative à cette question eut lieu en avril 1984. L’arrêté, paru au Journal Officiel le 29-2-84, avait été précédé de différents travaux tels la constitution d’une équipe de personnalités6 et de linguistes, de relevés des recherches déjà accomplies sur le thème (recherches universitaires ou actes concrets et en particulier travaux divers des Québécoises). Cela sur l’initiative d’Yvette Roudy, (Mitterrand, Président et Fabius, Premier ministre). À Benoîte Groult fut confiée la présidence de cette Commission de terminologie relative à la féminisation. Elle devint ainsi la cible des attaques de ceux qui croient toujours la langue française immobile et immobilisable, intouchable, surtout par des femmes, depuis toujours exclues du savoir et de la production symbolique dans l’imaginaire des hommes (humains-mâles)7 sinon dans les réalités des civilisations et des cultures.

6Comme il s’agissait de féminisation des noms de métiers, donc, précisément dit, de représentation linguistique des femmes au plan social (s’opposant à leur occultation sous le terme supposé générique du masculin), beaucoup de sexistes s’autorisèrent à manifester leur hargne profonde, envers les femmes et envers ce droit qu’elles s’arrogeaient de vouloir être nommées et de se nommer. Car ils supposèrent que la commission n’était constituée que de femmes sans jamais chercher à se renseigner sur l’exactitude de leur supposition ; cela malgré l’installation officielle de ladite commission, qui exigeait l’application des textes de loi déterminant la composition de telles assemblées de travail (présence obligatoire de personnalités diverses et de deux représentantEs de chaque ministère).

Plasticité des langues et résistances idéologiques et linguistiques

  • 8 [Ces termes sont attestés aujourd’hui comme une magistrate – qui paraissait impossible en 1986 – la (...)
  • 9 Énoncés attestés. Comme s’il n’existait qu’un dictionnaire où l’on trouverait la « vraie », la « bo (...)

7Comme toute autre, le français est une langue vivante. Il est capable d’innovations linguistiques. Les dérivations, compositions, métaphorisations qui surgissent dans toute parole en témoignent. Pour peu qu’elle soit écoutée sans que chacunE se laisse entraver par un imaginaire linguistique prescriptif à vision passéiste qui soutiendrait, comme certainEs veulent toujours le faire accroire, que le français a été parfait (sic) et qu’il ne peut plus que « s’abâtardir « (re-sic puisqu’il s’agit ici des lieux communs qu’on relève quotidiennement chez ceux et celles qui s’opposent à toute innovation langagière). Il est vrai que comme la langue est faite de conventions s’infiltrant en habitudes dans nos oreilles, certaines innovations paraissent étonnantes d’être inédites. C’est ainsi que l’on s’interdit de dire pompière ou chercheuse ou coureuse ou députée ou plombière8 sous le prétexte que « cela n’existe pas », que « ce n’est pas dans le dictionnaire »9, « que ce n’est pas beau » ou même douteux : « ça fait penser à des choses ! » (impensables évidemment !) c’est-à-dire à des connotations sexuelles comme pour coureuses (mais non pour coureur !) ou encore laides ou prétentieuses : par exemple on entend la vanité des écrivaines en soulignant la fin du mot -vaine mais on ne fait pas de même pour écrivain.

8Il est clair qu’il s’agit alors de projections, d’imaginaire social et linguistique ou d’idéologie conservatrice. Tout se passe comme si la locutrice ou le locuteur, dépossédé(e) de sa propre créativité linguistique se réfugiait dans le dictionnaire et se tournait vers la seule institution qui serait autorisée à dire quelle est la langue, oubliant qu’elle/il en est le sujet parlant. Seule l’institution officielle qu’est l’Académie française serait habilitée à produire quelques interventions linguistiques. Évidemment l’Académie soutient ce rôle. Aussi elle condamna brutalement les travaux de la commission de féminisation avant même de savoir ce qu’ils allaient être. [Comme elle a de nouveau stigmatisé en décembre 98 les initiatives féminisantes des ministres femmes du gouvernement qui ne faisaient pourtant qu’appliquer le texte de la circulaire de 1986 issue de la commission dont je parle].

9Pourtant en écoutant les usages on s’aperçoit de la plasticité linguistique. Nombre de métiers sont déjà nommés au féminin, ceux traditionnellement réservés aux femmes et quelques autres plutôt « bas de gamme » il est vrai. Or on constate également que lorsqu’un homme entre dans les premiers, une dénomination spécifique lui est donnée, de façon savante (académique) ou populaire, au masculin (assistant social, accoucheur, sage-homme, homme de ménage, etc.), l’inverse n’existant pas pour les femmes ou fort peu. Étrange différence qui continue d’occulter les femmes comme êtres sociaux pour les garder comme êtres à part, familiaux ou « les personnes du sexe » comme on disait il n’y a pas si longtemps. L’Académie elle-même, tenant compte de l’évolution sociale, avait pris l’initiative, sage, de masculiniser un nom de métier jusque-là féminin pour désigner un homme devenu assistante sociale et un autre exerçant la fonction de sage-femme. Assistant social a été facilement produit et adopté par les usages ; en revanche le terme sage-homme, apparu chez certains sembla bizarre. La composition, un homme-sage-femme, ne s’installa pas non plus. Les usages semblaient donc s’orienter vers accoucheur quand l’Académie intervint avec le « beau mot de maïeuticien » comme le dit G. Dumézil, dénonçant violemment l’outrecuidance des femmes qui allaient perturber toute la langue – et le lien social et les générations – avec leur féminisation ; ce qui ne l’empêcha pas de déclarer aimer le mot conne – pour lui, apparemment, le seul féminin possible du français. Cette injure, révélatrice de son sexisme et bel exemple de dénégation, montre que le féminin seul représente les femmes bien que Dumézil avançât que le masculin, neutre pour lui, le permet. Quant à maïeuticien, personne ne le retint et ne s’en souvient, comme diverses enquêtes, sur la masculinisation des termes, l’ont montré.

La question du genre

  • 10 Cf. Anne-Marie Houdebine (sous la dir. de), La Féminisation des noms de métiers en français et dans (...)

10Certaines langues n’utilisent pas la différence de genre (hongrois, finnois, coréen, etc.). Ce n’est que dans de tels cas qu’on peut parler génériquement, de façon neutre, du métier ; celui-ci sera précisé ultérieurement comme de femme ou d’homme10. Il n’en va pas de même en français où existent deux genres, le masculin et le féminin [à différencier de gender, rôle sexué ou sexuation]. Comme toutes les catégories linguistiques le genre est arbitraire, non motivé mais conventionnellement fixé, imposé dans la langue, avec parfois une valeur sexuée. Cela pour la plupart des noms d’animés humains voire animaux mais non pour tous. Sont souvent cités la sentinelle, le mannequin, la fourmi ou la girafe etc. pour témoigner de ces irrégularités. Pourtant qui parle français sait que le linguiste est un homme ; la linguiste, une femme. Et si la table ou le bureau, le camion ou la voiture, la liberté ou la mort ne sont apparemment pas sexuées, la langue poétique, celle de l’art (sculpture), des rêves, de la publicité montre qu’il n’en est rien, de même que la langue enfantine qui fait de la souris la femelle du rat...

  • 11 La neutralisation est l’effacement d’une distinction existant dans la langue ; elle n’est donc pas (...)

11La règle du système français est claire et peut être brièvement résumée : pour les noms animés et donc pour les noms de métiers, le masculin singulier renvoie au sexe mâle, aux personnes du sexe mâle, aux hommes, et le féminin aux personnes du sexe femelle, aux femmes. Reste le problème du pluriel avec syncrétisme des genres (les journalistes, les médecins, etc.) ou neutralisation11 (cf. les policiers, les chercheurs, puisqu’on a pu différencier le policier, la policière, un chercheur, une chercheuse, voire une chercheure etc.). Or le féminin pluriel est spécifique, spécifiant. Les cherche lires, les coiffeuses, les plombières sont des femmes. Ce genre ne peut donc pas être utilisé pour dire l’universel. L’espèce humaine est encore désignée par les hommes, l’homme (cf. les hommes préhistoriques, les droits de l’homme) ; d’où au Québec l’usage d’un terme plus ensembliste comme les droits de la personne.

12Cette difficulté, inhérente à la langue française dans l’usage du masculin, est supprimable au singulier mais pas au pluriel où l’ambiguïté (l’occultation des femmes) subsiste. Pour préciser le sexe quel qu’il soit, la composition est utilisable (cf. les linguistes-femmes, les journalistes-hommes, les plombiers-hommes, les médecins hommes, les médecins femmes. Cette spécificité du français a des incidences dans les usages écrits ou oraux (voir ci-dessous la féminisation dans les discours).

13Cependant même si certaines contraintes du système français sont consistantes, nombreuses également sont les possibilités plastiques de la langue en matière de féminisation des noms de métiers.

Légitimité de la féminisation

  • 12 Cf. Le Figaro du 29-6-84, article intitulé « Les verts ont vu rouge ! ».
  • 13 Cf. Louise Gagneur (1891), Hubertine Auclert (1924), Grévisse, Damourette, Pichon et autres, cités (...)

14L’entreprise de la commission constituait donc moins une transgression linguistique qu’une prise en compte des usages et des possibilités du système de la langue française ainsi que de l’état de la société. Sa légitimité comme sa légalité n’avaient donc pas de raison d’être attaquées. Quand elles le furent [quand la féminisation l’est encore] c’est pour de mauvaises raisons, de faux arguments, plus sexistes et conservateurs ou prescriptifs, qu’autre chose. CertainEs heureusement soutinrent cette action et la déclarèrent de « justice sociale et de clarification linguistique »12 ainsi que l’avaient noté bien des années auparavant des femmes et quelques grammairiens13.

Travaux et propositions de la commission de féminisation

  • 14 Voir Anne-Marie Houdebine (sous la dir. de), La Féminisation des noms de métiers en français et dan (...)

15Les travaux durèrent d’avril 84 à février 1986. Leur clôture effective peut être datée du 16 mars 1986, jour de la parution au Journal Officiel d’un texte bref résumant les propositions de la commission. Celles-ci s’ancrent sur les usages (normes statistiques). D’où de nombreuses enquêtes, ce qui n’est pas toujours le cas dans les commissions de terminologie, mais qui est important pour réussir un changement linguistique, œuvrant dans le sens des tendances dynamiques de la langue repérables dans les paroles des locutrices et locuteurs. De fait les mêmes tendances se dégagent dans les enquêtes menées cette année (1998)14.

  • 15 Pour cette notion d’imaginaire linguistique permettant de travailler les diverses attitudes ou norm (...)

16Les enquêtes de 1985-6 furent de deux sortes, de production (1) et d’attitude (2) dans des milieux hétérogènes, ou au contraire homogènes professionnellement, ce à l’aide des variables externes, habituellement traitées en socio-linguistique. Les premières demandaient une réponse à la question « pour nommer une femme dans ce métier que peut-on dire ? ». Les deuxièmes cherchaient à évaluer l’attitude du sujet parlant eu égard à la langue, soit son imaginaire linguistique15 laxiste, prescriptif, etc. Exemple : « parmi les noms de métiers au féminin proposés, quel terme préférez-vous, lequel vous paraît à exclure ? » etc.

  • 16 Cf. notre « Pour une linguistique synchronique dynamique », La Linguistique, 21, 1985, p. 7-36.

17Des relevés d’attestations orales ou écrites, synchroniques (dépouillements de grammaires, de journaux, d’émissions de radios et télévisions) et diachroniques (recherches dans les dictionnaires, les archives ou romans historiques etc.) constituent également le corpus ainsi que les travaux antérieurs des commissions québécoises (cela pour dégager les normes objectives, en particulier les normes systémiques)16. Les petites annonces, ou les offres d’emploi apportent aussi nombre d’informations encore convergentes aujourd’hui : la hiérarchisation sociale des métiers résiste. D’où l’usage du masculin pour les métiers prestigieux ou technico-scientifiques, le double genre, ou H/F, pour les autres. Cependant cette classe augmente, donc la discrimination s’affaiblit apparemment [sur les ondes et dans les journaux et ce encore davantage depuis l’arrivée des quatre ministres femmes voulant être désignées au féminin].

Résultats des enquêtes

  • 17 Les classes d’âge jeunes, les femmes en général ; les classes ou groupes les plus résistants étant (...)
  • 18 Cf. la règle de la quatrième proportionnelle : menuisier/menuisière> huissier/ ? =>huissière, etc.
  • 19 La féminisation minimale est celle qui utilise la forme stable et l’accord de genre : ex. une médec (...)

18Les diverses enquêtes de 1985-86 ont montré qu’une majorité d’usages17 favorise la féminisation des noms de métiers, même quand les sujets manifestent quelques résistances. Preuve que le système linguistique impose ses règles18. Seuls quelques termes font problème : médecin (médecine ?), professeur, ingénieur etc. L’article est alors seul porteur de la marque sexuée comme dans le cas des termes ayant la même forme au masculin et au féminin (le linguiste, la linguiste, un journaliste, une journaliste, un/une professeur, même si Voltaire proposait professeuse et si les QuébécoisES utilisent professeure. Ce qui indique la variété des possibilités existant. Outre la stabilité des formes, c’est-à-dire la féminisation minimale19 qu’on vient de voir, ou la féminisation attestée – celle qui s’entend, qu’on trouve dans les dictionnaires – sont favorisées les formes susceptibles d’être produites par dérivation (règle de la quatrième proportionnelle) ou par composition quand il faut préciser un sexe et que la forme linguistique ne permet pas de l’entendre (ministres femmes, journalistes hommes).

19Quelques exemples : conducteur donne conductrice, dans les enquêtes de production ; ce à 100 %, chez les hommes et les femmes. Mais 20 % d’entre elles, parmi les plus jeunes, proposent une conducteur 15 %, une conducteure 5 %. Ces dispersions témoignent des incertitudes des sujets parlants (normes subjectives) et d’une instabilité actuelle de la morphologie ou des procédures de synthématisation (néologisation) au niveau de la langue elle-même (niveau de la structure, norme systémique). Ainsi chercheuse (dérivation correcte, chercher>chercheur>chercheuse) en concurrence avec une chercheure ou une chercheur. On entend d’ailleurs cela dans les médias, qui peuvent dans un même article utiliser le féminin, la maire, la procureur, la juge... et le masculin ou des formes hybrides, le juge, madame le maire, etc.

20Il en va de même dans les enquêtes menées en 1998. On constate que la dérivation et la féminisation sont privilégiées, les plus jeunes locuteurs favorisant l’emploi de une + l’épicène, voire de une + -eure pour les termes en -eur. Ainsi une directeur, une rédacteur concurrencent-ils directrice, rédactrice ; doctoresse connu par 100 % des sujets, entendu par 80 % est proposé par seulement 40 % d’entre eux. D’autres formes du type une docteur, une docteure, apparaissant. L’affixe -esse senti comme diminutif affectif n’est, lui non plus, pas privilégié. Ainsi mairesse (l’épouse du maire) ne paraît-il pas adéquat et l’épicène une maire est-il préféré. Il en va de même pour une chef (une cheffe en Suisse) préféré à chéfesse.

21L’usage de l’affixe -euse est aussi en régression parce que celui-ci peut être porteur de fictions dépréciatives. Même quand le verbe de base existe (ex. sculpter) la forme -trice est en concurrence avec la forme sculpteuse (conforme à la norme systémique) et lui est souvent préférée, voire la féminisation minimale, d’où une sculpteur et une sculptrice en concurrence favorable par rapport à une sculpteuse.

22Ces éléments sur les affixes montrent l’intérêt de cette prise en compte des normes subjectives, ici essentiellement fictives, dans la planification linguistique ainsi que la force linguistique du système qui peut les contrer. Ainsi magistrate refusée en 1986 est-il aujourd’hui largement utilisée. De même députée qui peut être refusé parce que « l’ajout du e n’est pas beau » (norme fictive, esthétisation).

  • 20 [Des enquêtes près de jeunes locuteurs et locutrices indiquent l’extension actuelle et renouvelée d (...)

23Ajoutons que l’idéologie sociale conservatrice et l’imaginaire linguistique prescriptif, non moins conservateur, peuvent toujours se conforter pour que rien ne change dans la langue (et sans doute dans le statut idéologique sinon social des femmes). C’est ainsi que la présidente du RPR veut être désignée au masculin (Madame Le président) mais que la pression du système linguistique jouant et l’extension actuelle de la féminisation elle l’est souvent comme la présidente20.

  • 21 [Voir par exemple, Travail, genres, sociétés, 3/2000, L’Harmattan, Févr. 2000, p. 169-189].

24Une autre raison est avancée, pour refuser toute féminisation, plus difficile à réfuter car elle dit s’appuyer sur des arguments féministes, tel celui de l’égalitarisme. Homme et femme devraient être désignés de la même façon afin de ne pas discriminer les femmes en les faisant apparaître comme telles (sic !) ; arguments optimistes – l’égalité existerait – et aveuglés car la discrimination existe. Le temps de la parité exige encore, je crois, de faire apparaître les femmes dans la scène sociale, histoire de ne plus les cantonner dans la sphère privée avec des formes les désignant au féminin21.

Propositions de féminisation

  • 22 La fermeté de la commission se voit cependant dans le fait d’exclure des propositions les compositi (...)

25Rappelons rapidement les règles de féminisation données dans la circulaire de 1986. En s’appuyant sur les résultats des enquêtes et pour ne pas trop heurter les conservatismes – il faut aujourd’hui le reconnaître22 – la règle unique et première proposée par la commission fut – cependant très nettement – de féminiser les noms de métiers, cela de la façon la plus simple possible, en utilisant les termes existants au masculin et l’article au féminin (une journaliste, une chef, une syndic, une témoin), ou les termes dérivés connus, attestés ou aisément productibles (délégué/déléguée, une apprentie, une lieutenante, une huissière, une agente). Pour les termes, en -eur ou -teur a été recommandée une féminisation minimale, avec usage du déterminant et forme stable, (une censeur, une recteur, une ingénieur), l’emploi de la dérivation à partir du verbe de base (inspecter, inspecteur/inspectrice) ou d’un affixe entrant dans une série aisément repérable, -eur/-euse,-teur/-trice,-iteur/-itrice,-ateur/-atrice, etc. (éditeur/éditer,/éditrice, solliciteur/solliciter/solliciteuse, chroniqueur/chroniqueuse, recteur/rectrice (ou une recteur), etc. Les formes québécoises en -eure n’ont pas été retenues malgré l’intérêt qu’elles présentent pour favoriser la levée de l’occultation des femmes lorsque celles-ci sont désignées en nombre. Le choix fait par la commission française les masque de nouveau au pluriel (une professeur, les professeurs) alors qu’au Québec ce n’est pas le cas (les professeures).

26Dans les cas où diverses possibilités existent (causalités internes, systémiques), elles ont été énumérées sans imposer une règle particulière. L’usage tranchera, avons-nous pensé, la langue suivant sa propre dynamique si on la laisse créative. On remarque là d’une part une précaution des linguistes, membres de la commission, qui n’ont pas voulu imposer des formes même si le cadre législatif le permettait ; d’autre part la prise en compte de la dynamique linguistique informant la parole des locutrices et locuteurs, ainsi que de leur Imaginaire linguistique susceptible de l’influencer.

27Il est évidemment étrange, pour le juridique, qu’une commission n’impose pas de façon absolue les règles qu’elle propose. Mais cette attitude faisait chuter les critiques de totalitarisme, voire de fascisme linguistique adressées « aux dames de la commission ». D’ailleurs redonner au sujet parlant sa responsabilité de sujet parlant n’est-il pas favoriser la revivification linguistique et penser au français comme à une langue toujours vivante, même si comme d’autres elle est mortelle. Pour la défendre, la soutenir encore quelques temps ne faut-il pas lui permettre de mieux refléter les réalités de notre époque, d’être une parole vive pour ses sujets ?

28Rendre à chacunE l’usage effectif de sa parole subjective, faire effraction aux imaginaires prescriptifs, relève pour moi de l’éthique linguistique. C’est pourquoi j’ai répondu joyeusement et favorablement à la demande d’Yvette Roudy et de Benoîte Groult en décembre 1983, malgré les avatars possibles. J’ai alors pensé que la tâche proposée était conforme à mon éthique personnelle et professionnelle, de femme et de linguiste. Les recherches linguistiques, sur la différence sexuelle et en lexicologie, allaient servir, œuvrer dans le socius, sur le contrat social symbolique et civique, la langue étant alors ce lieu de la socialisation par une certaine homogénéisation des paroles au-delà des variations sociales, géographiques, sexuelles, discursives.

La féminisation dans les paroles et les discours

29Reste à œuvrer encore pour la féminisation des noms de métiers dans chacune de nos paroles, dans chacun de nos discours ou de nos écrits, puisque c’est en modifiant la langue que peuvent être changées les représentations stéréotypées, modèles toujours trop contraignants, surtout pour les filles et les femmes, même s’ils le sont aussi pour les garçons. Toute révolution des mentalités et des pratiques n’exige-t-elle pas un lexique nouveau ? Or il existe quelques difficultés linguistiques, discursives : comment dire en français l’universel (le genre humain) quand il n’existe que deux genres ? Concrètement comment publier une offre d’emploi sans occulter « le deuxième sexe » ? Le masculin suivi de H/F ou la juxtaposition des termes, utilisée dans les discours écrits (informaticien/informaticienne, les usagers et les usagères, etc.) qui permettent une double lecture peuvent lever des ambiguïtés. Il en est de même de différents procédés relevés au Québec, en Suisse, tels les étudiant/es, les étudiant-e-s ou les étudiant(e)s, les étudiantEs, les locuteur/trice/s, huissièrEs, les professeurs (hommes et femmes) etc. Mais ces formes se heurtent à de nombreuses résistances tant à l’oral qu’à l’écrit. Des raisons à la fois fictives et idéologiques renforcent les obstacles linguistiques : mettre les femmes entre tirets ou entre parenthèses paraît inconvenant. Le doublement des lexèmes « alourdirait » les énoncés écrits ou oraux les rendant, selon certainE-s, quasi incompréhensibles, et surtout très inesthétiques. L’horreur française de la répétition, pourchassée dans les écrits scolaires – exception faite des lettres et des chiffres des sciences exactes ! – s’inscruste dans les têtes les mieux faites. « C’est lourd, ce n’est pas beau » etc. Raisons esthétiques plus que réellement linguistiques comme l’on voit. Le coût économique éditorial est aussi avancé parfois. L’absence d’argumentations est plutôt visible. Reste cette difficulté de la répétition. Par exemple : au lieu de cette forme paraît simple à certains qui fait occultation des femmes on peut écrire cette forme paraît simple à certaines et certains (ou à certains et certaines) ou pour éviter les redoublements cette forme paraît simple à certain(e)s (levée d’occultation). On peut aussi rechercher des paraphrases effaçant les termes au masculin au profit de termes généraux. Exemple : cette forme paraît simple aux personnes interrogées. Mais est-ce toujours faisable et est-ce préférable ?

30Question en suspens. Une série de recherches entrant dans le cadre des règles de réécriture discursives (paraphrases, reformulations, travaillées pour les écrits de vulgarisation scientifique par exemple) est donc aujourd’hui à mener d’autant que si les francophones s’y attachent depuis plus d’une dizaine d’années déjà, cette réflexion est en France quasi inexistante hormis dans quelques revues féministes.

Pour poursuivre

31Donc qui veut lever l’occultation des femmes dans les paroles et les discours se trouve encore confronté(e) à quelques difficultés moins de vocabulaire (les désignations socio-professionnelles) que de morpho-syntaxe (accords, co-références, etc.). Pourtant trouver le mot « juste » au plus près des potentialités du système et des symbolisations de la réalité est d’importance. Cela sans « cratylisme naïf », sans l’illusion d’arrêter la polysémie, la variété et l’arbitraire linguistiques mais en soutenant le contrat linguistique et social, symbolique et démocratique, de la désignation référentielle. C’est que le rapport/individu-e/langue/société n’est pas simple. Une langue catégorise les données de l’expérience, les visions du monde, mais ne les emprisonne pas ; d’où la responsabilité de chaque sujet parlant qui en parlant actualise la langue et peut la changer ainsi que les mentalités. Or pour transformer celles-ci, il faut changer tant les structures sociales que les paroles des sujets, leur façon de dire et leur façon d’écouter.

32Question d’énonciation, de style, pas seulement dans les écrits littéraires mais dans l’écriture que peuvent être une parole singulière, et une façon d’agir, de vivre.

Bibliographie

Bibliographie

Aebisher Verena, Forel Claire (sous la dir. de), Parlers masculins, parlers féminins ?, Delachaux et Niestlé, Lausanne-Paris, 1983.

Aebisher Verena, Les Femmes et le langage, Paris, PUF, 1985.

Bard Christine (sous la dir. de), Un siècle d’antiféminisme, Paris, Fayard, 1999.

Durandeau André, Vasseur-Fauconnet Charline (sous la dir. de), Sexualité, mythes et culture, Paris, l’Harmattan, 1990.

García Meseguer Alvaro, Lenguaje y discriminacíon sexual, Montedison, Barcelone, 1984.

Guiraud Pierre, Sémiologie de la sexualité, Paris, Payot, 1978.

Kassaï Georges (sous la dir. de), Les Femmes et la langue. Contrastes, Z’éditions, 1990.

Houdebine Anne-Marie (sous la dir. de), La Féminisation des noms de métiers en français et dans d’autres langues, Paris, L’Harmattan, 1998.

Singy Pascal (sous la dir. de), Les Femmes et la langue. L’insécurité linguistique en question, Delachaux et Niestlé, Lausanne-Paris, 1998.

Ritchie Key Mary, Male female language, N. J. Metuchen, New York, 1975.

Vasconcellos Éliane, La Femme dans la langue du peuple au Brésil, Paris, L’Harmattan, 1994.

Yaguello Marina, Les Mots et les femmes, Paris, Payot, 1978.

Notes

1 Le texte de la conférence du 6 nov. 1998 a été conservé tel quel mais des inserts ont été ajoutés, signalés [], la situation de la féminisation des noms de métiers ayant quelque peu évolué depuis la nomination de ministres femmes au gouvernement qui ont favorisé grandement la circulaire de 1986 dont je parle ci-dessous.

2 Cf. par exemple Anne-Marie Houdebine, « Le français au féminin », La Linguistique, 23, 1987-1, p. 13-34 ; « L’une n’est pas l’autre ou : genre et sexe en français contemporain » dans Genre et Langage, Actes du colloque de Paris-Nanterre, déc. 1988, p. 107-136.

3 Cf. bibliographie : ouvrages de Alvaro Garcia Meseguer, Pierre Guiraud, Marina Yaguello, ou encore nos contributions, entre autres « De la femme dans les discours. Construction idéologique et analyses sémiologiques », Femmes, sujets des discours, Cahiers du CEDREF, 1990, p. 51-76, « La langue et les femmes », préface à l’ouvrage d’Eliane Vasconcellos, La Femme dans la langue du peuple au Brésil, L’Harmattan, 1994, p. 7-26.

4 Avec Verena Aebisher, Anne Decrosse, Claire Forel, Béatrice Frankel, Marcelle Marini, Jackie Schon.

5 Cf. Mary Ritchie Key, Male/female language, N. J. Metuchen, 1975, ou Ann Bodin, « Sexocentrisme et recherches linguistiques », dans Verena Aebisher et Claire Forel, Parlers masculins, parlers féminins ?, Delachaux et Niestlé, 1983, p. 35-63, ou Anne-Marie Houdebine, « Les femmes et la langue », Tel Quel, 74, 1977, p. 84-95 et « Sexualité et identité ou du codage de la différence sexuelle », dans André Durandeau et Charline Vasseur-Fauconnet, Sexualité, mythes et culture, l’Harmattan, 1990, p. 199-232.

6 Écrivaines, historiennes, journalistes, créatrices diverses, scientifiques, ainsi que académiciens, inspecteurs généraux de l’Éducation nationale, etc. Les contacts, acceptations et refus furent très révélateurs. Cf. sous ma direction, La Féminisation de noms de métiers en français et dans d’autres langues, L’Harmattan, 1998.

7 Certes, c’est une levée d’ambiguïté que l’usage de cet « humain-mâle » ; mais est à entendre immédiatement le danger de cette adjonction, mâle ou femelle, renvoyant à un paradigme de l’animalité alors que l’humain est fait de culture, de symbolique, d’histoire, de langage, etc.

8 [Ces termes sont attestés aujourd’hui comme une magistrate – qui paraissait impossible en 1986 – la procureur, la députée (Libération du 14-9-2000), la maire (Libération du 16/17-9-2000), encore qu’on relève dans l’article la maire et madame le maire – adjonction sept. 2000].

9 Énoncés attestés. Comme s’il n’existait qu’un dictionnaire où l’on trouverait la « vraie », la « bonne », la « belle » langue française. Attitudes fictives et prescriptives.

10 Cf. Anne-Marie Houdebine (sous la dir. de), La Féminisation des noms de métiers en français et dans d’autres langues, L’Harmattan, 1998, p. 93-112.

11 La neutralisation est l’effacement d’une distinction existant dans la langue ; elle n’est donc pas à confondre avec le neutre.

12 Cf. Le Figaro du 29-6-84, article intitulé « Les verts ont vu rouge ! ».

13 Cf. Louise Gagneur (1891), Hubertine Auclert (1924), Grévisse, Damourette, Pichon et autres, cités dans notre article, « Le français au féminin », La Linguistique, 23, 1987-1, p. 26-27.

14 Voir Anne-Marie Houdebine (sous la dir. de), La Féminisation des noms de métiers en français et dans d’autres langues, L’Harmattan, 1998, p. 149-72.

15 Pour cette notion d’imaginaire linguistique permettant de travailler les diverses attitudes ou normes, voir Pascal Singy (sous la dir. de), Les Femmes et la langue. L’insécurité linguistique en question, Delachaux et Niestlé, 1998, p. 155-176.

16 Cf. notre « Pour une linguistique synchronique dynamique », La Linguistique, 21, 1985, p. 7-36.

17 Les classes d’âge jeunes, les femmes en général ; les classes ou groupes les plus résistants étant les corps de l’armée, de la justice, et de la médecine. Il en va de même du point de vue du lexique ; preuve du lien étroit entre société/langue/sujet parlant.

18 Cf. la règle de la quatrième proportionnelle : menuisier/menuisière> huissier/ ? =>huissière, etc.

19 La féminisation minimale est celle qui utilise la forme stable et l’accord de genre : ex. une médecin blonde, etc.

20 [Des enquêtes près de jeunes locuteurs et locutrices indiquent l’extension actuelle et renouvelée de ces formes de féminisation, en particulier celles en -esse (journée de l’INALF mars 2000 – à paraître)]

21 [Voir par exemple, Travail, genres, sociétés, 3/2000, L’Harmattan, Févr. 2000, p. 169-189].

22 La fermeté de la commission se voit cependant dans le fait d’exclure des propositions les compositions (un médecin-femme, une femme-médecin) considérées comme des évitements, encore qu’on puisse les utiliser pour se dégager des ambiguïtés de la neutralisation du genre-sexe au pluriel (ministres femmes, journalistes hommes).

Auteur

Professeure de linguistique et de sémiologie à l’université Paris 5 (département de linguistique). Sa thèse de doctorat ès lettres et sciences humaines en sociolinguistique lui a permis d’avancer le concept d’Imaginaire linguistique (fantasmes des sujets sur les langues). Ses travaux et publications concernent la sémiologie de l’image, la différence sexuelle et la langue, les femmes et la langue, les images des femmes, leur occultation, leur dévalorisation, dans la langue et la culture, et la féminisation des titres et fonctions. Membre de la commission de féminisation des noms de métiers présidée par Benoîte Groult, elle a en effet contribué activement à la rédaction du texte de la circulaire de 1986 – cf. La Féminisation des noms de métiers en français et dans d’autres langues, L’Harmattan, Paris, 1998.

© Presses universitaires de Lyon, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search