Version classiqueVersion mobile

Nature, langue, discours

 | 
Merete Stistrup Jensen

L’invention d’un langage non sexiste pour l’administration fédérale suisse : le Leitfaden zur sprachlichen Gleichbehandlung

(Chancellerie fédérale suisse, 1996)

Thérèse Studer

Résumé

En ce qui concerne la féminisation de la langue, la Suisse s’est trouvée dans un rôle d’avant-garde. Verena Stefan se voit à l’initiative du débat lorsqu’en 1975 elle publie Mues, livre qui connaît un vif succès, suivi de nombreuses études linguistiques sur la relation entre langue, sexe et pouvoir. L’article analyse en particulier le Leitfaden zur sprachlichen Gleichbehandlung, sorte de guide pour une formulation non sexiste des textes législatifs et administratifs, édité par la Chancellerie fédérale suisse, en 1996.

Texte intégral

Comment l’administration helvétique en est venue à l’élaboration d’un « Guide pour la formulation non sexiste des textes législatifs et administratifs » – 25 ans de féminisation de la langue allemande

1« Abus de pouvoir », « atteinte à la langue française », « violence faite à l’usage », « contresens grammatical », ou encore, démarche allant « à l’encontre de la cause qu’elles [les femmes] croient défendre », etc. – c’est par ce genre de propos que les adversaires de la féminisation, Académie en tête, accueillirent la décision des femmes ministres du gouvernement Jospin de se faire appeler Madame la ministre, puis quelques mois plus tard les circulaires du 9 mars et du 9 juillet 1998, qui préconisent l’utilisation des formes féminines pour les noms de métiers, de titres et de fonctions. À en croire cette levée de boucliers, l’État français s’apprêtait à imposer la féminisation de force, au mépris non seulement du sacro-saint génie de la langue française (si souvent invoqué dans ce type de débat), mais encore de la pratique de la langue et de la volonté de celles et ceux qui l’utilisent.

2Or, une chose est certaine : en 1998, pareil tollé à propos de la question de savoir si une femme qui occupait la fonction de ministre avait le droit de se faire appeler Madame la ministre ou non, n’était plus imaginable en Suisse. Ce qui ne signifie évidemment pas qu’en Suisse l’égalité des sexes soit chose acquise dans tous les domaines de la langue (ni à plus forte raison ailleurs). Cela ne signifie pas non plus qu’il n’y ait pas de résistance contre ce qu’on appelle, de façon peu précise, la féminisation de la langue. Mais on est en droit d’affirmer que depuis une vingtaine d’années les choses ont beaucoup évolué, et que l’utilisation des formes féminines, ou plus généralement l’emploi d’une langue qui ne soit pas discriminatoire pour les femmes, s’est plus ou moins imposée dans de nombreux domaines de la vie publique – surtout en Suisse alémanique, mais également, bien que dans une moindre mesure, en Suisse romande et en Suisse italienne.

3Par conséquent, le Leitfaden zur sprachlichen Gleichbehandlung, sorte de guide pour la formulation non sexiste des textes législatifs et administratifs édité par la Chancellerie fédérale suisse en 1996 (et qui se rapporte à l’allemand exclusivement) ne peut, en aucun cas, être considéré comme un diktat imposé par l’État contre les habitudes langagières ou contre l’évolution naturelle de la langue allemande. Il est sans doute beaucoup plus juste de dire qu’il s’agit en quelque sorte de l’aboutissement – d’un des aboutissements – d’un débat qui fut entamé dans les années soixante-dix au sein des milieux féministes d’Allemagne (R.F.A.), de Suisse et d’Autriche. C’est la raison pour laquelle la première partie du présent texte propose un bref aperçu de ce débat, plus particulièrement de ses débuts (de 1975 à 1984), et surtout de la manière dont il a été porté, très tôt déjà, dans les institutions fédérales. La seconde partie, quant à elle, sera consacrée à la présentation proprement dite du guide ainsi qu’aux buts qu’il vise.

La naissance du débat en Allemagne

  • 1 Paru en français en 1977, sous le titre de Mues, éditions Des Femmes.
  • 2 « Beim schreiben dieses Buches, dessen Inhalt hierzulande überfällig ist, bin ich Wort um Wort und (...)

4L’une des premières à avoir attiré l’attention sur le caractère sexiste de la langue allemande fut Verena Stefan, écrivaine née en Suisse en 1947 et vivant à l’époque à Berlin. Paru en 1975, son petit livre Häutungen1 (zool. : mues, métamorphoses) commence par la phrase suivante : « En écrivant ce livre – qui comble un retard criant dans ce pays – je me suis heurtée à chaque mot, à chaque terme de la langue existante. – Si mon sentiment a été si violent, c’est sans doute parce que je parle de sexualité » (trad. TS2). Ce mince volume (130 pages à peine) a connu un énorme succès à sa parution, et il a incontestablement contribué à déclencher la réflexion sur le caractère machiste et sexiste de la langue dans les milieux féministes allemands, suisses et autrichiens.

  • 3 Pour plus de précisions, voir la bibliographie.

5Trois ans plus tard, en 1978, les premières linguistes se mêlèrent à leur tour au débat. Cela débuta par un article de Senta Trömel-Plötz publié dans une revue de linguistique renommée, Linguistische Berichte, dans lequel, se référant aux études américaines déjà nombreuses à l’époque, elle démontre que les femmes ne sont pas traitées de la même manière que les hommes, ni par le système de la langue (grammaire et vocabulaire), ni dans la communication, et que cette inégalité, évidemment, fait pencher la balance en faveur des hommes. Ce texte provoque immédiatement la réaction virulente d’un collègue, du nom de Hartwig Kalverkämper, qui se sent la vocation d’expliquer à Trömel-Plötz qu’elle n’a en fait rien compris à la linguistique, qui pour lui ne saurait être que structuraliste. Ses arguments sont plus ou moins ceux qu’invoquera Maurice Druon vingt ans plus tard : à savoir qu’il y a confusion entre sexe et genre, et qu’une interprétation scientifique des faits démontre que le masculin peut fort bien fonctionner comme genre neutre, raison pour laquelle il est parfaitement apte à désigner non seulement les hommes mais encore les femmes. En réponse à Kalverkämper, Luise Pusch, qui ne tardera pas à devenir la linguiste féministe la plus connue en pays germanophones, publie son premier article sur le sujet, également dans Linguistische Berichte (1979)3.

  • 4 Louise Pusch et al. « Richtlinien zur Vermeidung sexistischen Sprachgebrauchs », Linguistische Beri (...)
  • 5 Ingrid Guentherodt, « Behördliche Sprachregelungen gegen und für eine sprachliche Gleichbehandlung (...)

6Par la suite, en 1980 et 1981, Linguistische Berichte consacrent deux numéros entiers à la linguistique féministe, sous le titre de Sprache, Geschlecht und Macht (Langue, sexe et pouvoir). C’est ici que sont publiées pour la première fois des recommandations visant à éliminer les sexismes de la langue allemande4 et que la langue de l’administration est étudiée dans la perspective de l’égalité de traitement des sexes5.

7À partir de là, le flot de publications n’a cessé d’augmenter. Coup sur coup, sont parus plusieurs livres ayant pour thème le langage et le sexisme ; et le fait qu’il s’agit d’éditions de poche montre bien le grand intérêt que suscitait la question au début des années quatre-vingt auprès d’un public qui dépassait de loin le mouvement féministe d’une part, et les milieux linguistiques d’autre part. En 1982, Trömel-Plötz publie Frauensprache : Sprache der Veränderung, suivi, en 1984, de Gewalt durch Sprache, tandis que Pusch fait paraître Das Deutsche als Männersprache, également en 1984. Il faut noter par ailleurs que les contacts amicaux entre plusieurs féministes suisses et les deux linguistes allemandes, qui à l’époque travaillaient à l’Université de Constance, eurent pour effet que, pendant des années, toutes deux furent régulièrement invitées en Suisse où elles donnèrent des conférences et dirigèrent des séminaires et colloques, touchant ainsi un nombre considérable de personnes.

8Depuis, de nombreux travaux de recherche – articles, livres, thèses de doctorat – ont été publiés dans les trois pays germanophones. Pour passionnante qu’elle soit, nous n’entrerons cependant pas dans les détails de cette extraordinaire progression, car le moment est venu de nous tourner vers l’évolution de la question dans l’administration fédérale helvétique.

L’administration fédérale et la féminisation du langage

9On trouve une première trace du débat dans un texte publié en 1983 par la Commission fédérale pour les questions féminines. En effet, la deuxième édition d’un petit dictionnaire des données sur l’émancipation des femmes et des hommes, intitulé en allemand Ausgelaugt bis Zärtlichkeit, en français d’Adaptation à Zèle, comporte une entrée Sprache – Langue/langage. La première version de ce même dictionnaire, parue deux ans plus tôt, était pour sa part encore dépourvue d’un tel article.

10Alors que ce petit ouvrage pouvait être considéré comme un événement plutôt marginal au sein de l’administration fédérale, il n’en va pas de même du Rapport sur le programme législatif Égalité des droits entre hommes et femmes publié par le Conseil fédéral en 1986. Le gouvernement helvétique considère en effet que l’égalité des sexes, qui est en principe garantie par un article constitutionnel en vigueur depuis 1981, doit devenir une réalité non seulement dans les domaines de la politique, du travail, de la formation, des sciences, etc., mais également dans celui de la langue. Il importe donc que les textes publiés par la Confédération soient rédigés en un langage dépourvu de tout sexisme. Reconnaissant que l’utilisation du masculin générique, même si elle ne correspond pas à une inégalité de droit, renforce néanmoins certaines inégalités de fait, le Conseil fédéral déclare :

  • 6 Ersatzmitglied = membre suppléant.

[...] dans tous les actes législatifs applicables indifféremment aux hommes et aux femmes, il paraît judicieux d’opter, dans la mesure du possible, pour une terminologie qui, elle non plus, ne fasse pas de différence entre les sexes. S’il existe des termes neutres, il faut les employer, notamment pour désigner les charges et les fonctions. Dans la version allemande des textes légaux, il convient par exemple d’utiliser le terme « Ersatzmitglied » plutôt que « Ersatzmann ». Dans d’autres cas, par contre, il peut s’avérer nécessaire de mentionner charges et fonctions au masculin et au féminin (FF 1986 I 1141)6.

11Bien que cette déclaration, du reste assez générale, concerne nécessairement les trois langues officielles (all., fr. it.), il est intéressant de noter que dans la version française, traduite de l’allemand, l’exemple illustrant le propos du gouvernement est cité en allemand, alors qu’il aurait tout à fait été possible de trouver un exemple français équivalent, cf. homme de confiancepersonne de confiance. Mais que le traducteur francophone – ou était-ce une traductrice ? – n’ait manifestement pas ressenti la nécessité de transposer l’exemple en français est symptomatique et illustre bien le fait que l’initiative en la matière vient de Suisse alémanique, où la sensibilisation à la question n’a cessé d’augmenter depuis quelques années.

12Contrairement à la circulaire Roudy, qui date également de 1986, le problème de la féminisation de la langue législative et administrative n’est pas tombé aux oubliettes en Suisse. Dans les années qui suivent, le Conseil fédéral est amené à plusieurs reprises à se prononcer sur le sujet, en réponse à des motions, postulats, interventions parlementaires dont les auteur-e-s prennent tout à tour position pour ou contre la féminisation.

13En 1988, la Chancellerie fédérale institue un groupe de travail interministériel, dont le mandat est, premièrement, d’analyser les questions juridiques et linguistiques en rapport avec la formulation non sexiste des textes législatifs et administratifs, et deuxièmement, d’élaborer des recommandations pour un langage respectant l’égalité des sexes, qui soient conformes à l’avis du Conseil fédéral. Le groupe publie son rapport en juin 1991, dans les trois langues nationales comme c’est obligatoirement le cas en Suisse, l’original étant, à nouveau, la version allemande. Malgré le fait que les trois communautés linguistiques étaient chacune représentées par quatre membres, on ne peut, à la lecture des quelque 80 pages que compte le rapport, se défaire de l’impression qu’elles reflètent essentiellement la discussion sur la féminisation du langage telle qu’elle se déroule dans les pays de langue allemande. Le rapport conclut qu’il existe différents moyens linguistiques permettant de réaliser l’égalité des sexes dans les textes législatifs et administratifs et qu’il convient de les utiliser tous afin de parvenir aux meilleurs résultats possibles. Ce principe étant valable pour les trois langues officielles, le rapport laisse tout de même entendre que les difficultés, et du coup les solutions, pourront varier d’une langue à l’autre.

  • 7 Cf. les numéros 1990/1, 1990/2, 1991/1.

14Parallèlement à l’activité du groupe de travail, le Bulletin de la Société suisse de Législation d’aujourd’hui ouvre ses colonnes au débat7. Brauchen wir eine neue Gesetzes- und Verwaltungssprache ? – Avons-nous besoin d’une nouvelle langue législative et administrative ? demande Urs Albrecht de la Section allemande des Services linguistiques centraux. Bien qu’il s’agisse d’une publication trilingue et que la question s’adresse, en principe, aux trois, voire aux quatre communautés linguistiques, les réponses, qui sont nombreuses et dans l’ensemble plutôt positives, sont presque exclusivement rédigées en allemand et ne concernent en fait que cette langue.

15Enfin, en juin 1993, le Conseil fédéral publie un arrêté, selon lequel l’administration fédérale est tenue de respecter et de promouvoir l’égalité des sexes dans les textes qu’elle publie, tout en tenant compte des possibilités et des spécificités des trois langues officielles. En clair, cela signifie que seuls les actes législatifs rédigés en allemand obéiront entièrement aux principes de l’égalité des sexes. Le Conseil fédéral considère en effet que le français et l’italien se prêtent moins bien à une féminisation conséquente que l’allemand (il va même jusqu’à parler de « problèmes insurmontables »). Les trois Services linguistiques sont par ailleurs appelés à élaborer des recommandations à l’intention du personnel de la Confédération. Pourtant, jusqu’ici seul le Service allemand a répondu à l’appel ; il n’existe de recommandations ni pour le français ni pour l’italien, et il ne semble pas que cet état de fait doive changer dans un proche avenir.

16Ce bref aperçu historique aura, je l’espère, étayé mon propos du début : il serait effectivement faux d’affirmer que le Leitfaden zur sprachlichen Gleichbehandlung a été imposé d’autorité par les hautes instances fédérales à une administration réticente, et contre les habitudes et tendances langagières. Tout au contraire, la demande est venue de la base, si bien que le Conseil fédéral et la Chancellerie ne pouvaient pas ignorer l’appel. Dans cette perspective, le débat au niveau institutionnel s’inscrit dans un cadre beaucoup plus large, l’administration fédérale n’ayant nullement l’exclusivité des réformes linguistiques.

17En effet, un peu partout en Suisse alémanique, la féminisation du langage est à Tordre du jour depuis le milieu des années quatre-vingt. Les rédactions de plusieurs journaux, de la radio, mais aussi la poste, pour ne citer que quelques exemples, élaborent des directives et recommandations internes ; l’Union suisse des journalistes, ou plus exactement un groupe de femmes journalistes de langue allemande, publie, en 1984, une brochure intitulée Die Sprache ist kein Mann, Madame ; en 1988, le « Netzwerk schreibender Frauen » (= Réseau des femmes écrivains) fait paraître ses Richtlinien zur Vermeidung sexistischen Sprachgebrauchs, petite brochure très bien documentée et pleine d’imagination, qui connaît rapidement une deuxième édition remaniée, parue sous le titre de Übung macht die Meisterin (1991). Et cela fait belle lurette que dans les universités et écoles plus personne ne parle (n’ose parler) de Studenten (étudiants) ou de Schüler (écoliers) au masculin, formes qui ont été remplacées par die Studierenden et die Schülerinnen und Schüler.

18Les administrations cantonales et communales, pour leur part, ne sont pas demeurées en reste. Depuis le début des années quatre-vingt, on a institué un peu partout des bureaux pour la promotion de l’égalité entre femmes et hommes, dont les responsables ne se lassent d’insister sur l’importance qu’il y a à utiliser un langage égalitaire dans les textes officiels. Ainsi, le Canton de Berne, véritable pionnier en la matière, s’est doté de directives, en 1987, déjà. D’autres ont suivi, et comme nous sommes en Suisse, les choses n’évoluent pas partout de la même façon ni à la même vitesse. Dans certains cantons et bien des communes, il ne se passe rien – ou presque. Mais il arrive aussi qu’on ne soit pas loin de faire la révolution, comme le montre l’exemple de la commune de Wädenswil (canton de Zurich), où le Conseil communal a failli faire passer une nouvelle loi communale rédigée entièrement au féminin (générique, bien sûr). Il y était question d’électrices, de conseillères communales et autres présidentes, le tout précédé d’un préambule expliquant que les hommes étaient bien entendu compris dans ces formes féminines. La révolution n’a finalement pas eu lieu, le peuple ayant refusé la proposition par trop audacieuse, mais Wädenswil a depuis 1993 une loi communale répondant en tous points aux principes de l’égalité des sexes.

Le Leitfaden zur sprachlichen Gleichbehandlung im Deutschen

19Publié en 1996 par la Chancellerie fédérale, le Leitfaden se présente sous forme d’une brochure illustrée de 135 pages. Il est le fruit du travail d’un groupe de 13 personnes (10 femmes et 3 hommes), qui représentaient pour la plupart les diverses institutions fédérales (ministères, Bureau fédéral de l’égalité entre femmes et hommes, Bureau fédéral du personnel). Deux linguistes (Helen Christen et Thérèse Studer, toutes deux enseignantes à l’Université de Genève) étaient engagées comme conseillères scientifiques externes. La rédaction définitive était assurée par Urs Albrecht, de la section allemande des Services linguistiques centraux, en collaboration avec Anna-Katharina Pantli, stagiaire à la Chancellerie fédérale.

20Parmi les destinataires il faut compter toute personne travaillant dans l’administration fédérale qui est amenée à écrire des textes, à quelque niveau hiérarchique que ce soit. Que l’on rédige une proposition d’article de Constitution, un message adressé à la population ou encore une lettre destinée au personnel de son Service, on est censé-e respecter les principes énoncés par le guide. Bien que celui-ci n’ait pas valeur de loi (Leitfaden peut en effet être traduit par guide, ou encore par manuel, abrégé ou précis), les textes officiels législatifs et administratifs passent tous par le contrôle du Service des langues, où ils sont modifiés, s’il y a lieu, dans le sens de l’égalité des sexes. Selon Urs Albrecht, les corrections de ce genre tendent cependant à devenir de moins en moins nécessaires, ce qui montre bien que, dans l’ensemble, le personnel respecte les recommandations du guide. Notons par ailleurs que la Section allemande du Service des langues organise régulièrement des cours de formation continue pour le personnel. C’est ainsi qu’en 1999 s’est tenue une série de cours intitulée Deutsche Sprache in Bewegung (L’allemand : une langue qui bouge), où il était question non seulement de féminisation de la langue, mais encore de la récente réforme de l’orthographe et de l’utilisation de mots étrangers en allemand.

21Le Leitfaden se veut avant tout instrument de travail, manuel pratique et praticable, c’est-à-dire qu’il est conçu davantage comme un ouvrage de référence et de consultation que pour une lecture suivie du début à la fin. Ainsi, l’un de ses buts est de donner des réponses claires en cas de doute et, par-là, de mettre un peu d’ordre dans des pratiques multiples et parfois peu cohérentes.

Structure de la brochure

22La brochure se divise en trois grandes parties, faciles à distinguer grâce à leurs couleurs différentes (blanc, gris, bleu).

23La première partie rappelle très brièvement les principaux événements qui ont conduit à l’élaboration du guide (article constitutionnel de 1981, rapports, programme législatif, décisions du Conseil fédéral, cf. ci-dessus). Puis sont énoncés quelques principes fondamentaux de l’égalité entre femmes et hommes dans le domaine linguistique qui répondent en fait à deux questions : Pourquoi ? Et comment ? – Pourquoi faut-il réaliser l’égalité des sexes dans la langue ? Et comment y parvient-on ?

  • 8 En allemand : Alle Schweizer sind vor dem Gesetze gleich. – Jeder Schweizer ist wehrpflichtig. – Be (...)

24Les auteur-e-s du guide font remarquer que la langue constitue, au même titre, par exemple, que l’emploi ou la formation professionnelle, un des domaines de la vie sociale où l’égalité entre femmes et hommes n’est pas encore une réalité, et qu’il convient, par conséquent, de tout mettre en œuvre pour que cela change. Dans cette optique, il est essentiel que l’on parle des femmes, que l’on parle aux femmes, dans une langue qui ne dissimule pas leur existence, avec des mots qui leur permettent de se sentir directement impliquées. C’est le seul moyen de ne pas les obliger à se demander sans cesse si elles sont vraiment concernées ou non, question qui se pose à chaque fois que l’on utilise un masculin soi-disant générique. L’exemple que l’on cite souvent à cet égard est la différence de sens qu’il y a entre les emplois du nom Suisse(s) dans les passages suivants de l’ancienne Constitution helvétique, en vigueur jusqu’en 1999 : Tous les Suisses sont égaux devant la loi (art. 4,1) ; Chaque Suisse est tenu au service militaire (art. 18,1) ; Les Suisses et les Suissesses ont les mêmes droits et les mêmes devoirs en matière d’élections et de votations fédérales (art. 74,1)8.

25Désigner sans ambiguïté les femmes et les hommes amène donc un gain de clarté – avantage non négligeable pour la langue de la législation en particulier ! Mais il y a plus : même s’il ne suffit certes pas de changer la langue pour faire disparaître les inégalités dont sont victimes les femmes jusqu’à nos jours, et bien qu’il ne soit pas possible de mesurer avec exactitude l’impact que l’emploi de la langue a sur la pensée, la valeur symbolique des mots, de la manière dont on les utilise, ne fait aucun doute ; et il est permis de penser qu’en parlant, qu’en écrivant autrement, on finira par faire disparaître certains stéréotypes, contribuant de la sorte au changement des mentalités. Comme le disait Marina Yaguello dans Le Monde du 7 juillet 1998 : « Dire “Madame la ministre”, c’est aussi faire en sorte que les générations futures considèrent comme allant de soi le fait qu’une femme soit ministre ».

26Quant au comment, on peut distinguer trois moyens linguistiques permettant de faire référence aux femmes et aux hommes sans négliger personne : 1) les doublets, 2) les formes désignant indistinctement des personnes des deux sexes, 3) un certain nombre de tournures pouvant remplacer les noms de personnes.

27Ces trois principes sont chacun présentés en détail et illustrés par de nombreux exemples. Ainsi, concernant les doublets (1), le guide distingue d’une part les formes complètes, telles que die Vertreterin oder der Vertreter, Bürgerinnen und Bürger, Jungen und Madchen (cf. en français le maître ou la maîtresse, les électeurs et électrices, filles et garçons), d’autre part, les formes abrégées, pour lesquelles on se sert de barres obliques ou encore d’un I majuscule à l’intérieur du mot : der/die Vorgesetzte, Richterin/Richter, LehrerInnen, Dozent/in (cf. le/la juge, ouvrier/ouvrière, étudiantEs, assistant/e). Parmi les noms ne faisant pas de distinction entre les deux sexes (2), il y a d’une part ceux où l’opposition féminin/masculin est neutralisée, par exemple die Stimmberechtigten, Studierende der ETH, (cf. les juges, les jeunes, l’élève = noms épicènes), et d’autre part ceux dont le genre est purement arbitraire, comme das Mitglied, die Person, der Mensch (cf. la personne, la victime, l’individu). Quant au troisième principe (3), il recouvre en fait des procédés très divers. On peut par exemple éviter le masculin générique d’une phrase comme le candidat remplira les trois formulaires en s’adressant aux destinataires à la deuxième personne, ce qui donnera Veuillez remplir les trois formulaires – solution libre de tout sexisme, et plus personnalisée de surcroît. Et une tournure telle que Le versement de l’allocation pour enfants incombe à l’employeur sera avantageusement remplacée par L’allocation pour enfants est versée avec le salaire.

28Mais le guide ne se contente pas de présenter les différents procédés, il les accompagne également d’un bref commentaire sous le titre de Wirkungen und Folgen (Effets et conséquences) où sont mis en évidence les avantages et les inconvénients qu’il y a à utiliser telle ou telle forme. À titre d’exemple, les doublets ont l’incontestable mérite de désigner explicitement les femmes et de ne laisser aucun doute sur le fait qu’il est bien question de personnes des deux sexes. Cependant, lorsqu’ils sont nombreux où qu’ils doivent être répétés (ce qui risque souvent d’être le cas dans les lois et règlements), ils alourdissent le texte, voire le rendent parfois presque illisible. C’est d’ailleurs précisément à ce genre de textes, littéralement truffés de doublets (et il est vrai qu’on en trouve), que s’en prennent les adversaires de la féminisation pour démontrer que celle-ci constitue un danger pour la langue. Le propos du Guide est de démontrer que les moyens linguistiques disponibles en allemand dépassent de loin les seuls doublets, et que c’est en combinant les trois procédés que l’on parviendra à écrire un style ayant l’avantage d’être clair, sobre, voire même élégant, et... non discriminatoire. Ceci implique cependant que l’auteur-e conçoive son texte dans une perspective d’égalité dès le début. Écrire est un acte créateur, et on ne voit pas pourquoi l’inventivité, la créativité ne devraient pas être mises au service de l’égalité des sexes (entre autres). En d’autres termes, il faut absolument éviter un procédé qui a encore trop souvent cours et qui consiste, en un premier temps, à écrire son texte à la vieille manière, pour ensuite le corriger, ou, pis encore, le faire corriger en vue de la féminisation. C’est fastidieux, et le résultat est presque toujours très peu satisfaisant.

29La deuxième partie de la brochure traite des différents types de texte que l’on est amené-e à rédiger dans une administration de l’État, ainsi que de la meilleure manière de mettre en œuvre la féminisation dans chaque cas précis. Je me contenterai ici d’en relever le point le plus important. En effet, pour les textes continus – tels que les actes législatifs (lois, règlements, statuts), les rapports, les messages à l’intention de la population – le guide préconise l’emploi exclusif de formes complètes. En revanche, il admet les formes abrégées dans des textes tels que les formulaires, les offres d’emploi, les diplômes et les pièces d’identité. À propos de ces dernières, il est amusant de noter que pour le passeport suisse c’est en effet la solution de la barre oblique qui a été choisie : Le/la titulaire de ce passeport est citoyen/ne suisse et peut rentrer en Suisse en tout temps ; Der/Die Inhaber/in dieses Passes ist Schweizerbürger/in und kann... etc. Quant à la carte d’identité, la Confédération a opté pour une autre démarche, puisqu’il existe deux types de cartes : les unes destinées aux femmes, où il est marqué Schweizer Bürgerin, citoyenne suisse, etc., les autres réservées aux hommes, sur lesquelles on peut lire Schweizer Bürger, citoyen suisse, etc.

30Finalement, la troisième partie est conçue comme chapitre de référence, dans lequel on trouve, en introduction, des indications sur les règles de formation des noms féminins et masculins. En allemand, ceci est une affaire assez simple (sans doute plus simple qu’en français), puisque la plupart des féminins se forment en -in, ex. Bürgerin – Bürger (citoyen-ne) Kundin – Kunde (client-e), etc. L’exemple de Kundin – Kunde montre d’ailleurs qu’il est faux de dire que le féminin est toujours dérivé du masculin ; ce n’est par exemple pas non plus le cas pour les noms empruntés au français CoiffeuseCoiffeur. Suit une liste alphabétique de noms de personnes, professions et fonctions au féminin et au masculin, basée essentiellement sur des listes officielles provenant de différentes instances de la Confédération. Enfin, environ vingt-cinq pages sont consacrées à la discussion de cas plus ou moins problématiques et litigieux. Cela va du mot Fräulein (Mademoiselle), qui n’est plus guère utilisé dans la langue courante et depuis longtemps proscrit dans la langue officielle, à jedermann, pronom contenant mann (homme) et par conséquent souvent ressenti comme masculin, que l’on recommande de remplacer par alle ; de der Flüchtling (réfugié), nom n’ayant pas de pendant à la forme féminine si bien qu’il est difficile de trouver une solution vraiment satisfaisante, à -tochter dans des noms composés tels que Serviertochter, qui sont à rejeter sans discussion, puisque leur emploi suggère que les femmes exerçant le métier de serveuse ne sont pas des personnes adultes à part entière (Tochter- fille de quelqu’un).

L’accueil fait au guide

31Au moment de sa parution, le Leitfaden a bien sûr été présenté et commenté dans les médias, mais il n’a nullement provoqué les protestations auxquelles on aurait peut-être pu s’attendre. Même si les critiques, les railleries ne manquaient pas complètement, on peut dire que, dans l’ensemble, l’écho dans la presse était plutôt positif. Tout au plus ressentait-on dans certains commentaires de journalistes, une nuance de condescendance un peu moqueuse, une bienveillance teintée de complaisance.

32Quant à la façon dont le guide a été accueilli par les principaux et principales intéressé-e-s, à savoir les employé-e-s de l’administration fédérale, je ne puis que répéter ce que Ton m’a dit à la Section allemande des Services linguistiques centraux. L’accueil semble, en effet, être majoritairement favorable. Les personnes convaincues de la nécessité d’accorder aux femmes la place qui leur revient dans la langue sont toujours plus nombreuses, et le guide paraît bien remplir sa fonction d’ouvrage de consultation et de référence. Des réticences, il y en aura sans doute toujours, mais elles se font de plus en plus rares.

  • 9 En allemand : Vergewaltigung signifie non seulement violation mais encore, et avant tout, viol. Cf. (...)
  • 10 « Sie demonstriert der Öffentlichkeit, wie es einer extremen Gruppe im Rahmen des berühmten langen (...)

33Tout cela semble donc bien réjouissant, mais pour ne pas donner l’impression que tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes féminins suisses, je ne conclurai pas sans avoir quelque peu rétabli l’équilibre. Car, il est évident que les réactions négatives, méprisantes, marquées de misogynie profonde ne manquent pas au tableau. Pour s’en rendre compte, il suffit de lire le courrier adressé par quelques lecteurs et lectrices à leur journal préféré. Les prises de positions indignées contre le gaspillage des deniers publics par la Confédération, contre les tentatives de violations9 de la langue, contre ces féministes effrontées qui ont le culot de revendiquer le droit d’être représentées par la langue, existent bel et bien. Certains politiciens conservateurs ne se sont pas non plus privés de crier au scandale ; ainsi pouvait-on lire en avril 1996 sous la plume d’Ulrich Schlüer, membre bien connu de l’UDC (parti de droite), que le guide « illustre la manière dont un groupe extrémiste a réussi, dans le cadre de la fameuse longue marche à travers les institutions, à littéralement s’incruster dans l’administration fédérale et à y occuper des postes à salaires élevés payés par les contribuables »10.

34Et pourtant, malgré ces fausses notes, on peut affirmer que la Suisse alémanique fait figure de pionnière en matière de féminisation de la langue – que ce soit au niveau institutionnel ou dans d’autres domaines de la vie publique. Que ce soit en comparaison avec le français (de Suisse romande ou de France) ou encore avec les pratiques des autres pays germanophones, on ne peut nier que la Suisse alémanique a un pas d’avance sur les autres.

35Or, la question du pourquoi s’impose : comment se fait-il que, contrairement à ses habitudes, cette Suisse allemande souvent si conservatrice, si refermée sur elle-même, se retrouve soudain dans un rôle d’avant-garde ? Je n’ai pas d’explication exhaustive, ni définitive à ce phénomène, mais j’aimerais néanmoins donner quelques éléments de réponse avant de conclure :

  • Par rapport aux francophones, et plus particulièrement aux francophones de France, les germanophones ont une relation différente avec leur langue, que l’on pourrait, en un mot, qualifier de moins respectueuse. Ceci est sans doute dû au fait qu’il n’existe pas d’institution comparable à l’Académie française en pays de langue allemande.

  • Quant aux Suisses alémaniques en particulier, la situation de diglossie a pour effet que leurs rapports au « bon allemand » sont caractérisés par une assez grande distance émotionnelle, si bien que l’allemand standard n’est pas considéré comme une entité intouchable que l’on n’aurait pas le droit de modifier pour l’adapter à ses besoins. C’est d’ailleurs sans doute pour cette même raison qu’en Suisse les réactions à la réforme de l’orthographe, en vigueur depuis 1998, ont été largement positives, ou simplement teintées d’indifférence, alors que la révolte ne cesse de gronder en Allemagne devant un tel outrage à la langue.

  • Finalement, au niveau institutionnel, il y a le fédéralisme helvétique. La Suisse est divisée en 26 cantons dont 20 sont germanophones (entièrement ou en partie) ; ce sont là autant d’États autonomes, qui, si petits soient-ils, sont parfaitement habilités à statuer sur les questions terminologiques et linguistiques les concernant. Mais il y a plus : puisque les communes elles aussi ont leur autonomie terminologique, cela fait un nombre extraordinaire d’institutions politiques et administratives, et le fait qu’elles sont toutes de dimensions plus au moins restreintes a très vraisemblablement contribué à ce que les innovations terminologiques se fassent plus rapidement que si le tout était centralisé. C’est sans doute la raison pour laquelle bien des cantons et communes n’ont pas attendu la Confédération pour élaborer leurs propres recommandations et directives.

Conclusion

36En guise de conclusion, j’apporterai une correction au titre de mon article. On aura compris qu’il n’est pas tout à fait exact de parler d’« invention » d’un nouveau langage, ni même d’une nouvelle terminologie. À part le I majuscule (LeserIn), qui est réellement une innovation des années soixante-dix, rien n’est nouveau dans la langue non sexiste préconisée par le Leitfaden zur sprachlichen Gleichbehandlung. Il suffit, lorsqu’on écrit, de faire jouer son imagination afin de mettre à profit les innombrables moyens qu’offre la langue allemande telle qu’elle existe. En effet, il n’en faut pas plus pour réaliser l’égalité des sexes... dans les textes !

Bibliographie

Bibliographie

Albrecht Urs, « Brauchen wir eine neue Gesetzes- und Verwaltungssprache ? – Die Diskussion um die sprachliche Gleichbehandlung der Geschlechter », Gesetzgebung heute/Législation d’aujourd’hui/Legislazione d’oggi 1990/1, p. 49-60.

Eidgenössische Kommission für Frauenfragen/Commission fédérale pour les questions féminines, Ausgelaugt bis Zärtlichkeit, Fakten zur Emanzipation von Frau und Mann, 1981, 1983. – Version française : d’Adaptation à Zèle, Données sur l’émancipation des femmes et des hommes.

Frauengruppe der Schweizerischen JournalistInnen Union, Die Sprache ist kein Mann, Madame, Zürich, 1984.

Guentherodt Ingrid, « Behördliche Sprachregelungen gegen und für eine sprachliche Gleichbehandlung von Frauen und Männern », Linguistische Berichte 69,1980, p. 22-36.

Häberlin Susanne, Schmid Rachel, Wyss Eva Lia, Übung macht die Meisterin, Zürich, 1991.

Kalverkämper Hartvig, « Die Frauen und die Sprache », Linguistische Berichte 62, 1979, p. 55-71.

Pusch Louise, « Der Mensch ist ein Gewohnheitstier, doch weiter kommt man ohne ihr », Linguistische Berichte 63,1979, p. 84-102.

—, Das Deutsche als Mannersprache, Suhrkamp, Frankfurt a. M., 1984.

Pusch Louise, Trömel-Plötz Senta, Hellinger Marlis, Guentherodt Ingrid, « Richtlinien zur Vermeidung sexistischen Sprachgebrauchs », Linguistische Berichte 69,1980, p. 15-21.

Schweizerische Bundeskanzlei/Chancellerie fédérale, Sprachliche Gleichbehandlung von Frau und Mann in der Gesetzes – und Verwaltungssprache, Bern, 1991. – Version française : Formulation non sexiste des actes législatifs et administratifs, Berne, 1991.

Schweizerische Bundeskanzlei, Leitfaden zur sprachlichen Gleichbehandlung, Bern, 1996.

Stefan Verena, Häutungen, Frauenoffensive, Berlin, 1975.

—, Mues, éditions Des Femmes, Paris, 1977.

Trömel-Plötz Senta, « Linguistik und Frauensprache », Linguistische Berichte 57, 1978, p. 49-69.

—, Frauensprache : Sprache der Veränderung, Fischer Taschenbuch, Frankfurt a. M., 1982.

—, (éd.), Gewalt durch Sprache – Die Vergewaltigung von Frauen in Gesprächen, Fischer Taschenbuch, Frankfurt a. M., 1984.

Notes

1 Paru en français en 1977, sous le titre de Mues, éditions Des Femmes.

2 « Beim schreiben dieses Buches, dessen Inhalt hierzulande überfällig ist, bin ich Wort um Wort und Begriff um Begriff an der vorhandenen Sprache angeeckt. – Sicher habe ich das zunächst so krass empfunden, weil ich über Sexualitat schreibe », p. 3.

3 Pour plus de précisions, voir la bibliographie.

4 Louise Pusch et al. « Richtlinien zur Vermeidung sexistischen Sprachgebrauchs », Linguistische Berichte 69,1980, p. 15-21.

5 Ingrid Guentherodt, « Behördliche Sprachregelungen gegen und für eine sprachliche Gleichbehandlung von Frauen und Männern », Linguistische Berichte 69, 1980, p. 22-36.

6 Ersatzmitglied = membre suppléant.

7 Cf. les numéros 1990/1, 1990/2, 1991/1.

8 En allemand : Alle Schweizer sind vor dem Gesetze gleich. – Jeder Schweizer ist wehrpflichtig. – Bei eidgenössischen Abstimmungen und Wahlen haben Schweizer und Schweizerinnen die gleichen politischen Rechte und Pflichten.

9 En allemand : Vergewaltigung signifie non seulement violation mais encore, et avant tout, viol. Cf. le verbe violer en français.

10 « Sie demonstriert der Öffentlichkeit, wie es einer extremen Gruppe im Rahmen des berühmten langen Marsches durch die Institutionen gelungen ist, sich auch in der Bundesverwaltung auf von der Öffentlichkeit bezahlten, gut dotierten Posten regelrecht festzukrallen. », Schweizerzeit, 26.4.96.

Auteur

Docteur ès lettres, linguiste, chargée d’enseignement au Département de langue et de littérature allemandes de l’université de Genève. Principaux centres d’intérêt : acquisition de l’allemand langue étrangère, questions de linguistique féministe. Membre du groupe de travail chargé de l’élaboration du guide pour la formulation non sexiste des textes législatifs et administratifs édité par la Chancellerie fédérale suisse (Leitfaden zur sprachlichen Gleichbehandlung).

© Presses universitaires de Lyon, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search