Version classiqueVersion mobile

Nature, langue, discours

 | 
Merete Stistrup Jensen

Modes de communication spécifiquement féminins ou masculins

Edith Slembek

Résumé

L’article examine comment les différences sociales entre hommes et femmes se reflètent dans la communication quotidienne. Après un aperçu des études sur le comportement verbal, l’article étend la réflexion à des domaines beaucoup moins étudiés : le comportement extraverbal (mimique et gestuelle) et l’expression paraverbale, en particulier la tessiture de la voix qui, certes, est conditionnée « naturellement » mais également influencée par l’image que chacun-e se fait de la « voix idéale », socialement convenable.

Texte intégral

1Les modes de la communication orale constituent un réseau différencié comportant des normes et des règles auxquelles nous obéissons quotidiennement sans réfléchir à leur nature et à leur bien-fondé. Dans la mesure où la plupart d’entre eux sont inconscients, il est difficile d’y réfléchir. C’est pour cette raison qu’ils perdurent et que les choses changent si peu. Lorsqu’un phénomène ne relève pas de la conscience, il n’est pas possible de développer une réflexion à son sujet, et c’est précisément la pensée critique qui est à la base de tout changement. Ceci concerne tout autant la communication des femmes et des hommes avec leurs semblables que la communication entre les deux groupes. L’objectif de ce travail est de repérer quelques-unes de ces normes et règles et d’éveiller la conscience du lectorat quant à leurs effets sur la communication afin que naissent de nouvelles modalités, détachées des modalités traditionnelles.

2Nous l’avons déjà dit, beaucoup des normes et des règles qui sous-tendent notre communication, sont inconscientes. Ceci provient du fait que nous les apprenons dès la petite enfance et qu’une fois apprises, elles sont appliquées intuitivement selon les situations. Les petits enfants s’approprient le modèle de communication qui est utilisé dans le milieu social et culturel où ils évoluent. Ils apprennent les normes « ouvertes », telles que saluer, tendre la main ainsi que les règles de politesse. En ce qui concerne ces dernières, les normes et règles cachées jouent déjà un rôle important. C’est ainsi que dans de nombreuses cultures européennes, il n’est pas permis d’interrompre autrui, même si dans la réalité, cette règle n’est souvent pas observée. Les schémas d’interruption font partie des règles cachées évoquées plus haut. Les enfants les apprennent en observant et en imitant autrui. S’ils n’appliquent pas ces règles conformément à la norme, ils doivent s’attendre à des sanctions. En général, les modes de communication ouverts et cachés sont acquis avant l’âge scolaire.

3Les scènes de repas au sein de la famille permettent bien d’illustrer ce phénomène. Admettons que la mère, le père ainsi que deux enfants, une fille et un garçon, tous deux âgés de moins de 6 ans, y participent. À cet âge-là, les enfants savent comment se comporter pour éviter de provoquer un orage du côté de « l’autorité ». Ils savent également qui peut aborder quel sujet de discussion et lequel d’entre eux a une chance de donner lieu à une discussion commune. Ils savent qui peut interrompre qui, et qui ne doit pas être interrompu. Ils ont enfin déjà développé toute une série de stratagèmes pour que l’on donne suite à leurs désirs particuliers, par exemple obtenir la permission de regarder une petite heure de télévision le soir. Vaut-il mieux le demander à papa et maman ensemble ou les travailler chacun séparément ? Dans le deuxième cas, par qui commence-t-on et avec quels moyens ? En faisant des câlins, en faisant le clown ou en aidant à débarrasser la table ?

4De tels modes de communication se rodent peu à peu pour être ensuite appliqués inconsciemment. En y regardant de plus près, on s’aperçoit qu’il s’agit aussi de modes qui servent au bon fonctionnement de nos hiérarchies (scolaires, professionnelles).

5Ces quelques exemples illustrent bien que la communication orale s’articule autour de formes extrêmement complexes. Son empreinte est différente selon les « speech communities ». On voit apparaître des différences selon que les groupes de discussion sont mixtes ou qu’ils sont composés de personnes du même sexe.

  • 1 David Graddol, Joan Swann, Gender Voices, Blackwell, Oxford, 1991.

6Ces différences résident bien moins dans les phrases et les mots eux-mêmes que dans la manière dont ils sont mis en œuvre, sur le plan de la communication, afin d’atteindre l’objectif donné. Sur ce point, on constate des différences entre hommes et femmes, qui ne consistent pas dans l’utilisation de formes verbales ou non-verbales différentes, mais dans la fréquence à laquelle un sexe ou l’autre y recourt. Graddol et Swann1 concluent, par exemple, que le style de langage ne met pas en évidence l’opposition entre hommes et femmes, mais celle entre détenteurs du pouvoir et privés de pouvoir. Étant donné que les femmes en ont en général moins, elles emploient un « powerless language ».

7Concrètement, cela peut s’envisager dans différents aspects de la communication orale :

  • le comportement verbal,
  • l’expression paraverbale (la hauteur de la voix en tant que caractéristique secondaire de l’appartenance sexuelle),
  • le comportement extraverbal (mimique et gestuelle, habitude de rire).

8Je ne traiterai pas ici des particularités du style de discussion.

Le comportement verbal

  • 2 Voir David Graddol, Joan Swann, Idem, p. 91.
  • 3 Cf. Nancy Hoar, « Genderlect, Powerlect, and Politeness », dans Valentine/Hoar (eds.), Women and C (...)

9Les différences linguistiques reflètent avant tout les différences sociales, et tant que la société traitera les hommes et les femmes de manière inégale, on constatera des différences au niveau du comportement verbal des uns et des autres2. Cependant, on attribue généralement plus de différences aux comportements des hommes et des femmes qu’il n’en existe réellement. De nombreuses études prouvent que les femmes utilisent plus souvent des moyens verbaux qui affaiblissent ou limitent leur propos. Un de ces moyens est l’emploi récurrent du conditionnel, comme serais, pourrais, voudrais, des particules et des locutions limitatives telles que probablement, peut-être, relativement, au fond, un peu, en quelque sorte. Les femmes utilisent deux fois plus de conditionnels que les hommes et cinq fois plus d’expressions limitatives3.

  • 4 Cf. Suzanne Romaine, Communicating Gender, Erlbaum, Mahwah, 1999.

10Lorsqu’une personne ne s’est pas encore forgée d’avis définitif sur un sujet, un comportement verbal aussi ouvert peut tout à fait être une invitation au débat productif. Cependant, la réalité sociale s’avère souvent tout autre. Jusqu’à une date relativement récente, les femmes ont été en général privées de parole publique, ainsi que du style formel qu’on utilise par exemple dans le discours politique ou dans les sermons. Le fait que la parole soit disponible pour tous relève donc du mythe4.

  • 5 Cf. Pascal Singy (sous la dir. de), Les Femmes et la langue. L’insécurité linguistique en question(...)
  • 6 Lyn Brown, Carol Gilligan, Die verlorene Stimme, Campus, Frankfurt/M., 1994, p. 106.

11Chez une femme, le comportement linguistique donne en effet l’impression qu’elle n’est pas sûre de son affaire et qu’elle n’exprime qu’une première esquisse de sa pensée5. Dans les séminaires que j’anime depuis de nombreuses années en rhétorique de la communication, je constate régulièrement que les contributions qui témoignent d’un manque d’assurance ont peu de chances d’être bien accueillies. Au premier abord, les émotions des intervenantes frappent bien plus leurs interlocuteurs que les contenus qu’elles apportent. Chez les femmes (et les hommes), les signaux indiquant une émotion sont perçus comme un manque d’assurance, ce qui entraîne une diminution de l’importance accordée à la contribution. Brown et Gilligan expliquent de la façon suivante les signaux de manque d’assurance que les femmes émettent en parlant : « la réticence que les femmes éprouvent à juger provient plutôt de leur incertitude quant à leur droit de prendre une position ou peut-être du prix qu’un tel jugement semble comporter pour elles »6.

12D’autres moyens verbaux contribuent également à créer cette impression dans les discussions entre hommes et femmes : ces dernières affaiblissent leur discours en se dépréciant, par exemple en recourant à des formules telles que : Ce n’est peut-être pas important, mais... ou encore Je ne sais pas, mais... Très souvent leurs propos s’accompagnent d’un rire qui en diminue l’importance. En général, les intervenant/es qui commencent par se déprécier ont de la peine à se faire entendre. Prenons un exemple tiré d’une situation familière. L’homme dit à la femme : « Tu ne comprends rien à l’argent ! » Elle commence par répondre : « Quelle sottise ! », pour ajouter ensuite : « Qu’est-ce que tu veux, je n’ai jamais été forte en calcul ». Tandis que la femme se distancie nettement des reproches de l’homme dans sa première phrase, sa deuxième affirmation est à la fois une dépréciation de soi et une excuse. Ici aussi, ce qu’on perçoit avant tout, c’est le manque d’assurance, de considération de soi et de sérieux. Key et quelques autres auteures appellent ce style « langue de l’excuse », une langue essentiellement utilisée par les femmes.

13Les phrases inachevées et ce qu’on appelle les « tag-questions » font également partie de ce style de langue. Les phrases non terminées signalent qu’une pensée n’est pas aboutie ou alors qu’on la commence plusieurs fois de manière différente. On ouvre ainsi un espace libre pour l’interlocuteur, qui peut compléter la pensée et l’intégrer à son propre univers. De cette façon, un sujet de discussion peut aisément être détourné et réorienté. Étant donné que les femmes entrent plus fréquemment en matière sur les aspects thématiques choisis par les hommes, il n’est pas surprenant que, ce faisant, elles perdent de vue leur propre discours. Les hommes ont rarement recours aux « tag-questions », c’est-à-dire des séquences interrogatives, qu’on accole à l’affirmation principale, comme tu ne penses pas ?, d’accord ? ou encore tout simplement ou bien ?, non ? ; ils préfèrent en effet les affirmations directes et baissent le ton en fin de phrase. Les femmes quant à elles emploient souvent les « tag-questions » et laissent de surcroît leur phrase en suspens.

  • 7 Cf. Edith Slembek, « Blueh wie das veilchen im Moose... », dans H. Geissner (ed.), Ermunterung zur (...)

14Si l’on fait abstraction des « tag-questions », les femmes posent encore trois fois plus de questions que les hommes. Les questions appellent une réponse à quelque chose que l’on ne sait pas. Certes, le fait de poser une question peut également cacher un potentiel de pouvoir, mais pour les femmes les choses se présentent autrement. En effet, leurs questions, qui n’influencent que rarement les décisions, servent plutôt à maintenir la discussion et à préserver un climat détendu7.

  • 8 Peter Trudgill, « Concept et genres, prestige latent et insécurité linguistique », dans Pascal Sin (...)

15Au cours de leur socialisation, les filles apprennent tous les moyens verbaux servant à limiter, déprécier et rendre banal. Considérés comme appropriés pour les femmes, ces moyens sont perçus comme expression de politesse, mais ils « peuvent être la conséquence d’un statut subalterne et d’une certaine déférence », car ils sont indéterminés8. Ce style de langage féminin est ressenti comme chaleureux, sociable mais aussi inefficace.

  • 9 Courtney Constance Staley, « The Communicative Power of Women Managers : Doubts, Dilemmas, and Man (...)
  • 10 Lyn Brown, Carol Gilligan, Die verlorene Stimme, Campus, Frankfurt/M., 1994, p. 109.

16Les femmes sont enfermées dans un dilemme : si elles s’expriment conformément aux exigences de leur socialisation, elles se heurtent à des difficultés de communication. Si elles refusent au contraire le style « féminin correct », elles doivent également s’attendre à des sanctions, car « dès qu’une femme adopte un style masculin, elle sera également vue et jugée comme inefficace [...] C’est le langage de l’excuse qui est jugé approprié pour les femmes. Mais ce langage invite le partenaire à nous contrôler, à superviser nos actes, ce langage cherche l’accord de l’autre »9. Brown et Gilligan complètent le jugement extérieur par la vision intérieure des femmes et estiment qu’elles « hésitent à affirmer leurs convictions, même celle de croire en la valeur de la vie humaine, tout comme la répugnance à revendiquer sa propre sexualité, et trahissent un moi incertain de sa force, qui recule devant les problèmes que pose la liberté de choisir et qui évite toute confrontation »10.

17Les ouvrages et articles cités dans le paragraphe précédent montrent que les principales études sur le style de parole des femmes remontent au début des années 80, aux États-Unis. On pourrait donc supposer qu’entre-temps les choses ont changé. Pour le vérifier, j’ai proposé des travaux de séminaire dans lesquels il s’agissait d’observer le comportement verbal de femmes et d’hommes dans des groupes mixtes, ainsi que les effets de comportement sur la communication. Les résultats montrent que le style de parole des femmes n’a pratiquement pas changé par rapport aux études antérieures et celui des hommes non plus. Ceci constitue à mes yeux un indice de la force conservatrice des modes de communication.

L’expression paraverbale

18Dans la communication orale, l’expression verbale prend son sens grâce aux moyens d’expression paraverbaux qui permettent de clarifier les objectifs de celui/celle qui parle, de comprendre son humeur et ce que cela signifie pour le/la partenaire. Les moyens expressifs vocaux peuvent être classés de la façon suivante :

  • 11 Cf. Hellmut Geissner, Rhetorik und politische Bildung, Scriptor, Frankfurt/M., 1986.

Moyens expressifs vocaux11
Mélodique
Hauteur
Mélodie de la phrase
Sonorité
Timbre

Dynamique
Accent
Changement d’accent
Volume
Changement de volume

Débit
Vitesse
Changement de vitesse
Durée des pauses
Types de pauses

Articulation
Clarté
Modification de la clarté
Enchaînement
Niveau de prononciation

19Chacun des moyens expressifs paraverbaux est lié à l’évaluation (souvent stéréotypée) des auditeur/trices. Je me concentrerai dans ce qui suit sur l’expression et l’évaluation de la voix.

20La voix est habituellement perçue comme « naturelle » et l’opinion commune la considère comme « invariable ». Tout d’abord, les voix ne sont qu’en partie naturelles. Il faut en effet tenir compte des données physiologiques telles que la constitution du larynx, la longueur et le potentiel d’oscillation des cordes vocales. Lors de la mue masculine, les cordes vocales grandissent d’environ 12 à 15 mm, alors que chez les femmes, cette croissance est de 3 à 4 mm. Ceci entraîne des hauteurs de voix différentes, qui jouissent chacune d’un prestige social particulier : la voix masculine est considérée comme la « voix idéale », un attribut que la voix féminine ne peut revendiquer. Le fait que les voix aient un prestige différent signifie qu’elles reçoivent une empreinte sociale et culturelle. En cela, elles constituent un moyen approprié pour classer les personnes dans des groupes sociaux précis et déclencher des sur- et des sous-valorisations stéréotypées. L’expression verbale des hommes et des femmes a fait l’objet de nombreuses études approfondies. En revanche, il en existe nettement moins sur l’expression vocale. Particulièrement rares sont les études sur la voix et sur la manière dont elle est perçue avant et après la puberté.

  • 12 Cf. Hellmut Geissner, « Über Hörmuster », dans N. Gutenberg (ed.), Horen und Beurteilen, Scriptor, (...)

Étendue de la voix des femmes et des hommes12

Étendue de la voix des femmes et des hommes12

21La tessiture de la voix parlée s’étend en général sur environ deux octaves et le registre normal de la parole se situe dans l’octave inférieure. Le registre normal de la parole féminine se situe dans l’octave inférieure, et comprend à peu près la moitié supérieure de cette octave. Par registre normal, on entend l’ensemble des sons émis sans occasionner d’irritation ou de fatigue particulière des organes vocaux ; c’est le registre qui est donné sans prendre en considération l’influence de la culture. La seconde octave, située au-dessus de l’octave inférieure, est essentiellement utilisée pour exprimer les émotions. En cas d’énervement ou de joie, la tension musculaire augmente dans tout le corps, et donc au niveau du larynx, ce qui entraîne une poussée de la voix vers le haut. Comme je l’ai déjà dit, chaque sexe dispose d’une tessiture de la voix parlée d’environ deux octaves : l’octave inférieure de la femme, son registre normal de parole, se recoupe avec l’octave émotionnelle de l’homme. Lorsque les femmes parlent, la hauteur de leur voix correspond à l’octave émotionnelle des hommes, ce qui déclenche souvent chez eux des stéréotypes : la parole féminine résonne à leurs oreilles comme empreinte d’émotion. L’octave émotionnelle des femmes se situe à un niveau que les hommes n’atteignent pas habituellement. Les qualificatifs stéréotypes tels que pointu, aigu, grêle sont facilement employés lorsque les femmes utilisent une grande partie de leur octave émotionnelle.

  • 13 Hartwig Eckert, John Laver, Menschen und ihre Stimmen [avec CD], Beltz, Weinheim, 1994.

22Nos modèles sociaux et culturels empêchent largement les hommes d’utiliser leur octave émotionnelle – si c’était le cas, ils seraient en effet rapidement taxés de ridicule. En revanche, les femmes de couche sociale moyenne cultivent souvent encore une voix plus haute que la moyenne et parlent plutôt doucement. Ce phénomène est souvent attribué au fait que les femmes sont soumises à une pression considérablement plus forte en ce qui concerne leur comportement social et que leur tension musculaire globale est plus grande que celle des hommes – ce qui entraîne une voix plus aiguë. Mitscherlich souligne que les filles doivent apprendre très tôt à contrôler leur agressivité et à l’intérioriser. Ceci provoque également une tension musculaire majeure et une plus grande acuité de la voix. Selon Eckert et Laver13, de nombreuses femmes dans les cultures occidentales continuent de cultiver leur « voix de petite fille » à l’âge adulte. Dans les années 70, on conseillait aux femmes de cultiver une voix grave et de parler plus fort. C’était, disait-on, une bonne tactique pour dégager de l’autorité et obtenir de l’avancement. Mais un tel comportement va à l’encontre de la socialisation des femmes des couches moyennes, pour qui la règle continue d’être : parle doucement et ladylike.

  • 14 Cf. Edith Slembek, « Frauenstimmen hören – ein Vergleich zwischen verschiedenen Kulturen », dans H (...)
  • 15 David Crystal, Cambridge Encyklopädie der Sprache, Campus, Frankfurt/M., 1984, p. 19.

23Une étude que je viens d’achever, révèle que les jeunes Suissesses romandes trouvent les voix de femmes graves ennuyeuses, trop graves pour être féminines, et froides. Il est encore plus surprenant de constater qu’elles entendent ces voix comme des voix de femmes âgées14. Ceci s’explique : la hauteur de la voix est soumise à de fortes variations au cours de la vie. Tandis que la voix masculine baisse après la mue pour redevenir plus aiguë avec l’âge, chez les femmes, « l’échelle de fréquence reste stable en milieu de vie et baisse avec l’âge »15. Le fait que les femmes francophones perçoivent les voix féminines graves comme des voix plus âgées montre une nouvelle fois que ce sont leurs modèles de voix surhaussées qui leur semblent appropriés.

  • 16 Ruth M. Brend, « The inclusion of the male-female differences in foreign language pedagogy », dans(...)
  • 17 James Ohala, « An Ethnological Perspective on Common Cross-Language Utilization of Fo of Voice », (...)

24L’ampleur de la mélodie contribue aussi à l’évaluation de la voix féminine. Déjà Brend16 constate que les hommes n’utilisent que 2 à 3 tons de leur registre normal pour exprimer autorité et objectivité. Ainsi naît l’impression d’une voix peu mélodieuse, exprimant peu d’émotion, que nous avons appris à interpréter comme « objective » et « crédible ». Les femmes en revanche utilisent 4 à 5 tons, paraissent de ce fait plus mélodieuses et expressives, mais elles expriment peu d’autorité et déclenchent des stéréotypes tels que « subjectif », « émotionnel » et « trivial ». Ohala17 pense que la voix aiguë n’est pas perçue comme une voix exprimant de l’autorité, car elle résonne comme des pleurs d’enfant. On peut donc déduire de ce qui a été dit que, par leur voix, les femmes déclenchent des associations avec un statut inférieur, un pouvoir limité et une dépendance vis-à-vis des « adultes ».

Le comportement extraverbal

  • 18 Nancy Henley, Körperstrategien. Geschlecht, Macht und nonverbale Kanmunikation, Frankfurt/M., 1988 (...)

25Parmi les modes de communication fonctionnant le plus souvent de façon inconsciente, on compte également le comportement extraverbal. De nombreux comportements extraverbaux contribuent à signaler le statut des personnes dans la situation de communication. Henley a mis en évidence que « la communication extraverbale revêt une position unique dans l’exercice du pouvoir. Elle se situe à la frontière entre l’expression ouverte et l’expression cachée de la domination et de la soumission »18. L’exemple suivant me permettra d’expliquer cette citation. En général, les interlocuteurs/trices renégocient régulièrement leur hiérarchie interne, et ce, indépendamment de leur appartenance sexuelle. Les différences dans l’attitude corporelle, la mimique et la gestuelle représentent un moyen de signaler la hiérarchie du moment. Celui qui est doté du statut le plus élevé adopte en général une posture plus détendue, sourit moins et établit moins de contacts visuels. L’attitude corporelle de la personne qui possède un statut inférieur est plus tendue, elle sourit davantage et cherche en permanence le contact visuel. À la seule vue de deux personnes en situation de dialogue, on peut déduire du comportement extraverbal de chacune d’entre elles quel est son statut. Dans les situations mixtes, les femmes ont tendance à adopter une posture plus tendue, à sourire davantage et à chercher en permanence le contact visuel, même lorsqu’elles occupent une position institutionnelle supérieure. Cette attitude peut paraître plus chaleureuse et plus attentionnée, mais les femmes signalent par là-même qu’elles adoptent un statut d’infériorité. La personne qui, dans une situation de dialogue où la hiérarchie est clairement définie (une autre personne est plus haut placée), essaie d’adopter une attitude analogue, c’est-à-dire qu’elle s’abstient de sourire et laisse aller ses regards de la même façon que la personne au statut hiérarchique supérieur, constatera combien cela est difficile, cette attitude allant à l’encontre de la socialisation féminine. Elle doit aussi s’attendre à être perçue comme une personne désagréable.

  • 19 Cf. Edith Slembek, « Frauenstimmen in den Medien », dans Christa Heilmann (ed.), Frauensprechen(...)

26Attardons-nous un peu sur le contact visuel, car il implique nombre de normes inconscientes. Il sert entre autres à vérifier tout en parlant si l’on a été compris et si on peut poursuivre. Pour ce faire, les orateurs/trices ont recours à de brefs contacts visuels, dès qu’ils/elles sont assurés de pouvoir poursuivre, ils/elles détournent leur regard, puis font peu après un nouveau point sur la compréhension de l’auditeur/trice. Peu avant la fin de la contribution, l’orateur/trice reprend le contact visuel, signalant ainsi qu’il/elle est prêt/e à rendre la parole19. En général, les auditeurs/trices gardent un contact visuel plus constant avec leur partenaire de discussion et signalent qu’ils ont compris par de brèves confirmations. Un oui ou c’est vrai ?, un changement dans l’intonation, un hochement de tête ou un sourire sont autant de confirmations minimales. Les femmes ont tendance à soigner intensément les contacts visuels et à donner de nombreuses confirmations, contribuant ainsi sans le vouloir à ce que leur partenaire, dans les discussions mixtes, continue à parler, même si le sujet ne les intéresse pas du tout. Ce type de soutien appartient au style de politesse féminin.

  • 20 Rose Coser, « Lachen in der Fakultät », dans Helga Kotthoff (ed.), Das Gelächter der Geschlechter, (...)

27Nous avons indiqué plus haut que les femmes sourient davantage que les hommes. Du sourire au rire, il n’y a qu’un petit pas. Le second répond aussi à des normes de communication cachées. Les plaisanteries, les remarques humoristiques et les gags suscitent le rire et peuvent tout à fait servir à la psychohygiène. Le rire est un phénomène intéressant s’il est considéré dans la perspective de l’exercice du pouvoir. Les séances au sein d’organisations en fournissent un bel exemple. Généralement, les personnes plus haut placées dans la hiérarchie ont le pouvoir de faire des plaisanteries et de trouver un public de rieurs et de rieuses. Ces plaisanteries s’orientent d’ordinaire vers les plus faibles. Dans la hiérarchie hospitalière, les chefs de clinique font des plaisanteries sur les internes, qui à leur tour se moquent des infirmières, etc. À tous les niveaux de la hiérarchie, les femmes constituent un groupe-cible très apprécié, qu’elles soient médecins-cheffes, cheffes de clinique ou infirmières. L’humour peut mettre en danger le bon déroulement de l’ordre du jour, dans la mesure où la détente ponctuelle occasionnée par le rire entraîne souvent un changement de sujet ou d’aspect. Ainsi une proposition avancée immédiatement après des rires a davantage de chances d’être acceptée telle quelle. C’est pourquoi une seule personne peut « utiliser cette technique sans problème : le supérieur hiérarchique, qui “permet” durant quelques instants que l’on ne soit plus attentif à “sa” séance »20.

  • 21 Helga Kotthoff (ed.), Das Gelächter der Geschlechter, Fischer, Frankfurt/M., 1996.

28Posséder un humour « productif » et se faire concurrence grâce à des remarques drôles comptent parmi les standards culturels auxquels sont soumis les hommes. Les gags se succèdent en crescendo et servent à établir la hiérarchie entre les participants. Il n’est pas rare du tout que ces gags aient un caractère hostile et qu’ils débouchent sur un climat de travail tendu. Le but de ce rire de « topping » est de mettre fin au jeu sans perdre la face. Quant à celui qui perd, il peut se contenter du fait que « c’est le plus sage qui cède ». Les exigences culturelles à l’égard des femmes s’expriment plutôt en termes de passivité et de réceptivité, ce qui signifie qu’une femme possédant le sens de l’humour rit, mais pas trop fort, lorsqu’un homme raconte une plaisanterie. Un homme qui a le sens de l’humour fait des remarques amusantes et raconte des gags. Étant donné que, dès la petite enfance, les hommes sont encouragés à raconter des plaisanteries – notons que chez les garçons de 7 ans, les gags hostiles et agressifs jouent déjà un rôle important – ils se constituent un répertoire dans lequel ils puisent ad infinitum. Ne dit-on pas toujours des femmes qu’elles n’ont pas d’humour et qu’elles sont sérieuses comme des papes, ou plutôt comme des papesses ? Ce qu’on peut dire, c’est que l’humour productif ne fait en général pas partie de leur éducation. Elles rient lorsqu’on raconte des plaisanteries. Mais les deux sexes s’amusent davantage lorsque le héros est un homme et la victime une femme. Des deux sexes, les femmes font donc preuve d’un fort potentiel de reniement de soi, puisqu’elles s’amusent du fait d’être victimes21. Il me semble que l’étiquette « sans humour » est une étiquette très masculine à l’égard des femmes, qui n’ont probablement pas les mêmes normes humoristiques.

29Dans de nombreuses situations, le rire féminin remplit d’autres fonctions que le rire masculin. Je parlerai ici d’une seule forme de rire féminin, qui conduit constamment à des erreurs d’interprétation entre hommes et femmes. Le rire féminin a souvent pour fonction de détendre une situation et de faire en sorte que le climat reste agréable. Lorsqu’une situation conflictuelle apparaît, les femmes ont tendance à faire passer plusieurs messages. Tout d’abord « Je ne suis pas d’accord avec toi sur ce sujet », c’est le message verbal. « Mais cela ne remet pas en cause notre relation », c’est le message extraverbal. Ce dernier message s’exprime par le fait que la femme continue de sourire/rire lors du conflit. Les hommes interprètent de manière différente ce qu’il est convenu d’appeler le sourire de relation. En effet, ils perçoivent moins la proposition de relation, mais supposent que la femme ne prend pas sa position au sérieux et qu’il n’y a pas de raison de lui accorder de crédit. Le rire est donc un élément supplémentaire par lequel les femmes se déprécient aux yeux d’autrui.

30Les éléments verbaux, paraverbaux et extraverbaux se concrétisent dans les discussions mêmes. De nombreuses études traitent de la répartition des tâches entre hommes et femmes dans le dialogue. Les principales sont celles de Fishman, qui ont ouvert de nouvelles perspectives sur la perception de la conversation entre femmes et hommes. Elle constate :

  • 22 Pamela Fishman, « What do couples talk about when they’re alone », dans D. Buttorf, E.L. Epstein ( (...)

Il y a une répartition inégale des tâches dans la conversation. Les femmes assurent des tâches de soutien pendant que les hommes parlent et ce sont en général les femmes qui veillent à l’entretien et à la poursuite de la conversation22.

31Cela peut paraître surprenant de qualifier le dialogue de « travail ». On le considère en effet naïvement comme quelque chose de spontané, qui naît d’une situation, sans qu’on ait l’impression de « travailler ». Cependant, les discussions nécessitent une gestion de la part des participant/es. Sacks et d’autres ont démontré qu’elles exigent des actions structurantes : il faut entamer une discussion, elle possède des séquences différentes selon les cas et, enfin, il faut la clore.

32Nous connaissons certes tous et toutes le stéréotype de la femme bavarde (« elles parlent pour ne rien dire ») : « Elles parlent, elles parlent, jusqu’à ce qu’elles trouvent quelque chose à dire ». Nombre de cultures pratiquent ces adages dépréciatifs, qui sont répétés si souvent que les femmes elles-mêmes finissent par y croire. Dans de nombreux ouvrages de savoir-vivre, on conseille aux femmes de parler le moins possible et de faire preuve de discrétion. Le stéréotype de la femme bavarde a entre-temps été démonté, car de multiples études prouvent que les hommes parlent considérablement plus que les femmes – mais ces dernières contribuent à cet état de fait.

33Le fait que quelqu’un parle beaucoup ou peu dans une situation donnée est lié à de nombreux facteurs. Sa personnalité, ses émotions, sa position sociale, son statut ainsi que celui des autres personnes concernées, et enfin, les objectifs qu’il s’est fixés, jouent un rôle prépondérant.

  • 23 Cf. Hellmut Geissner, Kommunikationspädagogik, Roehrig, St. Ingbert, 2000.

34Les manières dont l’injustice sociale entre les sexes est relayée par les divers modes de communication apparaissent clairement. Il reste néanmoins à espérer qu’une conscience plus nette de ce phénomène conduise à un changement, même si l’on peut craindre que la mutation des formes de communication (internet, globalisation)23 ne contribue pas à amoindrir la domination masculine.

Bibliographie

Bibliographie

Brend Ruth M., « The Inclusion of the Male-Female Differences in Foreign Language Pedagogy », dans : Speech Education, Stuttgart, 1978, p. 21-27.

Brown Lyn, Gilligan Carol, Die verlorene Stimme, Campus, Frankfurt/M., 1994.

Coser Rose, « Lachen in der Fakultät », dans : Helga Kotthoff (ed.), Das Gelächter der Geschlechter, Fischer, Frankfurt/M., 1996, p. 95-122.

Crystal David, Cambridge Encyklopädie der Sprache, Campus, Frankfurt/M., 1984.

Eckert Hartwig, Laver John, Menschen und ihre Stimmen [avec CD), Beltz, Weinheim, 1994.

Fishman Pamela, « What do couples talk about when they’re alone », dans D. Buttorf, E.L. Epstein (eds.), Women’s Language and Style, Dep. of English, Univ. of Akron, 1978.

Geissner Hellmut, « Über Hörmuster », dans N. Gutenberg (ed.), Hören und Beurteilen, Scriptor, Frankfurt/M., 1984, p. 13-56.

—, Rhetorik und politische Bildung, Scriptor, Frankfurt/M., 1986.

—, Kommunikationspädagogik, Roehrig, St. Ingbert, 2000.

Graddol David, Swann Joan, Gender Voices, Blackwell, Oxford, 1991.

Henley Nancy, Kärperstrategien. Geschlecht, Macht und nonverbale Kommunikation, Frankfurt/M., 1988.

Hoar Nancy, « Genderlect, Powerlect, and Politeness », dans : Valentine/Hoar (eds.), Women and Communicative Power, Annandale, 1988, p. 3-15.

Kotthoff Helga (ed.), Das Gelächter der Geschlechter, Fischer, Frankfurt/M., 1996.

Mitscherlich Margarete, Die friedfertige Frau, Suhrkamp, Frankfurt/M., 1985.

Ohala James, « An Ethnological Perspective on Common Cross-language Utilization of F0 of Voice », Phonetica 41, 1984, p. 1-16.

Romaine Suzanne, Communicating Gender, Erlbaum, Mahwah, 1999.

Singy Pascal (sous la dir. de), Les Femmes et la langue. L’insécurité linguistique en question, Delachaux et Niestlé, Lausanne-Paris, 1997.

Slembek Edith, « Frauenstimmen horen – ein Vergleich zwischen verschiedenen Kulturen », dans H. Geissner (ed.), Stimmen horen, Roehrig, St. Ingbert, 2000, p. 271-78.

—, « Frauenstimmen in den Medien », dans Christa Heilmann (ed.), FrauensprechenMannersprechen. Geschlechtsspezifisches Sprechverhalten, Reinhardt, München, 1995, p. 107-119.

—, « Blueh wie das Veilchen im Moose... », dans H. Geissner (ed.), Ermunterung zur Freiheit, Scriptor, Frankfurt/M., 1990, p. 277-95.

Staley Courtney Constance, « The Communicative Power of Women Managers : Doubts, Dilemmas, and Management Development Programs », dans Valentine/Hoar (eds.), Women and Communicative Power, Annandale, 1988, p. 36-48.

Trömel-Plötz Senta (ed.), Gewalt durch SpracheDie Vergewaltigung von Frauen in Gesprächen, Fischer Taschenbuch, Frankfurt/M., 1984.

Trudgill Peter, « Concept et genres, prestige latent et insécurité linguistique », dans Pascal Singy (ed.), Les Femmes et la langue, L’insécurité linguistique en question, Delachaux et Niestlé, Lausanne-Paris, 1997, p. 37-57.

Valentine Carol A., Hoar Nancy (eds.), Women and Communicative Power, Annandale, 1988.

Notes

1 David Graddol, Joan Swann, Gender Voices, Blackwell, Oxford, 1991.

2 Voir David Graddol, Joan Swann, Idem, p. 91.

3 Cf. Nancy Hoar, « Genderlect, Powerlect, and Politeness », dans Valentine/Hoar (eds.), Women and Communicative Power, Annandale, 1988, p. 3-15.

4 Cf. Suzanne Romaine, Communicating Gender, Erlbaum, Mahwah, 1999.

5 Cf. Pascal Singy (sous la dir. de), Les Femmes et la langue. L’insécurité linguistique en question, Delachaux et Niestlé, Paris-Lausanne, 1997.

6 Lyn Brown, Carol Gilligan, Die verlorene Stimme, Campus, Frankfurt/M., 1994, p. 106.

7 Cf. Edith Slembek, « Blueh wie das veilchen im Moose... », dans H. Geissner (ed.), Ermunterung zur Freiheit, Scriptor, Frankfurt/M. 1990, p. 227-295 ; Senta Trömel-Plötz (ed.), Gewalt durch SpracheDie Vergewaltigung von Frauen in Gesprächen, Fischer Taschenbuch, Frankfurt/M., 1984.

8 Peter Trudgill, « Concept et genres, prestige latent et insécurité linguistique », dans Pascal Singy (sous la dir. de), Les Femmes et la langue. L’insécurité linguistique en question, Delachaux et Niestlé, Paris-Lausanne, 1997, p. 37-57.

9 Courtney Constance Staley, « The Communicative Power of Women Managers : Doubts, Dilemmas, and Management Development Programs », dans Valentine et Hoar (eds.), Women and Communicative Power, Annandale, 1988, p. 42.

10 Lyn Brown, Carol Gilligan, Die verlorene Stimme, Campus, Frankfurt/M., 1994, p. 109.

11 Cf. Hellmut Geissner, Rhetorik und politische Bildung, Scriptor, Frankfurt/M., 1986.

12 Cf. Hellmut Geissner, « Über Hörmuster », dans N. Gutenberg (ed.), Horen und Beurteilen, Scriptor, Frankfurt/M., 1984, p. 13-56.

13 Hartwig Eckert, John Laver, Menschen und ihre Stimmen [avec CD], Beltz, Weinheim, 1994.

14 Cf. Edith Slembek, « Frauenstimmen hören – ein Vergleich zwischen verschiedenen Kulturen », dans H. Geissner (ed.), Stimmen hören, Roehrig, St. Ingbert, 2000, p. 271-78.

15 David Crystal, Cambridge Encyklopädie der Sprache, Campus, Frankfurt/M., 1984, p. 19.

16 Ruth M. Brend, « The inclusion of the male-female differences in foreign language pedagogy », dans Speech Education, Stuttgart, 1978, p. 21-27.

17 James Ohala, « An Ethnological Perspective on Common Cross-Language Utilization of Fo of Voice », Phonetica 41, 1984, p. 8.

18 Nancy Henley, Körperstrategien. Geschlecht, Macht und nonverbale Kanmunikation, Frankfurt/M., 1988, p. 41.

19 Cf. Edith Slembek, « Frauenstimmen in den Medien », dans Christa Heilmann (ed.), FrauensprechenMännersprechen. Geschlechtsspezifisches Sprechverhalten, Reinhardt, München, 1995, p. 107-19. Les formes de contact visuel varient selon les cultures, je précise que je parle ici des normes valables pour les pays d’Europe centrale.

20 Rose Coser, « Lachen in der Fakultät », dans Helga Kotthoff (ed.), Das Gelächter der Geschlechter, Fischer, Frankfurt/M., 1996, p. 105.

21 Helga Kotthoff (ed.), Das Gelächter der Geschlechter, Fischer, Frankfurt/M., 1996.

22 Pamela Fishman, « What do couples talk about when they’re alone », dans D. Buttorf, E.L. Epstein (eds.), Women’s Language and Style, Dep. of English, Univ. of Akron, 1978.

23 Cf. Hellmut Geissner, Kommunikationspädagogik, Roehrig, St. Ingbert, 2000.

Table des illustrations

Titre Étendue de la voix des femmes et des hommes12
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/6992/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 81k

Auteur

Maître d’enseignement et de recherche et privat-docente de la section d’allemand à l’université de Lausanne, Suisse, où elle assure, notamment, un séminaire de DEA dans le cadre des Études genre (Communication entre femmes et hommes). Elle est également chargée de cours à l’université de Zürich. Domaines de recherche : normes et règles de la communication, en particulier celles qui sont inconscientes, exerçant une influence cruciale sur l’interaction ; communication interculturelle ; communication dans les institutions. Formations secondaires : rhétorique de la communication (dialogue et discours), Gestalt-thérapie.

© Presses universitaires de Lyon, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search