Version classiqueVersion mobile

La Ville des expiations

 | 
Pierre-Simon Ballanche

La Ville des Expiations

Livre quatrième

Texte intégral

I

1On parle souvent de l’insalubrité des prisons, mais l’insalubrité de certaines habitations dans les villes et même dans les campagnes mériterait bien que l’on pût aussi prendre des mesures. Qu’il nous suffise de nous occuper de la Ville des Expiations. Elle est toute à créer ; il ne s’agit ni de rectifier des alignements, ni de faire disparaître à grands frais de vieilles constructions, ni de concilier des intérêts publics avec des intérêts privés, ni de consulter des raisons de localité, d’industrie, de commerce, de relation sociale quelconque.

2Choisissez donc, puisque vous le pouvez, choisissez un lieu entouré de beaux sites, avec un air salubre ; qu’une belle rivière coule au milieu ; que les collines dont elle sera couronnée soient couvertes de quelques vastes monastères, pour rétablir, du moins dans un coin de l’Europe, les pieuses contemplations de la vie cénobitique, les paisibles et utiles travaux de Port-Royal et de Saint-Benoît ; que là des maîtres de doctrines spirituelles, des maîtres de lettres humaines, viennent comme dans les anciens jours du christianisme, se confiner sur les limites des deux mondes, et y fondent une philosophie toute divine.

3Ce serait la contrée de la vie sérieuse. La Ville des Expiations deviendra peut-être un jour une Thébaïde nouvelle d’où sortiront des exemples pour le monde.

4J’ai déjà dit que nous n’excluerions pas les innocents qui voudraient se perfectionner par une expiation libre et de leur choix. Un coupable qui n’aura pas été atteint par les ministres des lois, qui aura échappé à toutes les recherches et à tous les soupçons, pourra aussi se présenter lui-même à l’expiation de son crime, afin de ne pas laisser la justice indécise. Là il subira, comme nous l’avons appris, le baptême douloureux de la pénitence.

5Le sort de tous étant pareil, les habits, la nourriture étant les mêmes, la règle pesant sur tous également, il n’y aura ni haine ni jalousie ; ce sera d’abord une Sparte nouvelle, et ensuite un nouveau Paraguay. Fénelon verrait une Salente chrétienne.

6Les hommes qui auraient été l’opprobre de la nature humaine en seront la gloire, par eux, ou par leurs enfants, ce qui est encore eux.

7La puissance romaine a longtemps passé pour être sortie d’un repaire de brigands, et ce sont les peuples rassemblés sous l’unité de la domination romaine qui ont accueilli le christianisme.

  • 76 Après avoir conquis l’empire babylonien et sa capitale, Cyrus avait suivi une politique opposée à (...)

8Cyrus fut nommé le Christ de Dieu76, Attila se disait le fléau de Dieu ; des hommes sont destinés à éprouver les autres hommes, et à être éprouvés eux-mêmes par l’acte de l’épreuve qu’ils font subir : Dieu l’a voulu ainsi.

9C’est par de bons traitements, par des paroles compatissantes, que vous ferez pénétrer dans l’âme du coupable le remords qui doit racheter son crime.

10Ne dédaignez pas de soigner son existence physique ; d’éloigner de ses yeux les objets qui peuvent lui offrir de fâcheux aspects ; c’est ainsi que vous ferez disparaître de sa pensée les souvenirs qui la blessent.

  • 77 C’était une opinion très répandue que les invasions barbares n’étaient plus à craindre, grâce au r (...)

11Je ne sais si je m’abuse, mais il me semble que notre ville régénérera le monde, en régénérant les sociétés humaines usées par l’excès de la civilisation ; elle remplacera ces inondations de barbares que la Providence jadis tenait en réserve, et dont la source est tarie77.

  • 78 A.1 disait : « les poètes modernes ».
  • 79 Voir p. 24.

12Platon excluait de sa ville hypothétique les poètes et les baladins ; je n’exclus de la mienne que les poètes des empires dégénérés78. Les poètes primitifs y seront en grand honneur ; mais toute cette littérature d’une société exquise ou mourante ne peut convenir ; il nous faut Homère, Eschyle, Dante, Shakespeare, Corneille. Voltaire est ce qu’il y a de plus opposé à nos institutions futures ; le frondeur et le railleur ne peuvent se supporter dans une ville où il s’agit de régénération. Qu’aurions-nous besoin d’embellir l’existence, ou de discréditer des opinions qui ne seraient pas là, dont nous n’aurions rien à craindre, de frapper de ridicule de pauvres vices que nous ne soupçonnerions même pas ? Je l’ai déjà dit, nous habitons la contrée de la vie sérieuse. Les villes anciennes avaient deux noms, l’un mystique, qui se rapportait à son origine religieuse, et l’autre civil79. La Ville des Expiations n’aura qu’un nom, celui qui établit son origine mystique et régénératrice. Mais les peuples, qui ont reçu le pouvoir de donner un nom, les peuples la nommeront la Ville Sainte.

II

13Mais pourquoi continuerais-je de parler sous la forme gênée du futur conditionnel ? Allons plus directement à notre but. Réalisons notre rêve, si toutefois c’est un rêve, et parlons-en, non plus comme d’un projet, mais comme d’un établissement formé depuis un certain nombre d’années. Nous avons tiré l’abstrait du concret du passé ; donnons la forme plastique à l’abstrait de l’avenir.

14Ecoutons dans un recueillement religieux la voix puissante de cette prévoyance instinctive qui fait les vrais poètes et les prophètes.

  • 80 Et ce, malgré 1815 ; Ballanche écrit dans les Fragments politiques où il évoque la Restauration, e (...)

15Je me permets donc de devancer les temps ; j’arrive à l’instant où la noble renommée de la Ville des Expiations est déjà répandue au loin. Des souverains étrangers envoient à l’envi, dans la France, restée la reine des nations80, l’institutrice des peuples, afin d’y visiter la ville nouvelle, d’y étudier les merveilles de son administration, les lois particulières qui la régissent. Je suis un de ces envoyés, un de ces paisibles explorateurs, et je raconte ce que j’ai vu.

  • 81 Cette énumération est caractéristique de la manière de Ballanche, qui met sur le même plan les tra (...)
  • 82 Comme l’ensemble de l’architecture égyptienne, les obélisques avaient profité de l’intérêt suscité (...)
  • 83 Cet ancien lac d’Egypte, situé dans le Fayoum, passait pour avoir été creusé sur l’ordre du pharao (...)
  • 84 Par le traité de Paris du 20 novembre 1815, les Alliés avaient réclamé une indemnité de guerre de (...)

16Et d’abord je m’informe sur la route, à mesure que j’approche, avec quel argent a pu être acheté tout le terrain nécessaire, avec quel argent a été payée la quantité immense d’ouvriers qui ont dû être employés à cette masse de constructions. Je me rappelle tout ce qu’on a fait, dans les temps anciens, avec une population d’esclaves, tout ce que les Romains ont exécuté de travaux éternels avec leurs légions, tout ce que les souverains pontifes ont créé de prodiges par le simple appel à la croyance des peuples. « Avez-vous disposé des trésors de l’Europe ? » ai-je demandé. Avez-vous tenu le bâton haut sur de malheureux ilotes, sur des serfs soumis de nouveau à la corvée81 ? « Non, nous n’avons pas eu besoin de tant de choses. Notre terre n’a point bu à regret les sueurs et les larmes des hommes. Nous avons été les premiers à affranchir l’industrie nationale de toute dépendance, et l’industrie étrangère de tout tribut ; en un mot, nous avons été les premiers à abolir pour nous et pour les autres le système prohibitif, et l’industrie émancipée a fait volontairement toutes nos ressources. Au reste, nous n’avons point amené à grands frais des obélisques de l’Egypte82. Nulle dépense extravagante n’a été faite. Les travaux que nous avons exécutés sont loin d’égaler ce qu’il a fallu pour la grande pyramide, ou le creusement du lac Mœris83, sont loin même d’égaler ou Saint Pierre de Rome, ou la création de Versailles. Et tout l’argent qui a été employé avec la plus stricte vigilance ne s’élève pas au quart du capital que nous avaient coûté deux invasions, capital qui fut cependant acquitté en moins de cinq années, joint à celui qui fut la rançon de l’émigration84. Quoiqu’il en soit, la Ville existe, et l’Etat épargne à présent sur l’administration des prisons et des bagnes, jadis si coûteuse, quoique si mauvaise, l’Etat épargne bien au-delà du revenu de son capital primitif.

17Voilà, m’a-t-on dit, pour vous rassurer, puisque vous voulez absolument introduire une question de finances ou d’économie politique dans la sainte cause de l’humanité. »

III

18J’entre dans la ville. Le fisc n’a point établi ses avides sentinelles sur les limites du territoire de toutes les immunités ; mais je suis obligé de montrer mes lettres de créance, parce que nul ne peut pénétrer dans la ville, sans avoir été soumis à un examen. Lorsque je me suis prouvé moi-même, un pont s’est abaissé devant moi, et j’ai passé sous un grand arceau qui a retenti du bruit de mes pas. Une herse en fer, qui s’était élevée lourdement, est retombée de la voûte de l’arceau lorsque j’ai eu passé. Le premier bâtiment qui s’est offert à ma vue est une vaste hôtellerie, la seule qui soit dans la ville ; j’y suis reçu d’une manière qui rappelle l’hospitalité antique. Je m’aperçois bientôt qu’aucune des choses utiles ou agréables au voyageur n’y a été oubliée. Les appartements y sont d’une grande recherche de propreté. La vue s’étend au loin dans une très belle exposition, mais elle est absolument fermée du côté de l’intérieur de la Ville. On est assujetti à ne pouvoir pas sortir de l’auberge sans un guide qui est un homme approuvé et payé par l’autorité. Un immense jardin potager entoure les bâtiments de cette magnifique hôtellerie et de la basse-cour qui en dépend, et qui est fort considérable.

19J’habite la ville haute : voici comment est organisée cette partie de la Ville des Expiations.

  • 85 Il semble qu’il y ait dans la Ville une double hiérarchie, administrative, ou phénoménale, avec le (...)

20Le chef suprême, avec le titre de dictateur85, ne rend compte qu’au roi de sa gestion ; ses ordres sont des lois, sous sa seule responsabilité. Nous verrons bientôt qu’il y a des moyens d’arriver à atteindre cette responsabilité, et que l’arbitraire ne peut subsister au milieu même de ces derniers vestiges, ou plutôt en présence de cette image du pouvoir absolu. Le palais du dictateur ressemble à un cube gigantesque de granit. On y arrive par une avenue de platanes. Devant est une vaste cour fermée par une grille en fer, d’un travail admirable. Derrière le palais est un jardin peu étendu.

  • 86 Les néophytes remplacent les reclus et les pénitents volontaires de la première version A.2.

21La justice est rendue par une Haute-Cour, qui prononce sans appel, selon des formes spéciales, sur tous les genres de délit, et dont la juridiction unique embrasse tous les individus, soit de la ville haute, soit de la ville basse. Les membres de cette Cour sont institués par le roi, sur la présentation des Chambres ; ils ne sont révocables que dans les cas prévus par les lois. La Cour est nombreuse, et se divise en cinq tribunaux, non selon le genre des délits, mais selon le genre des personnes à qui le délit est imputé ; car ici, comme dans les institutions primitives, nous faisons acception des personnes : tribunal des néophytes86, des colons, des surveillants, des militaires, des savants. La Cour se réunit toutes les années, à une époque fixe, en session parlementaire, pour exercer la portion de fonctions législatives qui lui est attribuée par les lois, et pour proposer des mesures d’améliorations. Elle est aussi consultée soit sur les points difficiles de jurisprudence, soit sur le bien ou mal jugé des autres Cours et tribunaux du royaume, lorsque la Cour de Cassation a, tout en approuvant la forme, aperçu que le fond mérite un nouvel examen. Dans ces cas, qui sont toujours rares, la Cour suprême de la Ville des Expiations s’assemble hors le temps des sessions. Elle connaît également des crimes de haute trahison, et des complots contre la sûreté de l’Etat, lorsqu’aucun pair n’y est impliqué ; car alors c’est à la Cour des Pairs à instruire l’affaire et à la juger.

22Le palais de la Haute-Cour est tout entier éclairé par le toit. Ses murailles élevées ne sont percées par aucune fenêtre. La seule porte par où on entre est basse et étroite. De fortes prisons sont adossées à ce palais, et ne reçoivent également le jour que par le toit. On ne pénètre dans l’intérieur des prisons que par le palais même de la Cour. Ces prisons, dont le séjour ne peut être que fort temporaire, et dont l’usage sera expliqué, sont un logement commode et sain.

  • 87 On appelait ainsi les frères des Écoles chrétiennes, encore nommés « frères ignorantins ». La Cong (...)
  • 88 Ballanche se souvient ici, selon toute vraisemblance, du vaste projet voté par la Convention therm (...)

23Il y a un collège de frères de la doctrine chrétienne87, un collège de médecins et de chirurgiens, de vastes infirmeries, un séminaire pour l’éducation ecclésiastique, une école normale de toutes les sortes d’agents nécessaires à la tenue et à la surveillance des prisons établies dans le reste du royaume. Il y a aussi une école normale88 pour les divers employés des hôpitaux, et des dispensaires adaptés aux divers modes de distribution des secours, enfin pour les dépôts de mendicité et pour les ateliers qui entrent dans la composition de toutes les institutions de charité. Tous les bâtiments qu’exigent les établissements que je viens d’énumérer se trouvent dans la ville haute : ils ont des jardins assez spacieux pour les récréations.

24La Ville des Expiations est une ville de garnison et d’instruction militaire. En conséquence dans la ville haute sont des casernes suffisantes pour contenir trois mille hommes d’infanterie et mille hommes de cavalerie, avec tous les développements, un arsenal, des manèges, une place d’armes très étendue. Les soldats ne peuvent sortir de leurs quartiers que pour leur service, ou par permission. Ils sont soumis d’ailleurs à la discipline générale.

25Les boutiques, les ateliers, les manufactures, tout ce qui tient au commerce est enfermé dans un enclos, afin d’éloigner le bruit et le mouvement de la région du repos et du silence. Cet enclos se ferme à la première heure de la nuit, et ne s’ouvre qu’au jour. Avant de fermer la porte de l’enclos, on s’assure que tous les habitants y sont rentrés. L’enclos des professions mécaniques et industrielles se nomme la cité, et forme une paroisse. Il y a dans l’intérieur un curé, un médecin, un corps de garde, un juge de paix. Le portier ne peut ouvrir durant la nuit, si ce n’est par ordre du gouverneur. Au milieu de la cité est une fort belle place publique, plantée d’arbres. D’un côté de la place est la chapelle avec le petit presbytère ; de l’autre est le logement du juge de paix et du médecin. C’est le juge de paix qui constate l’état civil.

  • 89 A.2 ajoute ici « l’agronome ».

26Les autres fonctionnaires qui habitent la ville haute sont le chef d’armes, le chef de justice, le promoteur des grâces, l’infirmier général, le maître des surveillants, l’inspecteur des travaux publics89, l’avocat général des opprimés, le défenseur de la loi, le maître des rigueurs, l’intercesseur des pardons.

27Ces divers fonctionnaires sont logés commodément dans une sorte de monastère, près de la Cour de justice. Le bâtiment est entre un préau et un jardin. Je n’ai pas besoin de faire connaître l’emploi de chacun : le nom par lequel on les désigne indique assez la nature de leurs fonctions. Je ne m’arrêterai point sur le costume qui les distingue aux yeux, et qu’ils sont tenus de porter toujours.

28Le fisc n’a point de préposés, car, ainsi que je l’ai déjà dit, la Ville des Expiations est affranchie tout entière de toute espèce d’impôts.

IV

29La ville basse est consacrée d’une manière absolue aux néophytes de toutes les classes, qui tous sont censés être venus pour se soumettre à l’expiation volontaire.

30Cette partie de la ville est composée de soixante enclos, qui forment autant de hameaux, nommés régions. L’ensemble de ces enclos se nomme le désert.

  • 90 Cette technique était particulièrement utilisée dans les régions où la pierre était rare, ce qui e (...)
  • 91 De nombreux livres de piété populaire portaient ce nom. Un Manuel du catholique, en fait livre d’a (...)

31Chaque hameau contient soixante petites maisons qui ont la forme d’une tente ; chacune de ces maisons ou tentes est destinée à une seule personne. Les petites maisons sont toutes isolées les unes des autres, bâties en pisé90, et ne forment qu’une seule chambre, bien enduite en dedans, et peinte de manière à présenter en effet l’aspect d’une tente. Il n’y a pour tout mobilier qu’un lit, une table, une chaise, une lampe, une horloge en bois, un livre, le Manuel du Chrétien91. Derrière la maison est un petit cabinet, éclairé par le haut, et dont l’air est changé par des meurtrières au niveau du sol. Le sol de la chambre est élevé de trois marches, et assaini par un plancher en bois de sapin, lequel est renouvelé tous les cinq ans. La porte de la chambre est garnie de verrous qui se ferment de dehors. Un guichet grillé, de six pouces en carré, est pratiqué dans la porte de manière à recevoir pour la nuit une lampe qui éclaire dedans et dehors. Le néophyte peut se servir de ce guichet pour communiquer extérieurement, en cas de besoin. Deux petites fenêtres, placées de chaque côté de la porte, sont garanties par des barreaux de fer. Trois des côtés du hameau sont occupés par vingt de ces petites maisons ou tentes. Le quatrième côté est occupé par la maison du surveillant, par le réfectoire propre à recevoir soixante néophytes, un surveillant et neuf soldats. Aux deux angles, qui laissent un espace libre, sont deux corps de garde, chacun de quatre soldats ; et ces postes peuvent être facilement doublés en cas de besoin. Le neuvième soldat est placé dans la maison du surveillant.

32L’espace libre du milieu est planté d’arbres fruitiers, avec une fontaine au centre.

33Le hameau est entouré d’une forte muraille, garnie d’espaliers ; elle est fermée par une seule porte.

34Entre la muraille et les maisons est un espace libre qui permet aux patrouilles de faire le tour du hameau en dedans.

35Chaque jour le surveillant, seul fonctionnaire immédiat, est tenu de faire, avec un soldat, la visite exacte de toutes les maisons ou tentes, pour veiller à ce qu’aucune dégradation n’y soit faite à l’intérieur.

  • 92 La mobilité qu’organise Ballanche est le contraire même de la « papillonne » chère à Fourier. Loin (...)

36Cinq hameaux de soixante habitations forment un paroisse : dix forment une justice de paix ; vingt forment une sous-préfecture. L’ensemble des soixante hameaux forme une préfecture. Les hameaux qui forment soit une paroisse, soit une justice de paix, soit une sous-préfecture, ne sont point contigus les uns aux autres ; ils sont tirés au sort toutes les semaines. Ainsi les hameaux d’une même paroisse, d’une même justice de paix, d’une même sous-préfecture, sont plus ou moins dispersés, selon les chances du sort, sur toute la surface du désert, et changent toutes les semaines de rapports d’administration. Toutes les semaines encore les néophytes tirent au sort, d’abord le hameau qu’ils doivent habiter, ensuite la maison même du hameau où ils ne doivent passer qu’une semaine. On ne réunit dans chaque hameau que les individus du même sexe, et à peu près du même âge ; et, dans les mouvements dont il vient d’être question, toujours on a soin de conserver les mêmes rapports de sexe et d’âge92. Il y a dans tous ces changements des secrets connus de l’administration seule.

37La Ville des Expiations doit être une image vive de la loi monotone et triste des vicissitudes humaines, de la loi imployable des nécessités sociales ; on doit y attaquer de front toutes les habitudes, même les plus innocentes ; il faut que tout y avertisse incessamment que rien n’est stable, et que la vie de l’homme est un voyage dans une terre d’exil. Ces hameaux qui tous se ressemblent, cette tente toujours changée et toujours semblable à celle que l’on vient de quitter, ces meubles qui sont les mêmes dans toutes les maisons, néanmoins s’identifieraient à la longue avec l’individu qui en jouirait quelque temps : il faut éviter jusqu’à cette misérable attache. Nous découvrirons bientôt une autre raison pour ces perpétuelles mutations.

38Poursuivons.

39Les curés, les juges de paix, les sous-préfets, le préfet, ne correspondent point entre eux. Ils ont les uns et les autres la correspondance directe avec les surveillants et le dictateur.

40Entre la Ville basse et la Ville haute est un espace où sont douze chapelles pouvant contenir chacune cent néophytes et autant de soldats. Les néophytes ont des bancs, les soldats sont sous les armes. Tous les jours il y a une messe basse dans chaque chapelle ; tous les dimanches deux messes basses et une grand’messe. Ainsi le dimanche seulement tous les néophytes peuvent assister à la messe.

41Il y a en outre, dans l’espace qui vient d’être désigné, douze presbytères pour trois prêtres chacun, six maisons pour les six juges de paix, trois hôtels de sous-préfectures, et un hôtel de préfecture.

42Les intervalles libres entre les diverses habitations sont occupés par des jardins et des groupes d’arbres fruitiers. Enfin il y a une métairie assez vaste pour la distribution du laitage et des fruits.

43Tout devant être symbole et instruction dans la Ville des Expiations, les noms donnés aux diverses divisions des territoires, aux diverses circonscriptions des juridictions, sont des noms significatifs.

  • 93 Ces hameaux portent le nom de recluseries dans A.2, qui ne donne que 58 formules sur les 60 annonc (...)

NOMS DES SOIXANTE HAMEAUX93.

puissance de dieu.
bonté de dieu
providence de dieu.
clémence de dieu.
réparation de la nature humaine.
repentir, seconde innocence.
expiation par le malheur mérité.
expiation par le malheur non mérité.
expiation par la souffrance physique.
expiation par la souffrance morale.
expiation par l’opprobre.
sacrifice.
réconciliation.
soumission a la volonté de dieu.
abnégation de soi.
accession a la providence.
bénédiction pour le pauvre.
bénédiction pour l’affligé.
providence créatrice.
providence conservatrice.
l’homme créé a l’image de dieu.
l’homme déchu.
l’homme condamné au travail.
l’homme condamné a la souffrance.
l’homme condamné a la mort.
l’homme régénéré.
l’homme racheté.
l’homme promis au ciel.
l’amour plus fort que le malheur.
l’amour plus fort que l’opprobre.
l’amour plus fort que la mort.
charité chrétienne.
vertus obscures.
dévouements secrets.
tribulations du juste.
remords du coupable.
vie et expiation, une même chose.
l’homme plein de force.
l’homme plein d’infirmité.
l’homme, ombre qui passe.
l’homme, dont les destinées sont éternelles.
l’homme, ver de terre.
l’homme, semblable a un dieu.
l’homme, intelligence finie.
l’homme, intelligence sans bornes.
l’homme, dont les désirs sont trop vastes.
l’homme, dont les espérances sont immortelles.
la femme enfante avec douleur.
l’enfant naît dans les larmes.
l’évangile, loi morale du genre humain.
larmes de la pénitence.
par jésus-christ tous les hommes sont frères.
la liberté morale, seule liberté de l’homme.
l’homme, dans le temps.
l’homme, hors du temps.
nécessité du bien.
contingence du mal.
le mal destiné a finir.
le bien, absolu.
le mal, accidentel.

NOMS DES DOUZE PAROISSES DE LA VILLE BASSE.
le bon pasteur.
le disciple bien-aimé.
pénitence du prince des apôtres.
saint paul éclairé d’en haut.
saint jean de dieu.
saint lazare.
saint vincent de paul.
saint martin.
sainte élisabeth, reine.
sainte marthe.
les martyrs de la fol
les martyrs de la charité.

NOMS DES SIX JUSTICES DE PAIX.

providence, oui veille a chacun des cheveux de notre tête.
providence, qui nourrit les petits des oiseaux.
providence, qui s’occupe de la parure des lis.
providence, oui trace les orbites des planètes.
providence, oui régit les sociétés humaines.
providence, oui se joue dans les ouvrages de la création.

NOMS DES TROIS SOUS-PRÉFECTURES.

pensée divine.
pensée humaine.
lois du langage.

NOM DE LA PRÉFECTURE.

soleil qui luit sur les bons et les méchants.

NOM DE LA PAROISSE DE LA VILLE HAUTE.

l’apôtre des nations.

NOM DE LA JUSTICE DE PAIX DE LA VILLE HAUTE.

le commerce civilisateur.

INSCRIPTIONS PLACÉES SUR LES QUATRE FACES DU PALAIS OÙ RÉSIDE LA HAUTE COUR.

solidarité.
réversibilité.
imputabilité.
charité.

***

  • 94 A. Rastoul a relevé (p. 20, note 1) que ces deux paragraphes avaient été retranchés du texte publi (...)

44Dans tous les détails que je viens de retracer, on n’aperçoit qu’une sorte de manifestation religieuse. Je dois prévenir que néanmoins l’exercice des cultes protestants n’est point exclu de la Ville des Expiations94. Trois pasteurs ont dans la ville haute un logement convenable et un jardin. Ils entretiennent avec les néophytes de leur religion toutes les communications qu’ils peuvent désirer. Ils sont toujours instruits des lieux où ces néophytes sont portés par les mouvements de chaque semaine. Un temple également dans la ville haute leur est destiné.

45Les différents fonctionnaires assistent alternativement aux offices dans toutes les chapelles, ou dans le temple protestant, lorsqu’ils appartiennent à cette communion.

V

  • 95 Elle laissait fort à désirer à l’époque, singulièrement à Paris. L’insalubrité de la ville, surtou (...)

46Avant toutes choses, il est impossible de ne pas être frappé de la salubrité qui fait en quelque sorte la physionomie de la Ville des Expiations. Nous verrons, à mesure que l’occasion s’en présentera, toutes les recherches de propreté, d’hygiène publique et domestique auxquelles on n’a pas craint de se livrer95. Les plus petits détails n’ont point rebuté la patience et la longanimité des fondateurs. Contentons-nous à présent de remarquer l’aspect général. Rappelez-vous, si vous le pouvez, le tableau dégoûtant de certains ménages et de certaines habitations dans les autres villes. Souvenez-vous de leurs prisons et de leurs hôpitaux, heureusement destinés à disparaître par l’amélioration successive de la société. Comparez encore les banlieues des autres villes avec la banlieue de notre cité mystique. Ailleurs tous nos sens sont à chaque instant affectés désagréablement, et nos regards sont même douloureusement repoussés par les plus tristes tableaux. Ici on n’éprouve rien de semblable. On conçoit enfin comment des créatures humaines peuvent vivre et se développer ; comment, respirant à l’aise un air libre, abondant et sain, elles peuvent s’améliorer, se perfectionner ; comment, sorties des espèces de cloaques où elles furent ensevelies, ces créatures humaines peuvent cesser de mener une vie tristement végétative, et marcher au moins quelques pas dans une vie intellectuelle et morale. Ainsi la Ville des Expiations sera encore une ville normale, sous le rapport extérieur.

  • 96 A.2 poursuit : « Elle est donc absolument en dehors des choses humaines. Le christianisme lui-même (...)

47Ajoutons ceci. Le peuple de notre ville ne se confond avec les autres peuples par aucune espèce de relation, ni de commerce, ni d’administration. La chronologie même l’isole, car on n’y date que de l’ère de la fondation de la ville96. Cette ère en effet est considérée comme celle d’un nouveau développement du Christianisme.

48Aussi jamais dans la ville sainte il n’est question des événements politiques qui bouleversent à leur gré le monde. La guerre n’y est connue que comme un fléau qui afflige les hommes, et la paix comme un bienfait du ciel ; on n’en calcule jamais ni les chances ni les résultats politiques. Les orages qui troublent les sociétés humaines, les orages des passions, les orages du gouvernement représentatif s’arrêtent en tumulte autour des murs paisibles qui entourent la Ville des Expiations.

VI

49Lorsqu’un homme est envoyé par jugement à la Ville des Expiations, et qu’il y arrive, on pratique à son égard quelque chose de l’initiation antique. Il est introduit avec un vêtement noir dans une salle où il est chargé de fers. De là il est immédiatement conduit devant les juges assemblés, qui commencent par lui faire ôter ses fers. Le néophyte s’assied sur un siège. Le premier juge, c’est-à-dire le plus ancien d’âge, descend de son estrade et va s’asseoir sur un autre siège vis-à-vis et tout près du néophyte. Là il prononce à haute voix l’acte qui contient l’énumération et les détails des crimes pour lesquels le coupable a été condamné à subir l’expiation. L’arrêt de mort, si c’est la peine capitale qu’il a encourue, se réduit à trente jours de gêne ; c’est pour lui la mort civile. La prison où il est ramené se nomme le tombeau. Dès ce moment, sa vie antérieure est abolie ; son nom périt, et il reste trente jours sans nom. Les repas qu’il prend dans le tombeau s’appellent les repas funèbres. Chaque jour il est visité alternativement par un prêtre, par un juge, par des surveillants. Nul fer ne pèse sur ses mains. On lui explique les dogmes sévères et consolants du Christianisme, qui a aboli l’expiation par le sang. On lui explique aussi que la mort subsiste toujours comme punition du péché, et que la réintégration parfaite de la créature humaine ne peut avoir lieu que dans une existence suivante. On lui explique enfin que cette mort apparente à laquelle il a été condamné est une image de la mort réelle qu’il a encourue, et qui est infligée à la fin à tous les hommes ; et que la seconde vie qui va lui être rendue est une image encore de la nouvelle existence promise à tous les hommes. On l’exhorte aussi à donner un assentiment complet à son expiation, afin qu’il puisse arriver certainement à sa parfaite réintégration.

50Au bout de trente jours, un juge et un surveillant entrent ensemble dans la prison ; le juge instruit le néophyte de ce qu’il a à faire ; le surveillant le conduit à un bain et le fait laver. Ensuite il le revêt d’un vêtement blanc. Puis il lui met au bras gauche un bracelet scellé par le juge. Sous le sceau du bracelet sont inscrits le nom que le néophyte portait dans le monde, et les qualités qui servirent à le désigner, avec la date du jour où il est arrivé dans la Ville des Expiations.

51Dès ce moment commence pour lui une nouvelle vie, et en cet état il paraît devant les juges assemblés.

  • 97 Pour Ballanche, en effet, toute créature consentant à l’expiation peut devenir le nouvel Adam (voi (...)

52Le premier juge lui demande ce qu’il veut. « Un nouveau nom, dit-il, un nom que je puisse désormais honorer ». Un des juges lui impose un nom, et se dit solidaire. Le juge qui accomplit cet acte se déclare par là le Christ particulier de cet homme97. Le nouveau nom est inscrit, à l’instant même, sur les registres de l’état civil. On assigne également au néophyte son âge, puisque ses années antérieures ne comptent plus.

  • 98 Cette expression issue du rituel orphique se retrouve dans le Séthos de l’abbé Terrasson : au cour (...)

53On l’interroge sur la profession à laquelle il peut être propre ; puis on lui assigne le hameau qu’il doit d’abord habiter dans la ville basse. Il lui est recommandé de garder le silence sur la cause qui l’a amené dans la Ville des Expiations, puisque le passé est aboli, puisque, pour parler le langage de l’ancienne initiation, il a bu les eaux du Léthé98 ; et ce secret, il doit le garder à l’égard de tous les habitants avec qui il peut avoir quelque communication, même à l’égard de ceux sous la dépendance de qui il doit être ; enfin, s’il est permis de s’exprimer ainsi, il doit le garder avec lui-même, ne songer qu’à l’homme nouveau.

54Des peines graves sont attachées à la violation du secret, lequel doit rester enfermé dans le bracelet destiné à conserver et à justifier l’identité, lorsque cela deviendra nécessaire. Il faut bien que l’individualité, la conscience du moi survive à la mort et se reproduise dans la vie future. Ce n’est pas un autre être, ce n’est pas une autre créature intelligente et morale qui subit une autre épreuve. Dans la Ville des Expiations, toutefois, on professe la doctrine que la mémoire ne constitue point l’identité.

55Je rendrai compte des peines attachées à la violation du secret, dans le lieu où il sera question des peines ; mais il est bon de dire, dès à présent, qu’il n’y a point de peine corporelle.

56Chaque néophyte a son compte ouvert sur un grand livre tenu sous les yeux du dictateur. C’est un compte moral et clinique rédigé d’après des notes qui lui sont transmises ; il est arrêté toutes les semaines. Nous verrons bientôt l’utilité de ce grand livre, heureux souvenir, ou plutôt image imparfaite de cette tradition religieuse par laquelle il est dit que les actions et les pensées de tous les hommes sont inscrites sur le livre de vie.

57Les biens des néophytes sont administrés dans leur pays, par une tutuelle publique, durant trois ans. Ce terme peut être prorogé, d’après des renseignements pris sur la conduite du néophyte dans la Ville des Expiations. Au bout de neuf ans accomplis, la mort civile est définitivement prononcée, et les biens acquis aux héritiers naturels. Les revenus des biens, administrés gratuitement, sont distribués, chaque année, tout le temps que dure la tutelle, à ceux qui seraient héritiers en cas de mort.

58Il y a des hommes qui viennent se réfugier volontairement dans la Ville des Expiations, soit pour cause de duel, soit pour cause de meurtre non prémédité, soit pour faire pénitence, ou pour se soustraire à quelque ennui, ou aux déplaisirs du monde, soit pour expier une fortune mal acquise, soit enfin à cause de revers de fortune qui les mettent hors d’état de satisfaire à des engagements contractés. Je n’entrerai point dans le détail des formalités qu’il faut remplir, et des précautions qui sont prises, pour que le droit d’asile accordé à la Ville des Expiations ne soit pas un vain droit, et en même temps pour qu’il ne soit pas possible d’en abuser. Qu’il me suffise de faire remarquer seulement combien, dans le train ordinaire des choses humaines, il y a de torts irréparables, et combien alors il est nécessaire de venir au secours du malheureux sur qui pèse la terrible pensée du tort irréparable. Les intentions les plus honnêtes et les plus pures ne peuvent pas mettre toujours à l’abri d’un concours de circonstances fatales et imprévues. Ceux donc qui se sont présentés d’eux-mêmes, coupables ou non, ou coupables à des degrés différents, sont soumis à la même règle que les autres ; ils subissent les épreuves du jugement ; ils se dépouillent de leur nom pour prendre un nom nouveau. Lorsque les temps d’épreuves sont finis, et qu’ils peuvent sortir, ils subissent un autre jugement qui les rend au monde. Ils ont, comme tous, leur compte ouvert sur le livre de vie.

59On ignore dans la ville quels sont ceux qui furent coupables et ceux qui ne le furent pas ; car les innocents et les néophytes volontaires sont tenus au même secret que les autres. L’histoire de saint Vincent de Paul ne signale-t-elle pas ce héros de l’humanité pour avoir été chargé des fers d’un forçat ? N’y a-t-il pas un autre fait également attesté, qui a été reproduit sur la scène ? D’ailleurs quel mal y aurait-il à ce que tous se crûssent seuls coupables ? D’ailleurs encore pourquoi quelques-uns ne prendraient-ils pas volontairement le fardeau de la solidarité ? Enfin la charité est le remède définitif des misères humaines. Je vais plus loin. Il faudrait que les coupables fussent assez modifiés pour croire à leur propre innocence.

VII

60Lorsqu’un nouvel habitant de la ville basse est admis, il est annoncé à toute la colonie par son nouveau nom ; l’autre reste inconnu. On dit : « Un tel vient ici pour recevoir le bienfait de l’expiation. C’est un frère que vous devez accueillir. Mes frères, que notre exemple d’abord lui soit utile, en attendant que nous puissions profiter de celui qu’il nous donnera. »

61On procède ensuite à l’admission de l’étranger dans le sein de ses nouveaux frères. Voici comment se passe cette touchante cérémonie. Soixante députés sont tirés au sort, un dans chaque hameau. Ils se rendent dans le hameau où doit se faire l’admission, et forment un demi-cercle autour de la maison du surveillant qui se tient sur le seuil de sa porte. Les habitants actuels du hameau se tiennent également sur le seuil de leur porte. L’étranger arrive entre un juge de paix choisi pour présider dans cette occasion, et un prêtre. L’étranger est introduit dans le demi-cercle, et le juge de paix lui tient ce discours :

62« Mon frère, nous ignorons le sujet qui vous amène parmi nous, et nous commençons par vous rappeler le secret qui vous est imposé comme à nous. Mais si nous ne savons pas qui vous êtes, nous savons que nous avons tous à expier. Les souffrances de l’homme prouvent ses fautes, car ce n’est pas injustement que Dieu inflige la souffrance. Nous savons que vous êtes une créature humaine, c’est-à-dire faite à l’image de Dieu. Nous savons que vous avez des destinées immortelles à accomplir. Nous savons que l’homme est fait pour la société ; mais nous savons aussi que la véritable justice distributive n’appartient qu’à Dieu, que Dieu seul peut nous rendre selon nos œuvres. Peut-être le milieu social où vous vous êtes trouvé placé contenait-il des choses qui d’abord blessèrent votre âme, et votre âme révoltée a été conduite au mal. En effet, du malaise au mécontentement, et du mécontentement à la révolte, la pente est rapide. L’homme ne peut vivre que dans la société, ne peut se développer que dans la société, et la société n’est pour l’homme qu’un ensemble funeste de pièges, ou, pour parler plus exactement, d’épreuves trop souvent intempestives, peu ménagées. Après la révolte, l’ignominie dont vous avez été entouré, la réprobation qui vous a frappé, vous ont de plus en plus enfoncé dans l’abîme. Le mal engendre le mal. Vous n’avez pas voulu reculer devant vos propres terreurs, vous avez accepté votre excommunication sociale. Un premier pacte avec l’iniquité lie toujours au-delà de notre force. Maintenant félicitez-vous d’avoir brisé tous vos liens, d’avoir pu vous affranchir de tous vos engagements, de n’être plus garrotté par la fatalité que vous aviez faite vous-même contre vous. La liberté civile vous est enlevée en entier, afin que vous entriez dans la plénitude de votre liberté morale, qui est la seule vraie liberté de l’homme. Mais je vous parle au hasard comme si je savais que vous eussiez mal usé de la liberté, et que votre présence ici ne fût pas un acte très louable de cette liberté. Dieu m’est témoin, mon frère, que je ne le sais en aucune sorte. Et, si je parle ainsi, c’est pour commencer par vous apprendre l’humilité, pour donner à tous, pour me donner à moi-même une leçon qui nous profite. Si donc vous êtes venu volontairement recevoir le joug salutaire de la pénitence, si vous êtes comme un simple voyageur qui demande une hospitalité passagère sous nos tentes, vous ne serez point offensé, puisque toujours vous vous êtes reconnu pécheur, et nous le sommes tous. Quoiqu’il en soit, vous êtes déjà pour nous un frère, vous êtes celui que nous attendions, vous êtes celui dont les bons exemples nous sont promis à tous. Vous nous apprendrez les desseins de Dieu sur ceux qu’il veut les premier appeler à lui. Nous lirons ensemble, dans les oracles éternels, que le trône de la puissance et de la gloire est accordé aux infirmes, que celui qui s’asseyait sur le fumier sera élevé pour s’asseoir avec les princes. Nous y lirons ensemble que là où le péché a abondé, là aussi abondera la grâce. Nous apprendrons de Job qu’il faut en venir à craindre toutes ses œuvres, puisqu’il en était venu, le juste lui-même, à craindre que ses œuvres ne s’élevassent contre lui. C’est ce qui nous porte, mon frère, à vous accueillir comme un pécheur qui demande la réconciliation. Ainsi donc toutes vos habitudes sont brisées. Toutes vos peines sont restées dans le monde que vous avez quitté. Vous avez déposé tous vos fardeaux sur le seuil de nos demeures. Vous êtes devenu un homme nouveau. La solitude et le silence vous révéleront les secrets de Dieu, qui sont au fond de votre cœur, qui n’ont jamais cessé d’y être. Vous êtes admis dans la Ville des Expiations, dans la ville des épreuves adoucies, dans la ville où l’homme est livré plus particulièrement, plus spécialement à ce qui est sa destination sur la terre, à ce qui est le véritable emploi de sa vie. »

63Tel est le discours par lequel on commence à instruire le néophyte.

64Tout est calme, paisible dans la cérémonie de l’admission : les soldats sont en sentinelle, à l’entrée du hameau, sur le seuil de la porte, et y sont tout à fait étrangers.

65Les soixante députés se retirent en silence, chacun dans sa demeure.

66L’étranger est conduit par le surveillant à celle qu’il doit occuper, et tout rentre dans l’ordre accoutumé.

VIII

67Les néophytes peuvent correspondre avec leurs parents et leurs amis, mais leurs lettres et celles qu’ils reçoivent sont lues auparavant par le censeur, pour qui cette lecture est une confidence en quelque sorte sacramentelle. Toute correspondance du dedans au dehors s’entretient toujours sous le couvert de l’administration, pour conserver le secret des noms substitués aux noms anciens, des noms de religion aux noms du monde. Ceux des néophytes qui veulent cultiver les sciences et les lettres le peuvent, toutefois néanmoins sous l’autorisation du tribunal de censure, lequel juge ce qui peut être publié d’une manière quelconque. Il ne faut pas oublier que la Ville des Expiations n’est autre chose qu’un renouvellement des institutions primitives. Ainsi, comme dans les temps anciens, nulle science ne doit être cultivée que de l’aveu des maîtres de la science ; nulle vérité ne peut être promulguée que de l’aveu des dépositaires de la vérité. Enfin tout doit être en définitive décidé par la voix de l’autorité. Mais on a soin de veiller à ce que le corps des censeurs ne soit pas étranger au mouvement des idées et des opinions ; il est toujours en sympathie avec le siècle. La Ville des Expiations ne doit jamais être isolée au milieu du monde civilisé. Elle est le lien entre les civilisations immobiles et les civilisations progressives. C’est une antique cité de l’Orient, transportée, tout d’une pièce, au milieu de notre changeante Europe. Elle ne participe aux développements que pour les constater par son adhésion, les légitimer en les adoptant. Elle ne repousse pas les investigations individuelles, mais elle veut qu’avant d’être produites au-dehors, elles soient revêtues de la sanction des maîtres de la science, des dépositaires de la vérité.

IX

  • 99 Ballanche a déjà cité (cf. note 13) cet extrait (V. 21) de la Deuxième Epître aux Corinthiens, qui (...)

68Quelquefois le néophyte a besoin d’être soutenu dans sa vie pénitente ; il est facile de se décourager lorsqu’on n’a que de funestes souvenirs, et lorsqu’on est dans une situation telle que la conscience va toujours se repliant sur elle-même. Le devoir alors est de rendre des forces à celui qui est faible. S’il y a plus que de la faiblesse, s’il paraît obsédé par ses remords, on le réprimande avec quelque douceur, mais aussi avec ascendant et conviction. « De quoi vous plaignez-vous, lui dit-on, homme qui vous êtes condamné à l’opprobre ? Le vase n’a pas le droit de demander au potier pourquoi, toutes les argiles étant égales entre elles, l’argile dont il est formé est devenue un vase destiné aux plus vils usages. Le potier aurait à répondre avec justice : “Il faut des vases pour tous les usages.” Ceci explique les races royales, les castes, les serviteurs, les esclaves, les riches, les pauvres, les heureux, les infortunés, les hommes doués de plus d’intelligence, ceux à qui Dieu paraît avoir refusé une partie des dons de l’esprit. Ceci explique les innocents et les coupables, ceci explique toutes les situations anciennes et modernes ; ceci explique même le mépris de certains hommes pour la dignité humaine. Toutefois, mon frère, consolez-vous, car le potier entendra les plaintes du vase, et il le destinera un jour à des usages honorables. Il deviendra le vase des parfums qui se brûlent éternellement devant le trône de l’éternelle majesté. Mon frère, souvenez-vous des lieux où l’homme est conçu, des voies par lesquelles une créature intelligente et morale arrive dans le temps. Essence humaine, es-tu moins l’essence humaine pour avoir habité dans la fange ? Jugements de mon Dieu, j’en suis certain, vous serez justifiés ! Providence de mon Dieu, de quel éclat vous brillerez lorsque vous serez connue ! Mon frère, dès que vous avez été parmi nous, nous vous avons dit les anciens oracles. Voici encore les paroles d’un prophète : “L’âme qui est triste, à cause de la grandeur de son mal, l’âme qui marche courbée, infirme, les yeux baissés, souffrante de la faim, cette âme doit justifier et glorifier son Dieu.” Pour me servir du conseil des saintes Ecritures, je vous dirai : “Mettez votre visage dans la poussière, et attendez l’espérance.” Mais il est une vérité bien plus puissante que toutes mes exhortations : “Celui qui n’avait pas connu le péché, s’est fait le péché, afin que nous, nous fissions la justice99.” Après ce texte étonnant il ne me reste aucune parole à vous dire. »

69Telle est la forme des discours qui se tiennent à ceux qui sont sur le point de tomber sous le poids du découragement.

70N’avez-vous jamais rencontré dans le monde de ces hommes qui ne peuvent se pardonner à eux-mêmes les infractions qu’ils ont faites à la justice ou aux saintes lois de l’humanité ? « Que ne puis-je, disait un de ceux-là, que ne puis-je anéantir ma vie passée ! » Insensé ! Autant vaudrait dire : « Que ne puis-je m’anéantir ! » Ta vie passée, c’est toi. Si ce que tu déplores n’existait pas, tu serais un autre toi, tu aurais été soumis à d’autres épreuves. Il te fallait sans doute celles que tu as subies. Prions chaque jour, prions comme cela nous est prescrit ; prions le Père céleste de ne pas nous envoyer des épreuves au-dessus de nos forces.

71Lecteur, qu’il vous souvienne de L’Homme sans nom. Notre cité mystique n’existait point alors que cet homme si noble et si dégradé se nourrissait de ses inflexibles douleurs, car alors nous lui aurions dit : « Ce n’est plus au milieu du monde que tu peux verser des larmes ; le monde ne vaut rien pour toi. Ce n’est pas au sein de la solitude que tu dois rester ; la solitude ne ferait qu’aggraver tes maux. Bénis mille fois Dieu qui t’offre un doux refuge dans la Ville des Expiations. »

72Au reste, cette ténacité du souvenir prouve dans l’homme déchu que sa réhabilitation n’est pas complète, que le nouvel homme n’est pas tout entier né dans l’ancien, que le serpent ne s’est pas dépouillé de sa peau.

Notes

76 Après avoir conquis l’empire babylonien et sa capitale, Cyrus avait suivi une politique opposée à celle des Chaldéens : non content de témoigner beaucoup de respect à la religion du pays et de faire rebâtir les temples ruinés par la guerre, il avait permis que chaque dieu retournât dans son pays avec ses adorateurs. Cette autorisation avait sans doute été le point de départ de la délivrance des Hébreux. Ballanche fait ici allusion à deux passages d’Isaïe, 1 XLIV, 28 : « Je dis de Cyrus : Il est mon berger, et il accomplira toute ma volonté » et XLV, 13 : « C’est moi qui ai suscité Cyrus dans ma justice, et j’aplanirai toutes ses voies. (…) Il reconstruira ma ville. »

77 C’était une opinion très répandue que les invasions barbares n’étaient plus à craindre, grâce au remplacement de l’esprit de conquête par l’esprit de commerce, grâce aussi à l’artillerie, comme l’écrit le prudhommesque Dunoyer, ancien libéral devenu préfet de Louis-Philippe : « Qu’on juge, en effet, de la belle figure que feraient aujourd’hui, malgré toute leur fougue et toute leur ardeur au pillage, les bandes à moitié nues d’un Alaric ou d’un Attila, devant les armées disciplinées de l’Europe, et en présence de leur formidable artillerie » De la liberté du travail, Paris, 1845, T.I., p. 122.

78 A.1 disait : « les poètes modernes ».

79 Voir p. 24.

80 Et ce, malgré 1815 ; Ballanche écrit dans les Fragments politiques où il évoque la Restauration, et la présence en France des Alliés : « La France est encore le chef-lieu de la civilisation », (ms. Bibliothèque municipale de Lyon).

81 Cette énumération est caractéristique de la manière de Ballanche, qui met sur le même plan les travaux effectués par les armées romaines, les cathédrales et autres édifices élevés grâce à la loi populaire et aux indulgences, l’exploitation des Ilotes, premiers occupants de la Laconie, par les autorités de Sparte, et enfin celle des serfs du moyen-âge par les seigneurs féodaux. La corvée avait été le premier des droits féodaux abolis le 4 août 1789. Mais elle conservait une valeur de symbole, et le retour des Bourbons avait fait craindre son rétablissement. Cette crainte avait joué, par exemple, un rôle important lors du ralliement des paysans du Dauphiné à Napoléon au début des Cent jours.

82 Comme l’ensemble de l’architecture égyptienne, les obélisques avaient profité de l’intérêt suscité par la publication, échelonnée de 1809 à 1828, de la Description de l’Egypte, qui avait établi dans l’Europe entière la réputation de la gravure et de l’imprimerie françaises. Mais Ballanche fait sans doute ici plus particulièrement allusion au transfert à Paris de l’obélisque de Louksor, érigé sur la place de la Concorde de 1833, après maintes coûteuses difficultés. On retrouve un obélisque dans la ville ésotérique, p. 108.

83 Cet ancien lac d’Egypte, situé dans le Fayoum, passait pour avoir été creusé sur l’ordre du pharaon Thoutmès, afin de régulariser le débit du Nil. Ballanche en parle sans doute ici d’après Hérodote qui, le tenant pour un merveilleux ouvrage, lui consacre une longue description (livre II, 149-150).

84 Par le traité de Paris du 20 novembre 1815, les Alliés avaient réclamé une indemnité de guerre de 700 millions, à quoi était venue s’ajouter une somme de 240 millions en remboursement des dettes contractées par les précédents gouvernements envers les particuliers dans les pays occupés par les armées françaises. Le rétablissement du crédit de l’Etat et la richesse du royaume avaient permis au président du Conseil Richelieu de faire rapidement face à ces lourdes charges : à la fin de novembre 1818, après le Congrès d’Aix-la-Chapelle, les troupes étrangères avaient évacué le pays, qui avait rempli ses obligations financières. Ballanche fait ensuite référence au fameux milliard des émigrés, en fait environ 26 millions de rentes représentant un capital d’à peu près 630 millions. Cette loi d’indemnité avait été votée en 1825, moins sans doute pour réparer des spoliations qu’afin de régler la redoutable question des biens nationaux.

85 Il semble qu’il y ait dans la Ville une double hiérarchie, administrative, ou phénoménale, avec le dictateur (ou vice-roi selon le premier état du texte, dans A.2), et religieuse, ou idéale, avec l’hiérophante, et deux administrations parallèles, préfectorale et théocratique (p. 118). Le cas ne serait donc pas à exclure d’un roi qui viendrait se livrer à l’expiation (Ballanche regrette que Charles X n’ait pu connaître l’institution de la Ville), et se soumettre à ce « chef suprême » qu’est le « dictateur » (d’où la disparition de la désignation de vice-roi). La Ville hésite perpétuellement entre l’autonomie et une vie de relation avec le monde extérieur. Comment admettre, par exemple, que la Haute-Cour ait une fonction consultative pour le royaume, lorsque (p. 67) il est affirmé que « le peuple de notre ville ne se confond avec les autres peuples par aucune espèce de relation, ni de commerce, ni d’administration » ? Notons en effet que, si le fisc n’a pas établi de barrières à l’entrée de la ville, cela peut signifier aussi bien le libre-échange que l’absence de relations commerciales.

86 Les néophytes remplacent les reclus et les pénitents volontaires de la première version A.2.

87 On appelait ainsi les frères des Écoles chrétiennes, encore nommés « frères ignorantins ». La Congrégation, fondée en 1681 par Jean-Baptiste de la Salle, s’était si rapidement développée qu’elle comptait en 1789 121 maisons et environ un millier de frères. Supprimée en 1792, mais rétablie en 1805, elle avait bénéficié de la bienveillance de Napoléon qui l’avait officiellement reconnue et avait prévu son intégration à l’Université par le décret du 17 mars 1808. C’est sans doute à eux que songe Ballanche, et non aux frères de l’Instruction chrétienne de J.-M. de Lamennais, comme l’écrit A. Rastoul dans son édition de la Ville, p. 11.

88 Ballanche se souvient ici, selon toute vraisemblance, du vaste projet voté par la Convention thermidorienne qui prévoyait, outre celle de l’École normale de Paris décidée le 9 brumaire an II, la création de toute une série d’Écoles de services publics, militaires et civils (octobre 1795).

89 A.2 ajoute ici « l’agronome ».

90 Cette technique était particulièrement utilisée dans les régions où la pierre était rare, ce qui est le cas de la région lyonnaise, patrie de Ballanche.

91 De nombreux livres de piété populaire portaient ce nom. Un Manuel du catholique, en fait livre d’apologétique autant que de piété, était sorti des presses de Ballanche et Barret, « imprimeurs aux halles de Grenette », à Lyon.

92 La mobilité qu’organise Ballanche est le contraire même de la « papillonne » chère à Fourier. Loin de respecter ou d’exalter l’individualité, elle vise à la supprimer. Loin de multiplier les rapports entre sexes et âges différents, elle les rend impossibles. Loin de reposer sur un rythme physiologique ou psychologique, elle impose un emploi du temps rigide qui n’accorde rien à la fantaisie ni au désir, fondé qu’il est sur un symbolisme métaphysique.

93 Ces hameaux portent le nom de recluseries dans A.2, qui ne donne que 58 formules sur les 60 annoncées. Manquent la 8e, Expiation par le malheur non mérité et les deux dernières ; en revanche, il en disparaîtra deux : Suites d’une première faute, Malheur d’une rechute, au profit d’une seule, fondamentale elle aussi pour le système de Ballanche : Vie et expiation, une même chose. A côté de telles formules, on en rencontre qui semblent inviter à des exercices spirituels ou rappellent les grands thèmes de la pensée chrétienne, et d’autres qui offrent une certaine consonance avec des noms de loges maçonniques. Quant au nom de la Justice de Paix de la Ville haute. Le commerce civilisateur, dans le droit fil de l’idéologie libérale, il fait curieuse figure auprès de L’Apôtre des nations.

94 A. Rastoul a relevé (p. 20, note 1) que ces deux paragraphes avaient été retranchés du texte publié dans la France littéraire. La raison en tient sans doute à l’allusion qu’ils renferment au culte protestant. Mais cette suppression n’en devient pas moins surprenante pour autant : comme on le constatera, le VIIe livre de la Ville des Ēxpiations (p. 110 par exemple), prend de grandes libertés avec l’orthodoxie catholique ; le christianisme œcuménique présenté comme la croyance professée par le collège des sages se soucie assez peu du catéchisme. Cette apparente inconséquence peut s’expliquer d’abord par l’attachement que, sa mort en témoigne, Ballanche a toujours conservé aux pratiques religieuses de son enfance, en dépit de toutes ses audaces de pensée. Plus profondément, on a lieu de supposer que le protestantisme ne pouvait manquer de lui paraître suspect dans la mesure où cette confession refusait le dogme eucharistique, se privant par là du secours surnaturel qui donnait seul, à ses yeux, un sens à l’aventure humaine.

95 Elle laissait fort à désirer à l’époque, singulièrement à Paris. L’insalubrité de la ville, surtout des quartiers du centre et des faubourgs de l’est où s’entassaient ouvriers et artisans, a frappé tous les voyageurs. Les autorités étaient conscientes de cette situation, mais leurs recommandations se heurtaient à la fois à la mauvaise volonté des propriétaires et à l’indifférence des locataires que la misère privait de réaction. Le 3 avril 1832, le Journal des Débats s’indigne qu’on attribue « à l’administration publique les ravages de l’épidémie » de choléra, qu’une affiche du 4 avril juge « un fléau moins cruel que le gouvernement de Louis Philippe », mais pour souligner que « c’est encore le peuple qui souffre (…). La maladie désole les quartiers populeux, parce qu’ils sont malsains et encombrés d’indigens ».

96 A.2 poursuit : « Elle est donc absolument en dehors des choses humaines. Le christianisme lui-même, qui est la loi morale de tous, la loi primitive de la ville, le christianisme est un fait qui ne s’y constate point par l’énonciation de sa date dans les actes publics et privés. » Ballanche a-t-il trouvé trop hardie cette conception d’un christianisme « primitif » ?

97 Pour Ballanche, en effet, toute créature consentant à l’expiation peut devenir le nouvel Adam (voir note 1).

98 Cette expression issue du rituel orphique se retrouve dans le Séthos de l’abbé Terrasson : au cours de son initiation, le héros vide en effet une coupe, tandis qu’un prêtre lui dit : « Que cette eau soit un breuvage de Léthé ou d’oubli à l’égard de toutes les maximes fausses que vous avez ouïes de la bouche des hommes profanes », Séthos, Paris, Jacques Guérin, 1731, T. I. p. 228. Il devra boire ensuite « un breuvage de Mnémosyne ou de mémoire pour les leçons qu’(il recevra) de la sagesse. » (ibid. pp. 228-229). Ballanche a fait référence au Séthos du « savant abbé » dans la Palingénésie, Œuvres, t. IV, p. 97 (S. 326).

99 Ballanche a déjà cité (cf. note 13) cet extrait (V. 21) de la Deuxième Epître aux Corinthiens, qui corrobore si évidemment son propre système.

© Presses universitaires de Lyon, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search