Version classiqueVersion mobile

Nature, langue, discours

 | 
Merete Stistrup Jensen

Préface

Merete Stistrup Jensen

Texte intégral

1La nature est une de ces notions larges susceptibles d’être investies par les idéologies et les imaginaires. Pour le sens commun, tous les goûts ne sont-ils pas dans la nature ?... Nous sommes habitués à identifier le « naturel » à ce qui va de soi, à l’authentique, au spontané, et pourtant, nous savons que ce qu’on entend par « naturel » varie considérablement d’une époque à l’autre, d’une culture à l’autre, d’un sexe à l’autre. Ainsi, pour La Bruyère, « les femmes sont extrêmes ; elles sont meilleures ou pires que les hommes », mais Pope soutient à l’inverse que « la plupart des femmes n’ont pas le moindre caractère ». On conclura, avec Virginia Woolf, qu’il est bien triste qu’il ne se trouve pas deux sages pour penser la même chose à propos des femmes. Et que la différence des sexes, prise pour une donnée de nature, apparaît comme une construction discursive, relevant d’intérêts sociaux et de représentations culturelles qui évoluent avec le temps.

2En étudiant son inscription dans les différentes langues, on touche de façon particulièrement nette à la relativité et à la variation de catégories supposées universelles et invariantes, mais on voit en même temps comment se construisent les illusions du naturel. Chacun prend ses façons de dire pour la réalité même, et voudrait que sa langue maternelle détienne la sagesse et la vérité du monde. Si les signes linguistiques relèvent de l’arbitraire, les locuteurs projettent dans les catégories formelles tout un imaginaire. C’est l’exemple classique du genre des substantifs, variable d’une langue à l’autre : soleil et lune ne sont pas du même genre en français et en allemand, mais dans chaque langue, le genre de ces mots supporte toute une vision mythologique et symbolique.

  • 1 À ces deux journées d’étude avaient également participé Ruth Amossy, Marie-Frédérique Bour, Christ (...)

3Ce premier numéro des Cahiers Masculin/Féminin, propose un ensemble de réflexions issu de deux journées d’étude interdisciplinaires, co-organisées par les universités de Lyon 2 et de Genève, qui se sont tenues en 1998 à Lyon1, sur « La référence à la Nature dans les discours sur le sexe » et « Langue, langage, différence des sexes », dans une perspective historique s’intéressant en particulier aux aires germanophones et francophones.

4Un premier ensemble d’articles étudie diverses mises en oeuvre de l’idée d’une nature féminine dans des parcours de l’histoire littéraire et de l’histoire des mentalités. Partant d’un poème de Schiller sur La dignité des femmes, Verena Ehrich-Haefeli interroge le dualisme situant la femme du côté de la nature et l’homme du côté de la culture, cliché qui domine les discours sur les sexes dans l’Allemagne des années 1800. Rappelant que dans la première période des Lumières l’esprit n’avait point de sexe, elle montre comment Rousseau a préparé le terrain de cette nouvelle « sensibilité bourgeoise » qui se veut naturelle. Dans Émile ou de l’Éducation, elle étudie les contraintes dont Sophie est l’objet et montre comment la douceur produite par la répression apparaît finalement convertie en « naturel féminin » ; avant d’envisager les conséquences de cette nouvelle idéologie dans le Wilhelm Meister de Goethe, considéré comme le grand roman de formation du xixe siècle.

5Que devient cette idéologie du naturel quand la femme quitte son pur statut d’objet de discours, et que les femmes sont devenues elles-mêmes productrices de discours, sujets, singulières ? C’est ce qu’examine Merete Stistrup Jensen dans un retour sur la notion d’« écriture féminine », largement débattue dans les années 1970. Pour séduisante que soit cette notion, on peut se demander si valoriser le féminin dans l’écriture ne revient pas à refuser d’inscrire dans l’Histoire la production littéraire des femmes, en l’enfermant dans une nature particulière. Après avoir rappelé les différentes théories de l’« écriture féminine » et leur évolution depuis 1975, elle conclut que l’idée semble devenue d’elle-même caduque, tant les études récentes menées sur les œuvres littéraires des femmes témoignent d’une diversité esthétique et thématique.

6Voulant introduire un imaginaire féminin dans la langue, Hélène Cixous, théoricienne de l’écriture féminine, forgeait des néologismes comme « ellusions », « biografilles », « joures et nuites ». Nombreuses sont les pratiques de la langue, et les discours tenus sur elle, qui veulent y trouver, y inscrire ou y changer quelque chose de la différence des sexes. En français, une lettre qu’on entend à peine dans les parlers, mais qui joue un rôle important dans la versification et dans la morpho-syntaxe, est ainsi supposée incarner le féminin : c’est le e dit muet. Christine Planté, étudiant différents types de discours poétiques ou politiques du xvie siècle à nos jours, explore cet imaginaire du féminin dans la langue, qui va de la douceur supposée des rimes féminines au charme discret de ce qui se dissimule, s’évanouit ou favorise les liens, et montre son étroite relation avec une idéologie de la nature féminine, et de la nation française.

7On s’en doute, cette galanterie et cette idéalisation ont leur revers, dont témoigne bien l’âpre débat français actuel sur la féminisation des noms de métiers et de fonctions. Les défenseurs de la langue française, comme Marc Fumaroli, voient une atteinte à l’intégrité de la langue et de la nation dans cette féminisation, qui ne serait qu’une pâle copie d’une « certaine Amérique bruyante et éphémère » – la question a pourtant déjà son histoire en Europe. C’est ce versant plus contemporain qu’explore le deuxième groupe de contributions.

8D’abord avec un article d’Edith Slembek, qui examine comment les différences sociales entre hommes et femmes se reflètent dans les modes de communication quotidiens. Revenant sur la sociolinguistique anglo-saxonne, elle s’appuie sur les nombreuses études qui ont, depuis les années 70, été réalisées dans le domaine du comportement verbal. Elle étend la réflexion à l’expression paraverbale, beaucoup moins étudiée, notamment à la tessiture de la voix. Généralement perçue comme « naturelle », la voix, certes conditionnée physiologiquement, est également informée par l’image que chacun-e se fait de la « voix idéale » – c’est-à-dire de la voix qui est socialement convenable.

9Puis deux études abordent les réformes de féminisation de la langue, en Suisse et en France. Thérèse Studer expose comment la Suisse (alémanique) s’est trouvée dans un rôle d’avant-garde en cette matière. La littérature est à l’initiative du débat, quand en 1975 l’écrivaine Verena Stefan publie Mues, livre qui connaît un vif succès, suivi de nombreux travaux de linguistes femmes en Allemagne (Senta Trömel-Plötz, Luise Pusch) sur les relations entre langue, sexe et pouvoir. Le débat et les changements s’inscrivent ensuite dans les institutions et la vie publique, et un long travail de la Commission fédérale, commencé en 1983, aboutit en 1996 au Leitfaden zur sprachlichen Gleichbehandlung qu’analyse cet article, sorte de guide pour une formulation non sexiste des textes législatifs et administratifs, édité par la Chancellerie fédérale suisse.

10Anne-Marie Houdebine-Gravaud, quant à elle, dresse l’état de la situation en France et présente la réflexion sur la féminisation des noms de métiers, titres et fonctions qui a eu lieu au sein de la commission de terminologie mise en place par la Ministre des droits de la femme, Yvette Roudy, en 1984. Ce travail a abouti dans un premier temps au texte de la circulaire de 1986, puis à son application en 1998, à l’initiative des ministres femmes du gouvernement Jospin. Appuyée sur de nombreuses enquêtes auprès des usagers de la langue et sur les dépouillements de grammaires, de journaux, d’émissions de radios et télévisions, la réflexion de la commission montre à quel point les quinze dernières années ont suscité une véritable innovation dans ce domaine. Si une majorité des réponses favorisait déjà en 1986 la féminisation, malgré quelques réticences, on constate que l’usage a nettement tranché en sa faveur aujourd’hui. C’est donc en écoutant les usages qu’on s’aperçoit de la créativité de la langue, de sa plasticité, sa capacité de faire effraction aux imaginaires prescriptifs – et finalement de rester une langue vivante.

11C’est ainsi à reconnaître l’historicité des discours et des pratiques contre l’illusion d’une différence naturelle immuable, qu’invite, dans une démarche diachronique et comparatiste, l’ensemble du numéro.

Notes

1 À ces deux journées d’étude avaient également participé Ruth Amossy, Marie-Frédérique Bour, Christine Durif-Bruckert, Ute Heidmann Vischer et Brigitte Lhomond, dont les interventions n’ont pas été reprises dans ce numéro.

Auteur

Maître de conférences en littérature comparée à l’université Lumière-Lyon 2 et membre de l’UMR LIRE (Littérature Idéologies Représentations xviiie-xixe siècles) CNRS – Lyon 2 – Grenoble 3. Travaux et publications sur le langage au féminin, le genre épistolaire au féminin (en danois) et la littérature des xixe et xxe siècles, en particulier les questions d’énonciation, d’écriture et de poétique. Notamment auteur de « Les voix entre guillemets ». Problèmes de l’énonciation dans quelques récits français et danois contemporains, Odense University Press, 2000 (diffusé en France par Ellug/Presses universitaires de Grenoble), elle a également collaboré à l’anthologie Femmes poètes du xixe siècle, PUL, 1998.

© Presses universitaires de Lyon, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search