Version classiqueVersion mobile

La Ville des expiations

 | 
Pierre-Simon Ballanche

La Ville des Expiations

Livre deuxième

Texte intégral

I

  • 31 Dans ses Considérations sur la nature de la Révolution de France 1793, Mallet du Pan avait écrit : (...)
  • 32 A l’inverse. Chateaubriand constate dans le Voyage en Amérique (1826) : « Il y a deux manières éga (...)
  • 33 Dans Orphée, Ballanche nous montre le roi Evandre installé dans une cité cyclopéenne, Œuvres, T.V, (...)

1Dans l’état actuel de la société, les méchants, les scélérats mêmes, ne sont que des hommes hors du Christianisme, hors de la société telle que Dieu l’a voulue, telle que le progrès du temps l’a faite, des hommes en arrière du sentiment moral, enfin des barbares31. Je prends ici le mot barbare dans le sens où il est généralement entendu. Les barbares qui ont régénéré l’état social, en le bouleversant tout entier, qui se sont répandus comme un torrent sur les débris de l’Empire romain, ne sont pas les barbares instinctifs et intuitifs que Platon avait en vue, les pères des traditions selon Pythagore ; il ne faut jamais perdre de vue que les philosophes du dix-huitième siècle ont commis une grande erreur, en posant pour point de départ de la société l’état sauvage. Ils ont méconnu l’antiquité. Je m’en réfère à tout ce que j’ai dit dans les volumes précédents. Des philosophes avaient comparé les antiques rois de la Grèce aux Caciques et aux Sachems32 ; ils ignoraient donc ces monuments cyclopéens33 qui précédèrent partout les siècles héroïques, et qui attestent de fortes civilisations antérieures : ils étaient dispensés alors du soin d’expliquer ces monuments.

2Les barbares, qui sont au milieu de nous, notre devoir est de chercher à les civiliser, ou du moins à civiliser leurs enfants. Ce sont des êtres individuels que nous avons à faire rentrer dans la communauté des sentiments sociaux, en réveillant ou en faisant naître en eux le sentiment moral, qu’il nous est prescrit de désindividualiser par l’éducation, s’il est permis de s’exprimer ainsi. Enfin replaçons-les sous le joug de la solidarité, mais avec la pensée intime et profonde que ce joug austère est une forme de la charité ; que par une suite d’épreuves et d’initiations appropriées il deviendra ouvertement un jour le doux lien de la charité.

  • 34 La comparaison avec les Hébreux tient à la pensée figurale de Ballanche, pour qui « il y a des peu (...)

3Il faut donc recommencer pour eux la société primitive ; il faut créer pour eux une organisation sociale antique. Et ici je ne puis m’empêcher de signaler encore une fois l’erreur du dix-huitième siècle, au sujet du point de départ de la société. Ainsi il faut, comme dans les temps anciens, des lois qui règlent les paroles et les actions de ceux que nous avons à civiliser. Le nouveau peuple agira comme un seul homme, pour toutes choses. Ce sont des Hébreux34 à arracher à la maison de servitude, à conduire dans la terre promise, en passant par le désert, où ils logeront sous la tente. Et néanmoins nous ne prendrons pas M. de Maistre pour notre législateur ; car, même à l’égard du peuple nouveau, dont nous nous occupons, nous ne pouvons ni faire rétrograder, ni suspendre la loi de clémence et de grâce. Nous ne prendrons pas non plus Bentham, car nous avons des idées qui dominent celle de l’utilité, et nous tenons compte des traditions.

  • 35 Au thème des « nouveaux barbares » s’associe celui des révoltes serviles. On attend, ou l’on redou (...)

4La société du genre humain, comme il a été déjà dit, a commencé par un état de déchéance ; toutes les traditions primordiales sont unanimes sur ce point. Les sociétés humaines, celles dont nous connaissons l’origine vraie ou fabuleuse, c’est-à-dire celles dont l’origine nous a été racontée par l’histoire ou par la poésie qui est aussi l’histoire, mais l’histoire primitive, toutes ont commencé par un état analogue. Qui sait si Spartacus35 n’aurait pas fini par régénérer l’institution romaine, déjà évidemment usée à cette époque ? Politiques profonds, voilez-vous la face devant les mystères de l’organisation sociale, devant les mystères, souvent sanglants, qui enveloppent le secret des diverses transformations politiques. La Ville des Expiations aura donc un commencement semblable à celui de toutes les sociétés humaines. Seulement la prescience divine aura pour interprète la prescience humaine.

  • 36 Malgré ces formules d’allure maistrienne, et dont les allitérations marquent un curieux — et rare (...)

5La nouvelle société de l’Europe, celle qui a manifesté tout à coup son existence par le tocsin terrible de 89, celle qui ne peut plus ne pas s’affermir, n’a point échappé à la rigoureuse loi que nous venons de signaler, loi si vivement empreinte de l’anathème dont nous devons travailler à nous relever. La diffusion des lumières n’a pu nous garantir des sanglantes saturnales de 9336 : les lumières, il est vrai n’étaient pas arrivées jusqu’aux hommes pour qui de tels crimes ne furent que l’instinct féroce du barbare. Le dix-huitième siècle avait été un siècle de critique et non un siècle de doctrine. Il ne pouvait donc pas fonder ; sa mission fut une mission redoutable, puisqu’elle ne consistait qu’à détruire.

6Les esclaves, les serfs, les ilotes, les vaincus souvent s’affranchissent par des crimes dont rougit l’humanité. Plus tard, ils parviendront tout naturellement à l’instruction commune dont ils furent trop longtemps privés ; à la propriété, qui leur fera connaître les affections sociales auxquelles ils restèrent étrangers. Enfin ils entreront dans la composition des mœurs générales, seules vraies garanties de l’ordre.

7Mais ce n’est point de cela qu’il s’agit ici. Les méchants d’un état social quelconque, ainsi que je l’ai dit, peuvent être considérés comme des individus hors de cet état social, ou par leur propre situation, ou par leur caractère, c’est-à-dire ou par leur nature intime ou par des circonstances extérieures à eux ; des individus enfin, pour lesquels il est nécessaire de construire une société en rapport avec eux, dont les initiations successives leur soient appliquées. Ce sont des barbares qu’il faut civiliser, ou des abrutis qu’il faut réveiller au sentiment moral. En un mot, il faut se placer pour eux dans l’hypothèse où s’est trouvé le genre humain, après la déchéance, condamné à se refaire lui-même.

8Voilà pourquoi, dans la nouvelle société que j’appelle la Ville des Expiations, il sera juste de rétablir la puissance des traditions, de rendre son énergie au règne de la solidarité. Tout sera fixe, déterminé, immuable, inflexible, comme dans les législations anciennes. J’ai cité le Lévitique ; mais le principe progressif sera tenu en réserve dans le fond même de l’institution. Nous ne pouvons pas oublier que le mouvement d’évolution est inhérent aux sociétés humaines.

9Ainsi que je l’ai dit au commencement, le progrès, avant le Christianisme, a dû se produire sous une forme antagonistique : depuis le Christianisme, il a dû tendre à se produire sous une forme harmonique.

II

10Que le lecteur me permette une remarque digressive, nécessaire pour éclairer la suite de mes idées. A l’origine, il est bon de le dire une fois, les facultés instinctives avaient plus de force et d’étendue dans l’homme qu’elles n’en ont à présent : telle est peut-être la raison qui explique, ainsi que je l’ai déjà fait pressentir, les connaissances météorologiques que nous avons perdues, et les progrès de l’astronomie antique ; telle est peut-être encore la raison qui expliquerait l’institution du langage originel. C’est ce moyen, avec l’énergie même du signe de la pensée, qui sert à faire comprendre comment les premiers pas de toutes les connaissances humaines furent si rapides. Pouvons-nous, en effet, nous faire une idée de ce que furent les langues près de l’origine du langage, c’est-à-dire à l’origine des choses, lorsque l’homme sortit créature intelligente, libre et morale, des mains de son créateur ?

  • 37 Poncif romantique, que l’on retrouve à la première ligne de la Vision d’Hébal, dont le héros est d (...)

11Une de ces facultés primitives, dont il subsiste encore quelques traces, et qui commencent à se perdre par l’introduction des lumières acquises, par la science destinée à remplacer l’instinct ; une faculté que nous ne pouvons même déjà plus juger, quoique la tradition n’en soit pas très ancienne pour nous ; une faculté enfin qui ne se présente plus à notre esprit que comme une illusion superstitieuse, parce qu’elle est hors de nos sensations habituelles, c’est la seconde vue des Ecossais37, et peut-être de quelques habitants des Alpes. Le magnétisme serait-il destiné à nous introduire un jour dans la connaissance des facultés instinctives primitives, ou du moins à nous les faire comprendre ? J’ai parlé ailleurs des nations chananéennes. Les charmes, les incantations, le magnétisme exercé sur les serpents, sur d’autres animaux ; les amulettes, les fétiches, les objets de la nature animée ou inanimée, qui restent empreints du magisme exercé par l’homme ; les sciences occultes enfin, qui ne furent pas toujours des jongleries ; telles sont les choses dont nous nous abstiendrons de rendre compte.

12Parce que nous voyons que tout est successif, que tout se développe, chaque ordre de faits à son tour, nous croyons que tout a toujours été ainsi ; nous nous trompons. L’intelligence humaine est tout d’une pièce. L’homme a toujours été et sera toujours identique à lui-même. Au commencement, il était nécessaire qu’il sût beaucoup ; à présent, il est nécessaire qu’il apprenne beaucoup. Ayons toujours ceci présent à la pensée : il faut que l’homme se fasse lui-même ; et Dieu, en chaque temps, lui a donné l’instrument dont il a besoin. Il doit travailler à la sueur de son front jusqu’à ce qu’il revienne au lieu d’où il est sorti, comme s’exprime si énergiquement la Genèse.

13M. de Maistre forme, à l’égard de la puissance primitive de l’homme, des conjectures analogues aux miennes. Il croit que le déluge fut une punition de crimes au-dessus de nos facultés actuelles. L’anathème inexorable prononcé contre les nations chananéennes aurait pu lui fournir une conjecture de plus pour son hypothèse.

14Ainsi, selon ce théosophe, l’homme, après avoir succombé à une première épreuve, aurait encore succombé à une seconde : la première aurait été faite sur l’homme universel ; la seconde sur les hommes issus de l’homme universel déchu.

15Je laisse à d’autres le soin d’expliquer la prodigieuse algèbre de Moïse : ce n’est point ici le lieu de m’en occuper. Qu’il nous suffise d’y lire le double dogme de la déchéance et de la réhabilitation.

  • 38 Les spéculations sur ce sujet étaient nourries par l’insurrection victorieuse des Grecs, où beauco (...)

16Je n’ai fait cette digression que pour marquer la distance vraiment incommensurable où nous sommes des institutions primitives. Nous ne pouvons pas reconstruire le Vieil Orient, surtout à une époque où le Vieil Orient va peut-être lui-même recevoir un immense ébranlement38.

17Toutefois remarquons que le Vieil Orient se reconstruit toujours à toutes les époques.

18La Grèce plaça dans la Thrace le berceau des traditions dont elle ne pouvait rendre compte historiquement ; l’Egypte fut le Vieil Orient pour les peuples occidentaux ; enfin l’Etrurie fut le Vieil Orient pour les peuples Italiques.

19Je ne veux point répéter ce que j’ai dit dans les Prolégomènes de la Palingénésie et dans les arguments de l’Orphée. Seulement je veux dire qu’il ne s’agit point de reconstruire tout un passé ; qu’il ne s’agit point de faire repasser la cité nouvelle par les temps divins ou mythiques, qu’il faut se borner à chercher dans l’homme évolutif l’homme cosmogonique, car l’homme cosmogonique se retrouve toujours à toutes les phases de l’évolution.

III

20Revenons sur nos pas. Il faut, disions-nous, recommencer la société pour les hommes en arrière ou hors de la société ; mais ne nous lassons pas de le redire, car c’est ici que commence notre profond dissentiment de M. de Maistre ; nous sommes toujours d’accord, lui et moi, lorsque nous sommes dans les temps antérieurs, sans application de ses doctrines aux temps modernes ; mais, puisqu’il faut le redire, nous ne pouvons séparer de la promesse la réalisation de la promesse ; le décret de la réhabilitation, du décret de la déchéance. Ainsi la prophétie et le symbole ont un langage plus accessible. Ainsi, pour le culte, nous ne saurions rétablir les sacrifices d’animaux. Ainsi nous nous garderions bien de reconstituer les castes, lors même que ce serait en notre pouvoir. N’avons-nous pas le Christianisme ? Et quelque soit notre régime d’exception, nous est-il permis d’ignorer le christianisme ?

21Nous fonderons de nouvelles traditions, mais ces traditions ne peuvent être que chrétiennes, qu’une série chronologique des diverses applications, des divers développements de la loi de clémence et de grâce. Nous n’avons aucune mission pour établir une religion ; d’ailleurs le Christianisme est la perfection et le complément de toute institution religieuse, d’ailleurs enfin il ne peut y avoir de religion sans une base cosmogonique.

22Il est plus facile de faire comprendre que de dire le secret de la Ville des Expiations, ce qui doit en former le lien social.

IV

23Que l’on me permette une dernière remarque.

  • 39 Selon Ballanche, en effet, la solidarité telle que l’entend J. de Maistre se confond avec la réver (...)

24L’individualité est un progrès ; la solidarité rigoureuse, telle que l’entend M. de Maistre, est une sorte de panthéisme39 qui anéantit le moi moral. Le moi moral doit augmenter d’intensité, et prendre de la réalité, à mesure que le sentiment moral se perfectionne dans l’homme. Ne craignons pas néanmoins que cette individualité puisse jamais arriver au point de détruire l’unité morale sur laquelle repose la société, unité qui est l’identité même du genre humain. Une autre fois, je chercherai à consoler les esprits chagrins qui nous croient menacés de la dissolution du lien social ; peut-être à expliquer plus ou moins comment ce lien continuera de subsister. Dieu a toujours veillé et il veillera jusqu’à la fin sur les sociétés humaines.

25Ainsi donc je me contente pour le moment d’énoncer un point de fait tout simple. L’individualité, nous sommes forcés de le reconnaître, est une tendance et par conséquent un progrès. Dans une autre vie, l’individualité sera plus parfaite ; dans celle-ci, elle ne peut éviter mille écueils. C’est cette imperfection de l’individualité qui en fait les inconvénients, qui produit le mal. Ceux qui ne sont pas encore faits pour cette individualité, tout imparfaite qu’elle est, c’est-à-dire les hommes en arrière du progrès, doivent recommencer leur éducation sociale, puisque celle à laquelle ils ont été soumis a été insuffisante pour eux. Tel est encore notre but en fondant la Ville des Expiations. Tout le problème consiste dans la transformation graduée de la solidarité en la charité.

26La charité est aussi le lien qui unit ce monde à l’autre ; le passé et l’avenir, le temps mobile et l’immobile éternité.

V

27Sans doute il y a toujours eu des méchants, des hommes en arrière de la société où ils vivaient ; et plus le nombre de ceux qui entrent dans la composition des mœurs générales augmente, plus le nombre des méchants augmente, j’oserai dire dans une proportion à peu près égale. Il en résulte donc que le nombre des méchants était moindre dans les sociétés antiques que dans les sociétés modernes. Des classes entières étaient hors de la responsabilité, pendant que d’autres classes étaient couvertes du manteau de l’impunité.

28Voici une autre observation qui mérite de ne pas être dédaignée.

  • 40 La loi franke fait acception de la qualité des personnes, et permet le rachat d’un crime par une c (...)

29Les stipulations des lois anciennes annoncent que le crime était puni comme un dommage, et non comme une infraction de la loi morale, car la loi morale a longtemps été en puissance avant d’être en acte. Incomplet et obscur, le sentiment moral se manifestait alors indépendamment de la loi positive ; que l’on se souvienne de cette loi du talion qui est regardée toujours par certains esprits comme le type de la justice ; que l’on se souvienne encore de cette autre loi qui tarifait les indemnités dues aux parents d’un homme assassiné, selon la classe ou la condition de la victime. Nous trouvons ces sortes de lois étranges, parce que, depuis, la loi morale nous a été donnée, parce qu’enfin le sentiment moral s’est perfectionné en nous. Je sais que durant la nuit du moyen âge, qui fut le retour des siècles cyclopéens ou héroïques, les lois du talion, des représailles, des compositions40 ont existé, quoique le christianisme fût consitué en société publique. Mais il en est de cela comme de l’esclavage, qui s’est perpétué malgré l’Evangile, et de la servitude de la glèbe, qui a succédé à l’esclavage. Toutes ces choses indiquent seulement que le christianisme, par le côté où il touche aux affaires humaines, a été très lent à s’établir : il lui a fallu ni plus ni moins de dix-huit siècles pour pénétrer dans l’essence même de la société, pour passer de la sphère religieuse ou philosophique dans la sphère civile ou politique.

  • 41 Le droit d’aubaine a été aboli par une loi du 14 juillet 1819, c’est le droit d’un seigneur qui re (...)

30Le droit d’aubaine et le droit de confiscation41 viennent seulement de disparaître. Le mot de vindicte publique est toujours employé dans la langue de notre jurisprudence ; et il continuera de l’être jusqu’à ce qu’il soit reconnu enfin que la société n’a plus le droit de se venger. Elle peut se défendre, mais non se venger, pas plus que les individus. L’homme et la société sont des êtres analogues.

VI

31La véritable mission de la société est de protéger les individus, de développer les facultés de l’homme, de perfectionner le genre humain. M. Cuvier, en creusant les premières couches du globe terrestre que nous habitons, a trouvé plusieurs âges de créatures animées qui répondent aux temps de la Cosmogonie de Moïse. Les monuments de l’esprit humain nous donnent de même plusieurs âges de formes sociales, et, ce qui est encore plus étonnant, il sera possible un jour de déterminer plusieurs âges de procédés intellectuels ; l’étude approfondie des langues produira ce merveilleux résultat.

32Cette considération nous conduirait à celle des races, et à leurs diverses attributions. Mais cette question ne sera mûre que dans un demi-siècle. Resserrons notre cercle de discussions.

33Voyez ce qui est arrivé pour notre civilisation européenne moderne. Les nations qui bornaient au nord l’Empire Romain formaient des races distinctes, dont les facultés caractéristiques sont un objet d’études si difficiles et si dignes de nous occuper. Ces races diverses se sont succédées sur les différents sols de l’Europe. A mesure que l’empire romain se retirait, le flot de l’inondation barbare s’avançait. Lorsque, par exemple, les Francs et les Bourguignons entraient dans les Gaules, les Goths s’établissaient sur la rive gauche du Danube, et les Scythes venaient remplacer les Goths ; puis, les Tartares sont venus occuper, sur les bords de la Mer Noire, l’ancienne patrie des Scythes auxquels ils ressemblent. Ce phénomène des populations et des races, se pressant l’une l’autre, se succédant, se remplaçant ; les aborigènes chassés par des conquérants, devenus conquérants d’une autre contrée ; ce phénomène est un des grands problèmes de l’histoire ancienne.

  • 42 C’est ce qu’affirme Guizot de « la condition morale » des Germains : « Il est extrêmement difficil (...)

34Nous sentons, plus qu’il ne serait possible de l’exprimer, les différents âges de civilisation ; mais ce qui serait difficile à sentir et à exprimer, ce serait l’appréciation, la mesure du sentiment moral pour chacun de ces âges42.

35Quoiqu’il en soit, et ce qui du moins est hors de doute, c’est qu’à tous les âges de civilisation, il y a des hommes en arrière de cet âge lui-même, des hommes pour qui il faut refaire l’éducation sociale. Jusqu’à présent on a trouvé plus simple ou plus expéditif de les tuer, ou de les mettre aux fers ; j’ai déjà fait cette remarque.

  • 43 Pour Ballanche, d’accord sur ce seul point avec Aristote, la force n’est pas à l’origine de l’escl (...)

36Le génie de l’humanité a bien quelquefois fait entendre de nobles et rares protestations. Quelques instincts sublimes se sont manifestés. On n’a jamais rien tenté dans un système général. Mais il est une réflexion qu’il ne faut pas omettre. Dans un ordre social où l’esclavage était de droit commun, il s’est trouvé des esclaves qui, malgré l’autorité d’Aristote, ne se sont pas sentis nés avec une nature d’esclave ; ils avaient en eux l’âme d’un homme libre43. Ceux-là ont dû souvent réagir contre une société oppressive pour eux seuls. Ce que je dis des esclaves n’est qu’un exemple pour faire sentir ma pensée. Une simple disharmonie entre les facultés intellectuelles et le sentiment moral a pu pousser certains hommes dans une voie d’opposition aux lois établies. N’est-il jamais arrivé que des hommes nés dans un pays et dans un siècle pour lesquels ils n’étaient pas faits se soient trouvés comme emprisonnés dans les formes sociales, et aient fait des efforts plus ou moins condamnables, plus ou moins généreux, pour briser leurs fers ? Peut-être y en a-t-il eu qui n’avaient d’autre malheur que celui d’être nés prématurément, s’il est permis de parler ainsi, d’être nés au sein d’une civilisation trop peu avancée pour l’étendue de leurs facultés. On ne sait pas assez où peut conduire le défaut de sympathie avec les temps où nous vivons. Du malheur au crime, souvent la pente est rapide.

37Substituons au châtiment, l’épreuve pour les uns, l’expiation pour les autres.

VII

38Sparte fut une sorte de paradoxe réalisé. La Ville des Expiations sera une autre sorte de paradoxe réalisé. Lycurgue voulut pétrifier une législation héroïque. Nous prendrons le principe progressif à son origine, pour lui faire parcourir toutes ses phases. Nous régnerons dans notre ville par l’uniformité de la règle. A Sparte, les citoyens étaient considérés en quelque sorte, comme des hommes condamnés. Dans notre ville, il n’y aura point de citoyens. Il n’y aura que des habitants ; et ces habitants seront considérés comme étant tous des hommes de bien. Ils n’auront point de droits, ils n’auront que des devoirs. Ce qui manquait à Sparte, ce qui manquera également à la Ville des Expiations, c’est la liberté, car il n’y aura d’autre liberté, comme c’était à Sparte, que l’uniformité et la prévoyance de la règle. Toute la vie, tous les actes de la vie, y seront prévus et réglés jusque dans les moindres mouvements, jusque dans les moindres actions. Il y aura les heures des repas, les heures des prières, les heures des promenades, les heures de silence, les heures d’entretien, les heures de lecture, les heures du travail manuel. Pas une minute ne sera perdue.

39Que si le génie de l’humanité, qui a eu ses prophètes, à diverses époques, daignait condescendre à la pensée dont je me rends l’interprète, et qu’il voulût me confier sa toise d’or, je commencerais dès à présent à tracer l’enceinte et à creuser les fossés de la nouvelle ville. J’en dessinerais les murailles auprès d’un grand fleuve, dans une vaste plaine, qui serait entourée de riches coteaux. J’y unirais toutes les magnificences de la nature avec le style noble d’une architecture sévère. Je me souviendrais des monuments de l’Egypte, non pour les imiter, mais pour produire des impressions analogues. On retrouverait donc quelque chose de ces formes sérieuses et gigantesques ; grossières de près, types de beauté de loin ; et surtout je n’oublierais pas les aspects symboliques et instructifs : les lignes seraient des idées. Tous les moyens de salubrité et de propreté seraient prodigués dans la distribution de la ville, soit par les courants atmosphériques, soit par les plantations d’arbres, soit par le luxe des eaux. Les abords en seraient larges et commodes, mais l’accès en serait difficile ; on ne pourrait y entrer que par une seule porte.

40La ville, tout entourée de remparts, serait partagée en deux parties distinctes ; l’une serait la Ville haute, et l’autre serait la Ville basse.

  • 44 La colonisation, dans la pensée du temps, a une fonction de réhabilitation, voire de rédemption. L (...)

41La ville haute serait composée d’édifices publics, et de maisons pour des marchands, des ouvriers, des artisans de toutes sortes. La ville basse serait uniquement destinée aux habitants soumis à la vie d’expiations. Une banlieue considérable, qui serpenterait autour des collines et dans la plaine, appartiendrait à la ville, serait comprise dans la même administration, et serait réservée tout entière aux affranchis ou expiés, qui prendraient dès lors le nom de colons44 Cette banlieue serait divisée en jardins et en petites fermes avec de jolies habitations.

***

  • 45 Le développement qui commence ici, pour se poursuivre jusqu’à la section VIII, figure dans A.1. ma (...)

42Arrêtons-nous quelques instants avant de fixer toutes nos idées ; et que le lecteur veuille bien compatir à la fatigante obligation où je suis de ne marcher que d’une manière un peu incertaine, dans une route si nouvelle45.

43Redisons-le donc, la Ville des Expiations doit représenter le monde : elle est un moyen d’expiation pour ceux à qui l’expiation imposée à tous serait insuffisante. Ne craignons pas, avant d’aller plus loin, d’établir des principes généraux.

44L’origine du mal, c’est la nécessité de la liberté pour que l’homme fût un être moral. L’homme ayant été créé libre, il a fallu qu’il pût abuser de sa liberté. Le mal hors de l’homme, le mal dans le reste de la création est le mystère sous lequel s’enveloppe la nécessité du mal pour l’homme, dans le monde, c’est-à-dire, la nécessité de la liberté : Adam, c’est la nature humaine, car Adam représente la nature humaine, telle qu’elle a été créée. Non seulement il la représente, c’est la nature humaine elle-même ; car il la contenait, car elle était en lui, car elle coexistait avec lui dans son ensemble, car enfin il était l’essence de la nature humaine. Tous les hommes qui ont paru, qui ont eu leur place ou qui l’auront, dans le temps et dans l’espace, tous, c’est Adam. Il fallait qu’Adam succombât, car s’il n’avait pas succombé, il n’aurait pas été l’essence de la nature humaine. Que l’on ne s’effarouche pas d’une assertion aussi hardie ; elle sera réduite à sa juste valeur par ceux en qui se fait l’assimilation de mes idées. Ceux-là verront que si l’homme devait succomber, il devait se relever aussi, ou, ce qui est la même chose, être mis en état de se relever. Ils verront que, pour la manifestation de la liberté de l’homme, c’est-à-dire pour la manifestation de l’être moral, Dieu lui-même a été obligé de souffrir le mal. Sans cela, en effet, l’aurait-il souffert ? Enfin, l’homme est entré dans le temps, et est devenu un être successif, mais c’est toujours le même être. Du mystère de la déchéance, passons au mystère de la réhabilitation. Le Christ, qui a racheté la nature humaine, n’aurait pas pu la racheter, s’il n’eût été que l’essence de la nature humaine, car cette rédemption eût été au-dessus de lui. Il fallait qu’il fût d’une essence supérieure, de l’essence divine. Mais il fallait aussi qu’il fût de l’essence humaine, car dans ces choses, il ne s’agit pas d’une rançon, il s’agit d’une rénovation de la nature, faite dans l’essence même de la nature. Voilà pourquoi le Christ est Dieu et homme. Le genre humain a consenti à la faute d’Adam, il y consent par un acte continu ; il faut qu’il consente aussi à la rédemption par le fils de l’homme, il faut qu’il y consente par un acte continu.

45Il ne s’agit pas de contraindre la volonté, il faut la changer : ce n’est qu’ainsi que le mal peut disparaître : serait-ce donc l’homme, l’homme régénéré qui aurait l’éminente faculté d’ôter le mal ? ceci pourrait servir à expliquer à la fois et la chute et la réhabilitation. Ne pourrait-on pas ajouter, sans trop de témérité, que, peut-être, dans l’échelle des êtres intelligents, l’homme est le seul qui soit un être moral, ce qui expliquerait la nature des épreuves auxquelles il a été soumis, et, par analogie, la nature des épreuves qui lui sont réservées dans une autre vie.

46En un mot, le dogme du médiateur, qui est si avant dans les traditions générales du genre humain, repose sur ceci, que l’homme ne pouvait être régénéré que par des moyens qui lui fussent sympathiques. Sous ce point de vue, la rédemption prouve la liberté.

47C’est à la fois l’adhésion à la peine du péché, l’acceptation de la douleur, le consentement libre à la grâce de la réconciliation, le progrès de l’être moral, la naissance de l’homme nouveau, qui constituent la seule vraie expiation.

VIII

  • 46 « L’Éternel lui dit : Si quelqu’un tuait Caïn, Caïn serait vengé sept fois ». Genèse, 4,15.
    « Caïn (...)

48Si Caïn et Judas ont été condamnés pour avoir désespéré de la justice divine, que penser de la justice humaine ? Car enfin c’était sur eux-mêmes que Caïn et Judas prononçaient la sentence d’irrémission ; et nos juges de justices humaines s’avisent de la prononcer sur les autres ! Ils seraient condamnés s’ils se condamnaient eux-mêmes, comment osent-ils condamner ceux dont la conscience ne peut être connue par eux ? La Genèse prononce un septuple anathème contre ceux qui attenteraient aux jours de Caïn, et un anathème sept fois septuple contre le meurtrier de Lamech, l’autre meurtrier46.

49Je ne saurais trop le redire, au risque même d’atténuer les arguments dont je dois me servir, il ne faut pas croire qu’il soit dans mon intention de censurer les actes par lesquels la société s’est investie, ou s’est crue investie du droit de condamner à mort. Jamais je ne consentirai à m’établir juge d’un ordre de choses dans lequel je suis né, dont je fais partie : Socrate aima mieux mourir plutôt que de se soustraire à la rigueur d’une loi dont il avait cependant reconnu l’injustice. Encore moins voudrais-je m’établir juge d’un ordre de choses dans lequel je ne suis pas né, dont je ne fais point partie : ce serait en quelque sorte se déclarer juge de la Providence elle-même. Je sais seulement qu’une loi morale n’existe pas pour le monde, avant d’y avoir été d’abord prédite, et ensuite promulguée. Les vérités n’arrivent que successivement, et ne se développent que graduellement. Ce que j’ai exprimé plus haut, sous la forme d’un doute, j’ose ici l’affirmer ; non, la société n’avait point usurpé le droit de mort, reste du droit de vie et de mort accordé aux pères sur les enfants ; elle ne l’avait point usurpé, puisqu’elle les a tous en elle. Peut-être l’usurpation commencerait-elle dès à présent, si elle voulait continuer de le retenir contre la tendance des idées et des sentiments.

  • 47 Le marquis de Beccaria (1738-1794) s’était acquis une célébrité européenne par son livre Des délit (...)

50Lorsque vers le milieu du siècle dernier, Beccaria, l’avocat général Servan47, et plusieurs autres précurseurs d’une révolution maintenant à moitié accomplie dans la jurisprudence criminelle, faisaient entendre leurs éloquentes réclamations en faveur de l’humanité, ils trouvèrent de nombreux contradicteurs. De cette controverse qui agita tous les esprits dans le temps, il n’est resté que les écrits des partisans de la réforme, parce que ceux-là seuls étaient en sympathie avec les opinions générales, avec l’avenir de la société ; le reste est absolument inconnu. C’est toujours ainsi. Nul ne peut survivre qu’en vivant d’avance dans l’avenir.

51Mais revenons à ce que nous disions tout à l’heure. Une loi morale n’est point obligatoire pour l’homme avant sa manifestation dans le monde, si ce n’est pour ceux à qui il a été donné de devancer les temps. Et c’est la société tout entière, la société telle qu’elle est devenue par le progrès des idées, qui manifeste en ce moment son horreur pour la peine de mort. Il est du devoir du législateur d’obéir à cette expression de la société actuelle. Une loi morale a aboli la confiscation ; cette loi a précédé l’acte législatif qui l’a réalisée ; auparavant sans doute, quoique dans un sens relatif, la confiscation pouvait paraître juste, parce qu’elle était très légale, et d’une légalité non conventionnelle. Les principes sont invariables et absolus, mais les applications changent. La société se perfectionne elle-même, parce que le mouvement perfectif a été mis en elle par l’auteur de la société ; et en se perfectionnant, elle perfectionne l’homme, parce que c’est là sa mission : la société et l’homme ont l’un sur l’autre une action réciproque et continue ; les sociétés vieillissent et meurent, mais elles laissent un héritage qui ne meurt jamais.

  • 48 Il y a ici quelque imprécision. C’est selon Hobbes, l’état de nature qui, du fait des passions et (...)

52Hobbes avait raison de regarder l’état social comme un état de guerre48 ; c’était ainsi de son temps, car l’harmonie n’avait pas encore été substituée à l’antagonisme. Rousseau dévoré de mélancolie, trouvait l’état social un état non naturel, et par conséquent un état dépravateur. Telle fut la source de toutes ses erreurs dans tous les genres ; les erreurs aussi bien que les vérités sont sœurs.

  • 49 C’est en effet le fondement que, avec des nuances fort importantes, Hobbes et Rousseau donnent tou (...)

53On est toujours parti de ce principe faux : à savoir que l’homme a primitivement aliéné une partie de sa liberté pour obtenir en échange la protection sociale49. C’est une hypothèse contredite par toute l’histoire, par toute la philosophie du genre humain. L’homme n’a rien aliéné, n’a pu rien aliéner. Il n’a point cédé une chose, il ne s’en est point réservé une autre. Il n’a point stipulé pour lui et pour les siens. Il n’a point le choix, il ne l’a jamais eu. Il est essentiellement et constitutivement être social ; c’est sa nature. Il a toujours trouvé la société toute faite ; il l’a trouvée toute composée d’un passé et d’un avenir ; il y est né seulement avec sa liberté morale. Ainsi donc la société a des droits antérieurs aux individus qui la composent, des droits primitifs qui dominent et enchaînent les individus.

  • 50 Nation doit vraisemblablement s’entendre ici au sens que lui donne Littré : « Réunion d’hommes hab (...)
  • 51 C’est à Bonald que Ballanche fait ici allusion. Le don du langage consenti par Dieu à l’homme cons (...)

54Il y a une remarque importante à faire ici, et que j’ai déjà consignée quelque part. On trouve parmi les nations50 sauvages une sorte de stupidité invincible qui s’oppose à l’avancement des idées. On sent que les générations seraient destinées à se succéder indéfiniment sans se perfectionner, et que les enfants ne sachant jamais que ce que leurs pères leur auraient appris, la masse des idées ne pourrait s’augmenter. Cet état qui paraît être un état de dégradation d’une société antérieure devrait être stationnaire, puisque l’homme ne transmettrait jamais que ce qui lui aurait été transmis. Il en est de même du langage qui paraît également n’être formé que des débris d’un langage antérieur51. L’instruction ne pourrait donc pas sortir du sein de ces sortes de peuples ; elle devrait donc venir du dehors. Il serait donc permis de croire à une instruction primitive imposée dès l’origine ; il serait donc permis d’affirmer que les perfectionnements successifs de la société ont, par la même raison, été imposés, et ne furent jamais le simple résultat du progrès naturel des choses ; encore le progrès naturel des choses est-il hors de la puissance des individus. Je n’ai pas besoin de faire remarquer que je ne m’occupe pas en ce moment de la diversité des facultés attribuées aux diverses races humaines.

55La révélation, considérée sous le rapport philosophique, est le besoin pour l’homme que l’instruction vienne d’une source extérieure à lui. Il est bien entendu toutefois que je n’exclus point la spontanéité, qui est tantôt une des formes de la révélation, tantôt l’expression ou le résumé d’un état antérieur.

56Ainsi, la révélation, les traditions, la spontanéité, sont la trame merveilleuse des destinées humaines.

  • 52 Il y a là peut-être un souvenir de Hobbes qui, s’il ne formule pas cette proposition excessive, ma (...)

57L’homme prend hors de lui, mais il s’assimile à lui. Ces pensées nous introduiront bientôt dans de nouvelles considérations que nous devons écarter en ce moment pour continuer notre discours. Beccaria, dont nous parlions tout à l’heure, et qui a partagé la grande erreur du dix-huitième siècle, celle de l’hypothèse du contrat primitif, Beccaria, parmi les arguments contre la peine de mort emploie celui-ci. L’homme n’a pu jamais céder le droit de lui donner la mort. Certainement non ; mais cela n’empêche point que la société ait pu l’avoir, car la société étant, ainsi que nous le disions, antérieure à l’individu, elle a des droits antérieurs. D’ailleurs encore, même dans la supposition du contrat primitif, chaque homme n’aurait cédé le droit de mort sur lui que pour assurer sa propre vie52. Ainsi la société a pu fort bien avoir le droit de vie et de mort, et l’individu n’avoir point le droit de se tuer. L’individu néanmoins a incontestablement le droit de se dévouer, même au risque d’une mort certaine, mais sans qu’il en résulte pour lui le droit de se tuer lorsque la vie lui devient à charge.

58Ceux qui accordent à l’homme le droit de se tuer, comment s’y prennent-ils pour contester le droit de tuer les autres ? On raisonne toujours mal lorsque l’on raisonne sur un droit inhérent à l’individu : remontez donc toujours, je vous en conjure, et il n’y a que cela de vrai, remontez au sentiment moral et à l’institution divine.

IX

  • 53 Souvenir évident du célèbre développement des Soirées de Saint-Pétersbourg, dont voici la conclusi (...)
  • 54 Eloignez-vous donc.

59Le contact du bourreau, la simple vue du bourreau, vous font frémir, et il n’est qu’un instrument53. Retirez-vous donc54 du juré, et du juge ! Fuyez l’approche de tout homme qui n’a pas reculé devant la pensée de l’irrévocable ! Oui, hâtons-nous de supprimer la peine de mort, quand ce ne serait que pour qu’il n’y eût pas cette sorte de créature, cette créature isolée et sinistre, ce terrible excommunié qu’on appelle le bourreau.

  • 55 Ballanche s’intéressait depuis longtemps au problème moral posé par la prostitution. Son ami lyonn (...)
  • 56 C’est, bien sûr, Samson qui abattit le temple du dieu des Philistins, Dagôn (Juges. 16). Rappelons (...)

60Une autre sorte de créature suscite aussi ma profonde pitié. Il faut bien le dire, et j’en demande pardon au lecteur ; il faut bien le dire, puisque c’est aussi un des grands opprobres de l’ordre social. Il s’agit de la profession de femme publique55, si l’on ose appeler profession un tel état de dégradation. Des hommes qui parlent de mœurs comme M. de Maistre parle de justice ne sont-ils pas accoutumés à décider du haut de leur cruelle sagesse que la prostitution est la garantie de la sûreté du mariage ? Ah ! si je ne craignais pas d’outrager la pudeur comme M. de Maistre a fait baisser les yeux à la sainte humanité, je pourrais à mon tour peindre cette nécessité sociale qui commande à certaines femmes le sacrifice ignominieux que des nations idolâtres ont imposé pour honorer d’impudiques divinités ; je pourrais peindre ce malheur abject qui pèse sur elles, et qui les parque ainsi que des êtres immondes, de vils rebuts de la société ; je pourrais enfin peindre cette acceptation de l’opprobre, ce consentement à l’outrage, caractère singulier d’un vice érigé par nous en profession. Qui refuserait de reconnaître la même raison, le même principe, les mêmes analogies ? Toujours quelques-uns dégradés pour relever la dignité des autres ! Toujours oubli de la solidarité et de la charité ! Oh ! s’il était vrai que la société ne pût se soutenir que par de telles calamités ; s’il était vrai encore que la société eût besoin des iniques ressources, des honteux et coupables stratagèmes de la police ; s’il était vrai enfin que la morale et l’art de gouverner les hommes fussent établis sur des principes différents, alors il faudrait crier de toute sa puissance contre l’ordre social, alors il faudrait secouer fortement les colonnes du temple, comme ce fameux juge d’Israël56 fit pour le temple des idoles, et s’ensevelir sous les ruines de ce temple sacrilège.

  • 57 Balzac développait en 1825 dans le Code des gens honnêtes ce thème des républiques de brigands :
    «  (...)

61En effet, allons jusqu’où nous pouvons aller dans les conséquences d’un si déplorable système. Il y a pour les voleurs, pour les faussaires, pour les escrocs, une sorte d’instinct, qui peut paraître aussi un instinct inné, un jugement de Dieu sur la société. Eux aussi sont une nature à part, si l’on ne consulte que les mêmes analogies, si l’on se place dans la même sphère d’idées que M. de Maistre. Remarquez les prodiges d’intelligence, d’adresse, de sagacité que font éclater les voleurs dans la conception du crime. Comme ils s’entendent ! comme ils se répondent ! comme ils sont en sympathie les uns avec les autres sans se connaître ! cette intelligence employée à faire le mal, ce courage à braver de honteux et obscurs dangers, cette lutte perpétuelle de plusieurs contre tous, cette lutte inégale par la force, et qui se prolonge par la ruse, ce brutal désintéressement du danger et de la mort, cette loyauté dans le partage du vol, vraie parodie de la justice, vraie ironie de l’équité ; cette soumission à une discipline qui remplace la loi et le devoir, cette vie aventureuse qui fait le brigand, le flibustier, le pirate, le conquérant même, lorsqu’il n’est que conquérant, tout cela compose aussi, si l’on veut, une nature à part57.

62Et le mendiant donc ! cette existence insouciante, vile et paresseuse, ce goût de l’abjection et du mépris, ne constituent-ils pas une créature en dehors des autres créatures humaines, pour la sympathie des sentiments ? Retranchons-nous dans les catégories, dans les natures diverses, nous serons bien à notre aise pour expliquer, pour justifier même, pour légaliser enfin les choses ignobles de l’ordre social, choses que nous devrions tendre au contraire à en faire disparaître. Nous dirons alors : la société ne peut exister sans prostituées, sans mendiants, sans voleurs ; comme M. de Maistre dit qu’elle ne peut exister sans bourreaux ; comme des publicistes anciens et même des publicistes modernes ont dit qu’elle ne peut exister sans esclavage. Ces Parias volontaires, ces Ilotes libres, ces misérables qui se cachent dans l’ombre, et qui dérobent en quelque sorte leur existence sans cesse menacée, formeront des sociétés différentes les unes des autres. Je ne puis pas croire que ce ne soit pas contraire au but de l’association humaine. Vous prétendez que de telles dégradations sont un produit nécessaire de la force des choses, et moi je prétends que ce sont des barbares qu’il faut civiliser, que cette lie deviendra un vin généreux lorsque la société sera égale pour tous. Ne prenez point pour prétexte de votre inhumanité et de votre insouciance le résultat de l’inégalité des rangs, des hiérarchies sociales. Je vais plus loin, si vous persistez à admettre des classes naturellement dégradées, vous ne pouvez tarder à les multiplier. Il y en aura toujours qui d’abord échapperont à vos classifications, et qui viendront ensuite s’y ranger. Vous prodiguerez la séduction pour avilir ; ensuite vous vous en tirerez par le mépris justifié ; bientôt vous en viendrez à mépriser l’homme lui-même, l’homme image de Dieu ; et la dignité qui devrait être pour tous, ne sera plus qu’une exception faite par votre caprice. Ah ! je vous le dis encore une fois, vous m’apprendriez ainsi à repousser la société, la société qui, malgré vous, sert à l’avancement de l’homme.

63Je sais bien que les différentes analogies que je viens de signaler ne sont point du même ordre. La nécessité de ce que la justice offre de terrible, sans doute vient de ce qu’il y a toujours eu, de ce qu’il y aura toujours des malfaiteurs.

64Que l’on me permette une dernière réflexion.

65A mesure qu’un plus grand nombre d’hommes est admis aux droits de cité, à mesure qu’un plus grand nombre entre dans la composition des mœurs générales d’une époque, alors toutes les idées relatives et absolues changent dans toute l’étendue de la hiérarchie sociale. Alors les peines infamantes et la peine de mort prennent réellement plus de gravité ; alors elles deviennent plus difficiles à appliquer, car le sentiment de la dignité, dans les classes inférieures, et le sentiment de l’humanité dans les classes supérieures, faisant toujours des progrès égaux, doivent finir par se rencontrer.

***

66C’est à la doctrine des initiations à préparer la réparation de tant de maux, à opérer graduellement la transformation de la solidarité en charité.

Notes

31 Dans ses Considérations sur la nature de la Révolution de France 1793, Mallet du Pan avait écrit : « Les Huns et les Hérules, les Vandales et les Goths, ne viendront ni du Nord ni de la Mer Noire, ils sont au milieu de nous ». Ces formules sont reprises le 8 décembre 1831 dans le Journal des Débats par Saint-Marc Girardin à propos de la révolte des canuts : « Les Barbares qui menacent la société ne sont point au Caucase ni dans les steppes de la Tartarie : ils sont dans les faubourgs de nos villes manufacturières ». Les Barbares historiques, barbares fondateurs, avaient permis à la France de la Restauration d’affirmer son identité et ses valeurs. Désormais destructeurs, les « nouveaux barbares » vont hanter l’idéologie libérale et l’imagination romantique (voir P. Michel. Un mythe romantique, les Barbares 1789-1848, P.U.L., 1981).
Ballanche, lui, n’accorde guère d’attention aux Barbares historiques, et il se refuse à faire du mot de barbare le signe de l’exclusion définitive d’une partie de l’humanité. Pour lui, comme pour Maistre, « l’état de civilisation est l’état naturel et primitif de l’homme ». Il ne considère les peuples sauvages ou barbares de l’histoire phénoménale que comme des peuples dégénérés. En revanche, les barbares constituent dans l’histoire idéale une sorte d’Ur-Mensch, et à l’instar des Titans une représentation de l’homme cosmogonique. Le barbare est un accident, ou un symbole, soit de l’origine des traditions, soit de la faiblesse humaine. Instinctive, ou historique, la barbarie est une avec l’humanité. Il n’est d’exclus que provisoires. Il faut éduquer les barbares, non les exterminer. Ballanche échappera en partie au cercle éducation-répression dans lequel tourne la pensée libérale en imaginant dans la Ville des Expiations de réintégrer les nouveaux barbares à l’ordre cosmogonique par un système qui combine régression, éducation, mais aussi soumission à l’ordre social existant.

32 A l’inverse. Chateaubriand constate dans le Voyage en Amérique (1826) : « Il y a deux manières également fidèles et infidèles de peindre les Sauvages (…) ; Pune est de ne parler que de leurs lois et de leurs mœurs, sans entrer dans le détail de leurs costumes bizarres (…) Alors on ne verra que des Grecs et des Romains ; (…) l’autre manière consiste à ne représenter que les habitudes et les coutumes des Sauvages sans mentionner leurs lois et leurs mœurs ; alors on n’aperçoit plus que des cabanes enfumées et infectes dans lesquelles se retirent des espèces de singes à parole humaine » (Romans et Voyages, Pléiade, T. I, p. 749).
L’ethnologie comparée remonte en fait au livre du jésuite Lafitau sur les Mœurs des sauvages américains comparées aux mœurs des premiers temps (1724). Mais elle a été pour les Philosophes une arme de choix contre la Révélation. C’est ainsi que Buffon, par exemple, conseille : « Lisez Tacite sur les mœurs des Germains, c’est le tableau de celles des Hurons, ou plutôt des habitudes de l’espèce humaine sortant de l’état de nature » (Des époques de la nature, 1779). Ballanche dénonce sans cesse l’illusion ethnologique des Lumières, et il refuse de tenir compte, dans son système, « des civilisations américaines qui sont nées d’hier et sans traditions », L’Homme sans nom, Préface de 1828, Œuvres, T. III, p. 164 (S. 253).

33 Dans Orphée, Ballanche nous montre le roi Evandre installé dans une cité cyclopéenne, Œuvres, T.V, p. 81 (S. 420).

34 La comparaison avec les Hébreux tient à la pensée figurale de Ballanche, pour qui « il y a des peuples qui sont types, et qui renferment dans leur histoire celle des autres peuples (…). Les livres de l’Ancien Testament sont à la fois historiques et symboliques », Essai sur les institutions sociales, Œuvres, T. IL p. 53 (S. 116).

35 Au thème des « nouveaux barbares » s’associe celui des révoltes serviles. On attend, ou l’on redoute, « un nouveau Spartacus » (Balzac, Monographie de la Presse parisienne, 1843.) Ballanche, qui raconte dans l’épisode de la Virginie Romaine la Seconde sécession plébéienne, recense d’autre part, au livre VII, (cf. p. 127), après les trilogies de Zénobie et de Jeanne d’Arc, une série de tragédies romaines à faire, pour rappeler que « toutes les révolutions des peuples » sont « des crises de progrès ou de décadence ». A-t-il pensé à joindre à ces projets demeurés lettre morte la tragédie de Spartacus ? Il sera réservé à Quinet de l’écrire, avec les Esclaves, de 1847 à 1852.

36 Malgré ces formules d’allure maistrienne, et dont les allitérations marquent un curieux — et rare — souci d’expressivité, Ballanche tente de faire de la Révolution un élément positif de son système. Les saturnales ne ressortissent qu’à l’histoire phénoménale d’un événement qui entre dans les plans de la Providence. La Révolution est « le chaos cosmogonique, le combat toujours énergique et souvent aveugle de tous les divers éléments sociaux entre eux. Une pensée intime travaillait en silence à organiser ces éléments confus, pour leur faire prendre le nouvel ordre des choses, l’évolution palingénésique du genre humain », Palingénésie, Œuvres, T. IV, p. 284 (S. 372). Pour avoir fait entrer dans les mœurs générales une partie considérable du peuple qui en était exclu, elle est même la figure, « resserrée dans l’espace de quelques années » ibid., p. 180 (S. 346), de l’histoire du genre humain, dont la nature est d’avancer toujours.

37 Poncif romantique, que l’on retrouve à la première ligne de la Vision d’Hébal, dont le héros est défini comme « un Ecossais doué de la seconde vue ».

38 Les spéculations sur ce sujet étaient nourries par l’insurrection victorieuse des Grecs, où beaucoup voyaient le prélude d’un effondrement prochain de l’Empire ottoman. Voir Prolégomènes, Œuvres, T. IV, p. 256 (S. 365).

39 Selon Ballanche, en effet, la solidarité telle que l’entend J. de Maistre se confond avec la réversibilité des mérites, dogme dont l’intelligence est incapable de pénétrer le mystère. Le sentiment de cette impuissance altère la conscience morale et empêche l’homme de se sentir responsable. A ce titre, le système maistrien apparaît aussi dangereux que le panthéisme, dont Mme de Staël avait dit dans De l’Allemagne (IIIe P., ch. VII, éd. Pange-Balayé, Paris, 1959, p. 186) « qu’à force d’inspirer de la religion pour tout, il la dispersait sur l’univers et ne la concentrait point en nous-mêmes », et que l’école mennaisienne par exemple considère comme le tombeau des religions.

40 La loi franke fait acception de la qualité des personnes, et permet le rachat d’un crime par une compensation pécuniaire fixée en fonction de cette qualité. « Ils doivent accepter du coupable une composition proportionnée au crime et dont le taux est fixé par la coutume. La vengeance n’est possible que si la composition n’est pas payée » (Olivier-Martin, Histoire du droit français, cité par Robert, article Composition).

41 Le droit d’aubaine a été aboli par une loi du 14 juillet 1819, c’est le droit d’un seigneur qui recueille la succession d’une personne étrangère morte sur ses terres sans lui avoir fait aveu. Les héritiers normaux de ces « gens sans aveu » perdent tout droit sur les biens du défunt.
Quant au droit de confiscation, ses aspects concernent aussi bien le droit commercial que le droit criminel. Il joua un rôle considérable dans l’ancien droit pénal. Ballanche parle plus particulièrement ici de la confiscation générale, qui concernait tous les biens d’un condamné. Ce droit fut d’abord supprimé pendant une brève période au cours de la Révolution française, mais la loi du 30 août 1792 le rétablit dans les cas d’attentats contre la sûreté de l’Etat et de fabrication de fausse monnaie. Il disparut complètement du Code pénal grâce à l’article 66 de la Charte de 1814.

42 C’est ce qu’affirme Guizot de « la condition morale » des Germains : « Il est extrêmement difficile de l’apprécier ; c’est un texte de déclamations à l’honneur ou à la charge de la vie sauvage, de l’indépendance primitive ou de la société développée, de la simplicité naturelle ou des lumières. » Et il ne voit de solution à cette difficulté que dans la pratique de l’ethnologie comparée, à la suite de Lafitau : « Je ne connais qu’un moyen (…) de parvenir à se représenter avec quelque vérité l’état social et moral des peuplades germaniques : c’est de les comparer aux peuplades qui dans les temps modernes (…) sont encore à un degré de civilisation à peu près pareil, et mènent à peu près la même vie », Histoire de la Civilisation en France, Paris, Didier, 1840, 7e Leçon, T. I.. p. 214).

43 Pour Ballanche, d’accord sur ce seul point avec Aristote, la force n’est pas à l’origine de l’esclavage, même si elle permet de le maintenir. Dans l’article Esclavage conservé à la Bibliothèque Municipale de Lyon, on lit en effet : « Le sentiment de sa dégradation et de son infériorité doit être pour l’esclave la raison et la loi de son obéissance. » Avec le réveil de sa conscience commença pour l’esclave le temps de la révolte contre le maître, qui préfigure évidemment la lutte du patricien et du plébéien.

44 La colonisation, dans la pensée du temps, a une fonction de réhabilitation, voire de rédemption. La clôture de la colonie en fait le lieu de la transfiguration morale : dans l’Ile mystérieuse de Jules Verne, encore, les naufragés de l’air ne font pas que transformer le monde, ils transforment les autres et se transforment eux-mêmes. Masque spiritualiste d’une réalité moins engageante, qui fait tourner au plus grand profit de la civilisation européenne la « débarbarisation » des barbares de l’extérieur par ceux de l’intérieur.

45 Le développement qui commence ici, pour se poursuivre jusqu’à la section VIII, figure dans A.1. mais non dans CODIE qui en propose plus haut (cl. p. 16) une autre version. Il a paru opportun de le maintenir pour illustrer, à la fois, l’inachèvement dans lequel est demeuré ce texte qui résume la méditation de toute une vie, et la fondamentale importance attribuée par l’auteur à la relation qu’il établit entre la liberté humaine et la possibilité de la rédemption.

46 « L’Éternel lui dit : Si quelqu’un tuait Caïn, Caïn serait vengé sept fois ». Genèse, 4,15.
« Caïn sera vengé sept fois.
Et Lémec soixante-dix-sept fois » Genèse, 4. 24.
Ce dernier texte est cité par Ballanche à la fin de L’Homme sans nom, Œuvres, T. III, p. 304 (S. 288).

47 Le marquis de Beccaria (1738-1794) s’était acquis une célébrité européenne par son livre Des délits et des peines (1764). Il y renouvelait le droit pénal en protestant contre la torture, l’atrocité des supplices et l’inégalité des châtiments suivant l’origine sociale des personnes. — Servan (1737-1807) avait pu passer pour son disciple ; avocat général au Parlement de Grenoble, il s’était lui aussi élevé contre la torture et avait réclamé l’égalité de tous devant la justice.

48 Il y a ici quelque imprécision. C’est selon Hobbes, l’état de nature qui, du fait des passions et des appétits qu’ils portent en eux-mêmes, expose les hommes à toutes les violences, et les contraint de mener les uns contre les autres une guerre générale et permanente, résumée dans la célèbre formule homo homini lupus. L’établissement du pacte social, à l’occasion duquel l’individu renonce à ses droits personnels pour bénéficier de la sécurité que lui garantit le souverain, a précisément pour but d’y mettre un terme.

49 C’est en effet le fondement que, avec des nuances fort importantes, Hobbes et Rousseau donnent tous les deux au pacte social. Alors que, pour Hobbes, le sujet remet au souverain la totalité des prérogatives que lui valait l’état de nature, on sait que l’une des principales préoccupations de Rousseau, dans le Contrat social, consiste à déterminer un système susceptible de concilier la nécessaire autorité de l’Etat avec la liberté des citoyens.

50 Nation doit vraisemblablement s’entendre ici au sens que lui donne Littré : « Réunion d’hommes habitant un même territoire, soumis ou non à un même gouvernement, ayant depuis longtemps des intérêts assez communs pour qu’on les regarde comme appartenant à la même race. »

51 C’est à Bonald que Ballanche fait ici allusion. Le don du langage consenti par Dieu à l’homme constituait un argument essentiel de son apologétique. Souvent exposée auparavant, notamment dans la Législation primitive, cette théorie avait reçu son expression définitive dans les Recherches philosophiques sur les premiers objets des connaissances morales, publiées en 1818. L’auteur prétendait, dans cet ouvrage, retrouver les principaux enseignements de la Révélation par des voies purement rationnelles. A propos du langage, il montrait comment les travaux modernes, ceux notamment de Frédéric Schlegel, permettaient de déceler des rapports imprévus entre les idiomes les plus éloignés dans l’espace et dans le temps, et suggéraient ainsi l’hypothèse d’une langue primitive unique. Mais il remarquait d’autre part que nul n’a jamais parlé sans avoir auparavant entendu parler devant lui, et que penser était impossible sans avoir recours aux mots. Tant la science que la plus simple expérience confirmaient ainsi l’enseignement de la Genèse le langage représente « la lumière du monde moral qui éclaire tout homme venant en ce monde, qui tire chaque jour son esprit du néant comme, aux premiers temps du monde, une parole féconde tira l’univers du chaos ». C’est par lui que Dieu révèle les idées éternelles et se révèle lui-même à l’esprit humain.

52 Il y a là peut-être un souvenir de Hobbes qui, s’il ne formule pas cette proposition excessive, marque fortement la totale dépendance dans laquelle, dès la constitution du « corps politique », le sujet se trouve placé vis-à-vis du souverain.

53 Souvenir évident du célèbre développement des Soirées de Saint-Pétersbourg, dont voici la conclusion, p. 41 : « Nul éloge moral ne peut lui convenir ; car tous supposent des rapports avec les hommes, et il n’en a point. Et cependant toute grandeur, toute puissance, toute subordination repose sur l’exécuteur : il est l’horreur et le lien de l’association humaine. »

54 Eloignez-vous donc.

55 Ballanche s’intéressait depuis longtemps au problème moral posé par la prostitution. Son ami lyonnais Bredin l’évoque longuement dans une lettre du 1er décembre 1821, où il l’associe à la « ville du refuge », premier nom, comme on le sait, de la Ville des Expiations. Encore que fort confuses, ses réactions d’honnête chrétien qui n’arrive guère à prendre son parti de ce scandale ne sont pas sans évoquer celles de Ballanche. Comme lui il refuse l’argument habituel, selon lequel la prostitution constituerait « un bien réel pour la société », et pour les bonnes mœurs une défense qu’une sage administration ne saurait négliger. Mais s’il s’indigne de ce remède qui « propage le mal qu’il s’agit de détruire », il « avoue que l’on ne pourrait s’en passer tout à coup », et conclut que les filles de joie méritent plus de pitié que de mépris. Ballanche adopte une attitude beaucoup plus catégorique, seule compatible du reste avec le principe même de son ouvrage.

56 C’est, bien sûr, Samson qui abattit le temple du dieu des Philistins, Dagôn (Juges. 16). Rappelons que les Juges d’Israël ne sont pas des magistrats de justice, mais des héros, des sauveurs suscités par Yahvé.

57 Balzac développait en 1825 dans le Code des gens honnêtes ce thème des républiques de brigands :
« Les voleurs forment une république qui a ses lois et ses mœurs ; ils ne se volent point entre eux, tiennent religieusement leurs serments, et présentent, pour tout dire d’un mot, au milieu de l’état social, une image de ces fameux flibustiers dont on admirera sans cesse le courage, le caractère, les succès et les éminentes qualités.
Les voleurs ont même un langage particulier, leurs chefs, leur police (…) leurs syndics, leur parlement, leurs députés » L’œuvre de Balzac, Paris, Club Français du Livre, T. 14, p. 71.

© Presses universitaires de Lyon, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search