Version classiqueVersion mobile

Devoirs d’écriture

 | 
Bénédicte Monicat

Appendice des écrivaines citées

Texte intégral

1Abrantès, Joséphine Junot d’(1802-1888). Voir également Les Deux Frères, Barbou, 1876 ou La Fête du village ou l’Orgueilleux puni, Ardant, 1885. Sa mère, Laure Permont (1784-1838) est l’épouse du général Junot, duc d’Abrantès.

2Bassanville, comtesse de (1802-1884). Elle est la fondatrice du Journal des jeunes filles (qui devient le Moniteur des dames et des demoiselles) et du Dimanche des familles, éditrice de L’Auxiliaire des mères et des institutrices ainsi que de La Famille et du Trésor de la maison. Auteure prolixe d’ouvrages de fiction dont la visée pédagogique est signalée dès les pages de titre où elle est présentée comme l’« élève de Mme Campan », elle publie également des ouvrages d’étiquette (Code du cérémonial. Guide des gens du monde dans toutes les circonstances de la vie, Lebigre-Duquesne, 1867), et bien entendu des ouvrages d’éducation (Du perfectionnement de l’éducation desfilles, Desessert, 1847).

3Beaugier, M me. Outre les deux ouvrages mentionnés dans cette étude, elle est peut-être aussi l’auteure de l’Histoire de Marie Stuart, reine d’Écosse et de France (Barbou, 1859) également attribué à H. Bellarmin.

4Beaujard, Élise. Elle édite Les Après-Dîners littéraires (1887-1888) et publie également à Angers avec Jean de Revigny une Petite Bibliothèque d’or, monologues, comédies, pantomimes, saynètes, etc. (Lachèse, 1894).

5Belloc, Louise Swanton (1796-1881). Peintre à ses heures (son époux et sa sœur le sont professionnellement), elle est surtout traductrice (entre autres, des ouvrages éducatifs de Maria Edgeworth et de La Case de l’oncle Torn), éditrice (la Bibliothèque de famille et La Ruche), et auteure d’ouvrages pour enfants tel La Tirelire aux histoires, lectures choisies (Garnier, 1869).

6Belz, Marguerite de. Elle est l’auteure d’un seul ouvrage réédité en 1898 chez Taffin-Lefort.

7Bentzon, Thérèse (1840-1907). Marie-Thérèse de Solms (M me Blanc). Celle qui eut une prestigieuse carrière de romancière chez Calmann-Lévy fut aussi une traductrice prolixe (de Stevenson et de Dickens entre autres), critique littéraire respectée (pour la Revue des Deux Mondes) et auteure de récits de voyage.

8Bernard, Laure (1799- ?). Outre les recueils de contes (plusieurs fois réédités) mentionnés dans cette étude, elle fut l’auteure de divers ouvrages d’instruction (Scènes et récits de la Bible, lectures pour le premier âge, Lehuby, 1837) et de réflexions morales (Conseils aux jeunes détenus, Didier, 1839 ; Conseils d’un maître à son esclave, Didier, 1839). À la mort de Pauline Guizot elle termine l’un des recueils de contes laissés en cours par celle-ci. Elle a également à son actif des travaux de traduction (élément clé de l’activité intellectuelle et économique des femmes au xixe siècle qui reste trop peu étudié) et publie dans le Journal des Femmes (voir l’Histoire de la presse féminine en France d’Evelyne Sullerot). Bernard, comme tant d’autres, commence à écrire à la mort de son époux, le général Louis Bernard.

9Berthet, Louise. Le Robinson des neiges, réimprimé en 1891, est le seul texte qu’elle ait publié.

10Berlin, Marthe. Elle publie chez Firmin-Didot, Delagrave, Hachette, et Hetzel, mais surtout chez Marne, où ses ouvrages sont fréquemment réédités (voir Simon et Simone, 1884, ou encore La Fée de la maison, 1890).

11Bosguérard, Marie de. Outre les ouvrages mentionnés dans cette étude, elle publie des albums (L’Année enfantine, E. Guérin, 1889), des récits courts (Histoire d’un caniche, Lefèvre et Guérin, 1888), des petits romans (Les Anges du foyer, Barbou, 1890), et des romans (Thérèse, histoire d’une grande sœur, Barbou, 1890).

12Bourdon, Mathilde Froment (1817-1888). Cette auteure est bien l’« infatigable écrivain » (p. 636) dont parle le Grand Dictionnaire Universel, celle dont les « petits volumes d’édification religieuse ou d’éducation mondaine » sont des lectures souvent recommandées aux filles. Ses très nombreux ouvrages sont publiés chez Putois-Cretté (Journée chrétienne de la jeune fille, 1867 ; Agathe, ou la Première Communion, 1869) et surtout chez Lefort (L’Empire de la vertu, 1850 ; Sainte Radegonde, reine des Francs, 1853 ; L’Aîné et la cadette, 1876).

13Bray, Marie de (pseud, de Marie Dravigny). Elle publie surtout chez Sarlit (voir L’Ange du pardon, ou Henriette de Tezan, épisode de la maison de St-Cyr, 1860 ou encore Le Pouvoir de la charité, 1858), mais aussi chez Lefort (L’Enfant de l’hospice, 1861) et Marne (Annette, ou l’Influence de la piété filiale, 1869) parmi d’autres.

14Brun, Elisabeth. Ses ouvrages paraissent entre autres chez Lefort (L’Ami inconnu, 1852 ; Ernestine ou Pour bien commander, il faut savoir obéir, 1859), et chez Gaume (une Vie de sainte Geneviève, 1839, rééditée chez Mégard).

15Cantelou, Sophie Cottet de (1845- ?). Elle est l’auteure de nombreux ouvrages, parmi lesquels A travers champs (Librairie générale de vulgarisation, 1886) plusieurs fois réédité chez Delagrave, Au pays des Farfadets (Firmin-Didot, 1891), Contes maternels (Mégard, 1894), Sans mère (Mégard, 1891).

16Carpentier, Emilie. Elle publie chez Vermot (Cent un petits contes pour les enfants, 1860, et La Ménagerie des enfants, s. d.), et de nombreux autres récits chez Rigaud (Les Enfants célèbres, 1869), Barbou (La Petite Reine, 1890), Lefèvre (Les Enfants d’Alsace et de Lorraine, 1884) et Hachette (La Maison du bon dieu, 1881). Elle collabore également à l’Éducation maternelle, moniteur de l’instruction des jeunes filles.

17Carraud, Zulma (1796-1889). Surtout connue des balzaciens pour la correspondance qu’elle échangea avec l’écrivain, Carraud collabora à la Semaine des enfants et les ouvrages qu’elle consacra à la jeunesse (livres de lecture et d’instruction, recueils de contes et d’historiettes, manuels épistolaires), publiés chez Hachette, furent plusieurs fois réédités. Voir La Petite Jeanne, ou le Devoir, livre de lecture courante spécialement destiné aux écoles primaires de filles (1852), et Maurice, ou le Travail, livre de lecture courante à l’usage des écoles primaires (1853), ou encore Les Veillées de Maître Patrigeon, entretiens familiers sur l’impôt, le travail, la richesse, la propriété, l’agriculture, la famille, la probité, la tempérance, etc. (1868). Pour plus de précisions, entre autres sur la diffusion de l’œuvre à l’étranger, consulter, de Maria Giulia Longhi, « Lectures courantes, lectures récréatives, lectures populaires : A propos de Zulma Carraud », in L’Enfance de la lecture, op. cit.

18Chabreul, Marguerite de (pseud, de M lle Du Parquet). Elle a surtout à son actif de nombreux travaux de traduction (mais voir aussi Marcelline, ou les Leçons de la vie, ouvrage publié et plusieurs fois réédité chez Marne, mentionné au chapitre 2 de la quatrième partie de cette étude). Elle a en particulier été la traductrice des ouvrages de Rhoda Broughton, auteure anglaise de livres populaires qui, selon R. C. Terry dans Victorian Popular Fiction (London : Macmillan, 1983), peut encore intéresser du fait de « sa manière directe d’évoquer les sentiments des femmes et, de là, leurs besoins sexuels dans une société dominée par les hommes » (p. 110).

19Chéron de la Bruyère, Louise (1838-1913). Publie une œuvre substantielle dans les diverses collections Hachette (de la Bibliothèque des petits enfants à la Bibliothèque des écoles et des familles, sans oublier bien sûr la Bibliothèque rose illustrée), mais aussi chez Haton et Marne.

20Colet, Louise (1808-1876). Sa personne est sans doute mieux connue que son œuvre (par ailleurs d’une grande variété). Elle publie aussi pour la jeunesse Enfances célèbres (Hachette, 1854) et Richesse oblige, contes et nouvelles pour l’adolescence (Fonteney et Peltier, 1862).

21Colomb, Joséphine (1833-1892). Auteure prolifique de la maison Hachette à l’œuvre trop abondante (du conte au roman) pour être ici présentée en détail, elle fut une écrivaine pour enfants estimée en son temps. Pour le Grand Dictionnaire Universel du xixe siècle, elle « s’est fait connaître par de nombreux ouvrages destinés à la jeunesse, mais elle n’est tombée ni dans l’afféterie ni dans la banalité, comme il arrive trop souvent pour les productions de ce genre » (p. 862). La notice ajoute : « La morale, saine, vigoureuse, est encadrée dans une action presque toujours intéressante et originale. Le début de Mme Colomb fut un petit chef d’œuvre : le Violoneux de la Sapinière (1873). Le volume qui suivit : la Fille de Carilès (1874) a été couronné par l’Académie. » Son mari, professeur de lycée, écrivit également pour la jeunesse.

22Cottin, Sophie (1770-1807). Elle est l’auteure de romans fréquemment réédités. « Après cette production colorée et dramatique », écrit le Grand Dictionnaire Universel du xixe siècle, « Mme Cottin sembla vouloir reposer l’esprit de ses lecteurs, en écrivant Elisabeth, ou les Exilés de Sibérie, charmant récit destiné aux jeunes filles » (p. 282). Et de conclure : « Cette femme n’eut rien de l’afféterie de M” de Genlis ; elle n’eut rien non plus de la fermeté par trop virile de son autre célèbre contemporaine, Mme de Staël. » Marie Thérèse Latzarus commente : « Ses romans pour la jeunesse […] ont ceci de particulier que le fait historique n’est, pour l’auteur, qu’une occasion de développer une idée morale. » (p. 44) Il est à signaler que Claire d’Albe vient d’être rééditée aux États-Unis (en français et en anglais) par la Modem Language Association.

23Delafaye-Bréhier, Julie. Elle écrivit un nombre important de textes courts (contes, historiettes, nouvelles) et de romans qui paraissent chez Eymery (voir Les Petits Béarnais, ou Leçons de morale convenables à la jeunesse, 1815) ou Lehuby (voir Les Deux Familles, ou l’Hospitalité fraternelle, 1839) puis sont souvent réédités (chez Ardant en particulier).

24Desbordes-Valmore, Marceline (1786-1859). Ses contes, rassemblés par Marc Bertrand et réédités en 1989 aux Presses Universitaires de Lyon, incluent entre autres les récits parus dans Le Livre des petits enfants (Charpentier, 1834) et Les Anges de la famille (Desesserts, 1849), recueil que Desbordes-Valmore publie, selon Francis Ambrière, « sous condition de renoncer à tout droit d’auteur, et uniquement pour qu’on n’oubliât pas son nom » (p. 263) mais qui fut couronné par l’Académie française. Ces contes méritent de recevoir l’attention dont ont bénéficié ses poèmes.

25Dubois de Thainville, M lle. Elle est aussi l’auteure (parmi d’autres ouvrages) d’Âge d’or, contes et portraits (Thomas-Malvin, 1838), Fleurs d’amitié, contes aux enfants (impr. de Maulde et Renou, 1842), Passe-temps, contes à ma jeune amie (Lehuby, 1848).

26Emery, Marie (1816-189 ?). Sous ce pseudonyme, Mme Van Den Bussche publie, surtout à Lille chez Lefort, de très nombreux ouvrages dont la plupart sont plusieurs fois réédités (voir Les Fêtes chrétiennes, récits offerts aux jeunes personnes, 1858 ; Amide, ou La patience conduit au bonheur, 1859 ; Les Veillées de la famille, 1865). Elle est l’une des écrivaines prisées par Louis Veuillot (voir par exemple la lettre de Veuillot utilisée en guise de préface à la réédition chez Casterman en 1863 du roman intitulé Lucy).

27Fallet, Céline. Les très nombreux ouvrages de Céline Fallet sont pour la plupart publiés à Rouen chez Mégard (notamment dans la collection « Bibliothèque morale de la jeunesse ») et à Limoges chez Barbou. Leurs sujets incluent des thèmes scolaires (histoire des colonies, voir la Conquête de l’Algérie, Mégard, 1856 ; patrimoine français, voir La France, sites, monuments, richesses et souvenirs, Mégard, 1856, etc.). Fallet publie également des romans du type Angèle et Claire, ou Alice et Clotilde, ou le Plaisir et le Devoir devrait-on dire puisque c’est sous ce titre que l’ouvrage parut tout d’abord en 1853.

28Farrenc, Césarie (1802-1875). Selon le Grand Dictionnaire Universel du xixe siècle, elle fut « élevée par son père, docteur en médecine, […] reçut une instruction soignée qui développa de bonne heure ses facultés poétiques et son goût pour l’étude » (p. 115). Elle se consacra à la littérature pour enfants lorsque, devenue veuve, elle dut subvenir aux besoins de sa famille. Elle a publié chez Lefort, Pornin, Lavigne, Barbou, Vimont, Mégard, Ardant, Marne de très nombreux récits qui vont de la petite histoire au roman plus conséquent.

29Flesselles, comtesse de (dite aussi M me de Flammerand ou de Flammerang). Ses récits sont pour la plupart publiés chez Masson (voir parmi bien d’autres Frédérick, ou le Bon fils, 1824 ou encore Clémence, ou la Première Communion, histoire morale, 1825), mais aussi chez Blanchard (puis Lehuby), Lavigne, Barbou, Ardant, Périsse, etc. Elle écrit des ouvrages d’instruction et des ouvrages d’éducation.

30Fleuriot, Zénaïde (1824-1890). Elle débute sa carrière d’écrivaine alors que des circonstances familiales financières difficiles l’amènent à accepter un poste de gouvernante. Prenant le relais de la comtesse de Ségur chez Hachette, elle laisse une œuvre abondante, décidément catholique et fermement morale tout en restant complexe et soucieuse de ses choix esthétiques.

31Foa, Eugénie (1799-1852). Foa est l’une des rares écrivaines ici répertoriées qui publient régulièrement à compte d’auteur (voir Batilde, ou la Petite Esclave, 1842, Les Frères captifs, ou Deux Orléans, 1843, ou encore le Livre de la jeunesse). Ses nombreux écrits paraissent par ailleurs chez Janet, Vimont, Desforges, Aubert, Mellier, Ebrard et seront réimprimés chez Ardant et Bédelet plus particulièrement. Elle a publié un nombre très important de contes historiques ainsi que des romans (voir La Juive, histoire du temps de la Régence, Bertrand, 1835). Elle collabora également à des journaux pour les enfants et les jeunes filles et en 1843 sa réédition du Magasin des enfants de Mme Leprince de Beaumont relança la popularité de l’ouvrage (voir Barbara Kaltz, p. 30-31). Le Grand Dictionnaire Universel du xixe siècle est louangeur : « Mme E. Foa a pris une part active à la rédaction du Journal des enfants, du Journal des demoiselles, du Dimanche des enfants, où l’on trouve d’elle des nouvelles et des récits pleins de grâce, de sensibilité et de gaieté entraînante. » (p. 519) Jean de Trigon, dans son Histoire de la littérature enfantine de Ma mère l’oye au Roi Babar (Paris, Hachette, 1950), nous offre à son sujet un raccourci biographique réjouissant : « Née à Bordeaux de parents espagnols, les Rodriguez-Gradis, élevée dans la religion israélite, elle fut malheureuse en ménage et se consola en écrivant ; puis elle se signala dans le mouvement féministe et devint aveugle… » (p. 45)

32Fresneau, M me (née Ségur). Elle publie chez Hachette une œuvre relativement modeste par rapport à celle de la comtesse (voir également Comme les grands, 1886, ou Deux abandonnés, 1892).

33Girardin, Delphine Gay de (1804-1855). Son volume de contes pour enfants intitulé les Contes d’une vieille fille à ses neveux (s. d.) fait preuve de la même intelligence que ses autres écrits.

34Gouraud, Julie (1810-1891). Celle qui use tout d’abord du pseudonyme de Louise d’Aulnay est la fondatrice du Journal des jeunes personnes (1832) et l’auteure à succès d’ouvrages dont un bon nombre sont publiés chez Hachette (mais aussi chez Ebrard, Debécourt, Douniol, Bédelet, Delarue). Outre les ouvrages mentionnés dans cette étude elle publie parmi bien d’autres Cousine Marie (Hachette, 1878), Chez grand’mère (Hachette, 1882), Causerie et mélanges (Douniol, 1861), La Comédie au salon, scènes et proverbes à l’usage de la jeunesse (Maillet, 1864), Florence Raymond, esquisse morale (Bray, 1845), Marie, ou la Prison (Waille, 1842), La Sainte-Catherine (Delarue, 1896). Marie-Thérèse Latzarus la distingue de celles qu’elle présente dans un chapitre intitulé « Livres édifiants : Livres ennuyeux, 1840-1860 » : « La morale de Mlle Gouraud est une morale souriante. » (p. 85)

35Grandmaison, Marie de (1856- ?). Elle a de nombreuses publications à son actif (chez Firmin-Didot, Marne, Guérin, Lefèvre, Bernardin-Béchetet, Delagrave) et fut lauréate de l’Académie française.

36Grandsart, Antoinette (1819- ?). Elle publie à Tours chez Marne (voir Hélène, 1877, 7e édition) et surtout à Limoges chez Ardant (voir Les Anges de la charité, ou Beaux exemples de dévouement, 1883).

37Guerrier de Haupt, Marie. Cette écrivaine (dont le père, grammairien et enseignant, fut lui-même un pédagogue) fut fort appréciée en son temps : « À partir de 1863, Mlle Marie de Haupt négligea la poésie pour écrire des livres d’éducation et d’étrenne, ainsi que des romans, également remarquables par la pureté du style, par l’élévation des pensées, et par l’exquise délicatesse des sentiments. » (Grand Dictionnaire Universel) Elle collabora à de nombreux journaux, dont la Semaine des familles, le Journal des instituteurs, la Revue du monde catholique ou encore le Moniteur des daines et des demoiselles. Ses très nombreux ouvrages pour enfants incluent, outre les ouvrages mentionnés dans cette étude, Petite maman et grande poupée (Béchet, 1866), Un jouet mystérieux (Barbou, 1873), Les Jeudis chez grand’mère (Marne, 1885), Premières lectures (Tuck, 1900). Elle publie également des travaux de traduction (entre autres, des ouvrages de Mayne-Reid).

38Guizot, Pauline (1773-1827). Si elle est plus souvent évoquée pour ses réflexions sur l’éducation et les détails de son mariage avec François Guizot, Pauline Guizot publia également des romans et fut aussi journaliste. Quoiqu’elle soit moins souvent mentionnée que d’autres, elle est une figure importante de l’histoire des femmes en ces premières décennies du xixe siècle.

39Hameau, Louise (1837- ?). Elle est l’auteure de nombreux ouvrages (romans, contes, pièces théâtrales, « monologues pour jeune fille ») publiés chez la Vve E. Benoît et Sulzbach, Gedalge, Firmin-Didot, Quantin, Taffin-Lefort, Guérin, Bernardin-Béchet, Mégard, Delagrave et Hachette.

40Houdetot, comtesse de. Elle publie surtout chez Hachette, parmi d’autres, un Nouveau théâtre d’éducation (1885), Lis et chardon (1891) et Ysabel (1895), ces derniers étant plusieurs fois réédités.

41La Rochère, comtesse de (1810- ?). Son œuvre (publiée principalement chez Marne) explore divers genres littéraires, du récit de voyage au théâtre pour jeunes filles.

42Lebrun, Camille (1805- ?). Sous ce pseudonyme, Pauline Guyot publie surtout à Rouen chez Mégard (voir par exemple La Famille Aubry, 1857, ou encore La Marchande de fraises, 1866), mais aussi (entre autres) à Paris chez Amiot, à Tours chez Marne où l’un de ses romans, Julien Morel, ou l’Aîné de la famille (1844) – de même qu’Amitié et Dévouement – est plusieurs fois réédité. Elle fut également l’éditrice du Miroir de la France (1850-1855) et ses écrits paraissent dans une myriade de publications allant du Musée des familles à la Revue britannique sans oublier des journaux pour filles tel le Magasin des demoiselles. Selon le Grand Dictionnaire Universel, elle reçut une « brillante éducation » qu’elle dut mettre à profit dès l’âge de vingt-cinq ans lorsqu’elle et sa mère se retrouvèrent sans ressources.

43Malassez, Jeanne. Elle publie chez Delagrave (Aventures extraordinaires et véridiques d’un bonhomme de pain d’épice, 1901), Colin (Journées de deux petits Parisiens, 1889) et Hachette (La Petite Marchande de marrons, 1895).

44Mallès de Beaulieu, M me ( ?-1825). Elle publie en 1820 un ouvrage éducatif épistolaire (Lettres de deux jeunes amies ou les Conseils de l’amitié, ouvrage destiné à l’amusement et à l’instruction des jeunes personnes, Blanchard, 1820) ainsi que des recueils de contes (Contes d’une mère à sa fille, Blanchard, 1817 ; Contes à ma jeune famille, Blanchard, 1819), des ouvrages instructifs sur l’histoire, la religion, et un La Bruyère des jeunes demoiselles (Blanchard, 1821).

45Michel, Louise (1830-1905). Plus connue pour ses écrits autobiographiques et politiques, Louise Michel explora une grande variété de genres littéraires, du roman au théâtre, sans oublier la poésie et la littérature pour enfants.

46Monniot, Victorine (1824-1880). Moins prolixe que beaucoup de ses contemporaines, ses écrits connaissent un grand succès. Mentionnons, outre les ouvrages inclus dans cette étude, Coralie Delmont et les jeunes filles incurables, ou l’Orgueil vaincu par la charité (Périsse, 1861), Madame Rosély, ou la Marâtre chrétienne (Ruffet, 1864), ou encore Raphaéla de Méran (Ruffet, 1866). C’est après être entrée au service d’une famille en tant qu’institutrice qu’elle commença à écrire (Dieu et le prochain ou la Charité, Marne, 1857).

47Niboyet, Eugénie (1799-1882). Figure importante de l’histoire des mouvements féministes du xixe siècle (voir l’ouvrage de Michèle Riot-Sarcey, La Démocratie à l’épreuve des femmes, Albin Michel, 1994), son parcours, tout d’engagements et de reniements, en signale la singulière et exemplaire complexité. Elle est la créatrice, en 1848, du premier quotidien féminin, La Voix des femmes (voir l’Histoire de la presse féminine d’Evelyne Sullerot) et sera par la suite éditrice du Journal pour toutes. Ses publications incluent, outre divers essais sur des sujets tels que la peine de mort ou l’éducation des aveugles, de nombreux travaux de traduction (Edgeworth, Barbauld, Dickens), et Le Vrai Livre des femmes paru en 1863 chez Dentu.

48Pape-Carpantier, Marie (1815-1878). Auteure de très nombreux ouvrages d’instruction dont les sujets et les objets vont de l’arithmétique à la géographie, sans oublier l’apprentissage « phono-mimique » de la lecture et celui de la grammaire. Colette Cosnier retrace dans Marie Pape-Carpantier : De l’école maternelle à l’école des filles (L’Harmattan, 1993) l’extraordinaire parcours de cette femme qui fut sans doute une pédagogue émérite parce qu’elle sut si bien investir d’imaginaire les univers du savoir et de sa transmission.

49Pressensé, Élise de (1826-1901). Outre les ouvrages ici mentionnés, et parmi bien d’autres, elle a également publié chez Fischbacher La Maison blanche, histoire pour les écoliers, souvent réédité. Elle est, selon Geneviève Poujol, « une pionnière du christianisme social protestant, mais aussi de l’action sociale et de l’éducation populaire » (p. 250). Voir également ses Souvenirs et lettres inédites publiés par Gabriel Monod chez Fischbacher (1904)

50Renneville, M me de – Sophie de Senneterre (1772-1822). L’une des auteures prolixes du début du siècle, publie surtout des contes, nouvelles et historiettes qu’elle conçoit souvent explicitement pour des tranches d’âges distinctes (Contes pour les enfants de cinq à six ans, Blanchard, 1820 ; Les Espiègleries de l’enfance, ou l’Indulgence maternelle, contes et historiettes, propres à être donnés aux enfants de l’âge de six à huit ans, Brianchon, 1822) et dont un grand nombre connaîtront de nombreuses rééditions. Le Grand Dictionnaire Universel du xixe siècle signale : « Elle était instruite et a beaucoup écrit pour la jeunesse. Sa plume devint le soutien de sa famille ruinée par les événements politiques ». Elle est la principale collaboratrice de l’Athénée des Dames. Evelyne Sullerot voit en elle une féministe « sous les dehors doucereux d’un prolixe écrivain pour enfants » (p. 116). Ses écrits ne sont pourtant pas tout de douceur…

51Richomme, Fanny. Outre les ouvrages qu’elle dirige et le Journal des femmes dont elle est l’éditrice de 1832 à 1836 (voir à ce sujet l’article de Cheryl Morgan, « Unfashionable Feminism ? Designing Women Writers in the Journal des Femmes (1832-1836) », in Making the News : Modernity and the Mass Press in Nineteenth Century France, The University of Massachusetts Press, 1999), elle traduit Mme Barbauld et publie quelques ouvrages de fiction et d’instruction pour enfants tels Julien, roman du jeune âge (L. Janet, s. d.) ou Contes qui n’en sont pas, ou les fééries de la nature (impr. de Ducessois, s. d.).

52Sand, George (1804-1876). L’ironie du sort critique réservé à certains auteurs a fait que Sand, longtemps reléguée aux arrière-plans de l’histoire littéraire pour la simplicité de celles de ses œuvres alors les seules largement disséminées (faut-il mentionner les romans champêtres ?), est aujourd’hui moins connue pour le grand art des écrits qu’elle consacra à un jeune (et moins jeune) lectorat. Ses contes paraissent d’abord dans des journaux pour être ensuite rassemblés dans les Contes d’une grand’mère (Lévy, 1873), où ils connurent de beaux succès d’édition.

53Sandras, Mathilde. Outre ses Mémoires d’un lapin blanc, elle a également publié chez Marne un texte plusieurs fois réimprimé, Le Manuscrit de Javotte (1885).

54Savignac, Alida de (1790-1847). Ses écrits pour la jeunesse sont souvent réédités chez Ardant, voir Le Livre des quatre saisons ou Une année chez la bonne-maman ou encore Pauline ou la Petite Curieuse. Ils sont également publiés chez Pornin et Marne (Adrienne, ou les Conseils d’une institutrice, 1847), Fayé (Alphabet de la petite gourmande, 1845), Janet {Les Bonnes Petites Filles, s. d.), Eymery (La Jeune Maîtresse de maison, mœurs parisiennes, 1836). Savignac écrit pour des journaux tel Le Journal des femmes de Fanny Richomme.

55Ségalas, Anaïs (1814-1893). Celle qui est surtout reconnue pour son œuvre poétique (dont une partie est consacrée aux enfants) est aussi l’auteure de pièces théâtrales et de contes. Elle collabora à de nombreux journaux, dont La Revue pour tous, Le Constitutionnel et le Musée des familles.

56Ségur, comtesse de (1799-1874). La comtesse de Ségur, née Rostopchine, a à son actif vingt-cinq ouvrages dont certains des grands et durables succès de la littérature pour enfants ainsi qu’un recueil de contes moins apprécié sans doute que les romans qui suivirent sa publication en 1856 chez Hachette.

57Séverine (1855-1929), née Caroline Rémy. Directrice du Cri du peuple, proche de Jules Vallès, cette célèbre journaliste s’engagea dans les combats féministes et socialistes de la fin du siècle et fut la correspondante du quotidien féministe La Fronde au procès Dreyfus de 1899.

58Stolz, M me de (pseud, de la comtesse Fanny de Bégon). Cette prolifique auteure d’ouvrages pour enfants publie entre autres chez Hachette (La Maison roulante, 1869, Violence et Bonté, 1888), Périsse (Le Petit Marmiton, comédie, 1889), Bourguet-Calas (Valentine, 1875), Marne (Vif-Argent, 1885), et encore Barbou (Un voyage en diligence, 1866).

59Surville, Laure (1800-1871). Outre sa participation au monument critique érigé à la mémoire de son frère (Les Femmes de H. de Balzac, caractères et portraits, Vve Janet, 1851, et Balzac, sa vie et ses œuvres, d’après sa correspondance, Librairie nouvelle, 1858), Surville publie des contes (Le Compagnon du foyer, Giraud, 1854) et des récits de plus longue haleine, (Les Rêves de Marianne, Lévy, 1828, et La Fée des nuages, ou la Reine Mab, Giraud, 1854). Voir également À une amie de province. Lettres de Laure Surville de Balzac, 1831-1837 (Plon, 1932).

60Tastu, Amable (1798-1885). Avant tout poète, elle pratiqua aussi la traduction (dont Les Aventures de Robinson Crusoé, Moutardier, 1835), et édita des ouvrages pour la jeunesse (voir l’Album poétique des jeunes personnes, Didier, 1854, ou Lectures pour les jeunes filles, Didier, 1840).

61Ulliac Trémadeure, Sophie (1784-1862). Elle publie une importante série d’ouvrages dans la « Bibliothèque de la jeune fille » (Desforges) dont certains sont emblématiques, comme l’est d’ailleurs sa propre carrière, l’éventail de ses publications en fait foi. Elles vont des ouvrages de vulgarisation scientifique aux contes instructifs, du roman moral au livre de lecture, sans oublier – encore une fois – les travaux de traduction. Elle fut lauréate du prix Montyon pour Le Petit Bossu et la famille du sabotier (Colas, 1833). Ulliac Trémadeure fut en outre l’éditrice du Journal des jeunes personnes et collabora au Journal des femmes de Fanny Richomme ainsi qu’au Conseiller des femmes d’Eugénie Niboyet. Voir « Sophie Ulliac Trémadeure : les contradictions de la vertu » d’Isabelle Pannier (in Les Femmes et le bonheur d’écrire, Romantisme 77, 1992).

62Voïart, Elise (1786-1866). L’une des rédactrices du Journal des dames, elle publie encore chez Marne Le Jour de l’An (1845), Anna (1859). Elle est de plus la traductrice du Robinson suisse.

63Woillez, Catherine (1781-1859). Auteure d’ouvrages d’instruction scolaire et religieuse ainsi que de romans et de contes pour la plupart publiés chez Langlumé et Peltier (Souvenirs d’une mère de famille, ou Contes et nouvelles pour servir à l’instruction et à l’amusement de la jeunesse, 1833) et chez Marne (Léontine et Marie, ou les Deux Éducations, 1843, Les Jeunes Ouvrières, ou l’Épreuve et la Récompense, 1845).

© Presses universitaires de Lyon, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search