Version classiqueVersion mobile

Devoirs d’écriture

 | 
Bénédicte Monicat

Deuxième partie. Dans l'intimité du sujet

Dans l’intimité du sujet

Texte intégral

1Mémoires et journaux fictifs offrent aux lectrices une autre forme de voyage. Modes privilégiés de l’écriture du voyage réel et imaginaire, ils s’adaptent à des explorations de toutes sortes. Certaines, comme Victorine Monniot, jouent à la fois de registres géographiques et introspectifs en déplaçant leurs héroïnes dans des décors exotiques puis en les accompagnants dans des pérégrinations domestiques, ayant toujours pour souci majeur leur développement moral et religieux. Le voyage en soi-même sert alors à définir les composantes du sujet féminin et place l’écriture au centre de son propos : elle y devient l’enjeu de l’écriture. Mais la gamme des explorations à la première personne décline aussi celles du voyage en soi puisque raconter l’histoire de sa vie lorsqu’on est parapluie ou perroquet, comme le font les ouvrages donnant la parole à (ce) qui n’en a pas, c’est suivre un scénario qui dévoile ses propres artifices. Là encore, la conscience de l’écriture est au premier plan des récits, jeu et enjeu.

  • 1 Jeux et enjeux du livre d’enfance et de jeunesse, Paris, Electre-Éditions du Cercle de la Librairi (...)

2Si la distance dans l’espace dont jouent la robinsonnade ou le récit de lointains et grands voyages projette les leçons à impartir de manière souvent dramatique, la volonté d’abolir les distances que facilite le récit à la première personne dans ses multiples variations permet de mettre en scène des leçons similaires dans un imaginaire de l’intimité que les femmes investissent plus volontiers, comme en témoignent les très nombreuses histoires qu’elles présentent sous la forme de mémoires ou de journaux. Selon Jean Perrot, dans la production actuelle « extraits de journaux et narration se mêlent souvent dans une diversité remarquable, dans une complexité des formes qui touche les textes adressés même aux plus jeunes »1. Ce qu’il nomme « le courant intimiste de cette décennie » a donc une longue histoire, à commencer par celle des récits ici concernés. Eux aussi témoignent de la « diversité remarquable » d’une littérature féminine qui fait usage d’outils peut-être moins aisément accessibles ailleurs aux écrivaines. Patricia Smart suggère que

  • 2 Écrire dans la maison du père : L’émergence du féminin dans la tradition littéraire du Québec, Qué (...)

si les femmes en écrivant ont eu tendance à fragmenter la forme romanesque par l’emploi de la forme épistolaire, des journaux intimes ou de l’autobiographie, il se peut que ce ne soit pas (comme on l’a longtemps prétendu) parce qu’il leur manque la confiance, l’expérience ou l’autorité pour écrire comme les hommes, mais plutôt parce que leur écriture présente une façon autre de re-présenter, d’écouter, et de toucher la texture du réel.2

3De toute évidence, elles en connaissent pour le moins les ramifications et elles en maîtrisent parfois les effets avec virtuosité.

  • 3 Voir à ce sujet les nombreux travaux de Philippe Lejeune, dont Le Moi des demoiselles : Enquête su (...)

4Qu’il s’agisse de textes humoristiques ou de récits qui privilégient l’authenticité psychologique, en choisissant d’écrire à la première personne, les écrivaines usent d’un mode narratif qui privilégie le rapprochement, qui crée parfois l’illusion d’une identification et peut aussi en révéler les artifices, allégeant ainsi le poids didactique de la leçon. Des mémoires de bêtes et des leçons de choses d’un genre tout particulier puisque les objets y ont la parole, jusqu’à ces traditionnels journaux de jeunes filles dont le xixe siècle encourage la pratique3, en passant par les histoires dont les poupées sont les narratrices et les personnages principaux, le récit à la première personne se révèle un mode d’écriture fertile, et ses applications variées s’adaptent avec souplesse à des tranches d’âges distinctes. Aux plus jeunes des lectrices et lecteurs (le récit se veut alors souvent mixte) on destine les mémoires, qui se prêtent à un usage parodique et humoristique. Pour les plus âgées, le journal n’a pas pour but de faire œuvre de distraction, tout au contraire. Il est particulièrement solennel lorsqu’il s’attache à évoquer ce temps vide ou indéterminé de l’existence où, sortie de l’enfance et dans l’attente de sa « vraie » vie, la jeune fille se prépare à être femme. Qu’il s’agisse d’une écriture ludique ou d’une écriture aux résonances psychologiques se distinguant d’un imaginaire fantaisiste, la figure de l’auteure domine les récits. Elle est construite à travers une relation à l’enfant, puis à la jeune fille, cultivant un rapport complice du cœur ou de l’esprit.

Notes

1 Jeux et enjeux du livre d’enfance et de jeunesse, Paris, Electre-Éditions du Cercle de la Librairie, 1999, p. 122.

2 Écrire dans la maison du père : L’émergence du féminin dans la tradition littéraire du Québec, Québec, Éditions Québec/Amérique, 1990, p. 29.

3 Voir à ce sujet les nombreux travaux de Philippe Lejeune, dont Le Moi des demoiselles : Enquête sur le journal de jeune fille, Paris, Seuil, 1993.

© Presses universitaires de Lyon, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search