Version classiqueVersion mobile

Devoirs d’écriture

 | 
Bénédicte Monicat

Première partie. À l'aventure

Chapitre 3. Enjeux des petits périples

Texte intégral

  • 1 Tours, Marne, 1888.

1Les déplacements dans un imaginaire domestique ne sont pas aussi domestiqués qu’il y pourrait paraître. Ils sont en tout cas d’une grande variété. Ancrés dans un imaginaire s’avouant tel ou jouant de variations plus réalistes, bien des récits prennent la vie de l’enfant dans son quotidien comme matière du voyage. Dans la première catégorie, sur laquelle je ne m’arrêterai pas ici, l’on trouve des ouvrages où les vagabondages fantaisistes font du voyage et de Tailleurs une expérience tout aussi ludique que pédagogique. Certains, comme Un voyage de Farfadets1 de Marthe Bertin, ont des fins clairement instructives :

Puisque les sciences vous amusent, que ne courez-vous le monde pour étudier les choses de près ? Emmenez les enfants ! Quoi que vous en disiez, ils sont d’âge à comprendre tout ce que vous leur montrerez, si vous savez vous y prendre ; ils apprendront en s’amusant ce que vous savez vous-même. (p. 16)

  • 2 Paris, Giraud, 1854.
  • 3 Le récit se termine sur les considérations suivantes : « Son imagination volait au-devant d’in qui (...)
  • 4 L’exemple le plus important en est Le Tour de la France par deux enfants (Paris, Belin, 1877), pub (...)
  • 5 Paris, Hetzel, 1887.

2Ces récits exploitent une veine fantastique ou tout au moins fabulatrice que l’absolu de l’imaginaire cultive, permettant à la littérature d’enfance d’être dans le « non être » de ces histoires que Ton sait n’être que des histoires, sans avoir à se définir autrement. Les enfants ne se nourrissent-ils pas de contes, même s’ils n’y croient pas toujours comme le suggère Laure Surville dans La Fée des nuages, ou la Reine Mab2 : « La jeunesse ne croit pas aux fées et ne prend pas des rêves pour des vérités. Elle ne verra dans la reine Mab que l’imagination qui vit dans les nuages, que la réalité tue, et qui, à l’instar de son créateur, tire aussi des œuvres du néant. » La jeune héroïne exaltée de ce roman y acquiert grâce au merveilleux l’instruction que le couvent n’est pas toujours capable d’assurer aux filles, et dont elle sera ensuite privée lorsque devenue jeune fille elle ne voguera plus sur les ailes de la fiction, sans pouvoir jamais renoncer cependant aux bonheurs des élans de l’imagination3. D’autres ouvrages, plus conventionnellement ou institutionnellement scolaires, peuvent aussi jouer de matières inertes en leur insufflant une verve que nourrit le mode narratif du voyage4. Dans une perspective similaire, mais prenant comme objet le comportement de l’enfant, les ouvrages dont la portée se veut principalement éducative sont souvent présentés sous les abords plus attrayants de déambulations à travers des histoires d’où tirer diverses leçons. C’est le schéma qu’adopte Marthe Bertin pour son Voyage au pays des défauts5, où tante Laure invite ses nièces et neveux à noter dans un livre les punitions qu’ils ont reçues pendant la semaine. La réflexion morale qui accompagne ces explorations d’un autre ordre est allégée par des scènes prises sur le vif qui rendent avec justesse les relations entre les enfants.

  • 6 Isabelle Bricard, Saintes ou pouliches : L’éducation des jeunes filles au xixe siècle, Paris, Albi (...)
  • 7 Paris, Hachette, 1859.
  • 8 Voir les travaux de Dominique Julia (« Un voyage pédagogique sous la Révolution », in Le Livre d’e (...)
  • 9 Ces textes étant trop nombreux pour pouvoir être abordés ici de manière extensive, quelques-uns de (...)

3Sans user du voyage comme architecture artificielle du récit, d’autres le présentent comme un moment obligé de la vie de l’enfant. L’événement devient presque banal, tant les voyages se normalisent, surtout dans la deuxième moitié du xixe siècle : « Sous le Second Empire, commence à se développer le goût des voyages. On ne peut pas, sans commettre un crime de lèse-majesté, passer l’été à Paris. Les uns vont dans leurs terres, d’autres à la mer, d’autres encore aux eaux6. » Ces livres peuvent par la même occasion, à l’instar de l’un des textes-clés de la comtesse de Ségur, Les Vacances7, intégrer par récits ou par jeux interposés les horizons des grands voyages et des robinsonnades au quotidien de la petite fille. Ils font alors d’autant mieux ressortir la dimension domestique de telles histoires (qu’ils servent à conforter) mais montrent en même temps que l’on peut respirer chez soi, et donc à moindre risque, des bouffées d’imaginaire lointain. Ces ouvrages mettent en scène des géographies familières ou qui doivent le devenir et promènent les petites filles sur les routes de France. Le voyage y devient une aventure qui est plus celle du savoir que de l’événement, l’Histoire y primant souvent sur l’histoire. De nombreux récits sont conçus dans un esprit plus didactique que fantaisiste, le mode de la promenade étant l’un des prototypes narratifs des ouvrages d’apprentissage scolaires se multipliant au cours du xixe siècle8. Mais qu’il s’agisse d’intégrer le lointain à l’horizon du familier par désir d’exotisme ou par volonté pédagogique, les ouvrages qui font du voyage au quotidien la trame des récits, s’ils ne défamiliarisent pas nécessairement leur lectorat, proposent des histoires finalement pour la plupart moins figées qu’il ne le semble. Les filles y bougent assez aisément, même si leurs domaines d’action restent limités9.

  • 10 Paris, Hachette, 1894.
  • 11 La Comtesse de Ségur ou le Bonheur immobile, Nancy, Artois Presses Université, 1999, p. 34.

4Ces récits mettent en scène par le biais du jeu les éléments et les moments clés de la robinsonnade – naufrage, apprentissage scolaire et social, transformation de l’enfant ou affirmation des valeurs qu’il symbolise – dans des décors estivaux, à la mer ou à la campagne. Leurs enjeux domestiques ne sont pas négligeables. Sans être représentatif de la totalité d’un corpus vaste et varié, Sable-Plage10, de Jeanne Malassez, qui raconte les vacances d’une famille parisienne passant l’été au bord de la mer, révèle certaines des transformations dont témoigne l’histoire des femmes en ce xixe siècle finissant. S’attardant sur les jeux d’enfants, dans ce « rapport de proximité »11 que Francis Marcoin estime à juste titre si présent et puissant dans une littérature enfantine qui inscrit le grand dans le petit, l’ouvrage est parcouru de considérations sur les rôles et attributs féminins et masculins. C’est dans la représentation du jeu qu’ils sont le plus aisément abordés et remis en cause.

5Un épisode en particulier reprend les thèmes de la robinsonnade et du voyage en y réécrivant la place de la petite fille selon un autre scénario. Un groupe d’enfants qui jouent à « faire comme si » prend d’assaut une barque échouée sur la plage. Les petites filles démontrent quelles sont les dignes héritières de Jeanne Hachette et de Jeanne d’Arc, et s’insurgent donc contre les petits garçons lorsqu’ils les écartent des délibérations pour l’octroi des rôles sur le bateau conquis :

Ces demoiselles arrivèrent juste au moment où on venait de tout décider sans elles. Coup de théâtre !
« Et nous ? qu’est-ce que nous serons ?
— Oh ! vous ? » dit le grand Charles, un peu embarrassé, sans vouloir en avoir l’air, « vous serez… des passagères !
— Ou bien, » dit le gros William, qui, à cheval sur une banquette, le béret enfoncé jusqu’aux yeux, s’exerçait, malgré sa figure de « poupon », à prendre l’air d’un vieux loup de mer, « ou bien on vous créera des emplois… de femmes ! Adelina sera le cordon bleu ; Madeleine balayera le pont ; Emma ira puiser de l’eau ; Suzanne et Juliette seront les infirmières du bâtiment.
— En voilà des emplois ! Merci bien, messieurs ; ça ne nous va pas du tout !
— D’abord, moi je ne veux pas être cordon bleu ; je vous ferais brûler toutes vos sauces, je vous en préviens. »
Adelina était un vrai petit diable en jupes de filles ; elle en aurait été capable ! (p. 129-30)

6Les garçons renâclent : « Ce n’est plus comme autrefois, grommelait Pierre ; rien n’est trop beau pour elles maintenant, elles sont d’une exigence » (p. 132), et les filles leur lancent un défi : « Vous n’avez qu’à nous laisser faire, illustres marins ; vous verrez si nous ne grimpons pas aussi bien aux mâts, dit Suzanne, un vrai petit écureuil. » (p. 133) Côté masculin, tous les arguments y passent sans grand pouvoir de conviction :

Bertrand essaya bien encore de dire que les filles doivent rester avec leur poupée, avoir pour livres un dé, du fil et des aiguilles afin de travailler au trousseau de leurs bébés Jumeau, et puis vivre de la vie d’intérieur au lieu de courir comme des petites sauvages, etc. Jules fit observer que la science médicale n’était pas du ressort des filles. Mais le grand Charles, fatigué de la lutte ou convaincu de la justesse des réclamations, finit par dire à ces demoiselles :
« Enfin, qu’est-ce que vous demandez à être ?
— Adelina, dirent-elles, sera lieutenante ; Emma et Madeleine, sous lieutenantes ; Suzanne, enseigne ; Toinette, matelote, comme le sont Paul, André, Harry et Torn, parce qu’elle est trop petite pour être autre chose. Quant à Juliette, qui sait très bien faire les bandages, elle sera nommée doctoresse du vaisseau-école. Nous voulons de plus les mêmes droits que les garçons, à monter au grand mât, à nous balancer à la corde, etc., etc.
— Eh bien, soit ! adjugé ! répondit gravement le capitaine. Seulement, vous savez, les mêmes punitions qu’aux hommes en cas de faute. J’aurais voulu les épargner ; mais puisque vous demandez à être comme des hommes… » Ici ces demoiselles firent la grimace ; elles n’avaient pas pensé à ce genre d’égalité-là. (p. 134-135)

7Cet avertissement dûment enregistré, la conclusion est triomphante : « L’Espoir en Dieu fut le premier vaisseau-école où l’on établit la marine féminine et le doctorat féminin. » (p. 136) Tous et toutes s’embarquent pour un voyage au long cours. L’avenir est ouvert aux enfants sans distinction de sexe : « Tous nos grands navigateurs et navigatrices s’en vont étudier… pour que l’un d’eux soit peut-être un jour ce qu’ils ont tous cru être pendant un instant. » (p. 148) Et qui sait ce qu’avoir cru pour quelques instants, ce qu’avoir lu au fil de ces quelques pages, a pu inspirer aux lectrices de ces souriantes variations ?

8Sable-Plage joue donc de déplacements rendus familiers, que ce soit géographiquement avec les vacances à la plage ou narratologiquement avec le récit d’un grand voyage qui s’inscrit dans celui d’un petit ou encore par la perspective ludique donnée à sa réécriture. Dans le quotidien de l’enfant, que ce soit dans son environnement habituel (Paris pour la plupart des récits de vacances) ou dans le cadre de ses ébats estivaux, on trouve des considérations sur les rôles et attributs féminins et masculins qui servent à défamiliariser le quotidien. Qu’il s’agisse du petit Jacques et de la poupée à laquelle il choisit de rester fidèle malgré les quolibets (figure 7), ou de l’aptitude des filles à endosser les responsabilités des garçons (« Hélas ! L’égalité n’était pas parfaite entre officiers et officières, entre docteur et doctoresse ; celle-ci ne savait ni grec ni latin », p. 145), les histoires de vacances offrent à leurs jeunes lectrices et lecteurs de quoi évaluer (et peut-être réévaluer) leurs champs d’action. Pour ce qui est des enfants de Sable-Plage, le territoire envisagé est celui du savoir :

[…] Ayant vu la tâche si rude de ces pauvres braves gens de mer, les enfants ont compris qu’eux aussi avaient leur tâche à remplir, que c’était à eux maintenant de tendre leurs filets avec courage pour les rapporter lourds de science et nourrir de bonnes et belles choses leurs petits cerveaux ignorants, (p. 220)

Figure 7 – « Je suis un homme tout de même, moi ! », Sable-Plage, p.28

9Dans d’autres cas, ce territoire sera plus strictement partagé entre les différentes tâches que se donne la littérature pour enfants. Instructifs, éducatifs, récréatifs, ces ouvrages ne manquent de poser les jalons critiques d’une réflexion sur l’avenir de l’enfant.

  • 12 Limoges, Barbou, 1856.

10Dans une veine diamétralement opposée, d’autres récits sont peut-être trop facilement sous-estimés tant leur portée est domestique. Si la robinsonnade ou le voyage au long cours déplacent, sans nécessairement les déranger, les horizons de la lecture, et si les divagations imaginaires facilitent l’évasion, sans nécessairement dérouter les lectrices, les petits périples qui leur font parcourir les routes de France peuvent également être porteurs de rêves, même s’ils sont souvent plus directement conçus dans un esprit didactique. Il s’agit d’inculquer des notions d’histoire ou de géographie plus souvent qu’il n’est question du processus même, sans parler du plaisir, de la découverte dans la lecture, ou de la lecture comme découverte. Le Voyage de Paris12 de Joséphine Junot d’Abrantès, qui mène les lectrices des Tuileries aux Halles et de Notre-Dame au Père-Lachaise, s’ouvre ainsi sur ces paroles d’une mère à ses filles : « Il est curieux de voir des femmes très-instruites d’ailleurs, ayant voyagé dans des pays éloignés, ignorer jusqu’aux moindres détails de leur pays natal. » (p. 9)

  • 13 Rouen, Mégard, 1889.

11Le « savoir domestique » a des objets divers. Les déplacements sur le territoire français se font pour la plupart dans le contexte des périodes de vacances qui deviennent un moment privilégié de cette littérature dès lors qu’elle s’adresse à des enfants eux-mêmes plus strictement scolarisés et à des élèves de plus en plus nombreux. Les vacances ne sont alors pas nécessairement le sujet des ouvrages mais servent simplement à encadrer de tout autres objets. Ainsi, le récit proposé par Sophie de Cantelou à ses lectrices dans Un voyage de vacances, ou Une excursion de jeunes filles13 n’est que le prétexte à peine dissimulé à des leçons données par une institutrice qui part en voyage avec ses six écolières. Ces demoiselles, dans le train qui les mène à Rouen, prennent ainsi des notes sur les villes qui s’égrènent le long du parcours, s’en font la lecture, en discutent, en proposent des résumés : activités de salle de classe s’il en est. L’auteure ne cherche d’ailleurs pas dans sa manière de narrer ces occupations à atténuer le propos scolaire : « Nous voici à Caudebec. L’une d’entre vous a-t-elle quelque chose à dire sur cette ville ? » (p. 64) Des compléments d’information donnés par l’institutrice parachèvent ce que les élèves ont présenté sur Caen, Grandville, ou le Mont-Saint-Michel. Il y a quand même une histoire dans l’histoire du savoir : il faut un minimum de liaison pour faire passer la leçon. L’histoire en question est celle de l’imparfaite Jeanne et de l’excellente Jeannette. Jeannette deviendra l’héritière méritante d’un oncle d’Amérique, alors que Jeanne aura la douleur d’apprendre en cours de voyage la mort de sa mère. Après le suicide de son père, elle sera confiée à l’institutrice, qui endosse alors le rôle de mère dans une conclusion réunissant, mais ne réconciliant sans doute pas, les trames didactique et dramatique du roman. Le discours moralisateur est toujours à l’honneur dans ce type d’ouvrages, où il est mis en scène avec plus ou moins de souplesse.

  • 14 Paris, Douniol, 1859.

12On le retrouve dans les récits de vacances qui servent aussi de prétexte à l’évocation de la formation à donner aux filles et le font avec un sérieux et dans une veine dramatique similaires. Les Vacances d’Yvonne : Douze ans14, de Julie Gouraud, se passe dans le Dauphiné. Comme dans Le Journal de Marguerite de Victorine Monniot, on y note l’importance exceptionnelle donnée à la préparation de la première communion qui inaugure l’apprentissage des devoirs constitutifs d’une vie de femme. C’est ainsi que la petite fille commence à explorer le territoire de l’univers domestique :

Yvonne accompagnait sa marraine dans toutes ses excursions de maîtresse de maison. […] L’intention formelle de Mme de Néris n’est pas de lui donner seulement des talents d’agrément, qui méritent plus ou moins ce nom, mais de ne pas lui laisser ignorer les connaissances essentielles négligées la plupart du temps dans l’éducation des filles, (p. 11)

13Les îles lointaines et les luxuriants pays exotiques, les naufrages et les jeux des bords de mer laissent la place à une campagne où le calme et la régularité de la vie sont opposées à la vie citadine. Aux sauvages et aux rapports de race sont substitués les petits paysans et les rapports de classe : « Loin de s’enorgueillir des avantages que lui donnait l’éducation sur les enfants du village, elle en était intimidée, craignant de ne pas leur donner le bon exemple qu’ils attendaient d’une demoiselle de Paris. » (p. 30)

14L’exploration géographique devient évocation d’expéditions dans la Grande Chartreuse, mais si elle occasionne des lectures savantes sur saint Bruno plutôt que des références à Buffon, elle fait aussi une petite place aux commentaires sociaux. Le frère d’Yvonne réagit ainsi à l’interdiction faite aux femmes d’entrer dans la chartreuse :

Tu vois, ma sœur, dit Gustave, le masculin l’emporte toujours sur le féminin ; ce n’est pas seulement une affaire de grammaire.
— Hélas ! oui, répondit Yvonne en soupirant ; mais ce qui me console un peu de cette infériorité, c’est que le féminin dormira tout son content et sera frais et dispos demain matin, tandis que ce respectable masculin court grand risque de bâiller toute la journée, (p. 79-80)

15Les vacances se poursuivent de récit en récit, de l’histoire d’un petit montreur d’ours à celle de Bayard, d’excursions en excursions, d’Allevard à Saint-Hugon, mais elles se terminent sur une conclusion pour le moins abrupte : « Et puis maman est revenue morte. » (p. 187) Le retour à Paris dans de telles circonstances replace le drame au cœur des « aventures domestiques » de la petite fille, comme pour lui donner la densité narrative qui manque au reste du récit. La fiction de l’exploration est difficile à adapter à l’univers domestique en dehors d’une veine romanesque ou ludique qui lui donne un certain relief ou en use comme d’un arrière-plan.

  • 15 Paris, May, 1897.
  • 16 Paris, Guérin, 1889.
  • 17 Paris, Hachette, 1888.

16Les récits de vacances se veulent sans doute en général plus récréatifs que dramatiques et utilisent le motif du déplacement pour évoquer des expériences qui, demeurant de l’ordre d’une banalité sans éclat, ne sont pas déplacées dans leur contexte. Rares pourtant sont ceux qui promeuvent les vacances pour les vacances, comme le fait Louise Hameau dans Pour les vacances15, où la petite Madeleine a pour mission de « jouer toute la journée », même à des jeux de garçons comme le fait son amie Jeanne. Et encore est-ce à des fins thérapeutiques car l’enfant doit se remettre d’une maladie. Dans Vivent les vacances !16, Hameau suit un groupe d’enfants à Paris. On les accompagne au Jardin d’acclimatation où ils se rendent avec leur père et voient des éléphants, on observe leurs jeux, on écoute avec eux les histoires que raconte le jardinier. Lorsque le décor change et que nous passons de Paris à une ferme en pleine campagne, l’auteure évoque la difficulté de « tenir » les garçons. En dehors de sa géographie urbaine, le petit garçon échappe à la mère. Le périple se termine à Trouville, où l’un des jeunes héros qui continue à faire des siennes est renversé par une calèche lors d’une escapade, mais comprend sa leçon lorsque son père arrive d’Angleterre et que l’autorité paternelle s’exerce. Dans Les Vacances à Trouville17, Louise Chéron de la Bruyère essaye aussi de jouer de la légèreté commune à cette veine d’inspiration en insistant sur la normalité des intrigues. Échappant à la chaleur parisienne, une bande de cousins se retrouvent à Trouville : bains, promenades en forêt, visites, orage, histoires de rencontres avec un ours, œuvres de charité, visite du Havre où l’on va voir un transatlantique, mise en scène d’une comédie. Ici les petites filles retrouvent des rôles et attributs contraires à ce que nécessite le voyage : « Petites cendrillons, va ! reprit Gaston d’un air de dédain : les filles ne savent pas quitter la maison. On craint d’avoir mal au cœur, d’avoir froid, d’avoir chaud, de voir trop d’eau dans la mer ! que sais-je encore ? En voilà des voyageuses ! » (p. 234)

  • 18 Paris, Ducroq, 1872.

17Ces intrigues sont simples, issues de l’expérience familière, souvent rendues sans grands effets de dramatisation, mais cela n’exclut pas une mise en scène parfois complexe. Le voyage permet toujours de multiplier les perspectives narratives. Reprenant le thème des petits Parisiens en vacances, La Clef des champs, ou les Enfants parisiens en province18, de Marguerite de Belz, raconte le long voyage d’une mère se rendant avec ses six enfants et sa femme de chambre en Bretagne. Le voyage en train puis en diligence est rythmé par la forme dialogique qui accentue l’aspect naturel du texte mais qui ouvre aussi l’espace confiné du wagon au vaste univers de l’observation et de la réflexion. On y retrouve les tensions narratives et thématiques habituelles. Ainsi, au cœur de la routine des activités quotidiennes des enfants le drame fait-il irruption. L’auteure insère une histoire terrible racontée par la cuisinière où il est question d’infanticides, d’amputations et de grandes haines de femmes. Le récit devient un patchwork narratif qui évoque les plaisirs du familier dans ses aspects les plus communs et normatifs puisqu’il s’agit de justifier du mot de la fin : « Dieu bénit les nombreuses familles ! » (p. 279) On y joue donc à cache-cache, on y a peur la nuit, on s’y raconte des histoires. Il propulse également le quotidien dans une intrigue qui promet de faire prendre la clef des champs et doit offrir des plaisirs narratifs mélangés. On y fait donc aussi naufrage et on s’y égare.

  • 19 Sable Plage, op. cit.

18Les tensions thématiques entre rôles masculins et féminins sont moins aisément résolues, ou plus aisément laissées en suspens. Dans le cas présent, il s’agit tout d’abord non de rôles professionnels comme chez Malassez19, mais de fonctions religieuses. Une fois arrivés chez leurs grands-parents, les enfants arrangent et nettoient une chapelle, et une petite Marthe demande à être enfant de chœur :

« Fi donc ! disait Raoul, une fille enfant de chœur ! C’est ridicule !
— Pourquoi donc ? répondait Marthe ; je chante moins faux qu’Henri, et ce sera toujours ça de gagné, si tu m’acceptes. » (p. 36)

19La conclusion de l’échange évite tout commentaire évaluatif mais ne va pas sans ironie de la part de la narratrice : « Marthe finit par se résigner. » (p. 37) Plus loin la « guerre des sexes » se poursuit lorsque les enfants bâtissent une forteresse et que les filles, brandissant encore une fois les modèles de Jeanne d’Arc et de Jeanne Hachette, participent aux actions. Marthe, encore elle, ne supporte pas d’avoir été expulsée de la place et refuse le lot de consolation qui lui ferait jouer alors le rôle d’une reine. Par orgueil ou par susceptibilité, « Marthe eut honte, refusa d’être reine, et promit de ne plus pleurer quand elle serait vaincue » (p. 45). Le vécu des identités sexuées pose problème. Qu’il y ait résolution ou pas, la difficulté est tout au moins révélée dans des épisodes anodins mais significatifs : les petits riens occultés par les grandes aventures constituent peut-être les grands enjeux des petites aventures.

20Des expériences d’Emma la Robinsonne à la mutinerie des petites filles de Sable-plage, de l’apprentissage de Marguerite à celui d’Yvonne, combien d’héroïnes voyageuses aux destinées modestes ou extraordinaires n’ont-elles suscité de rêves d’ailleurs de tous ordres, en dehors même de l’ordre du récit ? Lorsqu’il déplace la petite fille dans un environnement hostile, le récit confirme les qualités féminines de l’héroïne, mais pose son éducation comme primordiale à sa survie dans l’indépendance. Lui faisant parcourir des territoires lointains, il est hanté par le spectre de la femme « naturelle ». Dans le cadre ludique de l’exploration au quotidien que deviennent les activités de vacances, il permet à l’enfant de modifier dans le jeu les données du monde qui l’attend. Les ramifications de tels scénarios peuvent être difficilement saisies dans un mouvement linéaire ou homogène. Certes, nombreuses sont les écrivaines qui ont œuvré pour leur public de petites filles et de jeunes filles en confirmant les paramètres idéologiques assignés à l’univers domestique de la femme même lorsqu’elles les transportaient d’îles en contrées lointaines. Mais entre la finalité de ces ouvrages et leurs conclusions bien pensantes, trop de déboires et de situations hasardeuses sont donnés en lecture pour ne pas être pris en compte dans le processus de la lecture comme dans celui de l’écriture.

21Ces récits nous invitent tout au moins à mieux comprendre une aventure qui est aussi celle de la créativité féminine au xixe siècle. Elle offre autant d’échappatoires aux petites filles et aux auteures qui, paradoxalement sans doute, et avec ambiguïté certainement, peuvent elles aussi jouer avec les frontières narratives et idéologiques qui leur sont assignées et reformuler parfois les codes qui les régissent. Ce questionnement est sans doute facilité lorsque le texte utilise le voyage et le mouvement comme structure narrative. D’autres modes de distanciation sont à l’œuvre dans ce corpus, telle l’écriture à la première personne qui élargit elle aussi l’horizon littéraire des femmes et des filles.

Notes

1 Tours, Marne, 1888.

2 Paris, Giraud, 1854.

3 Le récit se termine sur les considérations suivantes : « Son imagination volait au-devant d’in quiétudes imaginaires qui lui triplaient ses peines, mais aussi ses joies, de sorte que l’incorrigible femme n’eût pas changé les agitations perpétuelles de son âme pour le repos. » (p. 251)

4 L’exemple le plus important en est Le Tour de la France par deux enfants (Paris, Belin, 1877), publié par Augustine Fouillée sous le pseudonyme de G. Bruno. Jean-Claude Vareille souligne dans « Le conditionnement par le manuel scolaire : l’exemple du Tour de la France par deux enfants : Allons enfants de la Patri-i-e… » (in Problèmes de l’écriture populaire au xixe siècle, Limoges, PULIM, 1997) : « De façon générale, le propos éducatif éprouve le besoin de se vrai semblabiliser, de se narrativiser en devenant anecdote, en projetant au niveau de l’intrigue le rapport pédagogique qui unit l’écrivain à son lecteur, le maître à l’élève. Par exemple, la présence de personnages permet de transformer le plus souvent l’enseignement en conversation, ce qui efface rhétoriquement le narrateur anonyme » (p. 132). Et le critique de conclure : « Le Tour de la France par deux enfants, en dépit de son ancrage naturel, géographique, historique, est donc bien, décidément, une utopie ou un roman. » (p. 133)

5 Paris, Hetzel, 1887.

6 Isabelle Bricard, Saintes ou pouliches : L’éducation des jeunes filles au xixe siècle, Paris, Albin Michel, 1985, p. 145.

7 Paris, Hachette, 1859.

8 Voir les travaux de Dominique Julia (« Un voyage pédagogique sous la Révolution », in Le Livre d’enfance et de jeunesse en France, op. cit.), de Nicole Bilous (« Un exemple de littérature didactique pour la jeunesse : Promenades botaniques de tous les mois de Labesse et Pierret », in Culture, Texte et Jeune Lecteur, op. cit.), ou de Daniel Raichvarg (« La Bibliothèque des Merveilles : L’explosion de la littérature scientifique pour la jeunesse dans la deuxième moitié du xixe siècle », in L’Enfance de la lecture, Revue des Sciences Humaines 1992, n° 225).

9 Ces textes étant trop nombreux pour pouvoir être abordés ici de manière extensive, quelques-uns des modèles ci-dessous mentionnés présenteront succinctement certains des scénarios qui y sont souvent répétés.

10 Paris, Hachette, 1894.

11 La Comtesse de Ségur ou le Bonheur immobile, Nancy, Artois Presses Université, 1999, p. 34.

12 Limoges, Barbou, 1856.

13 Rouen, Mégard, 1889.

14 Paris, Douniol, 1859.

15 Paris, May, 1897.

16 Paris, Guérin, 1889.

17 Paris, Hachette, 1888.

18 Paris, Ducroq, 1872.

19 Sable Plage, op. cit.

Table des illustrations

Légende Figure 7 – « Je suis un homme tout de même, moi ! », Sable-Plage, p.28
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/6875/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 87k

© Presses universitaires de Lyon, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search