Version classiqueVersion mobile

Devoirs d’écriture

 | 
Bénédicte Monicat

Première partie. À l'aventure

À l’aventure

Texte intégral

  • 1 Margaret Higonnet, « La politique dans la cour de récréation », in Culture, Texte et Jeune Lecteur (...)

Au xviiie et au xixe siècles, les romans pour la jeunesse, écrits spécialement pour les garçons ou pour les filles, reflètent de façon éclatante « la ségrégation des mondes », monde domestique d’une part et monde commercial de l’autre, opposant l’aventure et l’école à la maison et au romanesque.1

1La « ségrégation sexuelle » est mise en œuvre dans la littérature d’enfance et de jeunesse autour de valeurs communément reconnues et aisément reconnaissables :

  • 2 Marc Soriano, « Le degré zéro du message ? », in Le Livre d’enfance et de jeunesse en France, op. (...)

Message redondant que l’on retrouve aussi bien dans les livres pour enfants d’inspiration catholique du xixe siècle que dans les Voyages extraordinaires de Jules Verne : la femme est un être différent, plus sensible que l’homme à la tentation. Sa place est au foyer, auprès des enfants, à la cuisine et à l’église. Ses principales vertus sont la piété et la soumission.2

2Un tel partage des univers littéraires recouvre bien d’autres divisions et distinctions d’ordre tant politique qu’économique, notamment celles qui différencient les éditeurs de province des éditeurs parisiens, les catholiques des laïques, les « gouvernantes » de chez Hachette des « professionnels » de chez Hetzel, le roman moral du roman d’aventures, les écrivaines des écrivains. Ces lignes de démarcations ne doivent pas masquer une autre réalité : la littérature d’enfance et de jeunesse au xixe siècle est touffue, dense et contradictoire tout en étant alignée sur des axes didactiques et des divisions idéologiques explicitement définis.

  • 3 « L’aventure didactique dans Le Magasin d'éducation et de récréation de Hetzel (1864-1869) », in L (...)
  • 4 « La fiction pour enfants au xixe siècle », in Le Livre d’enfance et de jeunesse en France, op. ci (...)
  • 5 Bien-pensantes, cocottes et bas-bleus : La femme bourgeoise à travers la presse féminine et famili (...)

3Pour saisir la complexité du phénomène on peut prendre comme exemple le cas du récit d’aventures, auquel on associe le plus souvent Jules Verne et le Magasin d’éducation et de récréation. Nuançant bien d’autres lectures critiques qui mettent surtout l’accent sur l’aspect aventureux de textes où l’exploration, les péripéties et la technologie dominent, Roger Bellet incorpore à la sienne les éléments moralisateurs qui définissent également ces écrits : « Ces aventures constituent, en vérité, une Aventure édifiante, sans aventure vraie puisque la fin (en tous les sens) absorbe le récit et les événements3. » De fait, ainsi que Francis Marcoin le rappelle, « il n’existe pas primitivement une fiction enfantine que la pédagogie aurait dénaturée pour ses propres fins »4. Point donc de « pure fiction » qui servirait de jauge aux textes considérés. Si les romans dits d’aventures sont ainsi plus justement évalués, est-il alors possible de relire dans une optique similaire les ouvrages qui leur sont fréquemment opposés, à savoir ceux qui relèvent d’une littérature édifiante destinée à toucher un public dont feraient partie les petites filles et les jeunes filles, et où se distinguent tant d’écrivaines tout au long du siècle ? Plus précisément, l’aventure y a-t-elle une place ? La petite fille, ainsi que l’affirme Danielle Flamand-Paparatti, est-elle simplement « confinée dans une lecture “sédentaire”5 » ?

  • 6 Je fais allusion à Sophie Ulliac Trémadeure, qui rend compte de cette expérience : « Au lieu d'imi (...)
  • 7 « Le roman populaire d’aventures : Une affaire d’hommes », in L’Aventure dans la littérature popul (...)

4Il est nécessaire d’aborder avec précaution, du fait de son ampleur, la très importante contribution des femmes au domaine de la littérature d’enfance et de jeunesse, littérature qui entraîne d’ailleurs parfois ses auteures elles-mêmes, si ce n’est leurs héroïnes, dans des lieux exotiques... tels que les bibliothèques publiques6. Certes, l’on peut affirmer avec Anne-Marie Thiesse que « le roman d’aventures n’est pas pour elles : lectrices, mais aussi romancières »7. Et pourtant, si l’on conçoit le récit d’aventures, comme cela a été suggéré plus haut, en prenant en compte ses qualités (ou ses impuretés) didactiques, ses leçons (ou ses trahisons) moralisantes, bien des ouvrages de femmes conçus pour un lectorat féminin sont à relire suivant d’autres perspectives que celles de l’édification. Sans pour autant faire de ces types de textes les pendants des romans de Verne, d’Assolant ou d’Aimard, il faut en considérer les diverses composantes, dont certaines sont souvent laissées pour compte : les épreuves subies par moult héroïnes sur les routes d’un imaginaire aboutissant inévitablement à de prévisibles conclusions morales jalonnent des parcours qui, s’ils ne promettent pas l’évasion, fonctionnent sur le mode de l’exploration. L’on est ainsi conduit à envisager la possibilité d’autres lectures que celles qui, s’attachant essentiellement à la finalité des récits, en délaissent trop souvent le cheminement narratif.

  • 8 Cette dernière précise dans « Études typologiques : les kénotypes dans la littérature pour enfants (...)

5Pour explorer plus avant ces considérations je prendrai comme références des récits où les écrivaines mènent leurs héroïnes sur les chemins d'une aventure qui, si elle peut paraître compromise, s’avère également compromettante. Les femmes ne se cantonnent pas nécessairement ou étroitement dans le registre de la domesticité qui les ferait aller du jardin au salon pour toujours aboutir à l’église. Plus souvent qu’on ne le pense, elles emboîtent le pas aux rêveurs de contrées autres, le voyage étant indéniablement l’un des paradigmes fondamentaux de la littérature d’enfance et de jeunesse, kénotype (à savoir dynamique) tout autant qu’archétype (à savoir statique) pour utiliser la terminologie de Marie Nikolaïeva8. Des plus simples déplacements que commande le récit d’une vie (ces promenades, ces vacances, ces départs en pension et autres événements qui rythment la vie de tant de héros et d’héroïnes), et qui donnent à l’enfant une destinée inscrite dans une chronologie et une géographie familières, jusqu’au plus fou des voyages, à la plus insensée des pérégrinations, le mouvement vers l’ailleurs est porteur de leçons de tous ordres.

  • 9 Denise Escarpit note : « Robinsonnades, romans de voyages plus ou moins fictifs, romans d’aventure (...)

6Robinsonnades, grands voyages et petites escapades se multiplient dans une littérature soutenue par ses fonctions instructives et éducatives. Les distinctions génériques que l’on peut tenter d’établir entre ces types d’ouvrages sont certes parfois ténues9. Certaines de leurs composantes cependant, qu’elles soient du ressort de l’intrigue ou associées aux territoires d’élection des récits recensés, permettent d’organiser un corpus imposant autour des thèmes que chacune de ces veines d’inspiration privilégie. La robinsonnade développe ainsi une réflexion sur la nature de la petite fille (et sa culture) lorsqu’elle représente des héroïnes placées dans des conditions peu favorables au maintien de codes sexués distincts. Les récits mettant en scène de grands voyages soulignent quant à eux les dangers associés au concept de la femme naturelle, dont le symbole devient le personnage de la créole. Finalement, l’évocation de l’aventure au quotidien infuse au cœur du voyage des préoccupations domestiques dont les enjeux sont d’autant plus importants qu’ils touchent de près au monde de l’enfant, à ses activités de tous les jours, en particulier à ses jeux. Que l’aventure soit ainsi intégrée à la banalité de l’expérience ou qu'elle s’épanouisse en vertu de sa virtualité ostensible, elle se décline au féminin. Quelles aventures donc, et quelles mésaventures, pour quels enseignements ?

Notes

1 Margaret Higonnet, « La politique dans la cour de récréation », in Culture, Texte et Jeune Lecteur, op. cit., p. 121.

2 Marc Soriano, « Le degré zéro du message ? », in Le Livre d’enfance et de jeunesse en France, op. cit., p. 9-10.

3 « L’aventure didactique dans Le Magasin d'éducation et de récréation de Hetzel (1864-1869) », in L’Aventure dans la littérature populaire au xixe siècle, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 1985, p. 92.

4 « La fiction pour enfants au xixe siècle », in Le Livre d’enfance et de jeunesse en France, op. cit., p. 132.

5 Bien-pensantes, cocottes et bas-bleus : La femme bourgeoise à travers la presse féminine et familiale (1873-1887), op. cit., p. 152.

6 Je fais allusion à Sophie Ulliac Trémadeure, qui rend compte de cette expérience : « Au lieu d'imiter Thomas Day, qui conduit son héros dans une île déserte, j’imaginai de le conduire dans l’île de Madagascar ; mais pour cette entreprise téméraire il fallut beaucoup de recherches. Mon père me menait à la bibliothèque Sainte-Geneviève, corvée bien pénible pour moi, car peu de femmes fréquentaient alors les bibliothèques publiques » (Souvenirs, vol. 2, op. cit., p. 5).

7 « Le roman populaire d’aventures : Une affaire d’hommes », in L’Aventure dans la littérature populaire au xixe siècle, op. cit., p. 204.

8 Cette dernière précise dans « Études typologiques : les kénotypes dans la littérature pour enfants » (in Culture, Texte et Jeune Lecteur, op. cit.) : « La principale différence entre ces deux systèmes typologiques réside dans les qualités statiques, conservatrices et protectrices propres à l’archétype par opposition aux attributs variables, créatifs et dynamiques du kénotype » (p. 38). Elle ajoute : « Le voyage est bien sûr un archétype majeur mais il relève aussi du kénotype, comme le montrent certains romans modernes pour enfants. » (p. 41)

9 Denise Escarpit note : « Robinsonnades, romans de voyages plus ou moins fictifs, romans d’aventures, tout cela est une fenêtre ouverte sur des horizons d’évasion et la séparation des genres est bien difficile à établir » (p. 89)

© Presses universitaires de Lyon, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search