Version classiqueVersion mobile

Devoirs d’écriture

 | 
Bénédicte Monicat

Introduction

Devoirs d’écriture, leçons de lecture

Texte intégral

Figure 1 – Sable-Plage, J. Malassez

  • 1 Francis Marcoin, À l’école de la littérature, Paris, Éditions ouvrières, 1992, p. 83.
  • 2 « Si [la littérature d’enfance] a pu cesser d’être moralisante, elle n’a pas cessé d'être instrumen (...)
  • 3 Dans ce sens elle participe du dialogue entre histoire et critique littéraire, dans un domaine de r (...)

1Mères, éducatrices, institutrices, les femmes dont il sera question dans cet ouvrage ne se disent pas « auteurs » : elles accomplissent leurs devoirs de femmes en écrivant pour les enfants et les jeunes filles. La littérature d’enfance et de jeunesse s’impose ainsi auxixe siècle comme le domaine privilégié de la créativité féminine, mais son statut reste marginal : « Lentement et malaisément un art, une écriture se constituent en dehors de l’art et de l’écriture. Et l’histoire n’a que mépris pour ces “bas-bleus”, ces “gouvernantes” qui acceptèrent modestement d’écrire pour des enfants, en dehors du monde littéraire1. » Production avant d’être production littéraire, ses composantes utilitaristes font qu’elle est d’autant plus facilement déconsidérée. Ses liens étroits avec la culture populaire et la « paralittérature », son importance économique dans le contexte de l’industrialisation rapide de la France duxixe siècle, ses dimensions conservatrices, et finalement son identité didactique de plus en plus spécialisée et associée à l’institution scolaire, ont conduit à en négliger les dimensions créatives. Sans vouloir simplement renverser les termes d’une équation longtemps posée à la faveur d’éléments économiques et socio-culturels dont l’importance est incontestable, je m’arrêterai dans cette étude sur les contenus mais aussi sur les formes trop souvent ignorées ou sommairement dénigrées de cet « art impur »2. Ma réflexion s’inscrit dans une perspective féministe qui se donne pour but de penser l’écriture, geste et produit, pour les femmes duxixe siècle3.

  • 4 « La mère-éducatrice est une des figures clefs de cexixe siècle. Elle nous transmettra d’ailleurs s (...)
  • 5 Peu d’éléments biographiques sont disponibles au sujet de la plupart de ces auteures, malgré les tr (...)
  • 6 Si les femmes usent de pseudonymes masculins par souci – ou pour jouer – de conventions morales et (...)
  • 7 Le statut de la fiction dans ces types d’écrits mérite une analyse à part entière. Bien que leur di (...)
  • 8 C’est d’ailleurs le découpage périodique que choisissent de privilégier certains critiques. Voir pa (...)

2La littérature d’enfance et de jeunesse a facilité pour bien des femmes l’accès à l’expression écrite ainsi légitimée4. L’expression écrite, et non l’écriture, le produit, et non le concept. Pour de nombreux lecteurs, ce corpus est sans mérite esthétique, tant il est limité par les contraintes d’une forme et par des conditions de production qui n’encouragent pas à la nuance ou à l’originalité. Il est pourtant extraordinairement vaste et varié. Afin de circonscrire plus aisément une tâche monumentale qui, pour être exhaustive, nécessitera un travail de recherche de longue haleine si l’on considère les centaines d’auteures et les milliers d’ouvrages concernés5, je limiterai mon propos à un échantillon représentatif des ouvrages de fiction écrits pour les filles. Prendre pour objet d’étude les modèles d'histoires que les femmes racontent à celles qu’elles sont censées former en les distrayant permet de saisir dans un même regard ce qui constitue et ce qui a le pouvoir de transformer leurs univers respectifs. Bien entendu, ces récits ne sont pas le territoire exclusif des filles, et ces dernières s’aventurent aussi dans la lecture d’auteurs écrivant plus explicitement pour un public masculin, de Louis Desnoyers à Jules Verne. De même, ils ne représentent que l’un des horizons d’écriture alors investis par les femmes (ou certains hommes6). Un autre volet de cette exploration se penchera ainsi sur les livres d’instruction quelles furent nombreuses à publier dès les premières années du siècle7. D’autres distinctions devront en outre être appliquées à ce corpus, en particulier celles qui mettraient l’accent sur des contextes historiques contrastés8. La période couverte est riche de moments à explorer dans leur singularité et bien des ouvrages mentionnés ci-dessous pourraient faire l’objet d’une lecture plus circonscrite dans un temps et un espace créatif donnés.

  • 9 « Au fil duxixe siècle, la coloration religieuse du rôle féminin ira croissant, parallèlement au dé (...)

3Des constantes importantes permettent cependant à l’analyse de s’appuyer sur des ouvrages parfois chronologiquement distants les uns des autres, comme ce sera ici le cas. Le contexte idéologique de la construction sociale et culturelle des différences sexuelles qui justifie en grande partie la production de ces écrits, s’il se met en place lentement9, ne se modifie pas aussi vite que les domaines auxquels ces différences sont intégrées (industrie du livre ou institutions éducatives par exemple) et par l’intermédiaire desquels elles sont souvent reproduites et renforcées. Siècle de tous les bouleversements, le xixe siècle est aussi celui de tous les enracinements. C’est donc par le biais théorique d’une critique générique dans les deux sens du terme (typologie littéraire et sexuation) que j’aborderai l’évocation de ce corpus. Ma réflexion est organisée autour des modes d’écriture qui en sont les plus largement représentatifs. Une première partie consacrée aux nombreux livres qui proposent à leurs lectrices des récits de pérégrinations plus ou moins aventureuses s’ouvrira ainsi sur un chapitre placé sous le signe du voyage et du livre modèle qu’est pour l’enfant auxixe siècle (et depuis Rousseau) la robinsonnade. Ces récits, comme ceux qui traitent de grands voyages et ceux qui évoquent des excursions plus modestes, mettent littéralement en scène le processus de distanciation qui facilite l'articulation de leçons exemplaires. La distance dans l’espace contraste avec la proximité des récits à la première personne qui seront examinés dans la deuxième partie : ces journaux, lettres et mémoires situés dans le contexte narratif du familier fonctionnent dans un rapport d’intimité que les écrivaines exploitent à des fins et dans des styles contrastés. Des mémoires d’objets ou d’animaux tenant d’une veine humoristique jusqu’aux récits parfois difficiles à gérer dont les narratrices sont des jeunes filles, ces écrits jouent sur une complicité de l’esprit et du cœur entre les auteures et le lectorat. Une troisième partie s’attachera ensuite à l’examen de ces innombrables écrits dits « contes » ou « historiettes » qui, dans leurs intitulés et dans leurs formes, font dans « le petit », souvent – mais pas nécessairement – pour les plus jeunes. Textes-vignettes et « petits romans » constituent les particules élémentaires d’un corpus qui, s’il n’est plus dominé par le conte traditionnel, l’est par les conteuses. Une quatrième partie sera consacrée à des romans de plus longue haleine, genre où ont œuvré tant de celles qui voulurent contribuer à l’édification des jeunes filles. Le roman, objet dangereux s’il en est auxixe siècle, est un lieu narratif de négociations souvent ardues, toujours résolues « comme il le faut », qui témoigne de parcours littéraires exemplaires tant pour les héroïnes que pour les auteures. Celui de Zénaïde Fleuriot et des jeunes filles qui peuplent son univers romanesque en fera foi.

  • 10 « C’est à ce moment-là que se précise la silhouette classique de l'écrivain pour enfants : c’est un (...)

4La stratégie de lecture ici proposée tente en premier lieu de faire la part belle à des textes choisis au fil d’un processus d’immersion où les rencontres ne furent pas toujours anticipées ; là est le devoir de lecture et d’écriture d’une critique qui veut rendre leur visibilité à des ouvrages en partie victimes de leur propre succès, mais qui veut aussi penser leur invisibilité pour en reconnaître le conditionnement générique et idéologique dans ses dimensions esthétiques et historiques. À l’exception des quelques écrivaines qui ont marqué plus profondément et durablement l’histoire du genre (George Sand, la comtesse de Ségur), les femmes qui contribuèrent à l’élaboration de la littérature d’enfance et de jeunesse constituent un ensemble indifférencié, comme sont négligées les particularités des œuvres concernées, noyées les unes et les autres dans le flot même des écrits. En témoignent les stéréotypes relayés par Marc Soriano lui-même, ce lecteur avisé qui a tant fait pour la reconnaissance du genre10. Celles que j’ai inclues dans ce travail l’ont été soit du fait de leur succès et de leur renommée présente (Marceline Desbordes-Valmore, George Sand) ou passée (Pauline Guizot, Julie Gouraud, Victorine Monniot, Mathilde Bourdon, Zénaïde Fleuriot, Joséphine Colomb), soit parce que leurs écrits présentaient une originalité ou un intérêt particulier (Eugénie Foa, Eugénie Niboyet, Louise Michel, Séverine), soit parce que leurs œuvres sont représentatives de modes d’écriture prototypes (pour ne pas dire stéréotypés, ce qui ne les rend pas inintéressantes) comme celles de Césarie Farrenc, de Catherine Woillez et de tant des écrivaines mentionnées dans cette étude. Leurs parcours respectifs s’inscrivent dans une histoire marquée par des transformations culturelles et économiques dont ces femmes sont elles-mêmes les révélatrices et les agents.

I – Paramètres historiques : ouvertures et contraintes

  • 11 Pour une présentation érudite du monde de l’édition auxixe siècle, voir l’ensemble des études rasse (...)
  • 12 « [...] L’évolution des écrits pour l’enfance a suivi celle des mentalité et de la société. Amorcée (...)
  • 13 « Il est significatif que l’avènement de la littérature de jeunesse, à la fin du xviie siècle, corr (...)
  • 14 Citons parmi d’autres la comtesse Ruault de la Haye, Mme Mallès de Beaulieu, Sophie de Renneville, (...)
  • 15 « Entre 1750 et 1830, la littérature de jeunesse, qui commence à se constituer, a ceci de particuli (...)
  • 16 Blanchard, Eymery, Masson, Leprieur, Genets jeune, Dabo jeune, Brianchon, Pigoureau, Denn parmi d’a (...)
  • 17 Voir l’article d’Isabelle Havelange, « Les auteurs pionniers », in Le Magasin des enfants. La litté (...)

5Les historiens de la littérature d’enfance et de jeunesse et les historiens du livre, tel Jean Glénisson, ont souligné l’importance d’une production littéraire qui se dessine sur un fond de paysage éditorial complexe11 et dont la « période triomphale s’ouvre dans les années 1820–1830 »12. Elle éclaire aussi un pan majeur d’une histoire littéraire des femmes dont les illustres prédécesseurs incluent Mme Leprince de Beaumont, ou, à la charnière des xviiie et xixe siècles, Mme de Genlis13. La littérature pour enfants se développe tout d’abord sous la plume d’auteures qui sont souvent des aristocrates14. Elles publient à Paris des ouvrages fréquemment destinés aux filles15 et qui vont du recueil de contes au livre d’instruction. Leurs écrits paraissent chez une multitude d’éditeurs16 dont certains inaugurent la spécialisation dans un genre qui va miser rapidement sur de nouveaux marchés. Alors que la production du début du siècle se soucie essentiellement des jeunes nobles17, les populations auxquelles est destinée cette littérature s’élargissent et se diversifient rapidement. Il en est de même pour celles qui la produisent. Les auteures qui succéderont aux pionnières du genre seront pour la plupart issues de la bourgeoisie. Les femmes font carrière.

  • 18 Voir la « Bibliothèque des enfants » et la « Bibliothèque d’éducation » chez Didier.
  • 19 Ces femmes écrivent aussi souvent pour des journaux – autre phénomène éditorial important duxixe si (...)
  • 20 Michel Manson, « Continuités et ruptures dans l’édition du livre pour la jeunesse à Rouen de 1700 à (...)
  • 21 Outre la comtesse de Ségur et Zénaïde Fleuriot, mentionnons Mmes Cazin, Colomb, Nanteuil, Chabrier (...)
  • 22 « [...] Ce groupe diffère profondément de la cohorte des auteurs catholiques de la précédente génér (...)

6C’est avec des éditeurs parisiens comme Lehuby et Didier, et dans le cadre de collections homogènes18 que des écrivaines telles Sophie Ulliac Trémadeure ou Laure Bernard publient le gros de leurs écrits dans les années 1830 et 184019. Les éditeurs de province investissent à la même époque – lois Guizot et Falloux aidant – le marché du livre. Leurs catalogues offrent surtout les ouvrages à visée religieuse ou fortement moralisatrice qui dominèrent longtemps cette littérature. Barbou à Limoges, Lefort à Lille ou Mégard à Rouen domineront quantitativement une immense production rapidement industrialisée, ainsi qu’en témoigne la réussite de Marne à Tours. Ces maisons, qui bénéficient du soutien de l’institution religieuse, s’attachent parfois les services exclusifs d’auteures étonnamment prolifiques, comme Céline Fallet chez Mégard, « auteur d’au moins 75 titres, formant près de 300 éditions et rééditions, pour un total d’un million cent mille exemplaires »20. Pendant la deuxième moitié du siècle les livres de prix et les livres d’étrennes s’assurent de très gros tirages. Aux éditeurs phares tels Hachette avec ses journaux, ses collections et son lot d’auteures attitrées21, et Hetzel dont le Magasin d’éducation et de récréation aura joué un rôle capital dans les transformations du genre, il faut ajouter les noms d’éditeurs parisiens tels Garnier, Putois Cretté, Dillet, Lefèvre, etc. Même si à la fin du siècle les femmes seront moins présentes dans certaines collections22, elles sont nombreuses à publier chez des éditeurs comme Firmin-Didot et sa « Bibliothèque des mères de famille », ou chez Gautier, Bédelet, Fischbacher, Gedalge, Colin, Delagrave parmi bien d’autres. Un décompte approximatif confirme que si les éditeurs de province eurent un rôle prépondérant dans l’histoire du genre, c’est à Paris que l’on trouve l’écrasante majorité des éditeurs (plus de 150) ayant publié les ouvrages des écrivaines dont il sera ici question.

  • 23 In Francis Fleuriot-Kerinou, Zénaïde Fleuriot : Sa vie, ses œuvres, sa correspondance, Paris, Hache (...)

7Un nouveau champ d’écriture s’ouvre donc aux femmes, mais il ne va pas sans contraintes. Pour en comprendre le fonctionnement, et puisque cette étude ne se situe ni dans le domaine de l’histoire de l’édition ou de l’éducation, ni dans celui de l’histoire des mentalités à proprement parler, mais plutôt dans celui de l’histoire littéraire des femmes, il est important de présenter la manière dont les auteures elles-mêmes concevaient leur relation à cette écriture avant d’examiner les textes qui en résultent. Christine Planté a analysé dans La Petite Sœur de Balzac le paradoxe que présente la notion de « femme auteur » au xixe siècle et la difficulté qu’ont les femmes à vivre une relation à l’écriture sur laquelle pèse un interdit tant matériel qu’idéologique. La littérature d’enfance et de jeunesse résout et complique le problème. Elle le résout en éliminant de ses horizons d’attente la dimension littéraire de l’écriture, l’exonérant de ses imperfections formelles et l’intégrant à une activité collective valorisée dans une certaine absence de valeur. Comme le note Planté, l’expérience d’écriture d’une Laure Surville est assumée « dans le triomphe apparemment serein d’une certaine médiocrité » (p. 154) auquel bien des contemporaines prétendirent. Cette expérience est en tout cas pensée dans le prolongement des devoirs assignés à la femme, devoirs qu’elle-même s’attribue, comme le suggère Zénaïde Fleuriot à la mort de son père : « Ces dernières paroles dites pour moi, me seront comme un testament sacré, je veux qu’elles demeurent la règle de ma vie. Ne jamais compter avec ses goûts, ses attraits ; rester à son devoir23. »

  • 24 Jean-Noël Luc examine l'un des champs d'action majeurs de cette actualisation personnelle et collec (...)

8Nombreuses sont celles qui abordent et examinent explicitement leur statut, leur rôle et leur identité d’écrivaine en relation avec ce devoir et, devrait-on dire également, avec ce pouvoir24. Car, ainsi que le note Evelyne Sullerot au sujet de celles qui collaborèrent au Journal des Femmes,

  • 25 Histoire de la presse féminine en France, des origines à 1848, Paris, Armand Colin, 1966, p. 174.

ces victimes de la morale terrorisèrent de morale des générations d’enfants et s’acquirent ainsi la reconnaissance publique et un pouvoir incontestable même s’il demeurait obscur. Une fois de plus l’image imposée à la femme de ce qu’il convient qu’elle soit […] devient un instrument de puissance.25

9Entre contrainte et créativité, soumission et subversion, l’acte d’écrire est présenté par les écrivaines dans ses dimensions contradictoires. La tension qui le caractérise peut être atténuée mais pas effacée. Écrire pour les enfants, qui plus est pour les filles, c’est œuvrer pour le bien collectif, mais aussi se vouer à un entre-deux qui s’avère purgatoire artistique. La « convenance » est là, et pourtant les dangers abondent, à commencer par ceux que toute narration exemplairement pédagogique, usant du contre-exemple toujours si séduisant, peut déclencher. Danger donc de la lecture, en fin de compte incontrôlable, mais tout d’abord danger de l’écriture : sinon, pourquoi tant d’ouvrages et de réflexions consacrés aux affres liés à cette activité ? Les dangers réfléchis de l’écriture font œuvre d’exorcisme et sont inscrits dans les plus normatifs des ouvrages. La transformation de l’acte d’écriture de pratique menaçante en un geste prescrit, un devoir d’écriture, s’opère bien sûr dans le contexte des attributs et rôles assignés aux femmes.

  • 26 Paris, Janet, s. d. ; Bernard publie dans les années 1830.

10Soulignant en premier lieu le caractère conventionnel de leurs propos, ces auteures escamotent pour un temps la question de leur valeur et du statut littéraire (ou non) de la littérature d’enfance et de jeunesse pour en ramener la pratique à une question de respectabilité personnelle plus qu’artistique. Laure Bernard en confirme ainsi la bienséance et la banalité dans la préface de l’un de ses recueils, Esquisses morales26, où elle s’adresse tout d’abord « aux mères » :

Nous n'irions pas rechercher bien loin le temps où c’était un acte de haute témérité de la part d’une femme de prendre la plume, quelque modeste que fussent d’ailleurs le but et le cadre de ses ouvrages. Aujourd’hui, la carrière est si largement ouverte à tous, que nous n’avons pas besoin d’employer de grands efforts de courage pour venir nous perdre dans la foule des écrivains. La mère de famille peut étendre ses enseignements au-delà du cercle de son foyer, sans accepter en échange une situation frappée de ridicule, (p. xi)

  • 27 Paris, Douniol, 1861.

11La pratique de l’écriture est à tout point de vue convenable dès lors qu’elle est associée au rôle de la mère, dès lors que ces ouvrages peuvent être dits ouvrages d’éducation. Alfred Nettement, dans sa préface à une réédition d’un ouvrage de la comtesse de Bassanville, De l’éducation des femmes27, souligne la singularité – et la normalité – de telles situations :

L’attrait qui porte les femmes à écrire des ouvrages d’éducation n’a rien qui puisse surprendre ; et ceux-là même qui sont disposés à jeter sur les femmes-auteurs un anathème littéraire, contre lequel de beaux ouvrages ont protesté, font une exception en faveur de ce genre. Quoi de plus naturel, en effet, que les femmes écrivent pour l’éducation ? (p. viii)

12Éduquer est une chose, écrire en est une autre. Qu’en est-il d’écrire en éduquant ?

  • 28 Laure Bernard, Esquisses morales, op. cit., p. xv.

13Point alors de déchirement entre la gloire et le bonheur. Ce ne sont pas en héritières de Corinne que ces écrivaines se définissent ou sont perçues. Ainsi en témoigne la notice consacrée à Sophie Cottin dans la Biographie Michaud : « Elle avait une si grande facilité, que ses ouvrages ne lui coûtaient presque point de travail. Elle ne déroba jamais un instant ni à ses devoirs ni à la société de ses amis. Quoiqu’elle ait beaucoup écrit, elle avait pour maxime qu’une femme ne doit point écrire. » (p. 12) Voici donc formulé l’un des paradoxes de la production littéraire féminine duxixe siècle : la femme qui écrit ne doit pas écrire mais écrit par devoir. La conclusion de la notice est révélatrice. Elle fait référence au roman sur l’éducation que la romancière avait en cours au moment de sa mort : « Une maladie cruelle la surprit au milieu de ce dernier travail dont elle attendait, disait-elle, la seule gloire qu’une femme pût désirer. » (p. 14) Là seulement, dans le geste qui offre l’écriture à l’enfant et à la mère, peuvent être réconciliés l’acte d’écrire et l’identité sexuelle : « Mères ! Écrivons de ces livres qui n’appellent point de gloire sur leurs auteurs, et nous recueillerons, dans le sein de nos familles, les suffrages que la mode nous refusera28. »

  • 29 Paris, Maillet, 1861.

14Si elles sont nombreuses à assumer de tels devoirs et une identité créatrice que l’on pourrait dire maternaliste et revendiquée comme telle, certaines se soucient de leur statut d’écrivaine. Elles font part d’expériences reflétant l’inconfortable position de la femme qui écrit mais n’en passent sous silence ni les bonheurs ni les bienfaits. Dans un passage de ses Souvenirs d’une vieille femme29 où elle relate la manière dont elle fut courtisée par un éditeur de province, Sophie Ulliac Trémadeure confirme l’importance économique de son activité littéraire. Elle évoque aussi le poids idéologique et les contraintes éditoriales qui pèsent sur elle :

Depuis quelques années les imprimeurs et les libraires de province s’étaient emparés de la publication des livres dits d’éducation ; peu inquiets du contenu de ces livres, ils songeaient surtout à les donner à un prix tel que les libraires de Paris fussent réduits à ne pouvoir soutenir la concurrence. Brouillée avec mon éditeur, je n’avais guère d’espoir d’en trouver un autre à Paris, car ceux qui s’étaient occupés jusqu’alors de livres pour la jeunesse y renonçaient. La province me faisait des offres séduisantes sous certains rapports ; on allait jusqu’à me dire : « Le sujet que vous voudrez, le format que vous voudrez, le prix que vous voudrez. » Mais il fallait me soumettre à une censure qui n’existait pas dans nos lois, et cette censure, quoique animée des meilleures intentions, traduisait souvent les pensées de l’auteur de telle sorte qu’on lui faisait dire le contraire de ce qu’il avait d’abord écrit ; j’en avais plusieurs exemples bien frappants. Je refusai donc les offres des éditeurs de la province, (p. 252-253)

  • 30 Je renvoie ici à l’article de Jean-Yves Mollier, « Éditer la comtesse de Ségur ou les ruses de la r (...)
  • 31 Paris, Didier, 1837.

15Indépendance et refus d’une censure forte de son droit moral ne signifient pas cependant, là est l’intérêt de ce témoignage, que le geste d’écrire aille de soi pour Ulliac Trémadeure. Si l’intégrité de l’écrivaine est menacée par certaines pratiques éditoriales30, l’acte d’écrire est lui-même menaçant. Écrire pour conjurer les dangers de l’écriture, tel est ainsi le but que se donne Ulliac Trémadeure dans la préface sur laquelle s’ouvre Emilie, ou la Jeune Fille auteur, ouvrage dédié aux jeunes personnes31 :

Dans un temps où, de toute part, on appelle les femmes au Forum et au Capitole, il y a peut-être quelque hardiesse à oser publier un livre qui a pour but de prouver que la femme, providence terrestre du foyer domestique, en devient le fléau, du moment qu’elle livre son âme à l’amour de la renommée. Mais cette hardiesse, il doit l'avoir, l’écrivain dont les idées sont contraire aux idées généralement répandues, (p. 1)

16La femme qui écrit a une « mission […] importante » (p. 53) en ce que le pouvoir de l’écrit fait acte de protection contre les dangers de l’écrit : « Ayez sans cesse présente à la pensée la puissance immense de la parole écrite. » (p. 54)

  • 32 Ulliac Trémadeur, Souvenirs d’une vieille femme, op. cit., vol. 2, p. 257.
  • 33 Le Robinson français ou le Petit Naufragé, Paris, Eymery, 1827, p. 9.
  • 34 « Pauvres femmes que nous sommes ! », s’exclame Ulliac Trémadeure, « les deux seules carrières qui (...)

17Le devoir d’écriture ainsi défini témoigne en même temps d’un autre type d’urgence pour l’écrivaine : « Comment renoncer à la carrière des lettres, qui avait été, il est vrai, pour moi, jusqu’alors une source de tourments, de travaux incessants, mais aussi d’aisance pour ma mère, et de jouissances intellectuelles ?32 » Son héroïne Emilie nous présente la version dramatique de besoins irrépressibles : « Je ne sais quoi me pousse, me force d’écrire, et quand j’écris je suis si heureuse ! » (p. 158) Le processus, une fois enclenché, est irréversible : « Elle écrira, parce qu’elle n’est plus maîtresse de ne point penser et de ne plus écrire. » (p. 224) Contemporaine de Sophie Ulliac Trémadeure, l’écrivaine Julie Delafaye-Bréhier vit des affres similaires à celles d’Émilie et s’exclame à la mort de son père : « Ô mon père ! je ne devrais plus écrire, puisque tu ne liras plus mes ouvrages ! Mais si je ne puis encore m’arrêter dans cette carrière où me pousse un penchant irrésistible, que ton souvenir du moins préside à mes travaux…33 » La pulsion créatrice est canalisée par le genre littéraire – exutoire ou libération par l’imaginaire. En effet, si la littérature pour la jeunesse encourage la production d’écrits figés dans la formule et la « pensée unique », elle facilite également le déploiement d’une diversité de formes permettant d’atténuer les tensions révélées par l’écriture, dans des équilibres parfois fragiles. L’écrit sauvera l’écrivaine de l’écriture. Les portes de la littérature d’enfance et de jeunesse s’ouvrent, ou se referment, sur elle34.

  • 35 Paris, Vimont, 1832. Voir le chapitre 3 de la 3'partie pour une analyse plus détaillée de cet ouvra (...)

18Dans La Laide35 nous surprenons Berthe, l’héroïne d’Eugénie Foa, la plume à la main :

Mon Dieu ! que c’est ridicule, une femme auteur ! Auteur ! […] Pour rien au monde je ne voudrais être appelée ainsi. Nommez-moi, si vous voulez, rêveuse, conteuse, causeuse, voire même radoteuse ; mais auteur ! ah ! grâce ! grâce ! à ce mot, je me sens au menton quelque chose que je ne puis définir, et j’y porte la main précipitamment.
Vraiment, j’ai craint un instant d’y rencontrer la barbe de bouc de nos merveilleux de la jeune France ; heureusement il n’en est rien.
Mais imaginez-vous donc, une femme auteur !
À mon idée, c’est un être naturellement pédant, qui se croit beaucoup et d’une importance sans pareille ; qui parle haut, répond fort, discute, interrompt sans dire : excusez ; un être qui se mêle de politique, raisonne budget, guerre, Pologne ; un être qui se donne des airs, qui dit ne [sic] plus ne moins qu’un homme de lettres ; un être qui porte la tête penchée, les cheveux en désordre, de l'encre au bout des doigts, possible au front, qui sait, au nez ? un être qui réfléchit, qui compose, qui dit parfois des choses sensées. Et vous prétendriez que je suis un être comme celui-là… moi ! Berthe ! certes non, je vous assure ; je ne fais nullement cet effet ; si cela était, j’aurais peur, j’irais me cacher crainte de me voir, je fuirais le jour crainte de rencontrer mon ombre.
[…] Un livre ! mais pensez-y donc. Voltaire a fait des livres, Jean-Jacques Rousseau a fait des livres, M. de Chateaubriand a fait des livres… (p. 3-5)

19Que fait donc Berthe ? Pas de livres, non, certes pas. Des pirouettes littéraires sans doute.

Voilà : j’écris, je raconte, j’invente ; je dis tout ce qui me passe par la tête, je dis des choses que des gens raisonnables pourraient à coup sûr qualifier de rêveries, que moi j’appelle tout bonnement écrit, barbouillage, griffonnage. Je cause avec moi, quand je m’ennuie, parfois, comme les enfants, je me fais des contes pour m’endormir, et puis je mets tout cela sur du papier, (p. 6)

20À l’instar de Berthe, les femmes duxixe siècle qui prirent la plume durent penser l’écriture, sinon pour se rire du personnage de l’écrivaine ainsi forgé, tout au moins pour définir leurs univers, leurs devoirs, pour rassurer, protéger, nier ou renier. Avant de voir sur quoi débouchent ces propos obligés, avant de voir quels sont les contes qu’elles (se) racontent, quelques mots s’imposent sur la manière dont les femmes évoquent la pratique de la lecture. Leurs recommandations signalent tout à la fois la fragilité du propos didactique et les échappées que la fiction présente tant pour la lectrice que pour la rédactrice.

II – Lectures recommandées

  • 36 À commencer par Françoise Mayeur.
  • 37 Le phénomène sera d’ailleurs récusé par celles qui voudront que leurs analyses soient lues en tant (...)

21Pour donner un aperçu rapide des conseils de lectures donnés aux filles, et plutôt que de retracer de manière extensive ce qui a été étudié dans le détail par les historiennes et historiens de l’éducation des filles auxixe siècle36, je prendrai comme point de départ les écrits de celles qui, surtout durant les premières décennies du siècle, produisirent non seulement des traités d’éducation formels mais aussi des ouvrages de fiction destinés aux filles. Les uns et les autres sont d’ailleurs conçus dans un même mouvement, les écrits éducatifs incorporant la matière romanesque et la matière de l’instruction pour aboutir à ce produit pour le moins hybride qui est surtout caractéristique des premiers moments de la littérature d’enfance et de jeunesse duxixe siècle. À mi-chemin entre fiction et traité, ces types d’ouvrage sont d’autant plus intéressants que leurs objectifs sont directement exprimés et leurs principes placés au premier plan de la narration par opposition à la volonté de créativité, à l’enveloppement par la fiction qui se fera de plus en plus dominant37.

  • 38 Paris, Leprieur, 1806.
  • 39 Il se fera de moins en moins fréquent au vu de la glorification de l’instruction domestique qui don (...)
  • 40 On y trouve un abrégé d’histoire grecque et romaine et on y apprend bien des choses sur les castors (...)

22Certains écrits de Sophie de Renneville peuvent être considérés comme représentatifs de ce moment de transition où les lectures commentées sont les lectures proposées. Selon un modèle repris par d’autres, telle Mme Mallès de Beaulieu, ses Lettres d’Octavie, jeune pensionnaire de la Maison de St-Clair, ou Essai sur l’éducation des demoiselles38 font l’éloge des maisons d’éducation39 et se présentent à la fois comme un manuel d’instruction40, un traité d’éducation, et un divertissement romanesque. Sans renier le modèle de l'intellectuelle brillante (Mme de Sévigné, Mme Deshoulières, Mme de Lafayette, Mme du Chastelet sont mentionnées), Renneville veut maintenir la jeune fille ne possédant pas de tels talents dans un univers privé d’imaginaire (hormis le Télémaque de Fénelon). L’aspect brutalement réaliste de la réflexion (pourquoi nourrir ainsi un esprit qui n’est pas destiné à ces errances et expériences puisqu’il doit avant tout vivre dans la dépendance ?) ne signifie pas pour autant que l’ouvrage soit exempt d’épisodes romanesques : « Il se passe, dans notre pension, des choses qui tiendraient leur place dans un roman. » (p. 298) On y trouve en effet des histoires d’enlèvements et de jeunesse débauchée parallèlement à celles de jeunes filles de seize ans épousant pour leur plus grand bien des hommes de vingt ans leurs aînés qui surveillent les lectures de leur si jeune femme. L’auteure a donc soin de maintenir la possibilité de voir s’assouvir certains désirs de fiction. Les principes éducatifs développés nourrissent de telles pratiques d’écriture et constituent la matière d’une lecture qui veut suffire à tous les besoins de la jeune fille, et peut-être aussi à ceux de l’écrivaine.

  • 41 Op. cit.

23La comtesse de Bassanville adoptera également le principe d’une écriture qui joue de ces multiples registres. Après les lettres sur l’éducation qui constituent la première partie de son Éducation des femmes41, l’écrivaine développe les principes qui y sont présentés dans un récit épistolaire intitulé « Les deux sœurs, ou les deux routes ». Elle prend bien garde en conclusion de souligner pour sa lectrice la véracité des faits relatés dans le récit, minimisant ainsi la portée séductrice de la fiction :

Vous me remerciez pour la nouvelle que je vous ai envoyée, mon enfant ; je suis fort aise qu’elle vous ait intéressée ; mais, ce que je désire surtout, c’est qu’elle vous ait donné la preuve de la sagesse de mes leçons quand je vous dis que rien n’est indifférent dans les habitudes des femmes, et que les choses les plus légères en apparence peuvent, en réalité, entraîner les résultats les plus graves ; car ne croyez pas que l’affreuse aventure qui perdit Emma ait été prise dans mon imagination. Hélas ! J’en ai connu la coupable héroïne, (p. 308)

  • 42 Voir les travaux de Martyn Lyons sur l’émergence de nouveaux lectorats au xixe siècle. Voir égaleme (...)

24Ce que la lectrice lit comme une nouvelle doit perdre son statut de fiction et devenir « preuve », comme cette ultime épître tente de l'établir. Si la fiction ainsi intégrée au propos éducatif – qui de fait la recommande – n’a pas à se justifier outre mesure, d’autres problèmes se posent dès lors qu’elle s’émancipe du texte didactique. Le personnage de la lectrice devient alors un sujet constant de réflexion et de représentation42, et la question des lectures à lui recommander (et donc des ouvrages à lui destiner) prend des dimensions importantes. Lectures recommandées, mais pas nécessairement faites dans l’esprit qui les dirige.

25Les sens et expériences de la lecture sont de fait l’un des aspects les plus difficiles à évaluer dans ce domaine et l’on ne peut plus partager les assertions formulées par Paul Hazard sur ce qu’un jeune lectorat est censé attendre de ses lectures :

  • 43 Les Livres, les Enfants et les Hommes, Paris, Hatier, 1967, p. 208-209.

Les filles exigent des livres qui montrent en action les sentiments maternels ; leur sympathie est acquise aux héroïnes qui sont douces aux affligés, charitables aux pauvres, dévouées aux malades ; à celles qui se chargent si vaillamment des soucis journaliers de la maison, pour donner aux êtres aimés non-seulement une sécurité dans la tendresse, mais bien-être, confort matériel, existence heureuse : à la fois Marthe et Marie. Les garçons exigent des livres de bravoure, où les lâches fassent triste figure, où les menteurs soient démasqués et punis, et les vaniteux tournés en dérision ; les histoires des rivalités généreuses, où le meilleur l’emporte ; les aventures et les péripéties qui exaltent l’être humain et multiplient ses forces.43

26Ceci étant, Francis Marcoin rappelle à la prudence ceux et celles qui critiquent la mise en œuvre littéraire de tels principes :

  • 44 « Sans fin la lecture », art. cit., p. 303.

Rien de plus fragile et de plus clair, en apparence, qu’un livre pour enfants de ce xixe siècle si naïf. L’approche purement idéologique se fait d’autant plus tentante que le caractère souvent éducatif de ces ouvrages va de pair avec un renforcement des contraintes éditoriales. D’où une critique essentiellement de dénonciation, prompte à relever tout ce qui témoignerait d’une censure ou d’une ignorance de l’enfance authentique.44

  • 45 « Cosette, Sophie, Alice : Trois petites filles sans éducation », in L’Éducation des filles au temp (...)

27Et Marcoin de nous interroger plus avant : « […] L’enfant lecteur est-il l’esclave des ouvrages didactiques et moralisateurs ? » (p. 304) Nicole Savy souligne l’importance de ces nouvelles relations : « […] Inventer la littérature enfantine et faire lire les petites filles, c’est provoquer des effets de lecture dont les conséquences sont incalculables45. » Les écrivaines en ont conscience et certaines évoquent dans leurs récits des modes de lectures que l’on pourrait dire subversifs, ou tout au moins sélectifs.

  • 46 Paris, Douniol, 1859.

28Julie Gouraud, dans Les Vacances d'Yvonne46, fait à ses lectrices (mères et filles, car la lectrice est femme et femme en devenir) une remarque révélatrice des méandres et limites de la lecture. L’héroïne du roman raconte que certaines de ses amies sautent les passages les plus évidemment moralisateurs des lectures assignées, ce qui suscite les commentaires et recommandations suivants de l’éducatrice :

Certaines petites filles ne craignent pas de déclarer qu’elles passent la morale de tous leurs livres ; mais on ne connaît pas de petite fille qui ne prenne plaisir à s’entendre parler, à être écoutée et à faire le personnage en disant son mot.
C’est donc par la conversation qu’on arrive le plus aisément à faire entrer des idées droites dans de jeunes têtes, (p. 47)

  • 47 « Avant-propos », in Les Usages de l’imprimé, Paris, Fayard, 1987, p. 9.
  • 48 « [...] Avec toutes ces limites et ces ambiguïtés les romans ont constitué pour les femmes des lieu (...)
  • 49 Pauline Guizot, Éducation domestique ou Lettres de famille sur l’éducation, op.cit., p. 14.

29De la lecture individuelle on passe donc, ou l’on retourne plutôt, à une expérience orale, à une littérature, une créativité parlées et partagées. Roger Chartier le rappelle : « Avec la lecture silencieuse une nouvelle relation à l’écrit est instaurée, plus secrète, plus libre, toute intérieure47. » Cette relation active, qui est à associer au processus d’individuation mentionné par Christine Planté48, protège aussi selon Pauline Guizot « du vide et de la langueur de l’âme, si dangereux dans la jeunesse »49 :

C’est un précieux avantage que de trouver hors de nous un intérêt innocent et facile auquel nous puissions recourir dans ces moments où, sans intérêt pour nous-mêmes, nous traînons péniblement le poids de l’existence, et pourrions-nous jeter trop avidement sur la première distraction capable de nous aider à la soutenir. La lecture rétablit l’équilibre entre nos facultés et nos besoins, (p. 14)

30Si une telle conception de la lecture comme acte compensatoire nuance l’idée que l’on peut s’en faire trop exclusivement dans ce contexte comme acte essentiellement formateur, si ce n’est réformateur, elle n’efface pas pour autant le souci que toute lecture génère.

  • 50 Dans Angèle et Claire, ou les Deux Cousines (Rouen, Mégard, 1885) Céline Fallet en présente ainsi l (...)
  • 51 Paris, Casterman, 1859, p. 48.

31De soupape de sécurité la lecture peut devenir foyer d’insurrection, d’échappatoire elle peut se faire échappée libre. Tout écrit est suspect, y compris les plus moraux des romans dits moraux. Ne sont-ils pas de ceux qui, garantis par l’autorité de collections marquées du sceau de l’Église, pénètrent insidieusement dans les maisons les plus soucieuses d’élever leurs filles dans la pureté qui sied aux gens de bien50 ? Il va de soi que sont tout d’abord visés dans les innombrables tirades contre les lectures dangereuses parsemant cette littérature les écrits qui caractérisent un xixe siècle où les lectorats s’élargissent et les méthodes de vente répondent à une volonté de miser sur de nouveaux consommateurs. « Défiez-vous, comme d’un poison, de la nouvelle littérature française, des feuilletons, et de ces tristes publications que l’on donne pour quatre sous », avertit Mathilde Bourdon dans ses Lettres à une jeune fille51. Les conséquences de telles lectures sont sans surprise et serviront de scénario à la mise en fiction de bien des vies de femmes : « […] La jeune fille, la jeune femme, gâtée par les mauvais livres, se desséchera dans l’amertume et l’ennui, ne donnera le bonheur à personne, et peut-être, hélas ! s’égarera dans les voies coupables. » (p. 47) Il en va bien sûr également de la raison d’être de l’écrivaine elle-même, le processus critique ne pouvant qu’être autojustificateur dans un contexte où sont en cause la réputation, la légitimité, la subsistance de la femme qui écrit.

  • 52 Paris, Renduel, 1836.

32Les livres propres (dans les deux sens du terme) à la gent féminine se multiplient suffisamment vite pour qu’une culture s’affirme distincte et n’ait pas à justifier son existence. Si la lecture est dangereuse, il est d’autant plus urgent de recommander ces collections et ces auteures qui sont des valeurs sûres. Dans son Éducation maternelle52, Amable Tastu loue ainsi ses collègues, dont elle conseille les ouvrages aux enfants qui viennent de finir avec elle l’apprentissage de la lecture :

Maintenant que nous lisons couramment, la lecture ne doit plus être pour nous une leçon, mais un amusement, ou un moyen d’apprendre des choses nouvelles. Nous n’en parlerons donc plus ici ; nous nous contenterons de lire pour notre plaisir : Berquin ; les jolis contes de Mme Laure Bernard ou de Mme Alida de Savignac ; quelques-uns de miss Edgeworth, ou les petits livres couleurs de rose que madame Élise Voïart a imités de l’allemand.
Nous ne sommes pas encore assez raisonnables pour goûter les ouvrages de M™ Guizot ; nous les retrouverons plus tard, ainsi que ceux de Mle Ulliac. (p. 48)

33Dès les premières décennies du siècle, un corpus important de textes spécifiquement destinés aux filles et aux jeunes filles se constitue donc. Les structures matérielles qui le soutiennent et qu'il soutient sont en place et vont se renforcer. Le champ littéraire s’offrant alors aux femmes est tout à la fois restreint et vaste, fait de contraintes et d’expérimentations en tous genres. Il faut en préciser les composantes, en dessiner les variations, en saisir les tensions, voire les contradictions. Il suffit de s’attacher à ces récits qui font vagabonder les petites filles et leurs aînées de par le monde pour nuancer la vision de ce qui a parfois été présenté comme une littérature dont le seul but serait de domestiquer la femme. Les relations des écrivaines à leurs récits et aux lectrices sont loin d’être aussi simples. Suivons-en les cheminements.

Notes

1 Francis Marcoin, À l’école de la littérature, Paris, Éditions ouvrières, 1992, p. 83.

2 « Si [la littérature d’enfance] a pu cesser d’être moralisante, elle n’a pas cessé d'être instrumentale, de s’occuper attentivement des aspects éthiques de l’éducation, puisque le refus des réalités de l’enfance entraînerait la négation de sa propre raison d’être, ou celle de son public. Devant cet état de fait incontournable, il ne nous reste donc que la possibilité d’assumer la littérature d’enfance comme un “art impur” et, avec l’aide de méthodes d'études interdisciplinaires, d’essayer de comprendre sa condition d’un objet particulier qui se définit par rapport à son public » (Edmir Perrotti, « Les échos de la “querelle” : Littérature d’enfance, critique, éthique et esthétique », in Jean Perrot (sous la dir. de), Culture, Texte et Jeune Lecteur, Nancy, Presses Universitaires de Nancy, 1993, p. 60).

3 Dans ce sens elle participe du dialogue entre histoire et critique littéraire, dans un domaine de recherche qui donne lieu à des réflexions théoriques diverses et novatrices. Voir par exemple celle qui s’apparente à la sémiotique de la culture et dont se réclame Zohar Shavit dans « Manifeste : Pour une poétique de la littérature de jeunesse » (in Culture, Texte et Jeune Lecteur, op. cit.). Dans le même ouvrage, Mariella Colin fait un autre choix critique qui se rapproche sans doute plus du mien : « Si l’on veut défendre la dignité et l’intérêt de la littérature d’enfance et de jeunesse en la différenciant du vaste domaine sémiotique des communications écrites pour la rapprocher de la littérature proprement dite, il faut [...] en fonder la spécificité en la rattachant à la théorie des genres littéraires » (« Du fantastique en tant que genre littéraire pour les enfants en Italie », p. 43).

4 « La mère-éducatrice est une des figures clefs de ce xixe siècle. Elle nous transmettra d’ailleurs son héritage. Confinées dans la sphère étroite enfants-maison-famille, rejetées de la vie publique, les femmes se précipitèrent avec avidité sur l’unique pouvoir qui n’ait pas été, en cette période d’arrivisme, d’escalade et d’hégémonie, monopolisé par l’homme : l'éducation des enfants. Elles en deviendront les penseuses et les moralistes. Elles écrivent non seulement sur les enfants mais encore pour les enfants » (Flamand-Paparatti, Bien-pensantes, cocottes et bas-bleus : La femme bourgeoise à travers la presse féminine et familiale (1873-1887), Paris, Denoël, 1984, p. 68).

5 Peu d’éléments biographiques sont disponibles au sujet de la plupart de ces auteures, malgré les travaux de plus en plus nombreux qui enrichissent notre connaissance de l’histoire des femmes, et plus particulièrement celle de leur histoire littéraire (outre l’essai de Christine Planté mentionné, voir parmi d’autres travaux les études d’ensemble récemment parues en Angleterre et aux Etats-Unis : Women’s Writing in Nineteenth-Century France d’Alison Finch, French Women’s Writing 1848-1994 de Diana Holmes, A History of Women’s Writing in France édité par Sonya Stephens dont le chapitre sur le xixe siècle est écrit par Rosemary Lloyd, cette dernière étant également la coéditrice avec Brian Nelson de Women Seeking Expression : France 1789-1914. Mentionnons finalement l’étude que Rachel Sauvé consacre à un aspect crucial de cette production littéraire, les préfaces : De l’éloge à l’exclusion : les femmes auteurs et leurs préfaciers au xixe siècle). Un appendice situé en fin d’ouvrage contient des notes historiques et bibliographiques succinctes sur les écrivaines citées. Une base de données électronique sur l’ensemble des écrits du xixe siècle consacrés par les femmes à l’enfance est en cours d’élaboration.

6 Si les femmes usent de pseudonymes masculins par souci – ou pour jouer – de conventions morales et littéraires (voir à ce sujet Roger Bellet, « Masculin et féminin dans les pseudonymes des femmes de lettres au XIXe siècle », in Femmes de lettres au xixe siècle : Autour de Louise Colet, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 1982), des hommes engagés dans la production d’ouvrages pour enfants usent de pseudonymes féminins ou masculins selon le lectorat concerné. C’est le cas de l'extraordinairement prolifique Just-Jean-Etienne Roy (voir 4'partie, chapitre 2).

7 Le statut de la fiction dans ces types d’écrits mérite une analyse à part entière. Bien que leur dimension littéraire soit souvent moins sensible, connaissance et poésie s’y allient parfois avec bonheur. Francis Marcoin fait ainsi une très belle lecture des Métamorphoses d’une goutte d’eau de Zulma Carraud (Paris, Hachette, 1864), montrant que le propos didactique n’exclut ni la méditation philosophique, ni le rêve poétique (« Sans fin la lecture », in Culture, Texte et Jeune Lecteur, op.cit.).

8 C’est d’ailleurs le découpage périodique que choisissent de privilégier certains critiques. Voir par exemple La Littérature enfantine en France dans la seconde moitié du xixe siècle (Paris, PUF, 1923), où Marie-Thérèse Latzarus, après avoir présenté l’influence de Rousseau sur Genlis, Berquin et Bouilly, identifie les années 1840-1860 comme celles des « livres édifiants : livres ennuyeux », et voit en la période 18601900 l’apogée du genre. C’est sans doute faire trop peu de cas de la première moitié du siècle et de carrières qui défient une telle périodisation.

9 « Au fil du xixe siècle, la coloration religieuse du rôle féminin ira croissant, parallèlement au développement du culte marial qui trouvera sa consécration lors de la proclamation du dogme de l’immaculée Conception, en 1854. D’autre part, la morale semblera se figer, et les stéréotypes tournant autour du modèle maternel acquérir une sorte d’“immutabilité”. Entre 1750 et 1830 c’est leur mise en place qui s’observe » (Isabelle Havelange, « La littérature destinée aux demoiselles », in Isabelle Havelange et Ségolène Le Men (sous la dir. de), Le Magasin des enfants. La Littérature pour la jeunesse, 1750-1830, Montreuil, 1988, p. 37). Voir aussi les réflexions de Christine Planté sur la « continuité des regards portés sur les femmes écrivains » (La Petite Sœur de Balzac, Paris, Seuil, 1989, p. 47).

10 « C’est à ce moment-là que se précise la silhouette classique de l'écrivain pour enfants : c’est une dame d’un certain âge, vieille fille de préférence. Elle est noble ou aurait voulu l’être. Sa famille, qui lui a donné une excellente éducation, a subi des revers. La pauvreté – une pauvreté digne – une intense solitude morale, la nostalgie d’une famille l’ont orientée vers cette branche de la littérature où l’on paie mal les auteurs, mais où l’on peut garder l’illusion d’accomplir un vague apostolat.
Que dire de Mlle Gouraud, de Victorine Monniot, de Zénaïde Fleuriot ? Elles furent de leur temps et, en conscience, personne ne devrait sérieusement le leur reprocher. [...] Quand on étudie leur abondante production, on trouve que le manque d’art (ficelles grossières, schématisme des caractères, etc.), correspond aussi à un manque de cœur, à une volonté d’ignorer les vrais problèmes, à une sensiblerie à fleur de larmes qui n’a que de lointains rapports avec la générosité » (Guide de la littérature enfantine, Paris, Flammarion, 1959, p. 23).

11 Pour une présentation érudite du monde de l’édition au xixe siècle, voir l’ensemble des études rassemblées par Roger Chartier et Henri-Jean Martin dans l'Histoire de l’édition française, tome 3 : Le Temps des éditeurs, Paris, Fayard, 1985. Voir également les travaux de Jean-Yves Mollier, dont L’Argent et les Lettres. Histoire du capitalisme d’édition. 1880-1891, Paris, Fayard, 1988 et Louis Hachette, Paris, Fayard, 1999.

12 « [...] L’évolution des écrits pour l’enfance a suivi celle des mentalité et de la société. Amorcée avec Fénelon (1651-1715), déjà perceptible chez Mme Leprince de Beaumont (1711-1780), elle s’achève avec Berquin, à la veille de la Révolution : l’univers de la féerie et de la chevalerie, qui fut celui du jeune âge, après Perrault et au temps de la Bibliothèque bleue, cède la place au monde de la réalité, qui est celui des Lumières et de la bourgeoisie triomphante. Tout est en place : il ne manque plus qu’un marché qui assure à la littérature de jeunesse les assises économiques de son “âge d’or” » (Jean Glénisson, « Le livre pour la jeunesse », in Histoire de l’édition française, tome 3, op. cit., p. 461).

13 « Il est significatif que l’avènement de la littérature de jeunesse, à la fin du xviie siècle, corresponde, non seulement à l’épanouissement du sentiment de l’enfance, mais aussi à des manifestations engagées des femmes de Lettres de l’époque : il appartient, en effet, à Mlle Lhéritier, nièce de Charles Perrault, mais auteur moins connu du conte Ricdin Ricdon et des Contes Anglois, de composer le poème Le Parnasse reconnaissant ou le Triomphe de Madame Deshoulières, hymne adressé, après sa mort en 1694, à la gloire d’une femme, Madame Deshoulières, dont les idylles champêtres connurent un grand succès au xviiie siècle » (Jean Perrot, « L’attrait de l’origine », in Véronique Hadengue et Jean Perrot (éd.), Écriture féminine et littérature de jeunesse, Paris, Institut Charles Perrault, éditions La Nacelle, 1995, p. 85). Voir également, parmi d’au très études, l’ouvrage que Jean Mainil consacre à la virtuose du conte que fut M™ d’Aulnoy.

14 Citons parmi d’autres la comtesse Ruault de la Haye, Mme Mallès de Beaulieu, Sophie de Renneville, la comtesse de Flesselles, la comtesse de Courval.

15 « Entre 1750 et 1830, la littérature de jeunesse, qui commence à se constituer, a ceci de particulier dans le cas des filles qu'elle encourage pour la première fois l’élaboration d’une bibliothèque féminine. [...] Leur production quintuple entre 1750 et 1830 » (Isabelle Havelange, « La littérature destinée aux demoiselles, 1750-1830 », in Le Magasin des enfants. La littérature pour la jeunesse, 1750-1830, op. cit., p. 24).

16 Blanchard, Eymery, Masson, Leprieur, Genets jeune, Dabo jeune, Brianchon, Pigoureau, Denn parmi d’autres.

17 Voir l’article d’Isabelle Havelange, « Les auteurs pionniers », in Le Magasin des enfants. La littérature pour la jeunesse, 1750-1830, op. cit.

18 Voir la « Bibliothèque des enfants » et la « Bibliothèque d’éducation » chez Didier.

19 Ces femmes écrivent aussi souvent pour des journaux – autre phénomène éditorial important du xixe siècle dont il ne peut être ici question.

20 Michel Manson, « Continuités et ruptures dans l’édition du livre pour la jeunesse à Rouen de 1700 à 1900 », in Jean Glénisson et Ségolène Le Men (éd.), Le Livre d’enfance et de jeunesse en France, Bordeaux, Société des Bibliophiles de Guyenne, 1994, p. 124.

21 Outre la comtesse de Ségur et Zénaïde Fleuriot, mentionnons Mmes Cazin, Colomb, Nanteuil, Chabrier Rieder, Du Planty, Martignat, etc.

22 « [...] Ce groupe diffère profondément de la cohorte des auteurs catholiques de la précédente génération parmi lesquels les dames d’œuvres étaient nombreuses. Les femmes sont en minorité chez les auteurs “laïques”. Peut-être parce que l’on fait appel à des “professionnels” : professeurs d’université, chimistes, astronomes, naturalistes » (J. Glénisson, in « Le livre pour la jeunesse », art. cit., p. 47b)·

23 In Francis Fleuriot-Kerinou, Zénaïde Fleuriot : Sa vie, ses œuvres, sa correspondance, Paris, Hachette, 1897, p. 71.

24 Jean-Noël Luc examine l'un des champs d'action majeurs de cette actualisation personnelle et collective dans L’Invention du jeune enfant au xixe siècle : De la salle d’asile à l’école maternelle, Paris, Belin, 1997. Voir en particulier le chapitre intitulé « De la vocation personnelle à l'ambition féminine ».

25 Histoire de la presse féminine en France, des origines à 1848, Paris, Armand Colin, 1966, p. 174.

26 Paris, Janet, s. d. ; Bernard publie dans les années 1830.

27 Paris, Douniol, 1861.

28 Laure Bernard, Esquisses morales, op. cit., p. xv.

29 Paris, Maillet, 1861.

30 Je renvoie ici à l’article de Jean-Yves Mollier, « Éditer la comtesse de Ségur ou les ruses de la raison policière », in Cahiers Robinsons : La comtesse de Ségur et ses alentours, Arras, Artois Presses université, 2001.

31 Paris, Didier, 1837.

32 Ulliac Trémadeur, Souvenirs d’une vieille femme, op. cit., vol. 2, p. 257.

33 Le Robinson français ou le Petit Naufragé, Paris, Eymery, 1827, p. 9.

34 « Pauvres femmes que nous sommes ! », s’exclame Ulliac Trémadeure, « les deux seules carrières qui nous soient ouvertes, l’enseignement et la littérature, sont pour nous hérissées de mille épines » (Souvenirs d’une vieille femme, op. cit., p. 164).

35 Paris, Vimont, 1832. Voir le chapitre 3 de la 3'partie pour une analyse plus détaillée de cet ouvrage.

36 À commencer par Françoise Mayeur.

37 Le phénomène sera d’ailleurs récusé par celles qui voudront que leurs analyses soient lues en tant que telles, y compris dans leurs relations à la fiction. Pauline Guizot écrit ainsi dans la préface de son Éducation domestique (Paris, Didier, 1826) : « Je prends la précaution d’annoncer que je n’ai voulu donner ici ni un roman sur l’éducation, ni un système d’éducation » (p. V). Le roman aurait selon elle « l’inconvénient d’attacher la démonstration des principes à des situations factices » (p. VI). Lorsqu’elle écrit pour les enfants, Pauline Guizot privilégie d’ailleurs le conte (voir 3e partie, chapitre 2).

38 Paris, Leprieur, 1806.

39 Il se fera de moins en moins fréquent au vu de la glorification de l’instruction domestique qui donne – de manière significative – un rôle privilégié à la mère institutrice (voir 4e partie, chapitre 2).

40 On y trouve un abrégé d’histoire grecque et romaine et on y apprend bien des choses sur les castors, les baleines, les chameaux, les arbres, les montagnes, etc.

41 Op. cit.

42 Voir les travaux de Martyn Lyons sur l’émergence de nouveaux lectorats au xixe siècle. Voir également In the Public Eye : A History of Reading in Modern France, 1800-1940 (Princeton University Press, 1991) où James Smith Allen examine la lecture dans ses représentations picturales et littéraires.

43 Les Livres, les Enfants et les Hommes, Paris, Hatier, 1967, p. 208-209.

44 « Sans fin la lecture », art. cit., p. 303.

45 « Cosette, Sophie, Alice : Trois petites filles sans éducation », in L’Éducation des filles au temps de George Sand, Arras, Artois Presses université, 1998, p. 237.

46 Paris, Douniol, 1859.

47 « Avant-propos », in Les Usages de l’imprimé, Paris, Fayard, 1987, p. 9.

48 « [...] Avec toutes ces limites et ces ambiguïtés les romans ont constitué pour les femmes des lieux d'individuation, parfois les seuls possibles » (op. cit., p. 76).

49 Pauline Guizot, Éducation domestique ou Lettres de famille sur l’éducation, op.cit., p. 14.

50 Dans Angèle et Claire, ou les Deux Cousines (Rouen, Mégard, 1885) Céline Fallet en présente ainsi les dangers :
L’une et l’autre croyaient pouvoir permettre la lecture de ces romans prétendus moraux, parce qu’au dénouement le vice reçoit le châtiment qu’il mérite et qu’on n’y rencontre d’ailleurs aucune expression qui puisse blesser une oreille délicate. La gouvernante avait même persuadé à Mme Lucien que cet amour de la lecture, devenu bientôt chez Angèle une véritable passion, développerait son intelligence, ornerait son esprit, rendrait son style plus facile, sa conversation plus brillante, et l’initierait avec fruit à la connaissance du monde dans lequel, un jour, elle serait appelée à vivre, (p. 36-37)
Se comportant comme une héroïne de roman, ignorant ce qui gouverne les réelles conditions de son existence, à savoir ce que vaut une jeune fille selon son milieu, Angèle « ignorait que tout est coté comme marchandise » (63). Elle causera la ruine de la famille, mais sera réhabilitée par le travail. Angèle donne la leçon finale : « Le bonheur n'est pas sur la route du plaisir ; enfants, cherchez-le dans le sentier du devoir » (p. 160). Le devoir de certaines lectures et de certaines écritures, bien entendu.

51 Paris, Casterman, 1859, p. 48.

52 Paris, Renduel, 1836.

Table des illustrations

Légende Figure 1 – Sable-Plage, J. Malassez
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/6860/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 504k

© Presses universitaires de Lyon, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search