Version classiqueVersion mobile

La Ville des expiations

 | 
Pierre-Simon Ballanche

Présentation

Pierre Michel

Texte intégral

« Si quelqu’un (…) entreprend la publication complète des ouvrages de ce grand esprit trop peu connu, il élèvera à la gloire de la ville de Lyon le plus beau monument littéraire qu’on puisse lui dresser. »

1Le lecteur moderne n’aura peut-être pas l’enthousiasme de Victor de Laprade (Bibliothèque municipale de Lyon, ms), ni le chercheur d’aujourd’hui « l’argent et la santé » que n’eut point ce disciple de Ballanche pour affronter pareille entreprise, dans la sylve des manuscrits de l’auteur de la Palingénésie sociale recueillis à la Bibliothèque Municipale de Lyon. Du moins, un monument, et non des moindres, peut-il y être visité, une architecture à la Ledoux reprise par la nature et par l’oubli, cette Ville des Expiations dont le créateur ne publia que des vues partielles, et qui n’eut de destinée posthume que dans une édition confidentielle, suivie d’une autre mutilée.

2Là fut pourtant le grand dessein du « chantre », comme on disait, d’Antigone et d’Orphée, du « doux Ballanche », comme on l’a trop paresseusement défini. Etrange douceur, en effet, que de vouloir régénérer le monde à partir de l’enfermement, fût-il mythique ! Voici que pour notre temps préoccupé de l’origine philosophique des goulags, cette construction, « inachevée comme œuvre d’art », selon Laprade, mais « complète comme expression des idées de l’auteur », retrouve un singulier relief. Et aussi son créateur, humble artisan et orgueilleux prophète de la « ténébreuse et profonde unité » du Romantisme. Dans l’ombre religieuse de l’Abbaye-aux-Bois, dont il fut, nous dit Sainte-Beuve, « l’homme le plus avancé », auprès de Juliette Récamier dont il fut le patito transi et le fidèle ami, auprès de René qui mieux que lui chanta le Génie du christianisme, Ballanche est aussi partout dans le siècle, quelque part entre Herder, Charles Bonnet et les saint-simoniens sur ce globe à régénérer, « au bord de l’infini » avec le Hugo de la Bouche d’Ombre, entraîné par l’anarchiste Coeurderoy au milieu des hordes de la révolution par les Cosaques, cité à contresens par George Sand qui écrit à l’un de ses correspondants que « l’initiateur tue l’initié » (ce qui est évidemment absurde), alors que Ballanche a voulu pour l’humanité la fin de son initiation sanglante à elle-même. Ou encore derrière les bitumes de la peinture lyonnaise, raillée par Baudelaire, mais qui elle aussi connaît un regain de faveur. On n’en finirait pas, au petit jeu des influences…

3« Ennuyeux comme un livre de M. Ballanche ». Un personnage de Balzac a prononcé le mot. Cruel, et juste, mais à condition d’éprouver quelque goût pour cet ennui pervers qui confine à la rêverie, à l’égard de ce faiseur de livres perpétuellement recommencés, entre l’ébauche et l’encyclopédie, marqués jusque dans le souci maniaque du papier, de son format, de ses réglures, par les gestes de la copie, par l’éternel ressassement d’une rature et d’une reprise, par l’inlassable recherche du trait d’union. « Je n’hésite pas à me répéter »…, « Je l’ai déjà dit ailleurs »… Nul peut-être plus que Ballanche n’est attentif au développement, aux inaccomplissements de sa pensée dans le temps, nul plus scrupuleux à souligner ses propres contradictions, ou son changement, et à en conserver la trace. On le verra ici de reste. C’est que seul Dieu peut tout penser, à tous les plans, uno intuitu. C’est que l’homme est dans l’Histoire, une Histoire singulièrement accélérée par les révolutions.

4A l’origine, pour Ballanche, Lyon et la Terreur, étrange mal d’aurore :

« Le XVIIIe touchait à son déclin (…). Je ne sais quelle aurore semblait poindre vers les plus lointains horizons (…). La génération nouvelle qui commençait avec moi n’avait que de riches espérances ; elles devaient sitôt s’éteindre dans le sang. »

5Réalité, et rêves aussitôt, « de crimes et de ruines ». L’Histoire n’est qu’écroulement de « constructions cyclopéennes » (B.M. de Lyon, inédit), la littérature renoue avec Babel. Les premières inspirations poétiques de Ballanche lui font imaginer une épopée des ruines. Non pas celles de l’Orient de Volney. Celles qu’a laissées le siège de Lyon, rayée de la carte par la Convention, et que, quinze siècles plus tard, viendrait visiter un Américain à la recherche des origines sociales. Epopée détruite par son auteur, ruinée avant d’avoir vu le jour. Toute page de Ballanche est ainsi ruine potentielle, et aspiration au monument. Imprimeur bientôt ruiné par ses coûteuses fantaisies, Ballanche se délecte à composer et recomposer des bribes de son œuvre à venir ; il nous en reste quelques sentences sibyllines, admirablement cadencées sur grand papier, ou des pans de chapitres sur de maigres feuillets in-18 transpercés par les têtes de clous. Inversement, tout fragment de Ballanche est, figuralement, œuvre complète :

« Le pas d’une fourmi pèse sur l’univers. »

6Prolégomènes ou Post-scriptum, tout a vocation à la fois à s’insérer entre deux pierres de l’édifice, bâti ou à bâtir, et à s’offrir à la transmigration de l’œuvre entière, qui en ressortira constellation nouvelle et toujours la même. Etre Pythagore ou rien. Le résultat ? Un terrain vague pathétique, une galaxie désolée.

« La Ville des Expiations se bâtit pour remplacer tant de ruines », écrit Ballanche à Madame d’Hautefeuille, le 18 avril 1834. Celles de l’œuvre, qu’elle reprend à la base, ou couronne, ou englobe. Celles du siècle, qui veut anticiper l’histoire idéale, et court de catastrophe en apocalypse :

« Ne voyez-vous pas un monde qui s’en va ? (…). Cahos (sic) encore ! cahos de bien des années (…). N’entends-tu pas ces canons qui grondent dans le sein de la capitale du monde ? Paris, à son tour, veut se saisir de la dictature.

C’est trop tôt, c’est trop tôt (…).

Comment point de repos ! Pas un instant pour s’occuper de bonheur et de vertu !

Varsovie.

Deux fois les événements de Lyon (…).

Question d’Orient. Par qui sera-t-elle tranchée ?

Est-ce un renouvellement ? est-ce une fin ? qui creusera le lit où doit couler la démocratie à torrens ? » (Pressentiments, B.M. Lyon, inédit).

7A l’agonie des sociétés, à la mise-à-mort de l’individu par la société, qui pourrait assurer son devoir de conservation autrement que par l’entremise du bourreau louangé par Joseph de Maistre, à la violence qui pousse les attardés du mouvement social à une révolte impie, opposons la violence de la civilisation, la violence de la charité. Le plaidoyer contre la peine de mort, contemporain autant qu’on en puisse juger en l’absence de toute datation précise des manuscrits (Ballanche ne cesse de répéter que la Ville est « toute faite » depuis longtemps, mais cela ne veut pas dire qu’elle soit — tout ou partie — écrite), du bouleversement qui chez Hugo aboutit au Dernier jour d’un condamné, se mue en une curieuse utopie. Cité mystique et préfecture louis-philipparde, la Ville doit répondre à la crise de Juillet. Ozanam, un autre lyonnais, regrettera que la mort de Ballanche l’ait empêché de consoler de ses angoisses la France de Février, et de parfaire son initiation sociale.

8A la cité réelle, Ballanche reproche de se constituer en système d’exclusion et de répression :

« Retranchons-nous dans les catégories, dans les natures diverses, nous serons bien à notre aise pour expliquer, pour justifier, pour légaliser enfin les choses ignobles de l’ordre social. »

9Lacenaire, Vautrin ou Fantine fonderaient en raison Monsieur de Paris, le bagne de Toulon, ou l’Hôpital général ! Contre tout retranchement, il faut à Ballanche — paradoxe — une clôture. Pour admettre tous les hommes aux destinées générales de l’humanité, une arriération, imposée à la « race de Caïn », volontaire pour « la race d’Adam », qui, au terme de l’épreuve, se réuniront dans l’homme cosmogonique. Un petit canton de France régénérera l’univers. Depuis un pont sur la Saône, Hébal, double prophétique et anagramme incomplet de Ballanche, se perd dans la contemplation des sphères célestes. Lyonnais, catholique mais peu « orthodoxe » malgré ce qu’en écrit Laprade, conservateur mais l’un des rares à intégrer la Révolution à son système autrement que pour la condamner, Ballanche imagine une Chartreuse mâtinée d’usine et de prison-modèle, où l’on chercherait vainement — ou il y faudrait quelque méchanceté — l’image de sa ville natale, le pisé excepté, dont il la bâtit. Et n’oublions pas que pour lui, ce n’est point là « une vaine utopie », mais un projet qui vaut chose faite, au point qu’il a songé à s’attacher les services d’un architecte. Il va y réunir ce que l’histoire a séparé, ce dont le dogme explique la séparation et annonce la réunion. Aux exclus de la civilisation, devenus « reclus » puis, corrige Ballanche, « néophytes », il veut faire parcourir un cursus d’épreuves qui les mène des rigueurs de la solidarité antique à la douceur de la civilisation chrétienne et qui, les séparant de la sphère politique pour les placer sous le joug d’une règle contraignante, vise leur réintégration à la Cité. Ainsi le canut, ce « nouveau barbare », comme l’a baptisé en décembre 1831 le Journal des Débats, rejoindra-t-il le nouvel Adam, pour émigrer, après la régénération du monde moral et de la planète elle-même, vers d’autres nébuleuses, pour de plus vastes destinées.

10Au malheur individuel sont appliqués dans la Ville les mêmes remèdes qu’au mal social. Polignac, Lamennais, ou les saint-simoniens, fauteurs, a-t-on trop souvent répété à tort, des événements de Lyon, y subiront la même expiation que les fades créatures romanesques dont Ballanche a peuplé sa colonie pénitentiaire, enfants trouvés, pères terribles ou indignes sur qui il fixe une indiscutable phobie de la sexualité, l’une sans doute des raisons obscures de sa théorie de l’expiation, ou encore, au moment où le texte se perd dans l’inachèvement, cet officiant anonyme en qui son créateur revit de façon triomphale et coupable le douloureux épisode de ses fiançailles manquées. La profusion des clichés sentimentaux et la mollesse du trait éteignent ici les éclairs d’une imagination singulièrement délirante, et non moins singulièrement inhibée. Ailleurs, Ballanche se montre plus à l’aise dans la fantaisie typographique que dans la rêverie topographique. Sa Cité mystique n’est guère que le décalque appuyé et durci (même si Ballanche refuse toute comparaison) de l’architecture carcérale contemporaine, sous le regard des étoiles qui percent la voûte d’un sanctuaire ésotérique démarqué platement des constructions du Séthos de l’abbé Terrasson.

11Lieu — camp ? — de concentration, où l’individu soumis à une surveillance de tous les instants ne peut « s’appuyer que sur soi-même », mais se voit dépossédé de son identité par la fragmentation et la transparence de l’univers carcéral, la Ville est aussi le lieu de la dispersion. Germe de la « civilisation progressive », cette Jérusalem terrestre et céleste à la fois pourrait bien devenir une nouvelle Babylone. Ville de la dissolution peut-être un jour, livre à jamais défait. Disparate des références et dérives du texte, du discursif au lapidaire, de la théorie à la sensiblerie, de la polémique à l’élévation, de la somme théologique au manuel réglementaire. S’il y a, et pourquoi pas ? chez Ballanche une esthétique du fragment, — au-delà du fragment d’Esthétique que propose de façon inattendue l’enseignement de l’hiérophante que Ballanche lui-même remplacera, pour qui sait lire entre les lignes, aux dernières pages du livre, après une significative lacune où s’inscrit en creux la mort du Père —, s’il y a donc une construction de la ruine textuelle qui signale et compense le désert d’une vie, on se trouvera justifié d’avoir sauvé du désastre, à la suite de la Ville des Expiations, et à l’exemple de ses premiers éditeurs, le Dernier épilogue dont l’auteur voulait sommer son Œuvre complet, et surtout cette Seconde Elégie, qu’on disait sinon disparue, du moins à peine ébauchée, et dont les manuscrits de Lyon contiennent, éparpillés dans divers dossiers, les éléments d’une version presque achevée.

12Témoignages de lucidité prophétique et d’aspiration à la totalité d’une œuvre et d’une vision, mais aussi emblèmes d’une pensée perpétuellement foisonnante et redondante, ultimes portiques de ces Carceri d’invenzione d’un Piranèse entravé, ciels brouillés de la mélancolie et de l’idéologie, reflets peut-être des nuées de Myrelingues la Brumeuse.

© Presses universitaires de Lyon, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search