Version classiqueVersion mobile

Lectures de Consuelo - La Comtesse de Rudolstadt de George Sand

 | 
Michèle Hecquet
, 
Christine Planté

Sand et les autres

Les alliés des Invisibles : Consuelo – La Comtesse de Rudolstadt et ses lecteurs en Allemagne

Kerstin Wiedemann

Texte intégral

  • 1 Allusion, bien entendu, à Wilhelm Meister, de Goethe (N.D.L.R.). Alain cité d’après Léon Cellier e (...)

1Consuelo [...] c’est notre Meister1. » Ce constat pique la curiosité si on s’intéresse à l’accueil de ce roman sandien majeur en Allemagne. Or, il faut admettre que le rapprochement de ces deux chefs-d’œuvre, qui apparaît si pertinent aujourd’hui, séduisit bien peu les lecteurs à l’époque, du moins d’après les sources dont nous disposons. Même le public féminin ne semble pas poursuivre la piste du roman de formation, contrairement d’ailleurs à ce qui se passe dans d’autres pays, l’Angleterre notamment, où Geraldine Jewsbury et Elizabeth Barret Browning par exemple s’inspirent de l’œuvre.

  • 2 Traductions : George Sand, Consuelo, Deutsch von G. [ustav] Julius. Leipzig, Otto Wigand, 1843 ; G (...)

2Mais Consuelo – La Comtesse de Rudolstadt est loin de passer inaperçu : au début des années 1840, George Sand est au faîte de son succès en Allemagne, l’œuvre est immédiatement traduite – intégralement – dans deux versions différentes qui se suivent de peu. Parallèlement, elle est diffusée sous forme d’éditions en langue française, contrefaçons le plus souvent imprimées à Bruxelles pour des maisons d’éditions allemandes, qui sont généralement basées à Leipzig2.

  • 3 Robert Eduard Prutz, « Über die Unterhaltungsliteratur, insbesondere der Deutschen (1847) », dans (...)

3La commercialisation simultanée de deux traductions différentes ne représente pas un fait exceptionnel à l’époque. Le marché du livre en plein essor en Allemagne est gourmand, et les éditeurs doivent satisfaire une grande demande de « littérature de divertissement » (Unterhaltungsliteratur), tâche d’autant plus difficile que la production autochtone dans ce domaine s’avère insuffisante. Puiser dans le fond littéraire étranger devient donc la règle et la France – George Sand en particulier – non seulement présente une source intarissable, mais constitue, aux yeux de certains, un modèle de diversité : « Ni Voltaire, l’hôte des rois » – écrit par exemple le critique Robert Eduard Prutz, non sans reproche envers les auteurs allemands – « ni Rousseau, le misanthrope, ni Diderot, le philosophe, en descendant (ou en montant ? !) jusqu’à Georges [sic] Sand, le plus grand poète du présent, ne pensait s’avilir en écrivant pour le plaisir du public3. »

  • 4 Il s’agit de la collection Das belletristische Ausland lancée par l’éditeur Franckh à Stuttgart. P (...)
  • 5 Voir par exemple l’article « Consuelo, ein Roman von George Sand », Konigsberger Literatur-Blatt, (...)
  • 6 Lettre d’Annette von Droste-Hülshoff à Élise Rüdiger de janvier 1845, citée d’après Annette von Dr (...)
  • 7 Heinrich Laube, George Sands Frauenbilder, Brüssel, 1845, p. 156.

4Il faut croire que face à ce constat de pauvreté de l’offre littéraire allemande, le roman Consuelo - La Comtesse de Rudolstadt, aux vraies dimensions d’épopée, paraît bien venu puisque l’une des deux traductions mentionnées alimente une collection littéraire grand public4. L’œuvre attire d’abord par son côté romanesque, le cadre italien fait rêver, et les lecteurs apprécient essentiellement le sujet musical. Cependant, à mesure que la musique laisse la place à l’aventure, que l’Italie le cède au décor nordique et prussien, les commentaires se font plus maussades5. À l’image du découpage du récit en deux parties – Consuelo et La Comtesse de Rudolstadt – on pourrait dire que la réception se fait à deux vitesses. Aux louanges accordées au premier mouvement succède le désaveu du deuxième. La plupart des lecteurs sont surtout agacés par le tour mystérieux que prend le roman avec l’irruption des Invisibles, « cette race d’animaux impossibles », comme Annette von Droste-Hülshoff, femme poète issue de la noblesse westphalienne catholique, appelle ces francs-maçons6. Comme elle, le gros des lecteurs ne pardonne pas au roman de s’ouvrir à la philosophie sociale de Pierre Leroux et de verser dans la « doctrine », pour utiliser un terme de l’époque7.

5Là où l’enthousiasme de la majorité se refroidit, une minorité persévère cependant. Le monde énigmatique, souterrain du comte d’Albert de Rudolstadt et des Invisibles déploie un attrait et une signification particuliers pour qui veut les voir. Consuelo - La Comtesse de Rudolstadt connaît non seulement une réception à deux vitesses, mais, au point de vue sociologique, un double lectorat : d’un côté un public qui cherche surtout à être diverti, de l’autre un groupe d’individus issus des milieux de l’opposition républicaine naissante qui fouillent l’œuvre à la recherche d’un message de révolte. Cette étude propose de retracer la lecture du roman pratiquée dans ces milieux oppositionnels où on essaie de filtrer l’essence d’une pensée subversive qui se déploie autour du personnage d’Albert de Rudolstadt et de la métaphore de l’hérésie. On verra par la suite que cette approche politique, qui s’inscrit dans le cadre de lectures radicales de l’œuvre sandienne à laquelle Spiridion avait ouvert la voie, nourrit auprès de ces lecteurs avertis l’espoir que l’évolution philosophique et politique en France et en Allemagne suit le même cours et qu’une alliance intellectuelle des forces de l’avant-garde, à l’image des Invisibles, pourrait préparer la république d’un commun effort.

  • 8 Sur l’origine et l’évolution de la gauche hégélienne, voir Lucien Calvié, Le Renard et les Raisins (...)
  • 9 Bien qu’une grande partie des romans fût traduite par le traducteur professionnel Ludwig Meyer, de (...)

6Le groupe de lecteurs dont il sera question par la suite est connu sous l’appellation de « gauche hégélienne », mouvance formée à la mort de Hegel, poussant la pensée de celui-ci peu à peu vers une philosophie de la révolution. Les Hallische Jahrbücher (Annales de Halle), éditées par Arnold Ruge, qui fut un des principaux représentants de cette école de 1838 jusqu’à leur suppression en juin 1841, leur servaient de support. Mis au ban en Prusse, Ruge s’installa à Dresde et y lança les Deutsche Jahrbücher für Wissenschaft und Kunst (Annales allemandes pour la science et les arts), publiées de 1841 à 1842 avant d’être supprimées à leur tour par la censure saxonne. La pression sur la gauche hégélienne augmentant, des tensions naquirent au sein de l’école qui finit par éclater en groupuscules, ancrés pour une part à Berlin (autour des frères Edgar et Bruno Bauer), pour l’autre en Souabe (en la personne du philosophe David Friedrich Strauss), ou autour de Ruge. À ce dernier se rallièrent, entre autres, le poète Georg Herwegh et Karl Marx8. En dépit de leur marginalisation, des scissions et dissidences internes, ces différents cercles préservaient quand même un lien : la lecture de George Sand. On ne s’étonne pas de voir que la deuxième traduction de Consuelo – La Comtesse de Rudolstadt dont il a été question plus haut, publiée dans le cadre de l’édition des œuvres complètes de Sand chez l’éditeur Otto Wigand et préfacée par Arnold Ruge, soit en grande partie le travail de personnes issues de la gauche hégélienne ou se situant dans son proche entourage.9

  • 10 Pour preuve, une lettre d’Arnold Ruge qui fait allusion à Consuelo et demande à son destinataire s (...)
  • 11 Plusieurs journaux d’époque commentent la fondation de la Revue indépendante ou les articles que c (...)

7Très tôt, dès 1842, Consuelo pénètre dans le milieu de la gauche hégélienne10. La lecture s’y fait essentiellement à partir du texte d’origine, c’est-à-dire à partir de la Revue indépendante dont la fondation avait été suivie avec beaucoup d’intérêt11. La parution du roman dans un organe de tendance démocratique opère un marquage politique du texte qui est décisif pour l’interprétation néo-hégélienne. Sous forme d’un article produit par un membre du groupe des frères Bauer à Berlin, une trace nous en est parvenue, parue en 1844 dans la Allgemeine Literatur Zeitung (Revue littéraire générale). Alors que les revues de Ruge sont interdites depuis longtemps et que celui-ci a dû quitter l’Allemagne, les républicains de Berlin sont les seuls à disposer encore d’un organe de presse.

  • 12 « Consuelo, ein Roman von George Sand », Konigsberger Literatur-Blatt, 19 juin 1844, p. 386.
  • 13 « George Sand », Allgemeine Literatur-Zeitung, no 10, 1844, p. 2

8L’article sur Sand, qui n’est malheureusement pas signé, propose une lecture très orientée de Consuelo - La Comtesse de Rudolstadt et prend le contre-pied de tous les commentaires plus ou moins éclairants que l’on relève à la même époque ailleurs en Allemagne. S’attachant presque exclusivement au personnage d’Albert de Rudolstadt, l’hérétique et le fou, l’auteur met en relief le personnage le plus impopulaire du roman, « en dehors de l’horizon commun », « sans netteté et rocambolesque12 ». Mais ce qui paraît folie et spleen aux uns, représente une donnée essentielle pour les autres : dans cette « vision pathologique du doute », Fauteur néo-hégélien pense accéder précisément au « noyau dogmatique » des grandes œuvres de Sand, parmi lesquelles il nomme aussi Spiridion13.

  • 14 Ibid.
  • 15 Ibid., p. 13.

9Albert représente les « nouvelles aspirations françaises14 ». Dans ce prétendu fou, être bafoué et opprimé par les siens, les membres de la gauche hégélienne trouvent un personnage emblématique dans lequel leur propre attitude de protestation trouve son reflet littéraire. Provocateur de l’ordre établi, perturbateur qui questionne le passé et prête sa voix à ceux que l’on a fait taire, qui plus tard s’engage en tant que franc-maçon pour la construction d’une société fondée sur les idéaux de la « liberté, la fraternité et de l’égalité15 », il est naturellement pour les jeunes hégéliens à l’origine d’un énorme potentiel d’identification. Tel Albert luttant contre l’Ancien Régime, ils remettent eux aussi en question le caractère absolutiste de la période de la restauration.

10L’article en question se présente sous la forme d’un judicieux montage de citations qui rend compte de l’évolution personnelle d’Albert. Il le présente tout d’abord dans l’immense château fort de Bohême comme victime de visions soudaines, puis comme membre d’une loge maçonnique, et finalement aux côtés de Consuelo comme artiste et prophète d’une nouvelle théorie de la société. Que ce soit en tant que réincarnation de Ziska ou comme membre de l’ordre des Invisibles, Albert ne cesse de provoquer le système de pouvoir en place.

11Même si l’auteur de la critique n’en fait pas un thème, les parallèles avec la pensée des jeunes hégéliens n’en restent pas moins évidents : la critique de la religion représentait le cœur de leur approche radicale. En attaquant dans l’institution ecclésiastique un des principaux piliers des régimes absolutistes en place – que ce soit en Prusse ou en Saxe – ils visaient à les démanteler. Ils peuvent donc tout à fait souscrire à la déconstruction de la représentation dualiste et chrétienne du monde à laquelle Albert se prête dans sa conversation avec Consuelo dans la grotte souterraine. Albert y répond à Consuelo qui lui demande de lui expliquer « ce que c’est que Satan ». La revue littéraire berlinoise cite longuement ce passage :

  • 16 Ibid., p. 10-11. Le passage correspond à C, liv, p. 411 (Éditions de l’Aurore).

[...] S’il [Satan] existait, il ne pourrait être qu’une création monstrueuse [...] Comment la perfection aurait-elle pu enfanter le mal ; la science, le mensonge ; l’amour, la haine et la perversité ? [...] Mais pourquoi, après la prédication de Jésus et la lumière pure de l’Évangile, les prêtres osèrent-ils ressusciter et sanctionner dans l’esprit des peuples cette croyance grossière de leurs antiques aïeux ? C’est que, soit insuffisance, soit mauvaise interprétation de la doctrine apostolique, la notion du bien ou du mal était restée obscure et inachevée dans l’esprit des hommes. On avait admis et consacré le principe de division absolue dans les droits et dans les destinées de l’esprit et de la chair, dans les attributions du spirituel et du temporel. L’ascétisme chrétien exaltait l’âme, et flétrissait le corps. Peu à peu, le fanatisme ayant poussé à l’excès cette réprobation de la vie matérielle, et la société ayant gardé, malgré la doctrine de Jésus, le régime antique des castes, une petite portion des hommes continua de vivre et de régner par l’intelligence, tandis que le grand nombre végéta dans les ténèbres de la superstition. Il arriva alors en réalité que les castes éclairées et puissantes, le clergé surtout, furent l’âme de la société et que le peuple n’en fut que le corps. Quel était donc dans ce sens le vrai patron des êtres intelligents ? Dieu ; et celui des ignorants ? le diable ; car Dieu donnait la vie de l’âme et proscrivait la vie des sens, vers laquelle Satan attirait toujours les hommes faibles et grossiers16.

12L’idée de Satan sert de pivot à une idéologie qui fortifie le pouvoir en place, assurant le bien-être de quelques-uns au détriment de la majorité indigente. La « folie » d’Albert est clairvoyance. Le profil du personnage s’affermit dans la deuxième partie du roman, où le lecteur le retrouve comme membre d’une loge maçonnique. C’est à partir du rituel d’initiation de cette loge auquel Consuelo doit se soumettre afin d’être unie à Albert, que l’auteur de la critique choisit ces passages qui décrivent l’œuvre des Illuminés et de leurs prédécesseurs :

Le temps de la religion secrète dure toujours, la tâche du mystère n’est pas accomplie. Nous voici encore enfermés dans le temple, occupés à forger des armes pour écarter les ennemis qui s’interposent entre les peuples et nous [...] C’est encore un symbole que nous invoquons [...] [Comme nos prédécesseurs] nous voulons affranchir le genre humain ; mais comme eux, nous ne sommes pas libres nous-mêmes [...] Notre œuvre est grande, notre tâche est immense. Nous ne voulons pas seulement fonder un empire universel sur un ordre nouveau et sur des bases équitables ; c’est une religion que nous voulons reconstituer. Nous sentons bien d’ailleurs que l’un est impossible sans l’autre. Aussi avons-nous deux modes d’action. Un tout matériel, pour miner et faire crouler l’ancien monde par la critique, par l’examen, par la raillerie même, par le voltairianisme et tout ce qui s’y rattache [...] Notre autre mode d’action est tout spirituel : il s’agit d’édifier la religion de l’avenir.

  • 17 « George Sand », Allgemeine Literatur-Zeitung, no 10, 1844, p. 12-13. Le passage correspond à CR, (...)

Liberté, égalité, fraternité : voilà la formule mystérieuse et profonde de l’œuvre des Invisibles. Seulement peu de personnes – les initiés – connaissent la signification importante de cette formule à la fois mystérieuse et profonde : pour les masses, symboles et périphrases sont encore nécessaires17.

13Le fait que l’action des Invisibles ne soit pas encore fondée sur des actes politiques concrets, mais représente en premier lieu la construction d’un idéal au moyen de symboles, c’est-à-dire au moyen de l’écriture, correspond bien à la conception des jeunes hégéliens qui définissaient principalement leur champ d’action comme un journalisme critique. Au miroir du personnage d’Albert, dont l’exégèse ainsi menée constituait peut-être l’une des seules niches pour une liberté de presse et d’expression pratiquement disparue, les lecteurs républicains pouvaient s’entendre et se rassurer sur le choix de leurs propres armes.

14L’article de l’Allgemeine Literatur-Zeitung représente le dernier témoignage de réception provenant du camp des jeunes hégéliens. Cet organe de presse fut interdit par la censure en 1844. Consuelo semble ainsi être le dernier maillon dans une chaîne qui avait progressivement amené les républicains à un rapprochement avec Sand et avec ce qu’ils croyaient être la philosophie du moment en France. Cette connivence date de la lecture de Spiridion. La critique du roman publiée en 1839 par les Hallische Jahrbücher fait déjà sentir l’étonnement que ce roman suscita en raison de l’harmonie ressentie comme profonde avec l’attitude, très marquée en matière de critique de la religion, propre aux adeptes de l’école hégélienne. L’auteur, probablement Arnold Ruge, s’y demande même si les idées que D. F. Strauss avait développées dès 1835 dans son œuvre principale Das Leben Jesu (Vie de Jésus) ne sont pas celles qui précisément sont reprises dans Spiridion, même si, de son propre aveu et du point de vue de l’histoire de la réception, ceci est très peu vraisemblable :

Nous nous voyons, avec l’une de ses œuvres, en l’occurrence « Spiridion » qui évolue de manière absolue sur le terrain de la philosophie de la religion, confrontés aux idées de David Friedrich Strauß, tandis que parmi nous, prévaut l’opinion que la toute nouvelle philosophie n’a pas encore trouvé d’écho en France.

15L’auteur ne renvoie en effet pas seulement au fait que Sand est proche d’une tradition définie comme allemande, mais il se l’approprie tout simplement, sur le plan intellectuel, en la germanisant :

  • 18 « Spiridion. Ein Roman von George Sand », Hallische Jahrbücher, no 291, 1839, p. 2 326.

Les Français seront certes moins intéressés que nous Allemands par cette œuvre, d’autant plus que là-bas l’intérêt pour le sujet est réduit et que tout cela ne peut certes pas être appelé roman, au sens habituel du terme, ceci nous donne d’autant plus de motifs de nous l’attribuer. D’ailleurs la Dudevant est une Allemande de cœur, elle a, comme aucun autre écrivain français, dépeint l’intensité des sentiments et elle est en cela pour la France la plus étrange forme de métamorphose intellectuelle qui soit18.

  • 19 « George Sand », Allgemeine Literatur-Zeitung, no 10, 1844, p. 9.
  • 20 Voir Udo Köster, Literarischer Radikalismus. Zeitbewuβtsein und Geschichtsphilosophie in der Entwi (...)

16Tandis qu’aux yeux du journaliste de la Allgemeine Literatur Zeitung, dans Spiridion « l’esprit analytique critique » est encore lié à un personnage isolé, celui-ci s’étendrait dans Consuelo - La Comtesse de Rudolstadt à une « partie de la société » : dans les combats que doit remporter le comte de Rudolstadt, ce seraient des « peuples et tout un siècle » qui seraient en jeu19. À travers les Invisibles, le roman dégageait sans aucun doute un fort pouvoir d’appel au sein du milieu républicain et il convient de ne pas sous-estimer les répercussions qu’il a eues sur l’image que les jeunes hégéliens se faisaient de la France. Même si à la suite de Heine, l’idée d’une complémentarité dans l’évolution historique des deux états existait déjà, selon laquelle en France l’ancien ordre social avait été renversé au moyen de la lutte révolutionnaire, tandis qu’en Allemagne, l’ancien régime, toujours en place, devait être attaqué au moyen de la philosophie, les romans de Sand, avant tout Spiridion et Consuelo contribuèrent sûrement à renforcer cette conviction20.

  • 21 Paul Nerlich dir., op. cit., t. I, p. 313, (lettre du 18 juin 1843).
  • 22 Arnold Ruge, « Zur Verständigung der Deutschen und Franzosen. Von einem Publizisten in der Fremde  (...)

17Ce sentiment de proximité et l’adhésion au même idéal devaient bientôt se transformer en actes. À partir de 1842, Sand se retrouve, avec Louis Blanc et d’autres, au cœur d’une tentative de collaboration dont le centre devait être une revue commune, les Annales franco-allemandes, projet lancé par Arnold Ruge. Depuis la suppression de son dernier journal, Ruge était occupé à s’ouvrir d’autres voies et envisageait son installation à Paris. Il rêvait d’une plateforme démocratique sous forme d’une alliance franco-allemande. Les premiers pas se firent dès 1842 à partir de l’Allemagne. Ruge renforça ses lectures françaises, parmi lesquelles « Sand, Louis Blanc, Proudhon » et cherchait à créer un premier lien avec la préface qu’il rédigea pour la traduction en allemand d’Histoire de dix ans de Louis Blanc21. Dans cette préface, Ruge souligne également l’importance de l’auteur de Consuelo22.

  • 23 Paul Nerlich dir., op. cit., t. I, p. 329, (lettre à son épouse du 26 août 1843).
  • 24 Ibid., p. 323, (lettre à son épouse du 17 août 1843).
  • 25 Voir Beatrix Mesmer-Strupp, Ruges Plan einer “Alliance intellectuelle” zwischen Deutschen und Fran (...)

18Une fois à Paris, à la fin de l’été 1843, le bureau de la Revue Indépendante devient une destination privilégiée de ses démarches et activités de sondage. Au cours du mois d’août, Ruge y voit même plusieurs fois Leroux23. Le contact avec Sand, qui figure également sur la liste des alliés désirés, se fait plus tard, car elle passe l’été dans le Berry24. Lorsqu’au début de l’automne Ruge repart en Allemagne pour préparer l’installation de sa famille à Paris, il est fermement convaincu que la collaboration est en bonne voie et il annonce dans la presse le projet des Annales franco-allemandes, fruit d’une collaboration avec Lamartine, Lamennais et Louis Blanc25.

  • 26 Louis Blanc, « D’un projet d’alliance intellectuelle entre l’Allemagne et la France », Revue indép (...)
  • 27 Marcel Herwegh, Au printemps des Dieux, Paris, NRF, 1929, p. 31.
  • 28 Lettre de Georg Herwegh à Marie d’Agoult de 1844, citée dans Marcel Herwegh, Au printemps des Dieu (...)

19Mais une fois de retour à Paris, une surprise désagréable l’attend : dans un article de la Revue indépendante, son projet est publiquement désavoué par Louis Blanc qui exprime des réserves. Le principal point de litige concerne la critique de la religion, à savoir l’athéisme des philosophes allemands. En homme politique pragmatique, Blanc ne concevait pas de s’épuiser dans des luttes spirituelles, vaines à ses yeux. « Il est très-heureux assurément que le goût de l’action ait gagné l’Allemagne ; que sa jeunesse y soit devenue attentive aux affaires, à la pratique de la vie », y écrit-il en direction de la gauche hégélienne, [Mais] « Chose singulière ! Après avoir parcouru d’une marche haletante les espaces de la métaphysique, voilà que l’Allemagne se trouve ramenée à notre dix-huitième siècle ! C’est Diderot, c’est le baron d’Holbach qu’on recommence de l’autre côté du Rhin26 ! » Dans la mesure où Blanc avait pris ses distances, George Sand, de retour du Berry, est sollicitée, et à partir de janvier 1844 une étonnante activité se déploie autour d’elle. C’est d’abord Georg Herwegh qui tente de la rencontrer – sans succès. Il s’en plaint auprès de Marie d’Agoult : « J’ai oublié de vous dire » – lui écrit-il – « que samedi dernier j’ai déposé ma lettre chez Sand, mais n’ai pas été reçu. “Madame est malade et vous prie de revenir dans quelques jours”27. » À défaut, Herwegh tente de susciter l’intérêt de Marie d’Agoult et essaye de lui faire apprécier l’œuvre de Feuerbach28, philosophe à la mode parmi les hégéliens et dont le nom est lié à l’athéisme.

  • 29 Alexandre Weill, « Mouvement des idées et des partis politiques en Allemagne, depuis 1830 », Revue (...)

20Pendant ce temps, auprès de Sand, un autre personnage entre en action. Il s’agit de l’Alsacien Alexandre Weill. Collaborateur à la Revue indépendante, lié également aux frères Bauer à Berlin, il s’est montré ardent défenseur de l’idée d’alliance franco-allemande dans un article qui constitue une réplique à Blanc : « Quoi qu’il en soit – y conclut-il-, cet avenir réunira sans doute les Allemands et les Français sous une même bannière, et ce sera une nouvelle politique internationale, basée sur la raison et la justice, sur la liberté et l’égalité de tous les hommes et de tous les peuples29 ». Bien qu’il soit depuis le début de l’année 1844 proche de Ruge et de Herwegh, il est difficile de savoir à quel point leur trois démarches ont été concertées. Il n’en demeure pas moins que Weill, dès la fin du mois de janvier, engage une correspondance avec Sand où il revient au point névralgique de l’athéisme. En prenant appui sur l’épilogue de Consuelo - La Comtesse de Rudolstadt, Weill attaque Sand sur la question de la religion dans le but de provoquer une position plus tranchée de la part de celle-ci, et plus proche de la gauche hégélienne :

Vous défendez dans cet article les principes de Pierre Leroux [...] vous vulgarisez pour ainsi dire sa philosophie. Leroux est un grand homme, il n’a pas peur des idées mais des mots. Le mot panthéisme et surtout athéisme fait en général peur aux fils dégénérés de Voltaire, Diderot et de Montaigne. Il leur faut absolument un dieu, une personnalité, une espèce de barbe bleu républicain qu’ils mettent dans le ciel, ne sachant pas qu’avec un dieu il faut aussi un Roi et que déjà Robespierre avait inventé son être supérieur pour s’en faire le majordomus [sic]. Que ce soit une tétrade ou une unité, c’est toujours le même Dieu, à moins que La Trinité de l’homme n’en fasse une espèce d’anthropomorphe. [...]

  • 30 Lettre d’Alexandre Weill à George Sand du 31 janvier 1844 (BHVP, fonds Sand, G 5528).

Dieu n’est pas une trinité, par la simple raison que Dieu n’existe pas en personnalité. Dieu a été créé par l’homme. Il ne faut jamais oublier cela30.

  • 31 Ibid.
  • 32 George Sand, Cor., VI, p. 467.
  • 33 Ibid., p. 470.
  • 34 Ibid., p. 471

21Par la suite, Alexandre Weill fait, lui aussi, allusion à Feuerbach qu’il va jusqu’à appeler son maître : « mais depuis mon premier maître jusqu’à mon dernier – Feuerbach, tous vous ont admiré et défendu [sic] à la pointe de la plume et je crois même, de l’épée31. » Mais hélas, Weill pèche par un excès de zèle. Ses lettres versent de l’huile sur le feu, Sand qui ne les apprécie guère s’en défend avec énergie et à plusieurs reprises : « Je ne sais rien de vos nouvelles découvertes allemandes, et vous ne m’y convertirez pas32 » ; ou encore : « pendant 4 pages vous prêchez à beaucoup d’égard quelqu’un qui n’avait pas besoin de tout cela pour rejeter l’idolâtrie de votre Jéhovah juif et de notre bon Dieu catholique. Mais je crois en Dieu et en un Dieu bon, et toute l’Allemagne réunie à toute la France ne me l’ôterait pas du cœur33 ». Elle Finit par se fâcher sérieusement : « Faites vos livres et tuez le christianisme comme vous l’entendrez, à qui refuse-t-on ici les moyens ? Mais ne faites pas de persécution à domicile, ne provoquez pas les gens tranquilles et amis de la modestie34. » Éconduit de la sorte, Weill, en dernier lieu, en appelle au sentiment de responsabilité de la romancière et lui demande finalement de recevoir chez elle les démocrates allemands à Paris, l’équipe de rédaction des Annales franco-allemandes :

  • 35 Lettre d’Alexandre Weill à George Sand écrite entre le ier et 3 mars 1844 (BHVP, fonds Sand, G 553 (...)

Si malgré l’assurance que je vous ai donnée de ne plus vous écrire, j’abuse encore de vos momens [sic] précieus [sic] c’est que je sens qu’il est de mon devoir de vous faire changer d’opinion relativement à la philosophie allemande. Quand on s’appelle George Sand on n’appartient plus à la France seule, mais à l’Europe et de plus on n’a pas le droit d’être modeste. C’est une ironie sanglante [sic] du hasard de voir des hommes qui en Allemagne ont été poursuivis, dénoncés, censurés, torturés comme les prétendus défenseurs de Lamennais, Leroux et Sand, de voir, dis-je, les mêmes hommes à Paris, trouvant dans ces différens représentans [sic] de la démocratie, non des amis, mais des adversaires prévenus contre eux et qui, pour comble d’ironie, les jugent sans les entendre, sans les lire, sans les connaître même35

  • 36 Voir le commentaire de Georges Lubin relatif à la lettre d’Arnold Ruge. George Sand, Cor., VI, p.  (...)
  • 37 Marx se rapprochait de plus en plus d’un socialisme révolutionnaire. Voir Lucien Calvié, réf. supr (...)

22Sand a-t-elle consenti ? Ruge dépose sa lettre chez elle le 11 mars 1844. Mais a-t-il été reçu ? Rien n’est moins sûr36. La collaboration franco-allemande ne devait pas se faire et jamais l’alliance intellectuelle autour des Annales n’allait se conclure. Cette revue, du reste, ne survécut pas aux tensions au sein de l’équipe des rédacteurs37 et il n’est donc même pas sûr que Ruge pût, au moment de sa visite, encore faire une proposition à Sand. Mais il n’en demeure pas moins que ce formidable élan de révolte et de liberté qui avait amené une partie des jeunes hégéliens en France trouvait une de ses forces motrices dans leur lecture de Consuelo/La Comtesse de Rudolstadt, un roman qui, avec d’autres, donnait vie aux espoirs partagés par une génération de révolutionnaires.

Notes

1 Allusion, bien entendu, à Wilhelm Meister, de Goethe (N.D.L.R.). Alain cité d’après Léon Cellier et Léon Guichard, « Introduction » de Consuelo – La Comtesse de Rudolstatd, Garnier, 1959, p. xxix-xxx.

2 Traductions : George Sand, Consuelo, Deutsch von G. [ustav] Julius. Leipzig, Otto Wigand, 1843 ; George Sand, Consuelo, Deutsch von Dr Scherr (Johannes Scherr], Stuttgart, Franckh, « Das belletristische Ausland », 1845 ; George Sand, La Comtesse de Rudolstadt, Deutsch von L. Meyer, Leipzig, Otto Wigand, 1844 ; George Sand, La Comtesse de Rudolstadt, Deutsch von Dr Scherr (Johannes Scherr], Stuttgart, Franckh, « Das belletristische Ausland », 1844. Editions en langue originale : George Sand, Consuelo, Bruxelles/Leipzig, Meline, Cans et Compagnie, 1842-1843 ; George Sand, Consuelo, Bruxelles/Leipzig, C. Muquardt, 1843 ; George Sand, Consuelo, Köln, E. Welter, 1843 ; George Sand, La Comtesse de Rudolstadt, Bruxelles/Leipzig, 1843-1844 ; George Sand, La Comtesse de Rudolstadt, Bruxelles/Leipzig, C. Muquardt, 1844.

3 Robert Eduard Prutz, « Über die Unterhaltungsliteratur, insbesondere der Deutschen (1847) », dans Robert Eduard Prutz, Schriften zur Literatur und Politik, Tübingen, 1973, p. 24.

4 Il s’agit de la collection Das belletristische Ausland lancée par l’éditeur Franckh à Stuttgart. Pour plus de renseignements voir Norbert Bachleitner, « Übersetzungsfabriken. Das deutsche Übersetzungswesen in der ersten Hälfte des 19. Jahrhunderts », Internationales Archiv fur Sozialgeschichte der Literatur, no 14/1, 1989, p. 31.

5 Voir par exemple l’article « Consuelo, ein Roman von George Sand », Konigsberger Literatur-Blatt, 19 juin 1844, p. 386 et suiv.

6 Lettre d’Annette von Droste-Hülshoff à Élise Rüdiger de janvier 1845, citée d’après Annette von Droste-Hülshoff, Historisch-kritische Ausgabe, vol. 7, Tübingen, Niemeyer, 1998, p. 472.

7 Heinrich Laube, George Sands Frauenbilder, Brüssel, 1845, p. 156.

8 Sur l’origine et l’évolution de la gauche hégélienne, voir Lucien Calvié, Le Renard et les Raisins. La Révolution française et les intellectuels allemands 1789-1845, Paris, Etudes et documentation internationales, 1989, p. 120-147, plus particulièrement p. 118-135.

9 Bien qu’une grande partie des romans fût traduite par le traducteur professionnel Ludwig Meyer, des personnes dont les noms étaient connus dans les milieux d’opposition s’y associèrent. Il s’agit d’abord d’Arnold Ruge qui, bien que tardivement, a livré une préface critique classant l’œuvre sandienne comme démocratique, puis de Wilhelm Jordan, un jeune hégélien de Königsberg, d’abord actif dans le cercle formé autour de Karl Rosenkranz. On lui doit, outre la traduction de Lélia, celle de certains romans dits socialistes, tels que Le Meunier d’Angibault et Le Péché de monsieur Antoine, qui furent suivis par la version allemande du roman d’artiste Lucrezia Floriani. Les traductions des romans issus de la première phase de la création sandienne, tels que Simon, André et Leone Leoni, furent effectuées par Ludwig Eichler, qui présente un profil identique à celui de Jordan. Il fréquentait le club berlinois de Bruno Bauer. Enfin, il faut noter la participation de Gustav Julius, également proche de Bruno Bauer, qui se chargea de la traduction de Consuelo.

10 Pour preuve, une lettre d’Arnold Ruge qui fait allusion à Consuelo et demande à son destinataire s’il a lu les œuvres de Sand. Consuelo aurait fait l’objet de louanges de la part de Georg Herwegh et du Russe Michel Bakounine. Voir Paul Nerlich dir., Arnold Ruges Briefwechsel und Tagebuchblätter aus den Jahren 1825-1880, Berlin, 1886, t. I, p. 284 (lettre du 15 novembre 1842 à August Stahr).

11 Plusieurs journaux d’époque commentent la fondation de la Revue indépendante ou les articles que celle-ci consacre à l’Allemagne, parmi eux le Rheinische Zeitung dont le rédacteur fut Karl Marx. Voir l’article « Die Revue indépendante über Deutschland », Rheinische Zeitung, no352, 1842, supplément.

12 « Consuelo, ein Roman von George Sand », Konigsberger Literatur-Blatt, 19 juin 1844, p. 386.

13 « George Sand », Allgemeine Literatur-Zeitung, no 10, 1844, p. 2

14 Ibid.

15 Ibid., p. 13.

16 Ibid., p. 10-11. Le passage correspond à C, liv, p. 411 (Éditions de l’Aurore).

17 « George Sand », Allgemeine Literatur-Zeitung, no 10, 1844, p. 12-13. Le passage correspond à CR, xxxi, 307-310.

18 « Spiridion. Ein Roman von George Sand », Hallische Jahrbücher, no 291, 1839, p. 2 326.

19 « George Sand », Allgemeine Literatur-Zeitung, no 10, 1844, p. 9.

20 Voir Udo Köster, Literarischer Radikalismus. Zeitbewuβtsein und Geschichtsphilosophie in der Entwicklung vont Jungen Deutschland zur Hegelschen Linken, Frankfurt, Athenäum Verlag, 1972, p. 66 et Lucien Calvié, réf. supra n. 8, 1989, p. 83-98.

21 Paul Nerlich dir., op. cit., t. I, p. 313, (lettre du 18 juin 1843).

22 Arnold Ruge, « Zur Verständigung der Deutschen und Franzosen. Von einem Publizisten in der Fremde », dans Heinz et Inge Pepperle dir., Die Hegelsche Linke. Dokumente zur Philosophie und Politik im deutschen Vormärz, Leipzig, 1985, p. 723.

23 Paul Nerlich dir., op. cit., t. I, p. 329, (lettre à son épouse du 26 août 1843).

24 Ibid., p. 323, (lettre à son épouse du 17 août 1843).

25 Voir Beatrix Mesmer-Strupp, Ruges Plan einer “Alliance intellectuelle” zwischen Deutschen und Franzosen, Bern, 1963, p. 108.

26 Louis Blanc, « D’un projet d’alliance intellectuelle entre l’Allemagne et la France », Revue indépendante, 10 novembre 1843, p. 60.

27 Marcel Herwegh, Au printemps des Dieux, Paris, NRF, 1929, p. 31.

28 Lettre de Georg Herwegh à Marie d’Agoult de 1844, citée dans Marcel Herwegh, Au printemps des Dieux, Paris, NRF, 1929, p. 21. D’Agoult ne fut pas franchement passionnée par la lecture de Feuerbach (L’Essence du christianisme) et avançait péniblement puisqu’elle garda le livre jusqu’au mois d’octobre 1844 (ibid., p. 111-112).

29 Alexandre Weill, « Mouvement des idées et des partis politiques en Allemagne, depuis 1830 », Revue indépendante, 25 décembre 1843, p. 339.

30 Lettre d’Alexandre Weill à George Sand du 31 janvier 1844 (BHVP, fonds Sand, G 5528).

31 Ibid.

32 George Sand, Cor., VI, p. 467.

33 Ibid., p. 470.

34 Ibid., p. 471

35 Lettre d’Alexandre Weill à George Sand écrite entre le ier et 3 mars 1844 (BHVP, fonds Sand, G 5530).

36 Voir le commentaire de Georges Lubin relatif à la lettre d’Arnold Ruge. George Sand, Cor., VI, p. 476.

37 Marx se rapprochait de plus en plus d’un socialisme révolutionnaire. Voir Lucien Calvié, réf. supra n. 8, 1989, p. 135-139.

Auteur

ATER à l'université de Nancy II, elle a fait des études de lettres modernes et de littératures germaniques et soutenu une thèse sur la réception de George Sand en Allemagne, publiée aux éditions Gunter Narr (Tübingen).

© Presses universitaires de Lyon, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search