Version classiqueVersion mobile

Lectures de Consuelo - La Comtesse de Rudolstadt de George Sand

 | 
Michèle Hecquet
, 
Christine Planté

Initiations, utopie

Femmes et sociétés secrètes : de la maçonnerie des héroïnes dans La Comtesse de Rudolstadt

Martine Watrelot

Texte intégral

  • 1 Mémoires pour servir à l’histoire du jacobinisme, Hambourg, P. Fauche, 1798/1799. Voir à ce sujet G (...)

1Il s’agit de cerner la perception sandienne du mouvement maçonnique en repérant les choix effectués parmi les options possibles, et en analysant les raisons et les implications de ces choix dans le contexte spécifique de 1843. Comme l’atteste sa correspondance avec Leroux, Charlotte Marliani, Godefroid Cavaignac, Sand croyait que la franc-maçonnerie, au dix-neuvième comme au dix-huitième siècle, se donnait pour but de bouleverser la société afin d’instaurer l’égalité. Ce que cherche Sand, encore imprégnée des écrits de l’abbé Barruel1 qui font autorité en la matière, c’est

  • 2 Cor., V, 174. Lettre à Ferdinand François de mi-juin 1843.

un personnel de francs-maçons précurseurs des Illuminés, imbus des mêmes principes révolutionnaires et préparant l’illuminisme comme l’illuminisme (éclos seulement en 1776) a préparé le Jacobinisme2.

  • 3 P. 500. Nos références sont à l’édition Phébus Libretto.

2Cette opinion s’effondre vite au contact de l’historiographie maçonnique qui se perd dans un dédale de filiations hétéroclites. Renvoyée par Cavaignac à l’étude de l’histoire des Templiers, forcée par le mutisme de Leroux à des lectures personnelles abstruses, Sand s’immerge dans l’ésotérisme confus des maçons, comme en témoigne l’authentique liste des Grandes Constitutions du Rite Ecossais Ancien et Accepté3 donnée dans l’épilogue. Le premier succès du roman est d’avoir réussi à traduire cette déconvenue, toujours heureusement suivie d’une révélation lumineuse, preuve de la remarquable capacité de Sand de s’approprier la matière de ses lectures.

  • 4 Clavel, Histoire pittoresque de la franc-maçonnerie et des sociétés secrètes, Pagnerre, 1843 (repr (...)

3Produit complexe apparu dans une société en révolution économique et philosophique, la franc-maçonnerie s’arroge une légitimité « traditionnelle », que soutient l’ouvrage de Clavel4 qui couronne la documentation de Sand. Reproduisant « à la fois toutes les formes » (CR, xxxi, 368) données dans le passé à la pensée religieuse et philosophique, la franc-maçonnerie n’exige pas de ses adeptes une identité de principes, – pris au sens de modalité d’actions et de règles morales-, chacun étant libre de ses choix en ce domaine. Le franc-maçon aspire à une illumination plus réflexive que transcendante et même si, ici comme ailleurs dans les mystères, le symbolisme de la mort sert de fondement à une naissance spirituelle, les formes du rituel ne visent pas à infliger des sévices au néophyte, mais à les mimer. C’est par des pièces dialoguées ou de longs discours comme celui de Marcus (CR, xl, 464-466) que le récipiendaire se voit exhorté à se perfectionner. Voir et dire priment sur faire, l’ordre du discours et la scénographie suffisent à combler les attentes des sociétaires. Société procédant à des « réceptions », à la fois admission et fête, elle entend œuvrer au progrès de l’humanité en utilisant les allégories, les symboles et l’Histoire comme moyen de moralisation de chaque adhérent. Hésitant entre mondanité et religiosité, la loge est un territoire du jeu, du signe et du chiffre. Aussi est-ce au cours d’un bal masqué que Consuelo rencontre des initiés de divers degrés, et entend les formules rituelles (CR, xiii, 156). Alors que Wilhelm Meister, le héros éponyme du roman de Goethe, intègre une troupe de théâtre ambulant surveillée par la Société de la Tour, Consuelo entame sa procédure d’admission dans la société maçonnique par la rencontre d’un domino rouge, qui entraîne sa mise au secret dans une tour, détention imposée par un souverain franc-maçon, jaloux de son pouvoir absolu. La détention offre à l’héroïne l’occasion d’exercer ses qualités humaines et spirituelles en affirmant sa liberté et en éprouvant sa fidélité au secret qui la lie à la sœur du prince. Le secret juré, lien maçonnique par excellence, rend cette forme de sociabilité suspecte aux pouvoirs en place, et la constitue en terrain effectif de complot pour des activistes politiques pressés de changer le monde. Mais les formes de la sororité restent inexplorées de la romancière qui ne tire pas parti de la présence d’une autre détenue à Spandaw. Le roman interroge le jeu entre répression et libération, illusion et vérité, secret et révélation.

Allemagne et franc-maçonnerie

  • 5 Cor., VI, 174 (lettre à F. François déjà citée) : Hund, Schubard et Jaeger ont tous appartenu à la (...)
  • 6 Paul Naudon, L’Histoire générale de la franc-maçonnerie, Office du livre, 1997, p. 127.

4L’étude de la franc-maçonnerie rend souvent vaines les synthèses diachroniques, car cette société secrète est étroitement dépendante des contextes historique, social, juridique. Sand se réfère à la période d’implantation des loges de la franc-maçonnerie britannique en Allemagne à partir de 1740. Remonter ainsi aux sources lui permet de « juger le passé » et de trouver « en lui la confirmation » de ses idées (CR, « Lettre de Philon », 549). Dans la mosaïque des états germaniques et des courants maçonniques, elle s’intéresse aux Etats du Sud-Est et à la Stricte Observance fondée par le baron von Hundt (1722-1766) sur lequel elle interroge Ferdinand François5. Hundt fonda en 1751 en Allemagne, en son château de Kittlitz, un nouveau système de hauts grades inspiré de l’Ordre du Temple et dirigé par des « Supérieurs Inconnus6 ». Serait-ce le château où Consuelo reçoit l’initiation cette année-là ? Historiquement, l’invention des hauts grades s’explique comme une réaction aristocratique et mystique aux dangers que l’adhésion massive de partisans des Lumières, peu soucieux de fins initiatiques, faisait courir à l’Ordre. Dans son roman, Sand consent à une hiérarchisation des adeptes selon leur degré de connaissance ou leur capacité à se libérer des préjugés sociaux ; la révocation du principe d’égalité ne gêne pas ici l’écrivain, car l’inégalité d’initiation n’est pas inégalité sociale ; elle contrarie souvent la première, Wanda justifie l’admission de princes comme initiés de second ordre, afin de garantir la liberté de mouvement de ceux qui travaillent contre eux (CR, xxxi, 376.)

  • 7 Cor., VI, 140-141

5Répudié par le courant maçonnique officiel, et donc hérétique, l’Ordre du néo-temple ou Stricte Observance se répandit très vite en Allemagne et attira à lui une douzaine de princes régnants. Nombre de frères de la Stricte Observance fondèrent l’ordre des Illuminés de Bavière, dont l’activité politique et la lutte antijésuitique se poursuivit en Saxe jusqu’en 1789, et essaima en France, avec Buonarrotti, jusqu’à l’aventure du carbonarisme. C’est pourquoi Wanda révèle à la postulante Consuelo l’imminence d’une grande révolution préparée par ces laboratoires que sont les sociétés secrètes françaises et allemandes, en Filiation les unes avec les autres (CR, xxxi, 372). L’Ordre de la Stricte Observance, toutefois, se situe aux limites de la franc-maçonnerie et du mysticisme, il disparut définitivement en 1782, en dépit des réformes introduites par le Français Jean-Baptiste Willermoz, disciple de Swedenborg (auquel Cavaignac renvoyait Sand)7.

  • 8 Selon Henri Prouteau, Littérature et franc-maçonnerie, Henri Veyrier, 1991, p. 225 et sq. Le fils (...)
  • 9 Sand et Heine se fréquentent depuis janvier 1843 (Cor., VI, ii) et Sand demande à Heine quelques v (...)

6La Stricte Observance a pu intéresser Sand pour d’autres raisons encore : Goethe y a adhéré, comme à l’ordre des Illuminés, ainsi qu’un ami du père de Heine, le saxon Johann Gottlieb Fichte, de la loge de Rudolstadt8. Pasteur raté, comme Gottlieb, ami et soutien moral de Consuelo, Fichte était de condition modeste ; son affiliation coïncide avec le début de son activité d’écriture, il fut un ardent défenseur de la liberté de penser et de l’indépendance des états, un symbole de l’Allemagne démocratique. Le toponyme Rudolstadt, pour des initiés allemands comme le « cousin » Heine, était riche de connotations ésotériques et politiques : or, Sand est à ce moment assez proche de lui pour lui demander9 la traduction de quelques-uns de ses vers, afin qu’ils figurent en épigraphe au seuil de La Comtesse de Rudolstadt.

  • 10 Paul Naudon, Histoire générale de la franc-maçonnerie, op. cit., p. 128.

7En Allemagne, les rites maçonniques furent empruntés pour servir à des pratiques magiques et théurgiques. La fin de La Comtesse nous éclaire (CR, xxxvi, 436) sur les fantastiques apparitions du magicien Trismégiste, mais ne dit rien de la fantomatique balayeuse du palais berlinois qui présage la mort des grands (CR, x, 126-127). Les apparitions de ce spectre, historiquement attestées, étaient imputables aux pratiques du maçon Schroepfer10 ; c’est pourquoi les Invisibles imaginés par Sand ont la réputation d’être

une poignée de sorciers, élèves et disciples de Paracelse, de Boehme, de Swedenborg, et maintenant de Schroepfer le limonadier (voilà un beau rapprochement) qui, par des prestiges et des pratiques infernales, voulaient gouverner le monde et renverser les empires. (CR, xix, 245.)

8Des deux hauts grades maçonniques allemands, le Kadosch et le Rose-Croix, le second débouche sur l’instauration d’une école de magie qui aurait enseigné à Cagliostro. Sand décrit le cabinet de Cagliostro en amalgamant vêtements de templiers et bijoux rose-croix. Mais elle fait le choix, pour l’initiation de son héroïne, du courant mystique aux prises avec la papauté et la société civile, contre le courant magique figuré par Cagliostro. La trame romanesque suit donc d’assez près l’histoire des dérivés germaniques et hétérodoxes de la franc-maçonnerie, en Bavière et en Saxe notamment. En préférant dispenser Consuelo des premiers degrés de la maçonnerie, la romancière opte pour un maçonnisme allemand en rupture avec la franc-maçonnerie apolitique et agnostique, attachée au symbolisme de la construction du temple de Salomon. Ceci expliquerait la condamnation du mythe d’Hiram (CR, xxxviii, 449-450), déjà opérée dans Le Compagnon du Tour de France, et l’abandon du végétal emblème de la franc-maçonnerie, l’acacia, au profit du cyprès. Elle recherche une veine européenne, spirituelle et contestataire, allant des francs-juges de la Sainte-Wehme jusqu’à l’Illuminisme (CR, xix, 245).

  • 11 Cor., VI, 179.

9Sand veut être prise au sérieux, faire l’histoire occulte de l’humanité sans trop se « livrer à la fantaisie » et supplie en vain Leroux de corriger ses épreuves (lettre à Pierre Leroux après le 15 juin 1843)11. Elle avoue à Charlotte Marliani (Cor., VI, 189) les effets produits par cette étude directe – à laquelle la contraint Leroux, insoucieux ou ignorant – de certaines sociétés secrètes qui lui font considérer « leur action, je ne dis pas comme bonne et utile de nos jours, mais comme possible et puissante encore en Espagne, en Italie et en Allemagne ». On comprend le choix de l’Allemagne comme cadre du roman, mais pourquoi mettre en scène une initiation de femme à une société secrète masculine et mystique ? Sand répond : « par l’enthousiasme et le mysticisme on a fait beaucoup dans le monde » (ibid.), il y a dans ce mouvement matière à ébranler une constitution jusque dans ses fondements. Était-ce le but poursuivi par la romancière : figurer l’ébranlement d’une constitution – ne fût-elle opérante que dans une micro-société ?

Sand et la franc-maçonnerie

  • 12 George Sand, OA, HV, II, 4, p. 396.
  • 13 Le Maréchal de Saxe aurait pu se trouver à la tête de la franc-maçonnerie écossaise de France, s’i (...)

10La franc-maçonnerie régulière se rattache dans l’histoire de Sand à la figure de son père : Maurice Dupin aurait été initié par Murat12 ; ainsi qu’à celle de son bisaïeul, Maurice de Saxe, franc-maçon de haut rang lors de l’implantation de cette société en France13 vers 1735. Sand ne le fit pas figurer dans son roman, mais seulement un de ses lieutenants, le comte de Saint-Germain.

  • 14 Consuelo La Comtesse de Rudolstadt, III, p. 475. G. Lubin, « Georges Lubin répond », Présence de G (...)
  • 15 La Saxe soutint l’empereur germanique en guerre contre les Hussites, et celui-ci, pour remercier F (...)

11Dans la notice bibliographique de Consuelo - La Comtesse de Rudolstadt, Simone Vierne14 rappelle que Georges Lubin a établi la filiation entre Georges de Podiebrad, roi de Bohême et Sand, par les princes de Saxe. Dès lors, l’assaut que le maréchal donne à Prague en 1741 fait de lui un traître à son lignage bohémien ; le maréchal de Saxe resta jusqu’à sa mort en relations épistolaires avec Frédéric II : est-ce pour cette raison que l’héroïne n’aborde les contrées prussiennes qu’après 1750 ? Sous la plume de Sand, la Saxe semble un sujet tabou : elle est l’agent de répression du hussitisme15, symbole de l’inféodation à l’église officielle, qu’elle soit maçonnique ou catholique romaine. Cette répugnance peut se comprendre comme liquidation des figures paternelles : car c’est la branche aristocratique et paternelle de l’ascendance de Sand qui se trouve associée à la franc-maçonnerie régulière et à la Saxe. La branche maternelle et roturière se trouve, par le grand-père oiseleur, du côté des oiseaux, comme le sont Gottlieb et Consuelo. Maîtriser, comme ils le font, le langage du rossignol, l’animal angélique de la création (CR, xix, 213) correspond à un haut degré de connaissance, connaissance intuitive, naïve, des adeptes purs et fervents (CR, xxxviii, 445), les plus exposés à la persécution.

12Cantatrice, in-fans née sans père et sans toit, contre-type du franc-maçon régulier qui doit être mâle et libre, Consuelo possède naturellement les qualités requises pour l’initiation. Dans la première partie du roman, Sand confronte son héroïne aux épreuves physiques à endurer dans les mystères : voyage dans la forêt, descente dans la grotte, catalepsie, détention dans la tour, séjour au château... Sans lui permettre pour autant de parvenir à la réalisation spirituelle attendue. La préparation tourne court à chaque fois, des délais sont nécessaires à l’héroïne pour quitter définitivement les lumières et les attachements italiens et trouver, grâce à un voyage vers le Nord et ses ombres, l’illumination donnée par les Invisibles. Tandis que Consuelo emprunte la septentrionale direction première suivie par les initiés, la romancière peut enfin conclure, grâce aux éclaircissements donnés par la lecture de l’ouvrage de Clavel, en juillet 1843.

  • 16 Weishaupt ? Wanda la sœur de Jean Ziska ? Wratislaw l’aïeul des Rudolstadt ? Selon une tradition r (...)

13Il revient à une aristocrate, appartenant à la branche maternelle des Rudolstadt (CR, xix, 246), – dont le prénom commence par ce W donné comme l’initiale de l’Antéchrist16 -, revenue du séjour des morts, de préparer Consuelo à l’initiation destinée à la faire se reconnaître elle-même comme comtesse de Rudolstadt. Consuelo initiée accepte son titre nobiliaire et son nom d’épouse (CR, xl, 468), triomphant métaphoriquement de la dualité sociale de la romancière. Alors que Le Compagnon espérait l’alliance de la patricienne et du plébéien, La Comtesse rend effectif l’hyménée de l’aristocrate et de la bohémienne. Le nom féodal et saxon ne masque plus la Bohême des origines familiales, ce retour à l’unité fait de La Comtesse de Rudolstadt un authentique roman initiatique. Est-il en rupture avec la franc-maçonnerie régulière ?

Femme et initiation

  • 17 Jean-Pierre Bacon de La Chevalerie, en 1774. Voir à ce sujet Gisèle et Yves Hivert-Messeca : Comme (...)

14C’est un transfuge de la Stricte Observance qui fixa en France17 les cadres de la maçonnerie des Dames, et des loges androgynes ou d’adoption qui n’admettent souvent en leurs rangs que des aristocrates ou des parentes de francs-maçons. Les « sœurs » assistent, placées sous la tutelle des frères à des festivités artistiques (musicales ou théâtrales) et sont dispensées au nom de la pudeur des épreuves imposées par le psychodrame dont les maçons sont les acteurs, et le héros principal le néophyte lui-même.

15Les héros et héroïnes sandiens appelés à l’initiation ont en commun le don des langues et le goût pour la musique, art porteur de « l’essence de cette vie » (C, lv, 425) et dont l’écriture chiffrée peut servir de signe de reconnaissance entre initiés (CR, iv, 51) ou entre femmes, telle Amélie de Prusse, initiée à la magie de Cagliostro, et Consuelo non initiée (CR, iv, 57). Entrer dans une société de « frères » ou « sœurs » forge de nouveaux liens sociaux, exige de trouver un autre « soi-même » ; il s’agit de jouer des rapports d’altérité et d’identité. La maîtrise des secrets du son permet de jouer des pseudonymies et homonymies des personnages comme Amélie, Gottlieb, Trenck ou Rudolstatd... Albert, gardien des airs populaires de Bohême et du sens des « grandes vérités dites hérétiques » (C, liv, 420) n’atteint pas comme Marcus à la plénitude de la connaissance de la vie et de la mort, une âme sœur lui est nécessaire pour lui donner « l’oubli des jours que l’on appelle l’histoire des siècles passés », car de puissantes facultés mnémoniques provoquent en lui des troubles de la personnalité. Lors de l’union maçonnique avec Consuelo, Albert est appelé de son nom Bohémien, Podiebrad (CR, xli, 479), il accède à la quintessence de l’initiation en retrouvant son authentique origine et la moitié de lui-même.

16Le jeu sur le dédoublement détermine les différents niveaux des initiés, et permet le partage entre connaissants de premier ou de second ordre : la quête du double ne doit pas provoquer la dualité de la personne. Ainsi Amélie de Prusse, sœur de princes maçons, liée à Albert/Trismégiste par intérêt politique, à Frédéric de Trenck par un amour interdit, est abbesse solitaire aux « deux visages » car son égarement dans les chemins de la franc-maçonnerie magique la prive de tout aboutissement réel, sa pensée ne va guère au-delà « d’un certain idéal de gouvernement aristocratique » (CR, xxxi, 377) où elle occuperait la première place.

17L’aptitude des femmes à l’initiation dépend d’abord d’un lien familial ou conjugal, de leur relation à un initié. Chargées de la transmission de la part familiale de l’histoire féodale, c’est leur interprétation des faits, ou leur utilisation qui décidera de leur aptitude à recevoir l’initiation et à en comprendre la portée. Amélie de Rudolstadt, l’autre candidate à l’union avec Albert, est potentiellement apte à l’initiation, par sa naissance, par son éventuel lien conjugal ; elle a pu informer Consuelo d’une histoire contradictoire, celle de sa famille et celle du peuple de Bohême (C, xxv) auquel elle n’ignore pas être liée. Mais elle refuse de se lier à la société des Invisibles, et son histoire reste donc en suspens.

18Seuls le lien de sang ou la conjugalité rendent une femme apte à recevoir la véritable initiation ; l’acceptation de la conjugalité par Consuelo est soumise à une loi de progrès : le lien, illusoire parce que contraint, devient amour sensuel pour le pseudo-Liverani avant d’être révélation de toutes les dimensions de l’amour conjugal.

19Sand reprend en partie les données de la maçonnerie des dames pour les deux comtesses de Rudolstadt initiées ; elle les enrichit d’une autre topique : la Bohême, pour l’une pays d’origine, conservatoire de la sainte devise de nos pères et de la vraie religion, pour la seconde patrie symbolique, et art de vivre. Métaphore d’une humanité aspirant à un monde meilleur, la zingarella aspire à une autre forme de vie. Elle refuse, sur le théâtre du monde et de la cité, de rester passive et spectatrice, elle s’écarte du modèle maçonnique assigné aux femmes. C’est parce qu’elle s’entête à rester actrice et bohémienne que la mission de Consuelo sera d’instituer parmi les femmes des sociétés secrètes nouvelles, sans ostracisme de nation ni de rang social, pour que se répandent l’égalité et la fraternité vivantes (CR, xxxi, 374). Le choix de faire entendre sa voix sur un espace public, en marge de l’espace de pouvoir lui permettra d’assumer un rôle politique. Sand pouvait-elle s’autoriser en cela d’un modèle maçonnique ?

La franc-maçonnerie féminine en France

20Clavel cite, au chapitre « Les loges d’adoption » de son ouvrage, le cas exceptionnel de madame de Xaintrailles, héroïne républicaine qui, lors de la Révolution, fut acceptée au rite des hommes en reconnaissance de sa bravoure. « Sans les nobles chimères du xviiie siècle, aurions-nous conquis les premiers éléments de l’égalité ? » interroge Wanda (CR, xli, 475). Consuelo sera acceptée à des rites refusés à son sexe (CR, xxxi, 373) grâce à sa patience « à suivre toute étude » (C, liv, 420) : les femmes n’ont eu accès qu’aux premiers degrés maçonniques, le symbolisme alchimiste et chevaleresque étant jugé hors de portée de l’intelligence féminine dominée par la sensation, et contraire à une nature dominée par le sentiment.

  • 18 Gisèle et Yves Hivert-Messeca, ibid., p. 163, et sq. pour la citation suivante.

21Or, en 1810, afin de donner plus d’efficacité aux œuvres hospitalières, la loge néo-templière des « Chevaliers de la Croix » (exclue en 1811, mais existant jusqu’en 1845) accepte les femmes professant la religion chrétienne et se vouant « au soulagement de l’indigence et de l’humanité18 ». Vêtus d’un costume blanc ou noir avec un cordon rouge en sautoir portant une croix, les membres bannissaient toute frivolité. Les discours et concerts étaient exécutés par les sœurs qui, de spectatrices, devenaient actrices. Le commandeur du Suprême Conseil de France, Claude de Choiseul-Stainville, prononça à l’occasion de l’ouverture de cette loge ce discours édifiant :

Mais il manquait aux Chevaliers de la Croix ce qui fait le charme de la bienfaisance, ce qui embellit la vertu même : l’austérité de nos institutions, le but religieux de nos statuts, l’abnégation de nous-mêmes, dont cette croix, notre symbole, nous avertit sans cesse ; la réunion des principes religieux et chevaleresques dont le résultat est souvent une rudesse vertueuse ; tout nous avertissait de chercher ce qui nous manque, la grâce qui double le bienfait, la douleur qui console, cette sensibilité exquise qui cherche, qui devine, qui admet le malheur ; nos cœurs, nos pensées sans cesse se sont tournées vers vous, et, semblables à des anges consolateurs, vous êtes descendues dans cet asile.

  • 19 Dans le même volume, le journal rend compte du Livre du compagnonnage de Perdiguier.

22Le journal maçonnique Le Globe, en janvier 1840, puis mars et décembre 184119, relate qu’en présence de Claude de Choiseul-Stainville, la loge « la clémente Amitié », à laquelle appartiennent Clavel et l’éditeur Pagnerre, initie à son tour trois femmes conformément au rituel de la franc-maçonnerie masculine. Les néophytes reçoivent les trois premiers degrés initiatiques au cours de cette seule cérémonie et entendent œuvrer, par des actions caritatives, à la régénération morale de la société civile.

  • 20 En juillet 1844, le Grand Orient de France rappelle à l’ordre le frère Pagnerre, et Clavel est con (...)
  • 21 Elle est contactée par Pagnerre, associé à Souverain, pour donner l’entrée « Devoir » au Dictionna (...)

23Cette tentative de mixité avorte ; mais en 1843 certaines loges réclament la liberté de publication des travaux des frères, liberté que prend Clavel20 et le droit de traiter en loge de questions comme l’émancipation des femmes. Ecrire à ce moment un roman sur la franc-maçonnerie met Sand aux côtés de ces dissidents en relation avec elle21 et son héros Albert apparaît bien en chevalier de la Croix, puisque sa dépouille porte « l’épée au flanc, l’écu sous les pieds et le crucifix sur la poitrine » (C, « Conclusion », 912). Devenue veuve, Consuelo, l’ange de consolation, utilise la succession de son époux à des œuvres de charité (C, cv, 906). Lors de son initiation, la croix qui lui « sert à se faire reconnaître » (CR, xl, 467) est redonnée par le pseudo-Liverani à Consuelo, elle laisse dans le creux de leurs mains unies un stigmate chrétien et féminin – le bijou est hérité de sa mère-, signe de sa prédestination à être la première femme de son temps acceptée par des hommes.

Les possibles féminins

24Sand ne souscrit toutefois pas totalement aux conceptions de la maçonnerie templière aristocratique : c’est une bohémienne par vocation, Rosmunda, qui engendre Consuelo et par ce prénom la destine à être sœur de charité. Conduite jusqu’en Bohême et jusqu’à Albert par sa mère (C, xlv, 351), c’est d’elle que Consuelo reçoit l’aptitude à côtoyer l’initié, et non de l’initié lui-même. Par nature Rose et Croix, Rosmunda lui a transmis les chants naïfs et les légendes chrétiennes de Bohême (C, ciii, 881-882) et c’est l’envoi d’une couronne de roses et d’un crucifix qui donne le signal de la cérémonie d’admission de la jeune fille.

25Wanda avertit Consuelo que les « statuts d’ordres héroïques, renouvelés de l’ancienne chevalerie » (CR, xxxi, 372) sont là pour mieux égarer les frivoles et préserver la doctrine secrète, elle révèle à Consuelo les buts de l’ordre :

Nous ne voulons pas fonder seulement un empire universel sur un ordre nouveau et sur des bases équitables : c’est une religion que nous voulons reconstituer. (CR, xxxi, 369.)

26Comme en 1751 une bulle réitère l’excommunication des maçons, l’adhésion à une société maçonnique après 1750 range Consuelo aux côtés des rebelles à l’autorité papale, à la suite des Hussites ou des Templiers.

  • 22 Nous renvoyons à l’article d’Isabelle Hoog-Naginski dans ce volume.

27Par l’intégration à une société secrète, la femme devient sujet de l’histoire. La Comtesse de Rudolstadt offre aux deux héroïnes adeptes des Invisibles l’occasion de terminer la narration par leur autobiographie ; l’histoire n’est plus ici moyen de moralisation mais prise de conscience de soi. En abolissant les frontières entre réel et fiction, personnages historiques ou romanesques, Sand supprime toute grille de lecture positive du roman comme de l’histoire. Lecteur ou héros doivent avoir foi en l’autre, et de l’histoire sourd une forme non transcendante de religion. Transformée en apôtre, traitée « comme un homme » (CR, xxxi, 373), ayant accès à tous les grades pour professer « le précepte de l’égalité divine de l’homme et de la femme », principe inaccessible, pour des raisons d’éducation et d’instinct, à la majorité des femmes, Consuelo accepte une mission religieuse et politique ainsi définie : se détacher des pressions sociale, morale, religieuse, afin de revenir à la source de la création. Elle doit pour cela être éduquée par une femme âgée et d’apparence masculine, rompue à la sociabilité maçonnique. Wanda figure les anciens temps et les anciens modèles initiatiques féminins. Mère ressortie vivante de son passage sous terre grâce à l’action de Marcus, l’initié/maître qui l’aime (CR, xxxiii, 390), Déméter et Sybille à la fois, elle est maçonne aristocrate du xviiie siècle, égérie qui préside chez elle les conférences des affiliés (CR, xxxiii, 397) elle influe sur leurs décisions. Présente parmi les Invisibles au cours de l’initiation de Consuelo, vêtue de la robe rouge des Rose-Croix, son androgynie fait d’elle le truchement des frères, ou la confidente de l’héroïne dans la plus pure tradition théâtrale, mais non pas maçonnique. Son discours domine la phase préparatoire à l’initiation, au cours de laquelle elle fait une apparition théâtrale. Compétente par nature pour juger des questions de sentiment, elle sait aussi débattre « par la maturité de [son] intelligence » (ibid.), des questions philosophiques et il y a de la Germaine de Staël en elle22. Voilée, elle joue à la demande des Invisibles le rôle de Pythie, chargée de décrypter le sens sacré et véritable du serment échangé et de l’alliance entre sexes. Wanda a dû transiger avec la masculinité et la légalité ; elle considère que sa vie est ratée, car elle n’a pu suivre la loi d’amour. La supériorité de Consuelo, femme sans masque, est de n’avoir pas à se laver de la tache du patriciat, de gagner sa vie, sa liberté, et la gloire ; elle refuse le rôle de fille, car née de père inconnu, elle refuse, (pendant les deux tiers du roman), comme le lui enjoint le Porpora, le rôle d’épouse (C, lxxxvi, 697-698) ; elle préserve sa vertu dans le monde du théâtre qui tolère le libertinage de ses mécènes. Elle doit à ses capacités naturelles, à son refus des jeux sociaux, sa qualité de maçonne, – conquise plutôt que reçue-, élargissement des acquis de la génération précédente.

28Femme du sentiment et de la sensation, Consuelo va se former à l’action, domaine masculin, et de cela l’histoire de la franc-maçonnerie ne proposait aucun modèle réalisé. Elle est acceptée finalement par des hommes, après une succession d’initiations par les femmes, pour agir sur les femmes, trouver les modalités sociales qui leur conviennent. Le roman toutefois se suspend sur un hyménée spirituel et la formation du premier couple d’initiés, l’amour et l’union sont donnés comme véritable fin, bien plus que la communion à la coupe de Jean Ziska.

29L’épilogue ne nous porte guère à croire au succès de la mission de Consuelo. Elle a perdu sa voix, n’existe plus qu’au sein de la cellule familiale et demeure la seule femme initiée aux mystères de la franc-maçonnerie écossaise (CR, « Epilogue », 533). L’espoir cependant réside en cette métaphore féminine de Christophe, passeur d’un nouveau monde, qui clôt le roman : la Zingara portant sa fille Wenceslawa sur son épaule, métaphore de l’avenir de l’humanité au féminin, prête « au voyage sans repos, à l’action sans défaillance » (CR, « Epilogue », 565). Comme les Invisibles, Sand rêve (CR, xli, 475), mais elle imagine le passé pour dénoncer les impasses de l’histoire présente.

Notes

1 Mémoires pour servir à l’histoire du jacobinisme, Hambourg, P. Fauche, 1798/1799. Voir à ce sujet G. Sand, Cor., VI, p. 140 : lettre du 18 mai 1843 à Godefroid Cavaignac.

2 Cor., V, 174. Lettre à Ferdinand François de mi-juin 1843.

3 P. 500. Nos références sont à l’édition Phébus Libretto.

4 Clavel, Histoire pittoresque de la franc-maçonnerie et des sociétés secrètes, Pagnerre, 1843 (reprint Veyrier, 1987). Désormais Histoire...

5 Cor., VI, 174 (lettre à F. François déjà citée) : Hund, Schubard et Jaeger ont tous appartenu à la Stricte Observance.

6 Paul Naudon, L’Histoire générale de la franc-maçonnerie, Office du livre, 1997, p. 127.

7 Cor., VI, 140-141

8 Selon Henri Prouteau, Littérature et franc-maçonnerie, Henri Veyrier, 1991, p. 225 et sq. Le fils de Fichte avait fait rééditer son œuvre en 1834, et une nouvelle parution eut lieu en 1845.

9 Sand et Heine se fréquentent depuis janvier 1843 (Cor., VI, ii) et Sand demande à Heine quelques vers pour Consuelo en mai 1843 (Cor., VI, 131). Heine, fils de maçon, devint membre de la loge « Les Trinosophes » de Paris le 4 janvier 1844, il a pu auparavant être initié en Allemagne.

10 Paul Naudon, Histoire générale de la franc-maçonnerie, op. cit., p. 128.

11 Cor., VI, 179.

12 George Sand, OA, HV, II, 4, p. 396.

13 Le Maréchal de Saxe aurait pu se trouver à la tête de la franc-maçonnerie écossaise de France, s’il n’avait été évincé par le comte de Clermont, abbé de Saint-Germain qui devint, le 9 décembre 1743, Grand Maître perpétuel de toutes les loges régulières du royaume. Voir à ce sujet Pierre Chevallier : Histoire de la franc-maçonnerie française, Fayard, 1974, 2 vol.

14 Consuelo La Comtesse de Rudolstadt, III, p. 475. G. Lubin, « Georges Lubin répond », Présence de George Sand, no 16, Échirolles, 1983.

15 La Saxe soutint l’empereur germanique en guerre contre les Hussites, et celui-ci, pour remercier Frédéric le Placide, le fît Electeur des duchés de Saxe-Wittenberg et Saxe-Lauenbourg en 1423. Ses héritiers, le prince électeur Ernest et le duc Albert, se partagèrent ces domaines et prirent des options religieuses différentes : la branche albertine soutint l’empereur et le catholicisme, l’autre la réforme luthérienne et les princes protestants. La Saxe adhéra à la religion réformée jusqu’en 1697, date à laquelle, le prince Frédéric-Auguste I, pour devenir roi de Pologne, se convertit au catholicisme.

16 Weishaupt ? Wanda la sœur de Jean Ziska ? Wratislaw l’aïeul des Rudolstadt ? Selon une tradition rapportée par les évangiles synoptiques, les antéchrists sont issus de la communauté chrétienne : ce sont les premiers hérétiques. Le w est l’oméga de la fin des temps.

17 Jean-Pierre Bacon de La Chevalerie, en 1774. Voir à ce sujet Gisèle et Yves Hivert-Messeca : Comment la franc-maçonnerie vint aux femmes. Deux siècles de franc-maçonnerie d'adoption féminine et mixte en France. 1740-1940. Dervy, 1997. Nous nous référerons à cet ouvrage pour analyser ensuite la franc-maçonnerie féminine en France.

18 Gisèle et Yves Hivert-Messeca, ibid., p. 163, et sq. pour la citation suivante.

19 Dans le même volume, le journal rend compte du Livre du compagnonnage de Perdiguier.

20 En juillet 1844, le Grand Orient de France rappelle à l’ordre le frère Pagnerre, et Clavel est condamné à six mois de suspension. Pierre Chevallier : Histoire de la franc-maçonnerie française, op. cit., vol. 2, p. 263.

21 Elle est contactée par Pagnerre, associé à Souverain, pour donner l’entrée « Devoir » au Dictionnaire politique qui commence à paraître chez lui fin 1843 (lettre de réponse vraisemblablement datée de mi-mars 1844, Cor., VI, 476).

22 Nous renvoyons à l’article d’Isabelle Hoog-Naginski dans ce volume.

Auteur

Enseignante du premier degré. Elle a publié Le Rabot et la Plume. Le Compagnonnage littéraire au temps du romantisme (Presses universitaires du Septentrion, 2002). Elle participe aux activités du Centre de recherche ALITHILA (université de Lille III).

© Presses universitaires de Lyon, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search