Version classiqueVersion mobile

Lectures de Consuelo - La Comtesse de Rudolstadt de George Sand

 | 
Michèle Hecquet
, 
Christine Planté

La famille humaine

L’hérésie et le processus expiatoire dans Consuelo

Gérard Chalaye

Texte intégral

1Consuelo de George Sand contient les éléments, fortement marqués et récurrents, d’une psychanalyse anthropologique fondamentale possible. Certes les signes brouillés, comme cela arrive habituellement dans ce genre d’hypothèses, ne correspondent pas toujours exactement aux schémas classiques de Freud et de Girard. Il existe cependant, nous semble-t-il, assez d’indices allant dans le même sens pour tenter l’esquisse suivante à propos du thème de l’hérésie.

Effacer le nom du père

  • 1 Nos références sont aux éditions de l’Aurore, 1983.

2Le schéma hérétique, dans Consuelo, est construit sur des fondations collectives inconscientes extrêmement profondes et archaïques. D’où les images récurrentes des grottes, des souterrains, des cachots matérialisant un sous-sol à la fois psychanalytique et anthropologique. Mais ces fondements, comme chez Michel Serres, sont ceux de la violence et du crime originel. Le meilleur exemple n’en est-il pas les ossements humains de victimes hussites présents dans la grotte d’Albert ? (C, liv, 404.)1 Le socle de la foi d’Albert et le fond de sa méditation sont la violence sacrée, le charnier sacrificiel originel du passé de l’humanité en ses fondements religieux.

3Les Bohémiens ont gardé, comme relique fondatrice, un tambour fabriqué avec la peau tannée d’un cadavre, celle du chef calixtin Jean Ziska (CR, vi, 52). L’aspect totémique, sacrificiel et eucharistique est visible dans le fait que Jean Ziska, comme le Christ, donne son corps à la communauté de ses compagnons. Suivant le schéma jungien, le passé, comme l’inconscient collectif, est constamment réactivé dans le présent et réapparaît sans cesse sous des formes névrotiques. Le passé n’en finit pas « de passer », ainsi que le dit Albert à Amélie : « Vous avez bien fait de ne pas rester sous le Hussite, comme je l’ai fait, des heures et des nuits entières. Vous eussiez vu et entendu là des choses qui vous eussent glacée d’effroi et dont le souvenir ne se fût jamais effacé de votre mémoire. » (C, xxiii, 192.) Le chêne du Hussite plonge ses racines dans le sang des victimes expiatoires. C’est le sens de la mise au jour des corps des Hussites accomplie par Albert : la mémoire de l’hérésie est la mémoire des cadavres sur lesquels l’humanité a construit ses bases religieuses (C, xxxi, 253). Il y a là une véritable remontée, une véritable exhumation d’un passé refoulé dans les profondeurs de l’inconscient collectif d’un peuple : l’image de l’ossuaire est, sur ce point, explicite. Nous plongeons ici, à travers une archéologie culturelle, dans les fondations de la mémoire historique et religieuse, où seul Albert s’aventure à travers ses sommeils cataleptiques.

4Qui n’a remarqué que tout revient, au moins deux fois, dans Consuelo, sous des aspects différents, et que tout fait écho ? Jean Huss, Jean Ziska, Withold Podiebrad, Wratislaw et Albert de Rudolstadt constituent, entre eux, des doubles sacrificiels qui se correspondent. Le meurtre de Withold Podiebrad fait pendant à celui de Jean Huss. Il en est de même des contrastes binaires de la chaîne de filiation féminine : la sœur (Wanda) et la fille de Jean Ziska/Ulrique de Rudolstadt ; Wanda de Prachalitz et Consuelo/Wenceslawa. Le moine qui viole en 1419 Wanda, la sœur de Jean Ziska, le jésuite Dithmar, l’abbé jésuite qui accompagne Albert durant son voyage et le chapelain du château représentent, par paires, des images de la traîtrise et de la félonie. Marcus et Consuelo sont, tous deux, des rédempteurs de la famille des Rudolstadt. Il y a deux Zdenko et trois Wanda qui forment un système d’échos et Sigismond et Rodolphe sont doubles dans la généalogie fantasmatique des Rudolstadt. Sans compter le fait que George Sand est, elle-même, descendante de Georges Podiebrad, roi de Bohême.

  • 2 René Girard, La Violence et le Sacré, Pluriel, Grasset, Paris, 1972, p. 380.

5Dans cette chaîne de retours, où le passé agit sans cesse sur le présent, les morts reviennent hanter les vivants à la manière de remords incessants, pour réactiver le meurtre originel : Wanda et Albert ne reviennent-ils pas d’entre les morts ? Cela ne fait que mettre en valeur le substrat anthropologique extrêmement archaïque, de la crise sacrificielle, dans la chaîne hérétique. Comme le dit René Girard, « c’est bien la preuve que les morts incarnent la violence2 ».

6L’hérésie dans Consuelo, c’est, finalement, une histoire de sang et de vengeances, une histoire de clans « ethniques » et de vendetta familiale, une histoire de meurtre de l’ancêtre originel et de vengeance filiale, comme dans le Totem et Tabou de Freud : les Podiebrad contre les Rudolstadt, le clan bohème et slave contre le clan saxon et germanique. En effet Albert se considère comme le dernier des Podiebrad et veut venger, en apparence, ses ancêtres masculins de l’assassinat dont les Rudolstadt sont les bénéficiaires par les femmes. Ce qui rend le schéma encore plus œdipien, c’est que les deux clans sont étroitement imbriqués dans la même famille.

7L’hérésie, comme le sacré en général, participe ainsi de la structure anthropologique de l’inconscient : la guerre des « ethnies » est aussi une guerre de religions et c’est en cela que la violence touche à la sexualité et au sacré. Les Rudolstadt se situent du côté de l’orthodoxie catholique, comme l’affirme Amélie (C, xxv, 205.) Cette pureté « ethnique » et confessionnelle des Rudolstadt suivrait la filiation des femmes puisque, s’exclame la chanoinesse, « notre race était la plus pure, la plus illustre et la plus excellente de toutes les familles de l’Allemagne, du côté des femmes particulièrement » (C, xxviii, 223). À cela, Albert rétorque, en résistant à tous les arguments de sa tante avec ténacité (ibid., 224) que, du point de vue des Podiebrad, les femmes sont, au contraire, le maillon faible, le maillon de la trahison (ibid.) Ce qu’il faut donc extraire de la nuit de la honte œdipienne, la tache primordiale qu’il faut laver, pour la faire remonter à la surface de la mémoire, est bien l’occultation du nom du père qui a été plongé dans l’oubli du refoulement. Nous sommes très proches du schéma sacrificiel tragique dont René Girard nous a rendus familiers. Le père a été tué et la mère a occulté jusqu’à son nom :

Ma tante qui sait dessiner des arbres généalogiques a jugé à propos d’abattre, dans sa mémoire, l’arbre unique et vénérable dont la souche nous a produits. Mais un arbre généalogique, sur lequel notre histoire glorieuse et sombre a été tracée en caractères de sang, est encore debout sur la montagne voisine. (Ibid., 225.)

8Le caractère psychanalytique et anthropologique, fondamentalement sexuel et religieux, est clairement visible dans l’obsession fantasmatique de la pureté du sang (ibid., 226).

9Dans ce processus, la mère d’Albert, Wanda de Prachalitz rompt, la première, la malédiction anthropologique sacrificielle, en réintroduisant, dans la famille, le sang slave, bohème et hérétique des Prachalitz et de Jean Ziska qu’Ulrique, la veuve de Withold, avait répandu sur le Schreckenstein, la pierre d’épouvante, pour le remplacer par celui des Rudolstadt, ses aïeux. Albert fait resurgir, devant les yeux étonnés de l’abbé qu’il prend pour Dithmar le jésuite, ce que l’on peut considérer comme étant la scène originelle de l’effacement du nom du père par Ulrique :

Elle ne sut point accepter la misère, la proscription, la persécution, pour conserver à ses enfants une foi que Withold venait de signer de son sang et un nom qu’il venait de rendre plus illustre encore que tous ceux de ses ancêtres hussites, calixtins. (Ibid., 227.)

10L’hérésie se situe à l’intersection du religieux, de l’anthropologie et de la psychanalyse. Nous pouvons percevoir, ainsi, à quel point la question hérétique est une question sacrificielle, et à quel point il est impossible de dissocier tous ces éléments, tant le sacré est fondamentalement mêlé au substrat anthropologique familial. Wanda de Prachalitz, descendante de Jean Ziska et mère d’Albert, à partir de son passé protestant, tente de réintroduire des gênes hérétiques slaves dans la généalogie catholique germanique des Rudolstadt, et d’amorcer ainsi une remontée vers le point aveugle du meurtre originel (CR, xxxiii, 326). Mais l’inoculation du virus hérétique échoue et la haine entre Podiebrad, Prachalitz d’un côté, et Rudolstadt de l’autre, se poursuit à l’intérieur du couple (ibid.). La mère d’Albert, Wanda, réactualise, en sa personne, toute la généalogie hérétique :

—Je suis Wanda de Prachalitz elle-même, répondit la sibylle en retrouvant quelque fermeté dans sa voix et dans son attitude ; je suis la mère d’Albert et la veuve de Christian de Rudolstadt ; je suis la descendante de Jean Ziska du Calice et la belle-mère de Consuelo ; (CR, xxxii, 323).

11Nous sommes confrontés à une mémoire familiale névrotique et refoulée, d’où la nécessité de plonger dans les profondeurs généalogiques de l’inconscient : ce qui est refoulé à partir de Wratislaw que l’on a converti au catholicisme et auquel Albert s’identifie, est la scène originelle du meurtre de Withold, le père, hérétique. Mélangeant les époques, Albert est persuadé qu’il est le même que Wratislaw, fils de Withold, et le premier des Podiebrad qui eût porté le nom maternel de Rudolstadt. Comme Leroux, Albert croit à la métempsycose et affirme pouvoir raconter ce qu’il prétend avoir vu, non seulement dans la personne de Wratislaw, mais encore dans celle de Jean Ziska. L’originalité de Consuelo provient du fait que la scène originelle du meurtre du père, en 1619, est ainsi constamment réactivée par un système d’échos en amont et en aval. En amont, citons, par exemple, le supplice de Jean Huss en 1415. Citons le viol, en 1419, de Wanda, la sœur de Jean Ziska, accompli par un moine, et revécu par Albert (C, lxiii, 329) : avec le sang du moine, le sang de l’Église catholique est versé par l’hérétique Jean Ziska.

12Les traces embrouillées du schéma œdipien sont partout présentes autour du personnage d’Albert. Ce dernier recherche sa mère Wanda de Prachalitz, obsessionnellement et symboliquement présente en même temps qu’elle est physiquement absente (C, xxv, 207). À travers le hussitisme et le protestantisme, la personne sacrée du père de Wratislaw est dévalorisée et bafouée dans sa religion. Pour nier le clan des Podiebrad et conserver la pureté du sang du clan des Rudolstadt, la cousine germaine d’Albert, Amélie, lui est promise, de manière quasi incestueuse, ainsi que le perçoivent les voisines des alentours (C, xxii, 186).

13Le schéma est rendu particulièrement complexe par le fait que Withold est, à la fois, victime originelle et victime sacrificielle, puisqu’il redouble le meurtre premier de Jean Huss, qui déclenche la chaîne des vengeances initiée par Jean Ziska sur le Schreckenstein, l’efface d’une certaine manière et amorce un processus d’expiation, qu’Albert (qui est le double de Wratislaw) doit achever. Jean Huss est donc la victime originelle, Jean Ziska l’initiateur du cycle de la vengeance, Withold Podiebrad la première victime expiatoire. Albert de Rudolstadt est le prêtre qui doit achever le processus sacrificiel. Il y a ainsi deux victimes primordiales, Jean Huss et Withold Podiebrad qui renvoient chacune l’une à l’autre.

La robe rouge d’Amélie

  • 3 Encyclopédie nouvelle II, publiée sous la direction de MM. Pierre Leroux et Jean Reynaud, 1834-184 (...)
  • 4 Louis Blanc, La Révolution française, Paris, Docks de la librairie, imprimerie générale de Ch. Lah (...)
  • 5 René Girard, op. cit., p. 140.

14Tout commence par le meurtre de Jean Huss (et de Jérôme de Prague), victime originelle dont le supplice déclenche le cycle infernal des vengeances mené par Jean Ziska. Les commentateurs insistent, tous, sur la violence et la cruauté des Taborites comme on peut le constater dans L’Encyclopédie nouvelle dirigée par Pierre Leroux3. Dans la généalogie hussite, Jean Ziska représente, symboliquement, le cycle de la vengeance, ainsi que le confirme Louis Blanc dans sa Révolution française4. Le meurtre originel (Jean Huss/Withold Podiebrad) déclenche donc le cycle infernal de la violence hérétique : « Le nombre extraordinaire de commémorations rituelles qui consistent en une mise à mort donne à penser que l’événement originel est normalement un meurtre5. » Il s’agit, en effet, de la réaction en chaîne des vengeances multiples telle que l’on peut la constater avec les victimes taborites de la citerne et les victimes catholiques pendues au chêne du Hussite sur le Schreckenstein, la pierre d’épouvante, la bien nommée. Comme l’écrit René Girard,

  • 6 Ibid., p. 28.

La seule vengeance satisfaisante, devant le sang versé consiste à verser le sang du criminel. Il n’y a pas de différence nette entre l’acte que la vengeance punit et la vengeance elle-même. La vengeance se veut représailles. Le crime que la vengeance punit ne se conçoit presque jamais lui-même comme premier ; il se veut déjà vengeance d’un crime plus originel. La vengeance constitue donc un processus infini, interminable6.

15À ce phénomène correspondent exactement les formules hussites employées par George Sand au cours du roman.

  • 7 Simone Vierne, « Introduction » à Consuelo, p. 19.
  • 8 Igor Chafarévitch, Le Phénomène socialiste, Paris, Seuil, 1977, p. 44.
  • 9 Ibid., p. 45.

16C’est pourquoi l’hérésie, dans Consuelo, c’est d’abord l’univers de la violence, de la destruction et du cycle de la vengeance ainsi que l’affirme Simone Vierne dans son « Introduction7 ». Igor Chafarevitch fait, d’ailleurs, de la volonté nihiliste de destruction l’une des caractéristiques principales de l’hérésie hussite8. À partir des textes taborites, nous ne pouvons manquer d’être impressionnés par l’exactitude des termes employés par George Sand pour désigner le cycle de la vengeance dont l’Église catholique est la première victime9, car la violence décrite par la romancière dans Consuelo semble avoir une forte base historique. Cette propension hussite à la destruction sociale se retrouve dans les réactions d’Albert, ainsi que le constatent les membres de sa famille.

17Il n’est pas de meilleur exemple de ce cycle que celui du chêne du Hussite aux branches duquel furent pendus des moines catholiques pour venger les Taborites précipités dans la citerne : « Le chêne, depuis ce temps-là, avait été nommé le Hussite, la pierre de la citerne, Pierre d’épouvante et le village détruit sur la colline abandonnée, Schreckenstein » (C, xxxv, 272), ainsi qu’Albert, qui se prend pour Jean Ziska, le rappelle à son père (C, xxiii, 192). Le sang figure l’image corporelle symbolique la plus caractéristique de la violence et Amélie présente, à Consuelo, le déchaînement de cette chaîne de vengeances (C, xxv, 204). C’est encore la violence contre l’Église catholique qui remonte de l’inconscient de Consuelo dans son rêve concernant Jean Ziska et les Taborites (C, lv, 419).

18La finalité paradoxale du cycle infernal de la violence est, pourtant, de la faire cesser, puisque chaque nouvel acte violent se présente comme expiation, c’est-à-dire comme étant le dernier. Ce but ne peut-être atteint que par la violence suprême et collective qui est celle du sacrifice expiatoire. Elle devient pénitence, comme l’affirme Albert au comte Christian à propos du chêne du Hussite (C, xxiii, 192). Au bout de la violence la plus extrême, il y a donc son achèvement. C’est la raison pour laquelle Albert, qui doit mener à son terme le processus expiatoire a horreur du sang, substance hautement symbolique, et ne possède pas d’armes dans sa grotte ainsi que le note Consuelo (C, xlii, 326). Wanda de Prachalitz, la mère d’Albert, refuse également le serment par les armes (C, liv, 406).

  • 10 René Girard, op. cit., p. 155.
  • 11 Ibid., p. 370.
  • 12 Sigmund Freud, Totem et Tabou, Payot, Paris, 1970, p. 163.
  • 13 Ibid., p. 177.

19Le rituel (eucharistique par exemple) a pour mission de faire cesser le cycle de la violence intestine dans la société. En effet, comme le dit René Girard, « même les rites les plus violents visent réellement à chasser la violence10 ». Celle du rite vient en remplacement de celle qui est générée par la société11. Est-il besoin de rappeler le texte bien connu de Totem et Tabou dans lequel Sigmund Freud explique le mécanisme du sacrifice et du repas totémique : « Un jour les frères chassés se sont réunis, ont tué et mangé le père12 [...] » ? Freud déclare : « D’après la loi du talion profondément enracinée dans l’âme humaine, un meurtre ne peut être expié que par le sacrifice d’une autre vie13. » Cet acte sera annulé pour Albert par l’amour de Consuelo, c’est-à-dire par la Consolation.

20La première victime sacrificielle expiatoire est en fait Withold. L’expiation du meurtre de Jean Huss et des vengeances de Jean Ziska commence réellement avec la scène mythique de l’assassinat de Withold Podiebrad sur le Shreckenstein (C, xxii, 185). Un sang lave un autre sang, comme le perçoit Albert de Rudolstadt pour qui le sang de Withold vient laver celui répandu par Jean Ziska. C’est sur le terreau de la violence la plus extrême que naît l’apaisement de la vengeance ainsi que le dit Albert, qui se prend pour Jean Ziska et pour Wratislaw Podiebrad, à sa tante Wenceslawa :

Lorsque je m’appelais Wratislaw, je vis rouler, d’un coup de sabre, la tête mutilée et défigurée de mon père Withold, redoutable expiation qui m’apprit ce que c’est que la douleur et la pitié, jour de rémunération fatale où le sang luthérien lava le sang catholique et qui fit de moi un homme faible et tendre au lieu d’un homme de fanatisme et de destruction que j’avais été cent ans auparavant. (C, xxx, 247.)

21Au cœur même de la violence, se trouve la clé de sa résolution.

  • 14 Simone Vierne et René Bourgeois, « Introduction », Consuelo, t. I, p. 14.
  • 15 René Girard, op. cit., p. 10.
  • 16 Ibid., p. 9.

22Le meurtre de Withold qui est en réalité un sacrifice, efface la chaîne de vengeance déclenchée par Jean Ziska après celui de Jean Huss et amorce le processus d’expiation qu’Albert doit mener à son terme14. Il y a déjà dans la violence, paradoxalement, une volonté de pacification : « Si le sacrifice apparaît comme violence criminelle, il n’y a guère de violence en retour qui ne puisse se décrire en termes de sacrifice15. » Albert de Rudolstadt sait que victimes et bourreaux sont liés par un lien quasiment sadique (C, xxx, 249). C’est que bourreaux et victimes sont les mêmes personnes. Le sacrifice expiatoire a pour but d’arrêter le cycle des vengeances en dirigeant la violence sur une victime unique, le pharmakos, le bouc émissaire, ici, avant tout, Withold Podiebrad : « Il est criminel de tuer la victime parce qu’elle est sacrée mais la victime ne serait pas sacrée si on ne la tuait pas16. » Mais le sacrifice du bouc émissaire est réactualisé dans une grande partie de Consuelo par le meurtre supposé de Zdenko (C, lvi, 429).

23Pour que le sacrifice ait une valeur, il faut que la victime soit sacrée et représente ce qui nous est le plus cher car « on tue toujours ce que l’on aime », ainsi qu’on le perçoit dans le dialogue entre Albert et Consuelo, à propos de Zdenko (ibid., 430). Le meurtre de Zdenko est explicitement comparé au meurtre du père de même qu’Albert est comparé à Abraham (ibid., 431). Nous pourrions donc suivre René Girard lorsqu’il déclare :

  • 17 René Girard, op. cit., p. 140.

Nous croyons tenir dans la crise sacrificielle et le mécanisme de la victime émissaire le type d’événement qui satisfait à toutes les conditions qu’on peut exiger de lui. La présence du religieux à l’origine de toutes les sociétés humaines est indubitable et fondamentale. Nous affirmons donc que le religieux a le mécanisme de la victime émissaire pour objet ; sa fonction est de perpétuer ou de renouveler les effets de ce mécanisme, c’est-à-dire de maintenir la violence hors de la communauté17.

24Ne pouvons-nous dire, en effet, que le sacrifice de Zdenko par Albert, a pour but de maintenir la violence hors de la communauté des Rudolstadt ?

  • 18 Ibid., p. 141.
  • 19 Sigmund Freud, op. cit., p. 65.

25Nous avons d’ores et déjà de sérieuses raisons de penser que la violence contre la victime émissaire pourrait bien être radicalement fondatrice en ce sens qu’en mettant fin au cercle vicieux de la violence, elle amorce du même coup un autre cercle vicieux, celui du rite sacrificiel qui pourrait bien être celui de la culture tout entière18. Tel paraît être le rôle de Zdenko, et c’est pourquoi dans Consuelo, les morts ne cessent de hanter les vivants19 : le spectre de Wanda de Prachalitz est un continuel remords (CR, xxxvi, 362). La nécessité du sacrifice expiatoire rituel explique, dans Consuelo, l’obsession fantasmatique du sang : le sang de Withold lave le sang catholique et permet à Albert de remonter la chaîne des Prachalitz jusqu’à Jean Ziska du Calice : « Dieu m’a fait renaître dans le sein d’une femme plus forte ; il m’a retrempé dans le sang de Ziska, dans ma propre substance qui s’était égarée je ne sais comment. » (C, xxviii, 229.) La robe d’Amélie de Rudolstadt prend, dans l’imagination d’Albert, la couleur du sang des Podiebrad, ainsi que le rapporte la jeune fille :

Il se contenta de répondre à l’abbé d’un ton fort sec qu’il était aussi capable que lui de distinguer les couleurs et que ma robe était rouge comme du sang. Je ne sais pourquoi cette brutalité et cette bizarrerie d’expression me donnèrent le frisson. Je regardai Albert et lui trouvai un regard qui me fit peur. (C, xxvii, 219.)

  • 20 René Girard, op. cit., p. 59.

26À propos de la couleur de la robe d’Amélie, nous pouvons reprendre la question de René Girard : avec quoi va-t-on nettoyer cette souillure ? Quelle substance extraordinaire, inouïe, résistera à la contagion du sang impur, parviendra même à la purifier ? C’est le sang lui-même, mais le sang des victimes sacrificielles, cette fois, le sang qui demeure pur s’il est rituellement versé. Il est clair que le sang illustre de façon remarquable l’opération entière de la violence20.

  • 21 Sigmund Freud, op. cit., p. 155.

27Le sang de Withold lave celui des victimes de Jean Ziska (les moines du chêne du Hussite), qui lave celui de Jean Huss et cela interminablement. Freud, dans Totem et tabou, a montré que le repas totémique primitif a une réelle dimension sacrificielle : « La force morale du repas de sacrifice public reposait sur des représentations très anciennes concernant la signification de l’acte de manger et de boire en commun21. » Ne peut-on considérer l’Eucharistie chrétienne comme un sacrifice expiatoire situé au bout du cheminement violent de la civili-sation et de la culture, celui qui amorce la délivrance de l’espèce humaine ? La communion hussite, face au peuple et sous les deux espèces, jouerait clairement dans Consuelo le rôle d’un rite sacrificiel de très grande valeur ainsi que l’explique Amélie à l’héroïne (C, xxxvi, 280).

28Nous voyons à quel point la substance symbolique du sang figure, ici, l’hérésie contre le catholicisme. Le Saint-Graal ne serait d’ailleurs, selon George Sand, que la substance primitive, les larmes ou le sang du Christ, à l’origine du rite eucharistique dans le christianisme primitif (CR, « Epilogue », 418). La dimension sacrificielle de l’Eucharistie ne fait aucun doute, et ce n’est pas un hasard si Albert donne à la communion, face au peuple et sous les deux espèces, selon les rites taborites, une telle importance : il « invente toutes sortes de communions et s’en va communiant sur les chemins avec les mendiants, les païens et les imbéciles. C’était la manie des Hussites de communier partout, à toute heure et avec tout le monde » (C, xxxvi, 280). George Sand représente ainsi le rite eucharistique hussite revu par les Invisibles (CR, xxxviii, 381).

29L’Eucharistie semble marquer, cependant, dans Consuelo, un arrêt du cycle de la violence car elle prend, dans ce roman, une valeur sociale fortement pacificatrice, unificatrice et réellement humanitaire. Albert d’ailleurs affirme l’aspect transitoire et historiquement daté de ce sacrement (C, liv, 410). La communion n’est plus qu’un principe, qu’une idée et il est nécessaire de noter le processus de désymbolisation qui est ici en cours.

La consolation impitoyable

30La sortie et la délivrance du cycle de la violence se notent, chez Albert, par une véritable impression de paix religieuse (C, xxiv, 201). C’est ce que les hérétiques dualistes appelaient la « Consolation » (Consolamentum). C’est cette impression d’apaisement et de consolation qui domine, ainsi que le déclare Albert à son père, après la destruction du Hussite (C, xxiii, 192). Un des indices de l’apaisement, de la réconciliation et de la fin du cycle de la vengeance sera le fait de reconnaître que les victimes des deux camps se situent sur le même plan, et ne doivent pas être opposées les unes aux autres, comme le dit Consuelo :

Sont-ce là des Hussites ou des catholiques ? Les uns et les autres ne furent-ils pas victimes d’une fureur impie, et martyrs d’une foi également vive ? [...] Je me demande pourquoi vous rendez un culte exclusif à la mémoire et à la dépouille de ces victimes comme s’il n’y avait pas eu des martyrs dans l’autre parti. (C, liv, 404-406.)

  • 22 Simone Vierne et René Bourgeois, op. cit., p. 17.

31Comme dans l’hérésie dualiste manichéenne des Cathares, ce qui est recherché est la fin de la lutte entre le bien et le mal, un dépassement de la dualité de Dieu et de Satan, une réconciliation entre les deux principes22. Satan, chez les Lollards et les Hussites, devient l’image même de la réconciliation, de la paix, puisqu’il a pris les traits du Christ. C’est en jurant sur son nom que Zdenko, qui a échappé au sacrifice sanglant, annonce auprès du corps d’Albert, la fin du cycle de la violence :

Je l’emmènerai demain dans la grotte et nous parlerons encore de Consuelo, Consuelo de mi alma ! [...] Le malheur est conjuré, le mal est détruit ; la mort est vaincue. Le jour trois fois heureux s’est levé. Que celui a qui on a fait tort te salue ! (C, « Conclusion », 379.)

32La réconciliation entre les deux principes et la fin du combat entre Dieu et Satan appartiennent d’ailleurs également, selon ce que Consuelo apprend de Gottlieb, à l’enseignement hérétique de Jacob Boehme (CR, xix, 195) : c’est sur la question de la lutte et de l’unité que se fonde, selon Gottlieb, la problématique religieuse (ibid., 201).

33L’hérésie qui domine, dans Consuelo, est celle des Hussites et des Taborites qui, par-delà la violence et la fureur, devrait se métamorphoser en religion humanitaire de justice et de paix car le temps du zèle et de la fureur (est passé). C’est, en effet, Consuelo qui est envoyée à Albert pour lui annoncer cette transformation, nous pourrions dire cet avènement. Car c’est le souvenir de Jean Huss et des Taborites que célèbre le comte de Rudolstadt qui, pris de démence et d’hallucinations, croit remonter le temps et revivre cette tragédie dans la personne, par exemple, de Jean Ziska.

34Il faut prêter une attention toute particulière au passage du chapitre LIV dans lequel est à l’œuvre, chez Albert, le processus d’apaisement et de réconciliation. Le héros attend, de Consuelo, sa délivrance et sa sortie du cycle infernal de la violence sacrificielle ainsi qu’il le lui explique (C, liv, 408). La première étape est le fait de reconnaître l’égalité et l’innocence de toutes les victimes du cycle sacrificiel, quel que soit leur camp, et c’est là que l’on touche au point aveugle de la souffrance refoulée. La solution définitive se trouverait dans l’expiation, la réconciliation et l’absolution pour les crimes de Jean Ziska qui n’est que l’autre forme de la personnalité d’Albert. Mais Albert est enfermé dans le cycle névrotique de la violence et de la culpabilité. La fin du passage semble marquer la remontée vers la liberté et la fin de la malédiction.

35George Sand cite moins les manichéens dualistes que les Hussites et les Taborites mais le nom même de Consuelo n’est pas sans évoquer le sacrement du Consolamentum chez les Cathares, véritable rite de pacification, d’apaisement, de pardon et de réconciliation qu’Igor Chafarévitch définit ainsi :

  • 23 Igor Chafarévitch, op. cit., p. 35.

L’initiation des parfaits ou Consolamentum était le sacrement le plus important. On ne peut guère le comparer à aucun autre sacrement de l’Église catholique. C’était, à la fois, un baptême, une ordination, un acte de contrition et quelquefois même une extrême onction23.

36C’est cette Consolation qu’attend le comte Albert, ainsi qu’il le dit à son père à propos de l’ange de la pierre d’épouvante (C, xxx, 248). Pour Albert, il n’y a pas de doute que l’amour que Consuelo pourrait lui donner représenterait en lui-même ce sacrement (C, xxxi, 256). Zdenko l’assimile également à la personne de Consuelo (C, xxxv, 274), mais il le refuse au départ en déclarant : « La délivrance semble enchaînée, la consolation semble impitoyable. Il y a, là-bas, une âme en peine et en travail qui se lasse d’attendre. La délivrance est enchaînée, la consolation est impitoyable. » (C, xxxix, 302.) À cela, la Porporina rétorque : « Toi, tu ne sais rien, Zdenko. La délivrance a rompu ses chaînes, la consolation a brisé ses fers. » (C, xl, 310.)

37Il n’est finalement pas de meilleur symbole de la délivrance de la fatalité de la violence, et de la sortie du cycle des vengeances, que ce sacrement, et c’est ce que ressent Albert en entendant chanter Consuelo (C, xxxii, 259). De toute évidence, le terme de « Consolation » a pour Albert une valeur prophétique, mystique et hérétique. C’est Albert de Rudolstadt qui mène, à son terme, le processus expiatoire et opère une sortie du cycle infernal de la violence, par une pacification, un apaisement complet, un dépassement, un au-delà de la vengeance toujours renouvelée. Il ne parvient cependant à ce but que par l’intervention de Consuelo qui le rejoint dans sa grotte, le délivre du poids inconscient du passé, du sang et du meurtre et lui permet de remonter vers la lumière à travers le mur de la haine. Consuelo provoque, ici, le choc cathartique qui déchire d’un seul coup le voile obscur des ténèbres anthropologiques inconscientes.

38Albert s’écrie, en se prenant pour Jean Ziska et en s’adressant à la sœur de ce dernier, Wanda, qu’il confond, en la personne de Consuelo, avec sa mère Wanda de Prachalitz :

« le temps du zèle et de la colère est passé ; nous voici aux jours du repentir et de l’expiation. Demande-moi des larmes et des prières ; ne me demande plus de sang : j’ai horreur du sang désormais, et je n’en veux plus répandre ! non ! non ! pas une seule goutte ! Jean Ziska ne remplira plus son calice que de pleurs inépuisables et de sanglots amers ! »

[...]

« Albert lui dit-elle car ton nom n’est plus Jean, de même que le mien n’est plus Wanda, regarde-moi bien et reconnais que j’ai changé, ainsi que toi, de visage et de caractère. Ce que tu viens de me dire, je venais pour te le rappeler. Oui, le temps du zèle et de la fureur est passé. La justice humaine est plus que satisfaite ; et c’est le jour de la justice divine que je t’annonce maintenant ; Dieu nous commande le pardon et l’oubli. » (C, xliii, 329-330.)

39Ne pourrait-on pas considérer que le faux meurtre de Zdenko abolit la nécessité du rite expiatoire et opère une sortie du cycle, de la même façon que le judéo-christianisme abolit la violence sacrificielle en détournant le geste meurtrier d’Abraham vers une victime non humaine, puis symbolique, avec l’Eucharistie ? George Sand, dans Consuelo, ne tente-t-elle pas aussi esthétiquement de fonder un au-delà culturel de la violence fondamentale et de guérir l’humanité de son goût pour le sang, ce qui délivrerait le religieux de ses fondements sacrificiels ?

Notes

1 Nos références sont aux éditions de l’Aurore, 1983.

2 René Girard, La Violence et le Sacré, Pluriel, Grasset, Paris, 1972, p. 380.

3 Encyclopédie nouvelle II, publiée sous la direction de MM. Pierre Leroux et Jean Reynaud, 1834-1841, Paris, Gosselin, 8 volumes, réédition Slatkine reprints, article « Bohême », p. 739.

4 Louis Blanc, La Révolution française, Paris, Docks de la librairie, imprimerie générale de Ch. Lahure, s. d., p. xxx.

5 René Girard, op. cit., p. 140.

6 Ibid., p. 28.

7 Simone Vierne, « Introduction » à Consuelo, p. 19.

8 Igor Chafarévitch, Le Phénomène socialiste, Paris, Seuil, 1977, p. 44.

9 Ibid., p. 45.

10 René Girard, op. cit., p. 155.

11 Ibid., p. 370.

12 Sigmund Freud, Totem et Tabou, Payot, Paris, 1970, p. 163.

13 Ibid., p. 177.

14 Simone Vierne et René Bourgeois, « Introduction », Consuelo, t. I, p. 14.

15 René Girard, op. cit., p. 10.

16 Ibid., p. 9.

17 René Girard, op. cit., p. 140.

18 Ibid., p. 141.

19 Sigmund Freud, op. cit., p. 65.

20 René Girard, op. cit., p. 59.

21 Sigmund Freud, op. cit., p. 155.

22 Simone Vierne et René Bourgeois, op. cit., p. 17.

23 Igor Chafarévitch, op. cit., p. 35.

Auteur

Gérard Chalaye enseigne à Rennes I. Il poursuit, depuis une quinzaine d'années, des recherches en histoire des idées et analyse des mythes sur les rapports entre religion et politique aux xixe et xxe siècles, en particulier sur le romantisme français, les écrivains catholiques et les littératures de l'ère coloniale.

© Presses universitaires de Lyon, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search