Version classiqueVersion mobile

Lectures de Consuelo - La Comtesse de Rudolstadt de George Sand

 | 
Michèle Hecquet
, 
Christine Planté

La famille humaine

Jean Ziska et Procope le Grand ou les vertus de l’hérésie

Bernard Hamon

Texte intégral

1On ne lit plus guère Jean Ziska ni Procope le Grand, certainement éclipsés par Consuelo et La Comtesse de Rudolstadt, bien qu’ils aient été publiés dans la même Revue indépendante en alternance avec ces romans. Pourtant ces deux essais apportent à qui s’intéresse aux idées politiques de George Sand des informations essentielles. À partir de la narration des guerres hussites du xve siècle, évoquées dans le chapitre xxv de Consuelo, tirant parti des notes amassées pour l’écriture des romans, elle y approfondit en effet une réflexion politique déjà entreprise dans ceux-ci, en l’authentifiant d’ailleurs, puisqu’elle s’adresse ici à ses « chères lectrices », le fait vaut d’être souligné, sans médiation d’aucune sorte. J’évoquerai en premier lieu les faits qui sont la base de sa réflexion, puis les enseignements qu’elle en tire, enfin l’influence de sa vision de l’histoire sur son action politique du moment.

  • 1 Sand s’inspire d’un ouvrage de Jacques L’enfant, paru à Utrecht en 1731, l’Histoire de la guerre d (...)

2Les faits tout d’abord1. À la fin du xive siècle l’Église tchèque était devenue si puissante qu’elle contrôlait entièrement le pays. Le mécontentement de la population excédée par cette richesse toujours croissante, la vie dissolue des hauts dignitaires et le trafic honteux des indulgences et des charges auxquels ils se livraient ouvertement, était au paroxysme. Aussi la prédication de Jean Hus fut-elle reçue avec enthousiasme. Il revendiquait certes l’accès pour tous les fidèles à la communion sous les deux espèces, d’où le slogan rassembleur longtemps scandé par les foules tchèques : « Rendez-nous la coupe ! », mais surtout le retour de l’Église à une stricte orthodoxie évangélique, le droit de prêcher librement et l’interdiction pour les pontifes en état de péché d’exercer toute charge ecclésiastique. C’en était trop pour l’Église. Hus se rendit à l’invitation du concile réuni à Constance pour tenter de mettre fin au grand Schisme et, au mépris des promesses faites, fut condamné puis brûlé vif, à Prague, comme hérétique. L’incendie révolutionnaire s’alluma au feu des bûchers et se communiqua à tout le territoire tchèque. Le Pape invita alors le roi de Bohême et les princes allemands à se croiser contre les populations soulevées, mais les armées taborites, – référence au Christ de la Transfiguration sur le Mont Thabor-, conduites par Jean Ziska, surent repousser victorieusement cinq croisades successives.

3Cependant, de religieuse, la révolte devenait sociale, un affrontement entre peuple et bourgeoisie alliée à la petite noblesse. Aussi le chef taborite dut-il, dans le même temps, contenir les conservateurs qui souhaitaient confisquer la révolte à leur profit et se satisfaisaient du libre accès au calice, et réduire les partisans d’une réforme égalitaire imposée par la force. À sa mort en 1424, il fut remplacé par Procope, dit le Grand, qui contraignit l’Église à la négociation, mais périt en 1434 à la tête des armées taborites de nouveau en lutte contre les conservateurs pragois. Très affaiblie par sa disparition, la coalition taborite ne put obtenir l’accord de l’Église que sur un point : la communion sous les deux espèces et, si l’Église tchèque continua un temps à vivre dans une certaine autonomie, elle dut se soumettre finalement au contrôle de Rome. Rien d’étonnant, dès lors, de constater, au siècle suivant, l’adhésion massive des Tchèques aux théories luthériennes. Par son intransigeance, l’Église avait perdu toute chance de reconquête.

  • 2 George Sand, Procope le Grand, Michel Lévy frères, Paris, 1861, p. 202.
  • 3 George Sand, Jean Ziska, Revue indépendante, 25 avril 1843, p. 497.
  • 4 George Sand, Procope le Grand, op. cit., p. 201.
  • 5 George Sand, Jean Ziska, loc., p. 497.

4Pourquoi George Sand choisit-elle de commenter cette histoire ? Parce qu’elle juge son étude « fort utile et intimement liée à la solution des problèmes qui agitent les peuples aujourd’hui2 ». Mais aussi parce cette hérésie ne recouvre pas, comme auparavant, de simples divergences dogmatiques vite condamnées comme « suggestion[s] de l’esprit satanique3 » par une Église soucieuse de préserver l’unité de croyance, mais bien parce que, « enfin », la revendication de religieuse devient sociale car, tels qu’elle présente les événements, il ne fait pas de doute que le point de départ de ces luttes fratricides et cruelles surgit d’un désir réprimé d’égalité. Elle cite, d’ailleurs, en exergue de Procope le Grand., un extrait tout à fait éclairant d’une lettre de Martin V au roi de Pologne pour l’inviter à se croiser : « Ils troublent et confondent tous les droits humains, en disant qu’il ne faut point obéir aux rois, que tous les biens doivent être communs, et que tous les hommes sont égaux4. » Ce n’est donc pas seulement pour communier sous les deux espèces que les Taborites se soulèvent, mais bien parce qu’ils veulent instaurer un régime républicain d’égalité fraternelle. Ils ne souhaitaient pas, majoritairement, détruire le catholicisme, ni sa foi, mais bien retourner aux principes de l’Évangile « fraternel et égalitaire » de saint Jean qui appelaient l’Église à l’austérité matérielle, à l’abandon de ses pouvoirs temporels et à la suppression de privilèges confiés à ses représentants – particulièrement le pouvoir de délivrer l’eucharistie par la confession préalable – privilèges exorbitants destinés à assurer sa puissance. Dès lors l’hérésie, de simple querelle de mots, devient « une idée essentiellement chrétienne dans son principe, évangélique dans ses révélations successives, révolutionnaire dans ses tentatives et ses réclamations5 ». L’Église, bien consciente que tout accommodement dans le domaine spirituel entraînerait un abandon dans le domaine temporel, « alluma l’incendie ».

  • 6 Ibid.
  • 7 Blanqui pensait également la lutte pour l’égalité comme une constante du mouvement de l’histoire. (...)

5Comme Sand l’écrit pour mieux souligner encore cette vision sociale de l’hérésie, c’était « le cri des entrailles affamées et du cœur désolé qui appelle la vraie connaissance, la voix de l’esprit, la solution religieuse, philosophique et sociale du problème monstrueux suspendu depuis tant de siècles sur nos têtes6 ». Mais elle élargit vite son propos, livrant, à partir de ces événements, sa propre vision de l’histoire, qui n’a été et n’est encore qu’une lutte permanente « du pauvre contre le riche, de l’opprimé contre l’oppresseur, de l’ouvrier contre le maître, du libre penseur contre le prêtre gardien des mystères », des pauvres laborieux et des infirmes contre ceux qui leur disent : « Travaillez beaucoup pour vivre très mal ; et si vous ne pouvez travailler que peu, vous ne vivrez pas du tout », la lutte enfin de « l’égalité qui veut s’établir contre l’inégalité qui veut se maintenir7 ». C’était constater, pour résumer ces multiples éclairages, la permanence d’une lutte impitoyable entre possédants et prolétariat, c’était définir le concept de lutte des classes. D’ailleurs, partant des événements de la guerre hussite, elle n’hésite pas à affirmer :

  • 8 George Sand, Jean Ziska, op. cit., p. 483.

Ainsi donc, au xve siècle, la guerre, partout la guerre. La guerre est le développement inévitable de l’unité sociale et de l’éducation religieuse. Sans la guerre, point de nationalité, point de lumière intellectuelle, pas une seule question qui puisse sortir des ténèbres. Pour échapper à la barbarie, il faut que notre race lutte avec tous les moyens de la barbarie. Le combat ou la mort, la lutte sanguinaire ou le néant ; c’est ainsi que la question est invinciblement posée. Acceptez-le, ou vous ne trouverez dans l’histoire de l’humanité qu’une nuit profonde, dans l’œuvre de la Providence que caprice et mensonge8.

  • 9 « Cette force ascendante vers la conquête des vérités sociales que l’Évangile avait fait entrevoir (...)

6Comment comprendre cette affirmation ? Comment ne pas rapprocher ce texte de l’incipit du Manifeste du Parti communiste qui paraîtra quelques années plus tard : « L’histoire de toute société jusqu’à nos jours est l’histoire de la lutte des classes. » ? Ainsi, pour Sand, le moteur du progrès de l’humanité vers l’établissement d’une société égalitaire et fraternelle, mission confiée par la Providence au seul peuple, est bien cet affrontement, entre hérésie9 et pouvoirs en place. Mais elle prétend en outre que toute interprétation du passé, compréhension du présent et anticipation de l’avenir doit en appeler à ce concept d’hérésie, cette lutte, toujours recommencée, qui court depuis les hussites du xve siècle jusqu’aux communistes du xixe siècle, concept seul capable d’expliquer l’histoire et son sens. C’est ce qu’elle veut faire comprendre aux femmes :

  • 10 Ibid., p. 494.

Vous n’êtes pas au bout les prévient-elle, vous en verrez bien d’autres et de pires, si au lieu de laisser le champ libre à la discussion, le pouvoir s’obstine à contraindre d’une part et à corrompre de l’autre10.

  • 11 Karl Marx, Misère de la philosophie, Petite bibliothèque Payot, 1996, p. 199. Jean Ziska, Revue in (...)
  • 12 Ainsi dans Isidora : « Il y a de mystérieuses affinités entre ces deux êtres, le pauvre et la femm (...)

7D’ailleurs Marx ne s’y est pas trompé, George Sand abordait bien ici le noyau dur d’une théorie encore en gestation. Il est tout à fait significatif qu’en 1847 il ait conclu sa Misère de la philosophie, où il combattait les points de vue exposés par Proudhon dans Philosophie de la misère, par cette formule saisissante extraite de la réflexion de Sand sur la guerre sociale dans Jean Ziska : « Le combat ou la mort, la lutte sanguinaire ou le néant ; c’est ainsi que la question est invinciblement posée11. » Les femmes aussi doivent se sentir concernées par ce combat. Le problème de la femme, affirme-t-elle avec force, ne peut être dissocié du problème général : elles sont, elles aussi, « filles de l’hérésie », « toutes des hérétiques », puisque ce qu’elle appelle « l’Église sociale officielle », c’est-à-dire l’ensemble des pouvoirs coalisés de l’Église et des États, étouffe leurs voix en les maintenant, sciemment, comme le peuple, dans une condition de mineures, de « pauvres », qui ne peuvent rien posséder, d’esclaves privés de tout droit12.

  • 13 C’est George Sand qui souligne.

8Dans de telles conditions, l’établissement d’un régime d’« égalité fraternelle », seul capable de résoudre ces conflits, demande « la destruction de tous les pouvoirs et de tous les moyens de la théocratie » avant l’instauration d’une république. République dans laquelle hommes et femmes seront égaux en droit, politiquement et civilement, et où la propriété n’existera plus, l’ensemble des biens matériels devant « profiter à la Communion universelle, et par cette Communion, à chacun individuellement13 ». Reste à savoir comment.

  • 14 George Sand, Procope le Grand, op. cit., p. 204.

9À la suite de tels propos, l’on s’attend à voir surgir une Sand belliqueuse, mais c’est une femme, toujours combative certes, mais soucieuse d’éviter toute effusion de sang qui apparaît. Il semble bien ici que des raisons conjoncturelles l’emportent sur des convictions humanitaires et morales, même si celles-ci ne sont point absentes, car George Sand assume la violence révolutionnaire, lorsqu’elle est exercée pour une cause « sainte », tout en en réprouvant les excès. Cependant « les temps ont changé », estime-t-elle, l’expérience accumulée tout au long de ces affrontements montre bien que celui qui a frappé par le glaive sera gouverné par le glaive. L’Église catholique, qui n’a pas hésité à en faire usage, s’est du même coup discréditée à jamais. Les rapports de forces du moment ne sont plus en faveur d’une insurrection armée ; le gouvernement de Louis-Philippe, qui a réprimé dans le sang les émeutes à Lyon et à Paris, vient récemment encore de réduire la tentative d’insurrection des Saisons et, au moment où elle écrit, ceinture Paris de fortifications qui ne sont pas seulement destinées à combattre un ennemi extérieur mais bien à écraser toute tentative d’« émancipation14 ». En conséquence, « le destin de l’hérésie n’est pas de triompher brusquement » des théocraties, « mais de les miner sourdement » pour en provoquer la chute. Elle décrit d’ailleurs au chapitre xxxi de La Comtesse de Rudolstadt cette action continue de harcèlement :

  • 15 George Sand, La Comtesse de Rudolstadt, Les éditions de l’Aurore, 1991, p. 307-308.

Nous nous adressons à l’esprit. Nous agissons par l’esprit. Ce n’est pas à main armée que nous pouvons renverser des gouvernements, aujourd’hui organisés et appuyés sur tous les moyens de la force brutale. Nous leur raisons une guerre plus lente, plus sourde et plus profonde, nous les attaquons au cœur. Nous ébranlons leurs bases en détruisant la foi aveugle et le respect idolâtrique qu’ils cherchent à inspirer. Nous faisons pénétrer partout, et jusque dans les cours, et même jusque dans l’esprit troublé et fasciné des princes et des rois, ce que personne n’ose déjà plus appeler le poison de la philosophie ; nous détruisons tous les prestiges ; nous lançons du haut de notre forteresse tous les boulets rouges de l’ardente vérité et de l’implacable raison sur les autels et sur les trônes. Nous vaincrons [...]15.

  • 16 Il n’est pas dans mon propos de présenter George Sand comme précurseur de Marx, mais bien de montr (...)
  • 17 Dans son article « Aux riches » du 12 mars 1848, des Petites affiches de La Châtre, repris dans le(...)
  • 18 George Sand, Procope le Grand, op. cit., p. 204.
  • 19 Voir note 17.

10Cependant, dans le même temps, il faut éduquer, informer le peuple, lui faire prendre conscience de sa puissance potentielle, de ce que Marx appellera bientôt sa « conscience de classe » ; c’est d’ailleurs ce qu’elle tente de faire, dans ces deux essais, pour cette partie du peuple que sont les femmes. Car le peuple ne doit pas compter sur la bourgeoisie, même compatissante et sympathisante, pour s’émanciper, mais seulement sur lui-même – autre certitude de Marx16. L’expérience hussite montre en effet, à l’évidence, que ces bourgeois sont prêts à une réforme à la double condition de préserver leurs intérêts matériels et de renforcer leur position sociale, donc leur participation au pouvoir. Aussi est-il également indispensable d’unifier les nombreuses sectes d’opposition, sans trop se soucier des exigences des extrémistes – sans doute pense-t-elle ici aux fouriéristes et aux blanquistes, ceux qu’elle appellera plus tard « les communistes immédiats17 » – qui se trompent de stratégie et, pense-t-elle, disparaîtront, victimes de leurs excès. Pas d’effusion de sang pour renverser le pouvoir, pas plus pour installer celui qui le remplacera. Mais persuader, convaincre, convertir en peuple les opposants bourgeois, pour mieux les intégrer à la communauté, en leur montrant tout l’intérêt qu’ils auraient à participer à une société nouvelle. Leur pardonner aussi leur domination passée. Faire passer sur leurs têtes « le triomphe miséricordieux de l’Égalité18 ». Elle conservera cette utopie de la conversion de la classe possédante jusqu’en mars 1848, où elle la prêchera de nouveau19.

11George Sand va suivre, dans sa vie quotidienne, ce plan de combat, et l’on ne peut que constater la remarquable concordance entre son action et sa pensée politique. Car dans le temps où elle écrit Jean Ziska, elle s’empare de l’affaire Fanchette pour dénoncer le cynisme des religieuses de l’Hospice de La Châtre et donner une véritable leçon publique au procureur du roi. Elle soutiendra peu après les revendications des ouvriers boulangers de Paris, s’élèvera publiquement contre la vente des communaux et contre les lois réprimant le vagabondage. C’est encore pour combattre « ce gouvernement aux idées courtes » qu’elle participe à la fondation de L’Éclaireur de l’Indre, et si elle se détache vite de sa direction, c’est justement en raison de la timidité politique de ses amis berrichons qui désapprouvent sa stratégie de combat. De même ses romans socialistes ou égalitaires, Jeanne et Isidora, mais surtout Le Meunier d’Angibault et Le Péché de Monsieur Antoine participeront à ce travail de sape.

  • 20 « La politique et le socialisme », repris dans Politique et polémique, p. 163-185.
  • 21 George Sand, Procope le Grand, op. cit., p. 259.

12Enfin, consciente, comme nous l’avons vu, des divisions de l’opposition républicaine, qui, comme jadis les Hussites, se déchirait pour des raisons plus profondes encore que de simples querelles de personnes – fallait-il détruire pour reconstruire ? (c’était son opinion) ou, au contraire, réformer ? – elle donnera à L’Éclaireur de l’Indre, à la fin de l’année 1844, un long article20 tentant de concilier « politiques » et « socialistes », pour s’apercevoir, à la lumière des réactions qu’il suscita, de la difficulté d’une telle tâche. Mais elle proclamera à cette occasion, haut et fort, comme elle l’avait fait dans ces deux essais, que l’intérêt général commande l’union des particularismes, en affirmant à nouveau la nécessité absolue de rechercher l’unité religieuse avant l’unité politique, « axiome si simple et si vrai, qu’on s’étonne de voir encore aujourd’hui tant de gens demander des bouleversements politiques avant de songer à établir des doctrines religieuses et sociales21 ».

13Jean Ziska et Procope le Grand sont donc des œuvres politiques, sans aucun doute les premiers grands écrits politiques de George Sand, mais aussi des œuvres anticatholiques et anticléricales, où elle dénonce une religion depuis longtemps éloignée de sa base dogmatique initiale, et qui, par son intransigeance, a « réussi à plonger dans la nuit du néant les monuments de la pensée humaine », et a donné à ses prêtres « un pouvoir miraculeux » source de tous les abus.

14Non, le progrès continu n’est pas automatiquement donné à l’homme par la Providence. Il doit le conquérir jour après jour et l’hérésie, autrement dit la contestation permanente d’une situation figée au bénéfice du « petit nombre », est bien, selon Sand, l’arme indispensable à la construction d’une société libre, égale et fraternelle, – cette « société idéale de l’égalité », véritable paradis sur terre. C’est aussi le combat pour remplacer l’idée d’une révélation faite une fois pour toutes, comme le prétendent les catholiques, qui fige l’Histoire, par celle d’une révélation progressive. La « sainte mère l’hérésie » ne représente, dès lors, rien d’autre que l’exigence d’une adaptation permanente de l’humanité aux révélations providentielles de Platon, Jésus, Hus, Luther, Rousseau, Leroux, d’autres encore qui les suivront. Ainsi, dans la dynamique du progrès, considère-t-elle l’hérésie comme le véritable moteur de l’évolution.

Notes

1 Sand s’inspire d’un ouvrage de Jacques L’enfant, paru à Utrecht en 1731, l’Histoire de la guerre des Hussites et du Concile de Basle, « ouvrage long et indigeste », jugera-t-elle, qu’elle va, en conséquence, non résumer mais plutôt adapter et interpréter pour ses lectrices. Sans aucun doute cette source unique et ancienne ne peut rendre compte que très imparfaitement d’une lutte aussi confuse que celle à laquelle se livrèrent Bohémiens et partisans du pape et des princes allemands. Mais ce qui nous intéresse ici, ce n’est pas l’exactitude de la relation mais le contenu des réflexions auxquelles se livre l’auteur.

2 George Sand, Procope le Grand, Michel Lévy frères, Paris, 1861, p. 202.

3 George Sand, Jean Ziska, Revue indépendante, 25 avril 1843, p. 497.

4 George Sand, Procope le Grand, op. cit., p. 201.

5 George Sand, Jean Ziska, loc., p. 497.

6 Ibid.

7 Blanqui pensait également la lutte pour l’égalité comme une constante du mouvement de l’histoire. Jacques Droz, Histoire du socialisme, Quadrige, PUF, 1997, p.396. De même l’image du Jésus prolétaire (métaphore de l’exploitation de l’homme par l’homme) est, comme on le sait, abondamment utilisée par socialistes et communistes. Sand y sacrifie également : « Il est là sur son gibet [...] cet esclave, ce lépreux, ce paria [...] », en utilisant le Christ comme figure emblématique du peuple, mais en lui déniant toute filiation divine.

8 George Sand, Jean Ziska, op. cit., p. 483.

9 « Cette force ascendante vers la conquête des vérités sociales que l’Évangile avait fait entrevoir. », Jean Ziska, op. cit., p. 98.

10 Ibid., p. 494.

11 Karl Marx, Misère de la philosophie, Petite bibliothèque Payot, 1996, p. 199. Jean Ziska, Revue indépendante, 15 avril 1843, p. 483.

12 Ainsi dans Isidora : « Il y a de mystérieuses affinités entre ces deux êtres, le pauvre et la femme ». Isidora, Revue indépendante, t.19, p. 169.

13 C’est George Sand qui souligne.

14 George Sand, Procope le Grand, op. cit., p. 204.

15 George Sand, La Comtesse de Rudolstadt, Les éditions de l’Aurore, 1991, p. 307-308.

16 Il n’est pas dans mon propos de présenter George Sand comme précurseur de Marx, mais bien de montrer sa maîtrise de concepts qui n’étaient alors abordés que par un très petit nombre. L’influence de Pierre Leroux, incontestable, semble cependant insuffisante pour expliquer à la fois cette réflexion et son développement.

17 Dans son article « Aux riches » du 12 mars 1848, des Petites affiches de La Châtre, repris dans le Bulletin de la République no 4, reproduit dans Michelle Perrot, George Sand, Politiques et polémiques, Imprimerie nationale Éditions, 1997, p. 230-233, p. 232.

18 George Sand, Procope le Grand, op. cit., p. 204.

19 Voir note 17.

20 « La politique et le socialisme », repris dans Politique et polémique, p. 163-185.

21 George Sand, Procope le Grand, op. cit., p. 259.

Auteur

Bernard Hamon a soutenu une thèse de doctorat portant sur George Sand et la politique à l'université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines. Il a publié George Sand et la politique, cette vilaine chose (L'Harmattan, 2000) ainsi que de nombreux articles concernant ce domaine. Il est actuellement président de l'Association des Amis de George Sand.

© Presses universitaires de Lyon, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search