Version classiqueVersion mobile

Le Partage des savoirs xviiie-xixe siècles

 | 
Lise Andries

II. Penser la vulgarisation

De l’abbé Grégoire à la Réunion de l’Ouest, deux approches républicaines de la vulgarisation des savoirs

Bärbel Plötner

Texte intégral

La vie d’un homme de lettres, qui est simultanément fonctionnaire publie, n’est pas exclusivement dans ses écrits : elle se compose encore des actes par lesquels il a secondé les développemens de l’esprit humain, la marche progressive des arts et la diffusion des lumières, dans la sphère où l’a placé la Providence.
(Henri Grégoire, Mémoires, 1808], [éd. 1840, t. I, p. 339)

  • 1 Voir Dominique Julia, « L’école : un gigantesque effort pédagogique », dans Michel Vovelle éd., L' (...)

1Dès les premiers mois de la Révolution française, les députés de la Constituante s’attelèrent à réformer le système socio-politique existant, tout en se mettant à rêver, sous l’influence des Lumières, aux pouvoirs illimités de l’éducation et à sa capacité à forger un homme nouveau1 Il ne s’agissait pas pour eux, comme l’a démontré Dominique Julia, de songer seulement aux générations futures, mais de régénérer tout un peuple d’adultes, corrompu à leurs yeux par les anciens préjugés et les superstitions. Pendant une période de dix ans à peine, les élites révolutionnaires, attachées à l’idée d’une société à la fois plus juste et plus conforme au progrès des connaissances humaines, s’investirent dans une mission scientifique, pédagogique et morale, destinée à rendre le peuple plus éclairé. Plus la Révolution avança, créant sa propre dynamique et tendant à se radicaliser et à rendre plus complexe la rupture entre le passé et l’avenir, plus l’effort pédagogique prit de l’ampleur. Les historiens de la Révolution française ont insisté sur le fait que les discours tenus sur l’école et sur les fêtes constituent les deux volets centraux et complémentaires de la pédagogie révolutionnaire, mais nous serons amenés à nous référer à d’autres terrains encore, pour mieux définir de quelle manière les révolutionnaires entendaient diffuser les connaissances.

  • 2 Le rapport de Talleyrand de septembre 1791 consacré à ce sujet peut être qualifié d’insignifiant.
  • 3 Voir Keith Michael Baker, Condorcet : raison et politique, Paris, Hermann, 1988, p. 237-245. Condo (...)

2C’est Condorcet, mathématicien distingué de l’Académie royale des sciences, qui présenta en avril 1792 le premier véritable plan révolutionnaire sur l'instruction publique2. Condorcet partageait avec Turgot l’intime conviction que les sciences morales et politiques seraient un jour des sciences exactes au même titre que les sciences physiques et il avait conçu son plan d’instruction en tenant compte du problème fondamental de la représentation politique. Il avait d’ailleurs déjà tenté d’apporter une solution à cette question dans son Essai sur l'application de l'analyse à la probabilité des décisions rendues à la pluralité des voix, publié en 1775, en expliquant que le corps représentatif ne prendrait de décision conforme aux vœux de la nation qu’à la condition que celle-ci soit assez éclairée pour être capable d’élire rationnellement ses représentants3.

  • 4 Voir Condorcet, Cinq mémoires sur l'instruction publique. Introduction et annotations par C. Kintz (...)
  • 5 Ibid.
  • 6 Ibid.

3Condorcet considérait donc qu’il était primordial de constituer des élites politiques en possession des connaissances scientifiques de leur temps. Dans ses Mémoires sur l'instruction publique rédigées en 17914, son plan d'éducation était à la fois égalitaire et fortement hiérarchisé. Il voulait établir des écoles publiques ouvertes à tous, sans distinction de sexe ni de classe, et capables d’assurer la transmission d’un savoir élémentaire. Mais il souhaitait aussi réserver à une élite l'accès à un enseignement plus approfondi, selon une gradation progressive et complexe, soumise au contrôle d'hommes éclairés et indépendants de tout pouvoir politique. Condorcet s’adressait à des individus « libres et égaux dans l’exercice de leurs droits naturels, mais différenciés fonctionnellement par leur métier, socialement par leur richesse et par leur compétence, et politiquement par l’attribution et par l’accomplissement de responsabilités publiques5 ». Il pensait que, dans un avenir proche, le peuple deviendrait, lui aussi, éclairé et libre grâce à l’instruction et se plierait volontairement aux décisions de ses représentants6.

  • 7 Le décret du 18 août 1792 stipule la suppression des derniers ordres religieux et des congrégation (...)
  • 8 Voir Dominique Julia, op. cit., p. 203-208.

4En réalité, le plan proposé par Condorcet à l’assemblée législative fut débattu à la Convention quelques jours seulement avant que la France n’entrât en guerre avec le reste de l’Europe, et son décret d’application fut évidemment ajourné. Bientôt le gouvernement girondin fut renversé au profit des montagnards dirigés par Robespierre. Au fur et à mesure que la Révolution se radicalisa entre avril et septembre 1792, le projet d'école publique proposé par Condorcet parut à ses adversaires jacobins fondamentalement opposé au principe de l’égalité, car ils n'y virent que le remplacement de la tyrannie institutionnalisée des prêtres par une aristocratie de savants tout aussi suspecte. D’autre part, le plan de Condorcet fut jugé, par les conventionnels, contraire à la vertu républicaine, car l'enseignement devait être assuré par des maîtres laïcs et ne prévoyait pas d’instruction morale. Pourtant, précisément à partir de l’été 1792, l’instruction populaire devint un sérieux problème. La transformation des biens du clergé en biens nationaux, la suppression des congrégations enseignantes7 et le démantèlement du système éducatif hérité de l’Ancien Régime, enfin la suppression des académies, rendirent nécessaire de « construire à la place tout un système d’éducation publique capable de régénérer et de maintenir le peuple entier dans les principes de liberté » qu’il venait de conquérir8. Dès cette période, c’est l’abbé Grégoire, membre du Comité d’instruction publique, qui intervient le plus souvent sur ce sujet. Grégoire, contrairement à Condorcet, considère que l’éducation morale est primordiale. Il s’intéresse avant tout à l’instruction élémentaire des enfants et des adultes et à la lutte contre les superstitions, à une époque où le fédéralisme et les divers « complots » contre-révolutionnaires rendent urgente l’instauration d'une nouvelle politique culturelle et pédagogique.

  • 9 Grégoire, Mémoires, 1840, t. I, p. 344.
  • 10 Suite à un rapport de Grégoire et à un discours de David, le décret supprimant les Académies entre (...)
  • 11 Un an après avoir décrété l’établissement d’écoles primaires dont les enseignants seraient appelés (...)
  • 12 Le décret date du 28 octobre 1793.
  • 13 Il résiste ainsi à la déprêtrisation de presque tous les conventionnels du 17 brumaire de l'an II (...)

5De septembre 1792 à la chute de Robespierre en juillet 1794, tout un arsenal pédagogique se met alors peu à peu en place : établissement d’écoles, organisation de fêtes révolutionnaires, ouverture de musées, de dépôts d’archives, de bibliothèques, de maisons d’économie rurale, de jardins botaniques. La majeure partie des projets suivis d’un décret d'application sont signés par l’abbé Grégoire. Il juge légitime que le droit à l’instruction figure explicitement dans la Déclaration des droits de l'homme d'août 1793 et il approuve l’article 22 de la Constitution de l'an I, due à Condorcet, stipulant que : « La société doit favoriser de tout son pouvoir les progrès de la raison publique et mettre l’instruction à la portée de tous les citoyens. » En revanche, Grégoire s’oppose en juillet 1793 au projet de Le Peletier de Saint-Fargeau, défendu par Robespierre, selon lequel l’éducation des enfants devrait être communautaire et forgée sur le modèle de la république de Sparte. Grégoire écrira plus tard qu’on voulait faire « de la France une nouvelle Sparte, en appliquant à 30 millions d’hommes le régime d’une petite ville de Grèce, tous les enfants devaient être enlevés à leurs parents et parqués dans les écoles9 ». Cédant aux pressions qui pèsent sur le Comité d’instruction publique, Grégoire propose en mars 1793, la suppression des académies dont il tente d'excepter, en vain, celles des sciences et de chirurgie, ainsi que les sociétés de médecine et d’agriculture10 Trois mois après le début de la Terreur, l’instruction publique obligatoire et gratuite pour tous les enfants de six à huit ans est finalement décrétée en décembre 179311, mais Grégoire déplore que le décret interdise en même temps aux ecclésiastiques d'enseigner12. Il se doute bien que les municipalités, chargées d’ouvrir une école par district, ne pourront trouver d’enseignants suffisamment compétents. D’autre part, la déchristianisation imposée par les montagnards lui pèse, ainsi que le remplacement de l’ancien calendrier religieux par le calendrier révolutionnaire. Au moment où s’organisent les fêtes de la Raison et de l’Être suprême, l’abbé Grégoire déclare à la tribune, non sans courage, sa fidélité au culte catholique13.

  • 14 Voir Rapport et projet d'améliorer l'agriculture en France par l'établissement d'une maison d'écon (...)

6L’instruction des adultes est également à l’ordre du jour pendant la Teneur. Le public visé par la Convention montagnarde est essentiellement celui des campagnes et c’est pour celui-ci que sont élaborés plusieurs projets visant à l’amélioration des connaissances. L’abbé Grégoire joue ici encore un rôle central : pour faire progresser l’agriculture en France, sujet très débattu tout au long de la Révolution, il soumet en automne 1793 deux rapports à la Convention concernant l’établissement d’une maison d'économie rurale par département14. Ces maisons ont pour but de favoriser l’introduction de nouvelles méthodes agraires, c’est-à-dire d’apprendre au cultivateur à connaître la spécificité de son terrain, tenir compte des données météorologiques, utiliser des engrais appropriés, respecter l’hygiène nécessaire à l'homme et aux animaux, varier les cultures au lieu de mettre les terres en jachère, concevoir à petite échelle la logique financière maîtrisée par les grands propriétaires terriens, emprunter en vue de ses investissements et amortir la mise. Le projet est dicté par la guerre et conforme à l’idée que la nation française doit être capable d’assurer son autarcie sur son territoire et dans ses colonies, une fois introduite une agriculture moderne et efficace.

  • 15 Olivier de Serres est l’auteur d’un Théâtre d’agriculture en 8 volumes et de plusieurs ouvrages su (...)
  • 16 J. A. Chaptal, Observations générales sur l'agriculture considérée dans ses rapports avec la prosp (...)

7Bien entendu, l’abbé Grégoire n’était pas le premier à avoir insisté sur la nécessité pour le cultivateur de savoir lire et écrire, d’acquérir des notions sur l’agriculture, de connaître également ses nouveaux droits et ses devoirs de citoyen, bref de devenir en somme un homme heureux et utile. Dès 1789, des révolutionnaires comme Chaptal, prenant appui sur des traités anciens d’agriculture tel celui d’Olivier de Serres rédigé au xvie siècle15, dénonçaient les préjugés « qui [avaient] éloigné l’instruction de l'habitant des campagnes » et demandaient que celui-ci ait accès au savoir16. En l’an II, ces revendications se radicalisent parce qu’elles s’accompagnent souvent d’une demande de partage des terres. Elles témoignent en même temps d’une méfiance à l’égard des élites intellectuelles qui pose le problème des modalités de diffusion du savoir. Voici par exemple ce qu'écrit un « cultivateur français » sous la Terreur :

  • 17 C. Charles-François Lecour, Opinion naturelle et politique sur les moyens de régénérer. d'accélére (...)

Par une longue habitude de travail manuel sur la culture des terres, [je donne] mes idées toutes nues. Point du tout versé dans l'art d'écrire, puisque c'est la première fois & que je n’ai point de teinture, [je donne] mes idées telles que je les vois & que je les sens [...] pour le bien public. Je laisse aux Légistes, aux hommes de bien & plus instruits que moi dans l'art d'écrire, à rédiger mes pensées par ordre & matière. [...] Tout ce travail est absolument décousu en littérature, mais ici c'est la pensée qu’il fait lire, & non pas le style. [...] Personne n'ignore que tous les maux qui accablent la branche la plus utile à l’homme & aux animaux, c’est-à-dire la branche agricole, tiennent à l’ignorance, à l'égoïsme des Propriétaires, à l’inexistence de Loix civiles sur la culture des terres, des arbres fruitiers [qui tiennent aux] vices sans nombre du régime féodal. Hé-bien ! pour rendre la culture des terres telle qu’elle doit être, il faut faire en Agriculture ce qu’on a fait en gouvernement, c'est-à-dire, renverser l’édifice de l’ignorance & de la cupidité du Laboureur, pour lui substituer le système de la rigoureuse observance des loix17.

8L’auteur, dans son ouvrage, demande que la République distribue les terres cultivables aux citoyens « utiles » et méritants sans distinction de sexe ou de classe, selon un système compliqué de vente et de prêt. Ces citoyens utiles et méritants pourraient être aussi bien les défenseurs de la République revenus du combat que les ci-devant aristocrates, prêtres et spéculateurs affectés de force au travail des champs.

  • 18 Voir Vues générales sur l'amélioration de l'agriculture en France, présentées à la Commission d’ag (...)

9En réalité, ne seront retenues du projet de Grégoire que l'installation d'un nombre restreint de métairies nationales, et l’élaboration d’instructions écrites, destinées aux cultivateurs, et rédigées par les membres de la Commission d’agriculture et des arts. Ces derniers souhaitent en effet établir des « instructions générales » sur l’agriculture, qui serviraient aux administrateurs et devraient être lues dans les Sociétés populaires, dans le Temple de la Raison, chaque décadi, et partout où elles peuvent être entendues par le publie des campagnes. Par un procédé qui s’expérimentait déjà dans bien des domaines, les jacobins veulent en l’occurrence, nous apprend Jean-Baptiste Dubois18, membre de la Commission d’agriculture et des arts, diffuser des cours généraux d'agriculture pratique. Ils voudraient aussi élaborer, grâce aux informations de leurs correspondants au sein des Sociétés populaires, des « instructions secondaires régionales » fondées sur la prise en compte des particularités de l'agriculture locale, qu'il conviendrait de faire connaître aux agriculteurs en même temps que les instructions générales.

  • 19 Voir le rapport du 3 pluviôse de l'an II (22 janvier 1794), p. 10.

10En pluviôse an II, la Convention ouvre un concours destiné à récompenser le meilleur livre élémentaire. Dans son Rapport sur l'ouverture d'un concours pour les livres élémentaires de la première éducation présenté en janvier 1 794, l’abbé Grégoire n’évoque pas uniquement la nécessité que ces livres enseignent à lire et à écrire. Ils doivent aussi avoir un but moral et enseigner les vertus républicaines. Cette responsabilité incombe pleinement à l’État. Pour lui, les livres élémentaires doivent avoir à la fois Pour objet de développer le sens moral et « de vulgariser les hautes théories, de les rendre usuelles pour leur application19 ». On remarquera ici l’apparition du néologisme « vulgariser », que Grégoire semble avoir été l’un des premiers à utiliser. Selon lui, ces livres élémentaires devront s'adresser a la fois aux enfants, au peuple des campagnes, à une population adulte d'autodidactes, et aux nouveaux instituteurs de la République qui ont, eux aussi, besoin d’une formation. Sous la dénomination de « livres élémentaires », le rapport inclut les grammaires, les manuels d’arithmétique et de géométrie, ainsi que « la géographie, les phénomènes et les productions de la nature ». Dans son rapport, l’abbé Grégoire insiste sur la nécessité que toute théorie enseignée, d’abord au maître puis à l’élève, s’appuie sur des modèles, des démonstrations, des exercices pratiques. Il mise sur la simplicité de la présentation, la clarté du raisonnement, l’acquisition parallèle d’un savoir et du contenu moral qui l’accompagne. Sachant par ailleurs fort bien que les instituteurs nationaux ne disposent que d’une pratique rudimentaire de l’écrit qui coïncide dans les régions allophones avec leur propre difficulté à accéder à la langue nationale, il souligne l’importance d’utiliser un langage simple.

11Le tout premier livre élémentaire, destiné aux instituteurs susceptibles de prendre en charge les enfants à partir d’environ six ans, devra s’adresser aussi, selon Grégoire, à tous les citoyens parents. En plus du souci d’alphabétisation, revendication clef de la révolution bourgeoise, l’abbé Grégoire souligne la nécessité que ce manuel enseigne aux parents et aux instituteurs des principes de base concernant la santé de l’enfant et ses activités d’éveil. En visionnaire et en précurseur, Grégoire jette les bases de ce que deviendra la psychologie infantile, tout en subissant fortement l’influence de l'Émile de Rousseau. Il imposera d’ailleurs à la Convention un décret stipulant qu’il est de la responsabilité de la République d’inculquer aux parents et aux nourrices les savoirs indispensables concernant la grossesse et les soins de la petite enfance, l’allaitement, le sevrage, les techniques de l’emmaillotement, l’hygiène corporelle et alimentaire.

12Trois mois après l’ouverture du concours sur les livres élémentaires, l’abbé Grégoire soumet à la Convention, le 16 prairial an II (4 juin 1794), son célèbre Rapport sur la nécessité et les moyens d'anéantir les patois et d'universaliser l'usage de la langue française, qui pose indirectement, par les décisions irréversibles qu’il entraîne en matière de politique linguistique, la question de la vulgarisation des savoirs pour les périodes ultérieures. Bien que ce texte fondamental ait été souvent analysé, il convient d’en rappeler les points principaux parce qu’il place l’unification de l’espace par la langue nationale au centre de la politique jacobine de vulgarisation des Lumières et parce qu’il alimente directement l’argumentaire répressif contre les autres langues comme corollaire de la propagation du français. Ce rapport démontre par ailleurs comment fonctionnait, pour reprendre la formule de Michelet, la machine du jacobinisme. Il apporte la preuve que l’abbé Grégoire s’inscrit dans la double logique politique du républicanisme centralisateur et du respect des Lumières.

13Ayant promulgué des lois qu’il fallait faire respecter, les élites révolutionnaires avaient en vue dès 1789 le peuple entier à l’échelle nationale, ne serait-ce que pour lui communiquer leurs idées ainsi que pour combattre toute résistance, y compris potentielle, à la Révolution. Dans une première période, les révolutionnaires ne considérèrent pas la diversité linguistique de la France de l’époque comme un problème. On sait que, dès le début de la Révolution, la publication de textes en français prit un essor considérable, étant donné que les hommes de 1789 étaient pour la plupart issus des élites culturelles de l'Ancien Régime déjà largement francophones. Simultanément sont publiés quelques témoignages écrits dans d’autres langues qui s’empressent d’applaudir à l’évolution politique et dont les auteurs se réjouissent à l’idée d’apprendre la langue nationale. À l’époque de la Constituante et de la Législative, le concept de nation et l'idée de l’importance d’une langue nationale à laquelle les élites régionales révolutionnaires souvent bilingues adhèrent sans pour autant dédaigner les idiomes de leur contrée, coexistent encore avec un véritable pragmatisme linguistique. Le français s’impose pour ainsi dire naturellement comme langue nationale grâce au prestige qu’il a acquis depuis des siècles et parce qu'il est ressenti comme un des symboles de la nation. Certains auteurs de textes en langues régionales réclament l'accès aux Lumières et au savoir au même titre que l'accès à la langue française, au nom de la révolution sociale. Quand un prud'homme pêcheur intervient en provençal à la barre de la Constituante, un député bilingue du Midi lui sert d’interprète, le procès-verbal est rédigé en français et l’on passe à l’affaire suivante.

  • 20 L’exemple le plus connu est l’officine de Dugas, prévue pour des traductions en occitan. Elle est (...)

14L'adhésion volontaire des populations rurales étant primordiale pour les révolutionnaires, l’Assemblée constituante décrète même, le 14 janvier 1790, de traduire systématiquement ses lois et ordonnances dans les différents idiomes de la France et elle s’y applique. Cette rupture nette avec la politique linguistique de l’absolutisme se solde par le veto du Roi, mais pour l'heure personne n’y fait objection ni ne crie au danger pour la langue nationale. L’enjeu réel consistant à faire connaître et respecter les lois, des véritables officines de traduction sont créées20, des fonds considérables engagés. Les élites régionales prêtent leur concours à la pratique des traductions dans les divers idiomes, qui sont ensuite imprimées, puis diffusées dans les régions y compris par la lecture à haute voix instaurée après la messe du dimanche. Bien que quantité de textes soient ainsi traduits dans les langues régionales, cette pratique échoue pour plusieurs raisons : les révolutionnaires découvrent l’extrême diversité des parlers pratiqués dans l'espace national et ils n’arrivent pas à la maîtriser, par manque de moyens et par manque de critères scientifiques pour séparer les langues des dialectes, alors qu’une grande partie d’entre elles avaient été exclues depuis longtemps de la tradition écrite. Bientôt ces idiomes leur semblent faire obstacle à la propagation des idées révolutionnaires, appréciation qui s’accentue dès que la Révolution rencontre des résistances populaires dans plusieurs régions allophones.

  • 21 Michel de Certeau, Dominique Julia et Jacques Revel, Une politique de la langue. La Révolution fra (...)

15L’enquête de l’abbé Grégoire est lancée en août 1790, en pleine période de traduction des décrets de la langue nationale dans les autres langues de France. Cette enquête met en place tout un dispositif servant à la fois à assurer la prééminence du français et à poursuivre l’objectif global de répandre des connaissances et de détruire simultanément les foyers d’ignorance et les croyances superstitieuses jugés incompatibles avec la propagation des Lumières. Le questionnaire comprend trente-six questions relatives aux patois et aux mœurs des gens de la campagne qui ont été étudiées magistralement par Michel de Certeau, Dominique Julia et Jacques Revel21. Nous retiendrons ici trois points pour notre propos :

16(a) Ces questions sont posées de telle sorte qu’elles préparent de loin un renversement de priorité selon une double pédagogie politique qui maintient des pratiques explicatives dans une langue connue, c’est-à-dire régionale, mais œuvre dès le départ pour la mise en place d’une instruction publique s’attaquant directement aux patois, terme qui, s’il n’est pas encore chargé péjorativement, le deviendra peu à peu. Sont d’abord relevées les pratiques sociales de l’utilisation des patois : les villageois sont-ils les seuls à le parler ou bien trouve-t-on des citadins qui le pratiquent, l’usage en est-il privé ou public, l’enseignement se fait-il en français ? L’abbé Grégoire demande également à ses correspondants quelle est l'origine du patois, s'il provient du celtique ou du latin, sa zone géographique d’implantation, sa prononciation, ses traditions écrites. La question 27, qui est une question clef, vise à relever l’influence du patois sur les mœurs, c’est-à-dire sur le maintien de croyances ou de pratiques superstitieuses. Dans l’ensemble, la proximité/distance relevée entre le patois et le français est a priori perçue comme une taxinomie d’éloignement, d’obstacle à l’accès aux Lumières. Ajoutons qu’en 1790, le taux d’alphabétisation s’avère dans les départements du grand Ouest ou dans le Midi de la France jusqu’à 40 à 50 % plus faible qu’au Nord-Est de la Loire, selon les estimations des historiens.

17(b) Entre l’envoi du questionnaire Grégoire aux municipalités et aux sociétés populaires, moment de la mise en marche de la « machine jacobine », les réponses des correspondants et le bilan tiré de ces informations dans le Rapport sur la nécessité et les moyens d'anéantir les patois, trois années se sont écoulées. Entre-temps, le Midi a été gagné par le fédéralisme, l'Ouest par la contre-Révolution. Or, pour les jacobins, le phénomène s’explique par le fait que les populations rurales ne connaissent que le patois. Que ces couches populaires aient en effet pu être instrumentalisées par les forces opposées à la Révolution qui recourent à l’emploi de la langue régionale, la chose est plausible. Mais les correspondants de Grégoire suivent en tait une autre logique. Appartenant majoritairement aux couches moyennes, à la petite bourgeoisie en quête d’ascension sociale, ils sont souvent bilingues, linguistiquement labiles et très attachés à la langue des élites culturelles. Quand on leur demande comment on parle dans leur contrée, ils s’avèrent affectivement attachés à leur patrimoine local mais analysent de l’extérieur les mœurs des cultivateurs qu’ils jugent arriérées et superstitieuses.

18(c) Dans le contexte idéologique de la Terreur, Barère présente le 8 pluviôse de l’an II (27 janvier 1794) son Rapport du Comité de salut public sur les idiomes. En juin de la même année, le rapport issu de l’enquête Grégoire aboutit à la conclusion qu’il faudrait anéantir la diversité des patois (jargons, idiomes) qui sont barbares (grossiers, lourds, féodaux) et s’identifient aux langues de l’ignorance (des ennemis, des traîtres, des émigrés). Certes Barère, symbole de la figure du grand coupable exécuté après Thermidor, s'était prononcé en toute logique idéologique en disant que les langues parlées par la superstition et le fédéralisme (le breton), par l’émigration et la haine de la République (l’allemand), la contre-Révolution (l’italien corse) et le fanatisme (le basque) devraient disparaître. Mais l’abbé Grégoire va politiquement beaucoup plus loin, puisqu’à ses yeux les patois prolongent l’enfance de la raison et la vieillesse des préjugés. Il en va de même pour les langues des régions allophones, désormais indistinctement placées au même niveau que les patois parlés (nous dirions les dialectes du français) qui ne représentent rien d’autre selon lui que les derniers restes de la féodalité. La logique politique de la vulgarisation des Lumières, que l’abbé Grégoire envisage pour l’instruction publique, dépasse par conséquent dans sa virulence le discours idéologique de Barère, car Grégoire exclut les dialectes français au même titre que les langues régionales. En revanche, la question d’un quelconque enseignement bilingue n’est jamais posée par les jacobins et même rarement revendiquée pendant les premières phases de la Révolution.

  • 22 14 fructidor an II (31 août 1794), [premier] Rapport sur le vandalisme et sur les moyens de le rép (...)
  • 23 Voir le lien entre le Catalogue des objets échappés au vandalisme révolutionnaire, le Vovage dans (...)
  • 24 Cité par Anne-Marie Thiesse, La Création des identités nationales, Paris, Seuil, 1999, p. 54.
  • 25 Ibid., p. 58.

19Soulignons cependant que la virulence de l’abbé Grégoire en matière d’enseignement et de politique linguistique ne doit pas être confondue avec un républicanisme centralisateur aveugle qui tendrait à nier ou faire disparaître le patrimoine culturel de la nation. À son sens, seules les langues font barrage aux Lumières. Il faut les remplacer sans compromis par une pratique généralisée du français. Il s’oppose en revanche radicalement à l’idée de retirer les manuscrits et les œuvres d’art aux départements pour les concentrer dans les bibliothèques et les musées de la capitale. Faut-il rappeler que l’abbé Grégoire est le premier et le seul conventionnel à dénoncer sur-le-champ le vandalisme révolutionnaire, qu’il est par ailleurs le premier à désigner sous ce tenue. Dès les premiers jours qui suivent la chute des robespierristes, il présente successivement trois rapports sur les moyens de réprimer la destruction des œuvres d’art par des actes de vandalisme22. On peut sans doute considérer que, pour ceux qui suivent sa démarche intellectuelle, comme Cambry23 et d'autres membres de l’Académie celtique fondée en 1805, rien ne s’oppose à l’idée de concevoir désormais les langues régionales et en particulier le breton – qui passe à leurs yeux pour l’ancien celtique –, uniquement selon le point de vue de la conservation muséale au sein du patrimoine national, alors que les pratiques orales de ces idiomes sont négligées sous prétexte que la pratique de la langue nationale est répandue sur tout le territoire. L’Académie celtique, composée essentiellement d’érudits et de philologues, a en particulier pour mission de créer une « grammaire celto-ossianique composée d’après le texte gallique original d’Ossian, monument précieux de la langue et de la mythologie des Gaulois24 ». Elle tente également de « reconstituer les antiquités nationales à partir des vestiges qu’on peut encore trouver dans la culture populaire ». Dans cette perspective, les dialectes prennent un nouveau sens et sont revalorisés mais uniquement d’un point de vue patrimonial : « Condamnés pour l’avenir, ils sont cependant les clés d’un passé sur lequel doit être fondée la légitimité de la nation25. »

20Dans le premier tiers du xixe siècle, à l'instar des antiquaires de l’Académie celtique, mais surtout sous la monarchie de Juillet, dans l’Ouest comme ailleurs, les anciennes provinces s’étaient en effet dotées de multiples sociétés savantes publiant des bulletins ou mémoires qui témoignent avant tout de l'intérêt croissant pour l’histoire et l’archéologie régionales. Il s’agissait pour ces sociétés savantes de favoriser les études remontant aux temps immémoriaux des traditions populaires, nationales, régionales ou locales, et de veiller à la conservation des monuments et du patrimoine. Comme ces sociétés souhaitaient également développer leur région, il arrivait qu'elles s’intéressent à la diffusion du savoir, à l’ouverture de musées et de bibliothèques. Mais leur but premier était d’encourager les travaux d’érudition et il n’est pas étonnant qu’elles aient bénéficié du soutien du ministère de l’Intérieur pendant la monarchie de Juillet. En 1843, est fondée notamment l'« Association bretonne », sous l’égide d'Arcisse de Caumont qui accorde la priorité aux « archéologues » par rapport aux « agriculteurs », partisans de réformes économiques et politiques. Dès le moment de sa fondation, cette association recevra les encouragements de Guizot, ministre de l’Intérieur.

21En 1816, l'abbé Grégoire, infatigable, publie un Plan d'assemblée générale entre savants, gens de lettres et artistes pour accélérer les progrès des bonnes mœurs et des lumières, proposant de réunir l’élite éclairée dans des assemblées réunies à intervalle régulier, afin de mieux faire connaître la progression des savoirs. En véritable visionnaire, il pose le principe des congrès scientifiques, bien avant que les institutions savantes ne s’intéressent à cette idée. Grégoire souhaite en effet faire en sorte que se rencontrent périodiquement dans des congrès généraux, ouverts à tous les pays, des savants envoyés par les universités, les sociétés et les académies savantes européennes. Ces congrès, dont le but serait de diffuser les connaissances, auraient également des objectifs philanthropiques et devraient contribuer à l’amélioration des conditions de vie et au progrès moral. La question se pose donc de savoir comment s’est transmis l’héritage de Grégoire dans ces régions de l'Ouest, particulièrement intéressantes du point de vue de la politique linguistique et des enjeux de la diffusion des savoirs.

22Il faudra pourtant attendre 1833 pour voir naître en France la première forme de congrès scientifique. Sous le nom de « Réunion de l'Ouest », ce congrès rassemble à Nantes du 7 au 10 avril 1833 des hommes de sciences et de lettres, ainsi que des représentants des milieux industriels et artistiques de l’Ouest de la France. Ange Guépin, médecin à Nantes et fils d'un révolutionnaire breton poursuivi pendant la Terreur, est l’initiateur de la Réunion de l'Ouest. Il connaît bien la pensée de l'ancien évêque constitutionnel à propos de l’enseignement public et des congrès scientifiques, bien qu'il raisonne en termes de progrès au sens saint-simonien, c’est-à-dire en glosant beaucoup sur le rôle des arts, des sciences et de l’industrie dans l'association générale, sur la fonction des artistes, savants et industriels dans le perfectionnement moral des élites et du grand nombre. Guépin, très attaché à la question du partage des savoirs, public en 1830 une brochure de vulgarisation pour expliquer la nouvelle Constitution aux habitants de la campagne, donne l’année suivante des cours publics gratuits de chimie à Nantes pour les adultes et œuvre pour que soit créé un collège industriel dispensant les cours de l’enseignement primaire à l’intention des jeunes ouvriers qui étaient à l’époque exclus de l’enseignement public. Il est également à l'origine du projet d’une maison d’édition bretonne qui publierait des ouvrages bon marché en français s’adressant aux campagnards alphabétisés, dont les lectures se limitaient bien souvent aux recueils de cantiques ou aux livres de messe publiés en breton.

  • 26 Réunion de l'Ouest. Procès-verbaux des séances des 9 et 10 avril 1833, Angers, Lesourd, 1833, p. 1 (...)

23Guépin parvient donc en avril 1833 à rassembler à Nantes une cinquantaine de congressistes venus de toute la Bretagne, de Brest, de Quimper, de Lorient, de Rennes et d’Angers. Les congressistes nomment alors parmi eux, selon la répartition trinaire chère aux saint-simoniens, trois comités, un « comité des arts », un « comité de la science » et un « comité des industries ». Un coup d’œil sur la liste des délégués confirme que dans chacun de ces comités de travail, se trouvait une majorité de saint-simoniens et de républicains, qu’il s’agisse de médecins, d’ingénieurs, d’avocats, de professeurs ou de journalistes, d’un imprimeur-lithographe, d’un dessinateur ou du directeur d’un jardin botanique. Dans le rapport qu’il rédige au nom du « comité de la science » de la Réunion de l'Ouest26, Guépin ne manque pas de mettre en avant la nécessité de vulgariser les connaissances afin de « découvrir de nouveaux faits, les systématiser et les coordonner, les enseigner ». Ce document dresse en fait, à l’échelle régionale, un programme complet d’enseignement public, à commencer par l’enseignement primaire pour tous les enfants des deux sexes, en passant par les collèges et les écoles spéciales. Parmi les projets retenus, signalons celui de créer une école d’administration qui dispenserait des enseignements « de statistique, d'économie politique, de droit administratif, d’industrie, de sciences physiques et morales » ou l’instauration de « cours publics et gratuits de commerce, d'industrie, d’agriculture, de droit public, de sciences et d'arts ». Guépin insiste beaucoup, à cette époque où se fondent les premiers phalanstères fouriéristes, sur l’utilité de « colonies » réunissant des sociétaires qui vivent, s’instruisent et travaillent ensemble, ou sur l'intérêt de fermes modèles, de jardins botaniques. Il réclame que les laboratoires, les bibliothèques et les musées soient ouverts au peuple pour y dispenser des enseignements en physique, en chimie ou dans le domaine de l’hygiène, qui combattraient les préjugés et serviraient à l’éducation morale. Passant en revue toutes les sciences qu’il faudrait développer dans l’Ouest, « histoire naturelle, physique, chimie, physiologie, médecine, géographie, topographie, histoire, langues, anthropologie, psychologie, science politique », il insiste à maintes reprises sur le besoin de « populariser parmi les hommes instruits les nouvelles découvertes et dans le peuple l’explication des phénomènes principaux ». Il réclame que le corps savant soit organisé de manière à rester proche du peuple, souhaite ouvrir largement à tous, l’enseignement de l’histoire et des langues, et revendique la liberté de l’enseignement et de la presse qui doivent, à ses yeux, garantir les droits et protéger une minorité éclairée ayant justement pour vocation de transmettre les bienfaits de l’instruction aux couches populaires.

  • 27 Le roman d'Émile Souvestre, Riche et Pauvre (1836), parut également dans la Mosaïque de l'Ouest(...)

24C’est précisément à travers leurs activités dans la presse, que nous nous percevons le mieux les liens intimes que saint-simoniens et républicains établissent entre littérature, sciences et vulgarisation des savoirs. À partir de juillet 1844 paraît en effet la Mosaïque de l'Ouest, sur le modèle du Magasin pittoresque fondé par Édouard Charton en 1833. La Mosaïque de l'Ouest, qui se vend également par livraisons mensuelles, adopte la même typographie et la même maquette illustrée de 32 pages. Vendue au prix modique de six francs les douze livraisons annuelles, la Mosaïque de l'Ouest est dirigée par Émile Souvestre et Prosper Saint-Germain, Bretons originaires de Morlaix. Fidèle à son modèle de la presse parisienne, la Mosaïque de l'Ouest s’adresse à l’échelle régionale à toutes les couches sociales et se veut ouverte aussi bien aux gens des villes qu’à ceux des campagnes. Elle vise une zone géographique large, mise en relief à travers les sujets abordés, qui comprend les « départements » dont l'association avait été rêvée jadis par la Réunion de l’Ouest, « la Bretagne, la Normandie, le Maine, l’Anjou, le Poitou, la Touraine, l’Aunis, la Saintonge, l’Angoumois ». En 1846, ces pays historiques du grand Ouest s’ouvrent encore davantage sur le Centre, finalement associé au titre de la Mosaïque, qui s'intitule désormais la Mosaïque de l'Ouest et du Centre. La revue propose à ses abonnés une « lecture nationale, instructive et morale » en traitant d'abord de faits, personnalités ou traditions culturelles associés à l’espace géographique qu’elle privilégie. En effet, les articles reflétant une thématique régionale, éventuellement replacée dans la perspective de l’histoire nationale, forment largement le tiers des sujets abordés. Le deuxième tiers correspond aux comptes rendus de l'actualité et à des nouvelles romanesques dont l’intrigue, il faut le dire, se déroule bien souvent dans l’Ouest de la France27. Le reste se répartit entre quantité d’articles parfois très succincts qui abordent les domaines les plus variés, de la morale aux sciences et aux savoir-faire. La Mosaïque de l'Ouest ne fut publiée que pendant trois ans et ne semble pas avoir été un grand succès commercial. Compte tenu des sujets évoqués, on peut supposer qu'elle recruta surtout ses lecteurs parmi les couches moyennes francophones et alphabétisées mais relativement peu fortunées de Bretagne.

  • 28 Voir la livraison du 2 juin 1831.

25La Réunion de l'Ouest avait été organisée principalement par des républicains et des saint-simoniens qui avaient d’abord participé, les uns et les autres, à la révolution de 1830 dans leurs provinces respectives et qui ne ménagèrent pas par la suite leurs revendications sociales et régionales sous la monarchie de Juillet. La sensibilité républicaine et saint-simonienne des initiateurs de la Réunion de l’Ouest n'ayant point échappé au ministre de l’Intérieur, le congrès se prépara et se tint sous haute surveillance. En effet, plusieurs des intellectuels impliqués dans ce projet avaient fréquenté de près Hippolyte Carnot, le fils du grand révolutionnaire Lazare Carnot, dès la fin des années vingt. Par la suite, ils avaient rejoint la mouvance saint-simonienne et œuvré à sa propagation dans l’Ouest. Quant à Carnot lui-même, nous devons le considérer en 1833 comme l’un des personnages clefs du saint-simonisme républicain, représenté à cette époque par la Revue encyclopédique. C’est d’ailleurs officiellement pour le compte de ce périodique, qu’il vient assister à la Réunion de l’Ouest. D’autre part, dans la jeune génération, Carnot figure parmi les personnes qui connaissent très bien l’abbé Grégoire pour l’avoir côtoyé au soir de sa vie et étudié ses écrits. Il rédige une note nécrologique sur l’ancien conventionnel pour le Globe saint-simonien en 183128, écrit par la suite une biographie de Grégoire et publie ses Mémoires.

  • 29 Jean-Yves Guiomar, Le Bretonisme : les historiens bretons au xixe siècle, Rennes, Société d'histoi (...)

26Tout en réclamant la liberté de la presse et l’émancipation des femmes, le congrès préconise une organisation de la France par grands territoires artistiques, industriels et scientifiques appelés « départements ». C’était une façon de couper l’herbe sous le pied à l’adversaire le plus direct, à cette droite légitimiste dont les chefs parisiens tentaient de « faire de l'Ouest vendéen et breton une machine de guerre contre l’évolution politique et sociale de la France29 ». Mais du côté des congressistes, les divergences d’appréciation sur les résultats de la « Réunion de l’Ouest » ne tardent guère à apparaître : au grand dam de L’Ami de la Charte, journal républicain de Nantes, qui ne comprend l'association que dans un sens politique et polémique, les saint-simoniens veulent la concevoir essentiellement comme un pas supplémentaire vers la civilisation, comme le progrès pacifique vers des réformes économiques et intellectuelles. Quant aux tenants du libéralisme, ils se tournent très vite vers les « congrès scientifiques » régionaux organisés par Caumont avec l’appui de Guizot.

  • 30 Tome III, 1846-1847, p. 195-196.
  • 31 Voir surtout p. 157 de l’introduction de Carnot.
  • 32 Ibid., p. 160.

27En janvier 1847, la Mosaïque de l’Ouest et du Centre publie sous la signature de Paul Delasallc un texte très révélateur intitulé « L’abbé Grégoire et les congrès scientifiques30 ». Un peu décousu, il ne remplit que six colonnes, mais retrace implicitement une controverse à propos de la déontologie des sciences et de la fondation, en Bretagne, des premières associations savantes. Delasalle rappelle d’abord que l’abbé Grégoire a été évêque constitutionnel du Mans, ce qui lie à l’histoire locale le destin national du grand révolutionnaire. La seconde partie de l'article présente le Plan d'association générale entre savants, gens de lettres et artistes, publié par l'abbé Grégoire en 1816, et déjà longuement commenté par Hippolyte Carnot dans la notice biographique préfaçant, en 1840, la publication des Mémoires du constitutionnel. Nous pouvons conjecturer que Delasalle, ami de Souvestre et ancien saint-simonien, a pris connaissance pour la première fois de l’œuvre et de la pensée de Grégoire à travers cette publication. Grégoire détaille dans le chapitre III de ses Mémoires les relations qu’il entretint avec les savants pendant et après la Révolution, et Carnot, dans l’introduction jointe aux Mémoires, insiste longuement sur son projet de réunir des congrès scientifiques. Or Delasalle, citant plusieurs passages de cette introduction31, regrette que les congrès scientifiques qui se sont multipliés en France depuis quelques années n’aient qu’en partie réalisé les idées de l'évêque de Blois32. Pour lui, c’est la Réunion de l’Ouest qui est la seule et digne héritière des congrès scientifiques conçus par l’abbé Grégoire et qui se situe dans la droite ligne de l’esprit des Lumières. Les participants à la Réunion de l’Ouest s’intéressaient en effet, selon Delasalle, aux problèmes d’organisation politique, ils voulaient jeter les fondements d’une sorte de République intellectuelle et entendaient faire du savant, de l’homme de lettres et de l’artiste les maîtres d’œuvre du progrès social. L’article se termine par le constat désolé que les congrès scientifiques ont ensuite perdu l’esprit de la Réunion de l'Ouest, préférant aux préoccupations sociales et politiques les études des « antiquaires » celtisants.

28C’est précisément à ce schisme que se réfère l’article de Delasalle et il convient de s’attarder un instant sur ses analyses. Si Delasalle accorde beaucoup de crédit à la dimension visionnaire des congrès scientifiques envisagés par Grégoire et retrouvée chez les initiateurs de la Réunion de l'Ouest, il dénonce en revanche les congrès de l’« Association bretonne » fondée par Arcisse de Caumont en 1843, pour leur « dénomination ambitieuse et leur parfaite impuissance scientifique ». À ses yeux, ces deux types de congrès ont non seulement des orientations politiques et idéologiques différentes, mais des conceptions radicalement opposées quant aux connaissances qu’ils entendent diffuser. L’éthique morale et pédagogique à laquelle se réfère Delasalle repose sur une double fonction : générer des savoirs et en assurer la diffusion. C'est pour lui le point de convergence essentiel entre l’abbé Grégoire, les congressistes républicains et saint-simoniens d’avril 1833, l’esprit de la Mosaïque de l'Ouest et ses propres convictions. Pour Delasalle, la vulgarisation des connaissances doit occuper une place centrale dans le concept même de science. La critique de Delasalle à l’égard des congrès de l’Association bretonne est d’autant plus sévère que des divergences sérieuses étaient intervenues quelque temps plus tôt au sein de cette association. Lors de sa fondation, l’Association bretonne souhaitait malgré tout encourager le progrès économique et avant tout agricole de la Bretagne, et elle avait fait de la revue L’Agriculture de l'Ouest son organe officiel. Mais par la suite, contre l’avis même de Caumont, les érudits férus d’archéologie, tels Aymar de Blois, Théodore Hersart de la Villemarqué et Aurélien de Courson, avaient pris de plus en plus de poids dans l’association avant de provoquer une véritable rupture en 1845, avec la constitution d’une classe d’archéologie à l’intérieur de l’Association bretonne. Cette transformation des objectifs de l’association se produisit sur un fond d’oppositions politiques et idéologiques de plus en plus tendues entre les « agriculteurs », beaucoup plus ouverts à la question sociale, et certains « archéologues », qui devaient par la suite évoluer vers le régionalisme. Il s’agit donc d’un schisme idéologique et pour ainsi dire moral qui conduit finalement Delasalle à juger que les congrès scientifiques se tenant dans l’Ouest ne sont plus compatibles avec la déontologie à laquelle adhèrent les républicains depuis la Révolution française.

  • 33 Jacques Cambry dresse le Catalogue des objets échappés au vandalisme révolutionnaire avant de publ (...)

29Les congrès scientifiques que l’abbé Grégoire avait appelés de ses vœux inspirent donc au xixe siècle, du moins en Bretagne, des démarches tout à fait divergentes : pour les républicains et les saint-simoniens qui firent partie de la Réunion de l’Ouest de 1833 et que l’on retrouve d’ailleurs après la révolution de 1848 auprès d’Hippolyte Carnot devenu ministre de l’Instruction publique, l’accent devait être mis sur les réformes économiques et sociales et la diffusion de l’instruction auprès de tous par des cours techniques gratuits, une réforme de l’enseignement primaire et la création d’organes de presse s’adressant aux classes populaires. Pour les membres de l’Association bretonne, l’essentiel est au contraire de préserver le patrimoine linguistique et archéologique. Les sociétés savantes bretonnes du xixe siècle militent pour le maintien de leur identité culturelle et langagière, évoluant progressivement vers un régionalisme élitiste et conservateur sur le plan politique. La première tentative est celle de Cambry, qui dresse le Catalogue des monuments échappés au vandalisme révolutionnaire dans le Finistère33. Lui-même ainsi que les autres fondateurs de l’Académie celtique créée en 1805, puis les archéologues de l’Association bretonne après 1843, tentent de rassembler les « monuments » y compris linguistiques de l’ancienne culture celtique. La démarche intellectuelle de ces « antiquaires » s’inscrit dans le cadre de la conservation muséale du breton et entreprend de relever les traces de celticité dans l'histoire de la langue nationale, sans se préoccuper outre mesure de la langue effectivement parlée au xixe siècle dans la région : c’est la philologie et l'histoire de la langue qui intéressent ces érudits, bien plus que l’étude des mœurs. Les républicains bretons comme les « antiquaires » partagent au fond l’idée de Grégoire pour qui le français doit constituer la seule pratique linguistique sur l’ensemble du territoire parce qu’il s’identifie à l’idée de nation. Mais ce sont évidemment les républicains et les saint-simoniens bretons qui sont les véritables héritiers des idéaux intellectuels et pédagogiques du grand évêque révolutionnaire.

Notes

1 Voir Dominique Julia, « L’école : un gigantesque effort pédagogique », dans Michel Vovelle éd., L'État de la France pendant la Révolution, Éditions de la Découverte, 1988.

2 Le rapport de Talleyrand de septembre 1791 consacré à ce sujet peut être qualifié d’insignifiant.

3 Voir Keith Michael Baker, Condorcet : raison et politique, Paris, Hermann, 1988, p. 237-245. Condorcet avait établi des règles mathématiques justifiant les procédures, en exigeant par exemple que les majorités varient en fonction de l’importance du problème débattu.

4 Voir Condorcet, Cinq mémoires sur l'instruction publique. Introduction et annotations par C. Kintzler et C. Coutel, Garnier-Flammarion, 1994.

5 Ibid.

6 Ibid.

7 Le décret du 18 août 1792 stipule la suppression des derniers ordres religieux et des congrégations enseignantes et hospitalières et ordonne de ne confier « aucune partie de l'enseignement public à aucune des maisons de ci-devant congrégations d'hommes et de filles ». Voir l'article « Instruction publique » dans J. Tulard, Histoire et dictionnaire de la Révolution française, Paris, Laffont, 1987, p. 889-890.

8 Voir Dominique Julia, op. cit., p. 203-208.

9 Grégoire, Mémoires, 1840, t. I, p. 344.

10 Suite à un rapport de Grégoire et à un discours de David, le décret supprimant les Académies entre en vigueur le 8 mars 1793, quatre jours après la ratification de la Constitution de l'an I qui ne sera jamais appliquée.

11 Un an après avoir décrété l’établissement d’écoles primaires dont les enseignants seraient appelés instituteurs, la Convention décide sous la Terreur, le 22 frimaire de l’an II (19 déc. 1793) et les jours suivants, d’imposer l’instruction primaire générale et obligatoire.

12 Le décret date du 28 octobre 1793.

13 Il résiste ainsi à la déprêtrisation de presque tous les conventionnels du 17 brumaire de l'an II (7 nov. 1793).

14 Voir Rapport et projet d'améliorer l'agriculture en France par l'établissement d'une maison d'économie rurale dans chaque commune (13 vendémiaire an II/4 oct. 1793) ; Nouveaux développemens sur l'amélioration de l'agriculture par l'établissement des maisons d'économie rurale (16 brumaire an II/6 nov. 1793, le même jour où la Convention reconnaît le droit des communes à renoncer au culte catholique).

15 Olivier de Serres est l’auteur d’un Théâtre d’agriculture en 8 volumes et de plusieurs ouvrages sur les vers à soie et le mûrier.

16 J. A. Chaptal, Observations générales sur l'agriculture considérée dans ses rapports avec la prospérité de la France suivies de quelques réflexions sur les ouvrages d'Olivier de Serres. Montpellier, 1790, p. 26-27.

17 C. Charles-François Lecour, Opinion naturelle et politique sur les moyens de régénérer. d'accélérer & d'améliorer l'agriculture dans la République Française, Passy, chez l’auteur, an II de la République française.

18 Voir Vues générales sur l'amélioration de l'agriculture en France, présentées à la Commission d’agriculture et des arts, par Jean-Baptiste Dubois, membre de la commission, l'un des rédacteurs de la Feuille du cultivateur, Paris, an III.

19 Voir le rapport du 3 pluviôse de l'an II (22 janvier 1794), p. 10.

20 L’exemple le plus connu est l’officine de Dugas, prévue pour des traductions en occitan. Elle est créée le 20 janvier 1701.

21 Michel de Certeau, Dominique Julia et Jacques Revel, Une politique de la langue. La Révolution française et les patois : l'enquête de Grégoire, Paris, Gallimard 1975 ; Renée Balibar, L’Institution du français : essai sur le colinguisme des Carolingiens à la République, Paris, PUF, 1985.

22 14 fructidor an II (31 août 1794), [premier] Rapport sur le vandalisme et sur les moyens de le réprimer suivi par un second le 8 brumaire de l’an III (29 oct. 1794) et un troisième le 24 frimaire de l’an III (14 décembre 1794).

23 Voir le lien entre le Catalogue des objets échappés au vandalisme révolutionnaire, le Vovage dans le Finistère de Cambry et le questionnaire de l'Académie celtique, en particulier dans B. Schlieben-Lange, Die Wörter Bücher in der Französischen Revolution, Munich, R. Oldenbourg, 1985.

24 Cité par Anne-Marie Thiesse, La Création des identités nationales, Paris, Seuil, 1999, p. 54.

25 Ibid., p. 58.

26 Réunion de l'Ouest. Procès-verbaux des séances des 9 et 10 avril 1833, Angers, Lesourd, 1833, p. 10-36.

27 Le roman d'Émile Souvestre, Riche et Pauvre (1836), parut également dans la Mosaïque de l'Ouest où il publia en avant-première ses Scènes de la chouannerie (1845-1848).

28 Voir la livraison du 2 juin 1831.

29 Jean-Yves Guiomar, Le Bretonisme : les historiens bretons au xixe siècle, Rennes, Société d'histoire et d’archéologie de Bretagne, 1987, p. 34. Pour plus de détails sur la Réunion de l’Ouest, sa réception dans la presse et la contre-offensive gouvernementale, voir Guy Frambourg, Un philanthrope et démocrate nantais : le Dr Guépin, Nantes, Imprimerie de l'Atlantique, 1964, p. 85-93.

30 Tome III, 1846-1847, p. 195-196.

31 Voir surtout p. 157 de l’introduction de Carnot.

32 Ibid., p. 160.

33 Jacques Cambry dresse le Catalogue des objets échappés au vandalisme révolutionnaire avant de publier son célèbre Voyage dans le Finistère. Pour l’Académie celtique, voir Bärbel Plötner dans J. Brumme, Sprachpolitik in der Romania : Zur Geschichte Sprachpolitischen Denkens und Handelns von der französischen Revolution bis zur Gegenwart, Berlin, W. de Gruyter, 1993, p. 161-171, et surtout les travaux de Nicole Belmont qui a réédité les Mémoires de l'Académie celtique, éd. C.T.H.S., 1995.

Auteur

Chargée de recherche au CNRS, membre du LIRE. Travaille sur l’histoire littéraire bretonne au xixe siècle et sur les frères Grimm. Coéditeur de la Correspondance entre Jacob Grimm et Théodore Hersart de la Villemarqué, Kassel, 1991. Prépare un ouvrage sur Émile Souvestre.

© Presses universitaires de Lyon, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search