Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Partage des savoirs xviiie-xixe siècles

 | 
Lise Andries

II. Penser la vulgarisation

Merveilleux ou rationnel : Les Veillées du château de Mme de Genlis

Marie-Emmanuelle Plagnol-Diéval

Texte intégral

1À la vulgarisation presque militante du xixe siècle, le xviiie siècle oppose une diffusion des savoirs qui allie agrément littéraire et information scientifique, retrouvant ainsi la formule horatienne qui est le fondement même des ouvrages pédagogiques contemporains. Le risque encouru est celui de la dégradation du sens, voire de sa perte, l’information scientifique pouvant être simplifiée de manière excessive par le support littéraire qui assure le transfert.

  • 1 J. Payen et M. Daumes, Les Techniques au siècle de l'Encyclopédie et la Collection des maquettes d (...)
  • 2 Citons entre autres les Annales de la vertu, Paris, M. Lambert et F.J. Baudoin, 1781 ; les Arabesq (...)
  • 3 Paris, Moutardier, 1801.
  • 4 Voir J.-N. Pascal, « La Glaneuse, le Fauvette et la Maîtresse d’école. Sur les fables pédagogiques (...)
  • 5 Paris, M. Lambert et F.-J. Baudoin, 4 vol., 1782.
  • 6 Nous citons ici les principales rééditions avec leurs changements : Les Veillées du château ou Cou (...)
  • 7 Ce texte est l’objet d’une édition scolaire, Alphonse et Dalinde, ou la Féerie de l'art et de la n (...)

2Mme de Genlis, représentante par excellence de la veine pédagogique du siècle, douée d’une curiosité universelle et capable d’adapter son écriture à toutes les modes et tous les courants littéraires, s’est intéressée aux questions de vulgarisation. Elle commande aux frères Périer pour ses élèves, les enfants du duc de Chartres, diverses maquettes construites d’après des planches de l'Encyclopédie1, elle rédige des ouvrages didactiques2, et deux œuvres qui sont particulièrement représentatives de la conjonction du littéraire et du savoir, l'Herbier moral3, utilisant la fable pour distiller ses connaissances botaniques4, et le recueil intitulé Les Veillées du château, ou Cours de morale à l'usage des enfants, par l'auteur d'Adèle et Théodore5. Ce dernier ouvrage, qui paraît dans le sillage flatteur du roman épistolaire, est largement et durablement salué par la critique. Il connaît un grand nombre de rééditions jusqu’à l'aube du xxe siècle6. Les différences entre les éditions portent sur les nouvelles insérées, les paratextes et particulièrement les notes en bas de page et en fin de volume (très nombreuses dans la première édition), preuve que le matériau et la stylistique de la vulgarisation évoluent au cours du siècle. Une nouvelle retient particulièrement l'attention : Alphonse et Dalinde ou la Féerie de l’art et de la nature, conçue comme une gageure, un anti-conte de fées7.

  • 8 B. Béguet, « La vulgarisation scientifique en France de 1850 à 1914 : conceptions et procédés », d (...)

3Le contexte est propice à la diffusion des savoirs, car il coïncide avec un développement de la littérature de jeunesse qui conduit à des formes d’écriture définies par Bruno Béguet comme « un genre hybride, mixte de science et de littérature, de fiction et de didactisme, de récits anecdotiques et d’exposés scolaires8 ». Il s’agit de donner une forme ludique à une instruction disciplinaire et morale, de concilier le pittoresque du monde naturel avec la religion, enfin d’affronter le merveilleux sur son propre terrain, celui du conte. Ces objectifs expliquent le recours à une double mise en scène. La première, dans le récit-cadre, est celle du cercle familial où un adulte donne des informations à des enfants qui le questionnent, tout en se présentant comme un vulgarisateur occasionnel et non comme un spécialiste, ce qui explique qu’il soit secondé par des relais au cours de la fiction. La deuxième mise en scène, plus active, mais tout aussi artificielle, confronte le héros des fictions intégrées à une aventure immédiatement mise à profit sur le plan scientifique et moral. Les intertextualités sont donc multiples : les genres les plus présents étant le conte moral ou édifiant, le conte merveilleux et le roman pédagogique. En même temps, la vulgarisation implique un rapport au texte scientifique, plus ou moins tenu à distance ou, au contraire, convoqué selon les aventures relatées et la stature intellectuelle de l’informateur. Comment faire coexister ces différents textes, comment composer ce qui ne doit pas apparaître comme la relation désordonnée d’expériences, mais comme un cheminement construit vers la vérité ?

4Consciente de cet enjeu pédagogique et littéraire, Mme de Genlis met au point sa propre poétique, autour d’une formule éprouvée : Les Veillées du château reprennent en effet, comme l’indique le titre, le procédé d’un récit cadre insérant de courtes nouvelles. Le contexte est familial et autobiographique. Le départ du père aux armées justifie pour la famille un long séjour à la campagne qui est à la fois le lieu d’apprentissage des vertus morales et l’observatoire idéal de la nature. Puis chacun regagnera la ville, terrain privilégié de l’intégration sociale. La mère, figure centrale, reste donc seule avec ses trois enfants, César, qui porte le prénom du neveu de Mme de Genlis et auquel est dédié l'ouvrage, Caroline et Pulchérie, portant toutes deux les prénoms des propres filles de l’auteur. Mme de Clémire, un des nombreux doubles de Mme de Genlis (comme Mme d’Almane dans Adèle et Théodore) préside au déroulement du récit. C’est elle qui institue le principe des veillées pendant lesquelles on donne la parole à un orateur (elle-même pour la quasi totalité des soirées), qui décide de leur durée, de leur interruption, voire de leur suppression en cas de désobéissance des enfants. Elle est lointainement secondée par sa propre mère, par l’abbé, précepteur du jeune garçon, enfin par un voisin revenu de ses erreurs de jeunesse, dont il fait le récit à titre préventif au jeune auditoire. Conformément à une pratique et à une poétique que Mme de Genlis élabore ici et qu’elle appliquera dans la suite de son œuvre, l’habillage fictionnel permet dans Les Veillées du château la transmission des connaissances. La préface est explicite :

  • 9 Notre édition de référence est l'édition de Lambert et Baudoin, Paris, 1784. Le chiffre romain ind (...)

Je n’ai point placé au hasard, à la suite des unes des autres, les histoires qui forment ce recueil. Avant de songer au plan romanesque, c’est-à-dire aux événements, aux situations, j'avais préparé le plan des idées, l’ordre dans lequel je devais le présenter pour éclairer graduellement l’esprit et élever l’âme. (I, vi9.

5C’est au nom de cette exigence absolue qui témoigne du travail de composition et de la genèse de toute la librairie édifiante de la fin du siècle, que Mme de Genlis instruit le double procès des textes dépourvus de morale et des ouvrages froidement moralisateurs. Elle critique en effet les contes moraux, qu’elle compare à « ces poisons déguisés, à ces drogues de charlatan, offertes comme des remèdes salutaires, d’autant plus pernicieuses qu’elles portent des noms imposants et qu'on les prend avec confiance » (I, ix). Elle s’élève également contre les contes merveilleux auxquels elle dénie toute fonction morale, comme la plupart des auteurs contemporains peu enclins à une approche folkloriste. Pour elle, le conte merveilleux, en s’établissant de plain pied dans un irréel convenu, n’est susceptible d’aucune transposition, ce qui le relègue du côté de l’inutile, et plus grave encore, de l'imagination futile, voire des superstitions. Mme de Genlis et son double, Mme de Clémire, se livrent à une telle critique à la fois parce qu’elles sont conscientes du pouvoir de séduction exercé par les textes de pur divertissement et, parce qu’elles sont convaincues de l’inutilité des traités de morale :

Il n’y a point de sujet moral qu’on ne puisse traiter avec agrément et point de livre de morale utile s'il est ennuyeux. Un ouvrage de ce genre, on l’admirera sans doute, mais s’il a plus de cent pages, il est impossible de le lire avec plaisir [...]. Ce ne sont point de froids raisonnements qui rendront les hommes meilleurs ; ce sont des exemples frappants, des tableaux faits pour toucher et s’imprimer fortement dans l'imagination : c’est enfin la morale mise en action. (I, viii.)

6Forte de ces convictions, Mme de Genlis plaide pour un vaste projet de vulgarisation incluant les sciences et la géographie, car ces disciplines se prêtent tout particulièrement, pense-t-elle, à leur mise en récit sous la forme de descriptions d’expériences et de voyages : « Je pense qu’on devrait ainsi tâcher de donner une forme agréable aux livres élémentaires qui traitent des sciences. » (I, x, note a.)

7Mme de Genlis est un bon exemple de cette pédagogie ouverte aux nouveaux savoirs. Elle considère que l’emploi du temps de ses élèves doit être bien rempli et fondé sur l’alternance des temps d’étude et des apprentissages déguisés sous forme de jeux. Elle ne cesse par ailleurs de faire l’éloge de la leçon. César en convient :

Quelquefois, quand j’étudie, au fond du cœur, j’aimerais mieux jouer ; mais pourtant, en songeant que je fais mon devoir et qu’on sera content de moi si la leçon va bien, je reprends du courage et de l’application. (I, 6.)

8L’éducation est conçue comme l’harmonieuse alliance des savoirs et de la morale :

Elle nous rend susceptible de tout, nous offre mille ressources dans l'adversité, elle nous préserve du fol orgueil qu’inspirent trop souvent les faveurs de la fortune, ou du moins elle nous apprend à le cacher. Elle répare l’inégalité des conditions ; elle nous donne les qualités qui font aimer, les agréments qui attirent ; elle nous rend la solitude agréable, nous fait paraître avec éclat dans le monde ; enfin elle perfectionne la raison, forme le cœur, développe le génie. (1, 159-160.)

9L’éducation s’oppose ainsi aux préjugés, aux superstitions et aux craintes irraisonnées. C’est pourquoi deux nouvelles des Veillées, au titre programmatique, « Delphine ou l’Heureuse Guérison », et « Églantine ou l’Indolence corrigée », présentent le contre-exemple de jeunes filles mal élevées sur qui s’abattent tous les topoï de la littérature édifiante de mise en garde.

10Sous le regard de Dieu dispensateur des merveilles de la nature, l'être humain, du savant à l’enfant, peut et doit donc étudier, sans crainte d'offenser la divinité puisqu’elle est la source incontestée des prodiges. La seule limite est celle de la raison elle-même, imposée par le Créateur, comme le précise Mme de Clémire avant de commencer le récit d’« Alphonse et Dalinde » : « Gardons-nous d’adopter des erreurs, mais ne nous livrons point à cette vaine et ridicule présomption qui rejette avec dédain et sans examen tout ce que notre faible raison ne saurait concevoir » (I,404). « Alphonse et Dalinde » est une machine contre les contes merveilleux. Mme de Clémire surprend ses deux filles plongées dans la lecture des contes de Mme d’Aulnoy. La critique porte d’abord sur le fait que le livre a été prêté par la femme de chambre, personnage habituellement suspect dans la littérature d’éducation. La mère met ensuite les deux fillettes dans l’embarras en leur faisant convenir que ce « merveilleux » qui « n’a rien de vrai » les dégoûte après les avoir enchantées, ce qui la conduit à la proposition suivante ;

Votre ignorance vous laisse croire que les prodiges et le merveilleux n'existent que dans les contes ; la nature et les arts offrent des phénomènes non moins surprenants que les prodigieuses aventures du prince Percinet [...J et pour vous le prouver, je m’engage à faire un conte le plus singulier que vous ayez jamais entendu ; et cependant tout le merveilleux en sera vrai.

11Ce protocole d’écriture qui est aussi un pacte avec le lecteur - ici le jeune auditoire - est caractéristique de la littérature pédagogique du xviiie siècle. L'invention narrative existe, mais elle est limitée : « Je supposerai des personnages, j’inventerai des situations. » Les faits relatés, en revanche, seront strictement vrais : « Tout ce qui vous paraîtra prodige, enchantement, sera pris dans la nature, sera véritablement arrivé, ou même souvent existera encore. » Mme de Clémire, pour mener à bien son entreprise de vulgarisation, s'appuie sur les ouvrages spécialisés : « Il me faut au moins trois semaines pour composer. Il est nécessaire que je relise plusieurs ouvrages sur l’histoire naturelle, et quelques voyages. » Elle tente de mettre ces textes à la portée de son auditoire : « Je n’emploierai point de termes scientifiques. » Elle prévoit enfin une lecture en deux temps. D’abord une écoute dépourvue de connaissances préliminaires qui ménage la surprise et l’émerveillement, mais institue une différence radicale par rapport au conte de fées parce que l’auditeur sait que tout est vrai : « Et si vous n’étiez pas prévenus, mon conte vous paraîtrait un véritable conte de fées. » (I, 373-375.) Puis une deuxième étape qui tire la leçon du récit, au moment où l’apparent mystère reçoit son explication naturelle. Ce dévoilement peut d’ailleurs se faire assez rapidement au cours de l’histoire même (Thélismar, le mentor d’Alphonse, donne quelques explications au fil de chaque épisode) ou peut être retardé et n’apparaître que dans le récit-cadre lors des conversations entre Mme de Clémire et ses enfants, ou même au-delà du texte par la lecture des notes en fin de volume à laquelle Mme de Genlis convie énergiquement ses lecteurs :

— Ainsi, maman, à chaque fait merveilleux, vous interromprez donc votre récit pour nous donner une explication ?
— Point du tout ; vous sentez que ces interruptions ôteraient tout l'agrément de mon conte. J’ai ajouté des notes, que nous lirons avec attention dans une seconde lecture de ce petit ouvrage. (I, 404-405.)

  • 10 Mme de Genlis est en deçà des innovations relevées par S. Le Men dans un article intitulé « La sci (...)

12Mme de Genlis justifie ainsi son entreprise, hasardeuse sur le plan scientifique et littéraire : « Celui qui possède les éléments de science n’en reste pas là ! mais si les commencements rebutent, la curiosité est bientôt éteinte. » (I, X, note a.) Ainsi la soif de connaissances et l’intérêt pour les nouveaux savoirs comme ceux des sciences de la terre et de la vie, qui s’opposent à une formation plus classique, vont-ils de pair avec la transformation des relations entre le maître et l’élève. La curiosité, traditionnellement considérée comme un défaut, retrouve ici une certaine légitimité quand elle contribue à l’acquisition des savoirs, mais Mme de Genlis garde une position nuancée sur ce point10, car l’émancipation intellectuelle de l’enfant qui en est la conséquence, reste fortement contrôlée, à la fois dans les contes scientifiques et dans le récit-cadre des Veillées du château.

  • 11 I. Havelange, Le Magasin des enfants : la littérature pour ta jeunesse : 1750-1830, I. Havelange, (...)
  • 12 Cette qualification générique, étroitement rattachée au xviiie siècle, disparaît au fil des éditio (...)
  • 13 F. Buisson, Dictionnaire de pédagogie et d'instruction publique, Paris, Hachette, 1887, p. 517-518

13Si les principes théoriques de la vulgarisation, pour Mme de Genlis, sont nettement établis, l’hésitation reste forte quant au choix stylistique et générique des récits, en raison du nombre des registres possibles et des glissements constants d’un genre à un autre. De plus, Les Veillées du château appartiennent aux prémices de la littérature de jeunesse, moment où celle-ci emprunte encore aux différents genres littéraires existants. Ce flou générique est d’autant plus marqué dans le cas de la littérature de vulgarisation, qui a tendance, pour transmettre ses informations, à faire flèche de tout bois et à utiliser toutes sortes de formes narratives comme le voyage, le conte, la nouvelle et le roman avec ses sous-catégories constituées par les « veillées » ou le « magasin11 ». Dans le cas des veillées, on a affaire à deux formes stylistiques différentes, l’une dialoguée, l'autre narrative, mais leur point de convergence est leur commun artifice. En ce qui concerne le texte court, c’est moins la dénomination qui importe (car l'on connaît l’inextricable maquis de la taxinomie entre nouvelle et conte au xviiie siècle) que la présence d’indices stylistiques clairs. « Alphonse et Dalinde », conçu, ainsi que le rappelle fortement sa genèse, comme un conte scientifique en rupture avec le conte merveilleux, est néanmoins suivi en 1782 du sous-titre « La Féerie de l’art et de la nature » et d’une qualification générique « Conte moral12 », ce qui rattache le texte à trois pôles d’écriture : le scientifique, le moral et le merveilleux. Ce mélange, courant au xviiie siècle, est encore recevable au siècle suivant. L’article « Conte » du Dictionnaire de pédagogie de F. Buisson13 reflète l’esprit de la Troisième République et témoigne de l’évolution de la littérature de jeunesse : les travaux des frères Grimm ont enfin donné au conte merveilleux sa légitimité fondatrice, ce qui amène Buisson à les bannir de l’école, mais non de l’imaginaire des enfants puisqu’« ils sont à vrai dire la poésie épique des enfants ». L’article préconise un usage modéré des contes moraux tout en leur préférant « des histoires véritables et surtout des biographies ». Le conte scientifique bénéficie d’un long paragraphe qui résume les critiques imputables à ce genre bâtard :

Quant aux contes scientifiques qui sont à la mode aujourd'hui, je ferai volontiers une exception pour les voyages, dont le fond est vrai si le récit est fictif, mais pour l’astronomie, la chimie, la physique, la mécanique, la physiologie mises en roman, j’avoue que cela me paraît une erreur de goût. La science ne s’adresse pas à l’imagination, mais à la raison ; c’est donc à la raison seule qu’il faut parler. Ceci est, du reste, une opinion individuelle ; et si je trouve ces contes scientifiques assez ennuyeux, je ne les trouve pas dangereux ; à mon sens, c’est prendre trop de détour pour arriver à la vérité [...].

  • 14 M. Pellet, « Un voyage extraordinaire il y a cent ans. Mme de Genlis précurseur de Jules Verne », (...)

14Dans Les Veillées des châteaux, le conte d’« Alphonse et Dalinde » est sans doute celui qui procède le plus manifestement d'une théâtralisation des connaissances. La critique14 a ironisé sur l’invraisemblable succession d’événements qui jalonnent ce conte. En effet, la volonté de démonstration et d’exhaustivité qui caractérise Mme de Genlis s’y manifeste avec exubérance, en dépit des prétéritions de Mme de Clémire et de l’abbé qui est le précepteur de César. Le conte ne réussit d’ailleurs pas à établir une typologie des prodiges rationnellement explicables auxquels est confronté Alphonse, parce qu’il adopte une esthétique de l’accumulation. Une première série d’événements est liée aux sciences de la nature, une deuxième aux inventions de l’homme, une troisième relève de faits de civilisation. Ces trois ordres de connaissances expliquent également le contenu des notes en fin de chaque volume de l'édition de 1782. La formule du récit de voyage permet d’accumuler les prodiges physiques et les faits de civilisation, ainsi que de donner un sens au périple, qui devient un voyage de formation.

15Les sciences liées à la nature et à la physique sont les plus représentées. Alphonse fait ainsi l'expérience du magnétisme, il assiste au tremblement de terre de Lisbonne, voit ensuite une météorite qu'il compare à un globe de feu, essuie une tornade et une terrible averse de grêle après avoir cru être descendu au royaume des morts. Il est témoin d’une éclipse, assiste en Italie à un phénomène d’illusion optique, improprement appelé par le peuple « les châteaux de la fée Morgana », qui amène cette critique : « Le peuple est partout ignorant et crédule, il aime les fables et les adopte aisément. » (II, 20.) La géologie n’est pas oubliée avec l’exemple de la grotte de Policandro dans les Cyclades, qui ressemble â un palais merveilleux :

Les murs de ce vaste péristyle lui parurent entièrement couverts d'or, de rubis et de diamants, et le plafond parsemé de guirlandes élégantes et de pendeloques de cristal. Le plancher même sur lequel il marchait était pavé de la même matière brillante... (II, 16.)

16La zoologie et la botanique fournissent également de nombreux épisodes mettant en scène le poisson-torpille et les propriétés des plantes rares, comme la sève rouge sang du dragonnier, les poisons instantanés, le mancenillier vénéneux. Quelques aventures brodent enfin sur des faits de civilisation. Alphonse descend dans les lieux de sépulture des Guanches aux Îles Canaries, il confond des flamants roses avec une armée, il est ébloui par les richesses du grand Mogol et par un palais construit avec la glace de la Néva... Quant à Thélismar, son maître, il utilise ses connaissances des propriétés de la nature pour susciter des phénomènes apparemment inexplicables. Il montre ainsi à Alphonse deux automates, un jeune dessinateur et sa sœur pianiste, parfaits à s’y méprendre. Il renouvelle l’expérience du paratonnerre de Franklin et de Nollet en dirigeant la foudre : « Il avait dans cet instant toute l'apparence d'un enchanteur qui, par le pouvoir de sa baguette, commande en maître aux éléments. » (I, 467.) 11 punit enfin Alphonse de son indiscrétion en chargeant d’électricité la clé du secrétaire dans lequel se trouve une lettre de Dalinde, la jeune fille qu’aime Alphonse.

  • 15 Les notes des éditions posthumes dénoncent le caractère exagéré des descriptions attribuées à Alph (...)

17L’étrangeté radicale des phénomènes relatés dans « Alphonse et Dalinde » est souvent décrite de manière à en préserver le mystère. Mme de Genlis adopte souvent le point de vue d’Alphonse, c’est-à-dire celui d'un ignorant. Le phénomène est alors décrit de l’extérieur, dans un registre hyperbolique15 qui en augmente l’effet de surprise quand le phénomène est enfin nommé et expliqué. Le tremblement de terre de Lisbonne est décrit, par exemple, par deux métaphores filées, celle du naufrage et celle des ravages du temps, tandis que le météore est décrit comme un globe de feu qui semble poursuivre le héros. À l'inverse, les enfants de Mme de Clémire s’approprient rapidement les expériences des petits héros des nouvelles. Les effets de passage entre les nouvelles et le récit-cadre sont nombreux et la transmission des savoirs est alors quasi immédiate. La botanique, l’herborisation, l'utilisation des simples, la confection d’élixirs divers, les collections de pierres et de papillons suscitent de courtes histoires qui ont indifféremment pour acteurs les enfants du récit-cadre ou ceux des nouvelles morales.

18« Alphonse et Dalinde » se présente comme un conte scientifique et moral. Aussi convient-il d’étudier comment le texte tisse entre elles connaissances scientifiques et leçon morale, ou comment les différents phénomènes s’insèrent dans l’économie édifiante du texte. La donnée de base est simple. À l’inverse des enfants de Mme de Clémire, qui forment une image presque idéale de l’enfance, Alphonse est ignorant et mal élevé. Mais, comme les jeunes héros des nouvelles édifiantes, il est éminemment perfectible pourvu qu'il rencontre un mentor capable de le faire progresser intellectuellement et moralement. Toutes les mésaventures qu'il subit attestent de l’état de ses progrès. Ses premiers déboires mettent en lumière ses défauts de caractère, évoqués dès le début de la nouvelle, selon une technique de clarification du sens chère à la littérature édifiante. Le premier portrait moral d’Alphonse est donné par la narratrice : « Fils unique de l’homme le plus riche et le plus puissant du royaume, la flatterie, la vile adulation entourèrent son berceau, et corrompirent sa première jeunesse. » (1,405.) Un dialogue avec Thélismar confirme ce portrait :

Mais, reprit Thélismar, je crois qu’il existe bien d’autres choses extraordinaires qui vous sont inconnues. Il en est sans doute, répartit Alphonse ; mais j'ose dire que leur nombre est bien limité ; car je ne suis pas ignorant ; j’ai eu des maîtres de toute espèce. J’ai d'ailleurs prodigieusement lu et j’ai encore plus observé, médité et réfléchi. (I, 460-461.)

19Or le conte met rapidement en évidence qu’Alphonse accumule au contraire les erreurs et ne contrôle rien, à la différence de Thélismar qui comprend les phénomènes naturels et qui est capable de les maîtriser par ses expériences d’électricité (le poisson torpille, le paratonnerre), de chimie (les phosphorescences), d’optique (le télescope), voire de les imiter (les automates). « Alphonse et Dalinde » démontre combien la vaillance et la bonté naturelles doivent s’accompagner de réflexion et de connaissances. Ainsi Alphonse se met-il à plusieurs reprises en danger, bien qu’il ait l’impression de se comporter en homme de cœur. Il tente en vain de sauver Dalinde, la jeune fille qu’il aime, s’enfonce dans des souterrains qu'il prend pour le royaume des morts, combat ses assaillants qui sont en réalité des Guanches hostiles à toute intrusion dans leurs lieux de sépulture, sauve un lion en Afrique mais provoque un incident diplomatique avec le chef de tribu. À chaque fois, il n’échappe à la catastrophe que grâce à l’intervention de Thélismar. Cette série rocambolesque d'épisodes a en réalité pour but de montrer la totale dépendance de cet apprenti sorcier vis-à-vis de celui qui incarne science et conscience : Thélismar, en mentor moderne, connaît tout du jeune homme, tant par son expérience humaine que par ses connaissances scientifiques, qui le placent sur le même plan que le maître divin de Télémaque.

20Les faits scientifiques sont donc constamment associés à une leçon morale qui rend ambigu le statut de leur vulgarisation, fin effet, si les prodiges sont toujours explicables de manière rationnelle et respectent en ce sens le pacte conclu par Mme de Clémire avec ses enfants, ils sont immanquablement suivis d’interprétations morales. Celles-ci ne sont pas toujours validées par le narrateur, elles sont même souvent le fait du héros ignorant, mais l’idée même de rattacher un événement extérieur à une instance supérieure oriente le texte et la conception du monde qui en découle vers une forme de providentialisme. Le tremblement de terre de Lisbonne détruit par exemple la fortune mal acquise de Don Ramire, le père du héros, après qu’Alphonse, tentant de sauver les diamants de son père, s’est trompé de cassette et a emporté celle qui contenait la fausse généalogie achetée par ce dernier. On voit ici comment Mme de Genlis mêle à la donnée scientifique (le désastre de Lisbonne) un topos issu du conte merveilleux (le choix entre deux cassettes) et le traite sur le plan moral (la condamnation de la vanité nobiliaire).

  • 16 Thélismar montre les deux automates à Alphonse, moins pour qu'il s'extasie sur la prouesse techniq (...)

21Parfois même, la fonction morale passe au premier plan, faisant oublier le projet de vulgarisation. Certaines expériences sont délibérément provoquées par Thélismar, nouveau magicien de la physique et du cœur, pour faire progresser Alphonse sur la voie de la vertu16. La progression d’Alphonse est donc double. Sur le plan des connaissances, le jeune homme illustre la marche humaine vers le progrès et la raison parce qu’il cesse d'attribuer une origine merveilleuse aux prodiges dont il ignore la cause. Mais il est aussi l’incarnation vivante de la soumission de l’élève au maître, de l’enfant au père, de la passion à la morale, comme en témoigne la fin du conte :

Ô mon père ! s’écria Alphonse en tombant aux genoux de Thélismar, mon père, souffrez un nom si doux, attendez tout de moi. [...] Ma soumission est sans bornes ; il n’est rien que vous n’ayez le droit d’exiger, et le pouvoir d’obtenir. (I, 496.)

22La littérature pour la jeunesse naît en France au xviiie siècle. Les progrès des sciences, l’intérêt des élites éclairées pour la pédagogie, et l’élargissement du public des lecteurs expliquent des initiatives comme celle de Mme de Genlis. En ouvrant la voie à une littérature de vulgarisation pour les enfants, elle se place dans la continuité de Fontenelle, de l’abbé Pluche et de Bernardin de Saint-Pierre, et annonce les grands vulgarisateurs du xixe siècle comme Jules Verne mais aussi la comtesse de Ségur. Le lecteur moderne peut sourire à la lecture des ouvrages de Mme de Genlis qui sont le symbole même de l’inconciliable union du littéraire et du scientifique. Il est certes aisé d’ironiser. De manière générale, la littérature de vulgarisation représente un exercice difficile car elle est placée devant la double nécessité de choisir des domaines scientifiques se prêtant mieux que d’autres à une présentation profane, et de tenir compte des courants littéraires contemporains. Autant de contraintes qui exposent le texte de vulgarisation à être rapidement démodé, voire ridicule. Une œuvre comme Les Veillées du château reste pourtant très représentative des ambitions et des apories de la diffusion des savoirs au siècle des Lumières. Un cadre pédagogique très strict qui limite l’autonomie enfantine, la présence de toute une topique édifiante venant s’inscrire contre l’expérimentation scientifique, une soif indéniable de connaissances et une foi absolue dans l'éducation font que les textes sont constamment tiraillés entre divers objectifs que reflète leur bâtardise stylistique. Ces textes furent pourtant de véritables succès en leur temps comme l'attestent leurs multiples rééditions et ils servirent de modèles pour les productions ultérieures, preuve qu’ils constituent une étape indispensable dans l'étude de cette littérature du savoir.

Notes

1 J. Payen et M. Daumes, Les Techniques au siècle de l'Encyclopédie et la Collection des maquettes de Mme de Genlis. Exposition du musée du Conservatoire des arts et métiers, Paris, Musée du Conservatoire des arts et métiers, 1963.
D. Ferriot, « Mme de Genlis ou la passion de la pédagogie », Musée des arts et métiers. La Revue, 5, déc. 1993, p. 22-30.

2 Citons entre autres les Annales de la vertu, Paris, M. Lambert et F.J. Baudoin, 1781 ; les Arabesques mythologiques, Paris, C. Barrois, 1810 ; la Maison rustique, pour servir à l'éducation de la jeunesse, Paris, Onfroy, 1810 ; le Manuel de la jeune femme, Paris, C. Béchet, 1829 ; le Manuel du voyageur, Berlin, F.-T. Lagarde, 1799 ; la Nouvelle Méthode d'enseignement pour la première enfance, Paris, Maradan, 1801 ; la Nouvelle Méthode pour apprendre à jouer de la harpe, Paris, 1811, Minkoff Reprint, 1974.

3 Paris, Moutardier, 1801.

4 Voir J.-N. Pascal, « La Glaneuse, le Fauvette et la Maîtresse d’école. Sur les fables pédagogiques de Mmes de La Ferrandière, Joliveau et de Genlis » et M.-E. Plagnol, « Mme de Genlis et la poésie », Poétesses et égèries poétiques de 1770 à 1830, Textes réunis par Édouard Guitton, Actes du colloque international organisé par la Société Roucher-André Chénier, 29-30 mars 1996, Cahiers Roucher-André Chénier, no 17, 1998 p 17-31 et p. 71-90.

5 Paris, M. Lambert et F.-J. Baudoin, 4 vol., 1782.

6 Nous citons ici les principales rééditions avec leurs changements : Les Veillées du château ou Cours de morale à l'usage des enfants, Paris, Maradan, 1803, 3 vol. (cette édition n’inclut pas les contes du tome IV de 1782 « Les Deux Réputations », « Daphnis et Pandrose ou les Oréades », « Le Palais de la vérité ») ; Les Veillées du château, Paris, Didier et Belin-Leprieur, 2 vol., 1844 (il s’agit de la première édition parue après la mort de Mme de Genlis, la préface est allégée des parties polémiques, quelques notes en bas de page ont été supprimées de même que la nouvelle Olimpe et Théophile ou les Herneutes et l’ensemble des notes en fin de volumes. En revanche, une nouvelle apparaît, intitulée « La Reconnaissance ou la Probité ») ; Les Veillées du château ou Cours de morale à l'usage des enfants, Paris, Garnier frères, 1859 (le texte est identique aux éditions précédentes à l'exception de quelques retouches annoncées par l’éditeur, les dessins de G. Staal sont originaux et la table des matières établit un découpage chronologique précis des veillées, de même qu'elle donne un titre à part à chaque nouvelle) ; Les Veillées du château, Paris, Morizot, 1861 (sensiblement le même texte qu'en 1844, avec deux gravures supplémentaires qui n'apparaissent que dans cette édition) ; Les Veillées du château ou Cours de morale à l'usage des enfants, édition établie par l’abbé Lantony, Limoges, M. Ardant frères, 1866 (le texte est réduit aux principales nouvelles et aux éléments indispensables du récit-cadre, sans introduction, notes ou gravures) ; Les Veillées du château de Champcéry, Limoges, E. Ardant et C. Thibaut, 1873, nouvelle édition augmentée notamment d'une nouvelle « Les Deux Frères et leur Tuteur » ; Les Veillées du château, Limoges, E. Ardant, 1902 (avec une notice biographique sur Mme de Genlis et un autre texte Les Veillées du château de Léon Chauvin).

7 Ce texte est l’objet d’une édition scolaire, Alphonse et Dalinde, ou la Féerie de l'art et de la nature, Orléans, Berthevin, 1798.

8 B. Béguet, « La vulgarisation scientifique en France de 1850 à 1914 : conceptions et procédés », dans La Science pour tous, sur la vulgarisation scientifique en France de 1850 à 1914, Paris, Bibliothèque du Conservatoire des arts et métiers, 1976, p. 6-29, p. 21.

9 Notre édition de référence est l'édition de Lambert et Baudoin, Paris, 1784. Le chiffre romain indique le tome, le chiffre arabe la page, à l'exception des pages d'introduction en chiffres romains petites capitales.

10 Mme de Genlis est en deçà des innovations relevées par S. Le Men dans un article intitulé « La science enfantine et l’apprentissage du regard », dans La Science pour tous, sur la vulgarisation scientifique en France de 1850 à 1914, Paris, Bibliothèque du Conservatoire des Arts et Métiers, 1976, p. 61-71.

11 I. Havelange, Le Magasin des enfants : la littérature pour ta jeunesse : 1750-1830, I. Havelange, S. Le Men, préf. L. Andries, Montreuil, Bibliothèque R. Desnos, 1988.

12 Cette qualification générique, étroitement rattachée au xviiie siècle, disparaît au fil des éditions.

13 F. Buisson, Dictionnaire de pédagogie et d'instruction publique, Paris, Hachette, 1887, p. 517-518.

14 M. Pellet, « Un voyage extraordinaire il y a cent ans. Mme de Genlis précurseur de Jules Verne », Variétés révolutionnaires, Paris, Félix Alcan, III, 1890, p. 207-217.

15 Les notes des éditions posthumes dénoncent le caractère exagéré des descriptions attribuées à Alphonse, comme celle-ci à propos du tremblement de terre de Lisbonne dans l’édition de 1846 : « Il ne faut pas au surplus prendre à la lettre tout ce qui est dit dans le texte, que l’auteur n’a composé qu’en prenant dans toutes les descriptions de ces terribles météores ce qu’elles ont de plus extraordinaire. » (I, 18.)

16 Thélismar montre les deux automates à Alphonse, moins pour qu'il s'extasie sur la prouesse technique que pour lui inspirer plus de modestie : « Vous voyez, cher Alphonse, qu'il ne serait pas raisonnable d'attacher un grand prix à deux talents que des automates peuvent avoir. » (I, 465.)

Auteur

Professeur à l’IUFM de Créteil. Domaine de recherche : littérature d’éducation et théâtres privés au xviiie siècle. A publié Madame de Genlis et le Théâtre d'éducation au xviiie siècle, Studies on Voltaire and the eighteenth century, Voltaire Foundation, Oxford, vol. 350, 1997.

© Presses universitaires de Lyon, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540