Version classiqueVersion mobile

Le Partage des savoirs xviiie-xixe siècles

 | 
Lise Andries

II. Penser la vulgarisation

La diffusion des savoirs dans la correspondance de d’Argental

Anna M. Mandich

Texte intégral

  • 1 Pour sa biographie voir : La Harpe, « Éloge de d’Argental », Journal de Paris, 16 janvier 1788 ; l (...)

1Charles-Augustin Ferriol, comte d’Argental, est un personnage central dans l’histoire de la culture française – et surtout parisienne – du xviiie siècle. Magistrat d’une ancienne famille appartenant à la noblesse de robe, il naît en 1700 à Paris et c’est à Paris qu’il vivra pendant toute sa vie jusqu’à sa mort en 17881. Ses familles d’origine, les Ferriol du côté paternel et les Tencin du côté de sa mère, jouent un rôle très important dans la première partie du xviiie siècle. L’oncle paternel de Charles Augustin de Ferriol, Antoine de Ferriol, était ambassadeur français à Constantinople et acquit une certaine notoriété à cause d’une jeune Circassienne qu’il ramena en France et qu’on connut plus tard sous le nom de Mlle Aïssé. Sa mère, Marie Angélique Guérin de Tencin, avait un salon très connu dans la capitale, fréquenté par Mme de Tencin, sa sœur, et par Pierre de Tencin, son frère. Son père était trésorier général dans le Dauphiné ; devenu très riche, il avait acheté des propriétés parmi lesquelles celle d’Argental, et des charges : en 1701, la charge de conseiller au parlement de Metz et, en 1720, celle de président à mortier dans le même parlement.

  • 2 Voltaire dans ses lettres l’appelle « mon cher ange » ou « mon ange gardien » (voir Correspondance (...)
  • 3 Né en 1696, ami de Voltaire, avec qui il se lia à partir de 1714 pendant leurs études de droit qu’ (...)

2C’est au collège Louis-le-Grand, où il était entré en 1707, que d'Argental fait la connaissance de Voltaire, avec qui il se lie d’amitié. Quatre ans plus tard, en 1711, Voltaire sort de Louis-le-Grand mais garde des contacts amicaux avec d’Argental et son frère Pont-de-Veyle (l’auteur du Complaisant) destinés à durer pendant toute leur existence. La correspondance de Voltaire nous offre un témoignage direct et très précis des rapports d’amitié très profonds qui les liaient2 et qui sont restés intacts malgré les presque trente ans d'absence de Voltaire de Paris. En 1721, d’Argental est nommé conseiller au Parlement de Paris. Il épouse en 1737 Jeanne Bosc du Bouchet, femme très vive et spirituelle que Voltaire appréciait beaucoup et qu’il appelait « Madame Scaliger », du nom de l’humaniste italien, à cause de son amour pour les lettres. C’est au couple d’Argental que Voltaire soumettait tous ses ouvrages avant de les publier et c’était le « triumvirat », formé par d’Argental, son frère Pont-de-Veyle et Thieriot3, qui était chargé de présenter à Voltaire ses remarques et ses critiques. D’Argental et sa femme fréquentaient les salons les plus célèbres de Paris, ceux de Mme de Tencin, de Mme Geoffrin, de Mme Doublet et celui des Necker. Même si d’Argental ne fut pas un penseur très original, son amitié avec Voltaire lui donna une position importante dans ces salons parce qu’il était toujours à même de rapporter les dernières nouvelles de l’écrivain et pouvait soumettre à l’assistance quelques passages tirés de ses lettres ou des ouvrages qu’il était en train d’écrire.

  • 4 Archivio di Stato di Parma (A.S.P.), fonds Borbonico Estera – Francia, cartons n. 53 (1759-1761) ; (...)
  • 5 « Le comte d’Argcntal s’occupait plus à commenter les événements qu’à les prévoir et à les prépare (...)

3Le 22 mai 1759, d’Argental est nommé ministre plénipotentiaire de la cour de Parme auprès du roi de France. C’est à partir de cette date que débute une correspondance régulière à raison d’une lettre par semaine, entre la cour de Parme et son ambassadeur en France, qui durera jusqu’à la mort de d’Argental, c’est-à-dire jusqu’au 5 janvier 1788, soit pas moins de 3 000 lettres envoyées pendant 29 ans. Ces lettres sont conservées dans les Archives historiques de la ville de Parme et dans la Biblioteca Palatina de la même ville4. Les jugements des contemporains sur les compétences politiques de d’Argental n’ont pas toujours été très élogieux, mais la lecture de la correspondance, encore inédite, donne une idée toute différente sur les qualités de cet ambassadeur. Henri Bédarida, qui a longuement étudié les rapports entre Parme et la France et nous a laissé un ouvrage qui est encore une référence fondamentale, a réhabilité l’action de d’Argental ambassadeur contre les attaques de plusieurs de ses ennemis5. Pendant les premières années de ces échanges, entre 1759 et 1771, le correspondant de d’Argental à Parme est Guillaume-Léon Du Tillot, nommé en 1759 premier ministre de la cour de Parme et très connu dans les différentes cours européennes par son action politique (surtout pour son affranchissement de la cour de Rome) qui permit au petit duché de Parme de s’affranchir de la tutelle de la cour de Rome et de jouer un rôle important parmi les grandes puissances d’Europe (il sera un des créateurs du Pacte de famille signé en 1761 entre les Bourbons).

  • 6 Lettre d’Argental-Sacco, 19.12.1774, A.S.P., fonds Borbonico Estera Francia, carton n. 69.

4La correspondance ne fournit aucun détail nous donnant la possibilité de savoir si Du Tillot et d’Argental avaient eu l’occasion de se rencontrer précédemment, mais leurs relations diplomatiques se transforment au cours des années en un rapport d’amitié très profond, à tel point que, lorsque Du Tillot, devenu entre-temps marquis de Felino, rentre à Paris après avoir quitté le duché en 1771, leur fréquentation devient assidue et leurs rapports intimes. À la mort de Du Tillot en 1774, survenue quelques mois après celles de Pont-de-Veyle et de Mme d’Argental, le désespoir de d’Argental ne laisse pas de doute : « Je viens de faire encore une perte très sensible – écrit-il au ministre de Parme –, celle d’un ami auquel j’étais tendrement attaché, la gazette vous apprendra la mort de M. le marquis de Felino6. »

  • 7 Voir à ce propos C. Biondi, Parma, Roma e l’Europa nel carteggio Du Tillot – d’Argental (1759-1771 (...)

5Les lettres envoyées par le premier ministre de la cour de Parme à l’ambassadeur français nous permettent de connaître la vie telle qu’elle se déroulait à la cour de Parme, mais aussi, et surtout pendant les dix premières années, les projets des ducs en vue d’agrandir leurs États, la lutte du petit duché contre les prétentions de la cour de Rome, l’activité fébrile du premier ministre pour donner à Parme un développement culturel plus digne de la cour de Versailles que ne le permettaient les moyens très restreints d’un petit État qui vivait des pensions des deux cours « protectrices », l’Espagne d’un côté, la France de l’autre. D’Argental, pour sa part, envoyait régulièrement des nouvelles de la cour de Versailles, la relation des plus importants événements de la politique européenne7 et, surtout pendant le ministère Du Tillot, toutes les informations concernant les nouveautés théâtrales et littéraires, qui tenaient particulièrement à cœur au ministre parmesan. Ce dernier s’en servait ensuite pour faire envoyer à Parme les ouvrages les plus intéressants et les textes ou la musique des pièces représentées avec le plus de succès à Paris ou à Versailles.

  • 8 Lettre d’Argental-Du Tillot, 28.5.1759, A.S.P. carton 54.
  • 9 Lettre Du Tillot-d’Argental, 16.6.1759, ibid.

6À cette correspondance officielle, d’Argental proposa, dès le début, d’ajouter des nouvelles d’intérêt général sous forme d’un bulletin : « Je joins aussi sur une feuille particulière les nouvelles générales que j’ai pu recueillir, cette méthode me semble plus simple et plus commode que de les insérer dans le corps de la lettre8. ». Le duc de Parme et Du Tillot parurent apprécier cette proposition du ministre plénipotentiaire : « S.A.R. a pareillement lu la feuille des nouvelles générales qui étaient jointes à cette même lettre ; et j’ajouterai à ce sujet que je pense, ainsi que vous, Monsieur, que cette méthode en forme de bulletin est plus aisée, et plus commode9. » Ces bulletins, qui forment donc un corpus parallèle et tout à fait indépendant, constituent un aspect original de cette correspondance parce qu’ils composent une sorte de journal hebdomadaire ou de nouvelles proposées par l’ambassadeur à la cour de Parme.

  • 10 Op. cit., p. 77.

7Il s’agit peut-être de « nouvelles à la main », soustraites à la « Paroisse » de Mme Doublet ou apprises dans son entourage, et envoyées ensuite sans trop de scrupules un peu partout par le secrétaire de d’Argental. Les d’Argental fréquentaient en effet le salon de Mme Doublet et du président de Bachaumont, surnommé « la paroisse », dont provenaient la plupart des « nouvelles à la main » que Bachaumont publia plus tard sous le titre de Mémoires secrets. On sait que ces nouvelles manuscrites étaient interdites et qu’elles constituaient, sur les événements de l'actualité et les ragots du jour, un système d’information parallèle, plus libre, plus critique et plus complet que celui de la presse officielle, soumise au contrôle de la censure. Funck-Brentano, dans son « portrait inédit de d’Argental », affirme que « D’Argental envoyait les bulletins de nouvelles de la Paroisse au duc de Parme, son maître, et [que] la comtesse (Louise-Élisabeth, la fille de Louis XV) les “donnait” aux particuliers [...] qui l’honoraient de leurs visites. Elle en faisait commerce10 ». À l'époque, le commerce des nouvelles à la main était interdit, mais d’Argental était couvert de l'immunité diplomatique. Funck-Brentano cite aussi un document du secrétaire de la lieutenance de police, daté de 1764, dans lequel est très précisément décrite l’activité illicite de d’Argental :

  • 11 Ibidem.

M. d’Argental, ministre de l’infant, duc de Parme, continue toujours la distribution de ses nouvelles à la main. Les personnes employées dans ses bureaux les distribuent aussi en sous-ordre, moyennant des abonnements qui sont communément de deux livres par mois. L’abus est porté au point que les abonnés eux-mêmes en font commerce et que, par cascades, les bureaux de ces nouvelles se multiplient dans Paris et que les abonnements sont à différents prix suivant la qualité des personnes, soit pour la province, soit pour l’étranger11.

  • 12 Louise-Élisabeth en 1759 et don Philippe en 1765.

8Si ces suppositions étaient vraies, et que réellement ces nouvelles arrivaient dans les mains du premier ministre et des ducs de Parme qui les diffusaient à leur tour, cela pourrait expliquer pourquoi les bulletins manquent en place presque entièrement pour les années du ministère Du Tillot. Une fois le ministre parti – les ducs qui l’avaient amené à Panne étaient morts depuis déjà un certain nombre d’années12 – le duché restait en tait entre les mains de don Ferdinand – beaucoup moins intéressé que ses parents à tout ce qui se passait en Europe, occupé comme il était presque entièrement à ses petites dévotions – et de sa femme, Marie-Amélie, autrichienne et défavorablement prévenue contre tout ce qui arrivait de France.

  • 13 Les bulletins sont conservés dans les mêmes cartons que la correspondance de d’Argental mais dans (...)
  • 14 On peut lire ce récit à la fin de l’article.
  • 15 « Les lettres, l’Académie Française, le théâtre français viennent de faire une bien grande perte, (...)

9Le corpus qu’on a pu constituer comprend donc environ 850 bulletins envoyés régulièrement une fois par semaine pendant environ 16 ans, de 1772 à 1788, et quelques bulletins des années précédentes qu’on a retrouvés parmi la correspondance13. Il s’agit de deux feuilles remplies recto verso d’une écriture fine qui n’est pas celle de d’Argental. Ces bulletins, qui arrivaient régulièrement à Parme une fois par semaine en même temps que le courrier de France, réunissaient les nouvelles tirées des lettres provenant de toutes les cours et des villes les plus importantes du vieux continent (auxquelles viendront s’ajouter plus tard celles provenant des villes américaines) et renseignaient les ducs sur tous les événements politiques et culturels, allant des guerres en cours à l’actualité, des découvertes scientifiques aux faits divers. La politique est, certes, le sujet principal de ces feuilles où l’on peut suivre, au fil des années, le déroulement des différents conflits qui opposent les puissances européennes, et notamment celui de la France avec la Grande-Bretagne au cours de la guerre d’indépendance américaine (dans les bulletins, d’Argental s’arrête plutôt sur les détails qui précèdent ou suivent les grands événements historiques présentés dans la correspondance officielle). Après les sujets de politique extérieure et intérieure, par lesquels commencent toujours ces feuilles et qui occupent au moins la moitié de chaque bulletin, on passe aux nouvelles scientifiques les plus intéressantes pour terminer par l’actualité : mariages, testaments, promotions des seigneurs les plus en vue de la cour de France, prix décernes par les différentes académies, et événements culturels marquants. Parmi ceux-ci, on trouve, en 1778, plusieurs longs passages consacrés au récit de l’arrivée de Voltaire à Paris après 28 ans d’absence, la relation détaillée et passionnée de l’accueil enthousiaste de la foule, de l’Académie et de la noblesse14 et enfin la nouvelle de sa mort survenue quelques mois plus tard15. Dans ces lignes percent nettement la sympathie et l’amitié de l’auteur pour Voltaire, encore plus évidentes si on les compare au récit très rapide qu’il donne, quelques mois plus tard, de la mort de Rousseau ; dans ce cas le ton est neutre et détaché :

Le célèbre Jean-Jacques Rousseau, qui, depuis la permission qu'il avait eue de revenir à Paris y avait vécu de la manière la plus obscure, et s’était ensuite retiré à Herménonville, terre appartenant à M. de Girardin, y vient de mourir, il laisse des mémoires de sa vie qu’on dit fort curieux, mais dont l’impression sera difficilement permise, vu les indiscrétions dont ils sont remplis. (Bull. 6.7.1778.)

10Les nouvelles littéraires n’occupent toutefois qu’une place assez limitée dans ces bulletins. Ils sont animés de l’esprit même des encyclopédistes : leur désir est d’éclairer l’opinion publique, de faire connaître les progrès de l’humanité, permettant une meilleure organisation de la vie sociale et une amélioration des conditions de vie, surtout pour les couches les plus pauvres de la société. D’Argental envoie ces nouvelles à la cour de Panne dans l’espoir et dans la conviction que la diffusion des connaissances, même parmi le peuple, ne peut que fournir des moyens plus efficaces pour résoudre les problèmes quotidiens que sont la faim, la maladie, la mort. Il insiste en effet, à plusieurs reprises, sur le devoir incombant à ceux qui occupent des postes de responsabilité et qui possèdent un savoir, tels que les officiers de police et les prêtres, de le mettre au service de la société tout entière. Pour d’Argental, les gouvernants ont de grands devoirs à remplir et doivent démontrer aux peuples la sagesse de leur gouvernement.

  • 16 Ce problème suscitait un vif intérêt à l'époque. En 1783, on avait créé en France une « Société ph (...)
  • 17 « L’une des vues de l’Empereur est d’établir dans toutes les écoles de ses états la plus grande un (...)

11Ces feuilles foisonnent à la fois d’exemples d’habileté politique et de sage administration, de générosité et de bienfaisance, aussi bien de la part des rois que des simples particuliers16. Ses sympathies pour le déisme le portent à insister sur l'importance de la tolérance. Il cite à plusieurs reprises le comportement éclaire et tolérant des États-Unis d’Amérique et les sages vues de Joseph II qui reconnaît les mêmes droits à tous les sujets de son empire, quelles que soient leur race et leur religion17. En même temps, il condamne toutes les tonnes de fanatisme, et en particulier les persécutions très répandues dans toute l’Europe contre les juifs, « ce peuple laborieux et peu délicat, peut-être parce qu’il est trop humilié » (bull. 19.10.1778). Il rapporte avec une véritable satisfaction les lois contre le luxe votées en Suède en 1778 et quelques années plus tard, dans l’empire autrichien et en Russie, et les lois « humaines » prévues dans plusieurs États pour secourir les malheureux, pour garantir la justice, pour limiter la mendicité.

12Les bulletins sont donc de véritables messagers de la philosophie des Lumières. Même les pays les plus éloignés paraissent se ressentir bénéfiquement de la « révolution des esprits » qui est en train de s'opérer dans la vieille Europe. D’Argental remarque ainsi en 1779 :

Tout semble annoncer une révolution considérable dans les mœurs et la politique ottomanes. Le Grand Seigneur en s’occupant des moyens d’éclairer ses peuples, en les mettant à portée de profiter des découvertes et des lumières des étrangers, se propose aussi de former chez lui des hommes d’État, pour cet effet il a, dit-on, résolu d’envoyer, dans quelques cours de l’Europe, des ambassadeurs qui y résideront, et qui, se mettant au fait des divers intérêts des puissances, puissent l'en instruire, et le mettre en état d'entretenir, de son côté, l’équilibre entre elles. (Bull. 19.7.1779.)

  • 18 « Deux médecins de l'île de Ré faisaient administrer les remèdes ordinaires à une demoiselle attaq (...)
  • 19 « Une lettre de Bois-le-Roi, près d’Anel, porte les détails suivants, les habitants de cette paroi (...)
  • 20 De nombreuses publications parues au cours de la deuxième moitié du xviiie siècle témoignent de ce (...)

13Dans le but de faire connaître et de donner la plus grande diffusion aux découvertes et aux projets qui peuvent apporter des réponses utiles aux problèmes les plus urgents et les plus graves de la société, dans ces feuilles trouvent place les informations et les nouveautés « les plus intéressantes pour l’humanité ». Aucune systématisation du savoir n’est proposée ; on y trouve pêle-mêle toute sorte de problèmes et de solutions. On a le sentiment que d’Argental note l'une après l’autre toutes les nouveautés au fur et à mesure qu’elles arrivent dans ses mains, sans que lui-même ne fasse le moindre commentaire, sauf pour souligner leur importance auprès du public. D’Argental semble répondre à une urgence : faire connaître les progrès scientifiques et les mettre à la disposition de tous, surtout lorsqu’ils concernent le traitement des maladies les plus graves et les plus répandues. Le ministre plénipotentiaire réunit dans ces bulletins les connaissances théoriques et les connaissances pratiques, décrit tous les remèdes expérimentés avec succès dans les différents pays contre la petite vérole, l’hydropisie18, la rage, l’asphyxie, les cas de mort apparente et de peste19, les maladies du bétail ; grâce à la circulation de toutes ces informations, les hommes auront ainsi, pense-t-il, les moyens de combattre les vieux préjugés et de construire leur petit bonheur sur terre20. D’Argental sait très bien qu'un préjugé est souvent plus meurtrier qu’une maladie ; c’est le cas dans les pays islamiques où la religion empêche que les femmes ne soient soignées par un médecin :

Les dernières lettres de Tunis [...] ajoute[nt] qu’on peut observer que dans tout le pays mahométan, les femmes n’échappent aux maladies que quand la nature l'ordonne ainsi, ce n’est point la médecine qui les tue ordinairement, c’est le préjugé, la jalousie de leurs maris, un médecin ne peut les voir, il n’a la liberté que de leur tâter le pouls à travers l’ouverture très étroite d'un rideau, plus la personne est élevée en dignité, plus cette opération doit être prompte, mais la cérémonie de laver sept fois la main que le médecin a touchée est toujours indispensable. (Bull. 9.2.1778.)

14Malgré la force des préjugés qui existent un peu partout, d’Argental est convaincu que la médecine est une science en plein développement et qu’elle est capable de proposer des traitements salutaires ; c’est le cas de la petite vérole, maladie qui avait frappé au cours du xviiie siècle partout en Europe et même dans les familles royales. La cour de Parme avait été, elle aussi, profondément atteinte – la duchesse Louise-Élisabeth en était morte pendant son séjour en France en 1759 – et d’Argental, qui venait d’être nommé ministre plénipotentiaire, est parmi les premiers qui préconisent la diffusion de l’inoculation : dans ses lettres et ses bulletins il ne cesse de rapporter des témoignages éclairés et de multiplier ses instances auprès de don Philippe pour que les jeunes princes, les « infants », soient inoculés. Ils le seront en 1764 par Tronchin, bien avant que la cour de France ne prenne une pareille décision pour les enfants royaux en 1774. D’Argental est convaincu que ces découvertes doivent se répandre partout pour que l’humanité entière puisse en profiter et il insiste sur les résultats positifs de l’inoculation : « à Jrkursk en Sibérie, [l'inoculation] a beaucoup de succès, [...] on a inoculé, tant dans la ville que dans les environs, 5 749 personnes, dont cinq seulement sont mortes, par des accidents étrangers à cette opération salutaire » (bull. 16.8.1779) ; il rapporte même l’épisode d’une jeune fille qui s’est inoculée toute seule :

On mande d’Arnos en Béarn à 3 lieues de Pau qu’une fille de 18 ans d’une figure agréable, servante dans une auberge, ayant entendu parler de l’inoculation, et de la manière d’inoculer, imagina, pour conserver sa beauté, de s’inoculer elle-même, elle eut le courage, sans en rien dire à personne, de se faire une incision au bras avec la pointe de ses ciseaux, de prendre un bouton de petite vérole d’un des enfants de la maison, qui en était malade, et de le mettre dans l’incision, l’inoculation a très bien réussi. (Bull. 5.8.1774.)

  • 21 Bull. 19.10.1778.

15La rage et l’asphyxie sont deux autres causes de mort très répandues pour lesquelles on ne connaissait à l’époque aucun remède. Dès que les médecins semblent avoir trouvé des traitements efficaces, d’Argental se hâte de faire circuler la nouvelle : « Aussitôt qu’une personne aura été mordue par un animal enragé, on brûlera la plaie pour la faire suppurer, ou l’on scarifiera profondément la partie affectée ; on la couvrira ensuite d’un emplâtre vésicatoire qui dépasse les bords de la plaie », dit un bulletin d’octobre 177821. Même si ces remèdes ne sont pas toujours sûrs, il est nécessaire qu’ils soient connus et que les gens qui souffrent de ces maux puissent les essayer :

Il est bien affligeant pour l'humanité qu’on n'en ait point encore trouvés d’infaillibles ; il ne l'est pas moins que les recettes découvertes depuis quelques années, publiées par les gouvernements après avoir reconnu qu'elles étaient quelquefois efficaces, ne soient pas du moins répandues, adoptées et consignées dans tous les dépôts publics. (Bull. 13.9.1779.)

16Un autre cas, longuement traité dans ces feuilles, est celui de l’asphyxie qui frappe les vidangeurs des fosses d'aisance :

La vidange des fosses est encore pour les ouvriers que la misère a dévoués à cet affreux service, la source d'accidents que l’humanité ne peut voir indifféremment ; et la plus déplorable des conditions par son abaissement, l’est encore par les funestes suites ; heureux le vidangeur, quand sur le théâtre de ses travaux, il n'ouvre pas son tombeau. (Bull. 28.9.1778.)

  • 22 Voir à ce propos Λ. Corbin, Le Miasme et la Jonquille, Paris, Flammarion, 1986 et R. Favre, La Mor (...)

17Les gouvernements éclairés, « frappés de la multiplicité des accidents [... ] auxquels sont exposés les hommes qui se dévouent à cette profession si pénible », devraient sentir la nécessité de chercher des solutions et de les répandre dans le public. D’Argental convie même à cette tâche les curés qui « devraient s’occuper à en instruire leurs paroissiens ; des vérités utiles et qui servent à la conservation de l’espèce humaine sont de nature à s’allier avec celles de l’Évangile et de la morale » ! (Bull. 19.8.1782.) Les mêmes alarmes et les mêmes obsessions se répandent alors partout en Europe. On en trouve des témoignages dans les bulletins à partir de 1773, mais aussi dans les ouvrages des écrivains de l’époque22. Tout un discours hygiéniste se répand, concernant les « exhalaisons méphitiques » sortant des fosses d’aisance mais aussi des immenses charniers qui se trouvent encore au cœur des villes. On trouve ainsi dans le bulletin du 14 juin 1773 :

Il vient d’arriver à Saulieu en Bourgogne un accident épouvantable et bien propre à abolir la coutume d’enterrer les morts dans les églises. Il est triste pour l'humanité qu’on ait été sourd jusqu’à présent à la voix des hommes éloquents, qui se sont élevés contre cet usage pernicieux, et qu’il faille attendre pour remédier à un abus qu’il ait occasionné les malheurs les plus grands...

  • 23 Voir M. Vovelle, La Mort et l'Occident de 1300 à nos jours, Paris, Gallimard, 1983.

18Il faudra attendre en France les lois napoléoniennes pour réglementer ce secteur, les premiers édits royaux interdisant la sépulture dans les églises ou dans les couvents datant en France de 177623.

19Les bulletins mettent aussi en garde ses destinataires contre toute espèce de faux médecins ou de charlatans. Si d’Argental n’hésite pas à décrire longuement et avec force détails divers traitements qui ont prouvé leur efficacité, comme « les applications les plus heureuses du fluide électrique à l’épilepsie » ou la guérison obtenue grâce à « l’électricité médicinale », selon le bulletin du 19 août 1782, il informe également des traitements qui ne sont pas suivis de résultats assurés. C’est le cas du magnétisme animal, dont les bulletins s’occupent longuement en 1784, au moment où la Faculté de médecine et l’Académie des sciences de Paris se prononcent sur les expériences de Mesmer, pour conclure

que sa prétendue action consistait principalement dans l’imagination de ceux qui l’éprouvaient, quelquefois dans l’imitation, qui en opérait la communication, jointe à des attouchements très sensibles, que toutes ces causes réunies ne pouvaient produire aucune utilité, et pouvaient être sujettes à de très grands inconvénients. (Bull. 13.9.1784.)

20Il faut combattre la crédulité qui est encore trop répandue malgré tous les efforts des gouvernements et des savants. Trop souvent encore la chimie est confondue, par exemple, avec l’alchimie :

Quoique le siècle paraisse éclairé de plus en plus, il se trouve encore des hommes qui n’ont pas renoncé à trouver la pierre philosophale, cette manie règne surtout à Vienne, les ordonnances à ce sujet n’ayant pas pu parvenir à la réprouver... (Bull. 20.11.1775.)

21D’Argental cite aussi le cas de la « baguette dévinatoire » ou baguette des sourciers, dont les expérimentations, commencées en 1782, sont suivies avec intérêt dans ces bulletins, mais dont les effets ne paraissent pas confirmer les attentes :

Les dernières expériences de la baguette dévinatoire n’ont pas réussi à beaucoup près, aussi bien que les premières, des physiciens très instruits l’ont trouvée plusieurs fois en faute, et ont assuré que son prétendu secret n'était que du charlatanisme... (Bull. 17.6.1782.)

22Toutefois, malgré ces déceptions, la science progresse. Beaucoup de découvertes utiles se font tous les jours, dont d’Argental se hâte de parler.

23D’Argental s’intéresse aussi, comme nombre de ses contemporains, à l’alimentation des classes les plus pauvres et aux manières de combattre la disette, intérêt qui se double d’une attention pour l’amélioration des techniques agraires mais aussi pour les progrès de l’hygiène domestique. Tout, dans les bulletins, devient l’occasion de célébrer l’inventivité de l’homme et la modernité à laquelle s’ouvre alors la société européenne. D’Argental indique en 1774 une méthode pour sauvegarder la vigne des gelées, expérimentée avec succès en Hongrie, et, dans un autre bulletin, les moyens d’améliorer la production du chanvre ou d’éviter les dégâts provoqués par la bruine sur le blé. Il décrit en détail dans le bulletin du 4 janvier 1779 la manière de préparer « du pain de pomme de terre, sans aucun mélange de grains », cette recette permettant d’obtenir un pain qui ne cède en rien au pain de blé, mais qui sera plus économique, étant donnée la facilité de la culture de la pomme de terre. Concernant les conditions de vie, les bulletins évoquent pêle-mêle l’introduction des fourneaux et de poêles dans les maisons, les premiers usages du paratonnerre, la construction des phares et la mise en place de réverbères dans les rues des principales villes d’Europe après 1782 : à Vienne, écrit le bulletin du 1er juillet 1782, « on [les] allume tous soirs quand il n’y a point de lune ».

  • 24 « Tous les papiers anglais ne sont pleins que de l’éloge d’un ingénieur français de l’île de Franc (...)

24La plus grande place est également donnée aux découvertes géographiques : de l’expédition au Pôle de 1774 (bull. 12.8.1774) à la découverte de nouvelles terres dans des mers inconnues faite sous la conduite du célèbre capitaine Cook, de l’exploration de la mer du Nord (bull. 20.3.1780) à la découverte du moyen de calculer la longitude en mer24, les bulletins ne cessent de nous renvoyer l'image d’un globe toujours davantage à la portée des hommes. L’entreprise du capitaine Cook,

vraiment louable en elle-même, vu que tout accroissement de lumières dans la géographie, tend à faciliter la communication entre des nations éloignées, par l’échange de leurs productions utiles, ainsi qu’à l’avancement des arts, par lesquels les jouissances communes de la vie humaine sont multipliées et augmentées, et les sciences d'une autre classe sont enrichies par l’avantage général du genre humain,

25est considérée par les gouvernements français et américains comme suffisamment importante pour pouvoir être placée au-dessus des conflits et des querelles d’appartenance nationale. Dans la lettre, citée intégralement dans un bulletin de juin 1779, que le docteur Franklin adresse « à tous les capitaines et commandants des vaisseaux armés naviguant avec commission du Congrès des États Unis d’Amérique, actuellement en guerre avec la Grande-Bretagne », il est recommandé,

de la manière la plus sérieuse, à tous et chacun de vous, qu’au cas que le dit vaisseau [...] tombe entre vos mains, vous n’ayez point à le considérer comme ennemi, ni à permettre qu’on pille en aucune manière les effets qui s’y trouvent, ni à empêcher son retour direct en Angleterre, [...] mais qu’au contraire vous traitiez le dit capitaine Cook et son équipage avec toute la politesse et tout l'amour possibles, en leur donnant, comme aux amis communs du genre humain, tous les secours en votre pouvoir dont ils pourraient avoir besoin. (Bull. 14.6.1779.)

26Enfin de longs développements sont consacrés à la découverte du siècle : la machine de M. Blanchard – présentée le 5 mai 1782 à Paris – qui permet de « naviguer dans l’air ». Selon le bulletin du 20 mai 1782, qui donne la nouvelle sans délai, il s’agit

d'une caisse, ou plutôt un navire, de 6 à 7 pieds de long, composé de lattes de bois fort minces, longues de deux ou trois pouces, couvertes d'un papier carton vernissé et peint. Ce navire dont la hauteur est de 7 à 8 pieds, est entièrement fermé, du haut sortent quatre leviers de ter où seront attachées quatre ailes ou voiles, dont les deux principales ont 40 à 50 pieds d'envergure, il portera deux hommes : et par le jeu des ailes, qui seront mises en mouvement par les pieds et les bras de l'inventeur, ce navire doit s’élever dans l’air, y planer, y naviguer enfin comme un vaisseau manœuvre sur l'eau.

  • 25 Lettre d'Argental-Manara, 25.8.1783, A.S.P, carton 72.
  • 26 Lettre d'Argental-Manara, 22.9.1783, ibid.

27En août 1783, un autre bulletin annonce « la découverte [...] d’un sieur de Mongolfier, marchand de papier » qui « a construit un ballon, lequel étant rempli de gaz, c’est-à-dire de l’air inflammable, s’élève spontanément à une très grande hauteur25 », et un mois plus tard : « La découverte du globe qui s’élève en l'air [...] produit ici la plus grande sensation, ce qui n’est jusqu’à présent qu’un objet de curiosité pouvant devenir d’une très grande utilité26. ». Au cours des années 1784-1785, ces essais se poursuivent et suscitent la plus grande attention de la part de d’Argental qui continue de leur consacrer beaucoup de place dans ses bulletins : il décrit, par exemple, les expériences de vol de Blanchard et de Pilâtre de Rozier au-dessus de la Manche dans pas moins de trois bulletins, en décembre 1784 et en janvier 1785. Il évoque aussi l’enthousiasme qu’elles suscitent :

Il n'est peut-être pas resté deux cents personnes dans la ville ; le bord de la mer et les champs étaient couverts de monde, aussitôt qu’on a vu l'aérostat à hauteur de la côte on a tiré un coup de canon. (Bull. 17.1.1785.)

28Même la mort de Pilâtre de Rozier en juin 1785, qui produit « la plus grande consternation » dans toute la France, ne pourra arrêter la vague de ces expériences qui culminent dans le projet « d’une machine capable d'enlever 50 personnes », confiée toujours à Blanchard (bull. 20.11.1785). La presse, les estampes (voir l’illustration de couverture), et les almanachs de l’époque se sont également empressés de rendre compte de ces découvertes sensationnelles. Avec les expériences de Blanchard et de Pilâtre de Rozier, l'homme devenait capable de réaliser le vieux rêve d’Icare, et désormais aucune limite ne paraissait devoir s'imposer aux développements du progrès scientifique.

29Le monde que l’on entrevoit dans les bulletins est donc un monde en train de changer, un monde où l’homme – tous les hommes – pourront, selon la croyance partagée par de nombreux contemporains, être plus heureux et devenir les maîtres de leur destinée, grâce en particulier à la diffusion des sciences, au développement de l'instruction et à la fondation des écoles pour le peuple. Le bulletin du 17 juin 1782 salue ainsi l’initiative de Catherine II de Russie qui

s’occupe [...] des arrangements nécessaires pour établir des écoles dans toutes les parties de l’empire, où il n’y en a point. On travaille par ses ordres à un nouvel alphabet et à un catéchisme, dans lequel on réunira les premiers éléments des connaissances nécessaires au peuple, qui dans bien des endroits, ignore encore ce qui lui importe le plus de savoir.

30Le message de d’Argental est donc un message optimiste : la science peut délivrer l’humanité de ses fardeaux les plus lourds, mais il faut pour cela que les hommes éclairés n’oublient pas que leur tâche est de faire circuler les connaissances, d’aider aux changements, d'instruire l’opinion populaire, aveugle et incapable d'avancer par ses propres moyens. On retrouve sous la plume de d'Argental les mêmes espoirs et les mêmes convictions que chez les encyclopédistes dont il partage la foi dans le progrès et la possibilité d’un bonheur sur terre.

  • 27 « Discours préliminaire », dans Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et de (...)

31Mais si l'Encyclopédie se présente comme le produit d’un effort d’organisation et de synthèse des connaissances, accompli par des philosophes placés – comme le dit d'Alembert dans son Discours préliminaire27 – « au-dessus de ce vaste labyrinthe dans un point fort élevé », le travail de d'Argental, fondé sur la recension patiente de toutes les nouvelles dont il a connaissance, ressemble plutôt à celui de l’artisan qui fournit, jour après jour, les instruments devant permettre aux hommes d’améliorer leur sort, et qui contribue, par son travail d’écriture, constant et minutieux, à faire progresser leurs conditions de vie. Il y a de la modestie et même de l'humilité chez ce ministre plénipotentiaire, issu de bonne noblesse. D’Argental n’établit aucune hiérarchie entre les savoirs et juge digne de décrire avec précision aussi bien les améliorations apportées au système de chauffage domestique que les derniers remèdes éprouvés contre la rage, ou la meilleure recette pour confectionner un pain de pommes de terre. Pourquoi d'Argental rédige-t-il chaque semaine son bulletin avec tant de sérieux, sinon parce qu'il le destine non seulement au duc de Parme et à du Tillot, mais à l’ensemble de la population du duché ? C’est en effet leur devoir, comme celui de tout homme d'État et de savant, de répandre les connaissances utiles auprès du peuple. En cela d’Argental annonce les courants philanthropiques du xixe siècle.

32L’intérêt de cette longue correspondance, encore inédite, est aussi de rappeler que la vulgarisation des connaissances, au xviiie siècle, passe à la fois par des supports imprimés classiques comme le périodique et le livre, et par des formes plus fragiles, éphémères et, d'une certaine manière plus archaïques, telles les nouvelles à la main et les lettres. Il serait certainement fructueux, dans ce cadre, d’étudier les correspondances, multiples et foisonnantes, qui se sont échangées entre les différents savants de l’Europe des Lumières.

Annexes

Annexes

Bulletin du 16 février 1778

L’arrivée de M. de Voltaire à Paris, après une absence de 28 ans, y a fait une très grande sensation, les grands seigneurs, les grandes dames, les gens de lettres, les artistes, se sont tous empressés de le voir ; depuis qu’il est ici sa maison n’a pas désempli, l'Académie française lui a fait une députation et quoique son usage pour les personnes qu'elle veut honorer de cette distinction, ne soit que d’en nommer un, elle en a nommé trois, M. le prince de Beauvoir à la tête, et tous ceux qui se sont trouvés assemblés ont voulu le suivre. Il apporte avec lui la tragédie d'Alexis qu’il vient de composer, et elle sera jouée incessamment. Il a cependant 84 ans.

Bulletin du 13 avril 1778

Comme il s’est passé le lundi 30 mars à la Comédie française une scène, qui n’avait point eu d’exemple et selon les apparences ne reviendra jamais, on croit que la relation mérite curiosité. Ce jour était celui de la sixième représentation d'Irène. M. de Voltaire, qu’une maladie dangereuse presque au moment de son arrivée avait dérobé aux vœux et à l’empressement de l’Académie française et du public, a repris du moins assez de forces pour venir enfin jouir des honneurs que l'un et l’autre lui préparaient ; il se rendit d’abord au Louvre, les portes et les avenues de l’Académie étaient assiégées d’une multitude avide de le voir, et il ne passa qu’au travers des battements de mains et des acclamations. L’Académie qui était nombreuse ce jour-là alla au-devant de lui jusque dans la première salle, on le fit asseoir à la place du directeur, et quand tous ses confrères lui eurent témoigné la joie qu’ils avaient de le revoir après une si longue absence, M. d’Alembert crut ne devoir mieux faire que de lire l’éloge du législateur du goût dans le dernier siècle, à celui qui en a été l’héritier et le soutien dans le nôtre ; après cette lecture, qui fit un extrême plaisir à l’assemblée, et à M. de Voltaire, on lui proposa d’accepter extraordinairement, et par choix unanime, la place de directeur qu’on a coutume de tirer au sort et qui allait être vacante à la fin du trimestre de janvier ; il l’a reçue avec reconnaissance, rien de ce qui s’est passé ce jour-là ne s’était jamais pratiqué pour personne, et l’Académie qui a voulu déroger à ses lois et à ses usages, s’est honorée elle-même, en oubliant ainsi toutes les règles en faveur d'un homme au-dessus de toutes règles comme de toute comparaison.

Ces hommes n’étaient que le prélude d’un plus grand spectacle, et c’était à la nation d'achever ce qu’avait commencé l’Académie ; on attendait M. de Voltaire à la Comédie Française, les cours des Tuileries étaient pleines d’une foule innombrable de tout sexe, de tout âge, de toute condition, du plus loin qu’on aperçût sa voiture, des cris annoncèrent son approche, les applaudissements redoublèrent quand il descendit soutenu par deux personnes, et peut-être ne peut-on rien imaginer de plus touchant, de plus beau, qu’un pareil moment. Ce vieillard qui semblait succomber à la fois sous tant d’années et sous tant de gloire, pouvant à peine arriver à travers la foule enivrée qui ne pouvait se rassasier du plaisir de le voir, toute cette multitude animée du même sentiment, emportée par le même transport, poussant les mêmes cris, et par un mouvement bien remarquable, attentive contre elle-même, à le couvrir, pour ainsi dire, en se précipitant sur lui, et à lui faire un rempart contre le torrent qui entraînait toute une nation sur ses pas, M. de Voltaire est arrivé ainsi au théâtre, comme porté dans les bras de la France entière, et si jamais un homme parut plus grand, jamais une nation ne parut plus aimable, dès qu’il se montra dans sa loge, entre Mme Denis et Mme de Villette, on peut s’imaginer quel fracas d’applaudissements retentit de tous les coins de la salle, et de tous les corridors qui n'étaient pas moins remplis de monde ; M. Brizard apporta une couronne de laurier que Mme la marquise de Villette posa sur la tête du grand homme ; mais il l’en retira aussitôt, malgré tous les efforts que l’on fit, malgré les instances du public qui lui criait de la garder, et qui voyait avec un plaisir inexprimable, le génie placé entre l’amitié et la reconnaissance, couronné par les grâces et la beauté, et se défendant contre sa propre gloire. On eut peine à commencer la pièce au milieu du bruit qui ne cessait pas : elle fut jouée mieux qu’elle ne l’avait encore été, les acteurs redoublaient d'efforts et de talents et la scène se ressentait de la présence du Dieu ; la pièce finie, on baissa la toile comme à l’ordinaire, un moment après on la releva et l’enthousiasme fut au comble en voyant le buste de M. de Voltaire placé sur un piédestal au milieu du théâtre. [...] Des larmes d’attendrissement, des larmes douces ont coulé de tous les yeux à ce spectacle du génie récompensé avec tant d'éclat à la fin d’une si belle carrière, il semblait que tous les cœurs tussent heureux du bonheur d’un grand homme, et remplis de sa gloire. Qu’un pareil jour fait honneur aux lettres, à la France, à l’humanité ! L'humanité semble se relever et s’ennoblir, quand les hommes rassemblés expriment ainsi tous à la fois ce sentiment de justice qui est au fond de tous les cœurs. Ce n'est donc pas en vain que M. de Voltaire a vu passer quatre générations et 60 ans de travaux, pour le plaisir et l'instruction de tous les peuples policés, n’ont pas été perdus pour lui. Tout ce qui s’est empressé à le voir avait appris à lire et à penser dans ses ouvrages, avait mille fois joui de ses chefs-d’œuvre en tout genre, que de droits à la reconnaissance, tant de succès et de trophées, trente ans de cet éloignement qui ajoute encore à la renommée, les progrès de la raison, et ce mouvement prodigieux qu’il a imprimé à l’esprit humain depuis le commencement de ce siècle ; voilà ce qui a fait pour lui de ses contemporains une sorte de postérité ; voilà ce qui l'a mis à sa place ; toutes les voix ont applaudi à son triomphe, et c’est peut-être le premier où l’envie n’ait pas été même aperçue.

Notes

1 Pour sa biographie voir : La Harpe, « Éloge de d’Argental », Journal de Paris, 16 janvier 1788 ; l i ant/Funck-Brentano, Le Comte d'Argental, un portrait inédit, Paris, Mélanges Le Senne, 1916 ; Maija B. May, « Comte d’Argental : a magistrate in the literary world », Studies on Voltaire, 1970, LXXVI, p. 55-114 ; voir aussi pour la période de la jeunesse les Lettres de Mlle Aïssé à Mme Calandrini, Paris, Stock, 1943.

2 Voltaire dans ses lettres l’appelle « mon cher ange » ou « mon ange gardien » (voir Correspondance, éd. Besterman, Paris, Gallimard, 1977-1993, 13 vol., passim).

3 Né en 1696, ami de Voltaire, avec qui il se lia à partir de 1714 pendant leurs études de droit qu’ils abandonnèrent par la suite, il fut surnommé la « mémoire de Voltaire » parce qu’il connaissait par coeur tous les vers de son ami. Voltaire destina à Thicriot le revenu de la publication de ses Lettres philosophiques. C’est grâce à l'intervention de Voltaire que Thicriot sera nommé correspondant littéraire du roi de Puisse. Dans une lettre à Damilaville (Correspondance, éd. citée en n. 2, 19 novembre 1760), Voltaire définit Thieriot « l’homme qui aime le plus sincèrement la littérature et qui a le goût le plus pur ».

4 Archivio di Stato di Parma (A.S.P.), fonds Borbonico Estera – Francia, cartons n. 53 (1759-1761) ; 54 (1759-1764) ; 59 (1765-1768) ; 68(1769-1772) ; 69(1773-1775) ; 70(1776-1778) ; 71 (1779-1781) ; 72 (1782-1786/87) ; 81 (1787-1788). Dans la Biblioteca Palatina de Parma sont conservés trois volumes manuscrits, qui contiennent une partie des lettres de la correspondance réunies par Moreau de Saint-Méry. À Paris, aux Archives des Affaires étrangères, sont conservées les lettres officielles que d’Argental recevait du premier ministre du duché de Parme dont les minutes se trouvent à Parme.

5 « Le comte d’Argcntal s’occupait plus à commenter les événements qu’à les prévoir et à les préparer. Loin de diriger Dutillot, comme celui-ci l’en priait parfois, il se bornait le plus souvent à paraphraser ses décisions et ses suggestions. Il n'y a pas là cependant de quoi justifier le dédain dont M. Caylus faisait preuve à l’égard de M. d’Argental, ni les jugements sévères dont ce dernier a été l’objet [...]. Quoi qu il en soit, le premier représentant de Parme en France peut faire figure de grand homme à côté de son successeur. » (H. Bédarida, Parme et la France (1748-1789), Paris, Champion, 1928, p. 195-196).

6 Lettre d’Argental-Sacco, 19.12.1774, A.S.P., fonds Borbonico Estera Francia, carton n. 69.

7 Voir à ce propos C. Biondi, Parma, Roma e l’Europa nel carteggio Du Tillot – d’Argental (1759-1771), « Aurea Parma », numéro spécial sous la dir. d’Anna M. Mandich, LXXXIII, 1999, p. 375-396.

8 Lettre d’Argental-Du Tillot, 28.5.1759, A.S.P. carton 54.

9 Lettre Du Tillot-d’Argental, 16.6.1759, ibid.

10 Op. cit., p. 77.

11 Ibidem.

12 Louise-Élisabeth en 1759 et don Philippe en 1765.

13 Les bulletins sont conservés dans les mêmes cartons que la correspondance de d’Argental mais dans des liasses séparées.

14 On peut lire ce récit à la fin de l’article.

15 « Les lettres, l’Académie Française, le théâtre français viennent de faire une bien grande perte, par la mort de M. de Voltaire, arrivée avant-hier au soir, elle sera (s’il est possible) encore plus sensible pour les habitants de la ville qu’il avait bâtie dans sa terre de Ferney, et qu’il avait comblée de ses bienfaits. Quoiqu’âgé de 84 ans, la force de sa constitution semblait lui promettre une carrière plus longue ; après une assez longue maladie il a succombé à un mal de vessie qui avait formé un abcès dans cette partie... » (Bull. 1.6.1778.)

16 Ce problème suscitait un vif intérêt à l'époque. En 1783, on avait créé en France une « Société philantropique » qui s’occupait tout spécialement, lit-on dans un bulletin, « des octogénaires, des enfants aveugles et des femmes en couche, c'est-à-dire des pauvres mères de famille chargées de cinq enfants vivants et enceintes du sixième » (bull. 3.1.1785). Sur l’argument, voir J. P. Gutton, La Société et les Pauvres en Europe (xvie -xviiie siècles), Paris, PUF, 1974 ; P. Oppici, L Idea di « bienfaisance » nel Settecento francese o il laccio di Aglaia, Pisa, Éd. Libreria Goliardica, 1989 ; D. Godineau, « Les secours aux indigents : un droit ou une faveur ? » dans G. Botti, L. Guidi, L. Valenzi éds, Povertà e beneficenza tra Rivoluzione e Restaurazione, Napoli, Morano editore, 1990.
L’exemple le plus touchant de générosité et de bienfaisance cité dans notre correspondance est celui de Léopold de Brunswick, frère du duc de Brunswick régnant, qui meurt en 1785 en essayant de sauver des paysans en danger sur l'Oder (bull. 30.5.1785). « Son caractère dominant, commente d’Argental, était l'humanité : pure, éclairée, ardente, active et durable, cette vertu anima et dirigea toutes les actions de sa vie. » (Bull. 19.9. 1785.)

17 « L’une des vues de l’Empereur est d’établir dans toutes les écoles de ses états la plus grande uniformité de doctrine, et pour y parvenir, il a ordonné à tous les ordres réguliers qui voudront permettre à leurs sujets l’étude de la théologie, de les envoyer tous, sans exceptions à l'université de la capitale, il se propose aussi d'établir une école de théologie et universelle, où les étudiants de chaque secte, admise dans les états, se réuniront après avoir achevé leurs cours particuliers, afin d’y en commencer un sur toutes les matières non controversées, on regarde ce moyen comme propre à faire oublier tous les germes de division et de haine contre les adorateurs d’un même Dieu. » (Bull. 31.3.1783.)

18 « Deux médecins de l'île de Ré faisaient administrer les remèdes ordinaires à une demoiselle attaquée d’hydropisie, le mal résistait aux ponctions réitérées qu’ils avaient faits, quoiqu'on en eût tiré une quantité d’eau prodigieuse, on allait les recommencer, lorsqu’une bonne vieille femme qui se trouvait chez la malade, dit qu’elle avait entendu parler depuis peu de deux personnes qu’on avait guéries d’une hydropisie décidée en leur frottant le ventre matin et soir, pendant une heure avec de l’huile d’olive : on tenta ce remède, fort simple qui commença par diminuer l’enflure et en la continuant pendant six semaines la malade se trouva parfaitement rétablie. » (Bull. 5.8.1774.)

19 « Une lettre de Bois-le-Roi, près d’Anel, porte les détails suivants, les habitants de cette paroisse ayant été attaqués d’une épidémie, dont les ravages étaient aussi prompts que ceux de la peste, M. Galleron médecin à Jorri, d’accord avec les officiers des eaux et forêts, fit répéter sur la fin du mois de mars l’expérience par laquelle Hyppocrate sauva la Grèce de la peste, il y a 2000 ans. On établit en divers endroits des monceaux de fagots, qu’on couronna de huit fortes voitures de genièvre, on y mit le feu, au moment où le soleil disparut de l’horizon, où le commencement de l’élévation des vapeurs condensant la partie de l’air qui environne la terre de plus près, la rend moins pénétrable à la flamme et à la fumée, le village tut couvert d’une fumée plus épaisse que le brouillard le plus dense, elle portait une forte odeur de violette, qui était tellement balsamique qu’une grande partie des malades se trouva soulagée très promptement, aucun habitant n’est mort depuis cette époque, et la communauté, qui la veille projetait d’abandonner ses foyers, après avoir suspendu le drap mortuaire au clocher de la paroisse, bénit aujourd’hui le ciel de sa conservation. » (Bull. 3.5.1779.)

20 De nombreuses publications parues au cours de la deuxième moitié du xviiie siècle témoignent de ce désir de connaissance. Voir A. Niderst dit., La Diffusion des sciences au xviiie siècle, n° spécial de la Revue d'histoire des sciences, 1991 ; B. Bensaude-Vincent, L'Opinion publique et la science : à chacun son ignorance, Le Plessis-Robinson, 2000.

21 Bull. 19.10.1778.

22 Voir à ce propos Λ. Corbin, Le Miasme et la Jonquille, Paris, Flammarion, 1986 et R. Favre, La Mort dans la littérature et la presse françaises au xviiie siècle, Paris-Sorbonne, 1976.

23 Voir M. Vovelle, La Mort et l'Occident de 1300 à nos jours, Paris, Gallimard, 1983.

24 « Tous les papiers anglais ne sont pleins que de l’éloge d’un ingénieur français de l’île de France, auquel on attribue une découverte bien intéressante et bien précieuse. [...] La manière de trouver la longitude en mer, cherchée depuis si longtemps si inutilement, pour laquelle il a été promis des prix si considérables, est enfin découverte. » (Bull. 25.8.1783.)

25 Lettre d'Argental-Manara, 25.8.1783, A.S.P, carton 72.

26 Lettre d'Argental-Manara, 22.9.1783, ibid.

27 « Discours préliminaire », dans Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, intr. par A. Pons, Paris, Flammarion, 1986, t. I. p. 112.

Auteur

Maître de conférence en littérature française à l’université de Bologne. Domaine de recherche : les relations culturelles franco-italiennes au xviiie siècle : voyageurs français en Italie ; correspondances à caractère politique et culturel entre la Cour de Parme et la Cour de France. A publié Viajjatori francesi in Emilia-Romagna nel Settecento (en collaboration avec C. Biondi), Bologna, 1986, et L'Archive et la Langue, Bologna, 2002.

© Presses universitaires de Lyon, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search