Version classiqueVersion mobile

Le Partage des savoirs xviiie-xixe siècles

 | 
Lise Andries

I. Les modalités du discours

Le langage des sciences : savoir et narration dans La Recherche de l'Absolu de Balzac

Claire Barel-Moisan

Texte intégral

  • 1 Wolf Lepenies a ainsi analysé dans Les Trois Cultures, Paris, Éd. de la Maison des sciences de l’h (...)
  • 2 Dans son étude sur les personnages reparaissants chez Balzac, Anthony R. Pugh insiste d’ailleurs s (...)

1Les grandes avancées de la recherche scientifique et de ses applications au xixe siècle modifient profondément les relations entre la fiction romanesque et les sciences, inaugurant une ère de rapports conflictuels, de fascination autant que de concurrence entre ces deux domaines 1 L’homme de science et le romancier rivalisent en effet pour construire un système complet d’intellection du monde. Dans l’esthétique balzacienne, l’appropriation des savoirs par le roman s’inscrit dans la logique d’une entreprise d’affirmation d’un genre littéraire qui veut conquérir sa légitimité, contre les accusations de futilité qui lui sont alors adressées. La prose narrative se fait donc instrument de connaissance de la société, et elle se place en position de surplomb par rapport aux différentes sciences, intégrant ou mettant en question les savoirs constitués. La Recherche de l’Absolu constitue une œuvre privilégiée pour étudier les enjeux de cette nouvelle poétique, dans la mesure où c’est le seul roman de La Comédie humaine qui porte explicitement sur une science2. L’introduction aux Études de mœurs définit ainsi l’objectif assigné à cette œuvre :

  • 3 Félix Davin, « Introduction » aux Études de mœurs, dans Balzac, La Comédie humaine, publiée sous l (...)

[Monsieur de Balzac] a demandé à la chimie ce qu’elle avait fait, jusqu’où elle était allée ; il en a appris la langue ; puis, s’élevant d’un de ces vigoureux coups d’aile de poète qui font entrevoir les hauteurs immenses que la science expérimentale gravit péniblement, il s’est armé d’une de ces éblouissantes hypothèses qui, peut-être, un jour, seront des vérités démontrées3.

2Le travail d’assimilation et de restitution des connaissances ne suffit donc pas à l’écrivain : au-delà d’un simple travail de vulgarisation, Balzac veut employer les atouts spécifiques du genre romanesque pour questionner une science. Il s'agit non seulement d’évaluer les succès et les apories des chercheurs, mais aussi de suggérer la fin ultime que vise la chimie et les résultats qu’elle pourrait espérer. Ces ambitions nouvelles assignées au roman sont-elles compatibles avec le fonctionnement et les exigences de la fiction ? L’introduction d’un discours de la science dans le roman pose une série de problèmes, pour lesquels Balzac invente des solutions originales dans La Recherche de l'Absolu. On s’interrogera plus particulièrement sur l’autonomie et l’intégrité du savoir scientifique au sein de la fiction : le roman peut-il se mettre au service d’une problématisation des savoirs constitués sans altérer profondément le discours scientifique dont il s’empare ? On analysera la subtilité de la poétique que construit Balzac, et la voie médiane qu’il dessine entre deux possibilités extrêmes : un savoir énoncé pour lui-même, dans une optique de vulgarisation, ou, à l’inverse, un savoir instrumentalisé au profit de la fiction.

  • 4 Le narrateur produit ainsi à plusieurs reprises des énoncés qui font figure d'incipit et semblent (...)
  • 5 Les citations de La Recherche de l'Absolu sont faites d'après l’édition de Madeleine Ambrière publ (...)

3Lorsqu’on considère les ambitions de La Recherche de l'Absolu dans le domaine de la chimie, on peut être surpris de la relative rareté des énoncés proprement scientifiques dans le texte. La chimie est effectivement introduite dans le roman de manière très progressive et partielle, à travers des propositions souvent incomplètes et énigmatiques. Toute l’ouverture de l’œuvre est construite sur une stratégie de report continuel de l’action : descriptions, portraits et analepses se succèdent selon une technique typiquement balzacienne, ce qui suscite un fort effet de suspense4. Une attente particulière se dessine autour du personnage mystérieux de Balthazar Claës. L’intrigue n’est véritablement lancée que par sa première prise de parole, lorsqu’il s’interroge à brûle-pourpoint : « Pourquoi ne se combineraient-ils pas dans un temps donné5 ? » (question allusive qui n’est jamais explicitée). Dans le premier quart du roman, ces brefs énoncés scientifiques constituent quasiment les seules paroles échangées par les personnages. En dépit de sa rareté, le discours scientifique se trouve donc théâtralisé et exceptionnellement mis en relief.

4La technique de Balzac au début de La Recherche de l’Absolu tend à creuser au maximum l’écart entre cette parole scientifique cl le reste du texte. Ainsi, lorsque la femme de Claës s’introduit dans le laboratoire du chimiste et cause un accident qui met leur existence en danger, le savant s’exclame :

« Mon expérience est manquée. Je ne puis pardonner qu'à toi la douleur que me cause ce cruel mécompte. J'allais peut-être décomposer l’azote. Va, retourne à tes affaires. »
Balthazar rentra dans son laboratoire. « J'allais peut-être décomposer l'azote ! » se dit la pauvre femme en revenant dans la chambre où elle fondit en larmes. Cette phrase était inintelligible pour elle. (691.)

5La répétition de l’énoncé scientifique et l’emploi des italiques soulignent bien l’autonomie d’une phrase qui se détache et fait bloc au sein du texte. La proposition est doublement hétérogène. D’une part, comme le souligne l’adjectif « inintelligible », parce que c’est un énoncé qui ne peut pas faire sens pour le personnage de Joséphine, qui ignore tout de la chimie. D’autre part, parce qu'il s'agit d'un discours décalé par rapport à ce qu’une telle situation dramatique laissait prévoir : on trouve un discours technique à la place d’un échange qu’on aurait plutôt attendu dans un registre affectif.

  • 6 Dès la première irruption de la science dans le roman, le caractère inapproprié de la parole scien (...)

6L’énonciation du savoir scientifique se caractérise régulièrement au long de la fiction par ces mêmes traits : les propositions sur la chimie créent une rupture forte avec leur contexte et se posent comme des énoncés isolables, qui ne sont ni expliqués, ni développés. La chimie représente donc un discours intrus en quelque sorte, qui ne parvient à s’immiscer dans le texte que sous la forme resserrée de petits blocs, et qui suscite une réaction de rejet car il produit une dysharmonie dans les échanges6. Une scène est symbolique à cet égard, celle qui présente la famille réunie et réconciliée autour de Claës apparemment guéri de sa passion scientifique. Au milieu de ses enfants, le savant admire alors les tulipes rares de son jardin :

  • Vois donc, maman, celle-là.
  • Oh ! qu’en voilà une belle !
  • Comment se nomme-t-elle ?
  • Quel abîme pour la raison humaine, s’écria Balthazar en levant les mains et les joignant par un geste désespéré. Une combinaison d’hydrogène et d’oxygène fait surgir par ses dosages différents, dans un même milieu et d’un même principe, ces couleurs qui constituent chacune un résultat différent. (710.)
  • 7 Cet interdit qui pèse, au sein de la fiction, sur l’énonciation d'un discours scientifique – les p (...)

7Le décalage entre les exclamations joyeuses et naïves des enfants et l’approche scientifique de Claës est fortement dramatisé. L'irruption inopportune de la langue scientifique dans le dialogue familial a un effet exemplaire : elle rompt immédiatement l’unité du groupe, et produit la fuite du cousin Pierquin, le notaire de la famille qui assistait à cette réunion. De fait, il semble que tout au long du livre, lorsque Claës énonce une de ces brèves propositions scientifiques, c’est toujours à contretemps, dans des situations qui excluent ce type de discours, de telle sorte que la chimie apparaît comme un langage qui fait scandale, un langage inacceptable et inadapté, que chacun refuse d’entendre, comme Pierquin le fait ici7.

  • 8 Le lecteur ignore d’ailleurs comme Joséphine quelle passion a ravi Claës à sa famille, jusqu’à ce (...)
  • 9 Si le narrateur transcrit effectivement (mais sans explication) les termes techniques employés par (...)

8Cette hétérogénéité radicale du discours scientifique est accentuée par la technique de focalisation mise en place au début du roman. Les énoncés portant sur la chimie sont tous confiés à Balthazar Claës et le narrateur semble se tenir à l’écart de ce domaine. Il identifie son point de vue à celui de Joséphine, de telle sorte que l’activité de Claës demeure mystérieuse8. Le narrateur se cantonnant dans un point de vue non informé, le vocabulaire de la chimie n’est pas traduit, et les termes employés par Balthazar conservent toute leur énigmatique étrangeté9. La science se présente comme le discours de l’autre, et le savoir chimique proprement dit reste absent du début du roman : les énoncés incomplets de Claës ne font pas l’objet de développements didactiques de la part du narrateur, et même lorsque Mme Claës se met à « étudier en secret la chimie dans les livres », le lecteur n'apprend rien de cette science, si ce n’est qu’elle est « condamnée par l’Église » (713).

9Le désinvestissement du narrateur vis-à-vis du discours scientifique produit un doute inévitable sur la validité du savoir construit par Claës. Il n’existe pas de voix autorisée pour cautionner la compétence du personnage, et c’est là une des originalités de l’insertion de la science dans La Recherche de l'Absolu. Une des sources majeures de l’hétérogénéité des énoncés portant sur la chimie tient en effet à leur statut ambigu lorsqu’on les compare aux autres discours produits soit par le narrateur, soit par les personnages. Les modes d’exposition des théories chimiques de Claës varient au fil du roman, mais ce savoir demeure toujours affecté, pour le lecteur, de la même part d’incertitude. Dans la première partie de l’œuvre, Claës apparaît avant tout comme un théoricien, et le lecteur découvre ses positions à travers les dialogues qui l’opposent à sa femme. Dans la deuxième moitié du roman, une autre face de la science est présentée : c’est désormais la figure de l’expérimentateur qui domine. L’évocation du savoir passe alors moins par des dialogues que par des descriptions d’expériences. Or dans les deux cas, c’est toujours la même ambiguïté qui prévaut quant au jugement porté sur le savoir de Claës. Le discours de la chimie demeure ainsi toujours décalé par rapport au reste du texte. L’apparition d’un savoir technique est concentrée dans quelques scènes clefs, foyers des tensions narratives. Loin d’investir l'ensemble de l’œuvre, les énoncés scientifiques se détachent fortement au sein du roman, par leur langue caractéristique, leur hermétisme, et leur statut problématique. Si La Recherche de l'Absolu est le roman de la chimie, la réflexion sur cette science ne passe assurément pas par une vulgarisation simple et directe, faite de développements didactiques complets et cohérents fondus dans la narration ; le discours de la science et le discours proprement romanesque semblent se poser comme deux paroles résolument étrangères.

  • 10 Lucienne Frappier-Mazur a souligné la tension entre un héritage rhétorique qui privilégie des anal (...)

10On constate pourtant au fil de l’œuvre un travail spécifique du narrateur pour tenter d’acclimater au roman le langage des sciences. La métaphore est à cet égard un outil privilégié ; elle permet d’introduire le registre scientifique en des lieux inattendus, comme lorsque le narrateur recourt à des termes techniques de physique et de chimie pour mieux rendre compte de sentiments. On assiste alors à un investissement poétique du langage de la science, ce qui permet de créer de nouvelles images fortes et surprenantes10. Le potentiel de nouveauté et d’étrangeté de ces rapprochements séduisait tout particulièrement Balzac à qui la critique du xixe siècle a d’ailleurs souvent reproché l’incongruité de ces images, qu’elle trouvait de mauvais goût :

  • Les gens d’esprit sont variables autant que des baromètres, le génie seul est essentiellement bon. (679.)
  • Quand la vie est bien active, quand les foyers en sont bien ardents, l’homme laisse aller la combustion sans y penser ou la discuter, sans mesurer les moyens ni la fin. (682.)
  • Tu m’as promis, dit-elle en lui prenant la main qu’elle garda entre ses mains électrisantes. (713.)
  • Les rayonnements de son âme pure comme un diamant brillèrent sans nuages. (772.)
  • Séduisant comme un serpent, sa parole, ses regards épanchaient un fluide magnétique. (788.)

11La langue scientifique s’insinue ainsi d’une nouvelle manière dans le texte littéraire. Ces images sont révélatrices d’une esthétique qui tend à réduire l’hétérogénéité entre le discours psychologique classique du narrateur et le discours de la science. Le choix de telles images n’est d’ailleurs pas gratuit : les « mains électrisantes » de Mme Claës interviennent dans un moment clef d’affrontement ouvert entre les pouvoirs de l’amour et ceux de la science : le texte approprie ici à la femme les pouvoirs de sa rivale, la science, pour mieux l’aider à la vaincre. Même l’image, devenue un lieu commun dans l’écriture balzacienne, du « fluide magnétique » qui jaillit des yeux de Claës, se trouve ainsi remotivée par le contexte scientifique.

12Les métaphores fonctionnent d’ailleurs dans les deux sens : il s’agissait dans ces premiers exemples d’appliquer du scientifique sur des données humaines, mais le mouvement inverse est tout aussi récurrent dans le texte. Ainsi la chimie est-elle personnifiée par des verbes propres aux êtres animés dans des expressions comme : « la Chimie dort » (761), « La Science avait donc marché » (770), « Il lutta d’abord courageusement contre la Science qui se réveillait insensiblement » (769), ou dans un développement qui assimile la science à une femme coquette et brillante :

  • 11 Plus loin, Mme Claës évoque elle-même face à son mari cette forme de compétition qui fait de la sc (...)

Elle se découvrit une rivale dans la Science qui lui enlevait son mari [...] Que tenter contre la coquetterie des idées qui se rafraîchissent, renaissent plus belles dans les difficultés, et entraînent un homme si loin du monde qu’il oublie jusqu’à ses plus chères affections11 ? (690.)

  • 12 Ainsi, au cœur de son grand exposé sur la composition de la matière, au milieu de développements s (...)
  • 13 Michel Pierssens, Savoirs à l’œuvre. Essais d’épistémocritique, Lille, Presses universitaires de L (...)

13On assiste à une appropriation mutuelle du langage scientifique par le littéraire, et du langage littéraire par le scientifique12. Ces systèmes métaphoriques qui travaillent à réduire la distance entre le langage scientifique et le langage romanesque traditionnel correspondent à ce que Michel Pierssens a nommé dans ses Essais d’épistémocritique des « agents de transfert » et qu’il définit comme « des entités susceptibles d’opérer la traduction réciproque de l’épistémique en littérature et du texte en savoir13 ». Ils fonctionnent selon le principe de l’interface, jouant le rôle de points de contact entre des registres distincts. Au sein de la fiction, la synthèse entre les registres sentimental et scientifique qu’opère Balthazar Claës, qui fait de l’amour « une matière éthérée qui se dégage » (720), est justement ce que Joséphine Claës rejette avec le plus de violence. Ces deux domaines, l’affect et la chimie, qui relèvent pour elle d’univers incommensurables, connaissent effectivement dans ce passage la fusion la plus profonde. Lorsque Claës les rapproche, il ne s’agit plus pour lui d’une métaphore, mais d’une transcription exacte de la réalité : ils en viennent à désigner les mêmes objets, le matérialisme du chimiste transformant les sentiments en des corps analysables.

14Le travail de rapprochement des deux registres scientifique et romanesque se fait aussi par d’autres moyens que la métaphore. De manière plus intime, le romancier peut aller jusqu’à adopter dans sa propre écriture le modèle du discours scientifique. Il adoptera alors les schémas de raisonnement et les modes d’énonciation propres aux sciences. Dès l'incipit de La Recherche de l'Absolu, un discours théorique fait irruption dans la fiction, et il est formulé selon les modèles scientifiques, avec notamment le schéma typique : A est à B ce que C'est à D :

L'archéologie est à la nature sociale ce que l’anatomie comparée est à la nature organisée. Une mosaïque révèle toute une société, comme un squelette d’ichthyosaure sous-entend toute une création. De part et d’autre, tout se déduit, tout s’enchaîne. La cause fait deviner un effet, comme chaque effet permet de remonter à une cause. (657-658.)

15Le narrateur se coule donc dans le moule de l’énonciation scientifique pour déployer le discours généralisant qui est traditionnellement celui de Balzac. L’hétérogénéité entre la parole scientifique et celle du narrateur se résorbe également dans d’autres moments clefs de la fiction. Dans la scène centrale du roman, Balthazar expose à sa femme son cheminement intellectuel, ses résultats d’expérience, et ses théories sur la matière et la pensée. Or il est étonnant de constater que le personnage emploie alors une rhétorique de la persuasion qui repose sur les mômes étapes et les mêmes procédés que celle du narrateur balzacien omniscient. Les citations suivantes témoignent de cette proximité spectaculaire dans la forme que prend l’exposition d’une théorie et d'une conviction.

Ces substances ne seraient-elles pas les traces que laisse en [l'homme] l’action du fluide électrique, principe de toute fécondation ? L’électricité ne se manifesterait-elle pas en lui par des combinaisons plus variées qu’en tout autre animal ? N’aurait-il pas des facultés plus grandes que toute autre créature pour absorber de plus fortes portions du principe absolu, et ne les assimilerait-il pas pour en composer dans une plus parfaite machine, sa force et ses idées ! Je le crois. L’homme est un matras. (719.)

La femme contrefaite que son mari trouve droite, la femme boiteuse qu'un homme ne veut pas autrement, ou la femme âgée qui paraît jeune, ne sont-elles pas les plus heureuses créatures du monde féminin ? [...] La gloire de la femme n'est-elle pas de faire adorer ce qui paraît un défaut en elle ? Oublier qu’une boiteuse ne marche pas droit est la fascination d’un moment ; mais l’aimer parce qu’elle boite est la déification de son vice. Peut-être faudrait-il graver dans l’Évangile des femmes cette sentence : Bienheureuses les imparfaites, à elles appartient le royaume de l'amour. (680-681.)

  • 14 On peut d’ailleurs remarquer que ces deux maximes audacieuses opèrent une transformation qui peut (...)

16Malgré la différence entre les sujets traités, on trouve dans ces deux passages le même mode d’exposition savante et le même mécanisme destiné à emporter progressivement l’adhésion de l’interlocuteur : une succession de questions oratoires sous la forme de phrases interro-négatives, qui aboutit à un énoncé dense et paradoxal qu’on pourrait caractériser comme une maxime. « L’homme est un matras » dans le premier texte, et « Bienheureuses les imparfaites, à elles appartient le royaume de l'amour » dans le deuxième. La série de questions doit, dans les deux cas, préparer le lecteur à accepter une vérité inattendue et provocatrice qui renverse les représentations habituelles et les idées reçues : « l’homme est un vase à expériences », « les femmes les plus heureuses sont les laides14 »...

  • 15 Cette apparente indifférenciation entre la voix du narrateur et celle des personnages n’est pas un (...)

17La similitude entre les procédés rhétoriques utilisés dans ces deux extraits laisse donc supposer que le fonctionnement des discours de savoir est du même ordre, qu’ils soient prononcés par un personnage ou par le narrateur15. Cependant la stricte répartition des lieux d’énonciation de la chimie, et le choix que fait le narrateur de demeurer extérieur à ce domaine ont des incidences importantes sur la langue même de la chimie ainsi que sur sa réception.

18Comme le narrateur n’intervient jamais pour expliciter les termes techniques de cette science, la chimie demeure pour le lecteur le domaine de l’inconnu. C’est assurément là un effet voulu, car on peut constater que dans les autres domaines du savoir, les termes de la langue technique provoquent des commentaires immédiats du narrateur qui les resitue dans leur contexte, que ce soit pour le droit, avec l’explication des enjeux de l’inventaire (768), pour l’entomologie, avec la description d’un insecte nommé « couturière » (702), ou pour l’histoire de la Flandre, avec l’explication du rituel des « cafés » (728).

  • 16 Hippolyte Taine, « Balzac », Journal des débats, février-mars 1858, recueilli dans les Nouveaux es (...)

19Ces diverses définitions et explications constituent le tribut que doit payer l’écrivain réaliste pour son utilisation d'une langue technique et précise qui constitue précisément une innovation dans le roman. L’adaptation du public à cette nouvelle érudition ne va d’ailleurs pas de soi, comme peut en témoigner l’article de Taine qui tente de défendre le style de Balzac. Le critique lutte contre l’opinion courante selon laquelle « M. de Balzac parle comme un dictionnaire des arts et métiers, comme un manuel de philosophie allemande, et comme une encyclopédie des sciences naturelles16 ». Mais son ardeur à défendre cet « argot scientifique » montre aussi le fort rejet que suscite une telle langue dans le lectorat du dix-neuvième siècle.

  • 17 Voir Madeleine Ambrière, « Balzac du réel à l’imaginaire, le document et ses métamorphoses », dans (...)

20Dans le cas de la chimie, on peut remarquer que cet effet de jargon est d’autant plus présent dans le roman que les termes choisis sont ceux qui appartiennent au vocabulaire scientifique et non ceux de la langue populaire. Mme Claës fait ainsi parade devant son mari de sa science fraîchement acquise lorsqu’elle évite le terme de vitriol, et s'exclame en observant les trous dans les vêtements de son mari : « N’est-ce pas de l’acide muriatique ou sulfurique qui a bordé de jaune tous ces trous ? » (701.) L’effet d’étrangeté de ces termes dans un contexte quotidien et dans la bouche d’une mère de famille flamande est évidemment délibéré, et on trouve dans certains passages du texte une forme d’exhibition terminologique, avec une véritable saturation de termes techniques. Ainsi lit-on cette énumération dans l’expérience du cresson : « Vous trouverez de l’acide silicique, de l’alumine, du phosphate et du carbonate calcique, du carbonate magnésique, du sulfate, du carbonate potassique et de l’oxyde ferrique. » (716.) La valeur référentielle de tous ces tenues est indéniable, puisqu’il s’agit effectivement d’une expérience rapportée par Bcrzélius17. Mais au-delà de cette valeur référentielle, on peut estimer que la langue technique de la chimie a un double rôle. D’une part, elle présente une valeur poétique, provoquant le dépaysement du lecteur et pouvant susciter sa rêverie. D’autre part, elle apporte une caution à la compétence de l'écrivain, produisant un effet de savoir, et fonctionnant par intimidation puisque les tenues sont imposés en l’absence de toute explication.

  • 18 Éric Bordas souligne cette dimension d'exhibition et voit dans ce procédé « une radicalisation de (...)
  • 19 Roland Barthes, S/Z, Paris, Seuil, 1970, « xi. Les cinq codes ». Ces codes sont aussi désignés com (...)

21On trouve dans cet emploi du terme technique un mécanisme comparable à celui qui préside à l’énumération de listes de noms propres célèbres, qui parsèment le roman. On a affaire dans les deux cas à une ostentation de savoir qui exhibe l’autorité et le prestige du narrateur18, et qui suppose une compétence symétrique du lecteur, puisque les raisons qui motivent la présence de chaque nom dans la liste ne sont pas explicitées. Il s’agit donc d'un procédé par essence intimidant, qui fait référence à ce que Roland Barthes nomme les codes de savoir19 :

  • J'ai lu Fourcroy, Lavoisier, Chaptal, Nollet, Rouelle, Berthollet, Gay-Lussac, Spallanzani, Leuwenhoëk, Galvani, Volta, enfin tous les livres relatifs à la Science que tu adores. (700)
  • C’était de célèbres morceaux de Rubens, de Ruysdaël, de Van Dyck, de Terburg, de Gérard Dou, de Teniers, de Miéris, de Paul Porter, de Wouwennans, de Rembrandt, d’Hobbema, de Cranach et d’Holbein. (683-684)
  • Stahl, Becher, Paracelse, Agrippa, tous les grands chercheurs de causes occultes avaient pour mot d'ordre le Trismégiste, qui veut dire le grand Ternaire20. (718.)
  • 21 Roland Barthes. par Roland Barthes, Paris, Seuil, 1975, p. 122. À l’inverse, le texte moderne reje (...)

22Si le savoir recherche ainsi des marques extérieures de compétence qui peuvent le légitimer et lui assurer une caution de sérieux, c’est que l'ensemble du roman est porté par une véritable volonté cognitive. Barthes déclarait s’émerveiller « toujours de la somme de savoir amassée et ventilée par l’œuvre littéraire21 ». La Recherche de l'Absolu témoigne d’un effort de transmission de ces savoirs qui se déploie à deux niveaux : dans le discours du personnage principal, il s’agit de la science chimique et dans celui du narrateur, de tous les savoirs généraux qui touchent aux sciences humaines. Mais la diffusion d’un savoir sur la chimie par le personnage de Claës fonctionne de manière particulièrement complexe. La fictionnalisation de cette science lui confère en effet des enjeux spécifiques qui la distinguent de tous les autres savoirs présents dans le texte, car elle modifie la portée des résultats énoncés en leur donnant une dimension symbolique. La fusion entre le savoir et la fiction atteint alors son intensité maximale.

23Lorsqu'on relève toutes les assertions ou hypothèses chimiques formulées par Claës, il apparaît qu'elles ne sont jamais livrées pures, dans une stricte référentialité, et que leurs effets dans la fiction importent autant qu’elles-mêmes. Dans la première partie du livre, trois propositions scientifiques rythment le destin de Joséphine Claës. Nous avons déjà commenté la première, « J’allais peut-être décomposer l’azote » (691), qui déclenche chez Joséphine la prise de conscience de son ignorance, et l'incite à étudier la science que pratique son mari. La deuxième proposition est plus développée et décrit un protocole expérimental :

« [...] Je n’osais pas te dire qu’entre moi et l'Absolu, à peine existe-t-il un cheveu de distance. Pour gazéfier les métaux, il ne me manque plus que de trouver un moyen de les soumettre à une immense chaleur dans un milieu où la pression de l’atmosphère soit nulle, enfin dans un vide absolu. » Mme Claës ne put soutenir l’égoïsme de cette réponse. Elle attendait des remerciements passionnés pour ses sacrifices, et trouvait un problème de chimie. (733.)

24La description très précise de l’expérience par Claës, qui pourrait être considérée comme un effort de transmission de son savoir, passe ici complètement au second plan à cause de ses conséquences psychologiques. Balzac montre en effet avec une grande netteté qu'il s’agit du coup fatal et ultime porté par Claës à sa femme. Celle-ci s’exclame en effet quelques lignes plus loin : « Je suis morte, je le sens. »

25L’énonciation de la dernière proposition, qui est cette fois un résultat d’expérience, prend place dans un contexte fortement solennisé, puisqu’elle a lieu à la suite de la cérémonie d’extrême-onction de Joséphine, à laquelle son mari est le seul à n’avoir pas assisté :

« [...] Tu allais sans doute décomposer l'azote, lui dit-elle avec une douceur d’ange qui fit frissonner les assistants. — C’est fait, s'écria-t-il d’un air joyeux. L'azote contient de l’oxygène et une substance de la nature des impondérables qui vraisemblablement est le principe de la... » Il s’éleva des murmures d’horreur qui l’interrompirent et lui rendirent sa présence d’esprit. « Que m’a-t-on dit ? reprit-il. Tu es donc plus mal ? Qu’est-il arrivé ? — Il arrive, monsieur, lui dit à l’oreille l’abbé de Solis indigné, que votre femme se meurt et que vous l’avez tuée. » (753-754.)

  • 22 Cette tactique illusionniste est assurément un procédé d’économie narrative : elle crée un fantôme (...)

26Le discours de la science s’efface alors visiblement devant la fiction, puisque le résultat même de cette expérience, qui, si elle était juste, serait révolutionnaire, n’est pas exprimé en entier. Les murmures des assistants arrivent en quelque sorte à point, permettant à Balzac de suggérer une découverte chimique sans avoir besoin de la formuler22. La science ainsi créée est donc doublement fictionnelle : elle n’existe que dans l’esprit du lecteur trompé par un énoncé illusoirement inachevé, et elle relève en outre de la science-fiction, puisque les corps simples comme l’azote sont par définition indécomposables. Or la complexité des rapports créés dans ce roman entre la fiction et la science apparaît lorsqu’on constate que l'occultation de ce résultat scientifique décisif passe inaperçue à la lecture. Alors que cette découverte suffirait à faire entrer Claës dans l’histoire des sciences et à lui apporter gloire et richesse, le lecteur, entraîné par la fiction, ne remarque pas que cette expérience n’est finalement plus jamais évoquée dans la suite du roman. Dans les trois exemples que nous venons d’évoquer, la valeur des résultats scientifiques semble donc tout à fait secondaire : ils n’ont dans ces passages dramatiques qu’un rôle de figuration, et se voient instrumentalisés pour permettre de faire avancer l’intrigue sur le plan des sentiments.

  • 23 Le roman n'étant pas découpé en chapitres, il est difficile de la localiser davantage.

27Les relations de hiérarchie et de priorité entre science et fiction sont nettement plus complexes dans la scène centrale entre Joséphine et Balthazar qui intervient à la fin du premier tiers du roman23. L’intrication entre les intérêts intellectuels et les intérêts romanesques y est extrêmement subtile. Si la mise en fiction ne faisait de cette scène un moment décisif des relations dans le couple Claës, ce gros bloc de philosophie et de science mêlées serait typiquement le genre de séquence apparemment détachable que le lecteur balzacien tend à sauter. Mais le narrateur fournit un travail considérable pour faire passer cc morceau risqué. La dramatisation est extrême, puisque toute la première partie de l’œuvre prépare cette confrontation qui donne son sens à l’ensemble du roman. C’est en effet le seul moment où le lecteur découvre la profondeur de Claës comme celle d'un véritable théoricien. Si ses ambitions n’avaient pas été dévoilées, il ne serait qu’une figure de monomane sans grandeur et la condamnation portée sur lui serait univoque. C’est donc dans cette scène que se noue la valeur du roman comme vecteur de savoir.

28Or le lecteur est nécessairement intéressé à son déroulement, car elle met en scène un affrontement nécessaire entre deux individus et deux philosophies. Joséphine défend les valeurs de l’amour et de la religion, Claës celles de la science et d'un certain matérialisme : il s’agit donc de savoir qui parviendra à convertir l’autre, ce combat entre deux systèmes de valeurs ayant nécessairement des incidences décisives sur l’intrigue. L’information scientifique n’est dès lors pas livrée comme un savoir strictement désintéressé, mais est prise dans des effets de dramatisation qui doivent inciter le lecteur à accepter d’entrer dans la logique d’une longue séquence de vulgarisation. On assiste dans cette scène non plus à une simple subordination qui met la chimie au service de l’intrigue, mais à une collaboration de la fiction et de la science, ce qui produit le cas unique, dans La Recherche de l'Absolu, d’une scène de vulgarisation développée et réussie.

29Un autre mode de valorisation réciproque de la fiction et de la science apparaît lorsqu’on étudie la structure même du roman, et les moments d'insertion des expériences dans la fiction. Au-delà de leur valeur référentielle, les expériences chimiques de Claës revêtent une portée symbolique. Elles sont en petit nombre dans le livre. J’en ai relevé six : la décomposition de l’azote, la décomposition des larmes, la cristallisation du carbone, la gazéification des métaux, l'expérience du sucre en morceaux, et l’expérience du cresson. Parmi ces expériences, certaines sont évoquées plusieurs fois et apparaissent à des moments stratégiques de la narration.

  • 24 Voir l’introduction de Madeleine Ambrière, t. X, p. 641-642.

30On peut diviser La Recherche de l'Absolu en deux parties, chacune dominée par une ligure de femme qui s’oppose à Claës – d’abord Joséphine, puis Marguerite, sa fille. Dans chaque partie, un savoir spécifique vient contrebalancer, sous la plume du narrateur, le savoir chimique exposé par Claës. Dans la première partie, un discours de type psychologique et sociologique est longuement développé sur l'amour, et il illustre un des projets initiaux du livre, qui était de retracer les amours d’une laide24. Dans la deuxième partie, deux savoirs techniques viennent s’opposer au savoir de la chimie, autour des trois personnages de Pierquin, Emmanuel de Solis et Marguerite : il s’agit des savoirs juridique et financier. Dans chaque partie domine également un certain type d’expériences menées par Balthazar Claës. Il s’agit, dans la première moitié du livre, de recherches sur la décomposition (décomposition de l’azote et des larmes). Son travail semble ensuite se centrer sur la production du diamant, qui est évoquée à trois reprises.

  • 25 Il faut d’ailleurs noter que ce qui déclenche l'affaiblissement et la lente agonie de Joséphine n' (...)
  • 26 Le rapprochement entre les deux discours relevant l'un du savoir chimique, l’autre du savoir finan (...)

31On est naturellement amené à faire une lecture symbolique de la conjonction de ces différents éléments. Dans la première partie du roman, on observe la progressive décomposition d’un couple, jusqu’à la mort de Joséphine Claës. Toute la réflexion théorique du narrateur sur l’amour est donc bien à sa place dans ce drame de la femme abandonnée, et l’importance donnée à cette thématique de la décomposition dans les expériences n’est sans doute pas anodine25. On peut d’ailleurs relever la symbolique qui fait enfin réussir l’expérience de décomposition de l’azote précisément au moment où Joséphine Claës s’apprête à rendre l’âme. Dans la deuxième moitié du roman, le drame n’est plus celui de la mort d’un amour, mais celui de la ruine financière de la famille. Le discours sur l’amour n’occupe plus alors qu’une place très sporadique chez le narrateur. En revanche, les dispositifs complexes mis en place par les enfants Clacs – montages financiers ou manœuvres juridiques-justifient la présence d’un nouveau genre de savoir qui vient s’opposer à celui de la chimie. L’évolution des expériences que le narrateur choisit de décrire parmi les travaux de Clacs est alors significative. Il ne s’agit plus de décomposer des corps complexes en corps simples, mais de faire cristalliser le carbone de manière à obtenir du diamant. Cette expérience est mise en relief dans des moments clefs de la fiction, et elle joue à l’évidence un rôle symbolique dans la thématique de la dissipation qui est celle de la deuxième partie de l’œuvre26.

32L’exploitation des résonances symboliques que suscitent les expériences chimiques dans La Recherche de l'Absolu pourrait évoquer un autre roman où cette science joue un rôle de référence majeure, il s’agit du roman de Goethe Les Affinités électives. Au chapitre iv de l’ouvrage, on trouve en effet un long développement sur la chimie au cours duquel les personnages s’amusent à lire dans les processus des réactions chimiques une métaphore du fonctionnement de la société. Ils en viennent naturellement à appliquer cette métaphore à leur propre situation et, sur le ton du badinage, transposent les modélisations chimiques en l’histoire de leur relation amoureuse :

  • 27 Johann Wolfgang Goethe, Les Affinités électives, traduction, introduction et notes par J.-F. Angel (...)

Imaginez entre A et B une union si intime que de nombreuses tentatives et maintes violences ne réussissent pas à les séparer ; imaginez C pareillement lié à D ; mettez les deux couples en présence : A se portera vers D, C vers B, sans qu’on puisse dire qui s’est uni à l’autre le premier27.

33Comme chez Balzac, un rapport symbolique se tisse entre les expériences scientifiques et l’intrigue, mais ce n’est pas au lecteur de la découvrir puisqu’elle est explicitement évoquée par les personnages. La dimension prémonitoire de cette « prophétie scientifique » est fortement soulignée, même si les personnages des Affinités électives se trompent dans leur interprétation en imaginant d’autres combinaisons de couples que celles qui se réaliseront effectivement. Les expériences et les énoncés scientifiques n’ont donc ni chez Goethe ni chez Balzac d’autonomie véritable : le savoir sur la chimie est constamment investi d'une fonction, qu’elle soit narrative ou symbolique.

34Mais si la science est si profondément liée à la fiction, que reste-t-il de sa valeur informative ? Le roman est-il encore un vecteur efficace pour transmettre un savoir, peut-il être porteur d’un projet de vulgarisation ? Excepté durant la scène centrale où il est confronté à Joséphine, Balthazar Claës n'énonce qu’un savoir problématique et incomplet. Quelle valeur est-on alors amené à accorder à ses expériences et à ses théories ? Le narrateur semble se complaire à entretenir le doute et à délivrer des indices contradictoires à son lecteur. Tantôt il paraît garantir la validité des recherches de Claës en précisant que la chimie européenne a progressé vers le but qu’il visait (770), tantôt il identifie son point de vue à celui des proches de Claës ou des habitants de Douai, qui le considèrent alternativement comme un génie et comme un fou. Des portraits opposés de ce personnage se succèdent ainsi tout au long du récit, le faisant passer sans cesse du statut de vieillard – aux facultés trop affaiblies pour pouvoir encore espérer faire des découvertes – à celui de jeune homme, ce qu’il redevient toutes les fois où de nouvelles sommes d’argent lui procurent l'espoir de toucher enfin à son but. La première apparition de Claës dans le roman est symptomatique de cette ambiguïté fondamentale du personnage, puisque le narrateur décrit le brait de ses pas en proposant deux interprétations : « Vous eussiez reconnu le pas indécis et lourd d’un vieillard, ou la majestueuse démarche d’un penseur qui entraîne des mondes avec lui. » (670.)

  • 28 C'est en ce sens qu’on peut opposer le traitement de la science dans La Peau de chagrin et dans La (...)

35Comme le narrateur exclut d'intervenir dans le domaine de la chimie, le lecteur ne dispose pas d’un regard omniscient qui lui permettrait de porter un jugement définitif sur Claës28. On retrouve d’ailleurs cette même ambiguïté dans deux autres Études philosophiques dont les thèmes sont proches de ceux de La Recherche de l'Absolu : Gambara et Le Chef-d'œuvre inconnu. Là aussi, le savoir sur la musique et sur la peinture est exclusivement délivré par les personnages, et le lecteur ne se voit fournir aucun jugement définitif sur le génie ou la folie des personnages centraux, eux aussi chercheurs d’absolu dans les arts. Le narrateur refusant de prendre parti, le lecteur est donc contraint d’entretenir jusqu’au bout un doute actif sur la validité des savoirs énoncés.

  • 29 « La fin de la séquence, la fin du texte |...] coïncidera avec le maximum d’information (proverbe (...)

36La fin déceptive du roman demeure comme une énigme qui suggère que Claës a effectivement « trouvé », mais ne donne aucun élément de ce savoir. On est donc au plus loin du modèle que Philippe Hamon mettait en évidence dans son article « Du savoir dans le texte29 », en montrant que le roman réaliste faisait passer d’un état d’ignorance au moment de l'incipit à un état de connaissance maximale au moment du dénouement. Si le roman repose bien ici sur une dialectique entre connaissance et ignorance, le mot de la fin, « Eurêka ! » (835), ne recouvre pour le lecteur insatisfait qu’un vide.

  • 30 Isabelle Stengers et Bernadette Bensaude-Vincent, Histoire de la chimie, Paris, Éditions La Découv (...)

37Le savoir transmis dans La Recherche de l’Absolu est donc plus une interrogation sur les enjeux et l’évolution d’une discipline qu’un système d’énoncés scientifiques objectifs. Sans qu’il y ait de théorisation ouvertement opérée par le narrateur, les différents portraits de Claës construisent une présentation du champ des activités scientifiques, notamment par l'alternance entre la figure du théoricien et celle de l’expérimentateur. Mais surtout, c’est la fiction elle-même, à travers une analyse de l’échec du personnage, qui incite à une réflexion sur le fonctionnement de la chimie. Le drame de Claës est lié à son refus d’entrer dans le système moderne de circulation des connaissances, il procède de son incapacité à transmettre son savoir et ses méthodes. Dans leur Histoire de la chimie, Isabelle Stengers et Bernadette Bensaude-Vincent s’appuient d’ailleurs sur l’exemple de Balthazar Claës et sur la distance qui le sépare de son fils polytechnicien – représentant de la nouvelle génération des savants qui font carrière dans la société – pour illustrer le passage historique d’une recherche conçue comme une quête individuelle à une recherche organisée en laboratoires, qui instaure de nouveaux circuits sociaux et marchands30. La Recherche de l'Absolu se présente donc comme un roman du savoir particulièrement paradoxal. Si la fiction y construit indéniablement une méditation sur l’évolution générale de la science, c’est en refusant les certitudes d’un savoir scientifique positif, qui serait énoncé directement par le narrateur ou les personnages. Évitant tous les traits habituels des entreprises de vulgarisation, le livre se referme sur une énigme, et ce geste final qui met le vide au cœur du roman est caractéristique d’une poétique de l’ambiguïté qui lie indissolublement au fil de l’œuvre savoir et doute.

Notes

1 Wolf Lepenies a ainsi analysé dans Les Trois Cultures, Paris, Éd. de la Maison des sciences de l’homme, 1990, la difficile mise en place du partage entre science et littérature dans la première moitié du siècle, et le rôle de la sociologie et des sciences humaines naissantes dans cette nouvelle configuration des discours.

2 Dans son étude sur les personnages reparaissants chez Balzac, Anthony R. Pugh insiste d’ailleurs sur l’isolement de ce roman au sein de La Comédie humaine. Certes, quelques noms propres – comme ceux des fabricants de produits chimiques Protez et Chiffreville – reviennent ponctuellement ailleurs, mais ils sont mentionnés sans qu’intervienne l'intrigue même de La Recherche de l’Absolu, qui n’est plus jamais évoquée dans le reste de La Comédie humaine. Voir Balzac's Recurring Characters, London, Duckworth, 1975, [University of Toronto Press, 1974], p. 48.

3 Félix Davin, « Introduction » aux Études de mœurs, dans Balzac, La Comédie humaine, publiée sous la direction de Pierre-Georges Castex, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », t. I, p. 1164.

4 Le narrateur produit ainsi à plusieurs reprises des énoncés qui font figure d'incipit et semblent devoir lancer l’action, comme celui-ci, une dizaine de pages après le début de l’œuvre : « En 1812, vers les derniers jours du mois d’août, un dimanche, après vêpres, une femme était assise [...] » (667), mais des analepses réitérées contrecarrent ce mouvement, si bien que trente-quatre pages après l’ouverture du roman, le narrateur en est encore à débuter son récit proprement dit, précisant qu'il se trouve alors « au moment où cette histoire commence » (691).

5 Les citations de La Recherche de l'Absolu sont faites d'après l’édition de Madeleine Ambrière publiée dans la Bibliothèque de la Pléiade, t. X, p. 674. La pagination sera indiquée entre parenthèses.

6 Dès la première irruption de la science dans le roman, le caractère inapproprié de la parole scientifique est souligné, puisque Joséphine s’interroge aussitôt après la question scientifique formulée par Claës : « Deviendrait-il donc fou ? » (674).

7 Cet interdit qui pèse, au sein de la fiction, sur l’énonciation d'un discours scientifique – les personnages rejettent en effet la chimie, soit comme cause de leurs malheurs, soit comme pure élucubration – est aussi un moyen pour Balzac de suggérer la présence d’un arrière-plan scientifique solide sans risquer de provoquer l’ennui du lecteur avec de longs développements informatifs sur la chimie. L’attitude de Pierquin fuyant un discours technique pourrait en effet représenter aussi celle du lecteur. Ce travail d’occultation de l’information strictement scientifique est bien décrit par la lettre à Mme Hanska du 18 octobre 1834 : « Deux membres de l’Académie des sciences m’ont appris la chimie [...] Il a fallu lire Berzélius [...] ne pas ennuyer de chimie les froids lecteurs de France [...] et il n'y en a pas en effet huit pages en tout dans les quatre cents pages du livre. » Lettres à Mme Hanska, éd. Roger Pierrot, Paris, Robert Laffont, « Bouquins », 1990, t. I, p. 193.

8 Le lecteur ignore d’ailleurs comme Joséphine quelle passion a ravi Claës à sa famille, jusqu’à ce que son retour à la chimie soit finalement dévoilé par la rumeur persistante de la ville, p. 688.

9 Si le narrateur transcrit effectivement (mais sans explication) les termes techniques employés par Balthazar, en revanche, fidèle à son point de vue « non-informé », il n’emploie lui-même dans la narration que des termes vagues et généraux (voir notamment la description de la note des fabricants de produits chimiques Protez et Chiffreville, p. 692-693).

10 Lucienne Frappier-Mazur a souligné la tension entre un héritage rhétorique qui privilégie des analogies à faible distance sémantique, proches du cliché, et la recherche par Balzac d'un langage neuf où abondent les images d'invention liées à l’emploi d’un vocabulaire technique et scientifique (voir L’Expression métaphorique dans La Comédie humaine, Paris, Klincksieck. 1976, p. 85-86). Les domaines métaphoriques étudiés dans ce livre ne portent néanmoins pas sur le champ scientifique, mais essentiellement sur les relations sociales et la physiologie.

11 Plus loin, Mme Claës évoque elle-même face à son mari cette forme de compétition qui fait de la science une personne vivante, dangereusement séduisante : « je ne supporterais pas, cher, de voir ma rivale jusques dans les transports de ton amour. » (723) D’autres exemples font de la chimie une figure mythologique comme Pégase, et la placent en position de sujet dominateur et puissant, capable d’enlever le savant au monde terrestre : « Il était monté sur la Science qui l’emportait en croupe, ailes déployées, bien loin du monde matériel. » (719)

12 Ainsi, au cœur de son grand exposé sur la composition de la matière, au milieu de développements strictement scientifiques, Claës emploie lui aussi une image pour rendre compte des réactions chimiques qui s’accomplissent dans le cerveau humain : « l’homme est un matras » (720) affirme-t-il. Judith Schlanger a étudié dans Les Métaphores de l'organisme (Paris, Vrin, 1971 [rééd. L’Harmattan, 1995]) l’emploi que les nouvelles théories scientifiques font de la métaphore, la considérant comme un agent qui doit faciliter la reconnaissance et l’acceptation de thèses encore inconnues des lecteurs. Voir notamment les pages 25-27 sur la « facilitation analogique ».

13 Michel Pierssens, Savoirs à l’œuvre. Essais d’épistémocritique, Lille, Presses universitaires de Lille, « Problématiques », 1990, p. 9.

14 On peut d’ailleurs remarquer que ces deux maximes audacieuses opèrent une transformation qui peut heurter la religion : la première ramène à de la matière le phénomène spirituel de la pensée, la deuxième joue avec le schéma des « Béatitudes » en transposant le bonheur de l’au-delà en bonheur terrestre, et les qualités spirituelles évoquées dans les textes évangéliques – humilité, douceur, simplicité – en attributs physiques capables de rendre l’amour plus durable.

15 Cette apparente indifférenciation entre la voix du narrateur et celle des personnages n’est pas un fait courant dans l’écriture de La Comédie humaine. Un des éléments fondamentaux du réalisme balzacien repose en effet sur la spécificité des « parlures » de chaque personnage (voir à ce sujet Eric Bordas, Balzac, Discours et Détours, Presses universitaires du Mirail, Toulouse, 1997, p. 29-95). Si les discours se rejoignent ici, c’est donc de manière ponctuelle, dans une pose savante commune aux instances narratoriale et actoriale.

16 Hippolyte Taine, « Balzac », Journal des débats, février-mars 1858, recueilli dans les Nouveaux essais de critique littéraire, Paris, Hachette, 1865, et reproduit dans Stéphane Vachon, Honoré de Balzac, Mémoire de la critique, Paris, Presses de l’université de Paris-Sorbonne, 1999, p. 214.

17 Voir Madeleine Ambrière, « Balzac du réel à l’imaginaire, le document et ses métamorphoses », dans Raymonde Debray-Genette et Jacques Neefs dirs. Roman d'archives, Presses universitaires de Lille, 1987, p. 20-24.

18 Éric Bordas souligne cette dimension d'exhibition et voit dans ce procédé « une radicalisation de l’écriture descriptive : celle-ci abdique sa déclinaison de mentions dont le rapprochement organisé dans l’espace fait sens, pour procéder par simple nomination. » Introduction à La Recherche de l'Absolu, Livre de poche, 1999, p. 18-19.

19 Roland Barthes, S/Z, Paris, Seuil, 1970, « xi. Les cinq codes ». Ces codes sont aussi désignés comme codes culturels. Voir aussi « xlii. Codes de classe », « xliii. La transformation stylistique », et « lxxxviii. Voix de la science ». On pourrait opposer le traitement de ces codes, qui proposent selon Barthes un savoir stéréotypé (« une nappe étouffante d'idées reçues »), avec l’exploration du savoir scientifique que propose le roman en mettant en perspective les buts et les méthodes de la chimie.

20 Voir également le même type de listes de noms propres p. 658 et 681.

21 Roland Barthes. par Roland Barthes, Paris, Seuil, 1975, p. 122. À l’inverse, le texte moderne rejette, selon Barthes, cette fonction de transmission des savoirs : « Aujourd’hui [...] le savoir déserte la littérature, qui ne peut plus être ni Mimésis, ni Mathésis, mais simplement Sémiosis, aventure de l’impossible langagier, en un mot : Texte. »

22 Cette tactique illusionniste est assurément un procédé d’économie narrative : elle crée un fantôme de science, présente dans la fiction, mais absente textuellement. Les énoncés scientifiques incomplets ont aussi une autre fonction, tout aussi importante. Ils soulignent l'absence d’interlocuteur compétent face à Claës, suggérant une partie de son échec : n’avoir pas transmis ses connaissances et emporter dans la tombe ses essais et son hypothétique découverte finale. Des tentatives infructueuses de transmission d’un savoir sont ainsi à plusieurs reprises mises en scène au fil du roman : « — Ma fille, si tu savais ce dont il s’agit, tu ne me dirais pas de telles paroles. Écoute, je vais t’expliquer le problème... Mais tu ne me comprendras pas ? s'écria-t-il avec désespoir. » (791) ; « Pauvre enfant, je voudrais te rassurer en t’expliquant les effets de la magnifique expérience que je viens d'imaginer, tu comprendrais.../— Je ne comprends que notre ruine, dit-elle en s’en allant. » (793).

23 Le roman n'étant pas découpé en chapitres, il est difficile de la localiser davantage.

24 Voir l’introduction de Madeleine Ambrière, t. X, p. 641-642.

25 Il faut d’ailleurs noter que ce qui déclenche l'affaiblissement et la lente agonie de Joséphine n'est pas la perspective de la ruine de sa famille, mais la perte de l’amour de Claës. C’est à la suite de deux brutales désillusions amoureuses qu’elle s'exclame : « Je me meurs » (699), puis « Je suis morte, je le sens » (733).

26 Le rapprochement entre les deux discours relevant l'un du savoir chimique, l’autre du savoir financier donne lieu à un paradoxal échange des rôles : les véritables alchimistes, ce ne sont finalement pas Claës et Wietzchownia, mais bien plutôt Marguerite et Emmanuel, qui paraissent capables de produire de l'or à volonté pour rétablir la fortune familiale.

27 Johann Wolfgang Goethe, Les Affinités électives, traduction, introduction et notes par J.-F. Angelloz, Paris, Flammarion, 1992 [Paris, Aubier, 1968], p. 77.

28 C'est en ce sens qu’on peut opposer le traitement de la science dans La Peau de chagrin et dans La Recherche de l'Absolu. On a affaire dans La Peau de chagrin à un savoir narrativisé, les discours effectifs de la physique, de la chimie et des sciences naturelles, puis les différents courants de la médecine des années 1830 étant représentés ironiquement dans le roman à l'occasion de visites de Raphaël aux scientifiques de son temps. Ces positions scientifiques sont ainsi décrites conjointement par le narrateur et par les personnages, et le discours de chaque science se trouve finalement discrédité. Jacques Neefs a étudié dans « La localisation des sciences » (Balzac et La Peau de chagrin, Paris, Sedes-CDU, 1979, p. 127-142) cette capacité théorique nouvelle que Balzac confère au roman avec La Peau de chagrin, étape du rapport entre la fiction et les sciences qui prépare La Recherche de l’Absolu.

29 « La fin de la séquence, la fin du texte |...] coïncidera avec le maximum d’information (proverbe ou mot de la fin de la nouvelle, récapitulation finale du roman, commentaire proliférant sur la série dans le Docteur Pascal, etc.). Inversement, on verra sans doute proliférer au début du texte [...] la thématique inverse du non-savoir ». Philippe Hamon, « Du savoir dans le texte », Revue des sciences humaines, tome XL, no 160, oct.-déc. 1975, p. 491.

30 Isabelle Stengers et Bernadette Bensaude-Vincent, Histoire de la chimie, Paris, Éditions La Découverte et Syros, réed. 2001 [éd. or. 1992], p. 125-126.

Auteur

Pensionnaire à la fondation Thiers, membre du LIRE. Domaine de recherche : poétique balzacienne du roman et narratologie au xixe siècle. Prépare une édition critique de La Comtesse de Rudolstadt dans les Œuvres complètes de George Sand, à paraître à Paris aux éditions Champion.

© Presses universitaires de Lyon, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search