Version classiqueVersion mobile

Le Partage des savoirs xviiie-xixe siècles

 | 
Lise Andries

I. Les modalités du discours

Les récits de naturalistes vers 1800 et la tentation de la littérature

Gilles Denis

Texte intégral

1Nous aborderons ici les relations entre science et littérature en nous intéressant à la manière dont scientifiques et écrivains au tournant des xviiie et xixe siècles rendirent compte de leur émotion devant le spectacle de la nature, devant l’impression d’harmonie et de cohérence qu’ils ressentirent. L’une des questions abordées sera d’évaluer quels types de liens la géographie botanique, le vitalisme moderne, la biologie et les sciences du vivant entretinrent à cette époque avec l’écriture romantique. Nous nous intéresserons à un groupe de textes scientifiques appartenant à l’histoire naturelle, essentiellement ceux d’Alexandre de Humboldt, dont l'une des principales préoccupations a été de rendre compte de cette cohérence, de ces divers « arrangements » particuliers offerts par les objets de la nature qui sont capables de créer une émotion. La nature qu’il évoque est celle que l’on découvre en se promenant et en voyageant, non celle que l’on observe à travers un microscope, un télescope ou une analyse chimique. En même temps que ceux de Humboldt, nous évoquerons d’autres textes scientifiques, à la fois des descriptions de voyageurs naturalistes dans différentes régions du globe et des écrits théoriques concernant « l’économie », « l’harmonie » de la Nature ou la signification scientifique d’un ensemble naturel.

2On pourrait distinguer deux grandes tendances dans l’histoire de l’étude de la nature vivante : la première qui serait de type « platonicienne » (« essentialiste ») s’appuierait sur la notion « d’espèces » indépendantes, essentiellement séparées, et la seconde de type « héraclitienne » (ou « épicurienne ») sur l’idée que les éléments se réunissent et se désassemblent dans un mouvement perpétuel, effaçant ainsi les limites entre les êtres dans la mesure où ils s’assemblent provisoirement. À la première se rattacheraient les histoires des plantes classiques qui présentent des végétaux dans leur maturité et qui aboutissent aux classifications en espèces scientifiques. À la seconde se rattacheraient notamment les études chimiques sur les « mixtes » tels que l'abbé de Vallemont se les représente en 1705 :

  • 1 Pierre Le Lorrain de Vallemont, « Préface », Curiositez de la nature et de l’art sur la végétation (...)

Quand je me sers de ce terme [de Nature], c’est pour signifier ce que Dieu opère dans les mixtes, comme sont les minéraux, les plantes et les animaux, par les lois générales du mouvement, qu’il a d’abord imprimées dans la matière1.

3Ainsi des fermentations diverses ont lieu dans la terre, des sels sont dissous, sont reçus dans les pores des racines pour la nourriture de la plante. Cette sève prend toutes sortes de figures. Elle se change en feuilles, fleurs, fruits, bois, écorce, moelle, gomme, résine, et prend différentes formes selon les plantes. Cette tendance dans l’histoire des études de la nature peut sembler préparer davantage à l'idée d’appréhender la nature d’une manière synthétique, comme un tout, tandis que la première tendance de type essentialiste peut sembler privilégier plutôt la place de l'individu dans la nature.

4Ces deux façons d’étudier la nature se sont parfois affrontées, en particulier au cours du xviiie siècle. Certains tenants de l’approche « chimique » reprochent aux classificateurs « essentialistes » de n’être que des nomenclateurs oisifs dont les écrits sont plutôt à ranger du côté de la poésie. Pourtant de ces travaux de classificateurs vont émerger de nouvelles approches qui vont mettre en question ces nomenclatures mêmes. En rapprochant et comparant les formes des plantes, les places qu’elles occupent dans la classification, les lieux (climats et sols) qu’elles colonisent dans la nature, leurs caractéristiques diverses, plusieurs naturalistes tentent en effet de rendre compte des relations entre les êtres vivants et entre ceux-ci et les conditions dans lesquels ils vivent. Ces tentatives mèneront à une méthode de perception synthétique de la nature bien qu’elle soit de type naturaliste (« essentialiste »), dans laquelle la notion de paysage, essentiellement en tant qu’ensemble végétal, joue un rôle central. On peut percevoir les racines de cette approche dans l’héritage antique et chrétien, repris au xviiie siècle par des auteurs comme Linné qui s'intéresse à « l’économie » de la nature, puis dans les récits de voyage des naturalistes, enfin dans les textes littéraires ou savants rendant compte de l'impression que donne la contemplation d’un paysage.

  • 2 Voir Jean-Marc Drouin, L'Écologie et son histoire, Paris, Flammarion, 1993 [Desclée de Brouwer, 19 (...)

5La philosophie naturelle issue du xviie siècle qui se développe au xviiie siècle peut être en effet perçue comme la synthèse du regard de l’Antiquité sur l'unité du monde et de la croyance en la providence divine chrétienne. Rappelons que dans le Timée, Platon explique que le démiurge a assemblé l’univers sur le modèle d’un vivant unique dont tous les vivants particuliers ne sont que les parties. Le thème de la sollicitude du Créateur pour ses créatures s’exprime dans l’Ancien et le Nouveau Testament. Dans l’Ancien Testament, c’est Dieu, par exemple, qui permet la nourriture de tous, lionne et lionceaux, corbeau et ses petits, etc., qui abreuve les ânes sauvages avec l’eau des montagnes, qui offre la cime des cyprès aux cigognes et la haute montagne aux bouquetins2. Ces deux traditions nourriront la pensée de plusieurs auteurs, comme Loys Le Roy au xvie siècle qui, dans De la vicissitude ou variété des choses en l'univers, attribue la « vicissitude ou variété » des choses à l'origine de la perfection durable de l’univers :

  • 3 Loys Le Roy, De la vicissitude ou variété des choses en l’univers, Paris, Fayard, 1988 [Paris, l'H (...)

Par telle maniéré chacune contree à ses graces et singularitez particulières, ainsi distribuées par la providence divine regardant au bien commun de l’Univers qui ne peut perseverer en sa perfection sans telle variété, et afin que les uns ayans besoin des autres communiquent ensemble, et s’entre secourent3.

  • 4 J. Biberg [et C. Linné], « L’économie de la Nature (1749) » dans C. Linné, L'Équilibre de la Natur (...)

6Au xviiie siècle, le développement de la philosophie naturelle s’appuie sur celui des sciences de la nature. L’économie de la nature de Linné en est l’expression. Celui-ci définit en 1749, sous la signature d’un de ses élèves, « l’économie de la nature » comme « la très sage disposition des êtres naturels, instituée par le Souverain Créateur, selon laquelle ceux-ci tendent à des fins communes et ont des fonctions réciproques4 ». Il ajoute : « Dans la police de la nature, Dieu a voulu que n’importe quelle fonction soit accomplie avec intérêt dans une juste proportion de travail et de gain. » En 1760, il précise, sous la signature d’un autre de ses étudiants :

  • 5 H. C. D. Wilcke [et C. Linné], « La Police de la Nature (1760) » dans C. Linné, ibid, p. 118.

D’après ce que nous savons, nous pouvons juger de quelle importance est chacune des Dispositions de la nature au point que, si même un seul lombric [une seule espèce] manquait, l'eau stagnante altérerait le sol et la moisissure ferait tout pourrir. Si une seule fonction importante manquait dans le monde animal, on pourrait craindre le plus grand désastre de l’univers5.

  • 6 Emmanuel Kant, Critique du jugement [1790], trad. par A. Philonenko, Paris Vrin 1965 p. 238.

7Il existe ainsi une proportion adéquate de chaque espèce empêchant que l’une d’entre elles ne s’accroisse en trop grand nombre au détriment de l’homme. Kant, en 1790, remarque d’ailleurs que dans l’économie de la nature de Linné, l’homme peut tout aussi bien être regardé comme une fin que comme un moyen : « L'homme est là pour que, en poursuivant les carnassiers et en diminuant leur nombre, il établisse un certain équilibre entre les forces productrices et destructrices de la nature6 »

  • 7 Voir Charles Bonnet, Contemplation de la nature, chap. vii, Enchaînement universel ou l’harmonie d (...)
  • 8 Jacques-Henri Bernardin de Saint-Pierre, Voyage à l'île de France, Paris, La Decouverte 1983, p. 1 (...)

8Dans la seconde moitié du xviiie siècle, plusieurs auteurs s’intéressent, comme objet d’étude en soi, à l’économie de la nature, à l’harmonie naturelle entre les espèces, aux « circonstances » et au « climat » au sens large qui les caractérise, dans un but à la fois pratique – lié au développement de l'agriculture – et théorique : il s'agit de mieux comprendre la création et les intentions du Créateur7. Ce thème inspire également la littérature de l’époque. Le finalisme et le providentialisme de Bernardin de Saint-Pierre (les fameuses côtes du melon) sont, par exemple, bien connus. Dans son Voyage à l’île de France, publié en 1773, Bernardin de Saint-Pierre est proche de Linné lorsqu’il écrit : « L’harmonie de ce globe se détruirait en partie, et peut-être en entier, si on supprimait seulement le plus petit genre de plantes8. » Mais Bernardin de Saint-Pierre ajoute que l’existence de l'homme est la seule qui paraisse « superflue dans l’ordre établi sur la Terre ».

  • 9 F.-A. Rauch, Harmonie hydro-végétale et météorologique, ou Recherches sur les moyens de recréer av (...)
  • 10 Alexandre de Humboldt, « Nouvelles recherches sur les lois que l’on observe dans la distribution d (...)

9Au début du xixe siècle, les déclarations et les décisions en faveur de l'assèchement des marais et de la reforestation s’appuient en partie sur la volonté de retrouver l’harmonie originelle entre les espèces, entre celles-ci et leur « climat », celles-ci et l’homme. Un auteur comme Rauch, qu’il convient de situer entre science et littérature, insiste avec poésie et lyrisme, dans son Harmonie hydro-végétale et météorologique, sur la nécessaire solidarité entre toutes les formes de vie9. Alexandre de Humboldt, lui, résume ainsi cette pensée : « L’unité de la nature est telle que les formes des êtres organisés se trouvent dans une dépendance mutuelle10. »

10La cohérence des ensembles naturels ainsi que la place de l’homme au sein de la Création sont des thèmes qui vont être particulièrement développés dans les écrits des voyageurs naturalistes. L’écrivain-voyageur, dès les premiers périples de l’histoire, tend naturellement à ne pas limiter ses observations à des objets et des faits isolés. Son regard va vers l’ensemble. De même le savant naturaliste raconte son aventure personnelle, les obstacles rencontrés, les lieux traversés pendant qu’il récolte échantillons et événements. Il exprime ses sensations, la chaleur, l'humidité, la crainte, l’enthousiasme, la solitude, la beauté, l’harmonie des formes, etc. Le discours naturaliste se rapproche alors du texte littéraire plus aisément sans doute qu’aucun autre discours savant. Les mesures quantitatives ne sont jamais l’essentiel de l'étude. Le naturaliste décrit la forme, la taille, la couleur d’un oiseau, d’une fleur, d’un cristal. Lorsqu’il s’agit d’évoquer une montagne, un tremblement de terre, une tempête, la description est pour une large part semblable à celle que pourrait en faire un écrivain non savant. Le déplacement sur le terrain, dans la forêt, la savane, la prairie, amène à un autre rapprochement avec la littérature puisqu'il relève à la fois de l’écriture narrative et qu’il introduit la nécessité de décrire des ensembles, une association végétale, une structure géologique, le comportement d’un animal, la place de l’homme, etc. La subjectivité de la sensation reçue devient alors une information scientifique. La décision de partir pour des expéditions scientifiques est d’ailleurs souvent soutenue tout autant par des curiosités intellectuelles que par la recherche d’émotions. Humboldt résume ainsi ce sentiment dans l’introduction à son Voyage aux régions équinoxiales :

  • 11 A. de Humboldt, Voyage aux régions équinoxiales du nouveau continent, Paris, F. Schœll, 1814, t. I (...)

Livré dès ma première jeunesse, à l’étude de la nature ; sensible à la beauté agreste d’un sol hérissé de montagnes et couvert d’antiques forêts, j’ai trouvé dans ce voyage des jouissances qui m'ont dédommagé des privations attachées à une vie laborieuse et souvent agitée11

  • 12 A. de Humboldt, Vues des cordillères, et monumens des peuples de l’Amérique, Paris, F. Schœll, 181 (...)

11Assez souvent les voyageurs scientifiques du xviiie siècle, tout comme ceux des xixe et xxe siècles, tentent de rédiger en parallèle deux textes différents, un récit de voyage et un mémoire scientifique proprement dit, mais la distinction est souvent artificielle, créant une tension bien réelle entre les deux discours. Humboldt notamment a écrit, au tout début du xixe siècle, à la fois des récits de son voyage en Amérique espagnole et des mémoires savants sur des points précis d’histoire naturelle qui parurent dans des périodiques scientifiques. Or, en dehors du fait qu’ils sont de longueur différente, les deux types de discours sont très proches, mêlant intimement approche quantitative et qualitative, analytique et synthétique, fait précis et récit large, observations « scientifiques » et émotions. Dans ses Vues des cordillères, et monumens des peuples de l'Amérique, œuvre qui serait à classer du côté du récit de voyage, on trouve par exemple : « Des expériences faites avec beaucoup de soin sur la chute des corps, et en employant un chronomètre de Berthoud, nous ont donné 97 m 7 pour la hauteur du pont supérieur au-dessus du niveau des eaux du torrent12 ». Voici d’autre part ce qu’on trouve dans un écrit sur l’analyse de l’eau du Rio-Vinagre, situé dans les Andes de Popayan, paru dans les Annales des sciences naturelles, qui serait à classer du côté du mémoire savant :

  • 13 A. de Humboldt, « Analyse de l’eau de Rio-Vinagre, dans les Andes de Popayan », Annales des scienc (...)

On ne peut aller à cheval que jusqu’aux cascades du Rio Vinagre. De là, nous mîmes huit heures pour monter à pied à la cime du volcan et pour en redescendre. Le temps était affreux, il tombait de la grêle et de la neige. J’eus beaucoup de peine à enflammer l’amadou à la pointe du conducteur de l’électromètre de Volta13.

  • 14 A. de Humboldt, Voyage aux régions équinoxiales du nouveau continent, op. cit t 1 p. 33-34.
  • 15 Louis-Antoine de Bougainville, Voyage autour du monde par la frégate du roi la Boudeuse et la flût (...)

12Cette différence est d’autant plus arbitraire que le récit de voyage est parfois utilisé tout autant que le mémoire scientifique dans les débats savants sur les grandes questions ayant trait au vivant. On voit même Humboldt citer des œuvres littéraires dans ses réflexions sur la nature. Concernant la « cause des phénomènes » et leur « enchaînement mutuel », il se réfère à Chateaubriand, en particulier quand il décrit la « force de la végétation », les climats, les « fleuves immenses » d’Amérique, « qu’un écrivain célèbre, dit-il, nous a peints avec une admirable fidélité14 ». Nous pourrions aussi évoquer le célèbre récit de Bougainville, Voyage autour du monde, qui au milieu de très nombreuses mesures ayant trait à la navigation, décrit les îles du Pacifique et les populations qui y vivent15. Il est bien connu que plusieurs des anecdotes qu’il relate concernant les mœurs des Tahitiens ont donné naissance au mythe de Tahiti et ont inspiré de nombreux écrits philosophiques et romanesques dont le plus célèbre est le Supplément au voyage de Bougainville de Diderot. Les passages narratifs curent d’ailleurs beaucoup plus de succès auprès des lecteurs du xviiie siècle que les « mesures » et « récoltes » d’échantillon. Comme le résume alors l'abbé Galiani, on « entend mieux de Tahiti que son patois marin ».

13Souvent ce qui frappe d’abord le voyageur naturaliste, c’est l’idée qu’un ensemble se présente à lui, un site, une montagne, une forêt luxuriante, une plaine immense, des fleuves tumultueux, des marécages, etc. Mais il n’est pas simple de rendre compte d’une manière scientifique de cet objet, de cette entité qu’est un ensemble, un lieu, un rapport naturel, un paysage. Comment le représenter, le décrire ? Il s’agit en effet tout d'abord d’une impression, d'un certain sentiment d’harmonie. Or Humboldt revendique l'utilisation de l’émotion comme méthode pour plaire au lecteur mais aussi pour rendre compte de la réalité d'une entité naturelle :

  • 16 A. de Humboldt, « Préface », Tableaux de la nature, ou considérations sur les déserts, sur la phys (...)

Contempler l’ensemble de la nature, surprendre l’action commune de toutes les forces qui l’animent, renouveler ce que la vue des contrées tropicales ne peut manquer de faire éprouver à l’homme sensible, tel est le but auquel je tends [...] La richesse de la nature invite à accumuler les images, et cette accumulation trouble le calme et l’impression générale du tableau16.

  • 17 A. de Humboldt, Voyage aux régions équinoxiales du nouveau continent, op. cit., t. I, p. 28-29.
  • 18 Ibid, p. 31.
  • 19 Ibid.
  • 20 Ibid, p. 31-32. Horace Bénédict de Saussure, Voyages dans les Alpes précédés d'un essai sur l'hist (...)

14Lors de son voyage sur le cours de l’Orénoque, il s’oblige à consigner chaque jour ses impressions afin, dit-il « de conserver quelques unes de ces idées éparses qui se présentent à un physicien |...], de réunir provisoirement une multitude de faits [...] et de décrire les premières impressions agréables ou pénibles que je recevrais de la nature et des hommes17 ». Il regrette qu’au fur et à mesure que les voyages ont été faits « par des personnes plus instruites ou dirigées vers des recherches d'histoire naturelle descriptive, de géographie ou d’économie politique, les itinéraires ont perdu en partie cette unité de composition et cette variété qui distinguaient ceux des siècles précédents18 ». Il n’est plus possible, ajoute-t-il, de lier tant de matériaux divers à la narration des événements, car « la partie qu’on peut nommer dramatique est remplacée par des morceaux purement descriptifs ». Il craint ainsi « qu’on ne soit très peu tenté de suivre dans leurs courses ceux qui trament avec eux un appareil considérable d’instruments et de collections19 ». Lui-même se donne pour tâche d'alterner la « partie historique » et les « simples descriptions ». Il prétend exposer « les phénomènes dans l’ordre où ils se sont présentés » et il les considère « ensuite dans leurs rapports individuels ». Il prend pour modèle le voyage de Saussure dans les Alpes, « livre précieux » qui, au « milieu de discussions arides sur la météorologie », présente, dit-il, « plusieurs tableaux pleins de charmes, comme ceux de la vie des montagnards, des dangers de la chasse aux chamois, ou des sensations qu’on éprouve sur le sommet des Hautes-Alpes20 ».

15Dans une lettre qu’il écrit à son frère peu de temps après son arrivée sur le continent américain, Humboldt fait le récit de ses observations, il évoque les nombreuses « plantes merveilleuses », les animaux, les « Indiens à demi-sauvages », les arbres, les « fleurs parfumées », les couleurs des oiseaux, des poissons, des écrevisses :

  • 21 A. de Humboldt, Lettre de Cumana du 16 juillet 1799 à W. de Humboldt, Lettres américaines (1798-18 (...)

Nous nous promenons jusqu’à présent comme des fous ; dans les trois premiers jours nous n’avons rien pu déterminer, car on rejette toujours un objet pour en saisir un autre [...] Mais ce qui est plus beau que ces merveilles prises en particulier, c'est l’impression que produit l’ensemble de cette nature végétale puissante, exubérante et cependant si douce, si facile, si sereine. Je sens que je serai très heureux ici et que ces impressions me réjouiront souvent encore dans la suite21.

16Plus que les « observations de détails », ce sont bien les « résultats généraux » qui, selon lui, « intéressent tous les hommes éclairés », c’est-à-dire :

  • 22 A. de Humboldt, Voyage aux régions équinoxiales du nouveau continent, op.cit., t. I, p. 14.

Ces résultats [qui] embrassent à la fois le climat et son influence sur les êtres organisés, l’aspect du paysage, varié selon la nature du sol et de son enveloppe végétale, la direction des montagnes et des rivières qui séparent les races d’hommes comme les tribus des végétaux ; enfin ces modifications qu’éprouve l’état des peuples placés à différentes altitudes et dans des circonstances plus ou moins favorables au développement de leurs facultés22.

17Cette volonté d’appréhender les faits naturels dans leur réalité quotidienne et sous divers aspects semble s’inscrire dans une tradition marquée, avant Saussure, par les études naturalistes de Buffon. Ce dernier s’opposait en effet à la classification, pour lui artificielle, de Linné :

  • 23 Georges-Louis Leclerc de Buffon, Histoire naturelle et particulière, avec la description du Cabine (...)

Comme les caractères des genres sont pris de parties presque infiniment petites, il faut aller le microscope à la main, pour reconnaître un arbre ou une plante ; la grandeur, la figure, le port extérieur, les feuilles, toutes les parties apparentes ne servent plus à rien, il n’y a que les étamines ; et si l’on ne peut pas voir les étamines, on ne sait rien, on n'a rien vu. Ce grand arbre que vous apercevez, n’est peut-être qu’une pimprenelle, il faut compter ses étamines pour savoir ce que c’est, et comme ses étamines sont souvent si petites qu’elles échappent à l’œil simple ou à la loupe, il faut un microscope ; mais malheureusement encore pour le système, il y a des plantes qui n’ont point d’étamines, il y a des plantes dont le nombre des étamines varie, et voilà la méthode en défaut comme les autres, malgré la loupe et le microscope23.

18Pour Buffon, il valait mieux associer le cheval et le chien qui se trouvent souvent ensemble dans la vie de tous les jours qu’associer le cheval et le zèbre qui n’ont comme point commun que d’être « solipèdes. » L’histoire d’un animal est « celle de l’espèce entière de ces animaux » et

  • 24 Ibid, p. 30.

doit comprendre leur génération, le temps de la prégnation, celui de l’accouchement, le nombre des petits, les soins des pères et des mères, leur espèce d’éducation, leur instinct, les lieux de leur habitation, leur nourriture, la manière dont ils se la procurent, leurs mœurs, leurs ruses, leur chasse, ensuite les services qu’ils peuvent nous rendre, et toutes les utilités ou les commodités que nous pouvons en tirer24.

19Tout au long de son récit, Humboldt considère ainsi qu’il est nécessaire de faire sentir l’impression d’ensemble que lui laisse le paysage, et l’émotion que provoquent en lui les scènes de la nature. Face au sentiment de la puissance de la nature, celui de la petitesse de l’homme sous les tropiques revient régulièrement sous sa plume. À propos de la forêt amazonienne, il écrit :

Dans cet intérieur du Nouveau Continent, on s’accoutume presque à regarder l’homme comme n'étant point essentiel à l’ordre de la nature. La terre est surchargée de végétaux : rien n’arrête leur libre développement. Une couche immense de terreau manifeste l’action non interrompue des forces organiques. Les crocodiles et les boas sont maîtres de la rivière : le jaguar, le pécari, le dante et les singes traversent la forêt sans crainte et sans péril ; ils y sont établis comme dans un antique héritage.

  • 25 A. de Humboldt, Voyage aux régions équinoxiales du nouveau continent, Paris, N. Naze, 1819, t. 2, (...)

Cet aspect d'une nature animée dans laquelle l’homme n'est rien a quelque chose d’étrange et de triste25.

20Cette solitude de l’homme au milieu de l’immensité des contrées sauvages n’est pas rare dans les récits de voyage des naturalistes, mais aussi dans les écrits romanesques qui s’en inspirent. Dans Atala, la description de la vallée du Tennessee se termine ainsi :

  • 26 François-René de Chateaubriand, Atala, Paris, Flammarion, 1996, p. 116 [1re éd. 1801].

Le fleuve qui nous entraînait, coulait entre de hautes falaises, au bout desquelles on apercevait le soleil couchant. Ces profondes solitudes n’étaient point troublées par la présence de l’homme. Atala et moi nous joignions notre silence au silence de cette scène26.

21La nature agit donc sur l’âme humaine ; elle ramène l’homme au sentiment de son insignifiance et à sa solitude. Elle détermine aussi pour Humboldt, son niveau de civilisation. Humbolt développe ainsi, d’une certaine manière, une théorie qui est une alternative à celle des climats (ou qui la précise) étudiant l’effet des paysages, induit notamment par le climat, sur les sociétés humaines :

  • 27 A. de Humboldt, Voyage aux régions équinoxiales du nouveau continent, op. cit., t. I, p. 24.

Dans toutes les zones, la confirmation du sol, la physionomie des végétaux et l’aspect d’une nature riante ou sauvage influent sur les progrès des arts et sur le style qui distingue leurs productions ; et cette influence est d'autant plus sensible, que l’homme est plus éloigné de la civilisation27.

  • 28 « L’élévation ou l’affaissement d’une contrée, la nature et les productions du sol. les qualités d (...)

22Quelques années plus tôt, l’Allemand Herder avait déjà modifié l’idée de Montesquieu en donnant une forte extension à la notion de climat pour intégrer lui aussi, à la manière de Buffon et de Saussure, l’ensemble des diverses circonstances entourant les activités humaines28.

23Humboldt insiste sur la difficulté à rendre compte des ensembles naturels, de l’harmonie qui s’en dégage et des émotions complexes qu’ils nous inspirent. Cette difficulté s’exprime régulièrement sous la plume des savants voyageurs. Dans son ouvrage La Figure de la terre, publié en 1749, Bouguer présente une Relation abrégée du voyage qu’il a fait à l’Équateur. 11 y expose un grand nombre de mesures topographiques et d’observations géologiques. La morphologie du relief l’impressionne, mais il a du mal à transcrire ce sentiment et recourt donc à des métaphores pour mieux l’exprimer :

  • 29 Pierre Bouguer, La Figure de la terre, déterminée par les observations de Messieurs Bouguer et de (...)

Il est une de ces montagnes à environ une lieue de Honda sur le bord du Guali et sur le chemin de Mariquita, qui est exposée à la vue de tous les voyageurs ; mais je sens que si j’en donnais ici une représentation, il faudrait que je comptasse sur le crédit que doit naturellement avoir le rapport de quelqu’un qui n’a aucun intérêt d’altérer la vérité et qui a eu toute sa vie le plus grand éloignement pour le mensonge. On voit dans ces pays là les montagnes y prendre continuellement l’aspect d’anciens et somptueux édifices, de chapelles, de dômes, de châteaux ; quelquefois ce sont des fortifications formées de longues courtines munies de boulevards29.

24Le recours à des métaphores architecturales pour décrire des entités naturelles n’est pas rare dans les récits des voyageurs européens. On en trouve un exemple parmi d’autres dans le Voyage aux régions équinoxiales du nouveau continent de Humboldt au début du xixe siècle ;

  • 30 A. de Humboldt, Voyage aux régions équinoxiales du nouveau continent, op. cit., t. 2, p. 361.

Arrivé à la cime du rocher, les yeux mesurent soudainement une nappe d’écume d’un mille d’étendue. D’énormes masses de pierres, noires comme le fer, sortent de son sein. Les unes sont des mamelons agroupés deux à deux, semblables à des collines basaltiques ; les autres ressemblent à des tours, à des châteaux forts, à des édifices en ruine30.

25Il semble en effet plus facile pour l’homme de lettres européen de décrire des monuments d’architecture que de décrire les paysages naturels tropicaux. Pour Humboldt en effet :

  • 31 Ibid., t. I, p. 32.

Dans l’ancien monde, ce sont les peuples et les nuances de leur civilisation qui donnent au tableau son caractère principal ; dans le nouveau, l’homme et ses productions disparaissent pour ainsi dire, au milieu d’une nature sauvage et gigantesque31.

  • 32 Chateaubriand, op. cit., p. 90, p. 91 et p. 114.

26Dans Atala, Chateaubriand utilise des métaphores similaires telles les « colonnades des forêts » ou les « dômes des bois » et les « abris de mousses » qui deviennent de « riantes hôtelleries » et un « monument du désert32 ». Ainsi que l’écrit, en 1773, Bernardin de Saint-Pierre dans un passage bien connu du Voyage à l'île de France :

L’art de rendre la nature est si nouveau que les termes mêmes n’en sont pas inventés. Essayez de faire la description d’une montagne de manière à la faire reconnaître ; quand vous aurez parlé de la base, des flancs et du sommet, vous aurez tout dit. Mais que de variété dans ces formes bombées, arrondies, allongées, aplaties, cavées etc ! Vous ne trouvez que des périphrases. C’est la même difficulté pour les plaines et les vallons. Qu'on ait à décrire un palais, ce n’est plus le même embarras. On le rapporte à un ou à plusieurs des cinq ordres : on le subdivise en soubassement, en corps principal, en entablement ; et dans chacune de ces masses, depuis le socle jusqu’à la corniche, il n'y a pas une moulure qui n'ait son nom.

  • 33 Bernardin de Saint-Pierre, op. cit., Lettre xxviii et dernière, « Sur les voyageurs et les voyages (...)

Il n’est donc pas étonnant que les voyageurs rendent si mal les objets naturels. S’ils vous dépeignent un pays, vous y voyez des villes, des fleuves et des montagnes, mais leurs descriptions sont arides comme des cartes de géographie : l’Hindoustan ressemble à l’Europe. La physionomie n’y est pas. Parlent-ils d’une plante ? Ils en détaillent bien les fleurs, les feuilles, l’écorce, les racines ; mais son port, son ensemble, son élégance, sa rudesse ou sa grâce, c’est ce qu’aucun ne rend. Cependant la ressemblance d’un objet dépend de l’harmonie de toutes ses parties, et vous auriez la mesure de tous les muscles d’un homme que vous n’auriez pas son portrait33.

27De la même manière, Humboldt s’interroge régulièrement dans ses écrits, depuis son voyage en Amérique (1799) jusqu’à Cosmos (1859), sur les moyens de dépasser les limites de la description naturaliste :

  • 34 A. de Humboldt, Essai sur la géographie des plantes, accompagné d’un tableau physique des régions (...)

Le simple aspect de la nature, la vue des champs et des bois causent une jouissance qui diffère essentiellement de l’impression que fait l'étude particulière de la structure d’un être organisé [...] Quelle est la cause morale de ces sensations ? Sont-elles produites par la nature, par la grandeur des masses, le contour des formes ou le port des végétaux34 ?

  • 35 Voir note précédente. A. de Humboldt, Tableau de la nature ou considérations sur les déserts, sur (...)
  • 36 Bernard de Saint-Pierre, Études de la nature, Paris, N. Chaix et Cie, 1865, t. 2, p. 159.

28En intitulant deux de ses œuvres Tableau physique des régions équinoxiales, et Tableau de la nature ou considérations sur les déserts, sur la physionomie des végétaux et sur les cataractes35, Humboldt s’inspire du titre auquel avait pensé Bernardin de Saint-Pierre un certain moment pour Paul et Virginie. Les ambitions de Humboldt semblent en effet s’inspirer de celles de cet écrivain. Ce dernier expliquait le titre de son ouvrage. Études de la nature, par ces mots : « Descriptions, conjectures, aperçus, vues, objections, doutes, et jusqu’à mes ignorances, j’ai tout ramassé ; et j’ai donné à ses ruines le nom d’Études, comme un peintre aux études d'un grand tableau auquel il n’a pu mettre la dernière main la dernière main36. »

29Humboldt rappelle d’ailleurs dans Cosmos que, lors de son voyage en Amérique équinoxiale, il avait emporté avec lui Paul et Virginie :

  • 37 A. de Humboldt, Cosmos, Essai d'une description physique du monde, traduit de l'allemand par H. Pa (...)

Le livre de Paul et Virginie, dont on aurait peine à trouver le pendant dans une autre littérature, est simplement le tableau d’une île située dans la mer des tropiques où, tantôt à couvert sous un ciel clément, tantôt menacées par la lutte des éléments en fureur, deux figures gracieuses se détachent du milieu des plantes qui couvrent le sol de la forêt, comme d’un riche tapis de fleurs. Dans ce livre, ainsi que dans la Chaumière indienne, et même dans les Études de la nature, déparées malheureusement par des théories aventureuses et par de graves erreurs de physique, l’aspect de la mer, les nuages qui s’amoncellent, le vent qui murmure à travers les buissons de bambous, les hauts palmiers qui courbent leurs têtes, sont décrits avec une vérité inimitable37.

30Il développe un peu plus loin l’idée que les écrivains et les peintres, bien mieux que les naturalistes, sont capables de rendre compte de l’unité d’un paysage et des impressions qu’il éveille chez le spectateur :

  • 38 Ibid, p. 72.

Sans doute la peinture de paysage est en état de nous représenter une image de la nature plus riche et plus complète que ne peut le faire la collection la mieux choisie de plantes cultivées. La peinture de paysage dispose souverainement de l’étendue et de la forme des objets. Pour elle, l’espace n’a pour ainsi dire pas de limite ; elle suit la lisière des bois jusque dans les vapeurs du lointain ; elle précipite de roc en roc le torrent qui tombe du haut de la montagne, et fait planer l’azur profond du ciel des tropiques sur la cime des palmiers, comme sur la prairie qui ondoie à la limite de l’horizon38.

  • 39 A. de Humboldt, Essai sur la géographie des plantes, op. cit., p. 30.

31Pour Humboldt, le progrès des connaissances dans l’étude de la nature va de pair avec les progrès de la prose descriptive qui, dit-il, « depuis la seconde moitié du xviiie siècle [...] a acquis une force et une précision nouvelles ». C’est dans la littérature, dans les œuvres de Bernardin de Saint-Pierre et de Chateaubriand que le voyageur naturaliste puise les éléments d'une observation plus précise. La science de la « géographie botanique », par exemple, dont Humboldt « essaie de [...] tracer les limites », porte, dit-il, sur des « considérations [...] d’autant plus importantes qu'elles touchent de près aux moyens par lesquels les arts d’imitation et la poésie descriptive parviennent à agir sur nous39. »

  • 40 Voir Alberto de Jesùs Castrillón, Alexandre de Humboldt et la géographie des plantes, thèse de doc (...)

32L’ambition de rendre compte d’ensembles végétaux, de paysages associés à des climats et des lieux géologiques, aboutit en effet à l’émergence d’une nouvelle discipline, la géographie des plantes40, dont s’inspireront au xixe siècle le darwinisme et l’écologie. Il s’agit, d’une certaine manière, d’une laïcisation de « l’économie de la nature » de Linné. Les paysages, les scènes de la nature sont considérés comme le résultat de plusieurs facteurs qu’il est possible d’apprécier, d’analyser et même de mesurer. L’ensemble de la flore de la planète peut être distribué selon la classification botanique classique mais aussi selon son appartenance à une association végétale. Le « tableau » prend en compte toutes les informations reçues par l’observateur, mais c’est en fait la « parure végétale » qui est déterminante pour l’impression d’ensemble et la caractérisation du type d’un paysage :

  • 41 A. de Humboldt, Cosmos, Essai d'une description physique du monde, op. cit., t. I, p. 413.

S’il est vrai, explique Humboldt, que le caractère de chaque contrée dépende à la fois de tous les détails extérieurs, si les contours des montagnes, la physionomie des plantes et des animaux, l’azur du ciel, la figure des nuages, la transparence de l’atmosphère, concourent à produire ce que l’on peut nommer l’impression totale, il faut reconnaître aussi que la parure végétale dont le sol se couvre est la déterminante principale de cette impression41.

33Au tournant du siècle, le paysage, le lien végétal-nature du terrain-relief-climat devient ainsi avec la géographie botanique un objet d’étude en soi. De la même façon que l’on reconnaît des types définissant les espèces animales et végétales, Humboldt prétend qu’on peut reconnaître des types dans ces « arrangements » :

  • 42 A. de Humboldt, Voyage aux régions équinoxiales du nouveau continent, op. cit., t. l, p. 6.

De même que chaque être considéré isolément est empreint d’un type particulier, on en reconnaît également dans l’arrangement des matières brutes réunies en roches, dans la distribution et les rapports mutuels des plantes et des animaux. C’est le grand problème de la physique du monde, que de déterminer la forme de ces types, les lois de ces rapports, les liens éternels qui enchaînent les phénomènes de la vie et ceux de la nature inanimée42.

  • 43 A. de Humboldt, Sur les lois que l'on observe dans la distribution des formes végétales, Paris, Fe (...)

34Humboldt cherche une méthode qui permette de rendre compte de l’unité et de la beauté de la nature, de l'harmonie des ensembles naturels, des « arrangements » et de leurs types. Il pense pouvoir l’obtenir par la mesure, la quantification et la recherche des causes physiques. Il affirme que le caractère de la nature dans une région donnée est dans « la beauté absolue des formes », « dans l’harmonie et le contraste qui naissent de leur assemblage », et il est convaincu que tout ceci peut s’expliquer par la texture de la plante, la vivacité des couleurs « selon le mélange chimique des éléments et la force stimulante des rayons solaires ». Il caractérise aussi les paysages par le rapport du nombre d'espèces d’une famille (par exemple les graminées ou les légumineuses) sur le nombre total d’espèces végétales, par l’importance relative du nombre d’individus d’une même espèce ou l’importance du nombre d’espèces différentes, etc. C’est ce qu’il appelle « l’arithmétique botanique43 ».

35L’approche de Humboldt, d’inspiration naturaliste, pour rendre compte de la perception de l’harmonie de la nature, s’inscrit dans un nouveau contexte scientifique apparu au tournant des xviiie et xixe siècles. Elle nous semble se situer entre deux démarches opposées que nous appellerons pour la première de type chimique et pour la seconde de type « vitaliste ». La première approche, de type chimique, s’appuie sur les nouvelles méthodes qui prennent en compte l’analyse des gaz. Au début du xixe siècle, Thoüin, par exemple, bien qu’il soit naturaliste, s’appuie notamment sur les résultats des expériences de Haies, Priestley, Ingenhouz et Sénebier concernant les échanges chimiques entre les êtres vivants et entre eux et leurs milieux, pour intégrer ces échanges dans une nouvelle présentation de l’économie de la nature. On découvre par exemple à cette époque que les animaux expirent du gaz carbonique et absorbent de l’oxygène, alors que c’est l’inverse qui se produit pour les plantes :

  • 44 André Thoüin, « Arbre », Nouveau dictionnaire d'histoire naturelle, Paris. Deterville, 1816, t. II (...)

Si on veut modifier ces propositions, qui se déduisent d’expériences certaines, les uns et les autres périssent. Ainsi la vie des animaux est subordonnée à celle des plantes, et vice versa. Ces transitions éternelles et nécessaires des corps, ou des produits animaux et végétaux les uns dans les autres, en établissant une dépendance réciproque entre tous les êtres vivants, prouvent l’importance d’une distribution justement proportionnée entre les forêts et les terres consacrées aux divers genres de culture44.

36D’autres auteurs ont une vision plus globale, une explication plus synthétique encore. Les mesures, les rapports, ne leur suffisent pas. C’est le cas de Virey, médecin vitaliste, qui s’oppose dans les années 1820 au matérialisme de Broussais en matière médicale et physiologique. Selon Virey, l'unité de l'être vivant, comme l’unité de la nature, ne peut s’expliquer par de simples combinaisons de matières :

  • 45 Julien-Joseph Virey, Examen de la doctrine médico-philosophique du matérialisme, Lettre à M. le pr (...)

Le sentiment du sublime émane, comme l'héroïsme et la vertu, des puissances intérieures de notre âme, tandis que le matérialisme qui en arrache jusqu’à l'existence [...] dépouille la nature de son harmonie, de ses grâces enchanteresses, pour ne voir désormais que les combinaisons fantasques d'un hasard aveugle, ou les chances nécessairement stupides de la matière45.

37La nature se présente chez Virey comme chez Platon sous la forme d’un organisme :

  • 46 Ibid.

Il est facile d’observer dans l’universalité des créatures, des rapports mutuels qui les réunissent en une sorte de confédération ou de république de sorte qu’ils paraissent évidemment ordonnés, les uns relativement aux autres46.

38On retrouve ainsi chez Virey le démiurge de Platon. L’harmonie de la nature témoigne de « l’existence d’une suprême intelligence » qui lui sert en retour d’explication :

  • 47 J.-J. Virey, « Nature », Nouveau dictionnaire d'histoire naturelle, op. cit, 1818, t. XXII p. 247.

En jetant un coup d'œil sur les objets qui nous environnent, au travers de ce désordre apparent qui semble tout confondre, il est facile d’apercevoir l’ordre, l’harmonie, le concert ineffable des êtres qui se prêtent une mutuelle assistance, qui suivent des lois invariables, éternelles, et qui, placés chacun dans le lieu qui leur convient, exercent perpétuellement les mêmes actes et concourent sans relâche au même but. Bien que nous n’apercevions pas toujours la fin pour laquelle ils existent et ils agissent, nous reconnaissons un plan raisonné et profondément sage dans tout ce qu’il nous est permis de connaître47.

39Virey exprime, lui aussi, la nécessité d'une méthode qui puisse appréhender la nature d'une manière synthétique et rendre compte des sensations :

  • 48 J.-J. Virey, « Naturaliste », Nouveau dictionnaire d'histoire naturelle, op. cit, 1818, t. XXII p. (...)

Voilà la nature ; elle ne s’emprisonne point dans la boutique d’un savant ; elle ne se cache point dans les livres, les journaux, les dictionnaires ; mais elle est en tous lieux, elle se dévoile aux yeux de quiconque la cherche dans ses demeures éternelles, dans les solitudes profondes et ignorées où elle aime à conserver ses secrets et à enfouir ses mystères. Ce n’est point en examinant les animaux empaillés, les plantes collées dans un herbier, les poissons plongés dans de l’esprit de vin, qu’on pourra reconnaître tous les êtres animés, qu'on pourra s’instruire de leur vie, de leurs mœurs, de leurs amours, de leurs charmantes harmonies entre eux. C'est ainsi qu’on éteindrait au contraire dans les cœurs l’amour de la nature, en ne nous montrant que des cadavres48.

  • 49 Voir Donald Worster, Les Pionniers de l'écologie, Paris, Sang de la terre, 1992 [1re éd. en anglai (...)

40Ce qui est nouveau par rapport aux théories de Linné, c’est l'idée que l’homme met en danger l’harmonie de la nature en la soumettant à la tyrannie de son esprit de conquête. Loin de devoir occuper par la grâce divine une situation centrale dans l’ordre de la création, il est nécessaire au contraire que l’homme apprenne à réduire sa « place » pour que soient maintenus « l’équilibre » et « l’harmonie de tous les êtres ». Cette vision d'une nature perçue comme un grand organisme, de cette harmonie, de cet équilibre entre les éléments qui la composent, de l’insignifiance mais aussi du danger que représente l’homme, ainsi que le choix qui lui est lié d’une méthode synthétique intégrant les sensations de l’âme se retrouvent tout au long du xixe siècle. On peut citer, par exemple, autour des années 1850, l’œuvre de l’Américain Thoreau, perçu comme un des « pionniers de l’écologie » par certains historiens des sciences américains49, qui décrit dans de grandes envolées poético-naturalistes ses promenades dans les prés inondés de Sudbury et de Wayland, la sensation de l’eau froide sur ses orteils et le spectacle de « centaines de crapauds [... | en train de copuler ou s’y préparant. » Selon Thoreau, « l’homme de science » doit devenir le récepteur des multiples sensations que lui procure la nature, pour élaborer un véritable paysage sensoriel :

  • 50 Henry David Thoreau, Journal et The Raturai History of Massachusetts, cité par Donald Worster (voi (...)

L’homme de science digne de ce nom, dit-il, connaît la nature mieux que les autres grâce à des moyens d’investigation plus subtils : il sent, il goûte, il entend, il touche mieux que les autres. On n’apprend pas par déductions logiques ou par des formules mathématiques appliquées à la philosophie, mais par relation directe et mouvements du cœur50.

41Dans cette quête, Thoreau rejoint de nombreux écrivains romantiques pour qui les épanchements du cœur entrent en correspondance avec les grands mouvements de la nature : des Rêveries du promeneur solitaire de Jean-Jacques Rousseau à René de Chateaubriand, toute une source d’inspiration se constitue qui s’épanouira plus tard dans la poésie du xixe siècle.

42Ainsi ces écrits savants, qui à partir du xviiie siècle, cherchent à rendre compte de l’économie, de l’équilibre ou de l’harmonie de la nature sont-ils proches des textes littéraires écrits sur le même thème. Humboldt a, à la suite de Bernardin de Saint-Pierre, mis en évidence les lacunes et les imperfections du langage naturaliste et les avantages de la littérature et de la peinture quand il s’agit de rendre compte de la complexité, des nuances et de l’unité d’un paysage. Il puise dans les écrits littéraires, cite par exemple Chateaubriand et Bernardin de Saint-Pierre, s’en inspire pour intégrer faits scientifiques, sensations diverses et impressions d’ensemble. Pourtant, les réponses qu’il apporte, notamment à propos des proportions entre les espèces, sont essentiellement scientifiques, un peu à la manière dont la beauté des corps représentés par l’art peut être expliquée par le nombre d'or. Humboldt s’éloigne ainsi de la littérature et des arts et permet la mise en place de la géographie botanique. Celle-ci se développe parallèlement au mouvement romantique qui donne lui aussi un rôle central au paysage, à l’harmonie comme à la confrontation des éléments, et aux impressions que l’homme en retire. Sciences et littérature mettent ainsi la nature en scène, en tableau. Les ensembles naturels deviennent des paysages, des types, des expressions humaines :

  • 51 A. de Humboldt, Voyage aux régions équinoxiales du nouveau continent, op. cit., t. 2, p. 362.

Il en est des scènes majestueuses de la nature comme des ouvrages sublimes de la poésie et des arts ; elles laissent des souvenirs qui se réveillent sans cesse, et qui, pour la vie entière, se mêlent à tous les sentiments du grand et du beau51.

  • 52 « [La connaissance scientifique] doit exprimer la pensée d’une époque, et il doit être possible de (...)
  • 53 Gilles Denis, « Sciences, histoire des sciences et littérature », Savoir et littérature. Tangence (...)

43Humboldt souligne le fait que les progrès de la prose descriptive ont permis le progrès des sciences. Il met en avant le rôle joué par les textes littéraires. De même Jacques Roger s'intéresse plus tard à l’évolution concomitante de la littérature et de la science, expressions de « la pensée d’une époque » et remarque : « [Il semble que] la sensibilité des écrivains pressente, pour ainsi dire, l’évolution des esprits que la science marquera à son tour52. » Que penser de ces ressemblances entre textes savants et textes littéraires quand il est question de peindre la nature ? Sont-elles la marque d’une époque et quels sont les textes qui influencent, à l'origine, les autres ? Nous avions mis en question naguère la séparation traditionnelle entre science et littérature en présentant le texte scientifique comme une forme littéraire au même titre que le roman policier ou la poésie53. Or la question est de savoir quelle place a été dévolue aux divers genres littéraires et discours scientifiques, comment leur évolution a pu coexister (ou se suivre) et de quelle manière, par exemple, l’évolution de certaines formes littéraires a pu permettre l’apparition d’une nouvelle écriture savante, mais aussi dans quelle mesure des séparations, des démarcations nouvelles se sont produites entre textes scientifiques et autres types de discours. Autant d’interrogations complexes qui nécessitent une collaboration entre historiens des sciences et historiens de la littérature. Seul un travail d’équipe de cette sorte permettrait d’étudier dans une perspective comparative les évolutions des disciplines scientifiques et des genres littéraires, en tenant compte du jeu des influences réciproques.

Notes

1 Pierre Le Lorrain de Vallemont, « Préface », Curiositez de la nature et de l’art sur la végétation ou l'agriculture et le jardinage, Paris, Claude Cellier, 1705.

2 Voir Jean-Marc Drouin, L'Écologie et son histoire, Paris, Flammarion, 1993 [Desclée de Brouwer, 1991], p. 38-39 et Pascal Acot, Histoire de l’écologie, Paris, PUF, 1988, introduction.

3 Loys Le Roy, De la vicissitude ou variété des choses en l’univers, Paris, Fayard, 1988 [Paris, l'Huillier, 1575], p. 48.

4 J. Biberg [et C. Linné], « L’économie de la Nature (1749) » dans C. Linné, L'Équilibre de la Nature, Paris, Vrin, 1972, p. 57.

5 H. C. D. Wilcke [et C. Linné], « La Police de la Nature (1760) » dans C. Linné, ibid, p. 118.

6 Emmanuel Kant, Critique du jugement [1790], trad. par A. Philonenko, Paris Vrin 1965 p. 238.

7 Voir Charles Bonnet, Contemplation de la nature, chap. vii, Enchaînement universel ou l’harmonie de l'univers, Hambourg, J. G. Virchaux et Cie, 1779, t. I, p. 36. Voir aussi Jean-Baptiste-René Robinet, De la nature, Amsterdam, E. Van Harrevelt, 1761.

8 Jacques-Henri Bernardin de Saint-Pierre, Voyage à l'île de France, Paris, La Decouverte 1983, p. 136. [1re éd. 1773],

9 F.-A. Rauch, Harmonie hydro-végétale et météorologique, ou Recherches sur les moyens de recréer avec nos forêts la force des températures et la régularité des saisons, Paris, Levrault, an X. Voir les commentaires de Gérard Raphaël Larrère qui précèdent les extraits de cet ouvrage réédités, L'« Harmonie hydrovégétale et météorologique » ou l’utopie forestière de Rauch, Rungis, INRA, 1985. Voir aussi Jean-Baptiste Rougier de La Bergerie, Les Forêts de la France : leurs rapports avec les climats, ta température et l'ordre des saisons, Paris, Arthus Bertrand, 1817.

10 Alexandre de Humboldt, « Nouvelles recherches sur les lois que l’on observe dans la distribution des formes végétales », Annales de chimie et de physique, Paris, 1816, t. I.

11 A. de Humboldt, Voyage aux régions équinoxiales du nouveau continent, Paris, F. Schœll, 1814, t. I, p. 1.

12 A. de Humboldt, Vues des cordillères, et monumens des peuples de l’Amérique, Paris, F. Schœll, 1810, p. 11.

13 A. de Humboldt, « Analyse de l’eau de Rio-Vinagre, dans les Andes de Popayan », Annales des sciences naturelles (1re série), t. 4, p. 116.

14 A. de Humboldt, Voyage aux régions équinoxiales du nouveau continent, op. cit t 1 p. 33-34.

15 Louis-Antoine de Bougainville, Voyage autour du monde par la frégate du roi la Boudeuse et la flûte l’Étoile, Paris, Saillant et Nyon, 1771.

16 A. de Humboldt, « Préface », Tableaux de la nature, ou considérations sur les déserts, sur la physionomie des végétaux et sur les cataractes, traduits de l’allemand par F. B. B. Eyriès, Paris, 1808, p. 3.

17 A. de Humboldt, Voyage aux régions équinoxiales du nouveau continent, op. cit., t. I, p. 28-29.

18 Ibid, p. 31.

19 Ibid.

20 Ibid, p. 31-32. Horace Bénédict de Saussure, Voyages dans les Alpes précédés d'un essai sur l'histoire naturelle des environs de Genève, Neuchatel, S. Fauche, 1779-1796.

21 A. de Humboldt, Lettre de Cumana du 16 juillet 1799 à W. de Humboldt, Lettres américaines (1798-1807), Paris, E. Guilmoto, s.d.

22 A. de Humboldt, Voyage aux régions équinoxiales du nouveau continent, op.cit., t. I, p. 14.

23 Georges-Louis Leclerc de Buffon, Histoire naturelle et particulière, avec la description du Cabinet du Roy, t. I, Premier discours. De la manière d’étudier et de traiter l’Histoire naturelle, Paris, Imprimerie royale, 1749, p. 19.

24 Ibid, p. 30.

25 A. de Humboldt, Voyage aux régions équinoxiales du nouveau continent, Paris, N. Naze, 1819, t. 2, p. 118.

26 François-René de Chateaubriand, Atala, Paris, Flammarion, 1996, p. 116 [1re éd. 1801].

27 A. de Humboldt, Voyage aux régions équinoxiales du nouveau continent, op. cit., t. I, p. 24.

28 « L’élévation ou l’affaissement d’une contrée, la nature et les productions du sol. les qualités de la nourriture et de la boisson dont les hommes font usage, le genre de leurs travaux, leurs vêtements, et même leur maintien habituel, leurs arts et leurs plaisirs, ainsi qu’une foule d'autres circonstances qui ont une puissante influente sur leur vie, tout cela appartient au tableau mouvant des climats. » Johann Gottfried Herder, Idées sur la philosophie de l'histoire de l'humanité, traduit par Edgar Quinet, Paris, F. G. Levrault, 1827-1828, t. 2, p. 26 [1re éd. en allemand, 1784-1791].

29 Pierre Bouguer, La Figure de la terre, déterminée par les observations de Messieurs Bouguer et de La Condamine, Paris, C.-A. Jombert, 1749, p. xc.

30 A. de Humboldt, Voyage aux régions équinoxiales du nouveau continent, op. cit., t. 2, p. 361.

31 Ibid., t. I, p. 32.

32 Chateaubriand, op. cit., p. 90, p. 91 et p. 114.

33 Bernardin de Saint-Pierre, op. cit., Lettre xxviii et dernière, « Sur les voyageurs et les voyages ».

34 A. de Humboldt, Essai sur la géographie des plantes, accompagné d’un tableau physique des régions équinoxiales, Paris, F. Schœll, 1807, p. 30-31.

35 Voir note précédente. A. de Humboldt, Tableau de la nature ou considérations sur les déserts, sur la physionomie des végétaux et sur les cataractes, traduit de l’allemand par F. B. B. Eyriès, 2 vol. Paris, 1808.

36 Bernard de Saint-Pierre, Études de la nature, Paris, N. Chaix et Cie, 1865, t. 2, p. 159.

37 A. de Humboldt, Cosmos, Essai d'une description physique du monde, traduit de l'allemand par H. Paye, Paris, Gide et Gaudy, 1847, t. 2, p. 74-75.

38 Ibid, p. 72.

39 A. de Humboldt, Essai sur la géographie des plantes, op. cit., p. 30.

40 Voir Alberto de Jesùs Castrillón, Alexandre de Humboldt et la géographie des plantes, thèse de doctorat en histoire, École des hautes études en sciences sociales, Paris, 1994. Voir aussi P. Acot, op. cit. et J.-M. Drouin, op. cit.

41 A. de Humboldt, Cosmos, Essai d'une description physique du monde, op. cit., t. I, p. 413.

42 A. de Humboldt, Voyage aux régions équinoxiales du nouveau continent, op. cit., t. l, p. 6.

43 A. de Humboldt, Sur les lois que l'on observe dans la distribution des formes végétales, Paris, Feugueray, 1816. A. de Humboldt, Nouvelles recherches sur les lois que l'on observe dans la distribution des formes végétales, op. cit.

44 André Thoüin, « Arbre », Nouveau dictionnaire d'histoire naturelle, Paris. Deterville, 1816, t. II, p. 323.

45 Julien-Joseph Virey, Examen de la doctrine médico-philosophique du matérialisme, Lettre à M. le professeur F.J.V. Broussais, sur son Traité de l'Irritation de la Folie, Extrait de la Revue médicale et du Journal de clinique, déc. 1828, p. 27.

46 Ibid.

47 J.-J. Virey, « Nature », Nouveau dictionnaire d'histoire naturelle, op. cit, 1818, t. XXII p. 247.

48 J.-J. Virey, « Naturaliste », Nouveau dictionnaire d'histoire naturelle, op. cit, 1818, t. XXII p. 239-240.

49 Voir Donald Worster, Les Pionniers de l'écologie, Paris, Sang de la terre, 1992 [1re éd. en anglais, 1977], deuxième partie : Une science subversive : l'écologie romantique de Thoreau.

50 Henry David Thoreau, Journal et The Raturai History of Massachusetts, cité par Donald Worster (voir supra), p. 100-101 et p. 116-117.

51 A. de Humboldt, Voyage aux régions équinoxiales du nouveau continent, op. cit., t. 2, p. 362.

52 « [La connaissance scientifique] doit exprimer la pensée d’une époque, et il doit être possible de trouver des liens entre la science et les autres aspects de l’activité intellectuelle et artistique d’une même période. Ici plus qu’ailleurs, il faut être prudent, éviter des analogies hâtives, et d’abord remarquer qu’on ne doit pas s’attendre à trouver des synchronismes parfaits entre l’apparition des mêmes tendances dans les différents domaines. Souvent, il semble que la sensibilité des écrivains pressente, pour ainsi dire, l’évolution des esprits que la science marquera à son tour. Le cartésianisme est en train de conquérir le monde savant, et Fontanelle n’est pas encore membre de l'Académie des sciences, que déjà les Lettres galantes rompent délibérément avec l'idéal du “grand siècle’’. », Jacques Roger, Les Sciences de la vie dans la pensée française du xviiie siècle, Paris, Albin Michel, 1993. [1re éd. 1971], p. 776-777. Voir aussi Jacques Roger, « L’histoire des sciences : problèmes et pratiques – Histoire des sciences, histoire des mentalités, micro-histoire », Avant-propos de l’édition de 1993, citée ci-avant.

53 Gilles Denis, « Sciences, histoire des sciences et littérature », Savoir et littérature. Tangence (Trois Rivières, Québec), no spécial sur Lucie Guillemette, no°61, p. 8-33. Voir « L'écrit de la science », Alliage, nos 37-38, 1999, 255 p.

Auteur

Maître de conférence en philosophie et histoire des sciences du vivant à l’université de Lille 1. Membre de l’UMR 8519 « Savoirs et textes », CNRS-Lille 1-Lille 3. Thèmes de recherche : histoire et épistémologie de la physiopathologie végétale, histoire et épistémologie de l'agronomie et des sciences agricoles, histoire des voyages naturalistes aux xviiie et xixe siècles.

© Presses universitaires de Lyon, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search